[MASCARENHAS (Jose Freire Monterroio)].

Négociation de la paix de Ryswick, où l'on examine les droits & prétentions du roi de France sur chacun des sérénissimes princes alliez. Et les droits & prétentions des princes alliez sur le roi de France. Par Mr. D*** Avec la description de la maison royale de Ryswick où se tiennent les conferences de la paix generale.

Tomes I et II (complet).

[La Haye], Chez l'auteur, 1697.
[Imprimé pour l'Auteur en 1697.]

Deux tomes en un volume in-8° plein veau d'époque, dos à 4 nerfs orné de fers dorés, reliure frottée, [1 (titre du tome I)], [1 bl.], [12 (préface et tables)], 206, [1 (titre du tome II)], [1 bl.], 167 la dernière page est erronément numérotée « 181 »), [1 bl.] p., la planche manque, quelques mouillures, ex-libirs manuscrit de l'avocat Merlin, à Mons, daté de 1745.


Préface :
   Le Public s'interesse si fort aujourdui à voir terminer les demêlés qui regnent depuis tant d'années entre le Roi T.C. & les Princes Confederez, & qui ont enfin éclaté par une crüelle guerre qui dure de puis neuf ans, qu'on se persuade que l'impression de cet Ouvrage sera sans doute du gout de tout monde. L'Auteur en le faisant paroître n'a eu pour but que la tranquillité publique, & le repos de toute l'Europe qui doivent être les fruits de la Paix generalle qui se traite actuellement ; mais comme il ne s'agit pas ici de remedier simplement à des maux qui ont afligé la Chrêtienté depuis prés de cinquante ans par des malheureux Traités tels que le furent ceux des Pirennée,s & de Nimegue où tout se passa au gré de la France ; Il est donc trés important que les Plenipotentiaires dés Serenissimes Princes Alliez prennent toutes les precautions imaginables pour travailler à une Paix qui soit plus de durée.
   Pour cet effet il est necessaire qu'on examine à fond les differens interêts qui ont porté les Princes Alliés à prendre les Armes contre une Couronne dont l'ambition n'a jamais reconnu de bornes ; & qui ne s'attendoit à rien moins lorsqu'elle a declaré la guerre à tant de Princes Souverains, qu'à se rendre maitresse de leurs Etats & de leur liberté. Aprés avoir examiné les sources funestes de la guerre presente, & pesé, pour ainsi dire, à la balance les droits & pretentions de la France sur chaque Prince, nous examinerons les droits & pretentions de chaque Prince Allié sur cette Couronne ; afin qu on puisse rendre équitablement à chacun ce qui lui apartient. On a donc fait dans cet Ouvrage une recherche exacte de tous ces droits ; & l'Autheur se flatte qu'il n'a rien encore paru sur ce sujet qui aproche des soins qu'il a pris pour assembler & aprofondir des matieressi épineuses. On donne done ce Traité au public comme des Preliminaires qui doivent servir de fondement aux Conferences de la Paix de Ryswick ; parce qu'effectivement il peut donner de grandes lumieres aux Ministres qui assistent actuellement à cette celebre Negotiation. La sincerité avec laquelle on y traite de tant d'interêts diferens, & si dificiles à concilier, fairont l'apologie de son Autheur, & le mettront au dessus de l'envie du Vulgaire accoutumée à taxer de partialité lessentimens les plus desinteressés. Il seroit seulement à souhaitter que l'union des Serenissimes Princes qui combattent aujourdui pour la defence de leurs droits & pretentions contre la Couronne de France, fut inviolable, afin que l'on pût avec plus de loisir entrer dans une exacte discution de tous ces droits : ce seroit là l'unique moyen de jetter les fondemens d'une Paix solide & stable.
   Ce n'est pas assés d'avoir pris les armes & soûtenu jusqu'à present avec beaucoup de gloire les efforts d'un Ennemi redoutable; il faut outre cela de la constance & de la fermeté jusqu'à la fin de la guerre, sans quoi on ne faira jamais de Paix durable. Suivant ce principe nous pouvons dire que Victor Amedé II. Duc de Savoye a été trés-mal conseillé lorsqu'il a fait brêche à cette union : mais si ce Prince a mal connu ses veritables interêts, les autres Alliez doivent avoir de sentimens plus genereux. Leur conservation mutuelle, la Justice de leurs droits & pretentions sur la Couronne de France, l'occasion favorable qu ils ont de les faire valoir, & enfin le repos de leurs sujets dependent uniquement de leur union. Quelque enpressement que le Roi de France témoigne aujourdui pour la Paix generalle ; on ne doit cependant compter sur rien de positif & de réel par la fatalle experience de ce qui s'est passé dans tous les autres Traités. Les Princes Alliez sont suffisamment instruits de la politique & des vûës de ce Monarque, sans qu'il soit besoin d'en faire ici le détail. Nous reservons donc à en parler plus emplement dans le Corps de cet Ouvrage ; & nous finirons cette Preface en exhortant les Plenipotentiaires des Serenissimes Princes Alliez de vouloir soutenir les droits & pretentions de leurs Maîtres avec autant de Zele que nous l'avons fait avec toute sorte de desinteressement. Enfin nous ne demandons pour recompense des soins & des peines que nous avons pris, pour assembler les matieres d'un Ouvrage si laborieux, & les reduire dans l'ordre qu'elles sont, que la satisfaction d'avoir contribué, s'il est possible, à la reconciliation de tant d'Augustes Princes dont les differents semblent être à la veille de se voir terminés par une Paix generalle. Dieu veüille qu'elle soit de durée ; & que nous puissions veritablement dire avec le grand Charles Gustave : Quoque Amore Pacis bella terminantur.


Bibliographie :
   - André (Louis), Les sources de l'histoire de France. XVIIe siècle (1610-1715), n° 8444.
   - Le Deley (Éric), L’intemporalité des principes de négociation, analyse comparée des textes anciens et récents sur la négociation, pp. 43 et 225.

40 euros (code de commande : 28302).



Paix de Ryswick (28302)
Si vous souhaitez obtenir plus d'informations à propos de ce livre
ou le commander,
indiquez ci-dessous vos références :
Prénom et nom :
Adresse électronique :
Pays de destination du colis :
Question éventuelle :

Cliquez sur
En réponse, nous vous communiquerons les informations que vous souhaitez obtenir ainsi que les modalités de livraison et de paiement.


Au cas où il vous serait impossible d'envoyer votre message via ce formulaire,
n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse :
courrier@loiseaulire.com

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

CONDITIONS DE VENTE
de la Librairie L'Oiseau-Lire
rue du Hautbois 36
7000 MONS (Belgique)
T.V.A. : BE0619836631
Tél.: +32 (0)65 31 28 73.
courrier@loiseaulire.com

   Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.
   Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.
   Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.
   Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.
   Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par virement bancaire international (IBAN) ou par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard »).
   Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.
   En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.
   Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.
   Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site :
The XE.com Universal Currency Converter

Retour à la page consacrée aux
Livres anciens.