BRUXELLES ET BRABANT WALLON

 Page de la section "Belgique"
proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire

Pour commander

Nouvelle(s) entrée(s)

 

BERNAERTS (Aimé) et KERVYN DE MARCKE TEN DRIESSCHE (Roger) — Les noms de rues à Bruxelles. Leur histoire - Leur signification - Leur sort. Bruxelles, De Visscher, 1951. In-8° broché, 280 p., table onomastique, très bon exemplaire.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   I. Origine des noms de rues.
      - Origine du nom des rues.
      - Les traductions erronées et les confusions.
      - Noms des habitants - Leurs occupations.
      - Noms inspirés par l'histoire.
      - Souvenirs des anciennes auberges.
      - Présence d'un édifice.
      - Noms de communautés religieuses.
      - Les noms de saints et de saintes.
      - Les légendes.
      - Noms tirés de particularités folkloriques locales.
      - Les propriétaires de terrains.
      - Encore des particularités locales.
      - Noms inspirés par la gastronomie.
      - Les prénoms.
      - Les artistes.
      - Les savants.
      - Les bourgmestres et autres personnalités.
      - Les mois, les saisons, la mythologie, etc.
      - Les villes, les pays et les cours d'eau.
      - Les qualificatifs.
      - Les termes abstraits.
      - Les activités humaines.
      - Quelques noms évocateurs.
      - Les animaux.
      - Les termes de botanique.
      - Confusions provoquées par les noms identiques.
      - Les dénominations flamandes non traduites.
      - Désignations primitives.
      - Changements d'appellation.
      - Noms malencontreux.
      - Les effets du hasard ou de la politique.
      - Les épidémies de changements de dénomination.
      - Dénominations disparues.
      - Les impasses.
      - Les changements après 1914-1918.
      - Les gaietés de la toponymie.
      - Les squares.
   II. Les communes.
      - Les communes.
      - Saint-Gilles, Ixelles, Saint-Josse-ten-Noode, Schaerbeek, Evere, Jette, Molenbeek, Koekelberg, Anderlecht, Forest, Uccle, Etterbeek, Boitsfort, Auderghem.
   III. Bruxelles - IIème district (Laeken, etc.).
   IV. Jeu de massacre.
      - Noms officiels et noms populaires.
      - Les changements récents d'appellation.
   - Appendice.
   - Ouvrages consultés.
   - Table onomastique des noms des voies publiques.

18 euros (code de commande : 25452 - vendu).

 

QUIÉVREUX (Louis)Bruxelles. Guide de la Capitale et de ses environs. Nouvelle édition. Bruxelles, De Boeck, [post 1951]. In-8° broché, 211 p., illustrations, plans, bien complet du grand plan volant en couleurs, bon exemplaire.
Table des matières :
   - Abrégé historique.
   - Promenades à Bruxelles (itinéraires).
   - Description détaillée des monuments, curiosités, parcs, musées, églises, etc. (notices historiques, légendes, folklore).
   - Excursion à Tervueren.
   - Excursion au champ de bataille de Waterloo.
   - Horaires des visites de musées et de monuments.
   - Quelques belles excursions aux environs de Bruxelles.
   - Hôtels de première classe.
   - Amusements à Bruxelles : théâtres, music-halls, concerts, divertissements de plein air, courses, clubs sportifs et foires.
   - Tramways et autobus conduisant aux endroits principaux à visiter ou passant à leur proximité.
   - Les tramways bruxellois (terminus et points principaux de l'itinéraire).
   - Chemins de fer vicinaux, autobus.
   - Index alphabétique.

15 euros (code de commande : 25451).

Pour être informé des mises à jour de cette page

 

 

Âge d'or bruxellois. Tapisseries de la couronne d'Espagne. Bruxelles, Bruxelles 2000, 2000. In-8° broché, 151 p., illustrations en couleurs, très bon exemplaire.
   
Catalogue de l'exposition éponyme organisée du 17 mai au 20 septembre 2000, à la cathédrale des saints Michel et Gudule, à Bruxelles, à l'occasion des manifestations Bruxelles, capitale culturelle européenne.
Sommaire :
   - 
Préface, par François-Xavier de Donnea.
   - Avant-propos, par Álvaro Ferndndez-Villaverdey de Silva.
   - Catalogue. Notices rédigées par Cecilia Paredes.
   - Les tapisseries de dévotion et la formation de la collection royale espagnole..., par Concha Herrero Carretero.
   - Bruxelles, âge d'or et âge de fer, par Arlette Smolar-Meynart.
   - Lissiers et cartonniers de Bruxelles vers 1500, par Guy Delmarcel.
   - Rapports entre tapisseries et retables bruxellois, par Catheline Périer-D'Ieteren et Cecilia Paredes.
   - Le costume dans la tapisserie bruxelloise de la fin du XVe et du début du XVIe siècle, par Elsje Janssen.
   - Technique et conservation des tapisseries, par Liliane Masschelein-Kleiner et Vera Vereecken.
   - Bibliographie.

20 euros (code de commande : 19823).

 

Annales de la Société Royale d'Archéologie de Bruxelles. Mémoires, rapports et documents. Tome cinquante. 1956-1961. Bruxelles, Société Royale d'Archéologie de Bruxelles, 1961. In-8° broché, 305 p., illustrations et planches hors texte à déplier, quelques traces d'humidification.
Table des matières :
   - Essor leptolithique dans le Nord de la France, par J.-L. Baudet.
   - Égouts et Aqueducs Bavaisiens, par le chanoine Biévelet.
   - Du Belgium de César à la Belgique de 1830. Essai sur une évolution sémantique, par Paul Bonenfant.
   - Le Mésolithique à Ommen (1952-1953) et à Budel (1929), par J. Butter.
   - Rapports entre les premiers Jansénistes belges et français, par Lucien Ceyssens.
   - Les fournitures d'armes aux Insurgents américains et la Résolution du Congrès du 15 juillet 1775, par Albert de Dorlodot.
   - La Charte de 741-742 du Comte Robert de Hesbaye pour l'Abbaye de Saint-Trond, par Georges Despy.
   - Le Corpus Christianorum et sa Continuatio Mediaevalis, par A. Dumon.
   - Le Retable dei Pizzicaiuoli, par Marcel Fryns.
   - Une entreprise nationale : Le Monasticon Belge, par Nicolas Huyghebaert.
   - Le Concile de Jodoigne en 1497, par François Jacques.
   - Jean Vlimmerius éditeur de Sermons de saint Augustin, par C. Lambot.
   - Grammaire et Humour dans les textes du Moyen Âge, par Jean Leclercq.
   - Le portrait offert à l'Intendant Sénac de Meilhan en 1783, par Paul Lefrancq.
   - L'accueil des habitants de Charleroi et de Thuin aux troupes de Louis XIV en 1678-1679, par Jean Mossay.
   - Les Van Eyck, leur origine Mosane et Liège, par Joseph Philippe.
   - Un dépôt de prisonniers de guerre anglais de 1798 à 1814, par Gabriel Piérard.
   - « Le retouchage » dans la tapisserie bruxelloise ou les origines de l'édit impérial de 1544, par S. Schneebalg-Perelman.
   - Die Hanse in europäischer Sicht, par H. Sproemberg.
   - Les prétentions généalogiques et la protohéraldique des familles de la République Romaine, par Charles Terlinden.
   - La Céramique à l'âge de la pierre, par Arthur Vandenbosch.
   - L'homme du paléolithique moyen brûlait les os des animaux, par Arthur Vandenbosch.
   - Le domaine de Mariemont au XVIe siècle (1546-1598), par Robert Wellens.
   - La restauration de l'ancien régime dans le Nord de la France sous l'occupation autrichienne de 1793-1794, par Liliane Wellens-De Donder.
   - Le problème de la condition juridique des tributaires d'église en Belgique : une question mal posée, par Charles Wirtz.
   - La conclusion du contrat de mariage d'Antoine, duc de Brabant, et d'Elisabeth de Görlitz (1408-avril 1409), par Gabriel Wymans.

10 euros (code de commande : 21057).

 

Annales du Cercle Historique et Folklorique de Braine-le-Château, de Tubize et des Régions voisines. Tome II. 1973-1974. Braine-le-Château, Éditions de la Taille d'Aulme, 1975. In-8° broché, 260 p., illustrations en noir, un grand plan volant de Tubize à déplier.
Table des matières :
   - Lointains messages de la pierre, par René Sansen.
   - Introduction à l'étude du fonctionnement des Institutions communales à Braine-le-Château de 1836 à 1865, par Jean-Louis Van belle.
   - Les déboires du 4e régiment de Ligne de la Légion Belge en 1814, par H. Meurant.
   - Les Tourniquets de Tubize, par Christian de Brabanter.
   - La taille d'Aulme Xe anniversaire. Table onomastique des travaux édités, par André et Hugues Beaufays.

20 euros (code de commande : 19279).

 

L'archidiocèse de Malines-Bruxelles 450 ans d'histoire. Volume I : L'archidiocèse de Malines de la réforme catholique à la période révolutionnaire 1559-1802. Volume II : L'Église populaire dans l'archidiocèse une Église « libre » dans une société moderne 1802-2009. Antwerpen, Halewijn, 2009. Deux volumes in-4° sous cartonnage illustré d'éditeur, 296, 411 p., illustrations en noir et en couleurs, cachets de bibliothèque aux pages de garde et de titre.
Tables des matières :
   Tome I :
   - Préface, par Godfried Danneels.
   - Introduction générale, par Jan De Maeyer, Eddy Put, Jan Roegiers, André Tihon et Gerrit Vanden Bosch.
   - Origines de l'archidiocèse de Malines, par Arnoud-Jan A. Bijsterveld et Charles M.A. Caspers.
   - Une mesure pour rien ? (1559-1596). Les épiscopats de Granvelle et de Hauchin, par Guido Marnef.
   - L'élan de la réforme catholique (1596-1648). Nouvelles structures, nouvelles normes, par Eddy Put.
   - Le catholicisme en vitesse de croisière (1648-1689), par Toon Quaghebeur.
   - Discorde et troubles internes (1690-1759), par Toon Quaghebeur et Jan Roegiers.
   - Routine, réorganisation et révolution (1759-1802), par Jan Roegiers.
   Tome II :
   - La restauration (1802-1830), par André Tihon.
   - L'épanouissement d'une Église « libre » (1830-1883), par Vincent Viaene.
   - L'Église se tourne vers le peuple (1884-1926), par Jan De Maeyer.
   - Apogée et fin d'une époque (1926-1961). L'archevêché sous le cardinal Van Roey, par Lieve Gevers.
   - Une Église devenue minoritaire dans un environnement pluraliste (1961 -2009). L'archidiocèse sous Léon-Joseph Suenens et Godfried Danneels, par Léo Kenis.
   - Un passé couché sur le papier. 450 années d'histoire de l'archevêché dans les documents d'archives et l'historiographie, par Gerrit Vanden Bosch.
   - Conclusion générale, par Jan De Maeyer, Eddy Put, Jan Roegiers, André Tihon et Gerrit Vanden Bosch.
   - General conclusion.
   - Annexe.
   - Bibliographie.
   - Index des noms de personnes Index des noms de lieux.
   - Auteurs.

Les deux volumes : 80 euros (code de commande : 24560).

 

BEAUFAYS (A.) — La taille d'Aulme - Centre International de Recherches Glyptographiques. Trente ans de publications. 1964-1994. Tables. Braine-le-Château, La taille d'Aulme, 1997. In-8° collé, 219 p.
Introduction :
   Deux ans après sa création en 1964, la Taille d'Aulme faisait paraître son premier travail de recherche historique locale, sous la plume de Jean-Louis Van Belle fraîchement sorti de l'université.
   Elle devait affirmer son existence et sa mission de recherche sur Braine-le-Château et ses environs, en s'érigeant en A.S.B.L. C'était en février 1968.
   Ses travaux locaux l'ont amené, au fil des ans, à une découverte riche de conséquence, qui devait lui conférer une dimension internationale et entraîner, en février 1975, une révision de ses statuts. Son objet fut élargi à l'étude et la connaissance des pierres gravées anciennes, sans limitation géographique. À côté du C.R.B. (Cercle de Recherches historiques et folkloriques de Braine-le-Château), se créa ainsi un C.R.G. (Centre de Recherches glyptographiques). La Taille d'Aulme était devenue bicéphale...
   Le C.R.G. ne tarda pas à porter sur les fonts baptismaux le C.I.R.G. qui attesta de son universalité, à partir de 1979, en organisant bisannuellement, en Belgique et à l'étranger, ses colloques internationaux.
   Toujours dans la ligne de ses missions, la Taille d'Aulme apporta sa contribution aux programmes des « Rencontres médiévales » de Braine-le-Château, en mettant sur pied des expositions dans le cadre enchanteur du vieux moulin banal.
   On la retrouve aujourd'hui présente dans les expositions de la « Maison de l'Outil », à travers les catalogues qu'elle réalise.
   Cet itinéraire de plus de 30 ans d'écritures est jalonné de quelques 67 publications qui font l'objet du présent travail.
   De 1966 à 1973, parurent dans des revues spécialisées, des articles essentiellement centrés sur la commune de Braine-le-Château.
   Résolue à voler de ses propres ailes, la Taille d'Aulme créa alors ses propres éditions et commença à diffuser ses collections : Annales, Mémoires et Bulletins. Sans pour autant négliger l'exécution de travaux hors collection et en coédition.
   Ce sont les inventaires onomastiques et autre relevé de ces ouvrages qu'elle propose aujourd'hui à ses lecteurs.
   Ces inventaires ont été scindés en deux fascicules qui tiennent compte de l'intérêt spécifique que les ouvrages représentent, à savoir, fascicule I : l'histoire locale et régionale (50 titres) et, fascicule II : la glyptographie, regroupant notamment les actes des colloques internationaux. Si le fascicule I s'attache aux noms des personnes et à la toponymie du village de Braine-le-Château, le fascicule II, s'est voulu un inventaire des lieux porteurs de signes taillés dans la pierre à travers le monde.
   Chaque fascicule s'assortit d'une liste alphabétique des auteurs ayant apporté leur collaboration à la réalisation des travaux édités, soit sous la forme d'écrits, soit à l'occasion des communications faites au cours des colloques organisés. Ces listes permettent de faire connaître, par exemple, les intentions des textes regroupés dans les ouvrages collectifs.

20 euros (code de commande : 19278).

 

BIEBUYCK (Jacques) Le roman pays de Brabant. Avec la collaboration de Françoise Humblet. Photos de Michel Fisher. Bruxelles, Legrain, 1972. In-8° sous cartonnage illustré et jaquette d'éditeur, 190 p., illustrations en noir et quelques-unes en couleurs, rousseurs éparses sinon bon exemplaire.
Extrait :
   Au premier coup d'œil, maisons, chemins, églises vous ont l'air posés la depuis toujours. La réalité, quoi ! Ce qu'on ne regarde plus. Surtout, si l'on passe vite. En auto.
   Ralentissez. Descendez de voiture, marchez, apprenez ce paysage par les pieds. Tout change. Rien n'est plus aussi naturel ; des groupes, des ensembles se mettent à prendre un sens second. Lentement, le décor se dévêt, s'entrouvre, se met à vous parier. Alors, parfois, on peut aller jusqu'aux hommes...
   Aimer un pays, c'est cela.
   Le Brabant ne se donne jamais à qui passe vite. C'est un pays qu'il faut connaître en marchant. La route ne vous révélera rien, ou si peu. Ici, la beauté se cache. Le charme, la surprise, l'odeur singulière, le creux intime, l'horizon saisissant, autant de trésors à débusquer dans des sentiers mineurs, le long de pistes plongeant sous les feuilles, de voies apparemment sans issue.
   Je songeais a cette intimité difficile et savoureuse, assis sur la margelle de la fontaine Saint Germain, a l'écoute d'une rumeur millénaire. J'y pensais, accroupi dans les graminées, face à ce château-ferme de Moriansart dont les pierres de la tour sont, à la base, scellées de ciment romain. J'y rêvais à Aywiers, où sans qu'on puisse le situer, on entend bruire le puits de Sybille de Gages. Je m'enchantais et me désespérais de tant d'énigmes : jamais je n'arriverais à redire la centième partie de ce Brabant ; il reculait au rythme de mon approche.
   N'est-ce pas ainsi qu'un être humain ou une région vous attache ? Sa présence a-t-elle jamais autant de poids que son mystère ?
   Ainsi suis-je entre en ce roman pays de Brabant comme dans une mémoire et un projet sans fin, comme dans un amour proche et sans cesse plus profond.

12 euros (code de commande : 24075).

 

Bonjour d’hier, bonjour d’aujourd’hui, bonjour de Néthen. Melin, Les Amis de Nethen, 1994. In-4° collé, 67 p., illustrations, plan, tirage limité à 500 exemplaires.
Présentation :
   « Les Amis de Néthen » vous proposent un recueil d'anciennes cartes postales du village, datant des premières décennies de notre siècle. Elles sont assorties de commentaires récoltés auprès de Néthennois pétris de l'histoire et du folklore de leur village.
   Des problèmes se sont posés lors du choix des textes à faire paraître. Par exemple : ne risquions-nous pas de lasser certains lecteurs en leur soumettant des listes trop nombreuses et trop longues d'habitants de certaines maisons ou de certaines rues ?
   Finalement, nous avons estimé que l'édition de notre recueil nous donnait une occasion, peut-être unique, de regrouper en un seul ouvrage des données éparses récoltées à des sources multiples qu'il ne sera peut-être plus possible de consulter avant longtemps. Nous avons donc décidé de donner un maximum de détails sur l'habitat humain à Néthen.
   Une autre question nous a tracassés : jusqu'où pouvions-nous aller dans l'utilisation des surnoms de nos concitoyens ?
   Tenant compte que finalement chaque ancienne famille du village a les siens (et ne s'en porte pas plus mal) nous avons cru pouvoir en citer un certain nombre qui sont comme un clin d'œil que l'on se donne entre gens de bonne compagnie.
   Nous osons espérer que les famille intéressées y verront une preuve de connivence sympathique plutôt que d'irrespect. Et nous promettons à ceux qui n'auront pas trouvé leur place dans notre florilège qu'ils y figureront une prochaine fois.
   La comparaison entre cartes anciennes et photos actuelles, qui en sont chaque fois le pendant, permettra de réaliser combien le chemin a été parcouru en moins d'un siècle, notamment en ce qui concerne le développement de l'habitat.
   Souhaitons ensemble que le mouvement ne s'emballe pas trop pour que Néthen conserve longtemps encore son caractère typiquement rural, si cher à ses habitants, que ceux-ci soient récents ou de vieille souche. »

15 euros (code de commande : 11936).

 

BORCHGRAVE D'ALTENA (J. de) — À propos des Dinanderies conservées en Brabant. Bruxelles, Service de Recherches Historiques et Folkloriques du Brabant, 1957. In-8° agrafé, 39 p., illustrations.
   Il s'agit du n° 134 - Juin 1957 de la revue Le Folklore brabançon.
Avertissement :
   Il ne s'agit pas dans cette note d'écrire l'histoire de la dinanderie dans notre pays, mais tout simplement d'attirer l'attention des chercheurs sur différentes pièces conservées dans les limites relativement étroites d'une de nos provinces, le Brabant.
   Ayant visite, ville par ville, village par village, les Arrondissements de Bruxelles, de Louvain et de Nivelles, nous pouvons prétendre avoir eu sous les yeux tout ce que notre province abrite de pièces valables dans ce domaine déterminé ; certes ces dinanderies étaient pour la plupart connues, mais nous en avons signalé plusieurs qui ne figurent pas dans des répertoires prétendument complets.
   Il doit également être entendu que le Brabant, ayant le privilège de constituer le centre du pays, nous aurons à nous occuper incidemment des contrées voisines : les régions mosanes et celles de l'Escaut entrent surtout en ligne de compte et ceci dans des proportions diverses.

8 euros (code de commande : 19057).

 

[BRAINE-LE-CHÂTEAU]. Annales du Cercle Historique et Folklorique de Braine-le-Château, Tubize et des Régions Voisines. Tome VIII - 1988-1993. Braine-le-Château, La Taille d'Aulme, 1994. In-8° broché, 199 p., illustrations, exemplaire en parfait état.
Table des matières :
   - Braine-le-Château et Haut-Ittre en 1424-1425. Comptes rendus à Jacques d'Abcoude, seigneur de Gaasbeek, par Colart Scavée, bailli et receveur de Braine-le-Château (23 juin 1424-23 juin 1425), par Philippe Cullus (pp. 5-152).
   - La cuve baptismale romane de style ardennais de Linkebeek (Brabant), par J.-Cl. Ghislain (pp. 153-176, illustrations).
   - L'amour au féminin singulier (1692-1792). De l'innocence à la malédiction. II. La Brabançonne, par Charles-J. Leestmans (pp. 177-198).

20 euros (code de commande : 18610).

 

[BRUXELLES]. Il faut respecter le « Botanique » parce que... Bruxelles, Les Défenseurs du Jardin Botanique de Bruxelles, 1938. In-8° broché, 151 p., illustrations, bon exemplaire, peu courant.
   
Le combat pour la défense du patrimoine ne date pas d'hier...
Table des matières :
   - Préface.
   - Les groupements protestataires.
   - Pour respecter la mémoire du Roi Albert.
   - Historique montrant comment et pourquoi l'État s'est engagé, vis-à-vis de la Législature, de la Ville de Bruxelles et de la Société d'Horticulture, à conserver le Jardin Botanique.
   - Les déclarations de MM. Spaak et Balthazar au Sénat (séance du 16 novembre 1938) à la lumière des documents de 1870.
   - Historique du Fonds Albert.
   - Le « Botanique » œuvre d'art.
   - Le point de vue de la Sécurité.
   - Un exposé du baron Horta à la classe des Beaux-Arts de l'Académie Royale de Belgique.
   - Les chiffres démentent... (Une mise au point de Pêtre, bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode).
   - Lettres particulières.
   - Voix d'outre-tombe.
   - L'opinion de la Presse.
   - Quelques protestations de groupements.
   - Une lettre à M. Balthazar, ministre des Travaux Publics et de la Résorption du Chômage, avec la liste de tous les signataires.

25 euros (code de commande : 21886).

 

[BRUXELLES]. GOETGHEBUER (Pierre Jacques)Palais de Justice de Bruxelles. Aquatinte réalisée pour l'album Choix des monumens, édifices et maisons les plus remarquables du Royaume des Pays-Bas. Bruxelles, Stévin, 1827 (planche n° XCVII).
   Le Palais de Justice était situé sur l'actuelle place de la Justice, entre l'actuel boulevard de l'Empereur et la rue de Ruysbroeck, il fut détruit en 1892.
Description extraite de l'album :

   «
Palais de justice à Bruxelles, d'après les dessins de l'architecte F. Verly.
   L'entrée principale de ce palais est un péristyle de douze colonnes et de quatre pilastres corinthiens, supportant un fronton, disposé comme celui du Panthéon de Rome ; cette élévation fut commencée en 1818 ; elle fut terminée en 1823, comme l'indique l'inscription placée dans la frise,
      Wilhelmus, Primus Belgarum Tex Themidi consecravit MDCCXXIII.
   Le bas-relief du fronton n'est que projetté ; plusieurs sculpteurs ont déjà fait pour cette sculpture des esquisses, qui expriment allégoriquement la destination de ce monument. La place devant le péristyle est l'ancien terrain de l'église des Jésuites, démolie en 1811. »
Dimensions :
   - Image : 304 x 189 mm.
   - Cuvette : 333 x 215 mm.
   - Feuille : 434 x 289 mm.
Bibliographie :
   - Leblicq (Yvon), Les deux Palais de justice de Bruxelles au XIXe siècle, dans Poelaert et son temps, pp. 251-260 (avec la photo du Palais de Justice vers 1890 reproduite ci-dessus).
   - Meganck (Marc), Bruxelles disparu (tome II), pp. 30-31.

40 euros (code de commande : 23056).

 

Cahiers bruxellois. Revue d'histoire urbaine. Tome XXI - 1976. Bruxelles, Cahiers Bruxellois, 1977. In-8° broché, 178 p.
   
Ce volume contient :
   - La mise en exploitation du sol anderlechtois (XIe- XIIIe siècles), par M. De Waha ;
   - Un voyageur de Bohême à la Cour de Bourgogne, par A. Van Crugten ;
   - Les visées d'une famille bruxelloise sur la forêt de Soignes pendant le XVe siècle, par A. Smolar-Meynart ;
   - « À propos d'un Jean de Bernage… »: nouvelles conclusions, par C. Van den Bergen-Pantens ;
   - Le doyen des buffets d'orgues bruxellois, par J.-P. Félix ;
   - Cent cinquante ans d'éclairage au gaz à Bruxelles, par C. Roman ;
   - Un courant politique indépendant à Bruxelles au XIXe siècle : l'action d'Eugène Bochart (1860-1869), par Y. Leblicq.

12 euros (code de commande : 12988).

 

 

La Cathédrale Saint-Michel. Trésors d'art et d'histoire. Bruxelles, Société Royale d'Archéologie de Bruxelles, 1975. In-8° broché sous jaquette, 208 p, une planche en couleur, illustrations, 32 planches hors texte en noir in fine, très bon exemplaire.
   Ce catalogue qui fait partie des Annales de la Société Royale d'Archéologie de Bruxelles, a été publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à la cathédrale Saint-Michel, à Bruxelles, du 8 août au 15 octobre 1975.
Sommaire :

   - Préface, par J. de Borchgrave d'Altena.
   - L'origine de la paroisse Saint-Michel, par J. Verbesselt.
   - Bref aperçu de l'histoire du chapitre des Saints-Michel-et-Gudule, par W.M. Grauwen.
   - Bref aperçu de l'histoire de la construction, par D. Coupe, d'après P. Lefevre.
   - L'avant-corps de l'ancienne collégiale romane des Saints-Michel-et-Gudule et les débuts de l'art à Bruxelles, par J.-C1. Ghislain.
   - Les moulures intérieures de la cathédrale, par D. Coupe.
   - La cathédrale Saint-Michel, ancienne Collégiale Sainte-Gudule, par J. de Borchgrave d'Altena.
   Catalogue :
      - Avant-propos, par Gh. Derveaux-Van Ussel.
      I. Sceaux.
      II. Iconographie.
      III. Peintures.
      IV. Vitraux.
      V. Tapisseries.
      VI. Sculpture et mobilier.
      VII. Dentelles.
      VIII. Textiles.
      IX. Orfèvreries.

15 euros (code de commande : 18718).

 

Les cent cinquante ans de l'Université libre de Bruxelles (1834-1984). Direction scientifique : André Uyttebrouck et Andrée Despy-Meyer. Bruxelles, Éditions de l'Université, 1984. In-4° sous reliure et jaquette un peu usagée d'éditeur, 506 p., illustrations, exemplaire numéroté.

25 euros (code de commande : 5588).

 

Centenaire de la Société d'Archéologie, d'Histoire & de Folklore de Nivelles et du Brabant wallon. Actes du colloque 26 et 27 mars 1977. Musées de Nivelles, 1978. In-8° broché, 136 p., illustrations.
@ Contient e.a : Détection aérienne, typologie, implantation et cartographie des habitats ruraux gaulois et gallo-romains dans le Nord de la France, par R. Agache ; Méthode et résultats du sauvetage archéologique à Pommerœul, par G. De Boe et F. Hubert ; L'archéologie industrielle en Belgique, par J.P. Ducastelle.

12 euros (code de commande : 256/71).

 

COLLON (Frédéric) — Armorial de Wavre et environs. Avec 104 reproductions de blasons par André Stielle. Bruxelles, Librairia, 1952. In-8° broché, 174 p., illustrations, en noir, exemplaire numéroté (n° 866) et signé par l'auteur, ex-libris.
Introduction :
   Cet ouvrage n'est qu'une contribution à un armorial de la région wavrienne. En effet, il laisse à désirer du fait que, par la destruction totale des monuments funéraires, vitraux, archives et greffe scabinal, les sources locales ont disparu complètement. En outre, le magistrat wavrien s'est généralement servi d'un sceau commun.
   Les attributions d'armes sont donc difficiles, et, à moins d'être confirmées par un document nominatif, elles doivent être considérées comme de simples indications.
   Les renseignements généalogiques et biographiques contenus dans le présent travail permettront aux vieilles familles wavriennes de voir qu'elles ont un passé plein d'intérêt. Wavre, sous l'ancien régime, a été une franchise administrée par des bourgmestres, maïeurs et échevins, dont les attributions étaient bien plus importantes qu'aujourd'hui. Le banc des échevins rendait en effet la justice, s'occupait des questions relatives aux personnes et aux biens, actuellement de la compétence des notaires. Les actes de vente, achat, location, succession, etc.. étaient passés devant les échevins de la Franchise.
   C'est aux descendants des baillis, bourgmestres, maïeurs et échevins de Wavre que j'ai surtout consacré ce livre. Je n'ai pas compris dans ce travail les grandes familles seigneuriales qui ont possédé des terres dans la contrée où elles ne résidaient pas, pas plus que les familles étrangères à la région, qui ont assis leurs titres sur des fiefs brabançons, mais qui séjournaient principalement à Bruxelles et à Anvers.
   Beaucoup de nos familles wavriennes actuelles verront qu'elles descendent de familles anciennes et qu'elles ont souvent des ancêtres illustres. Le sang des ducs de Brabant s'est allié directement aux de Dion, de Lantwijck. De ceux-ci descendent les Beaufaux, van Dries, Thiry, Englebert, Brion, etc.. La famille Brabant, nombreuse encore, descend en ligne mâle de Jean III,
   J'espère que ces notes inciteront les familles intéressées à remonter dans leur histoire personnelle. Maintes de celles-ci pourront satisfaire une légitime curiosité et y trouveront des motifs d'être pleins de fierté de leur passé et d'espoir pour l'avenir.
   Cet ouvrage doit beaucoup à M. le Comte Thierry de Limburg-Stirum, à Huldenberg, qui a mis sa riche bibliothèque héraldique à ma disposition ; à M. Émile de Buisseret dont les extraits de greffes scabinaux et registres paroissiaux m'ont permis de donner des aperçus généalogiques sur les familles qui nous intéressent ; à M. l'abbé Pensis, qui m'a fait profiter de l'abondante documentation du Cercle Historique et et Archéologique de Wavre et de la Région, et qui a relevé ce qu'il y avait d'intéressant dans la plupart des registres paroissiaux anciens des communes du canton ; à M. le Président R. Goffin, de Nivelles et au Dr. J. M. Romain, qui ont examiné mon manuscrit et m'ont donné de nombreuses additions intéressantes ; à M. Louis Robyns de Schneidauer et à M. Jean Meurice, pour leur précieuse collaboration ; et enfin à la Ville de Wavre, qui par sa souscription au Cercle Historique et Archéologique, a permis d'illustrer cet ouvrage.

25 euros (code de commande : 24866).

 

COMMISSION ROYALE D'HISTOIRE. Bulletin de la Commission Royale d'Histoire. Tome XCVIII - 1er bulletin. Bruxelles, Lamertin, 1934. In-8° broché, XII, 125 p., exemplaire non coupé.
Table des matières :
   - Compte rendus des séances des 8 et 15 janvier 1934.
   - Compte du domaine de Gautier de Brienne au royaume de Chypre, par Ed. Poncelet (pp. 1-28).
   - Documents relatifs à l'histoire politique intérieure de Bruxelles de 1477 à 1480, par F. Favresse (pp. 29-125).

10 euros (code de commande : 18481).

 

COSEMANS (A.) — De bevolking van Brabant in de XVIIde en XVIIIde eeuw. Bruxelles, Palais des Académies, 1939. In-8° broché, XL, 261 p., (collection « Commission Royale d'Histoire »), exemplaire non coupé.
Avant-propos :
   De Heer Cuvelier behandelde in zijn bekend werk over de Brabantsche haardtellingen, reeds vóór een vijf en twintigtal jaren verschenen, de tellingen die in het hertogdom werden uitgevoerd tot vóór 1526 ; hij voegde er slechts enkele beschouwingen aan toe over de haardtellingen tot aan de komst van Alva in 1567. Graag hadden we onze studie aan het belangrijk werk van den eere-archivaris-generaal direct vastgeknoopt ; doch zulks was onmogelijk gezien eerst en vooral het feit dat er na de XVIe eeuw geen eigenlijke haardtellingen « hertellingen », meer plaats grepen, maar volkstellingen ; anderszij ds dat slechts tegen het einde van de XVIIe eeuw, m. a. w. in 1693, andermaal een denombrement werd uitgevoerd, belangrijk genoeg om aan zijn resultaten voldoende houvast te hebben. Tusschen 1553 en 1693 werden alleen sporadische, locale tellingen uitgevoerd, meestal door den paro-chialen clerus, waarvan de uitslagen ons van weinig nut waren.
   En nochtans,hoe bewogen en somber zijn die honderd en veertig jaren geweest ! Dertig jaar burgeroorlog en godsdientonlusten ; daarna honderd jaar overrompelingen, bezettingen, « tochten en hertochten » van nationale en vreemde troepen, die het land uitmergelden ! Tot eindelijk met den dood van Lodewijk XIV rust intreedt, begin XVIIIe eeuw. We laten natuurlijk al die droeve gebeurtenissen onbesproken, en vangen aan met de telling van 1693, toen de strijd om en door den Franschen Koning nog woedde, om te eindigen in 1784, toen de laatste telling van de Oostenrijksche periode werd uitgevoerd, de eerste echter van de moderne tijden, ten minste door haar omvang, zooniet door haar techniek. Daarna kwamen de overzichtelijke verslagen van de Fransche préfets, die trouwens aan de voorafgaande tellingen vastknoopten, en die we, alleen om practische redenen, buiten beschouwing laten.
   Ons doel wijkt daarenboven af van dat van den H. Cuvelier : het luidt dat we vooral aandacht willen vragen voor het verloop van het Brabantsche bevolkingscijfer sedert het einde der XVIIe eeuw ; hetgeen we daarbij vermelden over volkstellingen, economische toestanden, politieke en militaire gebeurtenissen, dient alleen als aanvulling, tot bestwil van den lezer.
   Moest al het statistisch materiaal dat we in de volgende bladzijden verwerken, alleen een droge, mathematische beteekenis hebben, dan zouden we ons de moeite niet getroost hebben er zooveel over uit te weiden. Maar doorheen al die getallen, bespeurt men een achtergrond : 's lands economischen toestand, het pauperisme, den geestelijken nood van onze voorouders, andere vergezichten ook die naar onze bescheiden meening de kennis van de XVIIIe eeuw betreffende stad en dorp in een zekere mate zullen verrijken. Daarbij ook nog dat we niet zullen nalaten hier en daar de door den H. Cuvelier uitgevoerde berekeningen over 1526 in te roepen om ons betoog den lezer aanschouwelijker te maken ; soms zelfs verwijzen we naar statistieken uit de XXe eeuw, met het doel den afgelegden weg tot heden ten dage aan te toonen.
   We zijn niet zoo vermetel te beweren met onze studie het ter hand liggende archiefmateriaal integraal verwerkt te hebben, noch dat onze interpretatie van de feiten ne varietur moet aangenomen worden : het veld van onzen arbeid was te groot om zonder gebreken heel en al beploegd te worden : onze wensch is 't, dat hier en daar verbeteringen aan de hiernavolgende bladzijden zouden worden aangebracht, ophelderingen verschaft en enkele punten zouden worden uitgediept.
   Aan ons mathematisch overzicht kenne men ook geen absolute waarde toe : de voorwaarden waarin de volkstellingen door de ambtenaren uit de XVIIIe eeuw werden uitgevoerd, laten zulks niet toe ; te meer dat dooreenstrengeling van nauwkeurigheden, foutieve aangiften, gissingen, leemten en oncontroleerbare gegevens, tot scepticisme moeten stemmen. Er kan dan alleen aan onze getallen de beteekenis toebedacht worden van een overzichtelijke studie, een verkenning in vogelvlucht : duistere plekken zullen overblijven, waarvoor we welwillendheid vragen. Daarom ook, zooals de H. Cuvelier het heeft gedaan, zouden we deze voorrede willen eindigen met de troostvolle woorden : De minimis non curat praetor !

15 euros (code de commande : 17725).

 

   Coup d'œil sur ma Patrie.
   
S.l., 1790.

     
Rare pamphlet publié durant la révolution brabançonne.
   Pour en savoir plus....

60 euros (code de commande : 12451).           

 

DELEPINNE (Berthe) — Le florilège de Bruxelles. Bruxelles, Willy Godenne, 1956. In-4° broché, 168 p., illustrations hors texte, exemplaire numéroté sur vergé Old Style.

19 euros (code de commande : 1352).


DEPRÊTRE (Dominique) — Bruxelles. Photographies Vincent Halleux. Liège, Éditions du Perron, 2002. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 175 p., très nombreuses illustrations en couleurs.
Sur la jaquette :
   Capitale d'une Europe qui n'en finit pas de grandir, Bruxelles est née il y a un peu plus de mille ans autour des marécages arrosés par une rivière capricieuse, la Senne.
   Précisément, c'est en canalisant – jusqu'à le faire carrément disparaître – son principal cours d'eau que Bruxelles a étendu au fil des siècles son rayonnement. Il s'agit là d'un superbe paradoxe. La plupart des grandes villes européennes sont profondément marquées par leur rivière. Bruxelles a préféré « passer au-dessus »... Comme sur bien d'autres choses !
   Car des paradoxes, il y en a toujours eu, à Bruxelles. Qui, très tôt, fit tournoyer les regards des Grands d'alors, venus de cultures et d'horizons divers. Bruxelles devint en effet capitale des Ducs de Bourgogne et de Charles-Quint, lesquels tentèrent à leur manière de faire, avant la lettre, l'Europe que nous connaissons aujourd'hui.
   Bruxelles fut le berceau de la Révolution qui provoqua – enfin, la naissance de la Belgique – et par excellence témoin d'une autre Révolution, Industrielle celle-là, dans l'autre moitié du XIXe siècle. Celle qui préparait notre monde moderne.
   Berceau de l'Art Nouveau et de l'Art Déco, courants d'art tellement fugaces qu'ils sont devenus mythiques aujourd'hui, Bruxelles a joué les précurseurs dans tous les domaines urbanistiques, fût-ce avec des fortunes diverses.
   Ville des rencontres et des cohabitations les plus improbables, Bruxelles a gardé un charme intact, fait d'insolite, de mystère et de fascination.
   Ce livre vivant a pour objet de faire découvrir le Bruxelles d'hier et d'aujourd'hui sous un jour nouveau, avec la participation interactive de grands artistes et artisans qui s'y côtoient.

20 euros (code de commande : 19487)..

 

DE VILLERS (Marie-Louise)Notre cher Waterloo de naguère. Waterloo, Rayez, 1983. In-4° broché, [124] p., nombreuses illustrations.
Préface :
   Plusieurs écueils guettent la préface d'un ouvrage comme celui-ci, la complaisance pour la patience de l'auteur Marie-Louise de Villers qui a réuni et commenté l'illustration, le défaut de connaître une époque révolue. Je céderai donc à une rêverie, aux émerveillements des anciens mirages, où l'on trouve les forestiers, les géomètres traceurs de route, les paveurs, les laboureurs, les humbles artisans, les notables qui ont essarté, cultivé, orné, administré, humanisé le coin de pays qui est le nôtre. Le charme des images invite à une promenade. Je réponds à l'invitation. Me voici promeneur, ici, contemplant la Chapelle royale et son dôme, là, visiteur d'une auberge, songeur au destin de Wellington signant la dépêche annonçant la victoire, donnant l'universalité au nom « Waterloo ». Reprenant la route, par un chemin privé, portant aujourd'hui le nom d'une Reine aimée, les hêtraies somptueuses de la forêt m'attendent; revenant vers Joli-Bois, le fantôme d'un enfant de Waterloo me surprend Jacques Pastur, dit Jaco, soldat autrichien, puis français, défenseur de la forêt, choisissant le centre au terme de sa vie pour y terminer ses jours, ne soupçonnant pas qu'il léguerait son parc et un château à la Commune de Waterloo.
   Mon imagination fréquente les tavernes disparues aux noms évocateurs, Belle-Vue, Joli-Bois, Petit-Paris, elle y trouve les visages de ceux qui ont vécu le vieux Waterloo, son calme, ses charmes, avant que lotisseurs, promoteurs, bâtisseurs, commerçants, ne donnent aux campagnes le visage d'une cité et aux édiles les soucis d'une ville.
   De nos jours il est sage de ramener nos regards sur le passé. Aujourd'hui l'homme a le vertige de la rapidité, de l'efficacité, du profit ; saisi par les témoignages d'antan, il rencontre une époque où le rythme de vie était pauvre, sans doute, mais simple et heureux. Notre Waterloo, c'est aussi le Waterloo d'autrefois. L'ouvrage de Marie-Louise de Villers laisse deviner quelle était sa jouissance paisible de la vie. Dans les voix intérieures de sa conscience, le lecteur entendra l'espoir d'un village et le vers du poète « Rends-moi le temps de mon adolescence, où je n'étais qu'en espérance » (Goethe).

20 euros (code de commande : 22784).

 

L'enseignement de la diction française. Bruxelles, Ville de Bruxelles, 1963. In-8° agrafé, 43 p., envoi au professeur Jean-Jacques Hoebanx.
Introduction :
   L'enseignement de la langue maternelle a constamment retenu l'attention des autorités scolaires de la Ville de Bruxelles. Celui-ci comporte notamment le souci du bon parler dans une région où des influences linguistiques diverses risquent de compromettre la correction du langage. Aussi des soins particuliers ont-ils été apportés à l'enseignement de l'orthophonie et de la diction.
   Le Collège des Bourgmestre et Echevins, sur ma proposition, a pris un ensemble de mesures, afin de doter nos écoles des instruments de travail indispensables en cette matière.
   Des cours de diction ont été créés dans nos établissements scolaires et des cours normaux préparant à l'enseignement de la diction ont été ouverts auprès de notre Académie de Musique.
   Il fallait compléter ces dispositions par la rédaction d'un programme et la formulation de règles méthodologiques. C'est ce travail qui est publié aujourd'hui. Rédigé une première fois par M. Carlos Roty, professeur honoraire de nos athénées et de nos écoles normales primaires et moyennes, il a été soumis à l'examen des directions de nos grandes écoles et à notre direction générale de l'Instruction publique et des Beaux-Arts.
   Nul doute que son application par notre personnel enseignant et la surveillance de celle-ci par nos directions d'école porteront l'enseignement du bon langage au niveau où la Ville de Bruxelles désire qu'il atteigne.

8 euros (code de commande : 15942).

 

FALKENBACK (Pierre) — Historique de Woluwe-Saint-Pierre. Woluwe-Saint-Pierre, Commune de Woluwe-Saint-Pierre, 1992. In-8° collé, 159 p., illustrations, exemplaire en bel état.
Table des matières :
   - Avant-propos, par Jacques Vandenhaute.
   - Introduction.
   Chapitre I. Woluwe-Saint-Pierre dans le cadre de notre histoire nationale.
   Chapitre II. Les droits de justice.
   Chapitre III. Les seigneurs.
   Chapitre IV. Les paroisses.
   Chapitre V. Les noms de rues à Woluwe-Saint-Pierre.
   Chapitre VI. Géographie.
   Chapitre VII. Woluwe-Saint-Pierre et les artistes.
   Chapitre VIII. Statistiques et tableaux.
   Chapitre IX. Le Palais Stoclet.
   Chapitre X. Le nouvel Hôtel communal et le Centre Culturel.
   Chapitre XI. Le Centre Sportif de Woluwe-Saint-Pierre.
   Chapitre XII. La maison de retraite « Home Roi Baudouin ».
   Chapitre XIII. Les centres de quartiers.
   - Bibliographie.

20 euros (code de commande : 25150).

 

GAZIAUX (Jean-Jacques)Le temps qu'il fait [à Jauchelette]. Introduction Jean-Marie Pierret. Bruxelles, [Institut du Patrimoine Wallon], 1995. In-8° collé, 101 p., illustrations, cartes, 3 pages du glossaire sont assemblées selon la numérotation inverse.
   
Il s'agit d'un tiré-à-part du volume n° 2 de la collection « Traditions wallonnes », publiée par l'institut du patrimoine wallon.
Introduction de l'auteur :
   Le temps qu'il fait, sujet de conversation banal pour tout un chacun, constitue par contre une préoccupation quasi quotidienne pour les ruraux, tout spécialement pour les cultivateurs. Les intempéries peuvent en effet non seulement contrarier leurs activités, mais, bien pire, occasionner de graves dommages à à leurs récoltes.
   L'étude ethnographique et dialectologique que j'ai consacrée à la vie agricole à Jauchelette regorge effectivement de références aux réalités atmosphériques.
   Le présent travail vise à rassembler le vocabulaire et les expressions en rapport avec le temps en usage dans ce village de l'Est du Brabant wallon. Il contient les informations que j'ai glanées auprès des villageois au gré de mes enquêtes ou de mes conversations. En outre, il s'est enrichi des observations que ma tante Maria Léonard, ancienne cultivatrice née en 1915, a accepté de noter brièvement en wallon sur le temps qu'il a fait, et ce chaque jour, pendant un an, d'avril 1982 à mars 1983. J'en ai repris divers passages particulièrement significatifs, échos de la vie et de la pensée d'une paysanne.

10 euros (code de commande : 21704).


 

Géants et dragons. Mythes et traditions à Bruxelles, en Wallonie, dans le nord de la France et en Europe. Tournai, Casterman, 1996. In-4° sous cartonnage et jaquette d'éditeur, 155 p., illustrations en noir et couleurs, (collection « Les Beaux Livres du Patrimoine »), exemplaire en très bon état.
Sommaire :
   
Préface, par Roger Dehaybe et Henry de Lumley.
   I. Géants et dragons, du plus profond de nos mémoires.
      - Dragons au cœur des mythologies, par Yvonne de Sike.
      - Géants entre dieux et hommes, par Yvonne de Sike.
   II. Géants de fêtes et dévotion.
      - Dragons, géants et cités par Yvonne de Sike.
      - Les géants processionnels, un phénomène européen, par Jean-Pierre Ducastelle.
   III. Des conquérants fondateurs aux communiers pacifiques. La France du Nord, par Marie-France Gueusquin.
   IV Héros de légende et saints protecteurs en Wallonie et à Bruxelles.
      - Ath ou la force des traditions, par Jean-Pierre Ducastelle.
      - Bruxelles, renouveau et dragons de légendes, par Brigitte Twyffels.
      - Mons et le combat du Lumeçon, par Jean-Pierre Ducastelle.
      - Namur et ses Aurdjouwants, par Jacques Willemart.
      - La famille Argayon de Nivelles, par Jean-Pierre Ducastelle.
      - Géants et dragons contemporains, regain de traditions en Wallonie, par Jean-Pierre Ducastelle.
   Annexes.
      - Confection et portage des géants de cortège, par Hervé Cabezas.
      - Tableau des manifestations en Belgique et dans le nord de la France.
      - Carte des apparitions des géants Samson, Goliath et Saint Christophe au XVe siècle.
      - Carte de la Wallonie et du nord de la France.
      - Glossaire.
      - Bibliographie.
      - Index des noms de lieux et de personnalités.

30 euros (code de commande : 19139).


 

GODDING (Philippe) — Le Conseil de Brabant sous le règne de Philippe le Bon (1430-1467). Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1999. In-8° broché sous jaquette illustrée, 610 p., une carte volante à déplier, (collection « Académie Royale de Belgique, Classe des Lettres », coll. in-8°, 3e série, Mémoires, tome XIX), exemplaire à l'état de neuf.
En quatrième de couverture :
   
Avant l'avènement de Philippe le Bon, le duc de Brabant rendait occasionnellement la justice, entouré de quelques conseillers. Après 1430, le Conseil de Brabant, institution qui avait connu des ébauches depuis une quinzaine d'années, s'affirme en une structure autonome, à fonction principalement – mais non uniquement – judiciaire. En peu d'années, cette fonction connaît un essor considérable, malgré la méfiance des États de Brabant. Philippe le Bon dut tenir compte de l'importance politique que conservaient ceux-ci, dominés par les villes principales du duché, et le Conseil de Brabant présenta de ce fait sous son règne un caractère atypique par rapport aux conseils de justice de principautés voisines, telles que la Flandre et la Hollande. En effet, le duc ne réussit pas à introduire en Brabant la fonction de procureur général, lequel devait être un agent essentiel du pouvoir ducal, le Conseil ne put imposer une compétence en degré d'appel, et les juristes universitaires restèrent en minorité jusqu'en 1463 dans un Conseil composé surtout de représentants de la petite noblesse issus du patriciat des chef-villes. En outre, le succès de la juridiction du Conseil était spontané et dû aux avantages qu'elle pré sentait pour les plaideurs ; le Conseil, quant à lui, veilla à respecter la compétence propre des juridictions traditionnelles. Il sut néanmoins réduire les abus auxquels donnait lieu la position dominante des villes.
   Outre l'activité judiciaire du Conseil, l'ouvrage souligne son rôle dans la politique intérieure du duché, ainsi que du point de vue législatif, administratif et diplomatique. Une dernière partie concerne l'introduction au Conseil de la procédure romano-canonique, dont les traits essentiels se retrouvent dans la procédure civile observée de nos jours. En évoquant l'objet de multiples procès et les parties qu'ils mettent aux prises, l'étude fait ressortir l'intérêt des sources relatives aux activités judiciaires du Conseil pour l'histoire du duché de Brabant à l'époque.

30 euros (code de commande : 21288).


GUÉRIN (Thérèse) — Ixelles en cartes postales anciennes. Deuxième édition. Zaltbommel, Europese Bibliotheek, 1972. In-12 oblong sous cartonnage d'éditeur, 160 p., 156 reproductions en noir, édition bilingue (français - néerlandais).
Extrait de l'introduction :
   La commune d'Ixelles a pour origine l'agglomération qui s'est formée dans la vallée supérieure d'un gros ruisseau tributaire de la Senne, auprès du monastère de la Cambre ; celui-ci avait été fondé en 1201, à la source même du Pennebeek qui prit, un peu plus tard, le nom de Maelbeek. Au bord des quatre étangs successifs alimentés par ce cours d'eau s'établissent par la suite plusieurs brasseries, quelques maisons, une chapelle, et de nombreux estaminets : le bas-Ixelles devient un village prospère. D'autre part, au dix-huitième siècle, l'amélioration des routes et le goût des voyages donnent de l'importance au plateau du haut-Ixelles sur lequel s'ouvre la porte de Namur : des commerçants et des hôteliers s'installent le long des chaussées que relient cette entrée de Bruxelles au bas-Ixelles et à Etterbeek. La chance veut qu'Ixelles échappe à la vague d'industrialisation sauvage du dix-neuvième siècle : ce sont d'abord les familles aisées de Bruxelles qui s'y font construire de belles maisons de campagne où l'on vient respirer l'air pur du plateau ; puis des centaines de Wallons, cherchant fortune dans la capitale, se fixent dans ce faubourg encore agreste. En moins de trente ans, la population double, et la progression continue: Ixelles comptait 18.371 habitants en 1856, plus de 90.000 en 1960.
   Nous allons flâner dans l'Ixelles de 1898/1925 en parcourant d'abord sa partie orientale : porte de Namur, place Ste-Croix, boulevard Militaire et avenue de la Couronne, avec une incursion vers la gare du Luxembourg; ensuite, le quartier de Tenbosch, puis Boendael, pour finir par rappeler quelques activités pittoresques des Ixellois. Et nous souhaitons qu'en feuilletant cet album nos lecteurs retrouvent, ça et là, le souvenir de moments heureux et – qui sait ? – d'un visage aimé...

15 euros (code de commande : 23555).


 

GUISLAIN (Albert) — Découverte de Bruxelles. Photos de Willy Kessels (assistant : Léon Stons). Bruxelles, l'Églantine, 1930. In-8° broché, 243 p., 22 reproductions photographiques hors texte, couverture défraîchie.
Table des matières :
   Chapitre premier, en forme de première préface.
   Chapitre deuxième, en forme de deuxième préface pour faire suite à la première....
   Chapitre troisième, en forme de troisième préface.
   Chapitre quatrième et dernière préface, celle des petits.
   Chapitre cinquième. - Périple. - Les boulevards.
   Chapitre sixième. - Par le Steenweg.
   Chapitre septième. - La Grand'Place.
   Chapitre huitième. - Flâneries.
   Chapitre neuvième. - Nouvelles flâneries.
   Chapitre dixième. - Via populi, vox populi.
   Chapitre onzième ou chapitre de gueule.
   Chapitre douzième. - Squares, Parcs et jardins publics.
   Chapitre treizième. - Les Musées.
   Chapitre quatorzième. - « Des Sens ».
   Chapitre quinzième. - Les Églises.
   Chapitre seizième et dernier en forme d'épilogue pour les enfants d'hier.

30 euros (code de commande : 23330).

 

GUISLAIN (Albert) — Découverte de Bruxelles. Photos de Willy Kessels (assistant : Léon Stons). Édition pour la jeunesse. Bruxelles, l'Églantine, 1931. In-8° broché, 253 p., 22 reproductions photographiques hors texte, on joint une coupure de presse et l'avis nécrologique d'Albert Guislain (1969), une photo du campanile de l'hôtel de ville par le studio des frères Haine (signée), ex-libris du photographe Marcel Lefrancq, signature et date (25/12/1932) manuscrites du même à la page de garde, couverture défraîchie, dos ridé.
Table des matières :
   Chapitre premier, en forme de première préface, celle des petits.
   Chapitre deuxième, en forme de deuxième préface.
   Chapitre troisième, en forme de troisième préface, pour faite suite à la deuxième.
   Chapitre quatrième et dernière préface.
   Chapitre cinquième. - Périple. - Les boulevards.
   Chapitre sixième. - Par le Steenweg.
   Chapitre septième. - La Grand'Place.
   Chapitre huitième. - Flâneries.
   Chapitre neuvième. - Nouvelles flâneries.
   Chapitre dixième. - Via populi, vox populi.
   Chapitre onzième ou chapitre de gueule.
   Chapitre douzième. - Squares, Parcs et jardins publics.
   Chapitre treizième. - Les Musées.
   Chapitre quatorzième. - Les Églises.
   Chapitre quinzième. - Promenades centrifuges.
   Chapitre seizième. - Premier épilogue.
   Chapitre dix-septième . - Deuxième épilogue.

50 euros (code de commande : 23329).


L'Heure bleue. La vie nocturne à Bruxelles de 1830 à 1940. Bruxelles, Crédit Communal, 1987. In-4° broché, 219 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs.
   Cet ouvrage a été publié à l'occasion de l'exposition éponyme qui s'est tenue au Passage 44, à Bruxelles du 20 mars au 24 mai 1987.
Avant-propos :
   Le XIXe siècle est volontiers étudié pour ses conceptions urbanistiques, son architecture métallique et ses grands monuments, tous trois empreints d'un souci de grandeur et de sérieux associé à l'image d'une société industrielle et bourgeoise en pleine expansion. L'Architecture Moderniste, elle, est surtout connue pour son apport théorique et sa contribution à l'art d'habiter rationnellement. Seuls l'Art Nouveau ou l'Art Déco dénotent une coloration plus frivole.
   À l'origine de cette exposition, réside l'envie de découvrir quelle architecture le XIXe et la première moitié du XXe siècle ont réservée à leurs plaisirs, plus propices à autoriser quelque audace Imaginative que les grands programmes civils. À ce dessein architectural, s'ajoute bientôt, inéluctablement, l'histoire des spectacles eux-mêmes, spectacles au sens large, du théâtre au cinéma en passant par ceux offerts dans les cafés, dancings et autres lieux nocturnes.

30 euros (code de commande : 19831).

 

JACQUEMYNS (Guillaume)Histoire contemporaine du Grand-Bruxelles. Bruxelles, Vanderlinden, 1936. In-8° broché, 248 p., bien complet de ses 40 planches hors texte, non coupé, couverture un peu insolée, hommage de l'auteur.
Table des chapitres :
   - Introduction.
   Première partie. L'urbanisation. Les voies de communication.
      Chapitre I. Le Grand-Bruxelles.
      Chapitre II. Mesures législatives et règlements qui ont régi et facilité l'urbanisation des faubourgs et la construction des voies de communication dans l'agglomération bruxelloise.
      Chapitre III. Les voies de pénétration vers la banlieue et les artères de raccordements entre les faubourgs.
   Deuxième partie. Les moyens de communications.
      Chapitre I. Les diligences, malles-poste et les messageries.
      Chapitre II. La capitale centre du réseau ferré belge.
      Chapitre III. Les chemins de fer vicinaux.
      Chapitre IV. Les omnibus et les autobus.
      Chapitre V. Les premières compagnies de chemins de fer américains.
      Chapitre VI. Les Tramways bruxellois.
      Chapitre VII. Les chemins de fer à voie étroite de Bruxelles à Ixelles-Boendael (1883-1893).
      Chapitre VIII. La Société générale de Chemins de fer économiques.
   - Conclusion.

25 euros (code de commande : 23359).

 

KOZYREFF (Chantal) — Songes d'Extrême-Asie. La Tour japonaise et le Pavillon chinois à Laeken. Anvers, Fonds Mercator, 2001. In-4° broché, 177 p., nombreuses illustrations en couleurs, (collection « Bibliothèque des Amis du Fonds Mercator »), bel exemplaire.
Table des matières :
   - Note liminaire.
   - Introduction.
   - Première partie. La Tour japonaise et le Pavillon chinois : des clés de leur raison d'être.
      - Les desseins de Léopold II sur Laeken.
      - Les goûts artistiques de Léopold II et l'Extrême-Asie.
      - L'attrait des terres lointaines chez Léopold II.
      - De l'art difficile d'offrir :
         - La Donation royale.
         - La Fondation de la Couronne.
         - Autres instruments juridiques.
   - Deuxième partie. La Tour japonaise et le Pavillon chinois : leur édification.
      - Les origines : fabulations et réalité.
      - Alexandre Marcel et la tentation orientale.
      - Alexandre Marcel, interprète de l'architecture extrême-asiatique à Laeken.
      - Destination originelle et programme architectural.
      - Des devis à la réception des travaux :
         - Les années 1901-1902.
         - Les commandes en Extrême-Asie, 1902-1905.
         - L'année 1903.
         - L'année 1904.
         - Les années 1905-1906.
         - Les années 1907-1908.
         - L'année 1909.
         - Le programme décoratif.
      - Alexandre Marcel (1860-1928).
      - Les intervenants belges et étrangers dans la construction de la Tour japonaise.
      - Les intervenants belges et étrangers dans la construction du Pavillon chinois.
   - Troisième partie. La Tour japonaise et le Pavillon chinois : heurs et malheurs d'une destinée muséale.
      - Les débuts, 1911-1919.
      - Incertitudes et stagnation, 1919-1945.
      - Séparation, 1946-1988.
      - Chassé-croisé, 1988-1995.
      - Retrouvailles, depuis 1995.
      - Un regard sur l'avenir.
   - Conclusion.
   - À travers les collections de la Tour japonaise et du Pavillon chinois.
   - Orientation bibliographique.
   - Index.

25 euros (code de commande : 20523).

 

LEFEVRE (F. ) — La collégiale des saints Michel et Gudule à Bruxelles. Son histoire - Son architecture - Son mobilier - Ses trésors. Photos W. Godenne. Bruxelles, Librairie Générale, 1942. In-8° sous cartonnage et jaquette d'éditeur, 187 p. dont 96 planches en noir.

12 euros (code de commande : 294/66).

 

LEURS (C.)Les origines du style gothique en Brabant. Première partie : L'architecture romane. Tome II : L'architecture romane dans l'ancien duché. Bruxelles-Paris, Vromant, 1922. In-8° broché, IX + 233 p., illustrations, plans.

25 euros (code de commande : 295/66).

 

MABILLE (Alfred) — Les environs de Bruxelles par Alfred Mabille. Nombreuses illustrations. Composition inédites de Henry Cassiers et Alfred Ronner et plusieurs vue photographiques. Bruxelles, Lebègue, [1885]. [Bruxelles J. Lebègue et Cie, Imprimeurs-Éditeurs 46, rue de la Madeleine, 46.] In-8° (220 ´ 280 mm.) sous cartonnage (un peu frotté) d’éditeur d'après la maquette de Paul Souze (relié par Meersmans à Bruxelles), 131, [1 bl.] p., illustrations dans le texte, la carte manque, (« Collection Nationale - Origine, Description et Histoire des Principales Villes de Belgique »), quelques rousseurs.
Table des matières :
   I. Un mot d'introduction.
   II. Au temps passé.
   III. Les faubourgs.
   IV. Les faubourgs (suite).
   V. La Zuene.
   VI. La Pede et la route vers Ninove.
   VII. La route vers Gand et le Pays d'Assche.
   VIII. Le canal de Willebroeck.
   IX. La Woluwe et les environs de Perck.
   X. Uccle et la villégiature.
   XI. Linkebeek, Alsemberg et Rhode-Saint-Genèse.
   XII. La vallée de l'Isque.
   XIII. Soigne (1°. Sous la lisière. 2°. Sous bois).
   XIV. Waterloo.

25 euros (code de commande : 23753).

 

MACOIR (G.) — Le Musée royal d’Armes et d’Armures de la Porte de Hal à Bruxelles. Wetteren, Jules De Meester, 1928. In-8° broché, 48 p., planches hors texte.
   
@ Tiré à part du 33e volume des Annales de la Société Royale d’Archéologie de Bruxelles dans lequel l'auteur retrace les grandes lignes de l'histoire du bâtiment depuis sa construction à la fin du XIVe siècle jusqu'à sa restauration et à sa transformation en musée, en 1870. L'origine des collections est ensuite évoquée (elle proviennent essentiellement de l'Arsenal de la Cour, fondé par les ducs de Bourgogne) avant d'en aborder la description selon le sens de la visite du bâtiment.

12 euros (code de commande : 11884).

 

MARTENS (Mina) — Actes relatifs à l'Administration des Revenus domaniaux du Duc de Brabant (1271-1408). Bruxelles, Palais des Académies, 1943. In-8° broché, 355 p., (collection « Commission Royale d'Histoire »), exemplaire non coupé.
Table des matières :
   Introduction.
   Première partie : L'administration centrale.
      A. Nature de l'intervention ducale dans l'administration et ses diverses manifestations.
      B. Rôle de la cour féodale.
      C. Rôle du receveur de Brabant.
         1. Attributions administratives.
         2. Attributions financières.
         3. Attributions en matière judiciaire.
      D. Rôle du sénéchal de Brabant.
   Deuxième partie : L'administration locale.
      A. Rôle des receveurs locaux.
         I. Attributions administratives.
            a. Présidence des échevins en matière de juridiction gracieuse domaniale.
            b. Présidence des cours censales.
            c. Présidence des cours allodiales.
            d. Présidence de la Chambre des tonlieux.
         II. Attributions financières.
         III. Attributions judiciaires.
      B. Rôle des officiers de justice.
   Liste chronologique des actes.
   Index des termes rares ou inédits.
   Index des sceaux.
   Table onomastique.
   Additions et corrections.

15 euros (code de commande : 17774).

 

MARTENS (Mina) — Le censier ducal pour l'ammanie de Bruxelles de 1321. Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1959. In-8° sous cartonnage d'éditeur, 376 p., (collection « Commission Royale d'Histoire »), exemplaire en parfait état.
Conclusion de l'introduction :
   La courte introduction que nous avons réservée au document que nous présentons, uniquement destinée à apporter quelque lumière sur la nature du domaine ducal, pourrait paraître limiter l'intérêt du texte à ce seul aspect historique. Il n'en est rien. En dehors des services qu'il pourra être appelé à rendre aux toponymistes, un tel censier se révèle plein d'enseignement pour ceux qui s'efforcent de rechercher les formes économiques du Brabant au XIVe siècle.
   Un exemple permettra de justifier le bien-fondé d'une telle affirmation : le seul relevé des professions exercées à Bruxelles parmi ceux qui payent un cens au duc. On y voit 8 tailleurs de pierre, 7 tisserands, 10 charpentiers, 1 serrurier, 1 cuisinier, 4 brasseurs, 6 pelletiers, 1 fabricant de bourses, 1 corroyeur, 8 boulangers, 1 chausseur, 6 meuniers, 4 teinturiers, 3 foulons, 1 tapissier, 3 tanneurs, 3 savetiers, 1 mesureur, 4 forgerons, 3 charrons, 1 marchand, etc...
   Sans doute, n'est-ce là qu'un faible pourcentage des artisans ; néanmoins cette liste est-elle utile, puisqu'elle révèle certaines professions exercées à Bruxelles, à une époque pour laquelle nous avons peu de renseignements de ce genre.
   Cet unique exemple de l'intérêt du censier ducal de 1321 pour Bruxelles et ses environs, est loin de condenser toutes les formes de curiosité qu'il est susceptible d'éveiller; n'oublions pas, entre autres, que les spécialistes de la géographie urbaine y trouveront un réel avantage si l'on songe que ce texte se rapporte, essentiellement, à une année bien précise, pour laquelle il est possible de reconstituer, partiellement, la figure des rues, des ruelles, des ruisseaux et même des collines de la ville et cela à une époque où, il est inutile d'y insister, nous n'avons aucun autre élément du genre pour ce faire.
   Nombre de disciplines, depuis l'histoire économique et sociale, l'histoire institutionnelle et la géographie historique, jusqu'à la toponymie et l'anthroponymie y trouveront matière à se compléter.

15 euros (code de commande : 17295).

 

MARTINY (Victor-Gaston) — Bruxelles. Architecture civile et militaire avant 1900. Braine-l'Alleud, Collet, 1992. In-4° broché, 100 p., nombreuses illustrations en bistre et en couleurs, bel exemplaire.
Préambule :
   Le millénaire de Bruxelles, fixé à l'an 1979 par le Collège échevinal, avait été choisi pour commémorer l'établissement de Charles de France dans une île de la Senne considérée alors par les historiens comme le berceau de la Ville.
   Une analyse plus poussée des textes par le professeur Georges Despy comme des recherches archéologiques récentes menées par M. Michel de Waha et Mme Françoise Jurion au quartier Saint-Géry et par M. Pierre Bonenfant à l'intérieur de la cathédrale Saint-Michel, sembleraient remettre ce choix en doute.
   Mais, dans la quête de sources sûres menée par des scientifiques, il sera toujours malaisé de départager les critères qui sont généralement évoqués pour affirmer qu'un acte volontariste ou qu'un habitat déterminé fut le moteur de la ville. Car le statut de ville fut donné à des agglomérations qui n'en ont aucunement l'apparence, comme Durbuy ou Chiny chez nous. Pour Bruxelles, dans l'état actuel de nos connaissances, il est quasi certain que les origines remontent à la période médiévale, quoique son sous-sol ait été bouleversé mécaniquement aux deux tiers sans qu'on ait pensé aux substructions antérieures qui auraient pu y être découvertes.
   En tout état de cause, il y eut, ça et là, des trouvailles fortuites qui permettent d'imaginer que la région de Bruxelles était habitée bien avant que la ville ne prenne forme et n'acquière son nom. Il y en eut en terrain sec place du Grand-Sablon, dans le Parc, rue Philippe-le-Bon et rue du Marteau, et dans le sol humide rue des Chartreux, quai aux Barques, et au Petit-Château. D'après Edgard Mariën la présence de haches polies « dans des terrains plus ou moins tourbeux depuis Forest jusqu'à Montplaisir et Melsbroeck semble indiquer qu'il a dû exister des habitations palustres à côté des sites fortifiés sur promontoire sablonneux. »
   Peu importe, après tout, pour notre sujet, ces découvertes d'objets préhistoriques et celles d'époques beaucoup plus tardives – gauloise ou celte – aux environs de la cité. Ce qui est à noter, c'est qu'il y eut permanence d'habitat en des endroits divers, sur une partie de territoire relativement réduite. La présence d'un cimetière de trois cents tombes de la période mérovingienne au Champ de Sainte-Anne, à Anderlecht, en pleine substructions romaines, des tombes à Haren, Ixelles, Uccle, Saint-Josse-ten-Noode et Melsbroeck, en sont la meilleure preuve.
   Car qui dit cimetières, dit lieux habités. On peut imaginer que ceux-ci étaient constitués de constructions en rondins – la forêt de Soignes est proche – et, quoique certaines aient pu subsister lors de l'établissement du castrum bruxellois, elles ont dû rapidement faire place à d'autres constructions plus confortables et plus raffinées, steenen et chaumières d'abord, habitations de bois et de pisé ensuite, constructions de briques et de tuiles enfin.

15 euros (code de commande : 24992).

 

MARTINY (Victor Gaston) — Jodoigne. Passé, présent et avenir. Bruxelles, Service de Recherches Historiques et Folkloriques du Brabant, 1963. In-8° broché, 185 p., illustrations, planches hors texte à déplier, ex-libris manuscrit à la page de titre.
En quatrième de couverture :
   Avertissement.
   Chapitre I. Situation de la ville de Jodoigne du point de vue régional.
      1. Situation administrative.
      2. Situation géographique.
      3. Note en guise de conclusion du chapitre I.
   Chapitre II. Les phénomènes physiques propres au territoire de Jodoigne.
      1. Géologie.
      2. Hydrographie.
      3. Orographie.
      4. Le climat.
      5. Végétation spontanée.
      6. Conclusions du chapitre II.
   Chapitre III. Les phénomènes humains régissant l'évolution de la ville.
      1. Histoire. Époque gallo-romaine et berceau de Jodoigne - Époque franque - Le Moyen Âge (Formation de la cité - Le faubourg St-Médard - La paroisse St-Lambert) - Les temps modernes.
      2. Jodoigne monumental (Monuments existants - Bilan des monuments disparus).
      3. Démographie.
      4. Facteurs économiques (Agriculture - Élevage - Industrie - Commerce et artisanat - Moyens de communication).
      5. Conclusions du chapitre III.
   Chapitre IV. Équipement de la ville.
      1. Habitat.
      2. Les taudis.
      3. Évacuation des résidus et eaux vannes.
      4. Distribution d'eau, de gaz et d'électricité.
      5. Abattoir.
      6. Sécurité publique (Police - Pompiers).
      7. Conclusions du chapitre IV.
   Chapitre V. La vie sociale à Jodoigne.
      1. Les Institutions publiques (Œuvres hospitalières - Œuvres de prévoyance - Œuvres d'assistance - Les écoles).
      2. Préoccupations (Intellectuelles et confessionnelles - Artistiques - Folkloriques - Sportives - Touristiques.
      3. Conclusions du Chapitre V.
   Chapitre VI. Plan général de la situation existante et conclusions du survey.
      - Géologie.
      - Hydrographie, climat, végétation spontanée, monuments.
      - Démographie, agriculture, élevage, industrie.
      - Commerce et artisanat, moyens de communication.
      - Habitat, taudis.
      - Cimetière, évacuation des résidus et des eaux vannes, distribution d'eau et d'électricité, abattoir, sécurité publique, écoles.
      - Préoccupations intellectuelles et confessionnelles, activités artistiques.
      - Activités folkloriques el sportives.
   Chapitre VII. Aménagement projeté.
      - Plan général (Le sol en lui-même - Les faits humains en fonction du sol).
      - Études de plans particuliers (Le bourg antique - Le quartier de l'hôpital et l'École normale - La cité nouvelle et la plaine des sports).
      - Promenades artistiques.
      - Conclusion générale.
   Annexes : Pièces justificatives - Tableaux - Graphiques - Bibliographie.

20 euros (code de commande : 19949).

 

MATTHIEU (Flory) — Portes bruxelloises. [Photographies de l'auteur.] Paris, Ereme, 2007. In-8° sous cartonnage et jaquette d'éditeur, 79 p., belles reproductions en couleurs, exemplaire à l'état de neuf.
En quatrième de couverture :
   Il existe une autre histoire de Bruxelles, discrète, intime, mais pourtant débordante de fantaisie, d'imagination, de couleurs, de formes, de matières, d'ombres et de lumières, et qui se trouve être, à bien des égards, l'un des plus fidèles témoins de l'histoire de la ville, embrassant toutes les époques qu'elle a traversées : celle de ses portes.
   Baroques, Art Nouveau, contemporaines, quelques cent-vingt portes ou détails de portes nous emmènent dans une balade savoureuse et colorée au cœur du patrimoine bruxellois.

10 euros (code de commande : 17722).

 

MEUWISSEN (Éric) — Les grandes fortunes du Brabant. Ottignies - Louvain-la-Neuve, Quorum, 1994. In-8° collé, 218 p., illustrations hors texte, exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   D'où vient la grande propriété foncière en Brabant wallon ? Comment a-t-elle évolué ? Quel est son avenir ? Qui la détient ?
   En essayant de répondre à ces questions, Éric Meuwissen a été amené à écrire un pan de l'histoire de la noblesse et de la bourgeoisie, non seulement locales mais aussi nationales et même internationales, aux XIXe et XXe siècles.
   Mosselman, Solvay, Janssen, Boël, Goblet, Merode, Dorlodot, t'Sertstevens et bien d'autres sont autant de seigneurs de la terre dont les domaines, jadis immenses, découpent tout le Roman Pais. Ils ont donné à la Belgique des capitaines d'industrie, des ambassadeurs, des députés et sénateurs, des princes et même une reine... Paola.
   Comme l'écrit remarquablement le professeur Jean Puissant de l'ULB, dans la préface : « Nouvelle province à partir de 1995, le Brabant wallon, souvent évoqué, est rarement traité en tant que tel. Si les contributions à l'histoire locale ou sous-régionale ne sont pas absentes, il est plus rare de rencontrer avec autant de bonheur une problématique générale dont les effets sont perceptibles à divers niveaux du Roman pais... Histoire économique, sociale, politique, régionale et locale (le Brabant wallon comme vous ne l'aurez jamais lu)... constituent autant de facettes colorées, illuminées, éclairées par l'ouvrage d'Éric Meuwissen... Mêlant harmonieusement les techniques de l'historien et celles du journaliste, il a réussi à faire œuvre de journaliste d'investigation offrant un réel apport à la connaissance, à la réflexion, mais sans doute aussi demain à l'action »

20 euros (code de commande : 24327).

 

MICHEL (Louis) Le Brabant wallon. Chez l'Auteur - Besace culture, s.d. In-8 broché, 173 p, nombreuses illustrations, quelques traces d'humidité aux derniers feuillets.

7,50 euros (code de commande : 378/57).

 

Mille ans de transport à Bruxelles. Bruxelles, Stib, 1979. In-8° agrafé, 76 p., illustrations.

10 euros (code de commande : 281/59).

 

Monasticon belge. Tome IV. Province de Brabant. Quatrième volume. Liège, Centre National de Recherches d'Histoire Religieuse, 1970. In-4° broché, [294] p., bel exemplaire non coupé.
Table :
   - Abbaye de Sainte-Gertrude, à Louvain, par M. Smeyers.
   - Abbaye de Saint-Jacques sur Coudenberg, à Bruxelles, par D. Van Derveeghde.
   - Abbaye de Notre-Dame, à Bellingen, par P. Pieyns-Rigo.
   - Prieuré de Bethléem, à Herent, par E. Persoons.
   - Prieuré de Bois-Seigneur-Isaac, à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac, par J. Vanderborght.
   - Prieuré de Groenendael, à Hoeilaart, par E. Persoons.
   - Prieuré de Rouge-Cloître, à Auderghem.
   - Prieuré de Sept-Fontaines, à Rhode-Saint-Genèse, par E. Persoons.
   - Prieuré du Val-des-Ecoliers, à Léau, par P. Pieyns-Rigo.
   - Prieuré du Val-Saint-Martin, à Louvain, par W. Lourdaux.

50 euros (code de commande : 18964).

 

 

PORTEMAN (Karel) Emblematic Exhibitions (affixiones) at the Brussels Jesuit College (1630-1685). Bruxelles, KBR - Brepols, 1996. In-4 broché, 198 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs.

19 euros (code de commande : 385/57).

 

Province de Brabant. Étains, porcelaines et faïences d'autrefois. Bruxelles, Province de Brabant, 1974. In-8° broché, 76 p., [44 (illustrations)] p., exemplaire en bel état.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Gouvernement Provincial, à Bruxelles, du 27 juillet au 14 septembre 1974.
Table des matières :
   - Introduction, par Philippe Van Bever.
   - Bibliographie.
   - Faïences de Bruxelles, par A.M. Marien-Dugardin.
   - La porcelaine bruxelloise, par Andrée Brunard.
   - Les étains brabançons, par F. Hertz Pompe.

15 euros (code de commande : 18755).

 

QUIÉVREUX (Louis) — Bruxelles notre capitale. Histoire, folklore, archéologie. Bruxelles - Liège, Pim-Services, [1954]. In-8° broché, 362, [5 (index)] p., exemplaire en bel état.
Introduction :
   Il y a quelque amertume à exercer la profession de journaliste, car ce qu'écrit le reporter dure à peine le temps de la chute d'une feuille de papier, c'est-à-dire vingt-quatre heures. Hier emporte souvent un enfant chéri, fruit fugitif d'une idée, d'un spectacle ou d'une enquête. Aussi, comme le faisait remarquer un jour un de mes confrères, le journaliste soucieux de conserver, pour la postérité, ce qu'il estime être le meilleur de sa production, cherche-t-il dans le livre le havre où quelques-unes de ses pages seront sauvées. C'est ce que j'ai fait. Le texte de ce recueil, consacré à l'histoire, au folklore et à l'archéologie de Bruxelles, est composé d'articles écrits, en ordre principal, pour La Lanterne. Un index alphabétique permet à l'ami de Bruxelles de trouver rapidement le renseignement qu'il me ferait l'honneur de chercher dans ce livre que je dédie à ma fille, afin qu'elle aime sa petite patrie comme je l'aurai aimée.

15 euros (code de commande : 23371).


RENOY (Georges) — Bruxelles sous Léopold Ier. 25 ans de cartes porcelaine 1840-1865. Bruxelles, Crédit Communal, 1979. In-4° broché, 192 p., nombreuses reproductions en noir et en couleurs, exemplaire en très bon état.
Table des matières :
   I. L'image en question.
   II. Coup d'œil sur Bruxelles version 1850.
   III. Marchands d'esprit.
   IV. Au bonheur des dames.
   V. Au bonheur des messieurs.
   VI. Homme sweet homme.
   VII. Petits et grands bazars.
   VIII. Bruxelles, auberge de l'Europe.
   IX. À plein verres.
   X. À chacun son métier.
   XI. Galeries Saint-Hubert.
   XII. Grande Harmonie.
   XIII. Le siècle marche.

30 euros (code de commande : 12597).

 

 

Trésors d'art du Brabant. Catalogue. Bruxelles, Musées Royaux d'Art et d'Histoire, 1954. In-8° broché, 131 p, CXXVII planches hors texte en noir, bon exemplaire.
   Catalogue publié à l'occasion de l'exposition organisée en juin-juillet 1954 aux Musées royaux d'Art et d'Histoire, à Bruxelles.
Table des matières :
   - Lettre de J. de Néeff.
   - Introduction, par M. Spaelant.
   - Avertissement, par le comte de Borchgrave d'Altena.
   - Trésors d'Art du Brabant. Généralités.
   - Architecture, par V. G. Martiny.
   - Éléments architectoniques de l'ancien château ducal de Tervuren, par M. Bequaert.
   - Peinture, par Paul Fierens et le comte d'Arschot Schoonhoven.
   - Tapisseries, par J. B.
   - Note sur la tenture de l'Histoire de Jacob, par Mme Crick-Kuntziger.
   - Vitraux, par J. Helbig.
   - Broderies, par J. B.
   - Sculpture, par J. B.
   - Meubles et boiseries, par J. B.
   - Orfèvrerie, par J. B.
   - Sigillographie, par J. Boisée.
   - Dinanderies, par J. B.
   - Dentelles, par Mme Risselin-Steenebruggen.
   - Céramiques, par J. Helbig.
   - Folklore, par J. Verbesselt.

15 euros (code de commande : 18202).

 

.

VAN DEN STEEN (Willy) Het Palais der Natie. Brussel, Belgische Senaat, 1982. In-4° sous reliure, jaquette et étui d'éditeur, 266 p., illustrations en noir et en couleurs.

23 euros (code de commande : 393/62).

 

VAN EECKHOUT (Marie-Thérèse) — Woluwe-Saint-Lambert. Esquisse historique. Préface de Albert Marinus. Woluwe-Saint-Lambert, Moderna, 1953. Grand in-8° broché, 214 p., illustrations.
Table des matières :
   - Préface.
   - Introduction.
   Chapitre I : Les origines et les aspects géographiques de Woluwe-Saint-Lambert.
   Chapitre II : Les origines historiques de Woluwe-Saint-Lambert.
   Chapitre III : Les souvenirs du passé.
   Chapitre IV : Le Woluwe-Saint-Lambert d'aujourd'hui.
   Chapitre V : Les noms de rues à Woluwe-Saint-Lambert.
   - Appendice.

20 euros (code de commande : 22284*).

 

VANHAMME (Marcel)Les environs de Bruxelles. Promenades dans le passé. Bruxelles, Office de Publicité, 1950. In-8° broché, 96 p., illustrations hors texte, rousseurs.
Table des matières :
   - Présentation.
   Première promenade. Vieil Anderlecht, Itterbeek, Pede-Sainte-Anne, Dilbeek.
   Deuxième promenade. Le château de Gaasbeek et le Payottenland.
   Troisième promenade. Le château de Beersel, Alsemberg et les Sept-Fontaines.
   Quatrième promenade. Le champ de bataille de Waterloo.
   Cinquième promenade. Boitsfort, centre de vénerie d'autrefois ; le prieuré de Groenendal.
   Sixième promenade. Tervuren, son parc et ses châteaux perdus.
   Septième promenade. Les églises romanes de la Voer et le château de Leefdaal.
   Huitième promenade. Zaventhem, Diegem, le château de Beaulieu (Machelen).
   Neuvième promenade. Le château de Bouchout et l'église de Grimbergen.
   Dixième promenade. Le palais de Schoonenberg (Laken) et ses alentours.

13 euros (code de commande : 23296).

 

VAN NIEUWENBORGH (Marcel) — À Bruxelles. Traduit et adapté du néerlandais par Marie-Françoise Dispa. Bruxelles, Hatier, 1990. In-8° broché, 161 p., illustrations et cartes, (collection « Itinéraires »), exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   Bruxelles n'est pas de ces villes que le lecteur associe spontanément à la littérature internationale. Rares sont d'ailleurs les romans qui se déroulent dans la capitale belge. Mais nombre d'auteurs aujourd'hui classiques y ont vécu une période plus ou moins longue, et ils n'ont pas manqué d'exprimer, dans leurs écrits, les sentiments que ce séjour leur avait inspirés.
   Au XIXe siècle, beaucoup de jeunes écrivains, que des impératifs politiques ou financiers avaient obligés à fuir leur propre pays, trouvèrent dans la capitale du jeune État belge, liberté et sécurité. Pour Arthur Rimbaud et Paul Verlaine, la Belgique marqua en outre, un tournant, tant dans leur relation que dans leur carrière littéraire.
   Bruxelles pourtant, malgré son provincialisme serein, son manque de théâtralité et l'absence d'un grand fleuve comme à Paris ou à Londres, fascine Hugo et Baudelaire, Scott et Byron, Mirbeau et Joyce, Marx même. La Grand Place, la place Royale, la place des Barricades, mais aussi Waterloo depuis 1815 – bien qu'à l'extérieur de Bruxelles. Tous ces espaces architecturaux aux qualités scéniques incontestables serviront l'imagination de gens de lettres qui avaient alors besoin de correspondances spatiales.
   Ce guide littéraire, en douze itinéraires illustrés de cartes et de gravures, truffés de citations extraites de leurs écrits, retrace le séjour de ces grands écrivains étrangers à Bruxelles.
Table des matières :
   - De Casanova à Joyce.
      Itinéraire 1. Charles Baudelaire. Le ballon captif.
      Itinéraire 2. Victor Hugo. Le rossignol de la place des Barricades.
      Itinéraire 3. Rimbaud et Verlaine. L'énigme de la religieuse flamande.
      Itinéraire 4. Alexandre Dumas. Les nègres du mulâtre.
      Itinéraire 5. Honoré de Balzac. L'escroc et les contrefacteurs.
      Itinéraire 6. Marx et Engels. Des rires dans la nuit.
      Itinéraire 7. Charlotte Brontë. Une Anglaise au pensionnat.
      Itinéraire 8. Lord Byron. Le bal de la comtesse.
      Itinéraire 9. Octave Mirbeau. Quatre pneus pour un fou rire.
      Itinéraire 10. Léon Daudet. Les belles du Bois de la Cambre.
      Itinéraire 11 J.-K. Huysmans. À vau-la Senne.
      Itinéraire 12. Claudel, Auden et James Joyce. Les saisons de Bruxelles.
   - Bibliographie.
   - Index.

13 euros (code de commande : 24887).

 

VER ELST (André)De Brabantse watermolens in beeld. Les moulins à eau brabançons en images. Avant-propos de Victor Servaes. Zaltbommel, Bibliothèque Européennen 1978. In-12 oblong sous cartonnage d'éditeur, 112 p. (dont 97 illustrations commentées), index, édition bilingue (français - néerlandais), exemplaire en très bon état, peu courant.
Avant-propos :
   Étant moi-même, comme meunier, possesseur d'un moulin à eau, j'accorde naturellement le plus vif intérêt à tous ceux qui subsistent encore dans notre pays. Ces dernières années, j'en ai visité des dizaines, recherchant inlassablement toutes pièces de rechange ou éléments nécessaires à la maintenance de mon moulin – le « Dorpsmolen » à Boortmeerbeek – en parfait état de marche.
   Le 11 juin 1977, André ver Elst, à la tête (en qualité de guide) d'un groupe important d'amateurs de moulins affiliés aux « Amis du Service Éducatif des Musées Royaux d'Art et d'Histoire de Bruxelles » me rendit visite. Une visite qui m'émut, car elle me révéla l'intérêt réel que chacun portait à mon moulin. L'idée me vint alors de le présenter désormais comme un témoin vivant – et combien authentique – de mon histoire familiale.
   Ce beau livre me remplit donc tout à la fois d'aise et de mélancolie. Il évoque, en effet, avec acuité, toute une époque, celle de ma jeunesse et celle de notre « commerce ». Depuis lors, beaucoup de ces choses qu'on appelle le progrès, ont évolué techniquement. Et si le temps, lui, continue à moudre traditionnellement ses heures, il n'en est, hélas, pas de même pour nos moulins à eau dont bon nombre se sont depuis longtemps tus, souvent dans un ruisseau séché... Les meuniers intéressés doivent donc prendre conscience de la valeur considérable — sinon inestimable — de leur patrimoine.
   Mais cette prise de conscience ne saurait négliger celle du travail à accomplir dans le sens du maintien et, aussi, de la restauration des moulins à eau encore existants. Avec le concours, s'il le faut, des autorités concernées. Ces moulins à eau pourraient ainsi devenir un pôle d'attraction socio-culturel dynamique où les villageois se rencontreraient, dans l'esprit d'une communauté moderne attachée aux valeurs du passé.

20 euros (code de commande : 24712).

 

VERNIERS (Louis) — Histoire de Forest-lez-Bruxelles. Bruxelles, De Boeck, 1949. In-4° broché, 356 p., illustrations, couverture un peu défraîchie.
Table des matières :
   Introduction.
   Première partie : Le cadre géographique.
      - Les toponymes.
      - Le sol et le sous-sol.

   Deuxième partie : Histoire du village et de l'abbaye depuis les origines jusqu'à la fin de l'ancien régime.
      - Les origines et les premiers développements du village.
      - Les origines de la communauté abbatiale et son histoire jusqu'à la veille de sa dissolution.
      - Le village et l'abbaye dans le cadre de l'histoire générale du XIIe à la fin du XVIIIe siècle.
      - La population et son genre de vie.
      - Les répercussions des guerres et des révolutions du XVIe au XVIIIe siècle.

   Troisième partie : Forest pendant la période française (1794 à 1814).
      - Pendant la période républicaine (1794-1799).
      - Période consulaire et impériale (1799-1814).

   Quatrième partie : Le village pendant la période de la réunion de la Belgique à la Hollande (royaume des Pays-Bas 1814-1830).
      - De la réunion à la France à la réunion à la Hollande.
      - La révolution de 1830..

   Cinquième partie : Forest pendant la période 1830-1914.
      - Démographie.
      - Les facteurs de conservation et de transformation du paysage.

         a. L'agriculture.
         b. L'industrie.
         c. Les chemins de fer (voies et stations).
         d. Les autres éléments nouveaux dans le paysage forestois à partir de 1869 et les noyaux de résistance au changement.
      - Administration publique et vie politique pendant la période 1830-1914.
      - La vie sociale de 1830 à 1914.

   Sixième partie : Forest pendant la guerre 1914-118.
   
Septième partie : D'une guerre mondiale à la suivante (période 1918-1940).
      - Caractères généraux de la période 1918-1940.
      - La vie sociale.
      - La vie économique.
      - La vie politique et administrative.
      - Les transformations du paysage et l'action du service des travaux publics (projets et réalisations).
      - L'enseignement.
      - Les finances communales.
   
Index - Bibliographie.

25 euros (code de commande : 23042).

 

Watermael entre Boitsfort et Auderghem. Exposition historique organisée à l'occasion du 25e anniversaire et de l'inauguration des nouveaux bâtiments du collège Saint-Hubert. Bruxelles, Collège Saint-Hubert, 1978. In-8° broché, 151 p., illustrations, plans, tableaux.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Collège Saint-Hubert, à Bruxelles, en 1991.
Table des matières :
   - 
Avant - propos.
   - Saint Hubert, prince carolingien et guérisseur de la rage, par P.P. Dupont.
   - Watermael entre Boitsfort et Auderghem, par G. Vande Putte.
   - Contribution à l'histoire de Watermael-Boitsfort. Michel de Cafmeyer et sa « Maison Haute », par J. Lorthiois.
   - Heurs et malheurs de la politique religieuse de Joseph II à Watermael, par A. Vanderborght.
   - Catalogue de l'exposition « Watermael entre Boitsfort et Auderghem ».

15 euros (code de commande : 20125).

 

Wavre, ville et franchise du roman pays de Brabant. Wavre Ministère de la culture française, 1972. In-8° carré broché, 78 p., illustrations.
@ Catalogue de l'exposition éponyme réalisé à l'occasion du 750e anniversaire de l'octroi des libertés communales 1222-1972.
Introduction :
   « Le samedi 23 avril 1222, en la fête de saint Georges, le duc Henri Ier de Brabant concédait à la ville de Wavre une charte de franchise. Il consacrait ainsi sur le plan politique et juridique l'évolution économique et sociale du bourg.
   L'agglomération, déjà citée en 1086, s'était développée aux abords de la Dyle, au croisement des grands chemins de Bruxelles-Namur et de Nivelles-Louvain.
   Des artisans et des commerçants y tenaient boutique et des marchés attiraient chaque semaine les habitants des villages voisins. Une classe sociale, détachée de la terre, s'affirmait face au seigneur et ressentait un besoin de libertés.
   Dans une charte de 1209, les « burgenses » ou bourgeois de Wavre sont cités comme témoins, après le « villicus » ou intendant de la seigneurie mais avant les autres habitants de la villa ou domaine rural.
   Avec l'accord de leur seigneur, les bourgeois wavriens demandent et obtiennent du duc de Brabant l'octroi des libertés dont jouissent les bourgeois de Louvain.
   La charte de 1222 en est le témoignage officiel. Cet événement marquait un véritable tournant dans l'histoire de la cité. Le commerce local et les marchés vont connaître un essor remarquable qui se maintiendra à travers les siècles malgré les guerres, les incendies et les épidémies. Les marchés libres vont se tenir les mercredis et les samedis. Les boutiques et les échoppes se multiplient et de nombreuses hôtelleries et auberges peuvent accueillir les voyageurs de passage, les marchands étrangers et les paysans des alentours.
   L'exposition, organisée par le Cercle Historique et Archéologique de Wavre et de la Région, a pour but de célébrer cet anniversaire et de montrer aux visiteurs, par l'objet et le document, les divers aspects de l'histoire de Wavre à travers les siècles. »

10 euros (code de commande : 11570*).


Retour au début


Si vous souhaitez recevoir les avis de mise à jour de la page
Belgicana : Bruxelles et Brabant wallon
indiquez ci-dessous vos références :
prénom et nom :
adresse électronique :
pays de résidence :
et cliquez sur

La fréquence de mise à jour est bien évidemment aléatoire et dépend des achats que nous réalisons...

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

Retour au début

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un des ouvrages présentés sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (chèque, carte de crédit, versement bancaire...).


 CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.

Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN).

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.

Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre numéro de T.V.A. : BE0619836631.

Retour au début