ALBUMS DE
LA GUILDE DU LIVRE

 Page de la section "Arts"
proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire
Pour commander
Aller à la page d'accueil de la section Beaux-Arts

Pour être informé des mises à jour de cette page

-

Nouvelle(s) entrée(s)

 

HOPPENOT (Hélène) — Tunisie. Texte de René Laporte. Lausanne, La Guilde du Livre, 1952. In-4° sous reliure souple et papier cristal d'éditeur, 12, 88 p., 88 héliogravures, une carte, (collection « Guilde du Livre »), édition originale (achevé d'imprimer le 1er juin 1952) hors commerce réservée aux membres de la Guilde du Livre numérotée (n° 9925).

   
Couverture et treizième illustration (Ghoumrassene).

20 euros (code de commande : 24915 - vendu).

 

 

BERENGO-GARDIN (Gianni) Toscane. Texte de Giorgio Soavi. Lausanne, La Guilde du Livre, 1968. In-4° sous cartonnage d'éditeur, 126 p., reproductions en noir, bien complet du feuillet volant des légendes des photographies, (collection « Guilde du Livre », n° 763), édition originale (achevée d'imprimer le 10 avril 1968) hors commerce réservée aux membres de la Guilde du Livre numérotée (n° 544), coins un peu écrasés, sinon bon exemplaire.
Extrait :
   
Tant d'yeux l'ont regardée longuement, la fouillant de fond en comble pour l'aimer, qu'aujourd'hui, après toutes ces images au crayon, au burin ou au pinceau, la Toscane devrait être réduite à un coin de terre plat, brûlé et desséché par trop d'amour. Trop de regards, trop de délire. Et puis des chansons, des poèmes, des écrits de toute sorte, des invectives ; et enfin la marée de tous ceux qui, passant au moins une fois par là, ont écrit à l'être qu'ils aimaient le plus alors : « Ah ! si tu étais là ! si tu voyais !... Tu devrais venir ! Tu verras !... Quel paysage incomparable ! »... suivis d'autres points d'exclamation.
   Dans ce livre, vous trouverez des photographies. Et ces photographies révèlent le processus d'une conception solide de la vie. S'il existe un pays de beauté immobile, mais travaillé par la vie, c'est bien la Toscane. Région italienne par la grâce de Dieu, c'est un mélange d'aristocrates, de paysans, de voyous, tous également prêts à la bagarre ; courageux, nobles et insolents à l'extrême, ils descendent d'une race fascinante, mais antipathique au plus haut point ; bavarde, géniale, et, au fond, éternelle. Doués d'un sens confus des rancœurs, ils sont héritiers d'un sens paradoxal de l'art.
   La Toscane du photographe Gianni Berengo-Gardin est, inévitablement, une région d'une beauté immobile et paysanne, et peut-être dut-elle apparaître ainsi, il y a trente ans ou plus, à un étudiant américain jeune et obstiné qui la passait au peigne fin, à la recherche de chefs-d'œuvre et de beauté. Cet Américain, Bernard Berenson, devait un jour devenir célèbre, en Toscane précisément. C'est par des caractéristiques hors du commun que la Toscane s'est révélée à Berenson, je le crois du moins. Aujourd'hui encore elle peut sembler telle aux personnes intelligentes qui, ayant abandonné les villes étouffées par toutes les calamités mécaniques et sonores possibles, entendent combler leur regard et l'esprit d'un des plus doux paysages du monde.

25 euros (code de commande : Guilde0763)

 

FOUCHET (Max-Pol) Terres indiennes. Texte et photographies de Max-Pol Fouchet avec la collaboration de Jean Liscano. Lausanne, La Guilde du Livre, 1955. In-4° sous reliure souple d'éditeur, 96 p., reproductions en noir, une planche en couleurs, tables sur une planche dépliante, (collection « Guilde du Livre », n° 250), édition originale (achevée d'imprimer le 15 novembre 1955) hors commerce réservée aux membres de la Guilde du Livre numérotée (n° 4770), bon exemplaire.
Extrait :
   
D'où vinrent-ils, ces hommes qui s'épandirent sur les Amériques, depuis l'évasement glacé du Nord jusqu'à l'incisive du Sud ? Pourquoi vinrent-ils s'y établir, mus par quelles forces ? Exodes, anabases, errances... Il faut laisser à la poésie le soin d'imaginer les migrations, les cris des guetteurs dans l'étendue, l'annonce de nouveaux arrivants au tressaillement des feuilles, les conseils guerriers, les camps soudain levés, les paniques, les chocs d'armes à peine issues du roc ou de l'arbre. D'une poterie préservée s'exhalent de confuses rumeurs, comme d'un coquillage celles des flots.
   Malgré les recherches, l'inconnu des origines résiste. S'ils accourent d'Asie, traversèrent-ils, ces hommes, le détroit de Behring, à pied, lors de l'embâcle ? Savaient-ils naviguer ? Aujourd'hui, le long des côtes, leurs descendants pèchent, affrontent la mer. Néanmoins, c'est aux rives des grands lacs internes qu'ils nous semblent davantage proches des ancêtres. Et plutôt que de lacs ne faudrait-il parler d'eaux retirées, de mers résorbées ? Le Titicaca, à 3800 mètres d'altitude, entre la Haute-Bolivie et le Haut-Pérou, couvre l'Altiplano d'une nappe froide longue de 180 kilomètres, large de 60. Nombreux sont ceux qui voient dans ces régions le lieu de l'Atlantide, ensemble certain et mythique. Un cordon de dépôts marins y atteste la présence ancienne de la mer. Et des ruines, faites de monolithes cyclopéens, joints et sculptés par des ouvriers d'étrange force, proclament l'existence de civilisations que l'on dit archaïques en désespoir de cause.

25 euros (code de commande : Guilde0250).

 

GRINDAT (Henriette)Méditerranée. Texte de Mimica Cranaki. Lausanne, La Guilde du Livre, 1957. In-4° sous reliure souple d'éditeur, 12, 92 héliogravures, (collection « Guilde du Livre », n° 289), édition originale (achevé d'imprimer le 15 juin 1957), exemplaire hors commerce numéroté et réservé aux membres de la Guilde du Livre numérotée (n° 4641), en très bel état.
Extrait :
   L'homme méditerranéen finit par se prendre à son propre mythe. Il se regarde en ce miroir que lui tend le Nord. Il se cherche. Il s'imite. Il se joue lui-même. Tantôt il se fait des grimaces, il s'exagère en Tartarin, en Marius. Tantôt il réfléchit aux sources de son humanisme.
   Ainsi réfléchit M. Teste. Par son français hellénisé, latinisé, ostensiblement classique, Valéry ne cherche-t-il pas à fixer la vie dans une langue morte et, par conséquent, immuable, ce qui signifie encore : divine ? Recréé de l'intérieur, le mythe méditerranéen prend chez lui l'allure à la fois modeste et hautaine de la mythologie qui traitait les dieux comme des essences humaines. Ce n'est plus la lucidité agressive de Zarathoustra qui l'inspire, mais la lumière des ports et des golfes. Il médite sur les travaux des hommes et de la nature en observant les formes d'un navire ou celles d'un coquillage. Quelle leçon en retient-il ? Le « rien de trop » antique. « Il faut, résume-t-il, conserver dans nos esprits et dans nos cœurs la volonté de lucidité, la netteté de l'intellect, le sentiment de la grandeur et du risque, de l'aventure extraordinaire dans laquelle le genre humain, s'éloignant peut-être démesurément des conditions premières et naturelles de l'espèce, s'est engagé, allant je ne sais où ! »

25 euros (code de commande : 24378).

 

HUET (Michel) Afrique africaine. Lausanne, Clairefontaine, 1963. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 143 p., reproductions en noir, deux cartes en couleurs, tables et légendes sur une planche dépliante, exemplaire numéroté, ex-dono de la société Marendaz (Carouge-Genève) à la page de garde.
   Cet ouvrage est la réplique de celui publié par la Guilde du Livre.
Table des matières :
   - Domaine noir, par Léopold Sédar Senghor.
   - Aperçu historique.
   - Aperçu géographique, par Amadou Mahtar M'Bow.
   - Vie africaine, par F. N'Sougan Agblemagnon.
   - L'art architectural, par Max Faladé.
   - Les arts nègres, par J. B. Obama.
   - Petite anthologie des poètes noirs.
   - Économie africaine.
   - Cartes politique et économique.
   - États de l'Afrique noire.
   - Orientation bibliographique.
   - Notes biographiques des auteurs de l'ouvrage.

25 euros (code de commande : Guilde0429b).

 

IZIS (Israëlis Bidermanas)Paris des rêves. 75 photographies. Lausanne, la Guilde du Livre, 1950. In-4° broché sous jaquette et cristal (jauni) d'éditeur, 157 p., exemplaire bien complet des deux petits feuillets volants imprimés de la traduction des deux textes de Henry Miller (dans les tirages suivants, les traductions seront imprimées dans le texte), édition originale, tirage réservé aux membres de la Guilde (volume n° 149), très bon exemplaire malgré une petite déchirure sans perte en bas du premier plat.
   Textes de Audiberti, Dominique Aury, Marc Bernard, Jean-Richard Bloch, Gaston Bonheur, André Breton, Henri Calet, Francis Carco, Blaise Cendrars, Gilbert Cesbron, Agnès Chabrier, Gaston-G. Charlet, Georges-E. Clancier, Jean Cocteau, Lise Deharme, Georges Duhamel, Paul Eluard, Pierre Emmanuel, Luc Estang, Maurice Fombeure, André Frénaud, Paul Gilson, Robert Giraud, Georges Hugnet, C.F. Landry, Robert Margerit, Loys Masson, Jacques Mercanton, Henry Miller, Pierre Mornand, Jean Paulhan, Louis Pauwels, Henri Pichette, Francis Ponge, Tristan Rémy, Gustave Roud, René Rougerie, Jean Rousselot, Claude Roy, Pierre Seghers, Jules Supervielle, Jean Tardieu, Edith Thomas, Louise de Vilmorin et André Virel.

60 euros (code de commande : 22739).

 

PFAELTZER (Marianne) Sardaigne. Texte de D. H. Lawrence. Notes de Bernard Brandel. Lausanne, La Guilde du Livre, 1964. In-4° sous reliure souple d'éditeur, XXXV, 96 p. reproductions en noir et quelques-unes en couleurs, une carte, table des légendes sur une planche dépliante, (collection « Guilde du Livre », n° 453), édition originale (achevée d'imprimer le 10 juin 1964) hors commerce réservée aux membres de la Guilde du Livre, numérotée (n° 8592), bon exemplaire.
Table des matières :
   - Débarquement en Sardaigne, par D. H. Lawrence.
   - Notes de l'étranger.
   - Un peu d'histoire.
   - Les coutumes sardes.
   - Petit guide du voyageur.
   - Carte - Principales curiosités de l'île.

25 euros (code de commande : Guilde0453).

 

PRÉVERT (Jacques) — Charmes de Londres. Photographies d'Izis-Bidermanas. Lausanne, La Guilde du Livre, 1952. In-4° broché, 128 p., 64 reproductions photographiques en héliogravure, (collection « Guilde du livre », n° 184), exemplaire numéroté et en bel état de cette édition originale.
   L'achevé d'imprimer est daté du 1er décembre 1952.

      
Couverture et photographie de la p. 116.

 

100 euros (code de commande : 20958).

 

ROY (Claude) La Chine dans un miroir. Illustrations photographiques de W. Bischof, H. Cartier-Bresson, Pierre Chadourne, Denise Colomb, E. de Montmollin, Pierre Verger et l'auteur. Illustrations littéraires traduites du chinois par Hsou Lien-Tuan et l'auteur. Lausanne, La Guilde du Livre, 1953. In-4° sous reliure souple d'éditeur, 155 p., reproductions en noir, planches en couleurs hors texte, table des matières et des illustrations sur une planche dépliante, (collection « Guilde du Livre », n° 202), édition hors commerce réservée aux membres de la Guilde du Livre, il est joint des coupures de presse, couverture un peu frottée sinon bon exemplaire.
Table des matières :
   Introduction : La Chine, bien entendu, ne ressemble pas...
      - Les hommes du peuple... Che King (Ve s. av. J.-C.).
      - Les eaux du Grand Déluge... Tso Chuan (vers 400 av. J.-C.).
      - Du petit jour jusqu'au couchant... Anonyme (vers 2300 av. J.-C.).
      - Les paysans font pousser le riz... Néou-Yang-Siou (1007-1072).
      - La sueur du paysan. Chanson populaire (XVIIIe siècle).
      - À Hsu-Chou, district de Kou Feng... Po Chu-I (772-846).
      - Mon mari sue aux champs... Chanson populaire (XVIIIe siècle).
      - Merveille première de la Chine...
      - En avant, qu'importe la sueur ? Chanson de travail (1939).
      - À deux volent les hirondelles. Hoang Fou-Kouei.
   Chine, an cinq mille.
      - Il ne faut pas douter que les montagnes de la Chine... R. P. Athanase Kircher, S. J. (1670).
      - Meng Chiang-Nou aimait son mari... Chanson populaire.
      - Précoce automne. Hsu Houn (991).
      - Chameau mon ami... Chanson enfantine du Hopei.
      - Les toits de leurs maisons... P. Gabriel de Magalhan (1688).
      - Lettre à Yuan Chen. Po Chu-I (vers 818).
      - Hélas, ma Dame... Wou-Ti (vers 200).
      - De l'Expression des Vœux dans l'Art populaire chinois. Edouard Chavannes.
      - Le dieu du Foyer. Fang Tcheng-Ta (1193).
   Murailles et toits de Chine.
      - La rosée perle... Huang Wan-Chiung.
      - Automne sur le lac. Wang Wei (699-759).
      - Un artiste de grand renom... You Ti (vers 723).
      - Je descends de cheval sur un ancien champ de bataille. Tou-Fou (712-770).
      - Un calendrier champêtre. Li Chi (vers 800).
      - Pourquoi le sage trouve-t-il sa joie... Kuo Hsi (vers 1050).
      - Le temps s'enfuit... Miao-Si (vers 245).
      - Notre pays vieux de cinquante siècles... Chanson populaire (1950).
      - Origine des dieux de la Porte. Si You-Ki (vers 1221).
      - Vertical, un trait de pinceau... Tsung Ping (375-443).
      - Il y a de cela longtemps, dans la province de Honan... Fa Kiou Pi You King (vers 600).
      - Dans l'art de peindre... Wang Wei (699-759).
      - Les bambous caressent la brume... Li Ho (vers 800).
      - Proverbes chinois.
      - Quatre chansons populaires.
   La moisson des fables.
      - Trois contes populaires chinois (Le tigre qui eut du remords et se racheta - Le jeune homme puni d'être un mauvais calligraphie - Comment Hsiao le pécheur est devenu brigand).
      - Fable de la tortue noire et du lettré de seconde classe.
      - Pan, pan, pan, qui est là ? Randonnée enfantine de Pékin.
      - Le brigand Tchee poussait l'impiété... Tchouang Tzeu (?-vers 320 av. J.-C.).
      - Confucius, Lao Tsé et Bouddha. Conte populaire contemporain.
      - Hou le Vantard était un pauvre paysan... Folklore de Pékin.
      - Bestiaire des contrées barbares. Shan Hai Ching (vers 300).
      - Jadis la princesse Tsai... Li Chi (vers 725).
      - Ma petite dix-huitième sœur... Chanson populaire.
      - Mon buffle a de vieilles cornes jaunies... Koa Ki (vers 1400).
      - Maman ne veut plus... Chanson enfantine de Shangaï.
      - Au général Tsao, peintre de chevaux. Tchen Tzeu-Nang (656-698).
      - La femme qui cuit ma viande... Chant populaire mongol.
      - Kan ! La forêt frémit au vent ! Chant révolutionnaire (1952).
      - Les carpes dans l'eau... Chanson populaire (XVIe siècle).
      - Au temps de Marco Polo, Pékin se nommait Canbaluc. Marco Polo (Le Livre des Merveilles).
      - Dans mon enfance, les rues de Pékin... Hsiao Chien (né en 1902).
      - Un, quel un ? Quand j'aurai quinze ans... Chanson populaire de Pékin.
      - Au Temple du Ciel se rend l'auguste empereur... Livre des Odes (entre 1050 et 771 av. J.-C.).
      - L'empereur Yang Ti aimait tant sa capitale... Li Wan-Tchang (vers 900).
      - Requête présentée à l'empereur pour le blâmer d'être allé en procession recevoir une relique du Bouddha. Han Yu (mort en 824).
      - Le sage est absent de lui-même... Chen Tzou-Ang (656-698).
      - Toung toung toung fait le tambour rouge... Berceuse enfantine du Honan.
      - La Maumariée. Chanson populaire (XIVe siècle).
      - Un fragment de l'histoire de Mademoiselle Li. Po Hsing Chien (799-831).
      - Vieil Oncle Soleil... Chanson enfantine de Tien-Tsin.
      - Marionnettes, chiffons et bois... Hou Han Tsing (685-762).
   À ras de terre.
      - Le vieux tireur de pousse... Lao Che (né en 1898).
      - Du nom de famille de Ah Q... Lou Sin (1881-1936).
      - Qui a eu l'idée du premier pousse-pousse ? Chanson populaire de Shanghaï.
      - Il neige sur la terre de Chine... Aï Tsing (né en 1910).
      - Ballade de Mou-Lan, la demoiselle guerrière. Chanson populaire (XIVe siècle).
   Miroirs de l'avenir.

20 euros (code de commande : Guilde0202).

 

ROUGET (Paul) Espagne. Texte de Marc Bernard. Lausanne, La Guilde du Livre, 1958. In-4° sous reliure souple d'éditeur, 96 p., reproductions en noir, table des photographies sur une planche dépliante, (collection « Guilde du Livre », n° 308), édition originale (achevée d'imprimer le 30 mai 1958) hors commerce réservée aux membres de la Guilde du Livre numérotée (n° 5351), coupes et mors frottés.
Extrait :
   Le recueil de photographies de Bernard Rouget nous offre des aspects extrêmement divers de l'Espagne, et ses images ne sont entachées d'aucune littérature ; celui qui les a prises ne s'est pas soucié de retrouver les impressions des écrivains qui ont publié des récits de voyage sur ce pays ; la patine littéraire, dont certains ont recouvert la réalité espagnole, ne s'est jamais interposée entre lui et ce qu'il regardait. Cela n'est pas si commun pour qu'on le passe sous silence.
   Et l'Espagne de Bernard Rouget a une autre qualité que je voudrais dire : elle n'est pas pittoresque, ou plutôt ce qui demeure dans cet album d'irréductiblement pittoresque tient aux traits profonds du pays, et l'on ne saurait les retrancher sans trahir le but même que l'on s'était fixé.
   Les Espagnols ont, à juste titre, horreur de ce qu'ils appellent les « espagnolades » ; ceux d'entre eux qui regarderont ce livre n'y en trouveront aucune, mais quelques-uns des aspects les plus authentiques de leur patrie. Ce n'est point là une Espagne pour touristes, ou conçue pour ressembler à l'image que s'en font ceux qui ne la connaissent pas ; c'est une Espagne franche, sans fards, telle qu'elle s'offre à un regard non prévenu. Un vieux proverbe dit qu'on ne trouve dans les auberges espagnoles que ce qu'on y apporte ; cet album diffère des posadas, car ce qu'il nous offre est bien réel et chaque voyageur pourra le retrouver ; il lui suffira d'ouvrir tout grands les yeux en passant les Pyrénées.

20 euros (code de commande : Guilde0308).

 

SILVESTER (Hans W.) Camargue. Texte de Jean Giono. Lausanne, Clairefontaine, s.d. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 26, 100 p., reproductions en noir, tables et légendes sur une planche dépliante.
   Cet ouvrage est la réplique de celui publié par la Guilde du Livre.
Extrait :
   Quand les mystères sont très malins, ils se cachent dans la lumière ; l'ombre n'est qu'un attrape-nigaud. La Camargue est un delta, le dépotoir d'un fleuve, son alcôve. Jusque-là il a coulé, rapide, sans avoir le temps de faire de la métaphysique ; il a vécu. Dans ce delta, il est sur sa fin, il va disparaître dans la mer, alors il s'alanguit, il flâne, il se partage, il se love sur lui-même, il rumine, il hésite, il récapitule ; tout ce qu'il a jusqu'ici charrié, il le compulse, il le mélange, il le pourrit, il en tire gloire.
   Tout ce qu'il a arraché à ses bords, il en fait du limon, de l'humus et du sable. Tout ce qu'il a tué, il s'ingénie à le ressusciter, tout ce qui est mort en lui il le fait vivre. La graine qu'il a transportée furieusement, ici il la cajole, il la couve, il la fait éclater.
   L'aurait-il fait plus tôt, il se serait couvert de feuillages mais, à deux pas de sa disparition dans la mer, le climat ne peut plus aider qu'à des salicinés et des salicornes : il est déjà soude et sel. Les fantômes sont les habitants de ce grand jour. Hamlet Camarguais rencontrerait l'âme de son père à midi. Après le Christ, la religion du Christ est portée au pinacle par le soleil. Le signe de la croix ne suffit plus à abriter ces territoires indécis où les quatre éléments se mélangent. Il y faut une indécision de signes, une multiplication de motifs d'espérance. En même temps que du sacrifice du juste on a besoin du matériel de la volupté et de l'aventure, et ce sont moins les vertus cardinales qu'on mélange à la croix que le jouisseur et le marin. La croix ici est orgueilleuse de ce qu'elle a porté. Le sang qu'elle a bu ne lui fait pas honte ; elle en réclame d'autres; elle a de nombreuses fêtes à parfumer. Le cœur qui s'érige partout en symbole est très exactement la représentation du muscle et non de l'âme. De chaque touffe d'ajoncs suinte une odeur de charnier; la mort a les couleurs du paon. Il n'y a plus de barrières entre le paradis et l'enfer. L'immortalité de l'âme est une grimace de clown pour amuser les enfants; ce qui éclate, ce qui s'étale au grand jour c'est l'immortalité de la chair, l'immortalité de la matière, la chaîne des transformations, la roue de la vie, l'infini des aventures et des avatars, le rayonnement des innombrables chemins de fuites et de gloire. Cette odeur de pourriture qui monte des racines des sagnes, c'est l'odeur des guerriers vainqueurs. Au lieu de la foi et de sa paix, les oratoires et les socles portent le signe de l'intelligence et de ses combats..

25 euros (code de commande : Guilde0429b).

 

Voyez également la page consacrée à la photographie et au cinéma.


Retour au début


Si vous souhaitez recevoir les avis de mise à jour de la page
Guilde du Livre
indiquez ci-dessous vos références :
prénom et nom :
adresse électronique :
pays de résidence :
et cliquez sur

La fréquence de mise à jour est bien évidemment aléatoire et dépend des achats que nous réalisons...

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

Retour au début

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un des ouvrages présentés sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destinadion de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (chèque, carte de crédit, versement bancaire...).

  CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.

Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN).

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.

Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre numéro de T.V.A. : BE0619836631.

Retour au début