CLÉRY (Jean-Baptiste-Antoine Hanet).

Journal de ce qui s'est passé à la Tour du Temple, pendant la captivité de Louis XVI, roi de France. Par M. Cléry, valet de chambre du Roi.

Londres, Baylis, 1798.
[À Londres : / De l'Imprimerie de Baylis, Greville-Street. / Se vend chez l'Auteur, N°. 29, Great Pulteney-street, / Golden-square, & chez Messieurs les Libraires de Lon- / dres & des principales Villes de l'Europe. / 1798.]

In-8° demi-vélin à coins de l'époque, dos lisse, pièce de titre brune, [1 (faux-titre)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], 239, [2 bl.], [1 (note)], bien complet des deux planches hors texte et du fac-similé, bon exemplaire ne contenant pas la liste des souscripteurs.

Extrait de la bibliographie de Maurice Tourneux :
   Véritable édition originale de ce livre célèbre : en dépit de la cote assignée par le Catalogue de la B[ibliothèque] N[ationale], à cet ex[emplaire], cote motivée par un don relativement récent, il ne saurait y avoir de doute à cet égard. Eckard, auteur de la seule notice véritablement critique publiée sur Cléry, dit expressément que le premier tirage se distingue des éditions subséquentes par la liste des souscripteurs (elle n'a pas en effet été reproduite) et ajoute qu'il se vendit en trois jours six mille ex[emplaires] du Journal. Il fut immédiatement réimprimé.
   Cléry est-il réellement l'auteur du récit publié sous son nom ? La paternité lui en a été plusieurs fois contestée. Lafont d'Aussonne, dans ses Mémoires secrets et universels des malheurs et de la mort de la Reine de France (1824), prétend qu'ils ont été rédtgés par M. de La Fare, évéque de Nancy ; Barbier nomme la comtesse de Schomberg, sœur de Dumouriez, sans alléguer aucune preuve à l'appui de son dire ; une note.reIevée par de Manne sur un ex[emplaire] des Dernières années de Louis XVI, de Hue, laisse entendre qu'un sieur Mariala, homme d'affaires du prince d'Aremberg, aurait été le teinturier de Cléry ; enfin Sauveur Le Gros, secrétaire du prince de Ligne, poète ingénieux et graveur assez habile, terminait l'énumération de ses titres à la décoration de la Légion d'honneur par la déclaration suivante :
   « J'ai rédigé le journal de Cléry où j'ai été assez heureux pour ne rien gâter par l'enflure du style que la douleur ne peut pas toujours éviter. J'en ai fait des lectures déchirantes dans les plus grandes sociétés de Vienne et j'ose dire que le lecteur eut aussi son mérite » (lettre du 9 avril 1821, citée par Quérard).
   Eckard tient pour matériellement inexactes les assertions de Lafont d'Aussonne et de Barbier, les seules qu'il ait pu connaître ; il assure qu'il a vu le manuscrit autographe sur lequel le comte de Provence avait écrit de sa main l'épigraphe Animus meminisse horret (Virgile). Il ajoute que les petites-filles de l'auteur, Mlles de Gaillard, conservaient également une copie faite à Strasbourg par Mlle Kugler (depuis Mme Dupreuil) qui, peu familière avec la langue française, avait respecté jusqu'aux légères fautes d'orthographe de l'original. Celui-ci présentait, toujours selon Eckard, une particularité omise, on ne sait pourquoi, dans le texte imprimé, dont il n'avait pu obtenir copie et qu'il cite de mémoire : une exclamation de Madame Elisabeth lors d'une partie d'échecs où Marie-Antoinette fit observer à Louis XVI qu'il avait manqué enfermer le Roi : « Mon frère est trop bon pour cela ! » s'écria-t-elle. Ce passage ne se trouve en effet que dans l'édition de 1861. Eckard cite également une note ajoutée par Cléry à son manuscrit sur l'effet produit par la lecture qu'il en fit à Blanckenburg, en présence du comte de Provence et de sa nièce, note manquant à toutes les éditions antérieures à celle de 1825.
   Après cette lecture, Cléry était passé à Vienne, où il se vit refuser l'autorisation d'imprimer son livre dans tout pays soumis à la domination de l'Autriche, interdiction motivée, suivant Eekard, par la récente signature du traité de Campo-Formio. C'est alors que Cléry se rendit à Londres où la publication ne souffrit aucune difficulté.

Bibliographie :
   - Tourneux (Maurice), Bibliographie de l'histoire de Paris pendant la Révolution française, t. I, n° 3551.

80 euros (code de commande : 28790).



Cléry (28790)
Si vous souhaitez obtenir plus d'informations à propos de ce livre
ou le commander,
indiquez ci-dessous vos références :
Prénom et nom :
Adresse électronique :
Pays de destination du colis :
Question éventuelle :

Cliquez sur
En réponse, nous vous communiquerons les informations que vous souhaitez obtenir ainsi que les modalités de livraison et de paiement.


Au cas où il vous serait impossible d'envoyer votre message via ce formulaire,
n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse :
courrier@loiseaulire.com

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

CONDITIONS DE VENTE
de la Librairie L'Oiseau-Lire
rue du Hautbois 36
7000 MONS (Belgique)
T.V.A. : BE0619836631
Tél.: +32 (0)65 31 28 73.
courrier@loiseaulire.com

   Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.
   Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.
   Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.
   Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.
   Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par virement bancaire international (IBAN) ou par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard »).
   Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.
   En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.
   Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.
   Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site :
The XE.com Universal Currency Converter

Retour à la page consacrée aux
Livres anciens.