BELGICANA

 Page de la section "Belgique"
proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire

Pour commander

Nouvelle(s) entrée(s)

HASQUIN (Hervé) — Les séparatistes wallons et le gouvernement de Vichy (1940-1943). Une histoire d'Omerta. Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2004. In-8° broché sous jaquette, 196 p., quelques illustrations, (collection « Mémoire de la Classe des Lettres », collection in-8°, 3e série, tome XXIX), exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   L'« Omerta » ou la loi du silence a permis d'occulter pendant plus d'un demi-siècle un épisode peu glorieux du Mouvement wallon pendant la seconde guerre mondiale. Or, une figure emblématique de ce Mouvement, l'imprimeur-éditeur Georges Thone, futur président du Grand Liège et l'un des fondateurs du Rassemblement wallon (1968) fut le chef de file incontesté d'un certain nombre de personnalités réfugiées dans la zone libre et qui de juillet 1940 à janvier-février 1943, ont tenté de négocier le rattachement de la Wallonie à la France.
   Les initiatives de Thone étaient connues à Liège et soutenues discrètement par des personnalités du Directoire de la Wallonie libre clandestine et le Groupe Sambre-et-Meuse.
   Dans quelles conditions Thone discutait-il avec l'entourage du Maréchal Pétain et des gouvernements successifs de Vichy ? Qui étaient ces wallons, journalistes, écrivains, hommes politiques qui l'entouraient et recevaient une aide financière du régime ? Qui étaient les « amis liégeois » de Thone pendant cette période ? Quel fut le sort réservé par Vichy à ces propositions « rattachistes » ? Comment a-t-il été possible de cacher si longtemps de tels agissements ?
   Voilà des questions que pose ce livre. Les investigations dans les archives du gouvernement de Vichy et surtout la découverte de quelques centaines de lettres, inconnues jusqu'à ce jour, enfermées dans une valise ayant appartenu à Thone et retrouvée par hasard voici quelques années, ont permis d'y répondre.

15 euros (code de commande : 25364 - vendu).

 

STRUYE (Paul) et JACQUEMYNS (Guillaume) — La Belgique sous l'Occupation alllemande (1940-1944). Édition préfacée et annotée par José Gotovitch. Bruxelles,Complexes - Ceges, 2002. In-8° collé, 439 p., un cahier d'illustrations hors texte, (collection « Histoires Contemporaines »), bon exemplaire.
   Ce livre réédite les deux textes suivants : L'Évolution du sentiment public en Belgique sous l'Occupation allemande, par Paul Struye, publié en 1945 aux Éditions Lumière et La Société belge sous l'Occupation allemande (1940-1944). Privations et espoirs, par Guillaume Jacquemyns, publié en 1945 à l'Office de Publicité.
En quatrième de couverture :
   
Connaître vraiment les courants profonds qui traversèrent la société belge sous l'Occupation 1940-1944 ? Au-delà des faits saillants, des crimes et des actes héroïques, de la résistance et de la collaboration, des déportations et du génocide, du mariage du Roi, une société entière endura durant quatre longues années une situation inédite, faite de gestes quotidiens, de peurs, mais aussi de joies éphémères, d'aspirations multiples, de projets, d'indignations, de rage, d'indifférence... Beaucoup, la plupart, eurent froid, eurent faim, mais certains mangèrent bien, passèrent des vacances, poursuivirent leurs « dîners en ville »... La société ne s'est pas endormie pendant quatre ans.
   Mais quelles traces laissent dans l'histoire les émotions, les élans, les opinions quand la presse est censurée, l'expression libre traquée, quand la méfiance est reine ? Et quelles distorsions des réalités subissent les souvenirs construits quand la fin de l'histoire est connue, quand on a rejoint le camp des vainqueurs ?
   Deux témoins exceptionnels nous rapportent de cette période des analyses insoupçonnables, incontournables. Paul Struye, avocat de cassation, journaliste, grand bourgeois catholique, fondateur de La Libre Belgique clandestine en 1940, introduit dans tous les cercles du pouvoir, politique, économique, judiciaire, a établi tous les six mois une synthèse des courants qu'il a perçus dans l'opinion publique. Il décrit les gens qu'il rencontre et n'épargne personne, surtout pas ceux de sa classe, quand il dresse le tableau des accommodements avec les idées d'« Ordre nouveau ». À travers son enquête, nous suivons toute l'évolution d'une opinion qui a très fortement varié, dans tous les domaines, notamment à propos du Roi, au cours de la guerre.    Seul le monde ouvrier échappait à sa loupe. Or, une exceptionnelle enquête menée dans quelques milliers de foyers ouvriers de la grande industrie entre 1941 et 1944 par le fondateur en Belgique des sondages et enquêtes sociologiques, le professeur Guillaume Jacquemyns de l'ULB, nous livre avec la précision du scientifique l'évolution des conditions de vie de ces travailleurs. Mais le chercheur ne s'est pas arrêté aux données quantifiables : il a noté l'évolution des mentalités, des rapports hommes/femmes, des aspirations, des rêves et des colères.
   Publiés en 1945, ces deux ouvrages particulièrement passionnants, qui constituent encore la base de tous les travaux sur la période, étaient devenus introuvables.

20 euros (code de commande : 25365 - vendu).

 

VANTHEMSCHE (Guy) — La Belgique et le Congo. Empreintes d'une colonie 1885-1980. Préface de Jean-Luc Vellut. Bruxelles, Complexe, 2007. In-8° collé, 357 p., (collection « Questions à l'Histoire - Nouvelle Histoire de Belgique », volume 4)., bel exemplaire, épuisé au catalogue de l'éditeur et peu courant.
En quatrième de couverture :
   En 1885, deux destins se sont croisés : celui d'une petite nation européenne, la Belgique, et celui d'une vaste région de l'Afrique centrale. Cette rencontre a été d'une importance capitale pour cette dernière puisque de ce choc est né le Congo, une des principales nations africaines actuelles. Si beaucoup de choses restent à dire sur le destin, à maints égards tragique, de ce grand pays africain, notre attention s'est également portée sur l'autre protagoniste de cette histoire.
   Aussi curieux que cela puisse paraître, on s'est rarement penché sur les effets que l'aventure africaine a eus sur la Belgique. Il faut bien avouer que, hormis pour quelques spécialistes, la connaissance de la dimension africaine de l'histoire belge se résume bien souvent soit à des souvenirs personnels – pour celles et ceux qui ont participé à l'activité coloniale –, soit à des clichés et à des idées préconçues – pour les autres. Cette méconnaissance n'est évidemment pas étrangère à la passion qui imprègne régulièrement les réactions du grand public face à l'évocation d'événements historiques liés au passé colonial belge.
   Ce livre nous aide dès lors à répondre à des questions essentielles sur les relations belgo-congolaises. Quel impact l'aventure africaine de la Belgique a-t-elle eu sur sa position sur l'échiquier international ? Quel rôle le Congo (colonial et postcolonial) a-t-il joué dans la politique intérieure belge ? Dans quelle mesure la vie économique de la Belgique a-t-elle été influencée par sa colonie, puis par le Congo indépendant ?

25 euros (code de commande : 25334).

 

VANWELKENHUYZEN (Jean) — 1940. Pleins feux sur un désastre. Bruxelles, Racine, 1995. In-8° broché, 477 p., index, couverture jaunie.
En quatrième de couverture :
   Complément logique de « Miracle » à Dunkerque paru au printemps 1994, ce livre décrit « l'étrange défaite » des armées alliées, une des déroutes les plus inattendues et les plus totales de l'histoire. Par la vue panoramique que procure son approche plurinationale, autant que par la netteté des détails et leur rigoureux enchaînement, il renouvelle le sujet, ouvre des pistes insoupçonnées et soulève beaucoup de questions. Jamais, sans doute, n'a été montré avec une telle évidence que la campagne a été perdue au sommet de la coalition par les docteurs-en-stratégie avant que les combattants ne la perdent sur le champ de bataille. Une poignée de jours a suffi pour que le commandement suprême cesse d'avoir prise sur la situation. L'impuissance de l'autorité militaire française s'est corsée alors d'une démission du pouvoir civil. Cette double tragédie débouche sur une constatation : la IIIe République finissante est responsable de Vichy, sans être coupable pour autant des fautes de la « révolution nationale ».
   Un livre qui peut déranger, mais qui jette à coup sûr un flot de lumière nouvelle et invite à explorer davantage les perspectives découvertes.

20 euros (code de commande : 25335).

 

WATELET (Marcel) — Aux origines du Ministère des Travaux Publics. Cartographie et politique dans la Belgique du XIXe siècle. Matériaux pour l'histoire nationale et locale. Bruxelles, Crédit Communal, 1987. In-4° sous reliure toilée et jaquette d'éditeur, 271 p., nombreuses reproductions en couleurs, (collection « Histoire - Série In-4° », n° 14), ex-dono à la page de garde, bel exemplaire.
   Ouvrage édité à l'occasion du 150e anniversaire du Ministère des Travaux Publics.
Table des matières :
   - Avant-propos, par Louis Olivier.
   - Préface, par François Narmon.
   - Introduction.
   - Création du ministère.
      - Un nouveau ministère pour la société belge.
         - Histoire politique de sa naissance.
         - Dynamique et enjeux du ministère.
      - Une personnalité constructive : Jean-Baptiste Nothomb.
         - Un homme sorti de la Révolution.
         - Une mission de progrès économique et sociale.
   - Cartographie et prospective.
      - La cartothèque de Jean-Baptiste Nothomb.
         - L'invention du fonds cartographique.
         - Constitution, histoire, conservation du fonds.
         - Un patrimoine à préserver.
      - Cartographie, politique et diplomatie.
         - Les fondements de l'esprit cartographique.
         - Les cartes : instruments de politique.
         - Enjeux diplomatiques et voyages.
         - Repères chronologiques.
   - Atlas thématique.
      - Cartographie et travaux publics.
         - Chemins de fer : le programme Nothomb.
            - Le développement du réseau : vers Allemagne, vers la France.
            - Stations et topographie urbaine : Bruges en 1837-1838 : station intra-muros - Charleroi : la ligne du midi - Courtrai : l'effet de la loi du 26 mai 1837 - Gand : station principale - Louvain : section secondaire - Namur : extension du réseau - Tirlemont : station intermédiaire - Tournai : embranchement des Flandres.
            - Canaux et voies navigables : l'effet Vifquain.
               - Héritages français et hollandais : Le Canal de Mons à Condé, héritage de l'Empire - Le Canal de Pommerœul à Antoing, héritage hollandais - Le canal de Charleroi à Bruxelles, rachat et embranchements - La Sambre canalisée : améliorations.
               - Projets réalisations échecs : La jonction Escaut-Lys : choix multiples - La jonction Escaut-Meuse-Rhin : l'échec d'un rêve millénariste - Irrigation et navigation en Luxembourg. - Canalisation de la Campine.
               - Les conséquences révolutionnaires : Polders de Lillo et de Borgerweert : réendiguement - Canal de Zelzate : reprise et atermoiement - Canal de Maestricht à Bois-le-Duc : prises d'eau à Hocht.
            - Le réseau routier : Un développement différentiel - En Luxembourg : le système des compensations.
            - Des villes et des projets : Arlon : Traité de 1839 et urbanisation - Bruxelles : échec du projet Vanderstraeten - Ostende : aboutissement occidental du réseau - Liège : dérivation de la Meuse - Nieuport : fin d'une espérance.
      - Diplomatie et voyage : l'esprit européen.
         - Vienne - Grande-Bretagne et Irlande - Moscou - Saint-Pétersbourg - Dantzig - Athènes - Hanovre - Norvège - Italie - Florence - Lyon - Rotterdam - Prague.
   - Sources.
   - Bibliographie.

35 euros (code de commande : 25341 - vendu).

Pour être informé des mises à jour de cette page

 

Académie Royale de Belgique. Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques et de la Classe des Beaux-Arts. 1909 - N° 3. Bruxelles, Hayez, 1900. In-8° broché, [22] p.
Outre la chronique et les recensions, ce volume contient :
   - Qu'est-ce qu'un homme lige ?, par Henri Pirenne (pp. 46-60).

5 euros (code de commande : 18580).

 

Almanach illustré du Soir. Bruxelles, Rossel, 1933. In-8° broché, 288 p., nombreuses illustrations, bon exemplaire.
Table des matières :
   - Éphémérides astronomiques.
   - Ciel et terre.
   - Le saros et les éclipses.
   - L'histoire de la navigation.
   - L'étude de l'orientation professionnelle.
   - Législation.
   - L'homme et les oiseaux.
   - Psychanalyse.
   - Adresse et patience.
   - L'origine de la profession d'ouvreuse.
   - Le voyage en Extrême-Orient du duc et de la duchesse de Brabant.
   - Hygiène.
   - Cuisine.
   - Chasse et pêche.
   - La vie à la campagne.
   - Musique.
   - Les morts de l'année.
   - Les événements de l'année.
   - Colombophilie.
   - L'année aéronautique.
   - L'année sportive.

15 euros (code de commande : 25180).

 

Anciens Pays et Assemblées d'États - Standen en Landen. I. Louvain - Paris, Nauwelaerts, 1950. In-8° broché, IX, 132 p., couverture un peu salie.
Ce volume contient :
   - Avertissement.
   - Les origines des états de Flandre, par Jan Dhondt (pp. 1-54).
   - De Raad van Vlaanderen (1386-1795) en zijn Archief, par J. Buntinx (pp. 55-78).
   - Les serments d'inauguration des comtes de Hainaut, par Andrée Scufflaire (pp. 79-132).

25 euros (code de commande : 21590).

 

Anciens Pays et Assemblées d'États - Standen en Landen. V. Louvain - Paris, Nauwelaerts, 1953. In-8° broché, 137 p.
Ce volume contient :
   - 
De werking van de Staten van Brabant, omstreeks 1550-1650, volgens Leuvense Archiefbronnen, par Lode Wills.
   - Le gouvernement du comté de Hainaut au XVIIIe siècle
, par Joseph Lefèvre.
   - Les finances des Etats de Hainaut au XVIIIe siècle, d'après la Jointe des Administrations et des Affaires de Subsides
, par C. Préaux-Stoquart.
   - La formation du Pays de Luxembourg. À propos d'un livre récent, par Roger Petit.
   - Algemene Kenmerken van de Openbare Instellingen in Frankrijk tijdens de XIXe eeuw
, par Fr. Eugène-Stevens.
   
Chronicon :
      I. Centre national d'Histoire des Assemblées d'états. Réunion du 22 novembre 1952.
      II. International Commission for thé History of Représentative and Parliamentary Institutions. American Sub-committee. Report of Session and Business Meeting held in Washington, D.C., December 30, 1952 .

10 euros (code de commande : 21544).

 

Anciens Pays et Assemblées d'États - Standen en Landen. XL. Bruxelles, Librairie Encyclopédique, 1966. In-8° broché, 259 p., planches hors texte dont deux à déplier.
Ce volume contient :
   - 
Karel ende Elegast, Spiegel van de Middeleeuwse Maatschappij, par Herman Van Nuffel.
   - Deelname der Stad Aarschot aan de Gemeentelijke Beweging in Brabant, par Piet et Mies De Fraine-Blonde.
   - Die Anfänge des Ständewesens im Nord- und Ostmitteleuropa im Mittelalter, par Karol Gorski.
   - Coinage, Taxation and the Estates General of the Burgundian Netherlands, par Peter Spufford.
   - Un livre sur la Théorie de la Représentation en Pologne au XVIe siècle, par Karol Gorski.
   - Marcus van Vaemewyck (1518-1569) en zijn Kroniek over de Beroerlicke Tijden, par Herman Van Nuffel.
   - La Confection d'un Compoix Diocésain en Languedoc au XVIIe siècle, par Émile Appolis.
   - Représentation et Liberté, par Jean Roels.
   - L'Eglise Notre-Dame au Lac à Tirlemont (Tienen), Gente Dame du Gothique Brabançon, par Paul Dewalhens.
   - Chronique.
   - In memoriam Théodore F.T. Plucknett (1897-1965).

10 euros (code de commande : 20816)

 

Anfänge des Städtewesens an Schelde, Maas und Rhein bis zum Jahre 1000. Herausgegeben von Adriaan Verhulst. Köln - Weimar - Wien, Böhlau Verlag, 1996. In-8° sous reliure toilée d'éditeur, XLI, 393 p., quelques illustrations, (collection « Städteforschung », Reihe A : « Darstellungen », n° 40), exemplaire en très bel état.
Table des matières :
   - Zum Geleit, par Heinz Stoob.
   - Bibliographische Übersicht über die seit 1935 erschienenen Forschungen zur Entstehung und Frühgeschichte der Städte in den Niederlanden vor dem Jahre 1000, par Adriaan Verhulst.
   - Apercu bibliographique des études parues depuis la mort de Henri Pirenne (1935) sur l'origine et l'histoire des villes dans les anciens Pays-Bas avant l'an mil, par Adriaan Verhulst.
   - Die Anfänge des mittelalterlichen Städtewesens in den Niederlanden und dem angrenzenden Frankreich, par Franz Petri.
   - L'essor urbain entre Meuse et Mer du Nord a l'époque mérovingienne, par Jean Dhondt.
   - Merowingerzeitliche Voraussetzungen für die Entwicklung des Städtewesens zwischen Maas und Nordsee, par Franz Petri.
   - La vie urbaine entre Meuse et Loire du VIe au IXe siècle, par Fernand Vercauteren.
   - An aspect of the question of continuity between Antiquity and Middle Ages : the origin of the Flemish cities between the North Sea and the Scheldt, par Adriaan Verhulst.
   - Der Handelsplatz am Strand von Domburg, par Herbert Jankuhn.
   - Utrecht am Rhein. Mittelalterlicher Rheinlauf und Entstehungsgeschichte der Stadt Utrecht, par Johanna Maria van Winter.
   - Die neuen Dorestad-Grabungen 1967-1972, par W. A. van Es.
   - Les problemes de Quentovic, par Jean Dhondt.
   - Les origines et l'histoire ancienne de la ville de Bruges (IXe-XIIe siecle), par Adriaan Verhulst.
   - Die Frühgeschichte der Stadt Gent, par Adriaan Verhulst.
   - Saint Bavon et les origines de Gand, par Adriaan Verhulst.
   - Neue Ansichten über die Entstehung der flämischen Städte am Beispiel von Gent und Antwerpen, par Adriaan Verhulst.
   - Villes et campagnes aux IXe et Xe siècles : l'exemple du Pays Mosan, par Georges Despy.
   - Phasen in der Entstehung von Kaufmannsniederlassungen zwischen Maas und Nordsee in der Karolingerzeit, par Anton C.-E Koch.
   - La vie urbaine dans les anciens Pays-Bas avant l'an mil, par Adriaan Verhulst.
   - L'essor urbain du haut Moyen Âge, par Georges Despy.
   - Adriaan Verhulst
   - Zur Entstehung der Städte in Nordwest-Europa, par Adriaan Verhulst.
   - Index der Orts- und Personennamen.

30 euros (code de commande : 17979).

 

Annales de l'Académie d'Archéologie de Belgique. 2e Série - Tome III - 1re, 2e, 3e et 4e livraisons (complet). Anvers, Buschmann, 1867. Quatre livraisons en 3 volumes in-8° brochés, 771 p., une planche hors texte à déplier, couvertures défraîchies, dos du premier fascicule cassé.
Table des matières :
   - Sigles figulins (époque romaine), par H. Schuermans.
   - Promenade à l'église romane d'Alden-Eyck (Limbourg), par J. Gielen.
   - Fictions du marquisat de l'empire romain, par P.-G. Vander Elst.
   - On an inscribed Cromleac near Rathkenny , County Meath, lreland, par E.-A. Conwell.
   - Ambivariten en Toxanders. Etymolische studie, par L. Torfs.
   - Quelques renseignements concernant la famille de Pierre-Paul Rubens et le décès de David Teniers
, par Louis Galesloot.
   - Le monument funéraire romain du musée des beaux-arts d'Anvers
, par A. Wagener.
   - Tanchelijn
, par H.-Q. Janssen.
   - Documents relatifs à la formation et à la publication de l'ordonnance de Marie-Thérèse, du 20 Mars-13 Novembre 1773, qui affranchit les peintres, les sculpteurs et les architectes, aux Pays-lias, de l'obligation de se faire inscrire dans les corps de métiers.
Communication de Louis Galesloot.
   - Die Bedeutung des Namen Antverpo, par Carl Holzer.
   - Quelques légendes romantiques d'entre Meuse et Rhin
, par P.-C. Van der Elst.
   - Les campagnes de Charles-le-Téméraire contre les Liégeois (1465-1468)
, par P. Henrard.
   - Cosmos en Zodiac der Scandinaviërs, met aanteekeningen volgens eenen christelijken kalender der XIVe eeuw
, par D. Buddingh'.
   - Esquisse d'ethnologie occidentale
, par P.-C. Van der Elst.

L'ensemble : 30 euros (code de commande : 23141).

 

Annales de l'Académie d'Archéologie de Belgique. XXVII. 2e Série - Tome VII - 1re, 2e, 3e et 4e livraisons (complet). Anvers, Buschmann, 1871. Quatre livraisons en 3 volumes in-8° brochés, 507 p., planches hors texte dont certaines à déplier, couvertures défraîchies.
Table des matières :
   - Les agrandissements et les fortifications d'Anvers depuis l'origine de cette ville, par L. Torfs et A. Casterman.
   - Recherches sur l'origine des communes belges
, par A.-A. de Ceuleneer.
   - Quelques antiquités des environs de Vilvorde
, par Camille Van Dessel.
   - Quels étaient en 1006 les assiégeants de Valenciennes ?
, par P.-C. Vander Elst.
   - Objet en bronze trouvé à Baarle-Nassau
, par Prosper Cuypers van Velthoven.
   - Chronologische lijst der ammans van Antwerpen
, par L. Torfs.
   - Schouteten van Antwerpen, enz.
, par L. Torfs.
   - De schaar en schaarmannen, tot opheldering van dit wapenfiguur
, par D. Buddingh'.
   - Annotations sur les Étrusques
, par P.-C. Vander Elst.
   - Esquisse de l'histoire d'Anvers
, par L. Torfs.
   - Juridiction ecclésiastique. - Évêché d'Anvers ; chapitre de Notre-Dame ; circonscription paroissiale; églises paroissiales et auxiliaires ; couvents
, par L. Torfs.
   - Les émeutes d'Anvers en 1659. Analyse des actes de réconciliation
, par L. Torfs.
   - Fondation in voordeel van den huisarmen in 1779 te Antwerpen bestaande,
par L. Torfs.

L'ensemble : 50 euros (code de commande : 24771).

 

Annales de l'Académie d'Archéologie de Belgique. XXVIII. 2e Série - Tome VIII - 1re, 2e, 3e et 4e livraisons (complet). Anvers, Buschmann, 1872. Quatre livraisons en 4 volumes in-8° brochés, 593 p., planches hors texte, bon exemplaire.
Table des matières :
   - Les tribunaux ecclésiastiques en Belgique, par J.-J.-E. Proost.
   - Guillaume Boyen (Wilhelm Boy), peintre, sculpteur et architecte belge, par M. Eichhorn et H. Odelberg.
   - Postel, son abbaye et son église, par E.-L. Gife.
   - Les premiers rois mérovingiens, par P.-G. Vander Elst.
   - Les miroirs chez les anciens, par J. de Witte.
   - Établissement belgo-romain à Elewyt (Brabant), par C. Van Dessel.
   - Frans Wouters, kunstschilder (1612-1659), par F.-Jos. Van den Branden.
   - La pragmatique sanction de Charles VI, sa garantie et son infraction, par Émile Varenbergh.
   - Un itinéraire du Xe siècle, par L. Cousin.
   - Marguerite de Bavière, duchesse de Bourgogne, par Émile Varenbergh.
   - Saint Willebrord et son église à Anvers, par Louis Torfs.
   - Antwerpsche kerkliteratuur, par Louis Torfs.
   - Het Knickerspel, épisode inédit de l'histoire communale d'Anvers, par L. Galesloot.
   - Du serment et de sa formule, par Jules Declève.
   - Les armoiries des abbés et abbayes de Louvain, par Éd. Van Even.
   - Tijdmatig register der periodische drukpers van Antwerpen, par Louis Torfs.

L'ensemble : 25 euros (code de commande : 24013).

 

Annales de l'Académie d'Archéologie de Belgique. 3e Série - Tome IV - 1re, 2e, 3e et 4e livraisons (complet). Anvers, Plasky, 1878. Quatre livraisons en 3 volumes in-8° brochés, 603 p., cartes hors texte à déplier, premier volume en bel état, couvertures des deuxième et troisième volumes défraîchies, dos cassés.
Table des matières :
   - Voltaire musicien, par Edmond van der Straeten.
   - Notice sur Jeanne-Marie Van der Ghenst, mère de Marguerite d'Autriche, par Félix van der Taelen.
   - La Ménapie et la Flandre, par Alph. de Vlaminck.

45 euros (code de commande : 19703).

 

Annales de l'Académie d'Archéologie de Belgique. 3e Série - Tome IX - 1re, 2e, 3e et 4e livraisons (complet). Anvers, Plasky, 1883. Quatre volumes in-8° brochés, 416 p., quelques planches hors texte dont deux plans en couleurs à déplier, le premier fascicule est débroché et présente des rousseurs à la couverture.
Table des matières :
   - Origine d'Anvers, par H. Wauwermans.
   - Mille inscriptions des vases de grès, dit Flamand, par H. Schuermans.
   - Trazegnies, son château, ses seigneurs et son église, par Léopold Devillers.
   - Aublain, par le comte de Villermont.
   - La Thiérache militaire, églises fortifiées, par le comte de Marsy.

30 euros (code de commande : 21118).

 

Annales de l'Académie d'Archéologie de Belgique. 3e Série - Tome X - 1re, 2e, 3e et 4e livraisons (complet). Anvers, Van Merlen, 1884. Quatre livraisons en trois volumes in-8° brochés, 467 p., manque à la couverture du deuxième volume, le second feuillet de couverture du troisième volume manque.
Table des matières :
   - Études étymologiques et linguistiques sur les noms de lieux bas-allemands de la Belgique, seconde partie, par G. Bernaerts.
   - Daniel Seghers, de la compagnie de Jésus, peintre de fleurs, sa vie et ses œuvres, 1590-1661, par Fr. Kieckens.

30 euros (code de commande : 22208).

 

Annales de l'Académie d'Archéologie de Belgique. 4e Série - Tome V - 1re, 2e, 3e et 4e livraisons (complet). Anvers, Plasky, 1889. Quatre volumes in-8° brochés, 445 p., quelques illustrations in et hors texte, bon exemplaire.
Table des matières :
   - Le chapitre de Notre-Dame à Tongres, chapitres VI et VII, par Ch. M. T. Thys.
   - Les seigneuries du pays de Malines. Berlaer et ses seigneurs, par J.-Th. de Raadt.
   - Les fondeurs d'artillerie aux Pays-Bas, par P. Henrard.
   - Notice sur la corporation des Orfèvres d'Anvers, par P. Génard.
   - Louis Gallait, par A. Henne.
   - Variétés musicologiques, par Paul Bergmans.
   - Les heures du duc d'Alençon enluminées par Han Bol, par Joseph Destrée.
   - Les coutumes funéraires des populations préhistoriques du midi de l'Espagne, par H. Siret.

30 euros (code de commande : 20658).

 

Annales de l'Académie d'Archéologie de Belgique. XLVI. 4e Série - Tome VI - 1re, 2e, 3e et 4e livraisons (complet). Anvers, Plasky, 1890. Quatre livraisons en trois volumes in-8° brochés, 555 p., manque au second feuillet de couverture du premier volume, dos du troisième volume cassé, le second feuillet de couverture manque.
Table des matières :
   - Construction de l'église Saint-Jacques à Anvers. Difficultés financières levées trois fois par l'intervention de Charles-Quint (1518-1535), par Alph. Goovaerts.
   - Pierre de Hauteville et ses testaments, par A. de la Grange.
   - La législation de l'ancienne principauté de Stavelot-Malmédy, par Paul de Noué.
   - Un soldat de fortune au XVIIe siècle. Jean Gaspard Ferdinand de Marchin, par P. Henrard.
   - Deuxième supplément à la description des cartes de la province d'Anvers et des plans de la ville (suite). Troisième supplément. Table générale, par A. Dejardin.

40 euros (code de commande : 20902).

 

Annales de l'Académie d'Archéologie de Belgique. 4e Série - Tome VIII - 1re, 2e, 3e et 4e livraisons (complet). Anvers, Veuve de Backer, 1894. Quatre volumes in-8° brochés, 516 p., quelques illustrations et une carte hors texte à déplier, bon exemplaire malgré la fragilité des couvertures.
Table des matières :
   - La fortification d'Anvers au XVIe siècle à l'Exposition Universelle de 1894, par le lieutenant-général Wauxermans.
   - L'hôpital Ste.-Elisabeth d'Anvers à travers les siècles, par Edm. Geudens.
   - Histoire d'un pot de vin, par Fernand Donnet.
   - Quatrième et dernier supplément à la description des cartes de la province d'Anvers et des plans et vues de la ville et des fortifications, par Ad. Dejardin, révisé et publié par Ch. J. Comhaire.
   - Un précurseur de Montesquieu, Jean Bodin, par Paul Errera.
   - Les images chez les Arabes, par le comte Maurin de Nahuys.
   - La seigneurie de Moerzeke, par Alph. De Vlaminck.
   - Orchimont et ses fiefs, par l'abbé Roland.

30 euros (code de commande : 20549).

 

Annales de l'Académie d'Archéologie de Belgique. 4e Série - Tome IX - 1re, 3e et 4e livraisons. Anvers, Veuve de Backer, 1896. Trois livraisons en deux volumes in-8° brochés, 97 et XLII, [160 (pp. 336-496] p., une carte en couleurs à déplier, bon exemplaire malgré la fragilité des couvertures.
Table des matières :
   - Liste des membres de l'Académie d'Archéologie de Belgique (exercice 1896-1897).
   - Le Magistrat d'Anvers et la représentation proportionnelle au XVIIe siècle, par Edmond Geudens.
   - Une femme bourgmestre d'une ville Belge au XVIIIe siècle, par Alph. Goovaerts.
   - Le Goedendag, par Hermann Van Duyse.
   - Encore un mot à propos du Goedendag, par J. Th. de Raadt.
   - Table des noms de lieux et de personnes d'Orchimont et ses fiefs.
   - Le commerce, la navigation et les places fortes des Pays-Bas Autrichiens à l'avènement du marquis de Prié, par Arm. de Behault de Dornon.
   - Histoire d'un livre. (Pompa Introitus Fernandi), par Fernand Donnet.
   - La défense des images chez les Musulmans. Observations complémentaires, par Victor Chauvin.
   - Pierre de Thimo, avocat pensionnaire de la ville de Bruxelles, chanoine et trésorier de Sainte-Gudule, 1393-1474, et les de Thimo de la Campine et de Louvain, d'après des documents inédits du XIVe et du XVe siècle, par J. F. Kieckens.

15 euros (code de commande : 22581).

 

Annales de l'Académie Royale d'Archéologie de Belgique. L. 4e Série - Tome X - 1re, 2e, 3e et 4e livraisons (complet). Anvers, Veuve De Backer, 1897-1898. Quatre livraisons en 3 volumes in-8° brochés, VIII, 434 p., illustrations hors texte.
Table des matières :
   - Composition du bureau et membres de l'Académie pour l'exercice 1807.
   - Les fouilles de l'ancienne Abbaye de l'Olive sous Morlanwelz, en 1896, par Edm. Peny.
   - Quelques reliques judiciaires des XVe et XVIe siècles dans le Furnambacht, par le baron de Vinck de Winnezeele.
   - Les anciennes Gildes ou Compagnies militaires de Hasselt, par C. Bamps et Em. Geraets.
   - Pierre de Thimo, avocat pensionnaire de la ville de Bruxelles, chanoine et trésorier de Sainte-Gudule, 1393-1474, et les de Thimo de la Campine et de Louvain, d'après des documents inédits du XIVe et du XVe siècle, par J. F. Kieckens.
   - Un contrat social en 1620, par P. Errera.
   - Les poteries acoustiques du couvent des Récollets à Anvers, par Fernand Donnet.
   - Quelques portraits de la galerie d'Arenberg, par J. Nève.
   - Les caveaux polychromes de la chapelle du Saint-Sang à Bruges, par le chanoine Van den Gheyn.
   - Les trois peintres David Teniers et leurs homonymes, par N. de Pauw.
   - Un maître énigmatique, par H. Hymans.
   - Orchimont et ses fiefs (supplément), C. G. Roland.
   - Les sépultures franques de la province d'Anvers, par Armand de Behault de Dornon.
   - Le spectacle, institution de bienfaisance à Anvers, par Edm. Geudkens (1re et 2e parties).

35 euros (code de commande : 19950).

 

Annales de l'Académie Royale d'Archéologie de Belgique. LI. 5e Série - Tome I - 1re, 2e, 3e et 4e livraisons. Anvers, De Backer, 1898. Quatre livraisons en quatre volumes in-8° brochés, VIII, 632 p., planches hors texte, les 2e et 4e livraisons sont débrochés, la couverture du la première livraison manque.
Table des matières :
   - Composition du Bureau et liste des membres de l'Académie pour l'exercice 1898.
   - Découverte de bijoux carolingiens à Hasselt, par C. Bamps et Alfred Bequet.
   - Les cloches chez nos pères, par Fernand Donnet.
   - Notice sur un manuscrit flamand à miniatures du XVe siècle, par Paul Bergmans.
   - Roger de le Pasture, peintre tournaisien, par A. de la Grange.
   - Le spectacle, institution de bienfaisance, à Anvers, par Edm. Geudens (suite).
   - Ingénieurs et architectes ; à propos de la Maison Hanséatique d'Anvers, par le lieutenent Wauwermans.
   - Données archéologiques établissant les lieux habités par les Francs saliens et ripuaires en Belgique, dans le département du Nord français, le Limbourg hollandais et le Grand-Duché de Luxembourg, par Arm. de Behault de Dornon.
   - Les armoiries de l'abbaye de Beau Repart de l'ordre de Prémontré, par I. Van Spilbeeck.
   - Melchisedech van Hooren, 1552-1570, par Henri Hymans.
   - Les cloches chez nos pères (suite), par Fernand Donnet.
   - Un précieux globe terrestre en cuivre jaune construit par Pierre Plancius, par M. Van Ortroy.
   - Armoiries des abbayes norbertines de la Belgique, par I. Van Spilbeeck.
   - Les cloches chez nos pères (suite et fin), par Fernand Donnet.
   - L'union des étudiants anversois à Louvain, par Ed. Laloire.

30 euros (code de commande : 23508).

Annales de l'Académie Royale d'Archéologie de Belgique. LXV. 6e Série - Tome V - 4e livraison. Anvers, Van Hille et Marien, 1914. In-8° broché, [156 (pp. 429-584)] p., planches hors texte, bel exemplaire.
Table des matières :
   - Het Kapittel van Sint-Pieterskerk te Turnhout en zijne statuten van het jaar 1634, par J.E. Jansen.
   - Le père Joseph-Marie Van den Gheyn, S.J. Notice bio- bibliographique, par Fr. Van Ortroy.

10 euros (code de commande : 22945).

 

Annales de l'Académie Royale d'Archéologie de Belgique. LXVI. 6e Série - Tome VI - 1re, 2e, 3e et 4e livraisons (complet). Anvers, Van Hille et Marien, 1914. Quatre livraisons en 2 volumes in-8° broché, XII, 312 p., planches hors texte et un tableau à déplier, bel exemplaire.
Table des matières :
   - Composition du Bureau et liste des membres de l'Académie pour l'exercice 1914.
   - Étienne de Tournai et les pouvoirs politiques en Flandre, par J. B. Warichez.
   - Congrès archéologique de Moulins-Nevers. 23 juin 1 1er juillet 19i3 (avec planches), par le vicomte de Ghellinck Vaernewyck.
   - Les Hals à Malines, par H. Coninckx.
   - Un artiste ecclésiastique : le chanoine Comperis, par F. Bonnet.
   - Herry Bredemers, organiste et maître de musique, 1472-1522, par G. Van Doorslaer.
   - Jean et Philippe Moermans, orfèvres-ciseleurs anversois (seconde moitié du XVIIe siècle), par E. Dilis.

30 euros (code de commande : 19601).

 

Annales de l'Académie Royale d'Archéologie de Belgique. LXXV. 7e série. Tome V. Fascicule unique. Anvers, V. Resseler, 1929. In-8° broché, 111 p., 8 planches à déplier, un plan, bon exemplaire.
Table des matières :
   - L'influence artistique d'Anvers au XVIIIe siècle, par Fernand Donnet et Paul Rolland (pp. 5-52).
   - Une terre neutre en Ardenne au XVIIIe siècle : Bertrix, par Léon le Febvre de Vivy (pp. 53-62).
   - De l'origine de quelques types monétaires belges, par Albert Visart de Bocarmé (pp. 63-76).
   - Topographie tournaisienne gallo-romaine et franque : l'enceinte antique, le palais des rois francs, le mallus, par Paul Rolland (pp. 77-109).

13 euros (code de commande : 18483).

 

Annales de l'Académie Royale d'Archéologie de Belgique. LXXVI. 7e série. Tome VI. Fascicule unique. Anvers, V. Resseler, 1929. In-8° broché, 147 p., bon exemplaire.
   Ce volume est exclusivement consacré à l'étude de E. Van Overloop : La camisia.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   I. La Camisia. Introduction à une histoire de la chemise.
   II. La Camisia.
   III. La Camisia cléricale.
   IV. La Camisia du IXe au XIIIe siècle.
    Post-scriptum.

10 euros (code de commande : 22654).

 

Annales de la Société belge d'Histoire des Hôpitaux. Tome XII 1974. Bruxelles, Société belge d'Histoire des Hôpitaux et le la Santé Publique, 1976. In-8° collé, 95 p., une planche hors texte.
Table des matières :
   - La léproserie Saint Ladre de Mons et ses statuts de 1202, par W. De Keyser (pp. 3-19).
   - 
Openbare armenzorg te 's Hertogenbosch tijdens een groeifase. 1435-1535, par W.P. Blockmans et W. Prevenier (pp. 19-78).
   - 
La peste de 1578 à Bruxelles, par J. May (pp. 79-95).

12 euros (code de commande : 21317).

 

Annales de la Société belge d'Histoire des Hôpitaux et le la Santé publique. Tome XXVI-XVII 1988-1989. Bruxelles, Société belge d'Histoire des Hôpitaux et le la Santé Publique, 1991. In-8° broché, 118 p.
Table des matières :
   - Un chirurgien bruxellois dans les hôpitaux de paris en 1829 : dix lettres d'André Uytterhoeven à son père jean-Baptiste, par Claire Dickstein-Bernard (pp. 3 - 46, on joint un fac-similé d'une lettre).
   - Het verenigingsleven van de belgische geneesher (19de en begin 20ste eeuw), een bijdrage tot de geschiedenis van het artsenberoep, par Karel Velle (pp. 47-118).

12 euros (code de commande : 21313).

 

Annuaire administratif et judiciaire de Belgique et de la capitale du Royaume. Bruxelles, Bruylant, 1954. Fort in-12 sous cartonnage d'éditeur XXV, 2226, 67 p. (adresses des principaux négociants de Bruxelles), bel exemplaire.
   
@ On y trouve tous les renseignements utiles sur la famille royale, les relations extérieures, les pouvoirs constitutionnels : législatif (chambre, sénat), exécutif (ministère, grandes institutions), judiciaire (différentes cours y compris les juridictions militaire et maritime), les institutions provinciales, les cultes, l'instruction publique, les organisations sanitaires, les sciences, lettres et beaux-arts, les associations professionnelles, les département de l'agriculture - eaux et forêts, les classes-moyennes, la prévoyance sociale, le tourisme, les transports, les banques, les recettes et dépenses de l'État, les travaux publics, l'assistance publique, l'administration pénitentiaire, etc.

30 euros (code de commande : 11673).

 

ARNOULD (Maurice-A.) — Historiographie de la Belgique. Des origines à 1830. Bruxelles, Office de Publicité, 1947. In-8° broché, 76 p., (collection « Nationale », n° 80), couverture plastifiée.
Table des matières :
   Liminaires.
   I. L'historiographie. II. L'histoire. III. L'historiographie belge. IV. Les sources bibliographiques.
   Chapitre I. Le Moyen Âge (jusqu'à 1400).
      - Hagiographes - Annalistes - Chroniqueurs d'abbayes - Biographes - Sigebert de Gembloux - Les généalogies princières - Les chroniques dynastiques - Les chroniques universelles - L'historiographie en langue vulgaire - L'historiographie légendaire - Froissart.
   Chapitre II. L'époque bourguignonne (1400-± 1550).
      - L'historiographie traditionnelle au XVe siècle - L'historiographie nouvelle : les « indiciaires » ou chroniqueurs officiels - Les mémorialistes - La Renaissance - L'historiographie traditionnelle : les premières chroniques imprimées - L'historiographie liégeoise.
   Chapitre III. L'érudition dans les Pays-Bas catholiques (± 1550-± 1750).
      - La littérature de Mémoires - Le crépuscule de l'humanisme - Essor de l'érudition catholique - Jésuites et Bollandistes - L'histoire régionale - Le « siècle de malheur » - L'histoire locale.
   Chapitre IV. Les précurseurs de l'école historique belge (± 1750-1830).
      L'héritage de l'érudition catholique - L'influence de l'Académie impériale - Les prodromes de l'historiographie nationale - Les Archives et leur ouverture au public.
   Index.

10 euros (code de commande : 19390).

 

À travers l'histoire nationale. Exposition permanente. Tomes I et II. Bruxelles, Archives Générales du Royaume, 1980 - 1981. Deux volumes in-8° collés, tome I : VII, 288 p., LI planches hors texte, tome II : VI, 283 p., XXXIX planches hors texte, couvertures plastifiées, ex-libris manuscrit du professeur Jean-Jacques Hoebanx.
Avant-propos du tome I :
   Comme établissement scientifique de l'État, les Archives de l'État « assument des activités de recherche scientifique et des missions de service public liées à ces activités. » Cela signifie qu'elles recueillent, conservent, classent et inventorient des fonds et collections d'archives pour les mettre à la disposition du public, c.-à-d. de « tous les intéressés ». Ceux-ci sont en premier lieu les chercheurs belges et étrangers (étudiants, professeurs, historiens, généalogistes, fonctionnaires, etc.) qui reçoivent les documents en communication dans les salles de lecture de l'établissement et les consultent pour enrichir notre connaissance du passé par la publication d'ouvrages et d'articles ou pour étoffer de données anciennes des dossiers traitant de problèmes ou de situations actuels.
   Mais, si les chercheurs, dont le nombre s'est considérablement accru à la suite de la démocratisation de l'enseignement, ont été les premiers intéressés aux archives, ils ne sont plus les seuls depuis longtemps. En effet, les premières initiatives pour mettre en contact les écoliers et étudiants avec les documents historiques – par l'organisation de visites aux Archives – datent de 1880. Actuellement, les activités éducatives de l'établissement portent également sur la publication d'une série de recueils didactiques et la préparation d'un centre d'études pratiques qui comportera différentes sections consacrées à l'héraldique, la généalogie, la typologie des sources, etc.
   Enfin, depuis cinquante ans, les Archives tentent de promouvoir l'enrichissement culturel du grand public en le mettant en contact direct avec la vie du passé. Ceci est réalisé par l'organisation d'expositions de documents historiques et la collaboration à des expositions organisées par d'autres. Ces collaborations se chiffrent à présent, en moyenne, à soixante annuellement et l'établissement lui-même organise normalement une grande exposition par an. Depuis quelques décennies, les efforts portent également sur la création d'expositions permanentes, là où un local qui s'y prête est à la disposition. Aux Archives de l'État à Namur et à Bruges, de telles expositions rénovées, inaugurées respectivement en 1972 et 1975, sont consacrées à l'histoire du Namurois et de la partie du comté de Flandre correspondant à la province de la Flandre occidentale. D'autres sont prévues ou en cours de préparation à Saint-Hubert, Arlon, Mons et Tournai.
   Il est à noter que, à rencontre d'autres établissements scientifiques, les Archives n'ont jamais reçu aucun personnel pour assurer un service éducatif proprement dit. Toutes les activités éducatives sont effectuées, « en "passant », par les scientifiques et les non scientifiques au détriment de leur travail archivistique et scientifique essentiel et un membre du personnel scientifique les coordonne.
   Le présent catalogue comportant quatre volumes, deux en français et deux en néerlandais, est celui de l'exposition permanente rénovée des Archives générales du Royaume, consacrée à l'histoire nationale. Ce n'est qu'en 1936 que, pour la première fois, un local a pu y être transformé en véritable salle d'exposition permanente où une centaine de pièces, conservées dans le dépôt, furent exposées. Elles étaient destinées en partie à illustrer les cours universitaires des sciences auxiliaires de l'histoire, en partie à donner aux élèves un aperçu chronologique de l'histoire de Belgique. Il n'y avait pas de catalogue. Cette exposition fut démontée en 1958 en vue de la démolition du Palais de Nassau qui abritait les Archives générales et remplacée en 1961 par une nouvelle installée dans la très spacieuse « Maison flamande » à Anderlecht et consacrée à l'histoire nationale. Le catalogue illustré comprenait la description sommaire de 430 documents provenant de toutes les Archives de l'État dans le pays, répartis selon un ordre chronologique en dix-neuf chapitres. Malgré sa situation assez excentrique, cette exposition a rencontré un succès assez satisfaisant de la part des écoles et du public. Des travaux importants devant être exécutés dans la « Maison flamande », elle a été démontée en 1973. L'immeuble même fut cédé en 1976 aux Travaux publics en échange d'un autre sis rue des Minimes à deux pas des Archives générales du Royaume. Entre-temps, la salle d'exposition dans le nouveau bâtiment des Archives générales, rue de Ruysbroeck, était prête à accueillir l'exposition permanente rénovée des Archives générales. Si sa préparation a pris tant d'années, cela est dû au manque de personnel et à la somme de travail qu'a, demandée l'établissement du volumineux catalogue, rédigé en deux langues.
   La nouvelle salle d'exposition n'offrant que la moitié de l'espace disponible dans l'immeuble à Anderlecht, le nombre de documents exposés a dû être réduit de 430 à 200, ce qui n'a pas permis, en ce qui concerne l'Ancien Régime, de suffisamment présenter chaque période, chaque principauté et chaque aspect de l'histoire et de classer à nouveau les documents en chapitres chronologiques. C'est pourquoi ils ont été' rangés simplement en ordre chronologique, un index des matières permettant au visiteur de rapprocher les numéros traitant des matières institutionnelles, économiques, sociales, religieuses, militaires, artistiques, etc. Par contre, pour la période contemporaine, à partir de 1794, les documents ont été groupés par thèmes (tels l'expansion de la Belgique outre-mer, la révolution industrielle, la vie culturelle, etc.), précédés d'une notice introductive. Différents index et listes faciliteront l'utilisation du catalogue.
   Chaque numéro du catalogue comprend une analyse plus ou moins développée du document, un commentaire substantiel replaçant celui-ci dans son contexte historique, et une bibliographie sommaire, quelquefois aussi la traduction et/ou la transcription du document et une illustration. Cette présentation détaillée permettra aux visiteurs, en premier lieu les professeurs, de préparer la visite et évitera ainsi à l'établissement d'imposer à son personnel scientifique par trop peu nombreux la conduite de visites commentées. Les transcriptions, traductions, commentaires et illustrations pourront également contribuer à expliquer en classe les leçons d'histoire.
Avant-propos du tome II :
   Le second tome du Catalogue de l'Exposition permanente est consacré à l'histoire contemporaine de la Belgique depuis 1794.
   La formule de présentation adoptée tend à illustrer ponctuellement les grands problèmes qui se sont posés au pays depuis la deuxième occupation française.
   La centralisation opérée à partir de ce moment, l'unification des territoires de l'espace belge, leur vie sous des institutions identiques, leur développement parallèle sous la pression des forces politiques, économiques et sociales ont permis de scinder en chapitres distincts le déroulement de notre histoire.
La naissance – tout au moins à certains moments privilégiés – d'un sentiment national en opposition avec les particularismes d'Ancien Régime a été le produit de ce nouvel État, monarchie parlementaire qui voit le jour il y a 150 ans.
   Loin de nous la pensée d'évoquer à la fois tous les événements, tous les mouvements de pensée, tous les avatars de la politique, tous les faits économiques et leur retentissement au plan social, la tâche aurait dépassé nos forces et aurait nui à la clarté de l'exposé.
   Chaque chapitre a été coiffé d'une introduction synthétique et ramassée situant le thème envisagé dans une large perspective; elle est accompagnée, le cas échéant, d'un ou plusieurs textes plus détaillés s'attachant plus spécifiquement aux réalités belges et rédigés par divers auteurs.
   Ce travail est le fruit d'une collaboration entre archivistes dont la grande majorité est attachée au département des archives contemporaines aux Archives Générales du Royaume. Chacun a librement exposé le thème dont il traite ; aussi retrouve-t-on, dans les notices, la marque de styles, d'écoles historiques, de sensibilités, d'approches et en définitive, d'optiques différents. Si l'ouvrage y perd en unité, il y gagne par une diversité qui est le reflet même d'un pays qui voue un respect particulier à la liberté d'expression.

Les deux volumes : 30 euros (code de commande : 16268).

 

Belgique. [Introduction de Arthur Haulot.] [Bruxelles], Dessart, 1969. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, [192] p., 148 photographies en noir.
@ Cette édition contient des textes de Georges-H. Dumont et A. Rousseau ; les légendes des illustrations sont traduites en néerlandais en anglais et en allemand et en espagnol, des traductions anglaise, allemande et espagonle figurent également en fin de volume.

13 euros (code de commande : 10038).

 

La Belgique docile. Les autorités belges et la persécution des Juifs en Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale. Sous la direction de Rudi Vandoorslaer. Avec la collaboration de Emmanule Debruyne, Frank Seberechts, Nico Wouters. Bruxelles, Luc Pire, 2007. Deux fort volumes in-8° collés, X, X, 1545 p., un cahier d'illustrations, à l'état de neuf.
L'ouvrage de référence sur la persécution des Juifs en Belgique.
En quatrième de couverture :
   Durant l'occupation, les autorités belges participent docilement à la politique raciale menée par l'occupant nazi à rencontre de la population juive. Cette attitude s'inscrit dans le cadre d'une collaboration administrative prescrite par la loi, mais interprétée de manière maximale. De la sorte, les hauts fonctionnaires et les magistrats vont à rencontre de la Constitution comme du droit international de la guerre. La police collabore aussi, mais quand le port de l'étoile de David est imposé et que les Juifs sont déportés en masse à l'^té 1942, la participation maximale commence à s'effondrer à Bruxelles. Le véritable tournant se produit à la fin de l'année 1942, après l'introduction du travail obligatoire en Allemagne. Entre-temps, la police anversoise a pris une part active aux rafles de Juifs.
   Le gouvernement belge en exil à Londres réagit, mais, à l'instar de ses alliés, surtout en paroles. Dès les années 1930, il s'est débattu avec une politique d'asile humanitaire. Après l'occupation, la collaboration administrative n'est pas sanctionnée, principalement parce que la Belgique n'est pas prête à mener une enquête critique sur le rôle de ses propres autorités.
   La Belgique docile offre un regard analytique sur la « politique du moindre mal » durant l'occupation et met en lumière ses dérives. De cette abondance d'événements tragiques se dégage l'image d'un manque de conscience démocratique des élites dirigeantes. Et ce déficit démocratique plonge ses racines politico-idéologiques dans la période d'avant-guerre.

Les deux volumes : 50 euros (code de commande : 24889).

 

La Belgique souterraine. Un monde fabuleux sous nos pieds. Sous la direction de Luc Stevens. Loverval, Labor, 2005. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 250 p., nombreuses illustrations en couleurs.
Sur la jaquette :
   Caché, invisible, le monde souterrain est un terreau sans cesse renouvelé de craintes et d'histoires extraordinaires. Ce livre nous ouvre la porte d'un univers sombre mais indubitablement féerique.
   Creusées par l'eau sous l'effet simultané de la dissolution et de l'érosion des roches calcaires, les grottes offrent une diversité fascinante de paysages.
   En d'autres endroits, ce n'est pas la nature qui est à l'origine des cavités souterraines mais bien l'homme : mines et carrières, longues galeries de défense courant sous les forteresses, réseaux d'égouts établis dans le Moyen Âge et étonnants canaux souterrains qui, à l'écart des chemins battus, restent accessibles au fureteur averti.
   Des photographies surprenantes, prouesses de photographes osant l'aventure, nous dévoilent les richesses souvent insoupçonnées du sous-sol belge.

30 euros (code de commande : 16188).

 

 

La Belgique vision(n)air(e) België. C'est arrivé près de chez nous. Bruxelles, Fonds Mercator - Palais des Beaux-Arts, 2005. In-8° broché, 92 p., illustrations en couleurs, édition bilingue (français - néerlandais), exemplaire en très bel état.
   
Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Palais des Beaux-Arts, à Bruxelles, du 18 février au 15 mai 2005.
En quatrième de couverture :
   
La Belgique visionnaire nous offre un portrait subjectif et spirituel, dressé par Harald Szeemann, de 175 ans d'art et d'histoire. À travers des artistes connus, des personnages célèbres ou des figures singulières restées dans l'ombre, des scientifiques, des inventeurs, des aventuriers, s'élabore une identité non-conformiste d'un pays où la pensée utopique rejoint les préoccupations politiques, sociales et quotidiennes.
   Ce n'est bien sûr pas le fait du hasard si cette exposition est accueillie au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, au cœur même de la Belgique, un espace d'expositions où les idées visionnaires deviennent réalité.

15 euros (code de commande : 20825).

 

[BELLEM (Jeanne Pinaut, dame de)]. VAN KALKEN (Frans) Madame de Bellem. La « Pompadour des Pays-Bas ». Bruxelles, Office de Publicité, 1923. In-8° broché, 92 p.
Compte-rendu par Leo Verriest :
   
Le professeur Van Kalken nous a habitués depuis longtemps à des travaux où l'érudition et la précision le disputent à l'originalité et à l'élégance. Et l'éloge de ce savant, qui a fouillé par lui-même tous les recoins de notre histoire nationale, n'est plus à faire. Mais, pour écrire le livre qui nous occupe ici, il fallait réunir des qualités éminentes et toutes spéciales; il fallait non seulement avoir la patience extrême de dépouiller l'infinie multiplicité des pamphlets de la Révolution brabançonne, mais aussi savoir se replacer entièrement dans le milieu bizarre, puéril parfois et même déconcertant de cette époque agitée, savoir analyser les psychologies des personnages en jeu, et avoir le talent de présenter la romanesque histoire d'une vie de femme galante de manière telle que la lecture fût agréable et que l'intérêt se soutînt jusqu'au bout. M. Van Kalken y a parfaitement réussi.
   On connaissait, dans le monde des historiens sinon dans le grand public, le nom de La Pinaut, cette « divinité mineure », comme dit M. Van Kalken, de la Révolution brabançonne. Mais de la jeunesse de cette fille de savetier, de sa vie galante, de son rôle de courtisane, de ses attitudes d'ordre politique, on ne savait presque rien. Maîtresse de Van der Noot et étroitement associée à toute son existence, La Pinaut, née rue aux Choux, avait déjà 53 ans quand les événements de 1787 allaient faire jouer un rôle politique de premier plan à son amant, avocat de la rue Neuve. Elle n'était dépourvue, nous dit M. Van Kalken, ni d'esprit, ni de cœur, ni même d'un certain a goût, encore que sa correspondance manque de tout relief. Mais, dans les conjonctures diverses où se trouva Van der Noot, politicien aussi maladroit qu'orgueilleux et ignorant, elle lia son sort à celui de son amant avec une ardeur juvénile, une énergie et un enthousiasme dignes d'une meilleure cause. Pour le défendre et soutenir ses ambitions démesurées, elle supporta stoïquement de multiples avanies ; suspecte (et pour cause) aux autorités autrichiennes, et étroitement surveillée par les « mouches » de leur police secrète, elle fut bientôt jetée en prison tandis que Van der Noot prenait le large et se réfugiait à Londres. Sa confiance dans le succès final de la Révolution ne fléchit pas un instant; elle correspond avec son ami et l'encourage avec conviction et sans cesse. Élargie pendant peu de temps, puis réincarcérée, elle ne désespère à aucun moment, y va toujours de sa propagande épistolaire, et même commet des vers, c'est-à-dire des « forfaits dans le domaine lyrique ». La Révolution, qui couvait, éclate le 24 octobre 1789, et La Pinaut, libérée, y tient naturellement un rôle. Van der Noot rentre en Belgique et devient premier Ministre, et sa maîtresse s'institue sa secrétaire générale. Elle est alors la femme en vue, et, tandis que ses partisans l'appellent pompeusement la « Pompadour des Pays-Bas », ses ennemis la vilipendent copieusement et parlent irrévérencieusement (!) de la « Phryné en décombres », de la « gourgandine aux restes surannés », de la « coquine routinée » qui préside aux destinées de la nouvelle république « fémini théo-aristocratique ». La Pinaut, naturellement, ne se sent pas atteinte par tout cela. Elle brave ses insulteurs, et, gardant jusqu'au bout ses illusions, elle continue à défendre son amant avec autant d'énergie que de conviction. Mais, la Révolution échoue rapidement. Le « Congrès des Provinces Belgiques Unies » se disloque et se disperse. Et La Pinaut s'en va échouer à Bréda, où, presque sexagénaire, elle tue le temps à « tricoter des bourses». Ainsi finit lamentablement l'histoire tourmentée de la vie d'une femme de basse provenance qui eut, pendant quelque temps, l'illusion de tenir un réel rôle politique. Cette histoire, telle qu'elle est écrite, ne peut manquer d'obtenir un gros succès. Il convient d'en féliciter chaleureusement l'auteur.
Bibliographie :
   Léo Verriest, Revue belge de philologie et d'histoire, tome 3, pp. 159-160.

15 euros (code de commande : 20831).

 

[BERLIÈRE]. Hommage à Dom Ursmer Berlière. Recueil publié par le comité directeur de l'Institut historique belge de Rome, avec le concours des anciens membres et collaborateurs de l'Institut. [Préface par Henri Pirenne.] Bruxelles, Lamertin, 1931. In-8° broché, 262 p., un portrait.
@ Ce volume contient e.a. : Les conflits religieux rhénans et la Nonciature de Bruxelles (1838), par A. De Ridder ; Léopold 1er et l'influence de Lammenais en Belgique, par I. Delatte ; Le renouvellement de la trêve de 12 ans entre l'Espagne et les Provinces Unies. La mission du chancelier Pecquieu à La Haye (1621), par H.-J. Elias ; Les prétentions à l'épiscopat de J.-A. Levaillant de la Bassarderie, archidiacre de Tournai (1716-1721). Les obstacles à la nomination d'un évêque auxiliaire à Tournai au XVIIIe siècle, par Louis Jadin, etc.

25 euros (code de commande : 277/64).

 

BERTRAND (Louis) — Histoire de la coopération en Belgique. Les hommes - Les idées - Les faits. Préface par Émile Vandervelde. Tomes I et II (complet). Bruxelles, Dechenne & Cie, 1902-1903. Deux grands volumes in-8° sous une modeste reliure toilée, X, 480 et 725 p., illustrations, bon exemplaire.
Préface :
   Nul n'était mieux qualifié que Louis Bertrand pour écrire l'Histoire de la Coopération en Belgique.
   Jeune encore, il est un des vétérans du mouvement ouvrier. Depuis plus de trente ans, depuis les temps héroïques de l'Internationale, nous le trouvons à l'œuvre, luttant, par la parole et la plume, pour la défense des intérêts de sa classe. Directeur du journal Les Coopérateurs belges, administrateur de la Fédération des Coopératives, fondateur de la Maison du Peuple, de Bruxelles, il est un de ceux qui ont fait, qui contribuent le plus largement à faire, l'histoire qu'il nous raconte dans les pages qui vont suivre. Mais, tandis que chez d'autres, les nécessités de la pratique absorbent, fréquemment, toutes les énergies et entravent le développement des idées générales, chez Bertrand, au contraire, les qualités de l'homme d'étude se combinent, admirablement, avec celles de l'homme d'action.
   Coopérateur et socialiste, politicien et organisateur, administrateur et publiciste, il incarne, mieux que personne, l'union indissoluble de toutes les formes de l'activité prolétarienne, qui constituent l'originalité et – nous n'hésitons pas à le dire – les principales forces du Parti Ouvrier belge.
   Que serait-il, en effet, réduit à la seule action politique ou syndicale, sans les puissantes coopératives, qui forment, en quelque sorte, son épine dorsale ? Ce sont elles qui procurent des locaux aux groupes, qui supportent la plus grande partie des charges de la propagande, qui fournissent de multiples subventions aux œuvres de toute nature qui se créent dans leurs Maisons du Peuple.
   Néanmoins, en dépit de ces avantages incontestables, il existe encore, au moins à l'étranger, dans les milieux socialistes aussi bien que dans les milieux coopératifs, des préventions, plus ou moins fortes, contre l'union étroite du socialisme et de la coopération.
   Les uns craignent que le mouvement coopératif ne s'affaiblisse, en perdant sa neutralité. Les autres appréhendent que le mouvement socialiste ne s'embourgeoise, en liant son sort à des entreprises commerciales.
   Nous croyons que le livre de Bertrand constitue la réponse la plus décisive qu'il soit possible de faire à ces deux séries d'objections.
   Certes, nous ne prétendons pas que les formes d'organisations ouvrières qui ont fait fortune en Belgique, soient nécessairement bonnes pour l'exportation. Nous sommes les premiers à reconnaître que, dans d'autres pays, des obstacles provenant de la législation, des habitudes, de l'état des esprits, du développement historique, puissent rendre leur transplantation impossible.
   Mais l'expérience belge nous paraît concluante pour établir que, partout où les circonstances s'y prêtent, l'union intime de la coopération et du socialisme peut être également favorable au socialisme et à la coopération.
   Elle donne au socialisme un caractère plus réaliste. Elle empêche, d'autre part, la coopération de prendre un caractère purement empirique.
   Livrées à elles-mêmes, en effet, soustraites à l'influence directe du socialisme, composées de personnes appartenant à toutes les opinions, parfois même à toutes les classes, il est à peu près inévitable que les coopératives soient, dès le début, ou deviennent, tôt ou tard, de simples affaires, qui procurent à leurs membres des avantages matériels très appréciables, mais qui ne présentent, en somme, au point de vue social, qu'un intérêt assez restreint.
   Quelque soit, par exemple, notre admiration pour les résultats économiques obtenus par les coopératives anglaises, nul ne saurait méconnaître qu'à la longue, l'idée de ses débuts ait fait place, dans un grand nombre de sociétés coopératives, à des préoccupations beaucoup plus utilitaires.
   Il suffit, pour s'en convaincre, de voir à quels sentiments elles font appel, pour recruter de nouveaux adhérents.
   Voici, notamment, un extrait caractéristique d'une feuille de propagande, intitulée : « Pourquoi je suis membre de la coopérative » :
      « 1° Parce que celui qui est derrière le comptoir me sert, et non un autre – qui veut me tromper ; 2° Parce que je ne peux pas permettre que cet autre devienne riche à mes dépens ; 3° Parce que je touche un dividende ; 4° Parce que je puis utiliser la bibliothèque et la salle de lecture, entendre des conférences, prendre part à des fêtes, à des jeux, et que, par là, j'ai la vie plus gaie ! »
   Ce sont, nous le reconnaissons volontiers, des motifs excellents pour entrer dans une coopérative ; mais on voudra bien reconnaître, d'autre part, que l'organisation coopérative gagnerait à s'appuyer sur autre chose que ces considérations, purement individuelles, pour ne pas dire purement égoïstes ; et, c'est précisément en cela que réside la supériorité morale de la coopération socialiste, telle que nous la rencontrons en Belgique, sur la coopération neutre, telle que nous la trouvons dans la plupart des autres pays.
   Les coopératives socialistes belges, en effet, ne sont pas seulement instituées pour faire des bénéfices, elles demandent également à leurs membres de faire des sacrifices.
   Toutes présentent ce caractère commun de prélever sur leurs profits, annuels ou semestriels, des sommes, plus ou moins considérables, que l'on consacre à des œuvres de propagande générale.
   Par conséquent, ceux qui n'auraient d'autres motifs pour y entrer, que l'obtention de certains avantages, ont intérêt à s'affilier plutôt aux institutions similaires qui n'opèrent pas de tels prélèvements.
   D'ailleurs, pour être membre d'une coopérative socialiste, il faut faire une profession de foi socialiste, adhérer en même temps au programme du Parti Ouvrier.
   Dans ces conditions, l'organisation coopérative se confond avec l'organisation même du socialisme. Les progrès de l'une réagissent nécessairement sur les progrès de l'autre. Presque tous les socialistes deviennent coopérateurs – et, par conséquent, la coopération bénéficie de toute la propagande socialiste – tandis que, réciproquement, par le fait de leur adhésion au Parti Ouvrier, tous les coopérateurs sont socialistes.
   C'est là un point essentiel, qui suffit, dans une large mesure, à expliquer les différences d'attitude que prennent les socialistes, à l'égard de la coopération.
   Aussi longtemps, en effet, que la coopérative n'est pas autre chose qu'une entreprise commerciale, imprégnée de l'esprit petit-bourgeois, groupant des éléments hétérogènes, dans le seul but de réaliser des avantages pécuniaires, nous comprenons parfaitement que les socialistes ne s'y intéressent guère et qu'ils se méfient de l'intrusion des coopératives dans l'organisation de leurs Partis.
   Mais il en est tout autrement, lorsque, dès l'origine – comme c'est le cas en Belgique – la coopération est, avant tout, une œuvre socialiste, composée d'hommes appartenant, pour la plupart, à la même classe, professant les mômes opinions, poursuivant le même but social.
   Elle apparaît alors comme une sorte de réalisation embryonnaire du socialisme, qui prépare les esprits à concevoir un ordre social très différent du régime capitaliste actuel.
   Ainsi que nous l'écrivions, dans une récente étude, « le meilleur moyen de se figurer, d'une manière tangible et concrète, le mode de production socialiste, c'est de prendre pour point de départ ses réalisations actuelles, si incomplètes qu'elles soient, d'éliminer, en pensée, toutes les survivances capitalistes qu'elles contiennent et de supposer – sur le modèle de nos grandes sociétés belges, par exemple – une coopérative géante, ayant pour associés tous les citoyens d'un pays, ou d'une région plus ou moins vaste, possédant, comme propriété sociale, tout l'outillage productif, ou, du moins, l'outillage productif de toutes les grandes industries, et dans laquelle tous les membres, à la fois producteurs et consommateurs, donneraient leur travail intellectuel ou manuel, éliraient, directement ou indirectement, leurs administrateurs ou leurs chefs de service et produiraient toutes les utilités, toutes les valeurs d'usage nécessaires à la satisfaction de leurs besoins. »
   En lisant le livre de Bertrand, on pourra trouver dans les institutions du Vooruit, de la Maison du Peuple ou du Progrès de Jolimont, les premiers germes de cet avenir et, d'autre part, en étudiant les humbles et difficiles débuts du mouvement coopératif en Belgique, on pourra se rendre compte de la somme d'efforts et de dévouements qu'il a fallu pour lui taire produire ses résultats actuels.
   Mais, ce que Bertrand n'a pas suffisamment dit, dans son beau livre, c'est la part, si large et si féconde, qu'il a prise dans l'œuvre socialiste qu'il décrit. Je suis heureux que l'occasion me soit offerte de le dire à sa place, avec toute l'affectueuse admiration que j'éprouve pour une existence consacrée, tout entière, à la défense des intérêts du prolétariat.

Les deux volumes : 80 euros (code de commande : 15677).

 

[BERVOETS (Marguerite)]. PEQUET (Émile) — Marguerite Bervoets. [Mons], Hainaut, Culture et Démocratie, 2014. Grand in-8° carré broché, 191 p., illustrations, (collection « Les Carnets de la Mémoire »).
En quatrième de couverture :
   « J'ai péri pour attester que l'on peut à la fois aimer follement la vie et consentir à une mort nécessaire. »
   En cette courte phrase tirée d'une lettre à Lucienne Balasse-De Guide, son ancien professeur de français, Marguerite Bervoets, née le 6 mars 1914 et exécutée le 7 août 1944, a elle-même résumé le sens de sa vie trop brève et de sa mort héroïque. Aujourd'hui encore, ces mots résonnent avec force et rappellent l'attachante personnalité d'une jeune femme qui compta parmi les grandes figures de la résistance belge et hainuyère, au cours de la Seconde Guerre mondiale.
   Rien dans son parcours de jeunesse ne laissait prévoir cette trajectoire hors du commun : de bonnes études primaires et secondaires à La Louvière puis à Mons, une passion sincère et durable pour la poésie qui la poussa à écrire et à publier quelques textes, une licence en philologie romane et une thèse, pratiquement achevée au cours des années suivantes, à propos du poète André Fontainas, une carrière d'enseignante entamée à Tournai en 1937...
   Ce parcours sans surprise est toutefois bouleversé par l'irruption de la guerre. Refusant la capitulation, Marguerite se lance à corps perdu dans la Résistance, dès 1941, et publie notamment une revue hebdomadaire clandestine, La Délirance. Mais arrêtée en août 1942, à la suite d'une tentative d'espionnage du champ d'aviation militaire allemand à Chièvres, elle entame un long parcours de souffrance qui la mènera de la prison de Mons à celles d'Essen puis de Leer en Allemagne, pour être finalement guillotinée à Wolfenbüttel. Rapatrié en 1947, son corps repose aujourd'hui à Mons, dans la Pelouse d'Honneur.
   Une trajectoire dramatique éclairée sur la fin, malgré l'horreur des circonstances, par les mots limpides et généreux qu'elle a su trouver pour sa dernière lettre à ses parents, peu avant son exécution : « Je vois vous quitter pour avoir trop aimé la liberté, la beauté du monde et notre chère Belgique. »

15 euros (code de commande : 21341).

 

Bibliothèque économique belge, des communes, des écoles et des familles. Almanach belge pour 1834. Bruxelles, Voglet, [1833]. [Bruxelles. P.-J. Voglet, Imprimeur-Libraire, rue de l'Empereur, n° 20. Berthot, Libraire, Marché aux Bois.] In-12 broché, 190, 8 p., une carte en couleurs à déplier, couverture partiellement insolée, bon exemplaire, non coupé, de ce rare ouvrage.
En quatrième de couverture :
   Bibliothèque Économique Belge des Communes des Écoles et des Familles. Tel est le titre d'une vaste entreprise philanthropique qui s'annonce sous les plus heureux auspices. Au moyen d'une souscription de 10 francs par an, les éditeurs de la Bibliothèque Économique vous fourniront une série d'ouvrages utiles et intéressans, comprenant ensemble 2,400 pages in 18, beau papier, beau caractère. Le premier volume de la première série vient de paraître. C'est l'Almanach Belge pour 1834. Ce petit ouvrage contient, outre les détails qui se trouvent habituellement dans un Almanach, et qui sont d'un usage journalier, un mémorial de la révolution belge de 1830, jour par jour, des notions statistiques et administratives sur les établissemens d'utilité publique, des instructions sur les lois générales de la Belgique, les devoirs et les droits du citoyen belge, sur le recours aux autorités, sur l'importance de l'enseignement, sur l'utilité des Caisses d'épargne, des préceptes d'Hygiène, quelques procédés utiles, etc. La lecture de cet opuscule est des plus attachantes ; il n'est personne qui n'ait chaque jour l'occasion de profiter de l'une ou l'autre des indications qu'il renferme. Rédigé dans un sens éminemment pacifique, étranger à tout esprit de parti, il ne contient rien qui puisse éveiller les susceptibilités politiques ou religieuses. Une carte du royaume, laquelle se distingue par la netteté d'exécution, ordinaire à tous les ouvrages qui sortent de l'établissement géographique de M. Vandermaelen, se trouve en tête de ce joli volume de 190 pages et qui ne coûte que 75 centimes.
   Les ouvrages suivans paraîtront successivement après l'Almanach qui sert de spécimen à la Bibliothèque Économique.
   Bibliographie :
   - Ch. Morren, Bibliographie, dans : Recueil encyclopédique belge, 1833, t. I, p. 335.


Carte et page de titre.

80 euros (code de commande : 19584).

 

BIGWOOD (Georges) — Les origines de la dette belge. Étude d'histoire financière. 1. Emprunts d'état aux Pays-Bas autrichiens. Bruxelles, Vromant, 1906. In-8° broché, 45 p., tableaux.
   Extrait des Annales de la Société d'Archéologie de Bruxelles, tome XX, 1e et 2e livraisons, 1906.
Introduction :
   « À la différence de la dette nationale de beaucoup de pays, la dette belge n'est pas l'histoire des malheurs ou des folies de la patrie. Presque tout entière postérieure à 1830, elle est l'instrument grâce auquel la Belgique indépendante a créé son outillage économique ; elle n'a augmenté qu'avec sa prospérité. Son noyau primitif cependant est un legs du passé.
   Sous l'ancien régime, les Pays-Bas méridionaux ont connu et pratiqué l'emprunt. Ils l'ont fait à tous les degrés du groupement social et souvent dans une mesure excessive. Cette partie de notre histoire n'a fait l'objet que de rares études ? Un tableau systématique et quelque peu complet sous ce rapport serait chose utile. Je me propose d'étudier successivement les emprunts d'État conclus aux Pays-Bas autrichiens, les loteries d'État ou emprunts à lots pendant la même période, les dettes des provinces et des communautés locales et leur état dernier à la fin du XVIIIe siècle. À cette histoire externe de l'emprunt public au XVIIIe siècle, j'ajouterai l'examen du mécanisme des opérations financières de cette nature et les idées dominantes en cette matière. »

10 euros (code de commande : 14200).

 

 

[BOLLANDISTES]. PEETERS (P.) — L’œuvre des Bollandistes. Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1942. In-8° broché, 127 p., (collection « Classe des Lettres - Mémoires », collection in-8°, tome XXXIX, fascicule 4 et dernier).
Avant-propos :
« Plusieurs savants que préoccupent les problèmes de coopération intellectuelle ont exprimé le désir de savoir comment la petite société des bollandistes a pu suffire si longtemps à une tâche qui semble dépasser les forces actives et les moyens qu'on lui connaît. Les pages qui suivent essaieront de répondre à cette question.
L'œuvre des Acta Sanctorum est portée par une très ancienne tradition. Si ses continuateurs actuels ont pu, jusqu'à présent, suffire à leur travail, par un bonheur refusé à d'autres institutions beaucoup plus puissamment armées, ils le doivent, en dernière analyse, à une certaine autorité que l'on veut bien reconnaître à leur méthode, et qui tient en partie au caractère monumental du recueil dont ils poursuivent la rédaction. L'une et l'autre sont l'héritage d'un long passé. Le bollandisme actuel vit par le bienfait de quelques idées forces, qui sont la trouvaille géniale de ses fondateurs. Si on les juge bonnes à connaître, il faut les voir en action dans son histoire et les mesurer aux résistances contre lesquelles sa vitalité s'est endurcie. »

20 euros (code de commande : 10905).

 

BONENFANT (P.) — Rapport sur les travaux de la sous-commission de la Bibliographie de l'Histoire de Belgique. Bruxelles, Palais des Académies, 1960. In-8° agrafé, [8] p., exemplaire non coupé.
   Il s'agit d'un extrait du Bulletin de la Commission Royale d'Histoire, t. CXXVI, pp. XCII-XCV.
   
Cette plaquette contient le rapport relatif à l'opportunité de mettre à jour l'Histoire de Belgique de Henri Pirenne en en préparant une quatrième édition.

2 euros (code de commande : 16090).

 

BONNERY (Gaston) — Feuilles de Route en Belgique. Paris, H. Oudin, 1904. In-8° broché, 186 p., bel envoi de l'auteur, couverture souillée.

15 euros (code de commande : 298/63).

 

BORMANS (Stanislas) et HALKIN (Joseph) — Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique. Tome XI (troisième partie). Bruxelles, Palais des Académies, 1946. In-4° sous cartonnage d'éditeur, IX, 288 p., (collection « Commission Royale d'Histoire »), couverture plastifiée.
Avant-propos :
   La publication de ce volume nécessite une explication. On sait qu'après la mort d'Alplionse Wauters, en 1898, Stanislas Bormans, président de la Commission royale d'Histoire, avait bien voulu se charger de l'achèvement du tome X (1340-1350) de la Table chronologique des chartes et diplômes imprimés, alors sous presse. Le volume parut en 1904.
   La nécessité de la publication d'un supplément de cette œuvre volumineuse, dont le tome I avait paru en 1866, s'étant imposée. Stanislas Bormans entreprit ce travail avec l'aide d'un collaborateur, M. Joseph Halkin.
Dès 1907 ils firent paraître la 1ère partie du tome XI (supplément aux années 98 à 1250). Une 2e partie (supplément aux années 1251 à 1300) parut en 1912.
   Stanislas Bormans étant décédé le 15 novembre de cette année, la continuation de la publication resta confiée à Joseph Halkin. qui, au cours de l'année 1913, assura l'impression de la 3e partie du supplément pour les années 1301 à 1338.
   Au mois d'août 1914 survint la guerre, qui mit fin à toute publication de la Commission pendant plus de quatre années.
   Le secrétaire de la Commission, Henri Pirenne, ayant été déporté en Allemagne et n'étant rentré en Belgique qu'à la fin de 1918, dut commencer par consacrer toute son activité à réparer les dommages occasionnés par l'occupation du Palais des Académies par les Allemands.
   D'autres travaux sollicitant ensuite sa merveilleuse activité et sans doute celle du collaborateur de Stanislas Bormans, la continuation de la Table chronologique fut perdue de vue.
   Ce ne fut qu'au début de l'année 1946 que fut révélée par l'imprimerie Hayez l'existence d'un certain nombre de bonnes feuilles conduisant la publication jusqu'à l'année 1338.
   Il est probable que le manuscrit de l'ouvrage, comprenant les années 1339 à 1350, doit avoir existé. Mais Henri Pirenne étant décédé en 1935 et Joseph Halkin en 1937, il n'a pas été possible de recueillir des renseignements certains à cet égard. Des recherches entreprises à l'imprimerie Hayez n'en ont fait découvrir que des fragments. Dès lors, la Commission se trouvait devant une tâche ardue.
   Il n'y avait aucune hésitation possible quant à la nécessité d'achever l'œuvre entreprise depuis quatre-vingts ans. Seul le mode d'achèvement pouvait donner lieu à discussion.
   La partie imprimée comportait un dépouillement des sources jusqu'en l'année 1913. Fallait-il arrêter à cette époque l'utilisation des feuilles déjà imprimées, et ne tenir aucun compte des travaux publiés depuis lors pour le relevé des chartes se rapportant aux années 1338 à 1350 ?
   Fallait-il, au contraire, procéder à un dépouillement des travaux parus jusqu'en 1946 et créer ainsi une disproportion absolue entre la première partie (années 1301 et 1338) du volume et la seconde (années 1338 à 1350) ?
   La Commission a estimé qu'il est désirable d'éviter pareille anomalie et qu'il vaut mieux livrer au public, sous forme d'un premier fascicule de la 3e partie du tome XI, les feuilles imprimées en 1913, en réservant la suite à un second fascicule dans lequel il serait tenu compte des travaux publiés au cours des trente-deux dernières années et qui comprendrait les tables alphabétiques du volume. On pourrait préparer ensuite un tome XII formant supplément pour l'ensemble de la Table.
   Pour entreprendre ce travail utile, la Commission a été heureuse de trouver parmi ses membres un collaborateur qualifié en la personne de M. Paul Bonenfant. Celui-ci a bien voulu accepter cette lourde tâche, à condition de pouvoir s'associer un de ses anciens élèves. M. Jean-Jacques Hoebanx. professeur à l'Athénée de Saint-Gilles.
   En attendant le résultat de cette collaboration, la Commission royale d'Histoire livre au public le présent volume dans toute son imperfection, mais dans la conviction que celle publication est de nature à rendre des services auv historiens.

15 euros (code de commande : 18762).

 

[BRÈS (Guy de)] — La Confession de foi des Églises réformées wallonnes et flamandes. Réimprimée par décision de la Société Évangélique Belge. Bruxelles, Librairie Chrétienne Évangélique, 1850. [Bruxelles, Librairie Chrétienne Évangélique, rue de l'Impératrice, 33. 1850] In-8° débroché, 47, [1 bl.] p.
Préface :
   Guy de Brès, ce noble et courageux apôtre de l'Évangile dans les Flandres et le pays wallon, sentait que quelque chose manquait à ses travaux, malgré leurs rapides succès : une confession de foi lui paraissait absolument nécessaire. Les nombreuses Églises, que Dieu avait suscitées dans les Pays-Bas, rendraient ainsi gloire à Jésus-Christ, Dieu béni éternellement et leur seule espérance. Elles feraient tomber les calomnies que d'impudents adversaires répandaient contre leur religion ; elles éclaireraient les ignorants, et seraient elles-mêmes fortifiées dans leur très-sainte foi. Assisté d'Adrien de Saravia et de trois ou quatre autres pasteurs, Guy de Brès rédigea donc une Confession de la Foi des Églises des Pays-Bas. Cette Confession, d'abord écrite en wallon, mais aussitôt traduite en flamand , il la communiqua aux Églises et aux pasteurs, pour qu'ils y fissent les corrections qu'ils jugeraient nécessaires. Ainsi modifiée, elle parut en 1561 ; elle contenait trente-sept articles opposés à la doctrine de Rome et conformes à la parole de Dieu, telle qu'elle était professée à Genève.
   Les Réformés ou Chrétiens évangéliques envoyèrent cette Confession à Philippe II, et l'accompagnèrent d'une lettre dans laquelle ils disaient entre autres : « Bien que nous soyons plus de cent mille, nous nous comportons pourtant en toute tranquillité. »
   Plus tard, le 5 octobre, en 1571, il fut statué par le premier synode national des Églises wallonnes et flamandes, tenu à Embden, que cette Confession serait signée par tous les membres présents au dit synode et par tous ceux qui seraient admis au saint ministère.
   C'est cette Confession, monument précieux de la pureté des doctrines de nos pères, que nous avons réimprimée telle quelle, sans y rien ajouter ni retrancher : nous ne nous sommes permis que de remplacer quelques mots vieillis par des expressions plus modernes et mieux comprises.

13 euros (code de commande : 16764).

 

[BRÈS (Guy de)]. BRAEKMAN (Émile M.) — Guy de Brès. Un réformateur en Belgique et dans le Nord de la France (1522-1567). Mons, Cercle Archéologique de Mons, 2014. In-8° broché, 277 p. illustrations, (collection « Publications Extraordinaires du Cercle Archéologique de Mons », nouvelle série, n° 3).
Table des matières :
   - Préface, par Jean-Marie Cauchies.
   - In memoriam Émile M. Braekman, par Monique Weis.
   - Introduction : Guy « de Bray » ou « de Brès » ?
   Première partie. Sa vie : de peintre sur verre à confesseur de la foi.
      Chapitre 1. La famille du Bray.
      Chapitre 2. La jeunesse d'un Montois.
      Chapitre 3. Le refuge à Londres.
      Chapitre 4. L'œuvre d'un prédicant à Lille.
      Chapitre 5. Études et mariage.
      Chapitre 6. Tournai : une Église-mère de la Réforme aux Pays-Bas.
      Chapitre 7. Surveillant et Ministre général à Tournai.
      Chapitre 8. Au service des Églises « sous la croix ».
      Chapitre 9. Chapelain du prince de Sedan.
      Chapitre 10. Un intérim à Anvers.
      Chapitre 11. Dernier ministère à Valenciennes.
      Chapitre 12. La rébellion de Valenciennes.
      Chapitre 13. L'« heureuse issue » d'un martyr.
      Chapitre 14. La personnalité de Guy de Brès.
      Appendice. Sa descendance à Sedan.
   Deuxième partie. Ses écrits : le défenseur de la foi contre l'Église romaine, les anabaptistes et la tyrannie du roi d'Espagne.
      Introduction. L'écrivain.
      Chapitre 1. Le Baston de la foy.
      Chapitre 2. La Confession de foy.
      Chapitre 3. La Racine, source et fondement des anabaptistes.
      Chapitre 4. L'Histoire notable.
      Chapitre 5. Quatre opuscules politiques.
      Chapitre 6. Les interrogatoires politiques.
      Chapitre 7. Livre posthume : Les Procédures.
      Conclusion. Bresius Reformator Redivivus.
   - Bibliographie.
   - Index des noms de personnes.
   - Index des noms de lieux.

20 euros (code de commande : 22417).

 

BRIGODE (Simon) — L'architecture religieuse dans le sud-ouest de la Belgique. Tome I. Des origines à la fin du XVe siècle. Bruxelles, C[ommission].R[oyale]. [des] M[onuments]. [et des] S[ites], 1950. In-8° broché sous jaquette, 276 p., illustrations.
Table des matières :
   Introduction.
   Première partie. Des origines à la fin de l'époque romane.
      Chapitre I. Romanisation et première christianisation.
      Chapitre II. Époque mérovingienne.
      Chapitre III. Époque carolingienne.
         - Les monuments :
            - Lobbes. Deuxième abbatiale.
            - Lobbes. Église Saint-Ursmer.
            - Autres vestiges carolingiens.
      Chapitre IV. Époque romane : Cadre historique et artistique.
      Chapitre VI. Les monuments.
         - Soignies. Collégiale Saint-Vincent.
         - Lobbes. Troisième abbatiale.
         - Lobbes. Église Saint-Ursmer. Agrandissements.
         - Aubechies. Église Saint-Géry.
         - Blaton. Église de Tous-les-Saints.
         - Estinnes-au-Val. Église Saint-Martin.
         - Frasnes-lez-Gosselies. Ancienne priorale.
         - Horrues. Église Saint-Martin.
         - Hoves. Église Saint-Maurice.
         - Jumet. Ancienne église Notre-Dame de Heigne.
         - Lessines. Église Saint-Pierre.
         - Péronnes-lez-Binche. Église Notre-Dame.
         - Édifices à nef unique, sans tour.
         - Tours romanes.
         - Autres vestiges romans.
         - Églises romanes disparues.
      Chapitre VI. Caractères généraux de l'architecture romane dans le sud-ouest de la Belgique.
         - Situation et orientation.
         - Plan.
         - Maçonneries.
         - Enduits.
         - Pavements.
         - Structure.
         - Supports.
         - Arcs et arcades.
         - Portes et fenêtres.
         - Couverture.
         - Décoration.
      Chapitre VII. Considérations sur l'architecture préromane et romane dans le sud-ouest de la Belgique.
   Deuxième partie. L'époque gothique jusqu'à la fin du XVe siècle.
      Chapitre I. Cadre historique et artistique.
      Chapitre II. Le XIIIe siècle.
         - Premières manifestations gothiques.
         - Chaussée-Notre-Dame. Église Notre-Dame.
         - Horrues. Église Saint-Martin. Chœur.
         - Chimay. Église des SS. Pierre et Paul. Chœur.
         - Cambron. Vestiges de l'ancienne abbaye.
         - Aulne. Ancienne abbatiale.
         - Bonne-Espérance. Ancienne abbaye.
         - Fontaine-l'Évêque. Chapelle castrale.
         - Quelques églises rurales.
         - Quelques clochers.
         - Autres vestiges.
      Chapitre III. Le XIVe siècle.
         - Chœur de Lessines.
         - Deux-Acren. Église Saint-Martin.
         - Chièvres. Église Saint-Martin.
         - Ath. Saint-Julien.
      Chapitre IV. Le XVe siècle.
         - Facteurs historiques et économiques.
         - Mons. Collégiale Sainte-Waudru.
         - Autres œuvres hennuyères influencées par l'architecture brabançonne.
      Chapitre V. Caractères généraux de l'architecture gothique dans le sud-ouest de la Belgique jusqu'à la fin du XVe siècle.
         - Situation et orientation des églises.
         - Plan.
         - Matériaux.
         - Structure.
         - Supports.
         - Portes et fenêtres.
         - Décoration.
      Chapitre VI. Considérations sur l'architecture gothique des XIIIe, XIVe et XVe siècles dans le sud-ouest de la Belgique.
   Index des monuments de la région étudiée.

25 euros (code de commande : 20731).

 

BUFFIN (Baron Camille) — Documents inédits sur la Révolution belge. I. Lettres de J.-F. Staedtler à S.A.S. le prince Auguste d'Arenberg (7 août - 7 novembre 1830. II. Relation du bombardement d'Anvers d'après les papiers inédits du lieutenant-général baron Chazal, ancien ministre de la guerre. Bruxelles, Dewit 1910. In-8° demi-basane, dos à 4 nerfs, mors frottés et quelques épidermures, XXX, 471 p., un tableau et un plan hors texte à déplier, index, peu courant.
Extrait :
   J.-F. Staedtler occupait les fonctions de secrétaire auprès du prince Auguste d'Arenberg et, pendant l'année 1830, il rendit fidèlement compte au prince, qui faisait une cure en Prusse, de tous les événements de notre révolution.
   Cette correspondance offre un très grand intérêt historique, car Staedtler fut témoin oculaire des émeutes d'Août et des combats de Septembre ; de plus, grâce à ses relations avec les ducs d'Arenberg et d'Ursel, le prince de Ligne, les barons d'Hooghvorst et de Gerlache, MM. van de Weyer, Jottrand, van der Smissen, Rodenbach, De Doncker, etc., il nous dépeint fort exactement l'état d'esprit des Belges pendant leur lutte pour l'indépendance.
   Ces lettres furent achetées récemment par la Bibliothèque Royale et se trouvent déposées à la section des Manuscrits n° 5428. Elles sont publiées textuellement, à l'exclusion de quelques passages concernant les affaires particulières du prince d'Arenberg.

40 euros (code de commande : 19177).

 

Bulletin de l'Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique. 39e année, 2e série, tome 29 - N° 5. Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1870. In-8° broché, [216] p., couverture défraîchie.
Outre la chronique et les recensions, les principaux articles contenus dans ce volume sont :
   - 
Notice sur les puits naturels du terrain houiller, par Cornet et Briart (pp. 477-489), deux planches dépliantes hors texte).
   - Notice historique sur l'ancienne abbaye du Nouveau-Bois, à Gand, par J.-J. De Smet (pp. 548-558).
   - Note sur l'étalon prototype universel des mesures de longueur, par Rodenbach (pp. 559-574).
   - Aperçu de la féodalité, par E. Defacqz (pp. 577-606).
   - De Kerels van Vlaanderen, lecture par H. Conscience (pp. 607-631).

20 euros (code de commande : 18254).

 

Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiques. 6e série - Tome VIII. Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1997. Deux volumes in-8° brochés, 607 p., quelques illustrations.
Table des matières :
   Séance du lundi 6 janvier 1997.
      - Procès-verbal (pp. 5-11).
      - Exposé : Les avatars de la conscience, par Marc Richelle (pp. 13-47).
   Séance dit lundi 3 lévrier 1997.
      - Procès-verbal (pp. 49-58).
      - Éloge : Orner Jodogne 1908-1996, par Albert Henry (pp. 59-65).
      - Présentation d'orateur : Jean-Pierre Nandrin, par Philippe Godding (pp. 67-68).
      - Exposé : Justice, magistrature et politique aux premiers temps de l'indépendance de la Belgique, par Jean-Pierre Nandrin (pp. 69-111).
   Séance du lundi 3 mars 1997.
      - Procès-verbal (pp. 113-116).
      - Présentation d'orateur : Alain Martin, par Jean Bingen (pp. 117-119).
      - Exposé : D'Achmîm à Strasbourg, sur les traces d 'Empédocle, par Alain Martin (pp. 121-137).
   Séance du lundi 24 mars 1997.
      - Procès-verbal (pp. 139-142).
   Séance du lundi 5 mai 1997.
      - Procès-verbal (pp. 143-146).
      - Éloge : Paul De Visscher. 1916-1996, par François Rigaux (pp. 147-165).
      - Exposé : Compétition, mondialisation et politiques de concurrence, par Alexis Jacquemin (pp. 167-184).
   Assemblée générale des trois Classes du samedi 10 mai 1997.
      - Procès-verbal (pp. 185-187).
      - Rapport annuel : Action et Activités de l'Académie de mai 1996 à avril 1997, par Philippe Roberts-Jones (pp. 189-205).
      - Rapport annuel : Activités de Commission de la Biographie nationale de mai 1996 à avril 1997, par Jean-Marie Duvosquel (pp. 207-209).
   Séance publique du lundi 12 mai 1997.
      - Procès-verbal (pp. 211-212).
      - Discours : Statutaire, histoire et politique au 19 siècle, par Philippe Godding (pp. 213-240).
      - Lecture : Un dossier mystérieux : Les origines de Bruxelles, par Georges Despy (pp. 241-303).
      - Proclamation (pp. 305-308).
      - Nécrologe (p. 309).
      - Élections (p. 310).
      - Concours annuel de 1997 : rapports des Commissaires (pp. 311-326).
      - Prix et Fondations académiques : rapports des jurys (pp. 327-328).
   Séance du lundi 2 juin 1997.
      - Procès-verbal (pp. 329-330).
      - Réception d'associé : Thierry de Montbrial, par Philippe de Woot (pp. 331-334).
      - Résumé d'exposé : Nouvelles dimensions de la politique internationale, par Thierry de Montbrial (pp. 335-337).
      - Communication : Lecture de Aube, par Albert Henry (pp. 339-352).
   Séance du lundi 7 juillet 1997.
      - Procès-verbal (pp. 353-357).
      - Hommage : Robert Henrion, par Philippe Godding (p. 359).
      - Rapport de mission : 6e Congres international d'Histoire de la Science arabe. Ras-al-Khaimah, 16-20 décembre 1996, par André Allard (pp. 361-363).
      - Compte rendu de la 71e session annuelle du Comité de l'Union académique internationale (Jérusalem, du 15 au 20 juin 1997), (pp. 365-502).
   Séance du lundi 6 octobre 1997.
      - Procès-verbal (pp. 505-508).
      - Hommage : Jules Labarbe (1920-1997), par Philippe Godding (p. 509).
      - Hommage : Veiko Vää,änen (1906-1997), par Philippe Godding (p. 511).
      - Exposé : Nomen est omen. Du bon usage des noms propres dans le théâtre de langue anglaise, par Gilbert Debusscher (pp. 513-539).
   Séance du lundi 3 novembre 1997.
      - Procès-verbal (pp. 541-545).
      - Présentation d'orateur : Marianne Blomqvist, par Philippe Roberts-Jones (pp. 547-548).
      - Exposé : Les noms, un miroir de la société, par Marianne Blomqvist (pp. 549-557).
      - Rapport de mission : Le Tenessee Williams New Orleans Literary, par Gilbert Debusscher (pp. 559-562).
   Séance du lundi 1er décembre 1997.
      - Procès-verbal (pp. 562-566).
      - Éloge: Georges Duby (1919-1996), par Jacques Stiennon (pp. 567-576).
      - Présentation d'orateur : François Bédarida, par Jean Stengers (pp. 577-580).
      - Exposé : Y a-t-il une crise dans l'histoire de France ?, par François Bédarida (pp. 581-594).
   Table analytique.
   Table onomastique.

Les deux volumes : 18 euros (code de commande : 18102).

 

Bulletin de la Commission royale de Toponymie & Dialectologie. Handelingen van de Koninklijke Commissie voor Toponymie & Dialectologie. XLII - 1968. [Bruxelles], [Commission Royale de Toponymie et de Dialectologie], 1968. In-8° broché, 342 p., exemplaire non coupé.
Sommaire :
   - Jaarverslag - Rapport annuel.
   - De Plaatsnamenstudie in 1959-1965, par H. Draye et K. Roelandts.
   - Johannes Kinder et le wallon, par A. Boileau.
   - Index général des Textes d'archives liégeoises d'Edgard Renard, par J. Lechanteur.
   - L'édition de Martin Lejeune par Jules Feller. Le glossaire, par É. Legros.
   - La philologie wallonne en 1965, par É. Legros.

12 euros (code de commande : 20609).

 

Bulletin de la Commission royale de Toponymie & Dialectologie. Handelingen van de Koninklijke Commissie voor Toponymie & Dialectologie. LXX - 1998. [Bruxelles], [Commission Royale de Toponymie et de Dialectologie], 1998. In-8° collé, 408 p., deux cartes hors texte à déplier.
Sommaire :
   - Verslag 1997 - Rapport 1997.
   - In memoriam Louis Remacle (1910-1997), par J. Lechanteur.
   - In memoriam dr. Maurits Gysseling (1919-1997), par L. Van Durme.
   - Dries, vooral in Centraal- en Zuid-Post-Vlaanderen, par L. Van Durme.
   - Bijdrage tot de toponymie van Bekkevoort, par F. Claes.

13 euros (code de commande : 20608).

 

Bulletin de la Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique. Tome XXVI. 1973-1974. Bruxelles, Commission Royale pour la Publication des Anciennes Lois et Ordonnances de Belgique; 1975. In-8° broché, 239 p.
En quatrième de couverture :
   - Liste chronologique provisoire des ordonnances de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, pour le comté de Hainaut (1425-1467), par Jean-Marie Cauchies.
   - Het gebruik van de gemene weiden en de andere gemene gronden in de wijsdommen van het graafschap Loon, par Jan Behets.
   - Een proces voor de Hertogelijke Raad van Maastricht, 1474, par P. Gorissen.
   - De « Costumen van de Erfscheeders » van Kortrijk volgens een optekening van omstreeks 1620, par J. Monballyu.

10 euros (code de commande : 19947).


Bulletin de l'Institut historique belge de Rome. Bruxelles-Rome, 1937. In-8° broché, 326 p., planches hors texte, couverture salie, quelques mouillures.
   @  Il s'agit du fascicule XVIII.
Table des matières :
   - L'Humanisme belge de la Renaissance à la lumière des plus récents travaux, par A. Roersch.
   - Quelques lettres inédites d'Erycius Puteanus conservées en Italie, par B. de Meester.
   - Quatre lettres de Corneille François Nelis à Henri Van Wijn, par C. de CLercq.
   - Notes sur la Musique des Pays-Bas au XVe siècle, par A. Grunzweig.
   - L'activité de contemplation dans les Morales d'Aristote, par P. Defourny.
   - Une borne de repérage, datée de Claude, sur le terrain de la nouvelle Académie belge de Rome, à Valle Giulia, par F. de Rudt.
   - Un « Éloge de la Sainte Croix» dans un chrysobulle.de Nicéphore Phocas, par S. Binon.
   - Les caractères mosans d'un émail conservé au Musée National de Naples, par J. Courcelle-Ladmirant.
   - Martin de Vos et l'Entrée triomphale de l'Archiduc Ernest d'Autriche à Anvers, en 1549, par A. Doutrepont.
   - Une œuvre d'art retrouvée. Le portrait de Pierre de Francheville par Giambattista Paggi, 1589, par M. Fransolet.
   - Precisazione sulla Fala Vandyckiana di S. Michele di Rapallo, par C. Mancenaro.

13 euros (code de commande : 13494).

 

Bulletin de la Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique. Tome XXXII. 1985-1986. Handelingen van dde Koninklijke Commissie voor de uitgave der oude wetten en verordeningen van België. Deel XXXII. 1985-1986. Bruxelles, Commission royale pour la Publication des Anciennes Lois et Ordonnances de Belgique, 1989. In-8° broché, XXXV, 229 p., couverture plastifiée.
Table des matières :
   - In memoriam R. van der Made.
   - Procès-verbaux des réunions de la Commission - Notulen van de vergaderingen van de Commissie.
   - Genèse et vie d'une loi : l'ordonnance de mai 1429 pour l'administration du Hainaut, par Jean-Marie Cauchies.
   - De sententie van de Grote Raad van Mechelen gevende stemrecht aan de clerus naast de vier leden van Vlaanderen (5 november 1596), par M. Cloet et R. Petit.
   - Textes relatifs à la coutume de Nivelles et à celles des Cours féodales de Brabant et de Genappe (1593-1611), par Ph. Godding et X. Rousseau.
   - De keuren en statuten van de stad Roeselare van 1544-1545, par J. Monballyu et R. Opsommer.
   - La création, le fonctionnement et la suppression du Corps administratif de Habay-la-Neuve (1793-1794), par Cl. de Moreau de Gerbehaye.

13 euros (code de commande : 21734).

 

Bulletin trimestriel du Crédit Communal de Belgique. 39e année - N° 153 - Juillet 1985. Bruxelles, Crédit Communal, 1971. In-4° agrafé, 60 p., illustrations, mouillures à la couverture.
Table des matières :
   - La plaine des manœuvres et l'urbanisme bruxellois, par Claude Sorgeloos (pp. 1-12).
   - Les villes historiques non reconnues comme villes en Belgique, par Carlos Wyffels (pp. 13-22).
   - Laeken : commune annexée, commune oubliée ?, par Philippe Cullus (pp. 23-44).
   - Partie administrative du Bulletin.

6 euros (code de commande : 19134).

 

Bulletin trimestriel du Crédit Communal de Belgique. 45e année - 1991/1 - N° 175. Bruxelles, Crédit Communal, 1991. In-4° broché, 104 p., illustrations en noir et en couleurs.
Table des matières :
   - La structure industrielle de la Flandre à l'horizon de l'Europe de 1992, par Peter Cabus et Ria Van Peer.
   - Le régime belge de la dation d'œuvres d'art en paiement de droits de succession.
   - Le prix du sang versé. La cour des « appaisiteurs » à Nivelles (1430-1665), par Xavier Rousseaux.
   - Les carrosses de la Cour royale de Belgique et leurs escortes, par Pierre Lierneux et Catherine Rommelaere.
   - Les habitations ouvrières dans la région bruxelloise: l'application de la loi de 1889, par Annick Stélandre.
   - Traces de culture urbaine en Flandre (1477-1787).

10 euros (code de commande : 19948).

 

Bulletin trimestriel du Crédit Communal de Belgique. 46e année - 1992/1 - N° 179. Bruxelles, Crédit Communal, 1992. In-4° broché, 79 p., illustrations en noir et en couleurs.
Table des matières :
   - La population de Mons en 1709, par Claude Bruneel et Henry Pouillon.
   - La circulation en Belgique en l'an 2000. Mobilité ou chaos ?, par Peter De Baere.
   - Les sociétés d'Économie Mixte françaises, par Jean-Christophe Levens.
   - Un monument méconnu de notre pays. Le château de Boussu, par Marcel Capouillez.
   - Géographie de la Belgique, par Jacques Denis.

10 euros (code de commande : 20093).

 

Bulletin du Crédit Communal. 49e année - N° 194 - 1995/4. Bruxelles, Crédit Communal, 1995. In-4° broché, 87 p., illustrations en noir et en couleurs.
Sommaire :
   - L'ancien hôtel du gouvernement provincial d'Anvers. Refuge, palais épiscopal et siège de l'administration provinciale d'Anvers, par Joke Bungeneers et Linda Van Langendonck.
   - Les transports publics urbains. La période avant la régionalisation, par Peter De Baere.
   - À l'ombre des voies navigables et des chemins de fer. La prestation économique des transports routiers en Belgique 1830-1866, par Bart Van der Herten.
   - Explication différenciée du chômage et de l'inflation, par Gaston Vandewalle.

10 euros (code de commande : 19532).

 

Catalogue des objets composant la loterie des produits de l'industrie nationale, présentés à l'exposition ouverte à Bruxelles, au mois de juillet 1830. [Bruxelles], [Exposition de l'Industrie Nationale], 1831. [Se vend, / au local de l'Exposition de l'Industrie nationale. / M DCCC XXXI.] In-8° broché sous une couverture muette, IX, [1 bl.], 69, [1 bl.] p., rousseurs, bon exemplaire.
Réglement :
   La Commission, chargée de la direction de l'Exposition des produits de l'Industrie nationale,
   Ouï le rapport du Comité nommé par elle, pour le choix, l'achat et la répartition des objets destinés à entrer dans la Loterie créée en vertu de l'arrêté royal du 2 avril 1830, et de celui des messieurs les Bourgmestre et Échevins de la ville de Bruxelles, du 18 mai suivant, confirmés par l'arrêté du Gouvernement provisoire, du 16 novembre dernier, duquel rapport il résulte que ces opérations préliminaires sont terminées, et que la Loterie se composera de onze mille cent trente-cinq billets, sur lesquels il y aura deux mille billets gagnans;
   Voulant régler l'époque et le mode du tirage de cette Loterie, ainsi que l'époque et le mode de la remise des lots aux personnes qui les auront obtenus ;
   A résolu ce que suit :
   Art. 1er. Le tirage de la Loterie aura lieu publiquement dans une des salles du palais de l'Industrie, sous la direction d'un Comité spécial pris dans le sein de la Commission, et en présence des autorités qui seront invitées à y assister.
   2. Il commencera le dix mars 1831 et sera continué les jours suivans, de dix heures du matin à quatre heures de relevée.
   3. Deux roues de fortune, placées en face du public sur une estrade élevée à cet effet, recevront, l'une les numéros des billets de la Loterie qui ont été désignés comme devant concourir au tirage dans l'avis du 6 février, et l'autre deux mille billets de lots et neuf mille cent trente-cinq billets blancs, en manière, telle que chacune renfermera 11,135 billets ; nombre égal à celui qui concourt au tirage.
   Les billets de lots contiendront simplement les numéros indicatifs de ceux-ci.
   Un Catalogue des objets dont sont composés les lots et de leurs numéros respectifs, sera imprimé et rendu public quelques jours avant le tirage.
   4. Les billets seront jetés dans les deux roues, à l'ouverture de la première séance.
   5. Deux enfants appartenant à l'hospice des orphelins de la ville, tireront simultanément un billet de chaque roue, et le remettront à une personne préposée pour en donner lecture.
   Le contenu de chaque billet sera proclamé successivement, et de manière à faire connaître d'abord le n° du billet de Loterie, puis le n° du lot ou billet blanc.
   Les deux billets, après cette formalité remplie, seront remis, pour vérification, aux membres du Comité qui occuperont le bureau.
   6. Un secrétaire et un contrôleur seront chargés de tenir note et contre-note des billets sortis de chaque roue.
   7. À la fin de chaque séance, les scellés seront apposés sur les deux roues, de manière à en empêcher l'ouverture.
   Les scellés seront levés à l'ouverture de la séance suivante, après qu'ils auront été reconnus intacts.
   8. La liste des lots sortis et des billets de Loterie auxquels ils seront échus, sera adressée à messieurs les éditeurs des journaux de Bruxelles, avec prière de les insérer dans ces journaux.
   Indépendamment de cette publicité, la liste générale des lots et des billets qui les auront, obtenus sera, par les soins de la Commission, imprimée après l'achèvement du tirage, et des exemplaires en seront transmis à messieurs les Gouverneurs des provinces, ainsi qu'aux Chambres de commerce et aux Régences des principales villes.
   9. La délivrance des lots se fera aux porteurs des billets qui les auront obtenus et contre la remise de ces billets, trois jours francs après celui du dernier tirage, de dix à quatre heures.
   10. Les lots qui n'auront pas été réclamés dans les six mois qui suivront le jour du dernier tirage, seront vendus au profit des pauvres de Bruxelles.
   11. La présente résolution sera imprimée et affichée.
   Fait en assemblée générale, le 27 février 1831.
      Le président, Frédéric Basse - Le secrétaire, Gachard.

15 euros (code de commande : 22836).

 

[CHARLES-ALEXANDRE DE LORRAINE]. Charles-Alexandre de Lorraine. Gouverneur général des Pays-Bas autrichiens. Bruxelles, Générale de Banque, 1987. Grand in-8° oblong broché, 359 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs.
   
Catalogue de l'exposition organisée au Palais de Charles de Lorraine - Bibliothèque royale Albert Ier, à Bruxelles, du 18 septembre au 16 décembre 1987 dans le cadre des manifestations « Europalia 87 Österreich ».
Table des matières :
   - Chronologie.
   - Introduction, par Hans von Urbanski.
   - Charles-Alexandre de Lorraine et la Cour de Vienne, par Elisabeth Kovacs.
   - Charles de Lorraine à travers ses notes personnelles, par Michèle Galand.
   - Charles de Lorraine, le bâtisseur, ses architectes et la chapelle royale à Bruxelles, par Victor Martiny.
   - Charles-Alexandre de Lorraine, collectionneur et amateur d'art, par Léo De Ren.
   - Charles-Alexandre de Lorraine, protecteur et promoteur d'industries nouvelles, par Michel Dorban et Brigitte d'Hainaut-Zveny.
   - Le mécénat officiel, par Alain Jacobs.
   - La bibliothèque de Charles de Lorraine : encyclopédisme et intérêt pour les Pays-Bas, par Claude Sorgeloos.
   - Charles de Lorraine et la musique, par Jean-Pierre Müller.
   - Fêtes, festivités et réjouissances sous le gouvernement de Charles de Lorraine, par Brigitte d'Hainaut-Zveny.
   - Les décors de fêtes à Gand au temps de Charles de Lorraine, par Marie Fredericq-Lilar.
   - L'Hercule chymiste. Les laboratoires, bibliothèques et décorations alchimiques du palais de Charles de Lorraine à Bruxelles, par Jacques Van Lennep.
   - Catalogue :
      I. Prologue.
      II. L'amateur éclairé.
      III. 1744. Heurs et malheurs.
      IV. Le bâtisseur.
      V. Fêtes.
      VI. Le bibliophile.
      VII. L'intimité du Prince.
   Index.

30 euros (code de commande : 24440).

 

[CHARLES LE BON]. The Murder of Charles the Good, Count of Flanders, by Galbert of Bruges. Translated with an Introduction and Notes by James Bruce Ross. New York, Columbia University Press, 1960. In-8° sous reliure et jaquette (passée) d'éditeur, XIV + 352 p., (collection « Records of Civilization Sources and Studies », n° LXI), on joint une lettre autographe signée par l'auteur.

20 euros (code de commande : 265/69).

 

[CLEYNAERT]. Clénard peint par lui-même. Textes choisis, traduits et annotés par Alphonse Roersch. Bruxelles, Office de Publicité, 1942. In-12 broché, 78 p., illustration en frontispice, (« Collection Nationale », n° 14).

9 euros (code de commande : 272/72).

 

COMMISSION ROYALE D'HISTOIRE. Bulletin de la Commission Royale d'Histoire. Tome XCVIII - IIIe bulletin. Bruxelles, Lamertin, 1934. In-8° broché, [22] p. (pp. XIX-XX et 219-238), exemplaire non coupé et en très bel état.
Table des matières :
   - Note critique sur le prétendu testament de saint Aldegonde, par Paul Bonenfant.

8 euros (code de commande : 15371).

 

[Commission Royale d'Histoire]. Bulletin de la Commission Royale d'Histoire. Tome CXXI. Bruxelles, Palais des Académies, 1956. In-8° broché, CXXIX, 373 p., quelques planches hors texte, une carte à déplier, exemplaire sur vergé d'Arches.
Table des matières :
   - Rapport sur les documents relatifs à l'histoire de Belgique conservés à Simancas, par M. Tourneur.
   - Note sur les archives du règne de Philippe V conservées à Madrid, par J. Lefèvre.
   - Rapport sur une mission dans les archives anglaises, par R. Demoulin.
   - Éloge funèbre d'Herman Vanderlinden, par le vicomte Terlinden.
   - Un procès d'anabaptistes à Limbourg en 1536, par L.-E. Halkin et F. Lemaire.
   - Notes sur la correspondance de Granvelle conservée à Madrid, par M. Van Durme.
   - La règle des Pénitentes de Sainte Marie-Madeleine, d'après le manuscrit de Saint-Quirin de Huy, par Fernand Discry.
   - Un fragment d'une « Cronica monasterii Sancti Huberti in Ardenna » perdue de la fin du XIIIe siècle (?), par Georges Despy.
   - Examen des plus anciennes chartes de l'abbaye de Messines, par N.-N. Huyghebaert.
   - Le rentier de la pitancerie de La Ramée pour l'année 1380, par Émile Brouette.
   - Les revenus, les biens et les droits de Sainte-Waudru de Mons à la fin du XIIe siècle, par Marinette Bruwier et Maurits Gysseling.

15 euros (code de commande : 20548).

 

[Commission Royale d'Histoire]. Bulletin de la commission royale d'Histoire. Tome CXXVII. Bruxelles, Palais des Académies, 1961. In-8° broché, CXXI, 231 p., index des matières, table générale, bel exemplaire, exemplaire sur papier vergé.
Table des matières :
   - Comptes-rendus des séances.
   - Henri Calénus, évêque manqué (1644-1648), par L. Ceyssens.
   - Une œuvre à restituer à Gilles Li Muisis : la chronique dite de Jacques Muevin, par A. D'Haenens.
   - Documents relatifs aux domaines hesbignons de l'abbaye de Saint-Denis en France, par C. Gaier.
   - Un aspect de la politique ducale en Brabant au milieu du XIIIe siècle : le duc Henri III et le chapitre de Nivelles, par J.J. Hoebanx.

20 euros (code de commande : 21987).

 

[Commission Royale d'Histoire]. Bulletin de la Commission Royale d'Histoire. Tome CXXXII. Bruxelles, Palais des Académies, 1966. In-8° broché, XCII, 398 p., exemplaire non coupé, mouillure à la couverture et aux trois derniers feuillets.
Table des matières :
   - De oudste certificatiën van de stad Antwerpen (1468-1482), par G. ASsaert.
   - De bevolking van de Sint-Gertrudisparochie te Leuven in 1523, par L. Van Buyten.
   - Examen de la charte de Radbod Ier, évêque de Noyon et de Tournai, pour Saint-Pierre de Gand (994), par N. Huyghebaert.
   - The Letters of Henri Pirenne to Karl Lamprecht (1894-1915), par B. Lyon.
   - Notaires d'officialité et notaires publics au service de l'officialité liégeoise (1252-1337), par P. Pieyns-Rigo.
   - Uit de voorgeschiedenis van de oostendse kompagnie. Bergeycks verklaringen van 1720 over het oktrooi van 1698 voor een Oostindische Kompagnie, par R. De Schryver.
   - Nieuwe gegevens betreffende een XIIIde eeuwse « democratische » stedelijke opstand : de Brugse « Moerlemaye » (1280-81), par C. Wyffels.

20 euros (code de commande : 20002).

 

[COMMISSION ROYALE D'HISTOIRE]. Bulletin de la Commission royale d'Histoire. Tome CXXXV. 1re-2e livraisons. Bruxelles, Palais des Académies, 1969. In-8° broché, LXIII, 170 p., exemplaire non coupé et en très bel état.
Table des matières :
   - Séance du samedi 11 janvier 1969 - Vergadering op zaterdag 11 januari 1969.
   - Séance du samedi 1er mars 1969 - Vergadering op zaterdag 1 maart 1969.
   - Séance du samedi 3 mai 1969 - Vergadering op zaterdag 3 mei 1969.
   - Rapport annuel de la Commission Royale d'Histoire pour 1968 - Jaarverslag van de Koninklijke Commissie voor Geschiedenis over 1968.
   - Séance du samedi 4 octobre 1969 - Vergadering op zaterdag 4 oktober 1969.
   - Séance du samedi 6 décembre 1969 - Vergadering op zaterdag 6 december 1969.
   - De « Archives Nationales » te Parijs. Dokumenten betreffende de Leie- en Scheldedepartementen in de reeksen C en F, 1789-1815, par J. Verhelst.
   - Le « vin de l'étrier... et de la mort ». Récit des derniers moments de Maximilien de Buren, grand capitaine de Charles-Quint († 1548), par un témoin oculaire, par Placide Lefèvre.
   - Politieke propaganda in de XIVde-eeuw : de leenhulde van Jan II van Brabant aan Thibaut van Bar in Lewis « Chronicon Leodiense », par Piet Avonds.
   - Tables.

10 euros (code de commande : 25079).

 

[Commission Royale d'Histoire]. Bulletin de la Commission Royale d'Histoire. Tome CXXXVI. Bruxelles, Palais des Académies, 1970. In-8° broché, LXXXVII, 386 p., quelques planches hors texte, exemplaire sur papier vergé, en parfait état et non coupé
Table des matières :
   - Een balans van de abdij Nieuwenbos bij Gent (1279-1288), onder abdis Maria II van Klaarhout, par C. Vleeschouwers.
   - De Spanje- reis (1564-1571) uit het 16de-eeuwse Weydts- hs., par Roland Willemyns.
   - La charte de donation de saint Hubert pour l'abbaye de Maroilles en Hainaut (18 mars 674), par Jean-Marie Duvosquel.
   - Statuts de la Faculté des Arts de Louvain (1567-1568 ?), par Jacques Paquet.
   - Het slot van Rupelmonde als centraal archiefdepot van het graafschap Vlaanderen (midden 13de-14de e.), par M. Vandermaesen.
   Tables, index.

15 euros (code de commande : 20656).

 

COMMISSION ROYALE D'HISTOIRE. Bulletin de la Commission Royale d'Histoire. Tome CXXXIX, 1re, 2e et 3e-4e livraisons, tables 1973. Bruxelles, Palais des Académies, 1973. Quatre parties in-8° les deux premières agrafées, la troisième brochée et la quatrième en ff., LXXXVI, 506 p., exemplaire non coupé.
Table des matières :
   - La charte de franchises du Bas-château de Salm-en-Ardenne (23 janvier 1362), par Ph. Lejeune (pp. 1-28).
   - Un inédit de Jean Molinet : l'épitaphe de Josse de Lalaing, sire de Montigny († 1483), par Claude Thiry (pp. 31-66).
   - De oudste Antwerpse lijsten van nieuwe poorters (28 januari 1390 - 28 december 1414), par Francine de Nave (pp. 67-309).
   - Tables du Bulletin de la Commission royaled'Histoire t. CXXXIX - 1973, par N. Yernaux-Vandenbouhede (pp. 311-506).

15 euros (code de commande : 18485).

 

COMMISSION ROYALE D'HISTOIRE. Bulletin de la Commission Royale d'Histoire. Tome CLVI. 3e-4e Livraisons. Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1990. In-8° broché, pp. 163-309 p., exemplaire non coupé.
  
@ Ce volume contient :
   - Het teruggevonden origineel van een oorkonde van Diederik van de Elzas voor de abdij van Hasnon (1156), afkomstig uit het
       grafelijke archief in de Sint-Donaaskerk te Brugge
, par Thérèse de Hemtinne, pp. 163-170.
   - Coup d'œil sur les juridictions médiévales. La résolution laborieuse d'un conflit entre l'Abbaye du Val Notre-Dame et le Chevalier
       Henri de Goyer et sa descendance (1215-1233)
, par Marc Bouchat, pp. 171-210.
   - Documents relatifs à l'industrie drapière de Tournai au Moyen Âge, par Carlo Wyffels, pp. 211-284.
   - Fragment van een vijftiende-eeuwse rekening van de Duineabdij (1462-1463), par Jacques Mertens, pp. 285-309.

10 euros (code de commande : BCRH-CLVI/3-4).

 

COMMISSION ROYALE D'HISTOIRE. Bulletin de la Commission Royale d'Histoire. Tome CLXI - 1re-4e livraison. Bruxelles, Palais des Académies, 1995. In-8° broché, 278 p., exemplaire non coupé et à l'état de neuf.
Table des matières :
   - Correspondance du Baron et de la Baronne de Stassart sur les séances de la Seconde Chambre des États Généraux du Royaume des Pays-Bas (2 juillet 1821 - 13 septembre 1830), par Cécile Douxchamps-Lefèvre.
   - Les confraternités de l'abbaye de Stavelot-Malmedy, par Philippe George.
   - Textes concernant une consultation de l'Université de Paris par le duc de Brabant et la Ville de Bruxelles en 1318-1319 : Lombards et pouvoirs en Brabant au début du XIVe siècle, par David Kusman.
   - Twee enquêtes over het beheer van de grafelijke moergronden in de Vier Ambachten (1424-1425), par Marc Boone.

15 euros (code de commande : 15370).

 

[COMMISSION ROYALE D'HISTOIRE]. Compte rendu des séances de la Commission royale d'Histoire ou Recueil de ses bulletins. Cinquième série - Tome troisième. IIe bulletin. Bruxelles, Hayez, 1893. In-8° broché, [197 p. (pp. 199-395)] p., exemplaire en bel état.
Table des matières :
   - Ouvrages offerts à la Commission.
   - Correspondance.
   - Rapport annuel.
   - Publications.
   - Communications et lectures :
      I. Trois ordonnances on matière de religion, publiées par des évêques de Liège, par Charles Piot.
      II. Analyse d'ouvrages récemment publiés à l'étranger et utiles à consulter pour la connaissance de l'histoire nationale, par Charles Piot.
      III. Note sur un diplôme du roi franc Thierry III conservé à la bibliothèque de l'Université de Gand, et sur un fragment de charte mérovingienne conservé à la bibliothèque de Bruges, par Henri Pirenne.
      IV. Note sur le cri de guerre des Matines brugeoises, par Jules Frederichs.
     V. La guerre dite « de la vache de Ciney », par Édouard Poncelet.

20 euros (code de commande : 25080).


Communes de Belgique. Dictionnaire d'histoire et de géographie administrative. Conception et la direction scientifique de Hervé Hasquin, avec le concours de Raymond Van Uytven et de Jean-Marie Duvosquel. Tome I. Wallonie (A-Lie). Tome 2. Wallonie (Lig-Z) et Bruxelles. Tome 3. Flandre (A-Mic). Tome 4. Flandre. (Mid-Z). [Bruxelles], Crédit Communal - La Renaissance du Livre, 1980. Quatre volumes in-8° sous reliure toilée et jaquette d'éditeur, 3075 p., cartes, nombreuses illustrations en noir, quelques-unes en couleurs, bon exemplaire.
Extrait de l'introduction de Hervé Hasquin :
   
Pourquoi encore un dictionnaire d'histoire et de géographie des communes dira-t-on ? Il est vrai que depuis 1831, avec le Dictionnaire géographique des provinces, dont Ph. Vandermaelen entamait la publication jusqu'à un passé plus récent avec l'œuvre d'E. De Seyn (1925) dont la troisième édition remonte à 1956, les ouvrages n'ont pas manqué qui ont abordé l'histoire et la géographie des communes tantôt au plan national, tantôt au plan provincial. Pourtant, un nouveau travail s'imposait, non seulement parce que le temps passe et que l'évolution de la société est plus rapide que jamais, mais aussi parce qu'à peu d'années d'intervalle, la Belgique a vécu du point de vue institutionnel et administratif deux réformes fondamentales dont il importait de tenir compte. Tout d'abord, le législateur, en 1962-63, a voulu fixer de façon intangible la frontière linguistique entre la Flandre et la Wallonie tout en reconnaissant un statut de région bilingue à Bruxelles et à son agglomération considérée dans les limites des dix-neuf communes (lois du 8 novembre 1962, des 30 juillet et 2 août 1963). Ensuite, l'arrêté royal du 17 septembre 1975, ratifié par la loi du 30 décembre 1975 a ramené à 589 les 2.359 communes qui existaient à l'époque. Ce fut sans conteste le bouleversement le plus imposant depuis la division communale et départementale réalisée par les Français lorsqu'ils firent table rase à la fin du XVIIIe siècle des anciennes seigneuries et principautés. En fait, l'arrêté royal de 1975 était l'aboutissement d'une volonté de réforme qui s'était déjà fait jour en 1961 : en effet, la loi du 14 février 1961 autorisait déjà l'exécutif à modifier les limites communales en vue de favoriser les groupements de communes. Cette législation porta partiellement ses fruits : de mai 1961 à septembre 1975, il en était déjà résulté une diminution du nombre des communes de 304 unités.
   À elles seules, ces raisons justifient la confection d'un dictionnaire qui mette à jour nos connaissances en ces matières administratives. Toutefois nous avons résolu d'être plus ambitieux. Nous n'avons pas voulu borner les investigations historiques au seul Ancien Régime comme ce fut souvent le cas dans les ouvrages antérieurs. Par ailleurs, une place considérable a été accordée à l'économie. Bref, ce Dictionnaire d'histoire et de géographie administrative est centré sur l'histoire politique et événementielle des origines à nos jours ainsi que sur la vie économique et sociale.
   Enfin, chaque fois que ce fut possible, nous avons voulu permettre au lecteur et au chercheur de compléter son information en mentionnant une référence bibliographique, soit une monographie, soit l'article le plus récent ou le meilleur relatif à la commune. L'ouvrage est divisé en trois sections : Wallonie - Bruxelles - Flandre. Au sein de chaque section, nous avons adopté l'ordre alphabétique sans tenir compte des subdivisions provinciales ; l'ensemble fait quatre volumes. Pour des raisons d'équilibre et d'harmonie qui s'expliquent aisément, il n'était pas judicieux de réserver un volume à l'agglomération bruxelloise (19 notices) c'est la raison pour laquelle dans l'édition néerlandaise, la section « Bruxelles » figure en fin des deux volumes consacrés à la Flandre tandis que dans l'édition française, elle termine les deux volumes « Wallonie ».
   Il est indéniable que le souvenir des communes disparues va subsister dans la mémoire collective pendant des dizaines d'années encore ; il eut donc été aberrant de limiter ce dictionnaire aux seules entités nouvelles résultant de l'application du « plan Michel », du nom du ministre de l'Intérieur de 1975.

Les quatre volumes : 200 euros (code de commande : 20079).

 

Compte rendu des séances de la Commission Royale d'Histoire, ou Recueil de ses Bulletins. Quatrième Série. Tome premier, Ier, IIme, IIIme et IVme Bulletins. Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1873. Quatre volumes in-8° brochés, 411 p.
@ Ce volume contient notamment: Notice des manuscrits concernant l'histoire de la Belgique qui existent à la Bibliothèque royale, à Berlin, par M. Gachard ;  Notice d'un Cartulaire de l'ancienne église collégiale et archidiaconale de Notre-Dame, à Huy, par E. Schoolmeesters et S. BormanNécrologue du couvent des Frères Mineurs, à Gand, par le dr. FriedlanderLes Archives du Vatican, par M. Gachard et Joyeuse Entrée et Inauguration de l'archiduc Charles à Anvers, par P. Génard.

38 euros (code de commande : 1230).

 

[COMMISSION ROYALE D'HISTOIRE]. Compte rendu des séances de la Commission royale d'Histoire ou Recueil de ses bulletins. Tome Soixante-Onzième - IVe bulletin. Bruxelles, Kiessling et Cie, 1903. In-8° broché, [152 (pp. XXVII-XXXI et 275-421)] p., couverture un peu salie.
Table des matières :
   Séance du 3 novembre 1902.
   - Ouvrages offerts à la Commission (p. XXVIII).
   - Correspondance (p. XXIX).
   - Ordre du jour (comptabilité - Publications) (pp. XXX-XXXI).
   Communications :
      - Les archives de la Grande Commanderie de l'Ordre teutonique des Vieux-Joncs à Düsseldorf, par J. Cuvelier (pp. 275-282).
      - Étude sur l'abbaye de Liessies (1095-1147), par le P. Jacquin (pp. 283-400).
      - Note sur quelques chartes de l'abbaye de Saint-Pierre à Gand, par C. Van den Haute (pp. 401-417).
      - La « Crenée » générale du pays de Liège en 1470. Note complémentaire, par A. Hansay (pp. 418-421).

13 euros (code de commande : 19112).

Congrès jubilaire [de la Fédération archéologique et historique de Belgique]. Bruges, Les Presses Gruuthuuse, [1925]. In-8° broché, 282 p.

20 euros (code de commande : 274/72).

 

CRIQUILLION (Alexis-Joseph) — Les Départemens réunis, partie essentielle du territoire de la France, dans le rapport de sa tranquillité, de son commerce, de son économie politique et de la stabilité de la paix. Par le C[itoy]en Criquillon, Inspecteur des mines du Département de Jemmape. Paris, Debray - Hocquart, [1798-1799]. [A Paris, Chez Debray, libraire, palais du Tribunat ; Chez Hocquart, libraire, rue de la Harpe, n° 239 ; Et chez les principaux libraires des Départemns réunis. An VIII.] In-8° broché, 32 p., cachet ex-libris au verso de la page de titre et à la dernière page.
   Il est très probable que l'auteur de cet ouvrage soit l'avocat montois Alexis Criquillion (né le 11 juillet 1755), à qui on doit quelques ouvrages publiés à Mons dont deux mémoires adressés au États de Hainaut en 1874 et 1786 sur la création d'un canal vers la Flandre, un Mémoire sur les causes de la décadence du commerce des Pays-Bas, une Motion du citoyen Criquillion, habitant de la Ville libre de Mons, à l'Assemblée y tenue par les Amis de la Liberté & de l'Égalité imprimée par Lelong en 1792 dans une collection de documents historiques sur la première invasion de la Belgique par les armées de la République française ).
Bibliographie :
   - Quérard, La France littéraire ou Dictionnaire bibliographique des savants, historiens et géns de lettres de la France, t. II, p. 345.
   - De le Court, Dictionnaire des anonymes et pseudonymes, 1423, p. 1050.
   - Rousselle, Bibliographie montoise, n° 1070.
   - Matthieu, Biographie du Hainaut, pp. 149-150.

50 euros (code de commande : 19688).

 

Les curateurs du ghetto. L'Association des Juifs en Belgique sous l'occupation nazie. Bruxelles, Labor, 2004. In-8° collé, 590 p., illustrations hors texte, (collection « La Noria »).
En quatrième de couverture :
   À l'heure où l'actualité ravive des plaies difficilement cicatrisées et où l'on tente de mieux connaître les mécanismes de la persécution des Juifs sous l'occupation, cet ouvrage permet de découvrir une facette méconnue du sort des Juifs en Belgique entre 1941 et 1944.
   L'Association des Juifs en Belgique (AJB), organisme créé par l'occupant nazi afin de rassembler les Juifs dans une institution obligatoire, n'avait jamais été étudiée en tant que telle. Ses archives, ouvertes pour la première fois à la recherche, constituent la matière principale de ce livre. Elles permettent de comprendre les rouages de l'instrument perfide mis en place par l'occupant dans son entreprise de persécution, puis de déportation des Juifs.
   Cet ouvrage enrichit l'histoire des Juifs sous l'occupation d'une nouvelle approche des structures de la communauté Juive et de sa vie quotidienne pendant la guerre. Au travers de l'AJB, c'est toute la problématique de la perception et de la mémoire du génocide des Juifs en Belgique et, dans une plus large mesure, des questions fondamentales de la Seconde Guerre mondiale qui est abordée.
Table des matières :
   - Introduction, par Jean-Philippe Schreiber et Rudi Van Doorslaer.
   1. Perspectives allemandes, perspectives juives.
      - La fondation de l'AJB dans une perspective internationale, par Dan Michman.
      - Les autorités allemandes d'occupation et l'AJB, par Insa Meinen.
      - Entre communauté traditionnelle et communauté obligatoire, par Jean-Philippe Schreiber.
      - Salomon Van den Berg, ou l'insoutenable échec d'une politique juive du moindre mal, par Rudi Van Doorslaer.
   2. L'AJB au quotidien.
      - Le travail obligatoire des Juifs en Belgique et dans le nord de la France, par Sophie Vandeponsteele.
      - L'AJB et l'enseignement, par Barbara Dickschen.
      - La distribution de l'étoile, par Laurence Schram.
      - La politique sociale, par Catherine Massange.
   3. Le drame se noue.
      - Les convocations pour le travail à l'Est, par Laurence Schram.
      - Une illustration locale : le Comité de Liège de l'AJB, par Thierry Rozenblum.
   4. Le dénouement.
      - L'instruction par la justice militaire : un non-lieu de mémoire, par André Donnet.
      - Vingt ans après, les crispations de la mémoire, par Jacques Déom.
      - En guise de conclusion : perversité allemande, accommodement juif, par Jean-Philippe Schreiber et Rudi Van Doorslaer.   

20 euros (code de commande : 22285).

 

CUVELIER (Joseph) — Le redressement des finances de la Belgique au XVIIIe siècle. Bruxelles, Palais des Académies, 1942. In-8° agrafé, pp. 157-198, envoi de l'auteur, on joint une lettre autographe signée.
@ Extrait du t. CVII du Bulletin de la Commission Royale d'Histoire.

12 euros (code de commande : 291/70).

 

[DANNEEL]. DE DECKER (Francis) — La famille Danneel. Courtrai, Cercle Royal Historique et Archéologique de Courtrai, [1948]. In-4° broché, 50 p., tirage limité à 200 exemplaires signés par l'auteur et numérotés (n° 163), exemplaire en bel état auquel on joint une lettre de l'auteur.
   
Extrait des Mémoires du Cercle Royal historique et archéologique de Courtrai 1946-1948 - Nouvelle série - Tome XXII - 1re livraison.

18 euros (code de commande : 17495).

 

DE BOOM (Ghislaine) — Correspondance de Marguerite d'Autriche et de ses ambassadeurs à la cour de France concernant l'exécution du traité de Cambrai (1529-1530). Bruxelles, Lamertin, 1935. In-8° broché, XXV, 270 p., (collection « Commission Royale d'Histoire »), exemplaire non coupé.
Table des matières :
   I. Introduction.
      - Correspondance de Marguerite d'Autriche, tante de Charles-Quint : publications et inédits.
      - Manuscrit appartenant au comte de Lalaing : description intrinsèque et extrinsèque.
      - Rôle important d'Antoine de Lalaing à la Cour des Pays-Bas.
      - Origine de Philippe de Lalaing, fils légitimé d'Antoine de Lalaing.
      - Ses fonctions à la Cour de Marguerite d'Autriche.
      - Sa mission diplomatique à la Cour de France.
      - Son collaborateur, François de Bonvalot, trésorier de l'église de Besançon.
      - Retour de Philippe de Lalaing aux Pays-Bas.
      - Fin de sa vie : son épitaphe.
      - Caractères de sa mission diplomatique : les instructions données par Marguerite d'Autriche.
      - Les ambassadeurs sont chargés de surveiller l'exécution du traité de Cambrai.
      - Difficultés de cette mission.
      - Interventions personnelles de Marguerite d'Autriche.
      - Projet d'une alliance entre Charles-Quint et François Ier, négociée par Marguerite d'Autriche et Louise de Savoie.
      - Mort des deux Régentes et échec de cette tentative.
      - Importance de cette correspondance.
   II. Instructions données par Marguerite d'Autriche à Philippe de Lalaing.
   III. Correspondance de Marguerite d'Autriche et de ses ambassadeurs à la Cour de France concernant l'exécution du traité de Cambrai.
   IV. Lettres de Philippe et Antoine de Lalaing.
   V. Engagement souscrit par Marguerite d'Autriche et les principaux seigneurs des Pays-Bas en faveur de François Ier.
   VI. Rapport à Marguerite d'Autriche sur la journée de Cambrai concernant les déprédations.
   VII. Lettre de Philippe de Lalaing, Guillaume des Barres et Charles de Poupet de la Chaulx à Marguerite d'Autriche.
   VIII. Lettre de Philippe de Lalaing et Guillaume des Barres à Marguerite d'Autriche.
   - Errata - Index - Table de concordance.

15 euros (code de commande : 17728).

 

[DE BROUCKÈRE (Louis)]. GALAND (Guy) — Louis de Brouckère. Préface de Victor Larock. Bruxelles, Labor, 1970. In-8° broché, 197 p., exemplaire en bel état.
Extrait de l'introduction :
   Pourquoi raviver le souvenir de la pensée de Louis de Brouckère ?
   Elle appartient aux grands moments de l'histoire du Parti ouvrier belge et du mouvement socialiste international. C'est son honneur. Mais quel est l'intérêt de rappeler les hésitations, les discussions de jadis ? Ce temps est révolu. Les problèmes d'aujourd'hui sont des problèmes neufs...
   Il faudrait voir !
   Il est vrai que le fleuve du socialisme s'est grossi, qu'il a creusé son lit, que ses alluvions prouvent déjà leur fertilité. Mais tout fleuve grossi charrie quelque lourdeur. C'est à proximité de sa source qu'il est le plus pur.
   Le rappel des principes défendus par Louis de Brouckère peut donc être utile.
   De Brouckère a pu se tromper, comme tout homme. Sa doctrine, néanmoins, a toujours été nette. Et son combat, fidèle à ses principes.
   Ce livre tente d'exposer, le plus objectivement qu'il se peut, la pensée de Louis de Brouckère et sa pensée propre seulement. Le but est de servir, modestement, la mémoire d'un grand homme trop oublié.
   L'ouvrage n'a donc ni l'aspect polémique d'un pamphlet, ni l'aspect critique d'une réfutation de thèse ou de doctrine.
   De Brouckère, un jour, avait fait une option capitale. Il était devenu socialiste. Mieux, il était devenu militant socialiste. Ses activités se tournèrent de plus en plus vers le domaine social. L'économie, la politique, la sociologie retinrent son esprit.
   Tous les problèmes, il les examina en socialiste, avec la préoccupation de marier la conception théorique et l'action pratique des organisations en lutte.
   Il est possible de déceler l'heureuse conséquence d'une pareille volonté, pour les hommes et les groupes qui en furent les bénéficiaires et les témoins.
Mais il peut être permis de regretter que l'activité théorique d'un esprit magnifique n'ait pu se développer, ni laisser de traces dans les imposants volumes, où la pensée, d'habitude, déploie les grâces de ses droites et de ses courbes.
   De Brouckère a manqué de jours pour exprimer ses idées dans des études longues et fouillées. L'action et l'enseignement dévorèrent son temps : il leur consacra sa vie, leur sacrifia beaucoup.

15 euros (code de commande : 23937).

 

[DEFUISSEAUX (Alfred)]. DELATTRE (Achille) — Alfred Defuisseaux, un homme, une période. Préface de Léo Collard. Charleroi, IP éditions, 2001. In-8° broché, 173 p., illustrations, exemplaire à l'état de neuf.
   Il s'agit de la réédition de l'édition originale parue en 1959, agrémentée par un choix d'illustrations de l'époque de Defuisseaux, commentées par Claude Favry.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   - Les étapes du Suffrage Universel en Belgique.
   - Alfred Defuisseaux, sa famille.
   - La situation sociale en 1870.
   - Le peuple est conciliant mais sans résultat.
   - Le Procès d'Hornu et Wasmes.
   - La vengeance frappe aussitôt.
   - Alfred Defuisseaux se lance dans la bataille.
   - Les lieutenants d'Alfred Defuisseaux.
   - Le Catéchisme de Defuisseaux.
   - L'auteur du Catéchisme du Peuple est sévèrement condamné. Il passe à l'étranger.
   - La manifestation doit remporter la victoire Alfred Defuisseaux en exil.
   - La Chambre censitaire jette du lest.
   - Les agents provocateurs entrent en lice.
   - L'action, qui va se développant sans cesse, fait de plus en plus impression.
   - Victoire ! Mais le sang a de nouveau coulé.
   - Alfred Defuisseaux rentre et est incarcéré. Les élections du 14 octobre 1894.
   - Le Grand Complot d'un seul homme.
   - La Grande Voix du Peuple se fait entendre au Parlement.
   - Apothéose.

15 euros (code de commande : 21866).

 

[DEGRELLE (Léon)]. CONWAY (Martin) — Degrelle. Les années de collaboration. Préface José Gotovitch. Traduction Marc Efratas. Consultant scientifique Alain Dantoing. Bruxelles, Quorum, 1994. In-8° broché, 398 p., illustrations.
En quatrième de couverture :
   Mars 1994, Léon Degrelle, le dernier grand collaborateur européen, décède en Espagne au moment même où se prépare, en Belgique, l'édition française du premier ouvrage de référence consacré au rexisme durant les années 1940-1944.
   Exploration dans le monde fascinant et controversé de la collaboration, Degrelle, les années de collaboration est le résultat d'un patient travail d'investigation. Pour écrire cette contribution majeure à l'Histoire de la Belgique et de l'Europe sous l'occupation allemande, Martin Conway a non seulement consulté un nombre impressionnant d'archives, mais il a aussi rencontré les derniers acteurs ou témoins de l'aventure rexiste.
   Étape après étape, il raconte avec talent la dynamique de l'évolution de Rex et de son « chef ». Issu de la mouvance catholique de droite, Degrelle se déclare, après la défaite de mai 1940, un partisan convaincu de l'« Ordre nouveau », certain que le pouvoir s'ouvrira à lui en Belgique. Mais c'est l'échec et, dès 1941, il imagine une stratégie indirecte : gagner, sur le front de l'Est, la confiance des dirigeants nazis à la tête d'une armée de volontaires, La Légion Wallonie. Progressivement, Degrelle s'enfoncera dans la collaboration et, délaissant son mouvement au profit de l'option militaire, il gagnera presque son pari. Tandis que le Reich s'effondrera, il émergera comme un héros de la propagande SS et se croira voué aux plus hautes destinées dans une Europe sous domination allemande.
   Au-delà de la personnalité emblématique et opportuniste de son chef, Martin Conway lève le voile sur le mouvement rexiste, son fonctionnement, ses dirigeants. Il invite aussi le lecteur à découvrir les intrigues de pouvoir, les relations avec les autorités allemandes, le rôle du Palais royal et de l'Église, l'état d'esprit de la population, les rapports avec les autres groupes collaborationnistes. Autant de sujets essentiels, racontés sur un ton captivant.
   La collaboration ne fut pas un accident de l'Histoire. Elle est née de la conjonction des valeurs inhérentes au mouvement et d'un contexte économique, politique et social.
   Chargé de cours à l'Université d'Oxford et assistant au Collège Balliol, Martin Conway a longuement étudié le phénomène de la collaboration. Après plusieurs années passées en Belgique, notamment au Centre d'études et de recherches historiques de la seconde guerre mondiale, il y a consacré sa thèse de doctorat. Celle-ci a été publiée, en 1993, aux Presses universitaires de Yale sous le titre Collaboration in Belgium dont est traduit ce livre. 

20 euros (code de commande : 19193).

 

DE LAUNAY (Jacques) — La Belgique à l'heure allemande. Bruxelles, Paul Legrain, 1977. In-8° collé, 360 p., illustrations en noir, couverture un peu défraîchie.
En quatrième de couverture :
   Jacques de Launay : 53 ans, nationalité française, historien, a publié 25 ouvrages, qui ont connu 30 traductions. Plusieurs de ces ouvrages sont consacrés à la Belgique.
   – Pourquoi justement la Belgique, Jacques de Launay ?
   – Depuis 1940, j'ai été agent de liaison de mouvements de résistance français et belge (OCMet FI). J'ai passé la frontière chaque semaine, traversant Bruxelles chaque mois. Il suffisait d'être un peu curieux pour devenir un observateur attentif et vite... passionné. Après la guerre et un temps d'engagement volontaire dans l'armée française, j'ai, avec mes amis de la résistance, tous démocrates déterminés, pris catégoriquement position contre les excès de la répression.
   Les événements que j'avais vécus pendant l'occupation, j'ai ensuite voulu les mettre au clair et les approfondir d'une façon plus rigoureuse. Cela devient vite un jeu passionnant : les documents s'accumulent, les contacts se multiplient, des vérités se dessinent, qui ne sont pas toujours celles d'un regard superficiel ou de légendes non vérifiées.
   – Quel regard avez-vous porté sur la guerre ?
   – Mon livre débute avec l'invasion, la campagne des dix-huit jours et se termine avec la bataille des Ardennes. Il est donc tout à la fois une chronique militaire, politique, économique, administrative, morale de la guerre. Mais surtout humaine. Parce que, si la participation active des Belges à la collaboration ou à la résistance armée a été numériquement faible, il s'est livré un combat plus dur, plus courageux et finalement victorieux, celui de la survie. L'histoire de la guerre dans ce pays c'est donc d'abord celle des hommes et de leur vie de tous les jours.
   – Et vos sources ?
   – Paradoxalement, je crois que ma qualité de Français m'a facilité les choses : dans ce livre, il y a évidemment mon témoignage, mais aussi celui de très nombreuses personnalités, témoins ou acteurs des deux camps et de tous horizons, qui, pour la première fois, ont parlé. L'auraient-elles fait de la même façon devant un de leurs compatriotes ? Voilà, en tout cas, leur déposition devant le tribunal de l'histoire...
   – Un tel ouvrage peut-il être objectif ?
   – Bien entendu, j'ai mon opinion sur un certain nombre de choses. Mais je suis juriste et profondément démocrate. À la manière d'un juge d'instruction, j'instruis un dossier, mais je ne juge pas. Je livre un document, c'est au lecteur de prendre parti, en son âme et conscience.

13 euros (code de commande : 19482).

 

DE LAUNAY (Jacques) — Histoires secrètes de la Belgique 1935-1945. Bruxelles, Legrain, 1977. In-8° broché, 315 p., illustrations, couverture un peu défraîchie.
En quatrième de couverture :
   Lors de la Deuxième Guerre mondiale, plus qu'à tout autre moment de son histoire, la Belgique vit son existence remise en cause : son destin oscillait entre l'éclatement et un Anschluss.
   30 ans ont passé et pourtant toutes les passions ne sont pas éteintes. Seul, sans doute, pouvait traiter cette période délicate avec la sérénité et le recul souhaitables, un historien français chevronné tel Jacques de Launay, qui aime la Belgique au point d'y vivre depuis plus de 25 ans et qui, agent de liaison entre les mouvements de Résistance belges et français, a réagi dès 1945 contre les excès de la répression.
   Le procès de Degrelle, jugé par contumace, n'a jamais eu lieu. L'auteur a eu l'idée de reprendre, en les passant au crible de la critique historique, tous les arguments du Ministère public et de la défense pour instruire ce procès et permettre à ses lecteurs de juger en leur âme et conscience.
   Outre le bilan de l'aventure rexiste, Jacques de Launay retrace l'essor du mouvement flamingant et l'épopée des Belges de Londres. On trouvera aussi dans ce volume l'histoire étonnante de l'affaire Tester et d'importants documents sur les événements qui ont précédé immédiatement l'invasion allemande.

13 euros (code de commande : 24688).

 

DE LE COURT (Jules-Victor) — Dictionnaire des anonymes et pseudonymes (XVe siècle - 1900). Mis en ordre et enrichi par G. de le Court. Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1960. Fort in-8° sous reliure toilée d'éditeur, XI, 1280, 9 p., (collection « Bibliographie Nationale », tome I), exemplaire en très bel état.
Préface :
   Après avoir publié en 1863, un peu hâtivement comme il le dit en la préface, son Essai d'un Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes, imprimés en Belgique au XIXe siècle et principalement depuis 1830, Jules de le Court s'était proposé de remanier ce travail, de le compléter et de lui donner une bien plus grande extension en y faisant figurer les ouvrages édités dans notre pays depuis l'invention de l'imprimerie. À cet effet, il avait entrepris de réunir un nombre considérable de documents, qu'il s'apprêtait à mettre en ordre et à livrer à l'impression, lorsque la mort le surprit, le 13 février 1906.
   Cette documentation fut oubliée pendant de longues années et ne fut retrouvée qu'en 1940, dans les décombres d'un immeuble détruit par fait de guerre. On peut facilement s'imaginer dans quel état se trouvaient alors les restes du Dictionnaire des anonymes et pseudonymes et le nombre de pièces qui avaient disparu ou avaient été lacérées.
   Cependant, sur les instances de quelques bibliophiles, notamment de Léon Losseau, nous avons entrepris d'essayer de reconstituer l'ouvrage, sinon dans son état primitif, tout au moins dans ses parties principales. À cette fin, nous avons consulté un certain nombre d'ouvrages et de publications et nous avons fait appel à des concours, qui, presque toujours, nous ont été des plus généreusement accordés.
   Tel qu'il est reconstitué, le Dictionnaire de Jules de le Court comporte bien des lacunes et présente bien des défauts ; mais en dépit de ses imperfections, il y a lieu de remarquer qu'il constitue la seule tentative de ce genre, qui ait été réalisée dans le cadre national ; la plupart des pays de l'Europe occidentale, au contraire, ont consacré, parfois depuis longtemps, des travaux étendus à cette branche spéciale de leur propre bibliographie.
   L'ouvrage est divisé en 3 parties :
      1. Les pseudonymes.
      2. Le Dictionnaire proprement dit.
      3. Une table onomastique.
   I. Les pseudonymes.
   Les pseudonymes sont classés selon l'ordre alphabétique et d'après le premier mot saillant, abstraction faite de tous les articles définis et indéfinis.
   Ce chapitre comprend, non seulement tous les pseudonymes, mais en outre les signatures sous forme d'initiales des auteurs figurant dans le Dictionnaire. Y sont incorporés également les pseudonymes et signatures des auteurs d'articles parus dans des journaux et des périodiques, dans la mesure, il va de soi, où leur identification a été possible. Les références qui accompagnent les pseudonymes ne sont pas limitatives ; elles doivent s'entendre comme étant le simple rappel que tel auteur a usé de ce pseudonyme, notamment dans tel ouvrage ou dans telle publication périodique, mais il a pu, à notre insu, en user en d'autres endroits.
   Pour obtenir plus de clarté dans la présentation, nous avons groupé toutes les signatures (initiales) avant les pseudonymes proprement dits, et cela pour chaque lettre.
   Les numéros en chiffres arabes qui suivent les indications relatives aux auteurs non identifiés, renvoient aux pages du manuscrit, indiquées au cours de l'impression.
Nous avons fait précéder ce chapitre d'une table des noms latinisés d'un certain nombre d'auteurs dont un ou plusieurs ouvrages ont été publiés en Belgique.
   II. Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes publiés en Belgique, depuis le XVe siècle jusqu'à l'an 1900.
   Ce titre ne doit pas laisser entendre que tous les ouvrages anonymes et pseudonymes publiés en Belgique pendant le cours de cinq siècles ont été incorporés dans le travail ; ce serait une prétention démesurée qu'aucun bibliographe n'oserait formuler, et ne serait, au reste, en mesure de réaliser.
   Le Dictionnaire comprend un grand nombre d'ouvrages anonymes et pseudonymes publiés en Belgique, ou portant une adresse d'imprimerie belge, ou encore portant l'indication d'un lieu étranger, alors qu'ils furent imprimés dans notre pays.
   Nous donnons comme anonyme l'ouvrage dont l'auteur, ou le traducteur, ne s'est pas fait connaître, non seulement au titre, mais pas davantage dans la préface, ni in fine. Nous devons à la vérité d'avouer qu'il ne nous a pas été possible, pour des raisons diverses, de faire passer dans nos mains les 16.000 titres, et même plus, que comporte ce Dictionnaire. De nombreux titres ont dû être rapportés sur la foi d'auteurs ou de catalogues, et il se peut que la règle que nous venons d'exposer ne soit pas toujours rigoureusement respectée, ce dont on voudra bien nous excuser.
   Pour ne pas surcharger sans nécessité cette liste déjà longue, nous n'avons pas hésité à écarter, de façon délibérée, un certain nombre d'ouvrages anonymes ou pseudonymes. Ce sont, en grande partie, des ouvrages de piété ou d'école, qui ne présentent qu'un intérêt fort limité. Nous avons omis également des pièces de vers, imprimées en placard, comme il y en a eu tant pour célébrer les mérites d'un nouveau promu ou d'un jubilaire ; de même, nombre de petites brochures qui ont fourmillé lors de la révolution des patriotes ; de même encore, nombre de chansons.
   En ce qui concerne les pseudonymes, nous n'avons pas cru utile d'incorporer tous les ouvrages français qui ont fait l'objet d'une contrefaçon belge entre 1815 et 1852, lorsque leurs auteurs sont trop connus, tels : George Sand, Stendahl [sic], La Mennais, Champfleury, etc..., aucune confusion ne pouvant apparaître à leur sujet. On trouvera, au reste, des renseignements sur ces auteurs dans le chapitre des pseudonymes. Il en est de même en ce qui regarde un très grand nombre d'ouvrages de piété, signés par leurs auteurs de leur nom en religion.
   Quant à l'agencement et au classement, nous avons respecté, le plus scrupuleusement qu'il nous a été possible, les intentions de l'auteur, telles qu'elles sont consignées dans les notes qu'il nous a laissées. Jules de le Court a pris comme modèle, pour édifier son ouvrage, le Dictionnaire des ouvrages anonymes de Barbier, comme étant à son époque – 1900 – le travail bibliographique le plus clair et le plus commode à consulter. [...]   
   Chaque rubrique comprend le titre. Le plus généralement nous l'avons transcrit in extenso, à l'exception cependant des titres trop étendus, dont certaines parties pouvaient être omises, sans nuire à l'identification de l'ouvrage. Le titre est suivi du lieu d'impression, du nom de l'imprimeur, du millésime, du format, des différentes éditions et autres indications bibliographiques, pour autant que ces renseignements nous soient connus. Vient ensuite le nom réel de l'auteur, et éventuellement les diverses attributions. Des notes concernant l'ouvrage et son auteur complètent un certain nombre de rubriques.
   III. Table onomastique.
   Cette table comprend les noms d'auteurs cités dans le Dictionnaire et dans le chapitre des pseudonymes.
   Ces noms sont classés selon un ordre alphabétique intégral, particules comprises. Ils sont accompagnés des différents pseudonymes, du rappel des titres des ouvrages figurant dans le Dictionnaire, et d'une courte note biographique, lorsque ces derniers renseignements nous sont connus.
   Les noms latinisés repris en tête du chapitre des pseudonymes, constituant en réalité un aide-mémoire, ne sont pas, en général, incorporés dans la table onomastique.

50 euros (code de commande : 23949).

 

DELÉPINNE (Berthe) — Histoire de la poste internationale en Belgique sous les grands maîtres des postes de la Famille de Tassis. Publiée sous les auspices de l'Administration des Postes de Belgique, à l'occasion du XIIIe congrès de l'Union postale universelle. Bruxelles, Godenne, 1952. In-4° broché, 110 p., XXXI planches hors texte en noir et en couleurs, couverture piquée sinon bon exemplaire.   
Préface :
   
Placée au carrefour des grandes voies de communications de l'Europe Occidentale, face aux Îles Britanniques, la Belgique a toujours joué un grand rôle dans l'organisation des relations internationales. C'est sans doute ce qui lui vaut l'honneur, flatteur pour un petit pays, d'avoir été choisie pour tenir en 1952, dans les murs de sa capitale, les Assises du XIIe Congrès de l'Union Postale Universelle.
   Peu d'institutions ont réellement un caractère universel aussi prononcé et aussi solide que l'Union Postale. Fondée à Berne en 1874, groupant aujourd'hui plus de 80 nations, l'Union Postale Universelle a survécu victorieusement aux deux grands conflits mondiaux et poursuit inlassablement son chemin.
   Sa Convention est un modèle Je foi administrative internationale. Basée sur le principe que tous les pays adhérents ne forment, au point de vue postal, qu'un seul et même territoire, elle est la démonstration vivante de ce que l'esprit d'entente et de solidarité peut réaliser au service du Bien Commun.

30 euros (code de commande : 17693).

 

DELMELLE (Joseph)Histoire de la navigation et des ports belges. Bruxelles, Legrain, 1981. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 168 p., nombreuses illustrations en noir, bel exemplaire.
Table des matières :
   - Pour servir d'avant-propos.
   1. Jusqu'au terme de l'âge féodal.
   2. Trois siècles exaltants mais mouvementés.
   3. Les XVIIe et XVIIIe siècles : contraintes et initiatives !
   4. Sous les régimes français et hollandais... jusqu'en 1863 !
   5. La navigation intérieure.
   6. La Marine Royale.
   7. Les malles Ostende-Douvres et la marine marchande.
   8. Le prestige du voilier.
   9. La pêche maritime.
   10. La Force Navale
   11. Ports intérieurs et maritimes.
   12. Dans le sillage du passé...
   - Bibliographie sommaire.

35 euros (code de commande : 22893).

 

DELMELLE (Joseph)Hôtels de ville et Maisons communales de Belgique. Bruxelles, Rossel, 1975. In-8°, 120 p., illustrations, (collection «Nouveaux Guides», n° 5).

7,50 euros (code de commande : 6212).

 

DE MAN (Henri)Cahiers de ma montagne. Bruxelles, Éditions de la Toison d'Or, 1944. In-8° broché, 244 p.
Extrait :
   Voici le troisième hiver que je passe dans cette retraite alpestre, à 1400 mètres d'altitude. J'habite ce que, dans cette région de Savoie, on appelle une montagne. On entend par là un chalet où l'on emmagasine le foin des prairies environnantes, à l'usage du bétail qui va y passer quelques mois par an. Ici, chaque famille de fromagers possède deux ou trois de ces chalets, situés à des altitudes différentes. Selon les saisons, on « se remue » de l'un à l'autre; les vaches suivent le foin, et les gens suivent les vaches. Le chalet d'une montagne comprend donc un logement, généralement assez primitif, les trois quarts de la place étant occupés par le grenier à foin et l'étable.
   Ma montagne est située au haut d'un raidillon qui grimpe à 400 mètres au-dessus du village. C'est la plus élevée de celles qui sont habitées en hiver. Plus haut, il n'y a plus que quelques alpages d'été, et puis des crêtes rocheuses.

   
Le confort de mon chalet n'a rien de citadin. Les parois sont faites de poutres dont les interstices sont bourrés de mousse, et les clous remplacent les armoires. Mais il y a un fourneau qui, pour peu qu'on n'oublie pas d'y mettre des bûches venues de la forêt voisine, chauffe très bien la pièce qui sert de cuisine, de réfectoire et de chambre de travail. Et puis, le paysage est l'un des plus beaux et des plus isolés que l'on puisse imaginer. La vue sur les cimes est assez distante pour n'avoir rien d'écrasant, l'agencement des plans intermédiaires, composés de crêtes boisées, est harmonieux, et le tout forme un cadre d'une tranquille majesté.
   Aujourd'hui, en furetant dans mes papiers, j'ai vidé la boîte où, depuis plus de deux ans, je mets des notes éparses, faites au hasard de mes lectures et de mes réflexions. En les parcourant, j'ai été frappé d'en trouver tant, et sur une gamme de sujets aussi étendue. Il m'a semblé qu'après une toilette sommaire, ces notes pourraient constituer un ensemble capable d'intéresser, à tout le moins, un certain nombre de mes amis. Ils me reprochent volontiers ma paresse d'écrire, et se plaignent d'être laissés dans l'ignorance de mes occupations et préoccupations. Voici qui pourrait satisfaire leur curiosité, et me faire pardonner mon manque de zèle épistolaire.
   Peut-être même se trouvera-t-il d'autres lecteurs pour s'intéresser à ces réflexions, ne serait-ce qu'à cause du poste d'observation occupé par leur auteur. Par le temps qui court, il doit être assez rare de trouver quelqu'un qui s'est isolé aussi complètement des foules et de leurs passions. À défaut de toute autre valeur, cela donnera sans doute, au reflet intellectuel de cet isolement, l'attrait d'une curiosité.
   Mes notes n'étant pas datées, je ne pourrai les ranger par ordre chronologique, comme un journal. Par contre, il serait assez facile de les grouper selon les sujets. Mais cela ressemblerait trop aux chapitres d'un livre. Je préfère les reproduire pêle-mêle, avec tous les sauts brusques d'un thème à un autre que cela comporte. Ce procédé correspond mieux à leur origine, qui est le hasard, et rendra plus familière au lecteur l'ambiance dont elles sont issues, et qui est leur seul élément d'unité.

15 euros (code de commande : 23679).

 

[DEMANET]. Au chanoine Félix Demanet. En hommage. L'Association pour l'Étude de la Paléontologie et de la Stratigraphie Houillères. Bruxelles, Association d'Études Paléontologiques, 1955. In-4° broché, VI, 414 p., un portrait en frontispice, nombreux plans, tableaux, planches dépliantes et planches hors texte, tirage limité à 603 exemplaires numérotés (n° 56), bon exemplaire de cet ouvrage peu courant.
Table des matières :
   - La valeur stratigraphique des fossiles marins du Carbonifère, par G. Delépine.
   - On Neoglyphioceras spirale (Phill.) and allied species, par W.S. Bisat.
   - Les dykes basaltiques du bassin houiller de Kaiping et leur influence sur les roches encaissantes, par F.F. Mathieu.
   - Einige Goniatiten aux spanischem Oberkarbon, par H. Schmidt.
   - Quelques remarques sur la présence de forêts fossiles dans le Carbonifère du Limbourg néerlandais, par W.J. Jongmans.
   - Vestiges fossiles de vie dans le Carbonifère supérieur du Limbourg, par S. van der Heide.
   - Unusual specimens of vertical cone-in-cone in Dutch Coal, par W.F.M. Kimpe.
   - La corrélation des veines de charbon par les mégaspores, par S.J. Dijkstra.
   - Les mégaspores contenues dans quelques couches de houille du Westphalien B et C aux Charbonnages Limbourg Meuse, par P. Piérart.
   - Le sondage n° 22 à Webbekom près de Diest, par A. Delmer.
   - Sur la présence d'un quartzite houiller remarquable à Dalhem (Nord de Liège) et sa position stratigraphique, par P. Charlier.
   - Contribution à l'étude du Namurien de la vallée de la Berwinne (Province de Liège), par L. Lambrecht.
   - Recherche du rejet longitudinal de la faille de Seraing dans la partie occidentale du bassin de Liège, par Ch. Ancion et P. Lefèvre.
   - Note sur la concession houillère de Bas-Oha (Bassin de Huy), par A. Pastiels.
   - Sur la constitution lithologique de quelques charbons du bassin houiller d'Andenne, par A. Wéry.
   - Sur l'âge, la flore et la faune des formations namuriennes affaissées dans les poches de dissolution du Viséen de la région de Samson (Meuse namuroise), par W. Van Leckwijk, F. Stockmans et Y. Willière.
   - 
Mesure de divergence L² et taux d'éloignement entre les moyennes d'une communauté de Carbonicola et les types du groupe communs, par E. Defrise-Gussenhoven.
   - Contribution à l'étude paléontologique du gisement de la concession La Louvière et Sars-Longchamp, par H. Chaudoir.
   - À propos du problème de Boussu, par Ch. Stevens.
   - La jonction du Viséen au Namurien dans une tranchée à Ocquier, par P. Ronchesne.
   - Des intercalations à sphérolithes dans les couches de houille. Mode d'occurence et conditions de genèse, par J. Scheere.
   - Étude pétrographique de quelques sidéroses à globules argileux du Westphalien belge, par R. Van Tassel.
   - À propos des perforations du test de Syringothyris et des genres voisins, par A. Vandercammen.
   - Note introductrice à la revision du genre Lophophyllum Milne-Edwards et Haime, par M. Lecompte.

65 euros (code de commande : 12882).

 

DEMANY (Fernand)Mourir debout. Souvenirs du maquis. Bruxelles, Germinal 45, 1945. In-8° broché, 186 p., hommage de l'auteur.
Extrait :
   Malgré son nom de ténèbres, le maquis fut peut-être la seule flamme, la seule lumière de cette guerre. Il répondait à un besoin d'épopée qui sommeillait en chacun de nous, et que de trop longues années de contrainte et de neutralité avaient soigneusement chloroformé. On s'était ingénié, avant la drôle de guerre, à tuer en nous tout idéal, à éteindre toute flamme. Le maquis, c'est un feu qui reprend. Le maquis, c'est le cœur d'un peuple qui recommence à battre. Le maquis, c'est la revanche de l'idéal et de la foi sur ls réalisme, la platitude et le bon sens, ce fameux bon sens dont on a pu dire qu'il tient lieu d'intelligence aux imbéciles.
   Le maquis implique une idée de vengeance et d'épopée. Il a engendré un des hommes les plus immenses de l'Histoire, et cet homme fut Napoléon. Je n'oserais affirmer que les maquisards de cette guerre ont eu le temps de songer à Napoléon, car ils pensaient plus souvent à Himmler. Mais ils reconnaîtront avec moi que la fierté et le courage qui furent dévolus à Laetitia, mère de Napoléon, sont les qualités profondes qui distinguent les vrais maquisards de leurs succédanés en robes d'intérieur. C'est la fierté et c'est le courage qui ont fait le maquis.
   Le maquis, notre maquis, c'est une élite combattante qui se dresse, face à l'ennemi, avec, derrière elle, toutes les forces vives, toutes les forces saines, toutes les forces simples de la Nation. Le maquis, c'est une élite qui dit « Non », pas seulement à Hitler, mais aussi à la tribu poisseuse des capitulards et des margoulins, des abatteurs clandestins et des profiteurs, des marchands de lard et des fraudeurs, des officiers du Secours d'Hiver et des petits traîtres à un mark le paragraphe. Le maquis, c'est – ou plutôt ce doit être – la Nation de demain. Sans ce maquis-là, il est impossible de vouloir tenter une restauration ou un redressement.
   Au moment où je livre, à un public qui ne nous a pas toujours compris, les souvenirs et les méditations de ma vie illégale – c'était le bon temps ! – je veux placer ces pages de passion sous le signe de trois de nos plus purs héros fusillés par les nazis : Jean Guïlissen, le savant ; Arnaud Fraiteur, le justicier ; Robert Lejour, le soldat. Puisse leur impérissable gloire animer notre jeunesse, maquisarde elle aussi, et qui a appris, du dur contact de cette guerre, que la vie sans courage et sans fierté ne vaut pas d'être vécue.

20 euros (code de commande : 21361*).

 

Le désarroi démocratique. L'extrême droite en Belgique. Ouvrage collectif sous la direction de Hugues Le Paige. Bruxelles, Labor, 1995. In-8° collé, 301 p., (collection « La Noria »).
En quatrième de couverture :
   
Un peu partout en Europe l'extrême droite recueille des succès électoraux sans précédent depuis un demi-siècle. Il ne s'agit plus de flambées sans lendemain, ni de quelques résurgences nostalgiques mais bien d'une véritable implantation politique bâtie sur la crise économique, sociale et politique des démocraties. Pour lutter contre l'extrême droite, pour lutter contre le racisme, la xénophobie, l'exclusion et la violence qu'elle porte, il ne suffit pas de dénoncer, de « diaboliser »... ni de fermer les yeux. La preuve en est que face à l'extrême droite qui se développe, avec ou sans le concours des grands médias, les partis traditionnels – de gauche et de droite – ont été incapables d'endiguer sa montée. Certains ont choisi de pratiquer la politique du « cordon sanitaire ». D'autres n'ont pas hésité à s'emparer des thématiques, sinon des mots d'ordre, de l'extrême droite. Rien, jusqu'ici n'a pu empêcher sa progression. Débattre avec l'extrême droite, c'est assurer sa légitimité. Refuser de discuter, c'est lui abandonner le terrain. La définition d'une attitude cohérente et efficace face à l'extrême droite n'est pas chose simple.
   C'est pourquoi l'équipe pluraliste et multidisciplinaire qui a rédigé Le désarroi démocratique est partie du point de vue que malgré l'expression de son radicalisme simpliste, l'extrême droite doit être analysée en profondeur comme un phénomène complexe. Historien, sociologues, politologues, juristes, philosophe du droit, journalistes se sont donc penchés sur les différents aspects de l'extrême droite telle qu'elle se manifeste aujourd'hui en Belgique francophone en comparaison avec celle qui existe en Flandre et en la resituant dans son contexte historique, idéologique, social.
   Quelles sont les organisations, qui sont les cadres, les militants, les électeurs de l'extrême droite ? Quelle idéologie sociale véhicule-t-elle ? Une action législative contre l'extrême droite est-elle possible et efficace ? Quelle est l'attitude de la justice vis-à-vis de l'extrême droite ? Comment le système démocratique peut-il réagir ? Les réponses ne sont pas évidentes. Les conclusions des textes que nous présentons ne sont pas unanimes. Elles apportent des éléments de réflexion plutôt que de recettes politiques. Mais cet ouvrage collectif veut être un incitant au débat et à l'action. Il se veut un instrument d'analyse qui permette à la fois de mieux cerner toutes les données de l'extrême droite et de mieux la combattre.
Table des matières :
   
Introduction : Le désarroi démocratique, par Hugues Le Paige.
   I. L'extrême droite, état des lieux.
      - Immigration et racisme. Des thèmes fondateurs, par Andrea Rea.
      - Programme social. Un populisme en quête de respectabilité, par Mateo Alaluf.
      - Électeurs et militants. Des profils incertains, par Pascal Delwit.
      - Organisations. Un passé composé, par Manuel Abramowicz.
      - Femmes et citoyenneté. Un antiféminisme ordinaire, par Bérengère Marques-Pereira.
      - Le Vlaams Blok et le Juifs d'Anvers. Les troubles d'une communauté, par Ludo Abicht.
      - Le Vlaams Blok et la Nouvelle Droite. Le détournement de Gramsci, par Marc Spruyt.
   II. L'extrême droite et le débat démocratique.
      - Action législative. La répression du racisme et du révisionnisme, par Bernard Blero.
      - Exercice des libertés publiques. Des restrictions de protection, par Annemie Schaus.
      - Les médias. Un regard équivoque, par J.-M. Nobre Correia.
      - Dirigeants et électorat. Le diable et l'électeur, par Rosine Lewin.
      - Souveraineté et représentation. Les contradictions de la démocratie libérale, par Boris Libois.
      - Extrême droite et fascisme. Une histoire dans le siècle, par Robert Devleeshouwer.

13 euros (code de commande : 17635).

 

DESART (Robert) et QUIEVREUX (Anne) —  Arts et folklore de chez nous. Bruxelles, Culture et Civilisation, 1974. In-4° broché, 176 p., illustrations, Rhodoïd, exemplaire numéroté.
Table des communes :
   - Anvers, Arlon, Alost, Autelhaut, Averbode, Ath.
   - Binche, Bouillon, Bouvignes, Bruges.
   - Chièvres, Cuesmes, Courtrai, Condroz.
   - Damme, Diest, Dinant, Dion-le-Val.
   - Estinnes-au-Mont, Écaussinnes-d'Enghien.
   - Floreffe, Florenville.
   - Gand, Gastuche, Genappe, Gembloux.
   - Habay-la-Neuve, Hal, Heylissem, Houx, Huy, Humelgem.
   - Kruishoutem.
   - Lavaux-Sainte-Anne, La Roche, Lessines, Lierre, Léau, La Louvière, Lissewege, Limai, Louvain.
   - Malmédy, Malines, Mons, Mouscron, Mozet.
   - Neufchâteau, Ninove, Nivelles, Nil-Saint-Vincent.
   - Orval, Oplinter.
   - Pede-Sainte-Anne.
   - Renaix, Rotselaer.
   - Saintes, Saint-Hubert, Sombreffe, Sterrebeek, Stavelot, Steenockerzeel, Steenhoult, Sint-Pieters-Rode.
   - Theux, Tournai, Tirlemont, Tongres.
   - Vlierbeeck.
   - Wavre.
   - Bruxelles et environs.

25 euros (code de commande : 16701).

 

DESART (Robert) et QUIEVREUX (Louis) — Folklore et joyaux des communes belges. Bruxelles, Desart, 1972. In-4° collé, 152 p., illustrations, exemplaire numéroté (n° 64) en très bel état.
Table des matières :
   - Les fruits d'une collaboration.
   - Bruxelles et environs.
   - Province.
   - Anvers - Buzenol, Brunehaut, Bouillon, Beaumont, Bruges, Bois-Seigneur-lsaac, Beauvoorde - Celles, Crupet, Cuesmes, Crèvecœur, Chaudfontaine, Corroy-le-Château, Courtrai - Dixmude, Diest - Frasnes, Écaussinnes-la-Follie - Gand, Grimbergen, Gembloux, Goyck - Harzé, Heverlee, Houx - Jehay-Bodegnée - Kruishoutem - Lavaux-Sainte-Anne, La Roche, Lierre, Liège, Louvain, Leefdaal, Laerne, Logne, Léau, Lompret - Malines, Montignies-Saint-Christophe, Moriensart, Mielmont - Overijse, Oydonck, Onoz Romsée, Rumbeke - Sint-Ulrik-Kapelle, Sombreffe, Steenockerzeel, Saintes - Trazegnies, Tongres, Thuin, Tournai - Walhain-Saint-Paul, Waleffes, Weris, Westerloo.

25 euros (code de commande : 17131).

 

DESEES (Julien) — Les jeux sportifs de pelote-paume en Belgique du XIVe au XIXe siècle. Aperçus historiques, récits anecdotiques, évolutions. Bruxelles, Imprimerie du Centenaire, 1967. In-8° broché, 206 p., illustrations, exemplaire en parfait état. On joint : Petite chronique illustrée des jeux de balle belges pendant les années de guerre 1914-1918. Sport - Divertissement - Philanthropie. Bruxelles, Imprimerie du Centenaire, 1971. In-8° broché, 120 p., illustrations, tirage limité à 400 exemplaires numérotés (celui-ci est l'un des 374 sur papier courant, n° 365), en parfait état.
Table des matières du premier volume :
   - Avant-propos.
   - Avertissements.
   Livre premier.
      - Premières sources historiques.
      - Période bourguignonne.
         I. Margot de Haynault.
         II. Het kaatspel Ghemoraliseerd.
      - Premières évolutions.
      - Quelques règles du jeu de paume.
      - Aux XVe et XVIe siècles.
         I. Le jeu de paume en général.
         II. Le jeu de longue paume.
         III. Règles du jeu de longue paume.
         IV. Règles du jeu de courte paume.
         V. Remarques sur les jeux de paume mixtes.
      - Les jeux de paume aux XVIe et XVIIe siècles.
         - Antonin van Torre : une partie de paume entre collégiens.
      - Nouvelles évolutions.
      - Le XVIIIe siècle.
      - Adaptations et évolutions pendant le XVIIIe siècle.
         I. Sur le plan général.
         II. Sur le plan sportif.
         III. Les jeux français de longue paume.
         IV. Du « tireur » au « livreur ».
         V. De la composition des parties.
   Livre seconde.
      - Au cœur du XIXe siècle.
         - Apogée des jeux au gant.
         - Progression du jeu de pelote.
         - Tournai et le Tournaisis.
         - Mons et le Borinage.
         - En Thudinie et en Basse-Sambre.
         - Ath et environs.
         - Au pays de la pierre.
         - En région carolorégienne.
         - Notice sur les régions flamandes.
         - Dans le Namurois.
         - En terre liégeoise.
         - Bruxelles, plaque tournante.
         - La province de Brabant.
      - Relations internationales.
         - En Frise.
         - Dans le Nord de la France.
      - Évolutions à caractères divers.
      - En guise de conclusion.
      - Index bibliographique.
Table des matières du second volume :
   - Avant-propos.
   - Le sport se porte bien en 1914.
   - Fédérations et groupements.
   - La saison 1915.
   - La saison 1916.
   - La saison 1917.
   - 1918 - Dernière année de guerre.
   - Éveil de la région liégeoise.
   - Extensions dans les régions flamandes.
   - Dans le Nord de la France.
   - Auprès des soldats belges internés aux Pays-Bas.
   - Les joueurs de balle prisonniers en Allemagne.
   - L'armée belge en campagne et les jeux de balle.
   - Une grande page philanthropique.

Les deux volumes : 45 euros (code de commande : 24951).

 

DE SMET (J.J.) — Histoire de la Belgique, par J.J. De Smet, ancien régent de Rhétorique au Collége d'Alost. Troisième édition, revue et corrigée avec soin. Tomes I et II (complet). Gand, Vanryckegem-Hovaere, 1832. [Gand, Vanryckegem-Hovaere, Imprimeur-Libraire. 1832.] Deux volumes in-8° demi-basane verte, dos lisses ornés de filets dorés, reliure frottée, tome I : VIII, 336 p., une carte hors texte à déplier gravée par Constant Onghena, tome II : 360, une carte hors texte à déplier gravée par Constant Onghena, ex-libris manuscrits aux pages de faux-titre et cachet aux pages de titre, bon exemplaire.
   « À peine âgé de 25 ans, [l'historien gantois Joseph-Jean De Smet (1794-1877)] fut nommé professeur de rhétorique au petit séminaire de Sainte-Barbe à Gand ; mais il passa bientôt, en cette même qualité, au collège d'Alost, dirigé alors par l'abbé van Crombrugghe. L'enseignement moyen, dit P. de Decker, en complet désarroi depuis l'introduction chez nous du régime des lycées impériaux de France, laissait beaucoup à désirer au point de vue des livres classiques, tous rédigés dans un esprit qui était peu en rapport avec nos traditions nationales. Le corps professoral du collège d'Alost s'attacha immédiatement à combler cette lacune importante. Mr de Smet, convaincu de la nécessité d'une direction nationale à imprimer surtout à l'étude de nos annales, publia dès 1822 (lisez 1821) une histoire de la Belgique en deux volumes. » Cet ouvrage, dans lequel, pour la première fois, on essayait de faire marcher de front les principaux faits historiques se rattachant à toutes nos provinces si différentes dans les diverses phases de leur civilisation particulière, était écrit d'après un plan entièrement nouveau. Tout en constituant une unité logique, la division du livre en sept principales époques permettait de donner comme couronnement et résumé de ces diverses périodes, le tableau des mœurs et des coutumes, ainsi que celui des lettres et des arts correspondant à chacune d'elles. Cette histoire écrite  « pour inspirer aux jeunes l'amour de la patrie », était conduite jusqu'à la bataille de Waterloo. Elle se terminait par cette réflexion à laquelle les circonstances donnaient une si émouvante actualité :  « Puisse la sollicitude d'un souverain, ami de son peuple, et la sagesse des deux Chambres parvenir à faire régner entre les Belges et les Bataves cette union et cette concorde qui sont le gage assuré de la prospérité des empires ! » Ce Manuel fut accueilli avec une grande faveur (Messager des Sciences, 1823, p. 19). L'année suivante, il fallut en donner une seconde édition, revue et corrigée d'après les conseils des deux représentants les plus autorisés de la science historique belge à cette époque, J.-J. Raepsaet et L. Dewez. Cette fois, l'abbé de Smet « avait exposé la fatale influence exercée sur les troubles du XVIe siècle par le fondateur de la dynastie d'Orange. » Aussi le ton du Messager (1824, p. 400) change-t-il complètement : « Malheureusement Mr de S. a cru pouvoir ne pas conserver à quelques-uns de nos princes leur caractère historique. Il était de son devoir de les louer quand ils ont fait le bien ; mais il perd ses droits au titre d'écrivain impartial, lorsqu'il fait plus que dissimuler leurs fautes. Ce que je dis ici s'applique surtout à Charles-Quint et à son fils Philippe II. »
   D'après De Decker, à partir de ce moment, le gouvernement hollandais, froissé de l'« impartiale franchise » du jeune historien lui fit une guerre tantôt sourde, tantôt déclarée qui n'eut d'autre résultat que d'affermir et d'accroître sa popularité. »
   L'édition présentée ici inclut les événements de la révolution belge et l'intervention de l'armée française du maréchal Gérard qui repoussa, en 1831, les troupes du prince d'Orange hors du territoire national.
   Bibliographie :
   - 
V. Fris dans Biographie nationale, tome XXII, col. 778-791.


Carte du tome II.

80 euros (code de commande : 20193).

 

DOEHAERD (Renée) — L'expansion économique belge au Moyen Âge. Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1946. In-12 broché, 120 p., une carte dépliante, (collection « Notre Passé »).

8 euros (code de commande : 299/65).

 

DUCHESNE (A.) — Les aspects diplomatiques du projet d'expédition belge en Chine en 1900. Bruxelles, Revue Belge de Philologie et d'Histoire, 1954. In-8° agrafé, 20 p., envoi de l'auteur.
Extrait :
   Créée dans les tout premiers jours de l'été 1900, à la suite d'une proclamation des bourgmestres de nos quatre grandes villes, la légion belge des volontaires de Chine avait été organisée, armée et équipée en un temps fort court. Elle fut dissoute au bout d'un mois, – le 24 août exactement – sans avoir franchi les limites du camp de Beverloo où avaient été réunis les 633 volontaires, officiers compris.
   Ce petit corps expéditionnaire avait été organisé sur la base d'une stricte autonomie ; il n'en devait pas moins être mis à la disposition du commandement interallié en Chine et collaborer – aux côtés des contingents français, britannique, allemand, autrichien, russe, américain et japonais, – à la pacification du vieil Empire. Car de puissants mouvements nationalistes – notamment celui des Boxeurs, le plus xénophobe, – mettaient en danger les entreprises européennes et américaines, ainsi que l'ordre de choses établi depuis la pénétration occidentale des années 1844 et suivantes.
   La Belgique, aussi, avait à sauvegarder en Extrême-Orient la vie et les biens de ses 294 nationaux : missionnaires, ingénieurs, commerçants, et la dignité de son drapeau qui abritait nos représentants diplomatiques et consulaires. Sans être des plus nombreuses, nos entreprises, à partir de 1898 surtout, préoccupaient de plus en plus les milieux industriels et financiers de Belgique. Quant au roi Léopold II, dès le moment où l'Empire du Milieu était devenu l'objet des convoitises des grandes puissances, que l'Allemagne appelait à sa suite à la « curée européenne de la Chine », il s'était tourné vers lui avec l'espoir d'y déployer ses initiatives personnelles comme il l'avait fait, peu avant, au cœur de l'Afrique. Déjà, les idées royales avaient commencé à prendre corps, mûries par les officiers et les ingénieurs belges envoyés sur place, et nos compatriotes amorçaient la construction du « Grand Central », voie ferrée de 1214 kilomètres reliant Pékin à Hankow.

8 euros (code de commande : 22592).

 

DUMÉES (Antoine) — Annales Belgiques ou des Pays-Bas, contenant Les principaux évenemens de notre Histoire depuis la mort de Charles le Téméraire, dernier Duc de Bourgogne, jusques à la pais d'Aix-la-Chapelle en 1668. Par Me Antoine-François-Jos. Dumées, Avocat au Parlement. Douai, Derbaix, 1761. [A Douay, / Chez Derbaix Imprimeur-Libraire / ruë des Écoles, au Missel. / M. DCC. LXI. Avec Approbation & Privilége du Roi.] In-12 plein veau d'époque, dos à 5 nerfs orné de fleurons et de fers dorés, pièce de titre, tranches rouges, XII, 500, [3 (privilège)], [1 bl.] p., exemplaire en bel état.
   Antoine Dumées (Avesnes, 1722 - 1765) fut procureur du roi et avocat au parlement de Douai.
Extrait de l'introduction :
   On verra dans ces Annales la Maison de Bourgogne, qui avoit pour tige Philippe le Hardi quatriéme fils du Roi Jean, s'éteindre par la mort d'un Prince que l'ambition précipita dans le tombeau à la fleur de son âge : la postérité mâle des Rois de Castille & d'Aragon expirer avec l'Infant Dom Juan, Prince des Asturies : la Maison d'Autriche, issuë des Comtes d'Hatsbourg, s'élever par degrés sur les ruines de l'une & de l'autre, & parvenir à une puissance immense qui excita la jalousie de l'Europe ; s'y maintenir quelque tems contre les efforts de ses ennemis ; tomber insensiblement, & enfin s'éteindre elle-même, tant en Espagne qu'en Allemagne.
   Les deux branches de la Maison d'Autriche, qui sembloient embrasser l'Europe pour la subjuguer, sont tombées dans l'espace de quarante ans. Plusieurs des Couronnes que cette Maison poffédoit, sont passées dans celle de France. La fille aînée du dernier Prince conserva celle de Hongrie & de Boheme, ses domaines en Italie, & la souveraineté de la plus grande partie des Pays-Bas, & mit la Couronne Impériale sur la tête du Duc de Lorraine qu'elle avoit épousé. Ce Prince quelques années auparavant avoit cédé la Lorraine au Roi Stanislas pere de la Reine de France, pour devenir Grand Duc de Toscane. Enfin par un de ces évenemens qui a surpris toute l'Europe, la longue rivalité qui a subsisté entre la France & l'Autriche vient de faire place à un traité d'amitié & de confédération qui unit les deux Maisons de la manière la plus étroite & la plus cordiale.
Bibliographie :
   - Duthillœul (Romain-Hippolyte), Bibliographie douaisienne, n° 1116.

120 euros (code de commande : 24387).

 

DUVOSQUEL (J.-M.) — Bibliographie de l'histoire militaire en Belgique 1965-1969. Bruxelles, Revue Internationale d'Histoire Militaire, 1970. In-8° collé, [63] p., hommage de l'auteur au professeur Jean-Jacques Hoebanx.
   Extrait du n° 29 de la Revue Internationale d'Histoire militaire, pp. 973-1035.
Introduction :

   En 1959, Monsieur Albert Duchesne, l'actif et dynamique conservateur au Musée royal de l'Armée et d'Histoire militaire de Bruxelles, faisait paraître un premier inventaire des témoins et des sources de l'histoire militaire en Belgique. Il mettait ainsi à la disposition des chercheurs un répertoire des institutions et des revues, ainsi qu'une bibliographie sommaire des ouvrages et des articles essentiels qui pouvaient les aider dans un premier travail d'approche d'un sujet d'histoire militaire.
   Six ans plus tard paraissait, sous la signature du même auteur et de Monsieur Jean Lorette, conservateur-adjoint à la même institution, une seconde contribution, essentiellement bibliographique celle-ci, qui couvrait la période 1959-1965.
   Ainsi, pour la première fois, nous disposions d'une vue d'ensemble de la production belge en matière d'histoire militaire. Nul doute que cela a fait prendre conscience des lacunes en ce domaine de l'historiographie, et que d'aucuns se seront efforcés de les combler. Ce premier aperçu fit aussi apparaître l'indigence et la faiblesse de grand nombre de contributions. Peu ou prou de travaux dignes de retenir l'attention de l'historien, si ce n'est ceux de quelques spécialistes ou de quelques amateurs éclairés ; très peu de travaux originaux, mais beaucoup de compilations.
   En dépit de l'effort déployé par la Revue belge d'Histoire militaire et l'exemple fourni par la publication de Travaux du Centre d'Histoire militaire du Musée royal de l'Armée depuis 1966, c'est aux mêmes constatations que nous aboutissons aujourd'hui. L'histoire militaire ne retient que très peu, pour elle-même, l'attention des universitaires. Rares sont les historiens autodidactes, qui par ailleurs fournissent de remarquables contributions, se livrant à de minutieuses recherches et à une mise en œuvre rigoureuse. Passons sous silence l'originalité d'articles de journalistes et d'historiens vulgarisateurs, qui sévissent dans certains domaines de prédilection. Quant aux travaux qui sont des apports solides à notre connaissance du passé, ils sont quelques dizaines.
   Comme notre but n'est pas de livrer un bulletin critique, mais une bibliographie qui se voudrait exhaustive (et qui sait très bien ne pas l'être : il y a d'inévitables lacunes), nous nous sommes efforcé de relever les références de tout article concernant l'histoire militaire de nos provinces, quelle que soit sa valeur ou son originalité, dans l'espoir de mettre en évidence les domaines inexplorés ou maladroitement défrichés.
   La production historique de ces cinq années a été répartie en différentes rubriques, qui sont restées celles qu'avaient adoptées, en 1965, A. Duchesne et J. Lorette. Chaque fois que cela était possible, les articles portant sur des faits précis ont été classés dans l'ordre chronologique des événements, sur des personnages ou des villes ou régions dans l'ordre alphabétique. Une table des noms d'auteurs guidera le lecteur.

10 euros (code de commande : 16096).

 

DUVOSQUEL (Jean-Marie) et CAUCHIES (Jean-Marie) — Compte rendu du XLVe Congrès de la Fédération des Cercles d'Archéologie et d'Histoire de Belgique et du premier Congrès de l'Association des Cercles francophones d'Histoire et d'Archéologie de Belgique - Comines 1980. Comines, Congrès de Comines, [1982]. In-8° agrafé, [31] p., illustrations, envoi d'un des auteurs au professeur Jean-Jacques Hoebanx.
Extrait :
   C'est par une lettre en date du 10 mai 1978 que la Fédération des Cercles d'Archéologie et d'Histoire de Belgique se voyait notifier la candidature de la Société d'histoire de Comines-Warneton et de la région, en vue de l'organisation du XLVe Congrès, en août 1980, à Comines (Hainaut). La même lettre stipulait en outre que le Centre d'information et de contact des cercles d'histoires, d'archéologie et de folklore du Hainaut « Hannonia » serait directement associé à l'initiative par le cercle responsable. La présidence et le secrétariat du congrès devaient donc être respectivement confiés à des délégués de la société cominoise et de Hannonia. Réunis à Écaussinnes-Lalaing (Hainaut), le 15 avril précédent, les représentants des cercles hainuyers d'histoire et d'archéologie affiliés à Hannonia avaient, à l'unanimité, marqué leur accord à ces dispositions.
   Quelques mois plus tard, à Namur, se déroulait – le 28 août 1978 – l'assemblée constituante de l'Association des Cercles francophones d'Histoire et d'Archéologie de Belgique, a.s.b.l. de structure communautaire, calquée sur les normes institutionnelles de la Belgique nouvelle. 45e Congrès de la fédération nationale susmentionnée, maintenue à titre scientifique et fonctionnel, celui de Comines allait dès lors être en même temps le premier placé sous les auspices de la nouvelle association – proposition adoptée en assemblée générale de celle-ci, derechef à Namur, le 22 novembre suivant.
   Les jalons étaient ainsi posés, les fondements établis, les cautions acquises et les responsabilités définies. Il convenait dès lors de se mettre à l'œuvre, ce qui n'allait guère tarder.

5 euros (code de commande : 16094).

 

[ENSEIGNEMENT]. Et quand à l'école venaient... L'École primaire en Belgique depuis le Moyen Âge. Anthologie - Jantje ging naar school... De Lagare School in Belgie van de middeleeuwen tot nu. Bloemlezing. Bruxelles, C.G.E.R., 1986. In-4° broché, 336 p., quelques illustrations en noir, exemplaire en parfait état.
   Anthologie publiée à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à la Galerie CGER, à Bruxelles, du 10 octobre 1986 au 11 janvier 1987.
Extrait de l'introduction :
   Cette anthologie propose un ensemble de textes, documentaires et de fiction. Textes institutionnels : législatifs et administratifs. Textes historiques et anecdotiques, mémoires et témoignages. Textes de fiction : extraits de romans, poèmes, chansons. Seuls des textes déjà publiés ont été retenus. Ils ont été reproduits en « reprint », car la typographie peut être signifiante par elle-même.
   Ces textes sont en plusieurs langues: latin, français, néerlandais, flamand et wallon. Nous avons repris des documents en latin : pour le Moyen Âge, ils sont une des sources essentielles et le latin est langue intellectuelle des humanistes.
   Les textes de fiction n'ont pas été retenus en fonction de critères esthétiques. La qualité ou l'absence de qualité littéraire ne furent pas un critère de choix. Seule l'information transmise fut déterminante. Ce n'est dès lors pas d'abord une anthologie de « beaux » textes.
   L'objectif de cet ensemble de textes est de couvrir, chronologiquement, de manière sélective, des réalités et des imaginaires, individuels et collectifs, de l'école. L'école comme instruction et comme éducation. Comme espace-temps d'apprentissage : savoir et savoir-faire. Comme espace-temps pédagogique: savoir-vivre et savoir-être. L'école comme institution, comme lieu et temps de vie.

35 euros (code de commande : 20343).

 

Études sur le XVIIIe siècle. N° I. Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1974. In-8° broché, 217 p., quelques illustrations hors texte, dos ridé.
Table des matières :
   1. Littérature.
      - Adrien Reland et la justification des études orientales (1701), par M. Bastiaensen.
      - Le réalisme de Restif de la Bretonne, par J. Marx.
      - Deux poètes des ruines au XVIIIe siècle, par R. Mortier.
      - Jean-Jacques et les biographes, par R. Trousson.
   2. Idées.
      - Pierre Bayle, source de Dom Deschamps, par M. Bastien.
      - Les équivoques de Knigge, Notes sur Über den Umgang mit Menschen, par H. Plard.
      - L'utopie métaphysique de Deschamps contre « l'éloquence » de Rousseau, par A. Robinet.
      - Buffon et la Sorbonne, par J. Stengers.
   3. Économie. Institutions.
      - Une entreprise monastique au XVIIIe siècle : la papeterie de Bonne-Espérance, par M.-A. Arnould.
      - Jacques Accarias de Serionne, économiste et publiciste français au service des Pays-Bas autrichiens, par H. Hasquin.
      - Charles de Cobenzl, homme d'état moderne, par Ph. Moureaux.
   4. Beaux-Arts.
      - Évolution du secrétaire à cylindre d'Oeben à Riesener, par A. Boutemy.
      - L'Enseigne de Gersaint ou la poésie du réel, par M. Fredericq-Lilar.
      - Jacques Van Schuppen, par P. Schreiden.
      - Parole et Musique à l'aube des Lumières, par P. Van Bever.

13 euros (code de commande : 19548).

 

Études sur le XVIIIe siècle. Tome X. Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1983. In-8° broché, 184 p.
Table des matières :
   Section Philosophie.

      - Liberté et Nécessité : l'opposition de Reid au compatibilisme de Hume, par E. Griffin-Collart (pp. 9-22).
      - Auguste Comte et les « philosophes » de l'âge métaphysique, par R. Trousson (pp. 23-42).
      - Un « père conscrit » du luthéranisme éclairé : Johann Joachin Spalding (1714-1804), par H. Plard (pp. 43-60).
   Section littérature.
      - Une fiction politique de l'Ancien Régime : l'Histoire d'un Pou français, par R. Mortier (pp. 63-75).
      - Le type du maître d'école chez Jean Paul Friedrich Richter et J.M.R. Lenz, par A. Préaux (pp. 75-83).
   Section Beaux-Arts.
      - Les toiles en façon de tapisserie de l'Hôtel de Coninck à Gand, par M. Fredericq-Lilar (pp. 87-91, illustrations hors texte).
   Section histoire.
      - Aperçu bibliographique sur la noblesse « belge » (Pays-Bas, Principauté de Liège, Duché de Bouillon) au XVIIIe siècle, par M. Mat-Hasquin et J.-J. Heirwegh (pp. 95-126).
      - L'héritage archivistique du Président des États de Flandre J.J.P. Vilain XIIII. Sa destruction par les autorités (1778), par P. Lenders (pp. 127-152).
      - Les premières fabrications de cristal dans les Pays-Bas autrichiens, par B. D'Hainaut (pp. 153-158).
      - Pierre le Grand et la conception de l'État en Russie à l'aube des Lumières, par E. Donnert (pp. 159-170).
      - La polémique autour du Saint-Office à Naples (1688-97) et le libertinage érudit, par I. Comparato (pp. 171-184).

15 euros (code de commande : 18100).

 

Études sur le XVIIIe siècle. Tome XI. Idéologies de la noblesse. Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1984. In-8° broché, 146 p.
Table des matières :
   - 
Introduction, par J. Craeybeckx.
   - 
L'idéologie du sang chez Boulainvilliers et sa réception au 18e siècle, par G. Gerhardi (pp. 11-20).
   - L'idéologie politique du marquis d'Argenson, d'après ses œuvres inédites, par N. Johnson (pp. 21-28).
   - L'influence sur le continent du modèle aristocratique britannique au XVIIIe siècle, par P. Janssens (pp. 29-38).
   - La démocratisation de l'idée de l'honneur dans le Manuscrit trouvé à Saragosse de Jean Potocki, par M.E. Zoltowska (pp. 39-52).
   - L'idéologie de la noblesse dans le débat sur le luxe (1699-1756), par R. Galliani (pp. 53-64).
   - La sensibilité comme idéologie de substitution de la noblesse dans Aline et Valcour, par J. Garagnon (pp. 65-78).
   - La « Thalimanie », par L. et A. Gilon (pp. 79-86).
   - La réaction de la noblesse et la défense de ses privilèges dans la Principauté de Liège au début du XVIIIe siècle, par B. Demoulin (pp. 87-104).
   - La réaction nobiliaire de la fin de l'Ancien Régime et la révolution des notables de 1787 en Flandre, par L. Dhondt (pp. 105-116).
   - La noblesse hongroise des Lumières : pour et contre l'absolutisme éclairé de Joseph II, par J. Barta (pp. 117-126).
   - Peut-on parler d'une idéologie nobiliaire en Russie ?, par M. Colin (pp. 127-138).
   - L'idéologie de la noblesse russe au siècle des Lumières. La fronde aristocratique. Le prince Chtcherbatoff, par L. Nemeti-Charguina (pp. 139-146).

13 euros (code de commande : 18101).

 

Exposé historique de l'état de l'Église réformée des Pays-Bas ; pour être présenté de la part de la Réunion wallonne aux églises réformées étrangères, spécialement aux églises de la France et de la Suisse-française par la Commission pour les affaires des églises wallonnes des Pays-Bas. 2e édition. Amsterdam, Van Tyen, 1855. [Amsterdam, G. Van Tyen & Fils. 1855.] In-8° broché, [2 bl.], [2 (titre et avertissement de l'éditeur)], 70, [2 (table)] p., soulignements et annotations crayonnés, rare.
Note liminaire :
   Nous nous proposons de donner un court expose de l'état des choses dans l'Église réformée des Pays-Bas. C'est surtout des temps actuels qu'il s'agit. Cependant la Hollande protestante a été trop connue autrefois, elle a eu trop de part à la vie religieuse et intellectuelle de l'Europe réformée, pour que nous n'appelions pas un instant l'attention sur ce passé que l'on connaît ; nous le relierons au présent par un coup d'œil sur ces temps intermédiaires, où l'absence d'un lien commun entre les Églises des divers pays réformés, les a conduites, non à s'oublier, mais à ne plus guères se connaître. À l'égard des temps passés, nous nous bornons à une esquisse rapide du mouvement théologique, mouvement d'autant plus important à connaître, qu'il reflète en quelque sorte la vie ecclésiastique et religieuse. Il en naît et y réagit à son tour. Connaître le premier c'est pouvoir se faire une idée de cette dernière. Arrivés aux temps présents, nous nous appliquerons à distinguer, sous le triple rapport, ecclésiastique, religieux et scientifique, les quelques traits que nous aurons à présenter.
   Quant au passé, il s'agit de trois siècles, depuis la moitié du 16e siècle jusqu'à la moitié du 19e. Nous les passerons successivement en revue.

50 euros (code de commande : 16641).

 

Exposition numismatique. Bruxelles, Société Royale de Numismatique de Belgique, 1966. In-8 broché, 197 p., XVIII planches hors texte, couverture un peu salie.
@ Catalogue de l'exposition du même nom qui s'est tenue à Bibliothèque Royale du 30 avril au 29 mai 1966.

13 euros (code de commande : 310/56).

 

FAIDER (Ch.) Études sur les constitutions nationales (Pays-Bas autrichiens et pays de Liége). Bruxelles, Grégoir, Wouters et Compe, 1842. In-8° demi-chagrin noir, 248 p., monogramme doré sur le plat supérieur, mors frottés.

35 euros (code de commande : 271/62).

Flandre et Portugal. Au confluent de deux cultures. Sous la direction de J. Everaert et E. Stols. Anvers, Fonds Mercator, 1991. In-4° sous reliure, jaquette et étui d'éditeur, 375 p., riche iconographie en couleurs, exemplaire en très bel état.
   Ouvrage publié à l'occasion des manifestations « Europalia 91 Portugal ».
Table des matières :
   - Avant-propos, par Simonetta Luz Afonso.
   - Introduction, par John Everaert et Eddy Stols.
   - Les relations politiques et dynastiques entre le Portugal et la Belgique, par Jan A. van Houtte.
   - Le Portugal et le marché de Bruges au Moyen Âge, par Jan A. van Houtte.
   - La présence portugaise à Anvers, par Hans Pohl.
   - La colonisation flamande aux Açores, par Charles Verlinden.
   - Les barons flamands du sucre à Madère, par John Everaert.
   - Les artistes flamands et leur influence au Portugal, par Nicole Dacos-Grifo.
   - La Nation flamande à Lisbonne, par Eddy Stols.
   - La tapisserie flamande au Portugal, par Pedro Dias.
   - L'influence du carreau céramique hollandais sur la production faïencière portugaise, par Rainer Marggraf.
   - La polyphonie flamande et la musique portugaise, par Ignace Bossuyt.
   - L'impact scientifique des découvertes portugaises, par Luis Filipe Barreto.
   - Les humanistes portugais aux Pays-Bas du Sud, par Manuel Augusto Rodrigues.
   - Humanistes des anciens Pays-Bas au Portugal, par Jozef IJsewijn.
   - Les juifs portugais à Amsterdam, par Benjamin N. Teensma.
   - Le tremblement de terre à Lisbonne en 1755, par Luis Crespo Fabião.
   - Les investissements belges au Portugal, par Michel Dumoulin.
   - La communauté portugaise du Congo belge, par Jean-Luc Vellut.
   - Le Porto en Belgique, par Werner Thomas.
   - Bibliographie.
   - Index.

80 euros (code de commande : 24891).

 

FRANCKSON (Marcel) et BURNIAT (Jacques) — Chronique de la guerre subversive. Le Service Hotton en Thiérache 1941-1944. Bruxelles, FDM, 1996. In-8° collé, 509 p., illustrations, peu courant.
En quatrième de couverture :
   Le Spécial Opération Executive (SOE), créé par Winston Churchill dès juillet 1940 pour mettre le feu à l'Europe occupée, décida d'implanter en Belgique en juillet 1943, sous le nom de code Hotton une mission spécifique de « sabotage de harcèlement militaire ».
   Ce livre raconte la vie d'une des unités du Service Hotton, le Groupe D, dont le champ d'action fut la Thiérache entre octobre 1943 et la Libération.
   Au départ de cet exemple, les auteurs ont voulu faire comprendre pourquoi et comment naquit et grandit la Résistance, comment elle dut s'organiser pour survivre et se développer, quelles furent les contraintes qui imposèrent son implantation, ses objectifs, ses méthodes.
   Le riche passé du Groupe D favorisait cette approche. Né en octobre 40 à l'ULB sous le nom de Comité de Surveillance, il avait dès 42 conduit ses membres des balbutiements initiaux à la guérilla urbaine. Sa transhumance vers l'Ardenne en août 43 conte les premières expériences de maquis. Son ancrage en Thiérache pénètre les rouages de la résistance civile magistralement organisée par le Front de l'Indépendance-Namur. Enfin son intégration dans le Service Hotton permet de suivre l'activité d'un bras armé du SOE et ses rapports avec Londres.
   Au fil d'épisodes excitants ou tragiques, le lecteur suit le parcours des principaux protagonistes : les dirigeants Albéric Maistriau, Marcel Franckson père et fils, Arthur Cacheux, etc... et leurs collaborateurs, hommes de terrain, qui permirent au Groupe D d'aligner à son tableau de chasse une grosse centaine de sabotages, d'opérations de guérilla et d'attentats contre l'ennemi et ses polices secrètes.
   Les descriptions techniques dévoilent le professionnalisme progressivement atteint par ces civils que rien ne prédestinait à la guerre subversive.
   L'écriture souvent vive des épisodes personnalisés cache une rigueur scientifique basée sur des archives particulièrement abondantes.

35 euros (code de commande : 25135).

 

[FRISIUS]. VAN ORTROY (F.) — Bio-bibliographie de Gemma Frisius, fondateur de l' École belge de géographie, de son fils Corneille et de ses neveux les Arsenius. Bruxelles, Académie Royale, 1920. In-8° broché, 418 p., (« Classe des Lettres », Mémoires, collection in-8°, deuxième série, tome XI, fascicule II), dos cassé, épuisé au catalogue des publications de l'Académie.
Extrait de la préface :
   Cette étude bio-bibliographique est consacrée à Gemma Frisius et à divers membres de sa famille ; nous signalons, en même temps que leur œuvre imprimée et manuscrite, les instruments sortis de leur atelier.
   En tout premier rang, et dépassant la lignée de plusieurs coudées, se place Gemma, professeur à l'Université de Louvain. Autour de lui gravitent son fils Corneille, qui jeta un certain éclat, et ses neveux Gauthier, Régnier, Rémi, Ferdinand (?) et Ambroise (?) Arsenius, dont le rôle fut beaucoup plus modeste, mais que nous englobons dans notre travail, parce qu'ils ont en partie réalisé les conceptions de leur parent.
   Si nous nous en rapportions au témoignage de feu le lieutenant général Wauwermans, un sixième Arsenius serait à citer. Se basant sur une note de Lelewel, et de Van Raemdonck, il dit, en effet, que Ferdinand et Ambroise « furent probablement frères de Marc-Antoine Arsenius qu'Ortelins chargea d'achever la carte de Livonie après le supplice du malheureux Jean Portant, brûlé pour cause d'hérésie ». Nous constatons à regret qu'il y a là presque autant d'erreurs que de mots ! Lelewel signale une carte de Livonie par « Marc-Ambroise, à Anvers » ; mais d'après la liste des géographes placée en tète du Theatrum Orbis Terrarum d'Ortelius de 1592, et mise à contribution par le savant écrivain polonais, il ne peut être question que d'un « Marcus-Ambrosius Nissensis », dont le travail n'était pas encore publié à la date susindiquée, et n'a peut-être jamais paru. Rien ne dit, au surplus, que cette carte a été entreprise à la demande d'Orlelius.
   Quant au docteur Van Raemdonck, il se borne à faire sienne l'opinion émise par Lelewel, « qu'Ortelius n'a mis au service de la science que sa seule intelligence, faisant graver ses cartes par François Hogenberg, Ferdinand et Ambroise Arsenius et d'autres ».
   Tous les problèmes, que comporte la biographie de Gemma, ne sont pas élucidés, mais il est difficile, dans l'état de nos connaissances, de préciser davantage.
   On constatera d'ailleurs, en lisant les notes que nous consacrons plus loin à notre personnage, la place marquante qu'il occupa dans l'enseignement universitaire, soit public, soit privé ; quel élan il sut imprimer à l'élude des mathématiques, qui ne jouaient qu'un rôle assez effacé dans les programmes de l'Aima mater louvaniste ; enfin et surtout, quelle remarquable solution, restée quasi intacte, il apporta à deux grandes questions qui préoccupaient les esprits au XVIe siècle ; l'une de ces questions concerne le levé topographique d'un pays d'étendue restreinte ; l'autre se rapporte à la détermination des longitudes au moyen d'horloges.
   Puissent de nouveaux documents permettre d'asseoir bientôt la biographie des Gemma sur des bases définitives, et notre longue et minutieuse enquête nous valoir, de la part des plus exigeants, non seulement des critiques détaillées et sévères, mais aussi des matériaux; ils permettront d'embellir le monument que nous désirons depuis longtemps élever aux géographes des Pays-Bas, et dont la présente élude forme une des pierres angulaires. Nos forces nous trahiront sans doute, mais nous escomptons de vaillants concours, auxquels notre dévouement et notre collaboration sont dès l'instant acquis.

30 euros (code de commande : 14313).

 

GACHARD Rapport à monsieur le Ministre de l'Intérieur, sur différentes séries de documents concernant l'histoire de la Belgique, qui sont conservées dans les Archives de l'ancienne Chambre des Comptes de Flandre, à Lille. Bruxelles, Académie Royale, 1841. In-8° broché, 484 p., couverture défraîchie.

40 euros (code de commande : 274/66).

 

GARITTE (Gérard) — Va-t-on tuer Louvain ? Louvain, 1966. In-12 agrafé, 26 p.
@ Ce texte, et celui de Paul De Visscher, Le Temps des responsables, qui le suit, sont extraits de La Libre Belgique des 3 et 4 février 1966.

5 euros (code de commande : 5874).

 

GÉNÉALOGIES - ARCHIVES DE FAMILLES

[de CRASSIER]. ROUHART-CHABOT (J.) — Inventaire des archives de la famille de Crassier et de ses alliés. Bruxelles, Archives Générales du Royaume, 1960. In-8° broché, 237 p., 1 tableau des alliances.

6 euros (code de commande : 327/68).

[d'OLMEN de POEDERLÉ]. THIELEMANS (Marie-Rose) — Inventaire des archives de la famille d'Olmen de Poederlé. Bruxelles, Archives Générales du Royaume, 1959. In-8° broché, XXI, 148 p., 1 tableau des parentés.

6 euros (code de commande : 328/68).

 

GEORLETTE (René) — Quelques botanistes belges. Bruxelles, Office de Publicité, 1949. In-12 broché, 82 p., une illustration, (« Collection Nationale », 9e série - n° 95), envoi de l’auteur.

8 euros (code de commande 353/60).

 

GOETHALS (Félix-Victor) — Miroir des notabilités nobiliaires de Belgique, Pays-Bas et du Nord de la France, par M. Félix-Victor Goethals, bibliothécaire pensionné de l'ancienne bibliothèque de la ville de Bruxelles Tome premier et second (complet). Bruxelles, Polack-Duvivier, 1857 - 1862. [Bruxelles, Imprimerie de Polack-Duvivier, Place du Grand-Sablon, 5. / 1857 - 1862.] Deux forts in-4° demi-toile bordeaux à coins, tome I : [1 (faux-titre)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], 1023, [1 bl.] p., tome II : [1 (faux-titre)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], 1004 p., index, quelques reproductions lithographiées de sceaux sur Chine appliqué dans le texte, deux ex-libris dont celui du comte Guy de Berlaymont, dos frottés sinon fort bon exemplaire.

Les deux volumes : 350 euros (code de commande : 24944).

 

Guide Michelin. Belgique, Luxembourg, Pays rhénans, sud de la Hollande Clermont-Ferrand, Michelin & Cie, 1924 (15e édition). In-8° étroit sous cartonnage d'éditeur, 192 p., plans, illustrations, publicités in et hors texte, on joint le prospectus « Automobilitses, pour recevoir gratuitement un Itinéraire Michelin, remplissez cet imprimé », très bon exemplaire, rare.
Table des matières :
   
Comment se servir de ce guide.
   Titre I. Les pneumatiques Michelin.
      - Conseils pour l'emploi des pneus.
      - Instructions pour le démontage et le montage des pneus et de la roue Michelin.
   Titre II. Guide de route.
      - Bacs qui passent les autos.
      - Routes taxées du Brabant septentrional.
      - Nomenclature des villes par ordre alphabétique (renseignements généraux - Curiosités (monuments, etc.) - Plans de villes - Hôtels et restaurants recommandés - Mécaniciens (stockistes Michelin et agents des divers constructeurs).
      - Distances de la localité aux villes voisines.
   Titre III. Renseignements administratifs.
      - Voyages en Belgique (Circulation des automobiles - Taxes).
      - Voyages à l'étranger (Formalités administratives - Tarifs douaniers étrangers - Bureaux de douane).
      - Voyages en Belgique des automobilistes étrangers (Formalités douanières et Tarif douanier belgo-luxembourgeois - Taxes de séjour, circulation).

40 euros (code de commande : 20454).

 

[GUILLAUME LE TACITURNE (Guillaume de Nassau, prince d'Orange)]. WEDGWOOD (Cicely Veronica)Guillaume le Taciturne. [Titre original : William the Silent.] Traduit de l'anglais par Rose Celli et Joan Smith. Paris, Tallandier, 1947. In-8° broché sous jaquette, 347 p., planches hors texte, (collection « Biblothèque Historia »), très bon exemplaire.
Table des matières :
I. Radieux matin 1533-1559.
II. L'orage se prépare 1559-1565
III. Prologue à la tragédie.
IV. La longue nuit 1567-1572
V. Les eaux du salut.
VI. Ligues et conflits 1574-1577
VII. Pas de sûre fondation
VIII. Unis nous tenons 1579-1581
IX. Divisés nous tombons 1581-1584.
X. Meurtre à Delft 1584.

12 euros (code de commande : 16796).

 

HASQUIN (Hervé) — Les Réflexions sur l'état présent du commerce, fabriques et manufactures des Païs-Bas autrichiens (1765) du négociant bruxellois, Nicolas Bacon (1710-1779), conseiller député aux affaires du commerce. Bruxelles, Palais des Académies, 1978. In-8° sous reliure d'éditeur, VI, 190 p., (collection « Académie Royale de Belgique - Commission Royale d'Histoire »), exemplaire en parfait état.
Introduction :
   Les théories économiques qui avaient la faveur des gouvernements français et anglais au XVIIIe siècle sont relativement bien connues. En ce qui concerne nos régions, et notamment les Pays-Bas autrichiens, il en va tout autrement. On commence certes à déceler quelques lignes directrices dans la politique suivie par les ministres autrichiens à Bruxelles et les hauts fonctionnaires qui les aidaient dans leur tâche, mais il subsiste bien des zones d'ombre, en particulier au niveau des influences qu'ont pu exercer les économistes français et anglais sur nos gouvernants et leur entourage.
   Nous nous sommes efforcé de combler partiellement cette lacune en analysant l'œuvre de Nicolas Bacon, un fonctionnaire bruxellois qui gravita peu après le milieu du XVIIIe siècle dans les hautes sphères de l'administration du commerce aux Pays-Bas.
   Le nom de Nicolas Bacon apparaît parfois dans des études d'histoire économique consacrées au dix-huitième siècle « belge ». Quelques auteurs, et non des moindres – Van Houtte et Pirenne par exemple – ont eu connaissance directement ou indirectement de ses « Réflexions », restées manuscrites jusqu'à ce jour. En revanche, le silence est à peu près total sur la personnalité de l'auteur. Depuis la publication par J. Lefèvre de documents relatifs au personnel des Conseils collatéraux, on connaissait cependant un peu mieux sa carrière de conseiller député aux affaires du commerce.
   Ses « Réflexions » n'ont jamais fait l'objet d'une étude systématique, si l'on excepte l'article un peu oublié qui a été consacré au début du siècle au chapitre relatif à une réforme des études à l'Université de Louvain: cette publication d'H. Vander Linden contenait d'ailleurs quelques données intéressantes sur les aventures russes du père de Nicolas Bacon.
   Bref, Nicolas Bacon restait un grand inconnu. Aussi importait-il, avant d'analyser les développements de sa pensée économique, de mieux situer le personnage, qui fut tout à la fois fonctionnaire, négociant et conseiller écouté de Charles de Cobenzl, ministre plénipotentiaire dans les Pays-Bas autrichiens.

 

[HÉLIN (Étienne)]. Historiens et populations. Liber Amicorum Étienne Hélin. Contributions rassemblées par la Société Belge de Démographie. Louvain-la-Neuve, Academia, 1991. In-8° broché, 836 p., exemplaire en très bel état.
Table des matières :
   - Il n'y a richesse ni force que d'homme, par Jean Bodin.
   Première partie : Démographie historique. Essor et méthodologie.
      - New Dimensions for Historical Demography, par Massimo Livi-Bacci.
      - De Canberra à Porto Alegre, un historien-démographe témoigne, par Arthur E. Imhof.
      - Démographie, l'heure des choix, par Marianne Kempeneers.
      - Franciszek Bujak, historien démographe, par Helena Madurowicz-Urbanska.
      - Les problèmes de l'histoire scientifique des premières descriptions démographico-statistiques en Hongrie, par Robert A. Horvath.
      - La reconstitution des familles de l'époque préstatistique et l'histoire sociale (l'exemple de la Bohême), par Pavla Horska.
      - Malthus en Belgique, par Éric Vilquin.
      - À propos de la démographie historique au Grand-Duché du Luxembourg. Sources, problèmes, perspectives, par Jean-Paul Lehners.
      - Les conditions actuelles de production des statistiques socioprofessionnelles, par Paul Minon.
      - Le couplage automatique des données nominatives : nouvelles perspectives, par Claude Desama.
   Deuxième partie : Mouvement naturel de la population, transition démographique.
      - Société Rurale prérévolutionnaire et démographie différentielle, par Antoinette Fauve-Chamoux.
      - La mesure indirecte de la mortalité des adultes. L'exemple de la France de 1740 -1829, par Alain Bideau.
      - Estimation par échantillonnage du nombre de baptême dans le duché de Luxembourg (XVIIe - XVIIIe siècle), par Michel Dorban.
      - Mortality Decline and Rural Household Structure, par Hans Chr. Johansen.
      - La mortalité dans la France de l'Ouest à la fin de l'Ancien Régime (1770-1789), par François Lebrun.
      - Quelques précisions au sujet de la mortalité maternelle en Flandre (XVIIe - XIXe siècle), par Christiaan Vandenbroeke.
      - Le choléra, cet autre fléau social du XIXe siècle. L'épidémie de 1866 en Belgique et l'exacerbation des inégalités face à la mort, par Thierry Eggerickx et Michel Poulain.
      - Choléra des villes et choléra des champs. Faits et représentation, par Patrice Bourdelais.
      - Agrarian Change and Rural Fertility in early nineteenth century Germany, par William R. Lee.
      - Infanticide and Japan's pre-transition demographic regime, par Osamu Saito.
      - Moral Control, Secularization and Reproduction in Belgium (1600 -1900), par Rony Lesthaeghe.
      - Motivations des acteurs de la transition démographique de l'analyse quantitative à l'enquête orale dans la région liégeoise (fin XIXe - XXe siècle), par René Leboutte.
      - La transition démographique. La théorie et les faits, par Alfred Perrenoud.
   Troisième partie : Migrations, mouvements fondateurs, urbanisation.
      - Comportements démographiques et effets fondateurs dans la population du Québec (XVIIe - XXe siècle), par Gérard Bouchard, Claude Laberge et Charles-R. Scriver.
      - La contribution des Belges à la formation de la population française (1851-1940). Étude quantitative, par Jacques Dupâquier.
      - Genèse et composantes du registre de population du Québec ancien, par Hubert Charbonneau, Jacques Legaré, Bertrand Desjardins, Yves Landry, François Nault et Real Bates.
      - The Role of Migration in the Development and Structure of British Cities in the nineteenth century, par Richard Lawton.
      - Urbanization and Demographic Situation in Hungary, par Joseph Kovacsics.
      - À propos de la démographie urbaine d'Ancien Régime : l'exemple des petites villes de la Galice traditionnelle, par Antonio Eiras Roel.
      - How Do Urban and Rural Industrial Populations Grow ? Migration and Natural Increase in Verviers and its Hinterland, par Myron P. Gutmann.
      - La croissance urbaine au Zaïre, par Léon de Saint Moulin.
      - Une présence portugaise aux Comores dès le XVIe siècle est-elle plausible ?, par Alain Clockers.
      - L'émigration italienne Outre-Atlantique, par Nicole Malpas.
   Quatrième partie : Démographie régionale.
      - Population Estimates of Belgium by Province (1375-1831), par Paul M. M. Klep.
      - La pyramide des âges et la connaissance d'une région, par Henriette Damas.
      - À propos du recensement français de la population de Mons : critique et premiers résultats, par Jean-Paul Bougard.
      - Démographie de Flénu, commune du Borinage, 1871-1876. Essai d'exploitation des registres de population, par Robert André.
      - La mobilité sociale et spatiale à Tilff entre 1789 et 1830. Quelques éléments d'appréciation, par Yves Moreau.
   Cinquième partie : Ménages.
      - Social Inequality and the Female Life Course : Verviers, 1850-1880, par Georges Alter.
      - Status of Women and Demographic change. The Norvegian Case, par Solvi Sogner.
      - Social différences in age at marriage : examples from rural Germany during the XVIIIth and XIXth centuries, par Jürgen Schlumbohm.
      - New Data on foundling Children in Italy in the early XIXth century, par Eugenio Sonnino.
      - European Family and Household Systems, par Richard Wall.
      - Ménages et structures socio-professionnelles en Toscane au milieu du XIXe siècle, par Carlos A. Corsini.
   Sixième partie : Santé.
      - La peste à l'est du Zaïre, par Rashidi Obotela.
      - Pour une histoire du long terme. Les femmes et l'art de guérir dans la région liégeoise (XVIIIe-XXe siècles), par Carl Havelange.
      - Les internements psychiatriques à Liège de 1884 à 1913, par Charles Delrée.
      - Pour une étude de la réparation des dommages résultant des accidents du travail, par Henri Delrée.
      - Les pertes dans la garde impériale lors des Cent Jours, par Jacques Houdaille.
      - Les jeunes bruxellois face à la mort au milieu du XVIIIe siècle, par Claude Bruneel.
   Septième partie : Niveau de vie, culture et société.
      - Le salaire des ouvriers employés à la réfection des chaussées liégeoises à la fin de l'Ancien Régime, par Georges Hansotte.
      - Le travail des femmes mariées et le niveau de vie en Belgique au XIXe siècle à travers les budgets de familles ouvrières, par Peter Scholliers.
      - Une approche de la force de travail : les tables de la vie active, par Suzy Pasleau.
      - Cultural secularization in eighteenth-century Liège, par Bland Addison Jr.
      - Villes, bourgs et villages dans les Pays de Dalhem et de Limbourg à la fin du XVIIIe siècle, par Bruno Dumont.
      - Un état de l'Afrique précoloniale : l'Empire Toucouleur d'Ahmadou fils d'El Hadj Omar, par Claude Fluchard.
      - La population de Huy à la fin de l'Ancien Régime. Un essai de reconstruction, par Denis Morsa.

50 euros (code de commande : 17903).

 

HENDECOURT (vicomte Roger d') — Le Royaume des Aveugles. Belgique, champ de bataille historique de l'Europe. Héroïque hier, aujourd'hui endormie, demain, peut-être, martyre encore ! Bruxelles, Wellens-Pay, 1936. In-8° broché, 204 p.
Avant-propos :
   La Belgique traverse, en ce moment, des heures particulièrement graves.
   Le Belge, naturellement optimiste, a une tendance marquée à ne point se soucier de l'avenir. Il ne connaît pas l'exacte vérité, en ce qui concerne notre situation militaire, il ignore l'étendue du péril qui nous menace et les conditions requises pour nous en prémunir.
   Mis carrément en face de réalités indiscutables, le bon sens belge, une fois de plus, doit prendre le dessus ; la réaction indispensable pourra alors se produire et amener le redressement voulu, grâce à l'énergie et à la vaillance de notre race.
   Dans les conjonctures actuelles, c'est donc la vérité seule qui doit nous sauver, la vérité totale, si cruelle et si brutale qu'elle puisse paraître.
   Dans les lignes qui vont suivre, j'ai tenté de faire le bilan de nos erreurs passées, le compte impitoyable des conséquences funestes de notre aveuglement, de notre antimilitarisme obstiné. J'ai noté, aussi, l'implacable retour des mêmes catastrophes, suite inévitable de fautes identiques que nous avions commises.
   En décrivant comme je l'ai fait, dans toute sa gravité, notre situation actuelle, je garde le ferme espoir que les dures leçons du passé nous dicteront notre conduite à venir.
   Avant tout, j'ai cherché à être vrai et précis, écartant, a priori, toute considération qui aurait pu m'inciter à masquer ou à atténuer l'exacte réalité.
   Au demeurant, j'ai puisé mes arguments et mes exemples aux sources les plus sûres et les plus indiscutables.
   Soldat dans l'âme, j'ai donné à mon pays le meilleur de moi-même. Je ne me suis jamais occupé de politique de parti.
   Pour moi, il n'existe qu'une politique : Servir la Belgique encore et toujours, travailler pour l'honneur, la prospérité, l'indépendance de ma Patrie.
   Qu'on ne m'accuse donc point d'attaquer, ou d'appuyer, l'une ou l'autre des opinions électorales qui divisent notre Nation. Systématiquement, je veux les ignorer toutes. Je n'entends m'arrêter qu'à ce qui fut réellement, à ce qui est, à ce qui doit être, au seul point de vue de l'intérêt supérieur de mon pays.
   Si, dans la mesure de mes faibles moyens, je puis contribuer, si peu que ce soit, à convaincre mes concitoyens de la nécessité de défendre le « Royaume des Aveugles », je me considérerai comme amplement, totalement payé de mes peines.

12 euros (code de commande : 17523).

 

[HOCART (James)]. TEISSONNIÈRE (P.) et GOBLET D'ALVIELLA (comte) — In Memoriam le pasteur James Hocart et Le libéralisme religieux en Belgique. Bruxelles, Édition des Conférences du Foyer, [ca 1934]. In-8° agrafé, 24 p., un portrait en frontispice.
   Le discours de Paul Teissonnière, In memoriam le pasteur James Hocart et le libéralisme religieux en Belgique, fut prononcé à l'église protestante libérale de Bruxelles, le 4 novembre 1923.
   Le texte du comte Goblet d'Alviella, James Hocart et le Mouvement protestant libéral, fut publié dans L'Indépendance belge, le 15 décembre 1923.

10 euros (code de commande : 15786).

 

Les Hommes du jour. Revue biographique hebdomadaire. 1re Série - n° 1. Bruxelles, Les Hommes du jour, [1895]. 33 numéros (la plupart de 4 pages) en 1 volume in-4° sous une modeste reliure de pleine toile grège, reliure frottée, [142] p., illustrations, cachet ex-libris de Pierre Decrem à la page de garde et à la première page du n° 1, bon exemplaire peu affecté par les habituelles rousseurs, rare.
   Cette revue était dirigée par Charles Delfosse qui était également l'auteur des portraits de couverture.
Table des numéros :
   1. Edouard Anseele, membre de la Chambre des Représentants.
   2. Georges Lorand, membre de la Chambre des Représentants.
   3. L'abbé Daens, membre de la Chambre des Représentants.
   4. Émile Vandervelde, membre de la Chambre des Représentants.
   5. Jules De Burlet, Ministre de l'Intérieur, chef de Cabinet.
   6. Le major Albert Thys, Directeur général des Compagnies commerciales belges du Congo.
   7. Hector Denis, membre de la Chambre des Représentants. (8 p.)
   8. Victor Hallaux, fondateur et rédacteur en chef de la Chronique.
   9. Jules Vandenpeereboom, Ministre des Chemins de fer, Postes et Télégraphes.
   10. M. Helleputte, membre de la Chambre des Représentants.
   11. Edmond Picard (6 p.), sénateur.
   12. Gustave Defnet, membre de la Chambre des Représentants.
   13. Albert Nyssens, Ministre de l'Industrie et du Travail.
   14. Louis Bertrand, membre de la Chambre des Représentants.
   15. Léon Furnémont, membre de la Chambre des Représentants.
   16. Jef Lambeaux, statuaire.
   17. Célestin Demblon, membre de la Chambre des Représentants.
   18. Achille Chainaye Champal de la Réforme.
   19. Jules Le Jeune, sénateur, ancien ministre de la Justice.
   20. Pierre Fluse, socialiste verviétois.
   21. Franz Schollaert, Ministre de l'Intérieur.
   22. Paul Janson, sénateur provincial.
   23. Constantin Meunier, peintre-sculpteur.
   24. Jean Volders, publiciste et fondateur du Parti Ouvrier.
   25. Eugène Robert, ancien membre de la Chambre des Représentants.
   26. Edmond Van Beveren, socialiste gantois.
   27. Paul Robin, ancien directeur de l'Orphelinat Prevost, à Cempuis (France).
   28. Théophile Massart, directeur de la Société Coopérative de Jolimont : « Au Progrès ».
   29. Mme Camille du Gast, aéronaute et Louis Capazza, aéronaute, inventeur du parachute « Sauveteur-Aérien ».
   30. Charles Buls, bourgmestre de Bruxelles.
   31. Ernest Solvay. Industriel, ancien sénateur.
   32a. Élisée Reclus, géographe.
   33. Jules Lekeu, conseiller communal à Schaerbeek, Louis De Brouckere, conseiller communal à Bruxelles, condamnés politiques.
   32. Les candidats socialistes de Bruxelles aux élections communales du 17 novembre 1895. (8 p., ce numéro ne devait pas être coupé, il était destiné à servir d'affiche pour la campagne électorale).

120 euros (code de commande : 16426).

 

HOTON (Edmond) — Leurs gueules. Essai de zoologie germanique suivie de Quelques croquis racontés. Illustré par Bizuth [pseudonyme de Hubert Olyff]. Bruxelles, Les Éditions Libres, 1944. In-8° broché, 113 p., illustrations en noir et en couleurs, ces dernières contrecollées, rousseurs.
En manière de préface :
   Ceci, lecteur, est un livre de haine.
   S'il est écrit dans une forme quelque peu plaisante, si ses illustrations prêtent à rire, c'est la haine qui anima le crayon du caricaturiste comme la plume de l'écrivain.
   La haine est le sentiment le plus fort, le plus puissant qui puisse animer l'homme. Aucune passion, même l'amour, n'est aussi violente que la haine.
   Après 1918, les peuples opprimés par l'Allemagne n'ont pas su haïr ; Hitler, lui, a cultivé la haine, et c'est pourquoi il y eut 1940.
   La haine, aujourd'hui, est le plus sacré des devoirs. Au nom de nos martyrs, au nom des torturés, des fusillés et des pendus, au nom des bagnards, morts de misère et de faim, au nom de notre patrie meurtrie, ruinée, au nom des épouses et des mères, nous devons haïr.
   Si tu ne veux pas que ce poupon qui, aujourd'hui, rit aux anges dans son berceau, soit, dans vingt ans, un peu de boue sanglante au bord d'un fossé, il faut haïr.
   Ces quelques dessins, ces quelques pages, te le rappelleront, lecteur, si c'est nécessaire.

20 euros (code de commande : 20169).

 

[JACQUEMYNS (Guillaume)]. Mélanges offerts à G. Jacquemyns. Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 1968. Fort in-8° broché, XXXII, 679 p.
Table des matières :
   - La superficie du Tournaisis à l'époque moderne, par Maurice-A. Arnould.
   - L'apport des méthodes historiques nouvelles à l'histoire du premier concile du Vatican, par Roger Aubert.
   - Étudiants et mouvement révolutionnaire au temps de la première Internationale. Les Congrès de Liège, Bruxelles et Gand, par John Bartier.
   - La crise de 1929, par Fernand Baudhuin.
   - Charges, recettes, bénéfices dans la comptabilité bancaire : l'exemple de l'exercice 1891 au Crédit Lyonnais, par Jean Bouvier.
   - Réfugiés italiens et Anglaises libérales à Paris sous la Restauration, par Ferdinand Boyer.
   - Commerce et urbanisme, par Victor Bure.
   - Le gambettisme depuis Gambetta, par J.P.T. Bury.
   - Les débuts de la révolution industrielle en Belgique et les statistiques de la fin de l'Empire, par Jan Craeybeckx.
   - Un projet de Banques en province dans le Royaume de Naples à la veille de la Révolution française, par Domenico Demarco.
   - Léopold II et le Grand-Duché de Luxembourg au printemps 1867, par Robert Demoulin.
   - À propos du droit urbain de Louvain au XIIIe siècle : l'exemple de la « ville » de Wavre, par Georges Despy.
   - L'opinion publique et les revendications territoriales belges à la fin de la Première guerre mondiale, 1918-1919, par Robert Devleeshouwer.
   - Les femmes et la première Internationale en Belgique, par Jean Dhondt.
   - Histoire économique du haut Moyen Âge. Note à propos d'un point de méthode, par Renée Doehaerd.
   - Personnalités et sociétés dans la naissance des idéologies, par J.-B. Duroselle.
   - Une expérience de crédit foncier : la Banque Territoriale (an VII-an XI), par Claude Fohlien.
   - L'évolution économique et la morale, par Jean Fourastié.
   - Newspapers, Parliament, and foreign Policy in the age of Stanhope and Walpole, par G.C. Gibbs.
   - Un procès de pillages commis à Bruxelles au début de la Révolution de 1830 : l'affaire Londens et consorts, par John Gilissen.
   - La Maison Rotschild et l'emprunt belge de 1873, par Bertrand Gille.
   - Charbonnages belges et charbonnages du Nord de la France aux XVIIIe et XIXe siècles, par Marcel Petit.
   - L'opposition au Premier Empire dans les Conseils généraux et les Conseils municipaux, par Jacques Godechot.
   - La démission de Paul Hymans et la fin du second gouvernement Delacroix (juillet-novembre 1920), par Henri Haag.
   - La section liégeoise de la Ligue de l'Enseignement en 1865-1866, par Léon-E. Halkin.
   - L'organisation internationale agit-elle sur la pensée et les politiques économiques contemporaines ?, par Jean Halpérin.
   - Note sur la déclaration des biens et revenus du Clergé brabançon de 1787, par Jean-Jacques Hoebanx.
   - Économie et guerre : les « militaires aux armées » en 1806, par Jean Imbert.
   - Les origines du socialisme dans le canton de Vaud, par André Lasserre.
   - De la Belgique aux Pyrénées au XIVe siècle, par Pierre Lavedan.
   - Silhouettes urbaines et problème des gratte-ciel, par Alfred Ledent.
   - Les monuments historiques, un des facteurs déterminants de l'établissement de plans particuliers dans l'aménagement urbanistique, par Victor-G. Martiny.
   - L'essor de l'industrie capitaliste en Hongrie au cours de la première moitié du XIXe siècle, par Gyula Mérei.
   - Truck-system et revendications sociales dans la sidérurgie luxembourgeoise du XVIIIe siècle, par Philippe Moureaux.
   - Englands Wirtschaftsbeziehungen zu den Habsburgischen Niederlanden im Achtzehnten Jahrhundert. Ein Gutachten des Committee of Privy Council of Trade vom 6. Jänner 1791, par Hedwig Pavelka.
   - L'épiscopat français devant l'offre de paix du Saint-Siège (août 1791), par Pierre Renouvin.
   - Deux entreprises de remplacement militaire à Bordeaux (1822-1851), par Bernard Schnapper.
   - Léopold Ier et le chemin de fer d'Anvers au Rhin, par Jean Stengers.
   - Salvandy et la création du réseau ferré, par Louis Trenard.
   - Séquestration ou retraite volontaire ? Quelques réflexions à propos de l'hébergement des lépreux à la léproserie de Terbank-lez-Louvain, par André Uyttebrouck.
   - Le « Repartimiento » de Rodrigo de Albuquerque à Espanola en 1514. Aux origines d'une importante institution économico-sociale de l'Empire colonial espagnol, par Charles Verlinden.
   - Les Belges dans l'agglomération rouennaise en 1921, par Jean Vidalenc.
   - Sondages de paix en 1918 : la dernière mission du Comte Toerring, par Jacques Willequet.

25 euros (code de commande : 21543).

 

JUSTE (Théodore)Conspiration de la noblesse belge contre l'Espagne en 1632. Étude historique par Théodore Juste. Bruxelles, Decq, 1851. [Bruxelles, / Librairie Polytechnique d'Aug. Decq, / 9, rue de la Madeleine. / 1851] In-8° broché, [2 bl.], [3 (faux-titre, mention d'imprimeur, titre)], [1 bl.], V, [1 bl.], 89, [3 bl.] p., exemplaire en bel état de cet ouvrage peu courant.
Table des matières :
   Cession des Pays-Bas aux archiducs.
- Stérilité de leur mariage. - Mort de l'archiduc Albert. - La perspective du retour de la domination espagnole alarme et irrite les Belges. - Les partis en Hollande. - Motifs d'un rapprochement - Philippe IV. - L'infante Isabelle, gouvernante générale des Pays-Bas espagnols. - Tentatives infructueuses pour prolonger la trêve de 1609. - Situation de la république des Provinces-Unies. - Reprise des hostilités. - Maurice de Nassau. - Spinola se rend maître de Breda. - Le stathouder tente vainement de surprendre Anvers. - Mort de Maurice de Nassau. - Les Provinces-Unies contractent une nouvelle alliance avec la France et avec l'Angleterre. - Frédéric-Henri de Nassau. - Ambroise Spinola est rappelé en Espagne. - On accuse de sa disgrâce le chef du parti espagnol à Bruxelles, le cardinal de la Cueva. - Le comte Henri de Berg est chargé provisoirement du commandement des troupes. - Enlèvement de la flotte du Pérou par les Hollandais. - Plaintes des Belges contre la mauvaise politique de l'Espagne. - Prise de Bois-le-Duc par les Hollandais.
   Consternation et détresse des Pays-Bas catholiques. - Désertion des soldats et murmures du peuple. - Représentations de l'archevêque de Malines et du duc d'Arschot contre l'administration des Espagnols. - Envoi du comte de Solre à Madrid. - Trafic libre entre les Provinces-Unies et les Pays-Bas. - L'infante est autorisée à négocier une nouvelle trêve. - Les propositions qu'elle adresse aux états généraux dos Provinces-Unies ne sont pas accueillies. - Traité de 1630 entre Louis XIII et les Provinces-Unies. - Rapprochement entre l'Espagne et l'Angleterre. - Irritation des étals des provinces contre la domination espagnole. - Discours énergique du prince de Barbançon aux états de Hainaut. - Idée de transformer les Pays-Bas catholiques en république fédérative unie avec les provinces hollandaises. - Ambroise Spinola est remplacé par le marquis de Santa-Cruz au détriment des généraux du pays. - Début malheureux du nouveau généralissime ; destruction de la flotte d'Isabelle. - Défection du comte de Warfusée et du comte Henri de Berg. - Entrevue du comte de Warfusée avec le prince d'Orange, dans laquelle est arrêtée la trahison des deux seigneurs. - Ils conseillent le siège de Maastricht. - Négociations des principaux seigneurs des provinces wallonnes avec la France. - Entrevue de Carondelet, doyen de Cambrai, avec Louis XIII et le cardinal de Richelieu, à Amiens. - Relations du comte de Berg et du duc d'Arschot avec la ligue wallonne. - Les états généraux des Provinces-Unies invitent les provinces belges à secouer le joug de l'Espagne. - Conquête de la Gueldre. - Le comte de Berg se retire à Liège, et justifie sa retraite dans une lettre à l'infante. - Il engage les états des provinces à fonder un gouvernement national en respectant les droits de l'infante. - Autre manifeste ayant pour but de lever une armée pour défendre le pays contre la tyrannie espagnole. - Lettre du prince d'Orange concertée avec le comte de Berg. - Les états de Liège déclarent qu'ils maintiendront leur neutralité. - Le comte de Berg cité devant le grand conseil de Malines comme criminel de lèse-majesté. - Avances faites par le cardinal de Richelieu à la ligue wallonne. - Réunion des chevaliers de la Toison d'or à Bruxelles. - Les Français, attirés à Bouchain, sont bientôt forcés de sortir de cette place. - Prise de Maestricht par les Hollandais. - L'infante convoque les états généraux.
   Ouverture des états généraux des Pays-Bas à Bruxelles. - Le secret est imposé aux députés. - Retraite des principaux fonctionnaires espagnols. - Le marquis d'Aytona remplace le marquis de Santa-Cruz. - Les états généraux des Provinces-Unies publient un nouveau manifeste pour exciter un soulèvement en Belgique. - Communications directes entre l'assemblée nationale de Bruxelles et l'assemblée nationale de La Haye. - Une députation belge est envoyée à Maestricht pour négocier la paix ou une longue trêve avec les Provinces-Unies. - Les états généraux des Provinces-Unies exigent que les négociations soient continuées à La Haye. - Premières propositions des plénipotentiaires hollandais. - Le cardinal de Richelieu stimule de nouveau les mécontents des provinces wallonnes. - Accueil fastueux fait aux députés belges à La Haye. - Nouvelles propositions des Hollandais ; elles tendent à enlever la souveraineté des Pays-Bas à l'Espagne. - Hésitation des députés belges. - Machiavélisme du cabinet de Madrid. - Déclaration rassurante de l'assemblée de Bruxelles. - P.-P. Rubens est envoyé en Hollande par l'infante Isabelle. - Propositions finales des Provinces-Unies. - Contre-propositions des députés belges. - Reprise des hostilités. - Le prince d'Orange s'empare de Rhinberg. - Pourquoi la négociation avec les Hollandais ne pouvait aboutir. - Le cardinal de Richelieu envoie un ambassadeur extraordinaire à La Haye pour entraver la négociation. - Les commissaires des états généraux des Provinces-Unies proposent au cardinal de Richelieu de conquérir en commun la Flandre, qui serait laissée à Louis XIII. - Autres propositions transmises par le comte d'Egmont. - Objections du cardinal. - Le duc d'Arschot est envoyé en Espagne pour obtenir de Philippe IV les actes exigés par les Hollandais. - Mort de l'infante Isabelle. - Le marquis d'Aytona est chargé du gouvernement intérimaire.
   Rupture des conférences de La Haye. - Le cabinet de Madrid fait poursuivre les auteurs et les complices de la conspiration de 1632. - Sentences prononcées par le grand conseil de Malines contre les comtes de Warfusée et de Berg. - Arrestation du duc d'Arschot à Madrid. - Les principaux seigneurs des Pays-Bas sont décrétés de prise de corps. - Fuite du prince d'Espinoy et du duc de Bournonville. - Le prince de Barbançon et le doyen Carondelet sont conduits au château d'Anvers. - George Carondelet est tué à Bouchain. - Agitation dans les Pays-Bas. - Le marquis d'Aytona publie une amnistie pour rassurer la noblesse. - Traité du 16 avril 1634 entre la France et les Provinces-Unies. - Philippe IV ordonne la dissolution des étals généraux des Pays-Bas. - Procès intentés aux chefs de la noblesse belge. - Aveux du duc d'Arschot. - Interrogatoires du prince de Barbançon. - Sentences de mort prononcées par le grand conseil de Malines contre le prince d'Espinoy, le duc de Bournonville et le comte Louis d'Egmont.

25 euros (code de commande : 24269).

 

JUSTE (Théodore) — Histoire de Belgique depuis les temps primitifs jusqu'à la fin du règne de Léopold Ier. Quatrième édition augmentée de neuf chapitres inédits. Tomes I à III (complet). Bruxelles, Bruylant-Christophe & Cie, 1868. [Bruxelles. Bruylant-Christophe & Cie, Éditeurs, rue Blaes, 33. M DCCC LXVIII] Trois volumes in-8° sous une reliure demi-chagrin vert, dos à 5 nerfs orné de filets et fleurons dorés, tome I : [2 (premier feuillet jaune de la couverture de la 4e livraison)], [4 (faux-titre, frontispice, titre en rouge et noir, mention d'imprimeur)], 352 p., 222 illustrations (198 dans le texte et 24 hors texte dont 5 en noir et 18 chromolithographies), tome II : [2 (premier feuillet jaune de la couverture des 11e et 12e livraisons)], [3 (faux-titre, mention d'imprimeur, titre en rouge et noir)], 380 p., 138 illustrations (125 dans le texte et 13 chromolithographies), tome III : [2 (premier feuillet jaune de la couverture de la 6e livraison)], 360 p. (faux-titre et titre inclus), 110 illustrations (97 dans le texte et 13 chromolithographies), exemplaire bien complet des 44 chromolithographies et très peu affecté par les habituelles rousseurs.

Les trois volumes : 95 euros (code de commande : 22842).

 

KEMPENEERS (J.)Le cardinal Van Roey et « L'Ordre Nouveau ». Kardinaal van Roey en « De Nieuwe Orde ». Gembloux, Duculot, 1982. In-8° broché, 95 p., deux portraits.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   - Enkele woorden vooraf.
   I. Joseph Ernest Kardinaal Van Roey.
   II. L'aventure rexiste.
   III. La question royale.
   IV. Année de guerre et d'occupation.
      - Vers un conflit mondial.
      - Des plaies à panser.
      - Heurts divers avec l'occupant.
      - Travail obligatoire et réquisitions.
      - Attentats et représailles.
      - Une confiance inébranlable et un courage tranquille.
      - Collaboration et répression.

10 euros (code de commande : 23676).

 

KERSTEN (Pierre) Petri Kersten de Rebus Belgicis libri quindecim, ab origine ad ineuntem annum 1830. Ad usum gymnasiorum et seminariorum. Editio altera, priore auctiore et emendatior. Leodii, Excudebat Auctore, Cancellariæ Episcopalis Typographus, Mense maio 1830. In-12 broché sous une couverture factice, [3 (faux-titre, mention légale, titre)], [1 bl.], 341, [1 bl.] p., deux petits cachets ex-libris à la page de faux-titre.
@ Pierre Kersten (Maastricht, 1789-1865) rédacteur et propriétaire du Journal historique et littéraire de Liège, demeurait rue de la Cathédrale.
& Biographie Nationale, t. X, col. 662-665 ; De Theux, Bibliographie liégeoise, col. 903.

50 euros (code de commande : 10362).

 

[LALAING]. La défense de messire Antoine de Lalaing, comte de Hocstrate, baron de Borssel et de Sombref, etc., chevalier de l'Ordre de la Thoison d'Or, contre les fausses et appostées Accusations des Cas contenus ès Lettres Patentes d'Adjournement personnel impetrées à sa charge, par la jactée et subreptice Poursuite et Remonstrance, ou Requeste au Roy, du Procureur General de Crime, dit Maistre Jean du Bois. Publiée par la Société des Bibliophiles de Mons, d'après l'édition originale de 1568 ; augmentée de la correspondance inédite du comte de Hoochstraeten avec Marguerite de Parme, lors de sa mission à Anvers, et d'une Notice historique et biographique sur ce seigneur. Mons, Hoyois-Derely, 1838. [Mons. / Typographie de Hoyois-Derely, Libraire. / M. DCCC. XXXVIII.] In-8° partiellement débroché, XXXI, [1 bl.], 138, [2 (table et vignette)] p., (collection « Publications de la Société des Bibliophiles de Mons », n° 6), tirage limité à 100 exemplaires, exemplaire non coupé, couverture défraîchie, manque au dos, rare.
Extrait :
   L'exemplaire qui a servi à notre édition appartient à la bibliothèque de Mr. le conseiller De Roovere, bibliothèque plus remarquable encore par le choix que par le nombre des ouvrages qu'elle contient, et que son propriétaire met à la disposition de tous ceux qui ont besoin d'y recourir, avec une complaisance dont nous sommes heureux d'avoir ici l'occasion de lui exprimer notre gratitude. Cet exemplaire est du format petit in-4° ; il comprend, sans le titre, 83 pages non cotées.
   Nous nous sommes proposé de reproduire aussi exactement que possible l'original ; par ce motif, nous avons apporté une attention scrupuleuse à en conserver l'orthographe : mais nous avons cru pouvoir nous permettre d'en rectifier la ponctuation, qui était vicieuse au point de rendre inintelligible le sens de beaucoup de passages. C'est peut-être ce dernier objet qui présente le plus de difficultés dans l'interprétation des anciens textes.
   La Correspondance entièrement inédite du comte de Hoochstraeten avec Marguerite de Parme pendant tout le temps de sa mission à Anvers, sera lue, n'en doutons pas, avec un vif intérêt. Nous connaissions depuis long-temps l'existence dans les Archives de ces documents précieux : nous avons pensé qu'ils ne pouvaient trouver de place plus convenable qu'à la suite de la Défense d'Antoine de Lalaing, puisqu'ils servent en effet à l'éclaircir et à la compléter.

80 euros (code de commande : 23230).

 

LAROCK (Victor) — Hâter l'Avenir. Démocratie et Socialisme. S.l., Les Semeurs, [ca 1975]. In-8° broché, 135 p.
Avant-propos :
   « Ce petit livre aura, je l'espère, des lecteurs non engagés dans la politique active. Mais c'est avant tout pour les militants socialistes et syndicalistes qu'il a été écrit.
   Bien que les questions de doctrine y tiennent une certaine place, ce n'est pas un ouvrage doctrinal. C'est une synthèse d'idées mise au point jour après jour et proposée à ceux qui, selon une formule plus actuelle que jamais « aiment à voir clair pour marcher droit ».
   Pour être efficace, l'action militante doit frapper juste. Sans une large communauté de vues sur les objectifs majeurs, les efforts se dispersent et la volonté de lutte s'affaiblit.
   Il est donc nécessaire que chacun, d'abord réfléchisse et s'oriente pour son propre compte, afin qu'ensuite, après discussion, l'ensemble du Mouvement prenne ses décisions.
   Contribuer à éclairer ces décisions et ainsi à hâter l'avenir dans le sens socialiste : tel est le but des pages qui suivent. »

9 euros (code de commande : 13239).

 

LAVALLEYE (Jacques) — L’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique 1772-1972. Esquisse historique. Préface de Henri Janne. Bruxelles, Palais des Académies, 1973. In-8° broché, 120 p., planches hors texte, (« Publications du Deuxième Centenaire », n°1).

10 euros (code de commande 367/60).

 

LECLERCQ (Jacques) — Saints de Belgique. [Bruxelles], Éditions de la Cité Chrétienne, 1942. In-8° broché, 225 p.
Table des matières :
   I. Comment se présentent nos saints.
   II. Les saints belges dans la vie publique.
   III. Les saints belges dans la vie privée.
   IV. La vie mystique.
   V. La tradition chrétienne de la Belgique.
   VI. Le débat de la sainteté.
   Table des noms de personnes.

13 euros (code de commande : 20231).

 

LECONTE (J.R.)[Avec l'Armée française.] Les officiers belges en Algérie (1840-1851). Bruxelles, Ministère de la Défense Nationale - Service d'Éducation à l'Armée, 1948. In-8° agrafé, 36 p., illustrations hors texte, une carte à déplier, (collection « Les Belges à l'Étranger »), envoi de l'auteur.
   Il s'agit du n° 14 de la revue de La Nation, daté mars 1948.
Extrait :
   Combien de nos compatriotes savent-ils que des Belges, au cours du siècle dernier, s'illustrèrent à l'étranger ? Parle-t-on encore de nos jours des combats auxquels participèrent nos nationaux en Italie, au Mexique, sur le Rio-Nunez (Afrique) ou ailleurs ? Notre pays ignore l'histoire de ses héros qui, en terre lointaine, lui firent honneur. L'oubli s'est fait.
   Rejetons le voile cachant un passé glorieux et suivons ces vingt-quatre officiers de notre armée qui allèrent avec l'assentiment de Léopold 1er affronter les tribus sauvages du Nord de l'Afrique et surent forcer l'admiration de leurs collègues français fort avares cependant de louanges.

15 euros (code de commande : 21830).

 

LEESTMANS (Charles-J.A.) — Soldats de l'armée des Flandres. Essai sur la vie quotidienne des armées aux Pays-Bas espagnols de 1621 à 1715. Bruxelles, Chez l'Auteur, 2013. In-8° broché, 339 p., un cahier d'illustrations en couleurs hors texte.
En quatrième de couverture :
   Sous les règnes des Habsbourg d'Espagne, puis de Philippe V d'Anjou, de Maximilien-Emmanuel de Bavière, les Pays-Bas du Sud couvraient un territoire composé de la Belgique actuelle, – moins Liège, des départements limitrophe français du Nord et de l'Est, du Brabant hollandais, de la Zélande, du Grand- Duché et de la Franche-Comté. Là, dans les plaines, autour des villes de Dunkerque à Luxembourg et de Namur à Ostende, des armées se sont affrontées pendant un siècle. Les 80 000 soldats de l'armée de Flandre ne comptaient que 10 % d'Espagnols. Le reste était formé de ces vieilles bandes wallonnes, italiennes et espagnoles qu'on n 'avait pu rompre jusqu'alors (Bossuet), nation wallonne si brave aux dires d'un colonel irlandais, mais tant d'autres : Lorrains , Irlandais, Croates et Allemands qui alimentent la chronique violente de ce XVIIe siècle. À leur suite traîne la foule des femmes, des enfants, des goujats, des putains, puis la houle des chevaux, du bétail, du charroi multipliant par cinq la charge des bourgeois et des paysans. Leurs comportements, leurs pérégrinations sont décrits au cours de ce périple séculaire dans les garnisons, les batailles et le repos ; les relations difficiles avec une population excédée.
   Au travers de ces 100 ans de combats, de trêves, de paix éphémères, s'annoncent les futures partitions. Au nord – aux villes plus nombreuses – où gronde la révolte, tandis qu'au sud, les réactions sont plus esquivées. Le bombardement de Bruxelles, en 1695, provoque un ressentiment durable envers la France et de ses partisans, les « Franquillons » alors qu'à Liège, quatre ans plus tôt, les bombes de Boufflers ne laisseront pas d'aussi durables séquelles. Le gouvernement de Maximilien-Emmanuel de Bavière, sous le régime angevin, précisera ces différences. L'Électeur régnera sur le Hainaut, Luxembourg, Namur tandis que les Alliés tiendront la Flandre et Bruxelles. Dans le même temps, les officiers allant d'une place à l'autre, de Lille à Arlon, de Montmédy à Nieuport, se meuvent dans un espace où à défaut de sentiment national, des solidarités naissent sous la houlette lointaine d'un souverain commun. Liens qui ne sont pas ceux de la principauté de Liège, mais les règnes successifs des Bavière, l'imbrication du territoire dans celui d'Espagne, en font une partenaire bien malgré elle.
   L'auteur décrit ici, avec minutie, l'organisation, les armes des troupes espagnoles. Les descriptions de bataille sont précises, imagées évoquant une longue suite de combats : Honnecourt (1642), Fleurus (1690), Steenkerque (1692), Neerwinden (1693), Malplaquet (1709). La petite guerre, celle des partisans illustrée par Pasture, dit Jaco, dans le Brabant, par Lacroix à La Roche donne un aperçu original et ignoré du conflit. Un autre aspect méconnu se marque au travers d'un réseau d'espions très actif, organisant, entre autres, l'attentat contre Condé. Mais au-delà, du fracas des batailles, est évoqué le cœur tactile des êtres – soldat comme officier – dans toute leur vérité, celle du quotidien, avec leurs préoccupations matérielles, leurs amours, leurs angoisses. La trame précise, vivante, originale et fort documentée des six guerres qui ont marquées l'histoire de ce XVIIe siècle qui fut aussi un des grands siècle des arts aux Pays-Bas comme à Liège.

27 euros (code de commande : 20707).

 

LEFÈVRE (Joseph) L'Angleterre et la Belgique à travers les cinq derniers siècles. Bruxelles, Éditions Universitaires - Les Presses de Belgique, 1946. In-8° broché, 306 p., illustrations hors texte, (collection « Bibliothèque Historique »).
Introduction :
   Il n'est aucun citoyen belge qui puisse jamais oublier les mémorables journées de la libération, ne se souvienne avec attendrissement de son premier contact avec les armées britanniques. Ce lui fut une joie trop intense de voir défiler sous ses yeux ces Tommies qui venaient de réaliser le prodigieux débarquement de Normandie, la vertigineuse campagne de France, l'expulsion des hordes d'Hitler hors de notre sol patrial.
   L'Angleterre de Churchill, en rendant à la Belgique son indépendance, demeurait conforme aux principes les plus anciens de sa politique. Depuis des siècles, elle s'était convaincue que l'occupation de nos régions par une grande puissance continentale constituait pour sa propre sécurité une menace intolérable. Le Royaume-Uni fut pour nous le plus puissant et le plus fidèle des protecteurs. Tant qu'il maintiendra dans le monde sa position de grande puissance, nous pouvons nous rassurer sur notre sort. Tant que l'Union-Jack dominera les mers, le tricolore belge demeurera l'emblème d'un peuple libre.
   Et il ne faut pas s'y méprendre, cette sollicitude à notre égard ne procède en rien de raisons d'ordre sentimental. Les ennemis de la Grande-Bretagne se sont complus à souligner l'égoïsme de sa politique. L'accusation n'est guère pertinente ; la conduite des peuples ne connaît d'autre déterminante que la poursuite de leur intérêt propre. Les tendances de solidarité internationale que les auteurs de la paix de Versailles ont voulu affermir et dont la Société des Nations devait être l'expression spectaculaire, ne sont, en fin de compte, qu'une tentative de conjuguer les intérêts individuels des diverses nations. Le sentiment peut diriger la vie des hommes, il est étranger à celle des peuples. Le fondement de la bienveillance britannique à notre égard doit être cherché dans la géographie, dans la position réciproque de l'Angleterre et de la Belgique.
   L'ouvrage qu'on va lire est consacré, comme son titre l'indique, n l'exposé des relations anglo-belges à travers toute l'époque moderne, depuis le moment où les différentes principautés féodales, le Brabant, la Flandre, le Hainaut et autres ont été rassemblées pour former un État, d'où sortira la Belgique. Nous nous sommes efforcé d'en retracer le tableau avec cette impartialité qui est la condition essentielle de toute œuvre historique. Nous nous sommes conformés à l'adage antique, en écrivant sine studio atque ira. En exposant un des chapitres essentiels du passé de notre pays, nous espérons contribuer à le faire aimer davantage, en d'autres termes, faire œuvre de patriotisme. L'histoire est la plus formative de toutes les disciplines du savoir humain. Elle est la grande éducatrice des hommes. La connaissance du passé est le guide le plus sûr à travers le dédale de la vie. L'exemple d'un passé, tout récent encore, en fournit la preuve manifeste. La campagne foudroyante de mai-juin 1940 a causé tant d'alarmes à nos concitoyens, a ébranlé la confiance d'un grand nombre d'entre eux. S'ils avaient eu une connaissance plus précise de l'histoire de l'Angleterre, ils eussent mesuré avec plus de sang-froid la portée des victoires allemandes. Ils se fussent souvenus que, depuis des siècles, le Royaume-Uni engagé dans une guerre perd régulièrement la première bataille et même la seconde, mais qu'à la dernière rencontre – la seule qui soit décisive – la victoire se range toujours derrière le drapeau britannique. Ils se fussent convaincus qu'il faudrait bien plus qu'une campagne de quelques semaines, même un Blitzkrieg, pour faire crouler l'empire anglais.
   À la défense et à la restauration de l'indépendance belge, le Royaume-Uni a consacré ses forces et ses ressources. Un grand nombre de ses concitoyens y ont sacrifié leur vie et beaucoup reposent à jamais sur notre sol. Au seuil de ce travail d'histoire anglo-belge, c'est avec émotion que nous reportons notre pensée sur ces héros, souvent obscurs, auxquels nous sommes redevables d'une éternelle gratitude.

15 euros (code de commande : 16745).

 

LEFÈVRE (Joseph) — Le Conseil du Gouvernement général [institué par Joseph II]. [Bruxelles], [Académie Royale de Belgique], [1928]. In-8° plein simili bleu-nuit, 229 p.
Introduction :
   On a dressé, il y a quelques années, le bilan des travaux relatifs à l'histoire des institutions politiques, administratives et judiciaires de notre pays. Si le défilé de ces quelque trois cents études, de dimensions et de valeur forcément très inégales et dont les premières ont été écrites à la fin de l'ancien régime, fait voir que ce chapitre de notre histoire nationale n'a pas été négligé, il montre plus clairement encore le chemin qui reste à parcourir. Ce n'est pas sans étonnement que l'on constate que les grandes institutions centrales de l'époque monarchique : Chambres des comptes, Conseils collatéraux, Audience, organismes qui ont duré des siècles et ont laissé tant d'archives, ont si peu sollicité l'attention des historiens. Si l'on excepte l'étude de Gachard sur la Chambre des comptes et celle d'Alexandre sur le Conseil privé, – l'une et l'autre excellentes d'ailleurs – tout reste encore à faire dans ce domaine.
   Le Conseil du Gouvernement général établi par Joseph II n'a pas été mieux traité. Une préface tout à fait insuffisante, due M. de Breyne et mise en tète d'un Inventaire sommaire, est le seul travail qui lui ait été consacré.
   Est-il besoin de dire qu'il y a là une lacune évidente. Sans doute, on ne peut comparer le Conseil du Gouvernement avec un des Conseils collatéraux établis par Charles-Quint en 1531. Ceux-ci ont eu une très longue existence ; celui-là a été cassé au bout de trente-deux mois. Même pour cette courte période, son importance politique est restreinte, Le Conseil du Gouvernement – en dépit de son titre ronflant – ne fut guère qu'un bureau d'enregistrement. Ce qui fait l'intérêt de cette institution, c'est qu'elle constitue un élément des réformes de Joseph II. Les réformes de Joseph II sont indubitablement un des événements les plus remarquables de la fin du XVIIIe siècle. On sait qu'elles ont fait l'objet de polémiques ardentes, depuis le moment même où elles furent exécutées. La personnalité de l'Empereur lui-même, l'opposition formidable et souvent dénuée de fondement que ses innovations ont rencontrée, la façon maladroite dont elles ont été généralement mises en application ont provoqué des débats véhéments et suscité des correspondances, mémoires, pamphlets sans nombre.
   Le savant professeur de l'Université de Liége, M. Hubert, dont les travaux ont renouvelé de fond en comble l'histoire politique du XVIIIe siècle, a caractérisé en ces termes la personnalité du fils de Marie-Thérèse : « ce prince n'est peut-être pas autant qu'on l'a dit le brouillon aux idées préconçues qui touche à tout et bouleverse tout à la légère. Pour nous, nous sommes arrivé à cette conviction qu'il est celui de tous nos souverains qui, depuis le XVIe siècle, s'est le plus sérieusement et le plus noblement préoccupé d'accomplir les écrasants devoirs de sa charge. »
   Ce jugement restera définitif.
   Quant aux réformes elles-mêmes, il serait prématuré de vouloir les apprécier en bloc. Dans un ensemble aussi vaste, s'étendant sur des domaines si différents : politique, justice, hygiène, enseignement, affaires ecclésiastiques, il y a forcément dés distinctions à faire. L'heure de la synthèse n'a pas encore sonné. Il est nécessaire qu'au préalable les diverses innovations soient étudiées chacune en particulier, non d'après les pamphlets et autres écrits tendancieux qu'elles ont suscités, mais d'après les documents d'archives, qui sont pour le XVIIIe siècle d'une abondance extrême. Alors seulement il sera possible de faire le partage de ce qui constituait un progrès réel et de ce qui était inutile sinon nuisible.
   C'est ce travail que nous avons tenté de faire pour la partie essentielle de la réforme administrative, la substitution d'un Conseil unique, appelé Conseil du Gouvernement général, aux multiples institutions fonctionnant à la mort de Marie-Thérèse.
   La réforme administrative a une caractéristique tout à fait propre. Quand il substituait ses nouveaux tribunaux aux Conseils de Flandre, de Brabant et autres ou aux justices seigneuriales et communales, quand il voulait remplacer les séminaires épiscopaux par son Séminaire général, l'Empereur portait atteinte dans une mesure plus ou moins grave aux droits, réels ou supposés, d'autrui. Il devait forcément se heurter de ce chef à la résistance des intéressés. C'est pour n'avoir pas tenu compte de cette résistance, en partie d'ailleurs justifiée, que bon nombre des réformes échouèrent si lamentablement. En remaniant les cadres de l'administration centrale, l'Empereur ne faisait que restaurer sa propre maison. Ici il n'y eut, et il ne pouvait y avoir aucune résistance. Les vues impériales furent exécutées intégralement.
   Pour retracer l'histoire du Conseil du Gouvernement général, nous avons réuni au préalable les données que l'on pouvait retrouver dans la littérature historique, si abondante pour le XVIIIe siècle. Les travaux de M. Hubert et ceux de Schlitter sont de loin les plus importants. On les trouvera souvent cités en note au bas des pages.
   C'est en ordre principal aux documents d'archives, les uns encore inédits, les autres déjà publiés, que nous avons eu recours. Ces documents peuvent se diviser en trois groupes :
   Le premier est constitué par les correspondances diplomatiques, échangées entre les Gouvernements de Vienne et de Bruxelles pendant les années 1783 à 1789. Ces correspondances se subdivisent en deux séries. Le Chancelier de Cour et d'État correspondait régulièrement avec le Ministre plénipotentiaire. Ce dernier était en relations épistolaires directes avec l'Empereur lui-même. Les lettres adressées à Kaunitz, on reçues de lui, reposent dans les archives de la Chancellerie de Cour et d'État, aujourd'hui conservées au Archives générales. De la correspondance adressée à l'Empereur, des parties importantes ont été publiées par M. Schlitter. Les unes et les autres se complètent admirablement.
   Les archives du Conseil du Gouvernement lui-même reposent au dépôt de Bruxelles. Depuis l'institution, en 1921, du cours d'archivéconomie donné par M. l'Archiviste général Cuvelier, des travaux de classement importants ont été effectués dans les archives de l'époque de Joseph II. Successivement les fonds du Conseil souverain de Justice, des Intendances, de la Caisse de Religion, des Jointes de Trèves et de Luxembourg ont été classés aux leçons pratiques du cours d'archivéconomie. En dehors de ce cours, mais conformément aux principes y enseignés, le fonds beaucoup plus vaste et beaucoup plus complexe du Conseil du Gouvernement lui-même a été classé à son tour. Ces travaux facilitaient singulièrement la tâche de l'historien du Conseil. Le classement d'un fonds d'archives, entendu d'après les règles de l'archivéconomie moderne, doit faire revivre toutes les divisions de l'organisme qui a donné naissance à ces archives. Quand il s'agit d'une institution compliquée, ayant des rouages multiples, astreinte à une procédure minutieuse, – et l'on pourra voir si ce fut le cas pour le Conseil du Gouvernement, – il n'y a que l'examen de ses séries de registres, de protocoles et de dossiers qui permette de se rendre compte d'une manière exacte et précise de son organisation.
   La troisième source, enfin, est constituée par la législation de l'époque. Édits, ordonnances et diplômes ont été édités par la Commission des Anciennes lois et ordonnances. Le tome XIII de la troisième série comprend les documents de l'époque du Conseil du Gouvernement.
   L'étude qu'on va lire comprend huit chapitres qui se groupent en deux séries : les trois premiers et les cinq derniers.
   Les chapitres premier, deuxième et troisième sont consacrés aux origines du Conseil. En étudiant, en premier lieu, l'organisation du Gouvernement à l'avènement de Joseph II, nous :avons voulu marquer le point de départ de la réforme. Les principes fondamentaux de l'organisation nouvelle se trouvent exposés dans le deuxième chapitre. Dans le troisième, nous avons réuni toutes les questions de personnes dont l'importance, on ne tardera pas à le voir, fut capitale. Les chapitres quatrième, cinquième, sixième et huitième sont consacrés à l'évolution du Conseil. Nous avons distingué quatre périodes chronologiques. Les présidences de Belgiojoso et de Murray forment la première. L'exécution des préalables indispensables, la politique de violence du Ministre Trauttmansdorff et enfin le prélude de la Révolution brabançonne caractérisent les trois autres.
   L'organisation intérieure du Conseil est étudiée dans un chapitre spécial, que nous avons placé après la deuxième période du Ministère de Trauttmansdorff, c'est-à-dire au moment où l'organisme qui nous occupe peut être considéré comme ayant atteint sa forme définitive.
   Nous avons fait allusion, en commençant, aux querelles soulevées par les réformes de Joseph II. Sur le terrain administratif, les controverses auraient dû, semble-t-il, être infiniment moindres qu'ailleurs. L'érection du Conseil du Gouvernement ne pouvait passionner les esprits au même titre que le Séminaire général, les nouveaux tribunaux ou la législation sur les kermesses. Pourtant, on aura l'occasion de le voir, des questions d'ordre personnel mêlèrent la, réorganisation administrative aux âpres querelles politico-religieuses. Agents de l'Empereur, chargés de par leur mission d'appliquer une politique que la population réprouvait et dont eux-mêmes étaient souvent fort peu enthousiastes, les Conseillers du Conseil se trouvaient, à maintes reprises, dans une bien pénible situation... entre l'enclume et le marteau. Faut-il le dire ? Entre eux, les Ministres, l'Empereur et la population, nous sommes resté toujours dans la plus stricte neutralité.

20 euros (code de commande : 12965*).

 

LEFÈVRE (Joseph) — Documents sur le personnel supérieur des Conseils Collatéraux du Gouvernement des Pays-Bas pendant le dix-huitième siècle. Bruxelles, Palais des Académies, 1941. In-8° broché, 473 p., (collection « Commission Royale d'Histoire »), exemplaire non coupé.
Extrait de l'introduction :
   Le dix-huitième siècle, particulièrement les quarante ans du règne de Marie-Thérèse, constitue une des périodes les plus brillantes de notre histoire nationale. Nos aïeux ont joui alors, de façon à peu près ininterrompue, du bienfait de la paix et d'un état économique relativement prospère. Une bonne part de cette euphorie doit être attribuée au gouvernement autrichien, particulièrement aux ministres plénipotentiaires, collaborateurs de Charles de Lorraine. Ce serait une erreur de mettre tout à leur compte. On ne peut méconnaître le rôle actif joué par le personnel de l'administration centrale de Bruxelles, les présidents et conseillers des Conseils collatéraux. Et pourtant, le souvenir de ces agents s'est presque totalement perdu au cours des siècles suivants. Dans une séance récente de la Classe des Lettres de l'Académie royale de Belgique, on évoquait le souvenir du comte de Nény. Le directeur de la Classe, comte Carton de Wiart, déplorait que plus rien ne rappelât le souvenir de cette personnalité qui fut « la meilleure tête du gouvernement ». Il n'est même pas une rue qui porte son nom. Ses collègues et subordonnés ne furent pas mieux partagés. La plupart ne figurent pas à la Biographie Nationale. Des noms comme Bosschaert, Baudier, Paradis, Obin et autres, n'évoquent plus aucun souvenir. Et pourtant, le dix-huitième siècle a laissé de grandes collections d'archives, bien classées, souvent décrites dans des inventaires imprimés. Il s'y trouve en abondance des documents relatant l'activité des ministres belges. Quant à ce qui concerne le cadre de cette activité, les Conseils, dont les agents en question ont formé le personnel supérieur, on peut dire que le mécanisme en est amplement connu par les travaux remarquables qui leur ont été consacrés, et que nous devons au président de Nény déjà cité, à Gachard, Alexandre, Poullet, Laenen, Melle De Boom, et autres. Ils trouvent leur complément dans d'importantes études sur l'histoire économique, comme sont, pour ne citer que les plus importantes, celles de Van Houtte, Huisman) et Bonenfant. Le présent recueil rassemble les pièces essentielles concernant le recrutement et le statut des ministres belges du XVIIIe siècle. Il forme le pendant de celui que nous avons édité sur la haute magistrature. Assurément, le ministère belge du régime autrichien ne comprend pas que des personnalités de valeur. Ceux-là qui regrettent les institutions de l'Ancien Régime, souvent laudatores temporis acti, semblent avoir parlé avec trop d'estime de nos Conseils collatéraux. Ils devront reconnaître qu'à côté d'agents éminents qui furent des collaborateurs d'élite pour les Ministres plénipotentiaires, il s'est trouvé aussi des éléments dépourvus de valeur, des podagres, des fils à papa, qui parfois n'assistent même pas aux séances du département dont ils font partie. On relèvera le souci constant des conseillers et des présidents, pour tout ce qui a trait à leur traitement, à l'obtention de faveurs complémentaires, à la dispense de taxes et de retenues. Parmi celles-ci, une des plus impopulaires paraît avoir été celle des médianates, redevance imposée à chaque référendaire lors de son entrée en charge et équivalente, au moins de façon partielle, au traitement de la première année de services. L'impression résultant de l'ensemble des documents rassemblés est loin d'être exclusivement favorable.

15 euros (code de commande : 17780).

 

LEFÈVRE (Joseph) — La Secrétairerie d'État et de Guerre sous le régime espagnol (1594-1711). Bruxelles, Palais des Académies, 1934. In-8° broché, 267 p., (collection « Académie Royale de Belgique. Classe des Lettres. Mémoires », collection in-8° - tome XXXVI - Fasc. 1), couverture plastifiée, marque manuscrite d'appartenance du professeur Jean-Jacques Hoebanx à la page de faux-titre.
Table des matières :
   Introduction.
   Chapitre I : La Secrétairerie particulière des gouverneurs généraux du XVIe siècle.
   Chapitre II : Les débuts de la Secrétairerie d'État et de Guerre (1592-1595).
   Chapitre III : L'établissement définitif de la Secrétairerie d'État et de Guerre sous le régime de l'Archiduc Albert (1596-1621).
   Chapitre IV : La Secrétairerie d'État et de Guerre au début du règne de Philippe IV (1621-1647).
   Chapitre V : La Secrétairerie d'État et de Guerre pendant la seconde partie du règne de Philippe IV (1647-1665).
   Chapitre VI : La Secrétairerie d'État et de Guerre depuis le règne de Charles II (1665-1711).
   Chapitre VII : L'organisation intérieure de la Secrétairerie.
   Conclusion - Index.

10 euros (code de commande : 14987).

 

LEFÈVRE (Plac. et Jos.) — Inventaire des archives du Conseil du Gouvernement Général. [Bruxelles], [Archives Générales du Royaume], 1979. In-8° collé, 146 p., (collection « Inventaires des Archives de la Belgique »), exemplaire en très bel état.
   Il s'agit de la reproduction de l'édition publiée à Bruges, en 1927.
Table des matières :
   Introduction.
   Inventaire :
      Chapitre I. Généralités.
      Chapitre II. Bureau de la présidence.
         § 1. Affaires diplomatiques.
         § 2. Affaires secrètes.
         § 3. Directions du Conseil et des Commissions.
      Chapitre III. Départements du Conseil.
      Chapitre IV. Départements des Commissions.
      Chapitre V. Bureau d'exhibition et d'expédition.
      Chapitre VI. Bureau de la registrature et des archives.
         A. Office d'enregistrement.
         B. Office des archives.
         C. Actes du Conseil.
            $ 1. Actes du premier département politique - Direction du personnel - Affaires diplomatiques - Noblesse - Renouvellement des magistratures locales - Emplois provinciaux et communaux - Affaires de bienfaisance.
            $ 2. Actes du deuxième département politique - Surveillance de la gestion politique des administrations provinciales et communales - Propriétés communales - Agriculture, bois et forêts - Travaux publics - Enseignement technique - Postes.
            § 3. Actes du troisième département politique - Affaires militaires - Corps de métiers - Affaires de police - Académie et beaux-arts.
            § 4. Actes du quatrième département politique - Tribunaux et personnel judiciaire - Affaires judiciaires - Indemnités au personnel des nouveaux tribunaux.
            § 5. Actes du département des domaines et des finances - Administration du domaine - Droits domaniaux - Affaires financières - Affectation des revenus domaniaux (Dépenses de la Cour, Frais d'administration, Travaux publics, Service de l'armée).
            § 6. Actes de la Caisse de Religion - Généralités - Compétences curiales - Administrations des couvents supprimés - Fonds ex-jésuitiques - Régie et administration des biens des confréries supprimées - Dépenses pour l'enseignement - Dépenses pour la bienfaisance et divers.
            § 7. Actes du département du commerce et des douanes - Affaires de commerce et de navigation - Législation douanière - Administration douanière.

            
§ 8. Actes du département des subsides et des administrations - Affaires des subsides et impôts - Surveillance de la gestion économique des administrations locales - Dépenses relatives à la justice criminelle - Affaires non terminées.
            § 9. Actes du département de comptabilité.
            § 10. Actes du département des affaires ecclésiastiques - Affaires ecclésiastiques en général - Clergé séculier - Clergé régulier - Sodalités pieuses.
            § 11. Actes du département des études, de l'Académie et de la Censure - Études en général - Enseignement supérieur - Enseignement moyen et normal - Académie - Censure.
            § 12. Actes du département des écoles latines.
            § 13. Actes du département, des fondations pieuses séculières - Fondations en général - Orphelinats - Maisons d'éducation pour pauvres - Distributions d'aumônes - Établissements hospitaliers.
      Chapitre VII. Bureau général des taxes et des expéditions.
         § 1. Généralités.
         § 2. Premier bureau chargé de la taxation des expéditions.
            A. Expéditions émanant du Conseil du Gouvernement.
            B. Expéditions émanant du Conseil Souverain de Justice et puis des départements de justice.
            C. Expéditions de la Chambre des Comptes.
         $ 3. Deuxième bureau chargé de ta perception des taxes et de la comptabilité.
         § 4. Troisième bureau chargé de la remise des expéditions aux particuliers.
            A. Expéditions émanant du Conseil du Gouvernement.
            B. Expéditions du Conseil Souverain de Justice et des départements de justice.
            C. Expéditions de la Chambre des Comptes.
      Chapitre VIII. Comité secret du Conseil du Gouvernement.
      Chapitre IX. Documents postérieurs au départ du gouvernement autrichien.
      Chapitre X. Annexes.
         A. Documents émanant de la Commission des affaires ecclésiastiques, antérieure à l'entrée en fonction du Conseil.
         B. Documents conservés en double.
         C. Papiers personnels des conseillers de la Cour.
         D. Actes du commissariat du Gouvernement en Hainaut.
   Index alphabétique des noms de personnes, des lieux et de matières.

5 euros (code de commande : 21175).

 

LE GRAND DE REULANDT (Simon Édouard Victor) — Révolution brabançonne. Essai historique suivi de la Joyeuse entrée de Joseph II annotée par M. Le Grand contrôleur au ministère des finances, membre de l'Académie d'archéologie de Belgique. Bruxelles, Wouters, Raspet et Cie, 1843. In-8° broché, 321, [1 bl.], [1 (errata)], [1 bl.] p., quelques rousseurs, couverture défraîchie, dos refait avec du papier gaufré, peu courant.
Avertissement de l'auteur :
   La pensée première de l'auteur fut de traiter cette révolution dans toutes ses parties, dans tous ses détails ; c'est dans cette idée qu'il fit ses premières recherches. Plus tard, des circonstances imprévues étant venues l'entraver dans ses études historiques, force lui a été de restreindre le cadre de son plan, et de terminer son ouvrage tel qu'il le donne aujourd'hui.
   Ce livre, publié en dehors de toute influence de parti, a été écrit sans prétention, sans passion politique. L'auteur a
voulu faire de l'histoire, de l'histoire vraie, exacte, absolue ; rie de plus. A-t-il réussi ? il l'ignore, mais il l'espère vivement.
   Il recevra avec reconnaissance les observations des hommes consciencieux et impartiaux qui voudront bien lire cet essai. Du reste il est convaincu qu'il trouvera dans ses lecteurs la bienveillance qu'il ose réclamer en faveur de sa jeunesse et de son premier ouvrage.
Introduction à la partie consacrée à la Joyeuse entrée :
   Nos anciens droits civils et politiques sont presqu'entièrement ignorés chez nous ; à l'exception de quelques savants, quelques jurisconsultes et quelques historiens, il est rare de rencontrer des hommes qui connaissent les bases des libertés de nos aïeux. C'est ce qui nous a engagé à reproduire, à la suite de notre travail sur la révolution brabançonne, le texte de la Joyeuse Entrée, qui nous a permis de donner quelques notions sur les institutions belges des temps passés. Cependant, hâtons-nous de le déclarer, nous n'avons pas eu la-prétention de vouloir faire un commentaire sur ce pacte inaugural ; nous avons une trop grande appréhension de notre faiblesse pour oser nous hasarder dans une entreprise aussi difficile, aussi épineuse : nous laissons à d'autres, plus habiles ou plus téméraires, le soin de faire une œuvre savante sur ce sujet ; ce que nous avons voulu, ce que nous avons essayé du moins, c'est de donner quelques notes succinctes, mais précises et exactes, qui puissent indiquer à nos lecteurs la forme du gouvernement, la justice, l'administration, les finances, les droits civils et politiques, etc., de nos ancêtres.
   Ce travail quelque peu important qu'il soit par lui-même, nous a forcé cependant de faire de nombreuses recherches aux sources. À défaut de produire nous-même une œuvre complète sur les anciennes institutions nationales, nous avons cru qu'il était de notre devoir d'indiquer les ouvrages originaux les plus remarquables sur la matière, afin de faciliter les travaux de ceux qui oseront se hasarder plus avant dans ce labyrinthe.

40 euros (code de commande : 20376).

 

LEMOINE-ISABEAU (Claire) — La carte de Belgique et l'Institut Cartographique Militaire (Dépôt de la Guerre) 1830-1914. Préface de E.-A. Jacobs. Bruxelles, Musée Royal de l'Armée, 1988. In-8° broché, 332 p., illustrations, XX planches hors texte, (collection « Centre d'Histoire Militaire - Travaux », n° 23).
Préface :
   La publication de ce vingt-troisième volume des Travaux du Centre d'Histoire militaire du Musée royal de l'Armée et d'Histoire militaire démontre d'une manière péremptoire, l'intérêt constant que porte l'Institution à la recherche scientifique dans des domaines historiques et techniques intéressant le milieu militaire belge.
   Après son importante étude sur Les militaires et la cartographie des Pays-Bas Méridionaux et de la Principauté de Liège à la fin du XVIIe et au XVIIIe siècle, Madame Dr. Claire Lemoine-Isabeau, collaborateur scientifique et titulaire de la Section Cartes et Plans du Musée nous propose les résultats probants de ses récentes recherches sur le monde cartographique militaire dans notre Pays.
   Grâce aux importantes archives classées et conservées dans notre Établissement et le dépouillement approfondi de fonds similaires dans d'autres institutions belges et étrangères, l'auteur nous propose une brillante analyse et une excellente synthèse sur un sujet abordé très partiellement dans d'autres travaux. Intitulé La carte de Belgique et l'Institut Cartographique militaire, cet ouvrage retrace avec grande minutie et beaucoup d'érudition et de compétence l'histoire et l'évolution technologique de la production de nos cartes militaires depuis notre indépendance jusqu'à la veille de la première guerre mondiale.
   L'interaction des travaux de nos ingénieurs militaires et de ceux du monde cartographique civil n'a pas été oubliée, ce qui a permis d'écarter quelques préjugés désuets.
   Enfin, la présente étude a aussi le grand mérite de sortir de l'anonymat les noms de nombreux militaires et civils qui ont œuvré au sein du Dépôt de la Guerre, dénommé quelques années plus tard Institut Cartographique militaire. Ces hommes, dans le cadre d'un métier très exigeant, ont mis à la disposition de notre armée un instrument de travail indispensable. C'est sur base de ces documents cartographiques que le haut commandement a pu préparer et établir ses plans d'opérations et qu'il a pu suivre l'exécution des ordres donnés.
   Ce livre nous permet aussi de rappeler que si la cartographie est un moyen d'expression graphique nécessaire et souvent vital pour les militaires, elle est également indispensable aux historiens ainsi qu'à d'autres disciplines scientifiques. La carte est, en effet, à la fois un instrument d'investigation et un moyen de contrôle présentant simultanément une synthèse et une analyse.

15 euros (code de commande : 25129).

 

[LÉOPOLD II DE BELGIQUE]. STENGERS (Jean) — Léopold II et le patrimoine dynastique. Bruxelles, Palais des Académies, 1972. In-8° agrafé, [72] p.
   Extrait du Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques, 5e série - tome LVIII - 1972 - 2/4, pp. 63-134.
Extrait :
   [À l'occasion de sa visite à Bruxelles en 1856-1857, l'archiduc Maximilien d'Autriche écrivait :] « Aujourd'hui un Roi des Belges n'est pas maître de sa fortune, ses biens doivent être partagés en autant de parts qu'il y a d'enfants, plus une part qui pourrait être répartie entre tous ou retenue au profit d'un des enfants qui se trouverait avantagé. » Cette situation présente de graves inconvénients. Tout d'abord, elle risque de conduire à un éclatement des biens de famille qui équivaudra à une véritable dilution.
   « Le Roi a travaillé toute sa vie à former une belle fortune pour assurer la position de ses enfants. Il est certain qu'il est bien utile, pour une famille souveraine, d'être riche, cela la rend plus indépendante, et qui dit plus indépendante dit plus forte. Cette belle fortune, sous l'empire du droit commun, on essaiera de la diviser en 4, et une part irait à l'étranger. Si chaque enfant du Roi laisse seulement deux enfants, sous la seconde génération la fortune se trouverait déjà subdivisée en 9 parts ; cela équivaut presque à une ruine totale. »
   Autre inconvénient de l'application du droit commun : chaque fois que, parmi les héritiers, il y aura des filles, une partie de la fortune familiale risque de quitter la Belgique, de passer à l'étranger.
   Pour remédier à ce mal, il n'est, selon le duc, qu'une solution : une loi spéciale qui dérogerait en faveur de la famille royale aux dispositions du Code civil. Cette loi, expose-t-il, devrait donner au Roi « les pouvoirs les plus absolus et les plus étendus sur sa famille », elle devrait lui conférer « à Lui, à ses fils et leurs successeurs le droit de tester comme bon Lui semble. »

10 euros (code de commande : 20375).

 

[LEPAGE (Albert)]. DUBOISDENGHIEN (Gérard) et PAILLEZ (Michel) Albert Lepage et son temps. Préface de Georges Sion. Nivelles, Havaux, 1980. In-8 broché, 127 p., illustrations in et hors texte.

10 euros (code de commande : 5380).

 

LICHTERVELDE (Comte Louis de) — La famille dans la Belgique d'autrefois. Tournai - Paris, Casterman, [ca 1942]. In-8° broché, 92 p., (collection « Bâtir »).
Table des matières :
   Dédicace.
   Chapitre I : La Famille et l'histoire.
   Chapitre II : Comment vivait la Famille d'autrefois.
   Chapitre III : La structure catholique de la Famille.
   Chapitre IV : La structure juridique de la Famille.
   Chapitre V : La Famille et l'amour.
   Chapitre VI : La Famille et la vie sociale.
   Chapitre VII : La Famille à l'aube du XIXe siècle.

10 euros (code de commande : 21751).

 

[LIGNE (Charles-Joseph Lamoral, 7e prince de)]. Nouvelles Annales Prince de ligne. Tome I. Bruxelles, Hayez, 1986. In-8° broché, 158 p., quelques illustrations, couverture frottée.
Table des matières :
   - Le Prince de ligne aujourd'hui, par Georges Sion.
   - Le Prince et le Maréchal : Ligne et les Rêveries du Maréchal de Saxe, par Guy Basil.
   - Portraits perdus ou peu connus du Prince, par Georges Englebert.
   - Le Prince de Ligne et Rémond de Sainte-Albine, note bibliographique, par Pierre Gason.
   - L'histoire des Préjugés et Fantaisies militaires. Le Prince-écrivain, l'illustrateur, par Jeroom Vercruysse.
   - Lectures de la noblesse bruxelloise du XVIIIe siècle, par Bernard Desmaele.
   - Bonne nuit, cher Prince, par Georges Sion.
   - Comptes rendus, par J.L. De Paepe, P. Muret, J. Vercruysse et R. Wellens.

10 euros (code de commande : 18979).

 

La Ligue de l'Enseignement et la Défense de l'École Publique avant 1914. [Bruxelles], Ligue de l'Enseignement et de l'Éducation Permanente, 1986. In-4° sous reliure et jaquette (un peu défraîchie) d'éditeur, 127 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs.
Table des matières :
   - Préface, par Hervé Hasquin.
   - Quelques aspects de l'action éducative de la Ligue à travers ses finances, par Alain G. Massart.
   - La Ligue de l'Enseignement et les associations d'instituteurs, 1864-1895, par Frank Simon.
   - Les affiches et autres moyens de propagande de la Ligue de l'Enseignement concernant la loi scolaire, par Nadine Triest.
   - La Grande Mascarade du 31 mars 1878, par Jean Dubois.
   - Une enquête sur la situation de l'enseignement primaire sous la loi scolaire de 1884, par Christian Vandenberghen.
   - Une conséquence de la loi Jacobs (20 septembre 1884) : la création d'écoles libres laïques, par André Uyttebrouck.
   - Le projet de loi Schollaert et le bon scolaire (1911), par Roger Desmed.

25 euros (code de commande : 22146).

 

LINTERS (Adriaan) — Industria. Architecture industrielle en Belgique. Industriële architectuur in België. Industrial Architecture in Belgium. Photographies de Christine Bastin et Jacques Evrard. Liège, Mardaga, 1986. In-4° carré sous reliure et jaquette d'éditeur, 232 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, édition trilingue (français, néerlandais, anglais), exemplaire en très bel état.
Sur la jaquette :
   Le développement de la construction s'est considérablement accéléré depuis deux siècles. Durant cette période, on aura érigé plus de bâtiments que durant le millénaire précédent. Les convulsions socio-économiques de l'ère industrielle ont donné naissance à un grand nombre d'édifices de tous types : usines, gares, galeries marchandes, châteaux d'eau, etc.
   Par ailleurs, l'évolution des techniques et des matériaux a permis la concrétisation de projets jusqu'alors irréalisables. L'ère industrielle nous a laissé un héritage considérable que nous devons apprendre à connaître et à apprécier.
   À la veille de la troisième révolution industrielle, il nous faut décider du sort des témoins des deux premières. Faut-il les démolir et constituer un nouvel héritage ? Les conserver ? Et si oui, comment ?

25 euros (code de commande : 25092).

 

Les lois de 1791 et 1810 régissant les concessions de mines en Belgique. Journée d'études organisée à l'occasion du bicentenaire de ces lois fondatrices, Mons, octobre 1991. Mons, SAICOM, 1993. In-8° broché, 89 p., exemplaire en très bel état.
Table des matières :
- Introduction.
- Les fondements juridiques de l'exploitation minière en Belgique, de l'ancien régime au lendemain de la révolution de 1830, par N. Caulier-Mathy.
- La région du Centre et la législation française sur les mines (1791 et 1810), par J. Liébin.
- L'application des lois de 1791 et 1810 dans le bassin de Charleroi, par J.L. Delaet.
- Autour et en marge des lois de 1791 et 1810 : les forfaits du Rieu-du-Cœur, par B. Clerfayt.
- Modifications et compléments aux lois des 21 avril 1810 et 2 mai 1837 sur les mines en Belgique : la loi du 5 juin 1911, par Ph. Delforge.
- Les conséquences à long terme de la loi de 1810 si politique sociale des sociétés houillères et leurs rapports à l'État et aux mineurs, en France, par R. Trempé.
- Les modalités de concession du charbonnage du Grand-Hornu après les lois de 1791 et 1810, par M. Bruwier.

10 euros (code de commande : 23258).

 

LOSSEAU (Léon) — L'outillage bibliographique de la Belgique. Examen de la communication faite par M. Eugène Bacha, Conservateur à la Bibliothèque royale, à l'Assemblée générale du 9 janvier 1916 de la Société des Bibliophiles & Iconophiles de Belgique, et intitulée « À la recherche des publications belges ». Lecture faite par M. Léon Losseau à l'assemblée générale du 11 janvier 1920 de la Société des Bibliophiles Belges séant à Mons. Mons, Dequesne, 1920. In-8° demi-basane beige, dos à 4 nerfs, couverture conservée, 77 p., bel exemplaire dédicacé à M.-A Arnould.
   Il s'agit d'un extrait du tome 2 du Bulletin de la Société des Bibliophiles Belges séant à Mons.
Sur les circonstances de cette publication :
   C'est à la Société des Bibliophiles et Iconophiles de Belgique que M. Bacha donna lecture de son travail. C'est à la même Société que je donnai lecture de ma réponse et ce fut à l'assemblée du 16 mars 1918.
   La notice de M. Bacha fut publiée in-extenso dans l'Annuaire de la Société. Ma réponse, d'après les usages, eut aussi dû paraître in-extenso dans l'Annuaire. Le Comité en décida autrement et sans même me laisser le choix de préférer l'ajournement à un an de l'impression de mon texte, choix qu'il avait laissé à d'autres, m'imposa de « faire un résumé » de ma communication, « résumé succinct qui en donne la substance. » Je répondis : « le pamphlet auquel elle était une réponse ayant paru intégralement, sa publication intégrale s'impose. »
   C'est dans ces conditions, puisqu'on refusait à ma réponse la publicité qu'on avait libéralement accordée à M. Bacha, et puisque ma réponse n'était pas sortie du cercle des rares membres qui assistent aux assemblées de la Société des Bibliophiles et Iconophiles, que, dès la reprise de ses séances, j'en lis une seconde lecture à la Société des Bibliophiles belges séant à Mons. La Société décida l'impression de ma notice dans son Bulletin.
   Et c'est ainsi qu'à un travail publié par la Société des Bibliophiles et Iconophiles de Belgique un membre de cette société s'est trouvé obligé de publier sa réponse dans le recueil d'une autre société.
   Je devais cette explication à ceux qui, non informés, seraient fondés à me le reprocher.

25 euros (code de commande : 20094).

 

LURKIN (Abel) — L'amère Belgique. Veuve de guerre. Vervoz-Ocquier, Éditions de Saint-Hubert, [1945]. In-8° broché, 155 p.
Notice du Dictionnaire des œuvres :
   L'auteur s'identifie fortement à la cause des Wallons menacés par le flamingantisme. « Une nation, dit-il, c'est bien un esprit. » En ce cas, les Wallons sont des Français officieux qui doivent craindre et refuser une « certaine Belgique artificielle, apocryphe et chimérique ». Loin d'être un essai argumenté, L'amère Belgique se présente plutôt comme le registre des plaintes qu'ouvrirait un homme que les événements politiques et militaires ont blessé et humilié. Tour à tour, Abel Lurkin règle leur compte aux neutres et aux veules, à l'armée, à l'attitude de Pictave III, roi de Colchique, aux profiteurs et aux collaborateurs de guerre, aux résistants de la dernière heure, à la désinvolture bruxelloise, autant qu'à l'Allemagne de Hitlérius... La plume qui a écrit L'amère Belgique a par moments été trempée dans du fiel. On en rit jaune encore, même si la conviction du pamphlétaire ne dégage pas une véritable doctrine pour l'avenir wallon, dans un État où le professeur Leneutre demande à changer de nom et à s'appeler M. Lerésistant, et où il se trouve que le Belge qui « vendrait du beurre sur le radeau de la Méduse » est le même qui affirme, pour assurer la tranquillité de son commerce avec celle de son âme : « Il n'y a que des Belges, mossieu. »
Bibliographie :
   - Chartry d'Heur (Jean-Marie), Amère Belgique, veuve de guerre (l'), dans Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres. III. Le théâtre - L'essai, p. 260.

15 euros (code de commande : 24062).

 

MABILLE (Jean-André) — Mémoires. Touchant mes voyages, négociations, entremises, &c. pour la très illustre Maison d'Egmont et mes traverses &c. Avec une introduction par A. Mabille de Poncheville. Paris, Grasset, 1909. In-8° broché, LIX, 121, [7] p., tirage limité à 310 exemplaires, celui est l'un des 300 numérotés sur Featherweight (n° 32), envoi d'André Mabille de Poncheville, peu courant.
   Jean-André Mabille (Arras, 1675-1734) fut avocat « au parlement de Paris et au conseil d'Artois » ; ses compétences en matière de droit l'amenèrent à poursuivre, à compléter et à étendre la coutume d'Artois, commencée par son père. Ses Mémoires nous offrent une belle chronique de la vie dans le nord de la France au début du XVIIIe siècle ainsi que le compte rendu de ses interventions en qualité d'avocat de la famille d'Egmont qui l'amenèrent à voyager dans les Pays-Bas et à y faire, notamment, la rencontre du rédacteur de la Gazette de Rotterdam.

50 euros (code de commande : 18702).

 

MAERE (R.) — Plan terrier et structure des supports dans l'architecture religieuse de la Belgique. Mons, 1930. In-8° broché, 24 p., 14 planches hors texte et 8 plans.
Extrait :
   C'est un fait reconnu qu'à travers tout le cours de son histoire, notre architecture religieuse se distingue par une grande fidélité aux formes traditionnelles.
   Le style gothique s'y introduit tardivement et persiste jusqu'au XVIIe siècle : la chapelle de la Vierge à l'église S.-Jacques à Anvers fut construite en un pur gothique, en souvenir de Rubens, aussitôt après la mort du grand peintre (de 1642 à 1644).
   En 1649 Jacques Duquesnoy adopta le même style pour la chapelle de la Vierge à l'église Ste-Gudule à Bruxelles. Telle église de village, construite au XVIIIe siècle, reprend des formes que l'on serait tenté d'attribuer au XVIe, comme l'église de Sichen (Limbourg) où l'âge du chœur, en style gothique tardif, est révélé par un chapiteau qui porte la date de 1703. C'est à se demander si, avant la Révolution française, le gothique s'est jamais éteint complètement dans nos campagnes.
   Rappelons d'autre part que, jusque vers la fin du XVe siècle, les formes flamboyantes ne sont employées en Belgique que d'une manière fort atténuée, et que la Renaissance ne s'introduit que tardivement, dans le courant du XVIe siècle, et seulement pour le mobilier religieux. Elle est presqu'inexistante dans l'architecture de nos églises, qui passe, à peu près sans transition, du gothique flamboyant au style baroque.
   À ces faits d'un caractère général, on en pourrait ajouter d'autres d'une portée moins étendue, régionale, comme la longue survivance du chapiteau à crochets, qui se retrouve à Tournai, , en Flandre, et surtout dans la Flandre maritime, jusque durant le XVe siècle. Il n'y disparaîtra que lorsque les chapiteaux en grès lédien, avec bouquets de feuillages à profondes échancrures et desséchés, auront remplacé les chapiteaux en pierre de Tournai.

12 euros (code de commande : 17806*).


MAFFEI (Edmond) — Le mobilier civil en Belgique au Moyen Âge. Namur,Wesmael -Charlier, s.d. In-8° broché, XIV + 57 p., 29 planches hors texte.

13 euros (code de commande : 318/59).

 

[MARCHAL]. CRAVIGNAC (Renaud de) — Le livre des lignages. Marchal de Belgique, de villes voisines, en France, Suisse, Luxembourg, République fédérale d'Allemagne ou d'Amérique du Nord et Le Guide Pratique de généalogie. Bruxelles, Les Nouveaux Généalogistes, 1989. In-4° collé sous étui, 132, [96 (registre)] p., illustrations, bien complet du tableau généalogique vierge volant et de la feuille de justification du tirage limité à 230 exemplaires.
En guise d'introduction :
   Un livre pour votre famille et vos descendants.
   « Les Nouveaux Généalogistes » (LNG) sont une société dont les éditions sont nées d'une réflexion sur les travaux de la section anthroponymie-généalogie du « Centre européen pour les sciences humaines et les arts » (CESHAR). Ces éditions s'inscrivent dans le courant de la « nouvelle histoire » instaurée par les Georges Duby, Emmanuel Leroy-Ladurie et autres qui, plutôt que de s'en tenir à l'analyse des dynasties et à l'accumulation des dates de guerres et traités, ont voulu, à partir de documents et d'enquêtes, reconstituer la vie de groupements humains et leur évolution sociale : un travail plus proche de l'ethnologie que de l'histoire classique.
   Dans cette perspective, LNG publie une série d'ouvrages dont chacun est consacré à l'étude d'un nom de famille. Chaque édition comporte :
      - des notions essentielles sur la généalogie ;
      - une méthode de travail pour entreprendre des recherches en ce domaine ;
      - des informations exclusives sur votre nom : biographies succinctes de personnalités l'ayant porté, nobiliaire et armoiries, registre de tous ceux qui portent actuellement ce nom.
   La présente édition vous est spécialement destinée.
   Ce Livre des Lignages est le vôtre. Il est un document unique pour votre famille et vos descendants.

20 euros (code de commande : 23902).

 

MARÉCHAL (Maurice) — La période communale en Belgique. Bruxelles, Lebègue & Cie, 146 p., illustrations, non coupé.

10 euros (code de commande : 758).

 

[MARGUERITE D’YORK]. HOMMEL (Luc) — Marguerite d’York ou la duchesse Junon. Paris, Hachette, 1959. In-8° broché, 351 p.

10 euros (code de commande : 2409).

 

MARIËN (Fabienne) — Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique. Tome XI (troisième et quatrième parties). Corrections et tables. Bruxelles, Palais des Académies, 1971. In-4° sous reliure d'éditeur, X, 208 p., (collection « Académie Royale de Belgique - Commission Royale d'Histoire »), hommage de l'auteur au professeur Jean-Jacques Hoebanx, exemplaire non coupé.
Introduction :
   C'est au début du mois de novembre 1964 que notre regretté maître, Paul Bonenfant, auquel nous adressons un respectueux souvenir, nous chargea de procéder à la confection d'un index bibliographique et d'une table des noms de personnes et de lieux destinés à compléter les troisième et quatrième parties du tome XI de la Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, publiées respectivement par Stanislas Bormans et Joseph Halkin et par Jean-Jacques Hoebanx avec la collaboration de Charles Wirtz, à Bruxelles, en 1946 et 1965.
   Nous voici parvenue au terme de notre travail dans lequel nous nous sommes efforcée à être la plus complète possible et à suivre les règles de la Commission royale d'Histoire telles qu'elles sont énoncées dans les Instructions pour la publication des textes historiques publiées à Bruxelles, en 1955.
   L'index bibliographique groupe les sources et les ouvrages mentionnés dans les troisième et quatrième parties du tome XI.
   De même, la table des noms de personnes et de lieux est unique pour les deux parties envisagées. Nous les y avons différenciées par les sigles III et IV.
   Nous avons fait précéder cette table de la liste des sigles et abréviations qui y sont utilisés.
   Pour l'identification des différents noms, nous avons eu recours principalement aux volumes où étaient publiés les actes ; nous avons tenté de combler les lacunes de certains d'entre eux par la consultation des manuels habituellement utilisés à cet effet. Nous pensons qu'il serait vain de vouloir en donner ici la nomenclature.
   Pour que cette table soit à jour, nous nous sommes référée pour l'identification des noms de lieux, aux atlas et dictionnaires les plus récents, en particulier pour la Belgique au Dictionnaire des communes de Belgique, édité par l'Imprimerie E. Guyot à Bruxelles en 1966 et pour la France au Dictionnaire national des communes de France, 18e édition refondue et mise à jour au 1er janvier 1965, par J.-L. Martin et A. Bonnard, sous la direction de M. Denis-Papin, Paris, 1965.
   Enfin, nous avons jugé utile d'adjoindre à cet ouvrage – en dépit du caractère incomplet qu'elle présentera assurément – une liste des errata relevés dans les troisième et quatrième parties du tome XI.
   Nous espérons avoir rempli le mieux possible la tâche que nous a confiée la Commission royale d'Histoire et nous souhaitons que les historiens appelés à faire usage du présent ouvrage, excuseront les imperfections qu'ils pourraient y relever.

10 euros (code de commande : 16728).

 

 

MASSART (A.) — Historique du 13e de ligne 1918-1980 et des unités issues en 1939-1940. S.l., 1982. In-8° broché, 390 p., illustrations, cartes, tableaux.
Avant-propos :
« Ainsi que nous l'avions annoncé lorsque nous publiâmes en 1976 l'historique du 13e de ligne avant 1914, il entrait dans nos intentions de poursuivre ce travail par l'étude de la période postérieure à la Première Guerre mondiale.
Cette étude fait l'objet principal du présent ouvrage.
Nous y avons toutefois apporté deux suppléments.
En premier lieu, pour faire la liaison avec la période 1874-1914, il nous a paru intéressant, si pas nécessaire, de rappeler ne fût-ce que succinctement, les opérations auxquelles le régiment participa au cours de la campagne 1914-1918.
En second lieu, et afin de répondre à un vœu de la Fraternelle, nous avons ajouté l'historique des régiments issus du 13 en 1939-1940 : les 19e, 43e et 63e régiments de ligne. Anciens du 13, ils étaient également imprégnés de son esprit et il n'est que juste que leur souvenir ne soit pas perdu. »

15 euros (code de commande : 10851).

 

MEURANT (René) Géants processionnels et de cortège en Europe, en Belgique, en Wallonie. Tielt, Veys, 1979. Fort in-8° broché, 646 p., illustrations, bel exemplaire, peu courant.
Table des matières :
   - Présentation, par Albert Doppagne.
   - Une vie, une œuvre, un homme, par Jean Dugnoille.
   - René Meurant ou la plénitude de la parole, par Edmond Vandercammen.
   - L'œuvre et la méthode, par Jean-Pierre Ducastelle.
   - René Meurant De Bezieler, par Renaat Van der Linden.
   - René Meurant, quelques images que je garde de lui, par Alexandre Keresztessy.
   - Bibliographie de René Meurant, par Jean-Pierre Ducastelle, Jean Dugnoille et Jean-Marie Duvosquel.
   I. Articles généraux : les géants processionnels et de cortège, les monstres d'osier.
      - Comité d'Étude des Géants Processionnels :
         - Journées de Mons des 25-27 mai 1956.
         - Actes des Journées d'étude. Malines, 23-25 août 1963.
      - Morphologie des géants de cortège. Méthodes de prospection et de notation.
      - Contribution à l'étude des géants processionnels et de cortège dans le nord de la France, la Belgique et les Pays-Bas.
      - Géants et monstres d'osier.
      - Les géants de cortège en Belgique.
      - Les géants de cortège dans le folklore de l'ère industrielle.
   II. Les géants et leur entourage.
      - La figuration des Saints et en particulier de Saint-Christophe, dans les processions des anciens Pays-Bas.
      - Chevaux-jupon de Wallonie.
      - Le cheval Bayard dans les processions et dans les cortèges.
      - La figuration du diable dans les processions et dans les cortèges.
   III. Les études internationales, nationale, régionales, locales.
      - Figures gigantesques en Europe.
      - L'apparition des géants processionnels ou des géants de cortège aux anciens Pays-Bas.
      - Géants et monstres d'osier au Portugal.
      - Les géants processionnels de Wallonie - Province de Luxembourg.
      - Les géants du pays d'Ath.
      - Les géants du Brabant wallon.
      - Les géants de cortège en Famenne.
      - Figures gigantesques dans l'arrondissement de Mouscron-Comines et à ses confins.
      - Folklore boitsfortois.
      - Les géants processionnels de Bouvignes au XVIe siècle.
      - Contribution à l'étude des géants de Bruxelles.
      - Figures gigantesques à Liège dans le passé et le présent.
      - Le Lumeçon de Mons.
      - L'Ommegang du Cheval Bayard à Termonde.
   IV. La vie des géants et leurs figurations.
      - Les géants et le carnaval en Wallonie.
      - Les figures gigantesques dans le carnaval contemporain en Belgique, en France et en Rhénanie.
      - Baptême, fiançailles et mariage de géants.

45 euros (code de commande : 24429).

 

MEURANT (René) et VAN DER LINDEN (Renaat) Folklore en Belgique. Bruxelles, Legrain, 1974. Grand in-8° sous cartonnage et jaquette d'éditeur, 159 p., illustrations en noir et en couleurs, envois des auteurs

10 euros (code de commande : 367/61).

 

1885-1985. Cent ans de socialisme. [Bruxelles], Comité National du Centième Anniversaire du Parti Ouvrier Belge, 1985. In-4° broché, 279 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à la Bibliothèque royale Albert Ier, à Bruxelles, du 23 mars au 20 avril 1985.
En quatrième de couverture :
   Illustré par près de 320 documents iconographiques, la plupart inédits, cet ouvrage publié pour servir de catalogue à l'exposition 1885-1985 Cent ans de socialisme présente l'évolution du P.O.B., du P.S.B. puis du P.S. sous un angle neuf. Rédigées pour un large public mais en respectant les règles de la discipline historique, les notices denses qui accompagnent les reproductions contiennent plus qu'un simple commentaire des documents: elles offrent au lecteur un aperçu suffisant en soi de l'histoire du mouvement socialiste en Belgique.
Table des matières :
   - Avant-propos, par Henri Lemaire.
   - Introduction, par François Pirot.
   1. La révolution industrielle, ses conséquences économiques et sociales.
   2. Révoltes et organisation (1830-1894).
      - L'éveil socialiste (1830-1872).
      - Vers le P.O.B. (1872-1894).
   3. L'émancipation (1894-1914).
      - Un mouvement de masse...
      - ... À la conquête de ses droits.
   4. L'entre-deux-guerres.
      - Premières participations au pouvoir.
      - Le monde socialiste.
      - De la crise à la guerre.
   5. La résistance socialiste (1940-1944).
   6. Trente ans de P.S.B. (1944-1974).
   7. Permanence et renouveau (1874-1985).
      - Défense des communautés et des régions.
      - Des alternatives face à la crise.
      - Pour un nouvel internationalisme.

15 euros (code de commande : 22283).

 

1830… Histoire d'une révolte. Bruxelles, Musin, 1980. In-8° broché, 115 p., illustrations.
@ Catalogue de l'exposition éponyme organisée aux Arcades du Cinquantenaire, à Bruxelles, du 11 décembre 1980 au 25 janvier 1981.
Table des matières :
   - Avant-propos : Une exposition différente, par J.P. Poupko.
   - Introduction :
         - Quelle révolution en 1830 ?, par H. Hasquin.
         - Le mouvement des idées et des lettres à Bruxelles vers 1830, par L. vanden Bruwaene.
         - L'histoire et les objets - Le lieu de cette exposition, par G. Van Hout.
   - L'impossible amalgame (le Traité de Vienne - L'ordre imposé - La résistance), par Saint-Hilaire.
   - L'Europe en feu (la révolte polonaise), par Saint-Hilaire.
   - La révolte de 1830 (Une flambée de colère - Les journées de septembre - La libération du territoire), par Saint-Hilaire.
   - Un royaume se cherche un Roi, par Saint-Hilaire.

12 euros (code de commande : 13918).

 

1940-1945. La vie quotidienne en Belgique. Bruxelles, CGER, 1984. In-8° carré broché sous jaquette, 310 p., nombreuses illustrations, exemplaire en très bel état.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à la Galerie CGER, à Bruxelles, du 21 décembre 1984 au 3 mars 1985.
Table des matières :
   - Avant-propos, par Bob Coolen.
   - La guerre est-elle quotidienne aussi ?, par Herman Balthazar.
   - La vie quotidienne pendant la Seconde Guerre mondiale. Une combinaison étrange d'individualisme et de solidarité, par Ronny Gobyn.
   - L'appauvrissement organisé : les prix, les salaires et le pouvoir d'achat sous l'occupation, par Peter Scholliers.
   - Ravitaillement, rationnement et marché noir, par Philippe Beke.
   - Pauvreté et assistance aux nécessiteux, par Hildegard Van Dongen.
   - L'emploi, par Frans Selleslagh.
   - La vie religieuse sous l'occupation, par Alain Dantoing.
   - Les services sociaux de l'UTMI : un ersatz de son impuissance socio-politique, par Wouter Steenhaut.
   - La vie musicale : une nature morte, par Willem Vanden Eynde.
   - Du public au spectateur : les films allemands dans les cinémas belges, par Dirk Lauwaert.
   - La mentalité de la population, par Luc Schepens.
   - Quelques aspects de la vie quotidienne d'un clandestin, par José Gotovitch.
   - Cette fabuleuse rue des Radis, par Marcel Vermeulen.
   - Verviers, par Jacques Wynants.
   - Les régions annexées par l'Allemagne : deux populations différentes, un sort commun, par Jacques Wynants.
   - La Wallonie rurale sous l'occupation, par Désiré Denuit.
   - Quelques aspects de l'action clandestine des délégations ouvrières des usines de constructions mécaniques et de la sidérurgie en région wallonne pendant la dernière guerre mondiale, par Émile Clersy.
   - La vie quotidienne à la campagne en Flandre pendant la Deuxième Guerre mondiale, et plus particulièrement à Vlamertinge, par Lucien Duflou.
   - La libération, par Jan Neckers.
   - Tout n'est pas fini à la libération, par Jacques Wynants.

30 euros (code de commande : 23225).

 

1954. Panorama économique de la Belgique. [Bruxelles], [Ministère des Affaires Économiques], [1955]. In-8° broché, [56] p., nombreux graphiques, exemplaire en bel état.
Avertissement :
   Comme l'an dernier à pareille époque, le Ministère des Affaires économiques a groupé dans cette brochure, sous une forme imagée et concise, les principales données de l'économie belge pendant l'année écoulée.
   Ces informations, incomplètes sans doute, n'ont d'autre objet que de fournir au lecteur une vue d'ensemble des conditions déterminantes de la vie économique du pays.

8 euros (code de commande : 22068).

 

[MOERENHOUT (Jacques-Antoine)]. JORE (Léonce)Un belge au service de la France dans l'océan Pacifique. Notice historique et biographique concernant J.A. Moerenhout, consul général des États-Unis aux Îles Océaniennes de 1835 à 1837, consul de France à Tahiti de 1839 à 1844. Auteur des Voyages aux îles du Grand Océan. Paris, Maisonneuve, 1944. In-8° broché, 183 p., couverture un peu défraîchie, bon exemplaire non coupé, peu courant.
Extrait de la préface :
   Lorsque les hasards de ma carrière me firent désigner à la fin de l'année 1929 pour le poste de Gouverneur des Établissements français d'Océanie, je me préoccupai de me documenter aussi complètement que possible sur la Colonie dont la direction m'était ainsi confiée.
   Je rassemblai assez rapidement un nombre respectable de volumes, mais en dépit de longues recherches, les « Voyages aux Iles du Grand Océan » de J. A. Moerenhout que mon éminent ami, l'Inspecteur Général des Colonies Moretti, récemment revenu d'une mission dans le Pacifique, m'avait tout spécialement signalés, demeuraient pour moi introuvables.
   L'édition de cet ouvrage, datant de 1887, était évidemment épuisée depuis de très longues années et les libraires ne me cachaient pas qu'on se disputait les rares exemplaires qui apparaissaient de temps à autre dans les ventes ; en inscrivant mon nom sur la liste des personnes qui lui avaient demandé de leur procurer ce livre, l'un d'eux me fit remarquer en souriant que j'y figurais au huitième rang.
   J'avais presque renoncé à l'emporter dans mes bagages lorsqu'enfin, je découvris les deux volumes tant désirés que je m'empressai d'acquérir.
   La traversée de Marseille à Tahiti par le Canal de Panama durait à cette époque six semaines, ainsi j'eus le loisir de lire avec tout le recueillement voulu le travail de Moerenhout et bien d'autres encore.
   Je débarquai ainsi à Papeete très « ferré » sur les îles de la Société, mais aussi fort surpris de constater que le rôle de premier plan qu'y joua Moerenhout au bénéfice de la France de 1838 à 1844 avait été, de façon générale, insuffisamment mis en relief. Bien mieux, nombre d'ouvrages d'histoire coloniale paraissaient l'ignorer.
   Au fait, qui était-ce Moerenhout ? D'où venait-il ? Qu'était-il devenu après les interventions françaises de 1838 et de 1842 ? Je ne pus obtenir sur lui à Tahiti que les plus vagues renseignements. L'obstination que j'apportai à poser des questions à tout venant me mit un certain jour sur la bonne voie. J'eus la chance d'apprendre qu'une dame de nationalité américaine, Mrs Wood, qui avait séjourné dans l'île à une date récente, avait personnellement connu J. A. Moerenhout lié d'amitié avec son père, le Docteur Pigné-Dupuytren.
   Grâce à l'obligeance de M. Garrety, Consul des États-Unis à Papeete, je pus entrer en relations avec Mrs Wood qui voulut bien répondre aux questions essentielles que je me permis de lui poser.
   Je tenais ainsi le fil d'Ariane qui devait nie permettre de reconstituer laborieusement la trame de l'existence de l'ancien Consul d'Amérique, puis de France, à Tahiti.
   Mais je ne serais pas parvenu à mes lins si je n'avais trouvé l'aide la plus obligeante auprès des nombreuses personnes auxquelles je m'adressai par la suite.

25 euros (code de commande : 21829).

 

MOLITOR (André) — Souvenirs. Un témoin engagé dans la Belgique du 20e siècle. Gembloux, Duculot, 1984. In-8° broché, 335 p., (collection « Documents Duculot »).
En quatrième de couverture :
   Ce livre est le reflet et le récit des itinéraires de son auteur à travers la vie. Itinéraires successifs mais aussi bien simultanés car durant beaucoup d'années il a mené de front des activités variées.
   Itinéraire dans l'espace : de l'Iran où il est né à la ville wallonne de son adolescence, puis à Louvain et à Bruxelles où il a poursuivi sa carrière active.
   Itinéraire dans la fonction publique où il a exercé divers emplois de responsabilité couronnés par seize années comme Chef de Cabinet du Roi.
   Itinéraire intellectuel : plus de trente ans d'enseignement en science politique et en administration publique à l'Université de Louvain, la collaboration avant la guerre à la Cité Chrétienne, la fondation après la libération et la direction durant quinze ans de la Revue Nouvelle. Des livres et des essais sur la littérature et la politique, de nombreux articles... L'auteur est à la fois, dans cette longue marche, acteur et témoin, mais témoin engagé. Par ses activités mêmes, il a occupé de multiples postes d'observation d'où il a pu analyser maints aspects de la vie et des idées de son temps. À travers ces pages, ce n'est pas seulement son existence qui est évoquée, c'est en même temps toute une époque qui émerge du passé. Des restes de la civilisation traditionnelle connue dans son enfance jusqu'à la mutation profonde que nous vivons aujourd'hui, ce sont les années décisives du XXe siècle qui défilent sous nos yeux en tableaux contrastés : la Première Guerre mondiale dans ses épisodes au Moyen-Orient, l'entre-deux-guerres avec ses conflits idéologiques et la montée progressive des périls, la guerre de nouveau et l'occupation, puis la reconstruction du pays, la vie politique et intellectuelle depuis 1945, l'évolution institutionnelle de la Belgique...

12 euros (code de commande : 15050).

 

Moniales en Belgique et Luxembourg, du Moyen Âge à nos jours. Filles du Silence. Bastogne-Bruxelles, Musée en Piconrue-Archives générales du Royaume, 1998. In-4° broché, 349 p., illustrations en noir et en couleurs, cachet ex-libris à la page de faux-titre, petite tache au bas du premier feuillet de couverture.
   Publication réalisée à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Musée diocésain en Piconrue, à Bastogne, en 1998.
Table des matières :
   
Avant-propos, par André Neuberg.
   1. Filles du silence. Pour une histoire des moniales dans les cultures et dans la vie de l'Église, par Jean Pirotte.
   2. Inutiles à la religion, à l'État et au prochain. La suppression des religieuses contemplatives sous Joseph II (1783), par Louis Demoulin.
   3. De la restauration à la rénovation.
       a. Les religieuses contemplatives en Belgique (1801-1983), par Paul Wynants.
           Le couvent des chanoinesses de la congrégation Notre-Dame à Luxembourg, lieu de continuité dans la vie cloîtrée, par Michel Schmitt.
           Glossaire, par Anne-Dolorès Marcélis.
        b. Le sauvetage des archives des institutions religieuses, par Ernest Persoons.
   4. Filles de saint Benoît. Moniales contemplatives dans la tradition bénédictine et cistercienne, par Marie-Élisabeth Henneau.
   5. Filles de saint Dominique. Les dominicaines du second ordre, par Lieve Demecheleer.
   6. Filles de saint François.
         a. Historique de la famille franciscaine, par Héribert R. Roggen.
         b. L'ordre des clarisses en Belgique, par Héribert R. Roggen.
             Entretien avec une sœur clarisse, par Carlo Kockerols.
         c. Les pénitentes recollectines, par Jean-Louis Kupper.
         d. Les couvents des capucines en Belgique, par Marc Carnier.
         e. L'ordre de l'Immaculée Conception en Belgique : aperçu historique, par Thierry Scholtes.
         f. Les couvents des annonciades en Belgique, par Marc Carnier.
   7. Filles du carmel. Les carmélites en Belgique et au Luxembourg des origines à nos jours, par Anne-Dolorès Marcélis.
       Une visite médicale au carmel en 1947, par Louis Delfosse.
   8. Filles du silence au quotidien.
         a. Vie contemplative au quotidien sous l'Ancien Régime, par Marie-Élisabeth Henneau.
         b. Contemplatives au quotidien dans la Belgique des XIXe et XXe siècles, par Anne-Dolorès Marcélis.

30 euros (code de commande : 19069).

 

[MOREL (Edmund Dene)]. LOUIS (William Roger) et STENGERS (Jean) — E.D. Morel's History of the Congo Reform Movement. Oxford, Clarendon Press, 1968. In-8° sous reliure et jaquette (un peu défraîchie) d'éditeur, XIV, 289 p., hommage de Jean Stengers.
Sur la jaquette:
   E. D. Morel was one of England's most powerful pamphleteers and effective reformers. As honorary secretary of the Congo Reform Association he denounced the « rubber atrocities » of King Leopold's Congo and stirred the humanitarian conscience of the English public. Under Iris leadership the Congo reform move-ment figured prominently in the political history of England, Europe, and Africa in the decade before the first World War. This book is Morel's previously unpublished account of his discovery of the exploitation involved in the economic system of the Congo Free State and of the events leading to the founding of the Association in 1904. Since he left his History unfinished, Professors Louis and Stengers have added supplementary chapters relating the history of the Congo reform movement to the time of the termination of the Association's work in 1913.

25 euros (code de commande : 21591).

 

Museum Dynasticum. 1989-2. Bruxelles, Musée de la Dynastie, 1989. In-8° agrafé, 44 p.
Table des matières :
   - Les antécédents du Musée de la Dynastie, par Émile Vandewoude.
   - La portée de l'acte de capitulation du 28 mai 1940, par le Lt-général e.r. A. Crahay.
   - Le Prince Léopold de Saxe-Cobourg, deux fois rival heureux du Prince d'Orange, par Jacques-Henri Pirenne.
   - Léopold III et Gustave V. Alignement de la politique étrangère et similitude entre les tentatives de médiation pendant l'entre-deux-guerres, par C. Koninckx.
   - Le Prince Léopold au Ruanda-Urundi en 1925 (1ère partie), par J. Vanderlinden.
   - Léopold II en Herman von Wissmann (2e deel), par Marcel Luwel.
   - Comptes rendus - Boekbespreking.
   - Chronique du Musée - Kroniek van het Museum.

6 euros (code de commande : 16011).

 

La navigation de la Belgique vers Paris. Études faites pour effectuer en Belgique la jonction des bassins de la Meuse et de l'Escaut, par un canal de Mons à la Sambre. Rapport présenté aux Chambres législatives, le 24 février 1840, par M. Le Ministre des Travaux publics. Bruxelles, Remy, mars 1840. Petit in-folio demi-basane rouge frottée, 330 p., un tableau dépliant, une grande carte dépliante in-fine, très rare.
Introduction :
   « Dans la discussion du canal de l'Espierre, il s'agissait de la navigation de la Belgique avec le centre du département du Nord.
   Il s'agit aujourd'hui de la navigation de la Belgique avec le centre de la France, et notamment avec Paris.
   Question non moins grande, et peut-être plus compliquée.
   C'est toujours le lieu de production dans le pays, qu'il faut mettre en rapport avec le lieu de consommation, à l'étranger ; il s'agit, avant tout, pour la Belgique, de la conservation et dé l'agrandissement d'un débouché.
   Il existe aujourd'hui deux lignes navigables de la Belgique sur Paris, partant, l'une de Mons, l'autre de Charleroy.
   La ligne de Paris vers Mons est la plus ancienne ; elle a été décrétée à une époque où les provinces belges faisaient partie de la France.
   A côté de cette ligne, nous avons vu s'établir, de nos jours, une ligne nouvelle, touchant à un autre point du territoire belge.
   Le système des communications fluviales, en rattachant Mons à la France par le canal de Condé, aux Flandres par le canal d'Antoing, avait assuré au bassin de Mons, une véritable supériorité sur celui de Charleroy.
   Le canal de Charleroy à Bruxelles. est venu opérer un premier changement dans la position de ce bassin, en facilitant les transports à l'intérieur.
   La création d'une ligne navigable sur Paris, vient lui ouvrir, à son tour, le marché de la France.
   La ligne de navigation de Mons sur Paris se compose :
     - Du canal de Mons à Condé ;
     - De l'Escaut, en remonte, de Condé à Cambray ;
     - Du canal de St-Quentin, de Cambray à St-Quentin ;
     - Du canal Crozat, de St-Quentin à Chauny, et du prolongement de ce canal, de Chauny à Manicamp ;
     - De l'Oise, en descente, de Manicamp à Conflans-Ste-Honorine ;
     - De la Seine, en remonte, de Conflans-Ste-Honorine à Paris.
   La ligne de navigation de Charleroy à Paris, se composera :
     - De la Sambre belge, de Charleroy à la frontière ;
     - De la Sambre française, de la frontière à Landrecies ;
     - Du canal de jonction, de Landrecies à La Fère ;
     - Du canal de La Fère, embranchement du canal Crozat, de La Fère à Fargnier.
   Depuis Fargnier, point de jonction du canal Crozat avec l'embranchement de La Fère, jusqu'à Paris, la navigation sera commune aux produits des deux bassins houilliers.
   La communication entre Charleroy et Paris (sauf les améliorations que toute voie nouvelle réserve à l'avenir), existe donc physiquement ; cependant, l'exportation de Charleroy vers Paris ne s'effectue point encore : les extracteurs de Charleroy déclarent, que, par l'élévation des péages sur la Sambre belge, sur la Sambre française, et sur le canal de jonction de la Sambre à l'Oise, ils demeurent, de fait, exclus du marché de Paris ; ils demandent en conséquence la réduction du tarif de la Sambre belge, réduction qui serait combinée avec l'abaissement des péages sur la Sambre française et sur le canal de jonction.
   C'est sur cette question que Mons et Charleroy semblent pour le moment en désaccord.
   Mons ne veut pas être dépossédé du marché de Paris.
   Charleroy veut y être admis.
   Mons prétend que déjà toutes les conditions de concurrence existent.
   Charleroy prétend qu'à raison des péages, la concurrence est impossible.
   Mons soutient que la concurrence ne dépend pas uniquement des péages, mais d'autres circonstances.
   Charleroy soutient qu'avant tout, il faut une sorte d'équilibre entre les deux lignes, quant aux péages.
   Pour éclaircir cette question, on est forcément amené à l'agrandir, et même outre mesure, en apparence au moins : on est obligé de se rendre compte de tout le système de navigation charbonnière de la Belgique vers Paris.
   Ce sera le premier objet de ce rapport.
   Il existe des moyens de rendre la ligne nouvelle commune aux deux bassins belges : ce serait de la rattacher aux exploitations de Mons par un chemin de fer ou au canal de Mons par un canal.
   Ce deuxième moyen opérerait, en outre, en Belgique, la jonction des bassins de la Meuse et de l'Escaut : résultat qui donne à ce deuxième projet un caractère particulier d'utilité et de grandeur.
   Nous sommes ainsi conduits à rendre compte des tentatives faites pour rendre la ligne nouvelle de Paris à Charleroy commune à Mons.
   Ce sera l'objet de la deuxième partie de ce travail.
   Enfin, dans la troisième, il est plus particulièrement question des péages et du conflit élevé à ce sujet entre Charleroy et Mons.
   Deux choses qui doivent frapper dans l'examen de cette question, c'est que d'abord il est impossible de considérer une communication et surtout un canal isolément ; il faut voir l'ensemble du système dont elle fait partie ; c'est, en second lieu, qu'un canal creusé sur le territoire étranger, peut être réputé belge par son but.
   Nous avons principalement considéré la ligne nouvelle dans ses rapports avec la production charbonnière de Charleroy ; nous ajouterons : 1° que l'exportation en France ne doit pas se borner à ce seul produit de cet important district ; 2° que l'ouverture de la nouvelle ligne doit faire sentir ses effets jusque dans le bassin de la Meuse ; c'est aussi une ligne de Liège à Paris.
   La jonction des eaux de la Belgique avec les eaux de la France est un grand événement ; ce qui manque à la Belgique, c'est une jonction du même genre avec l'Allemagne ; tel était le but du canal du Nord : la Belgique se serait trouvée en rapport direct avec le bassin du Rhin, comme elle l'est avec le bassin de la Seine. »

250 euros (code de commande : 11998).

 

[NENY]. Une famille noble de hauts fonctionnaires : les Neny. Édité par Roland Mortieret Hervé Hasquin. Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1985. In-8° broché, 128 p., (collection « Études sur le XVIIIe Siècle », n° XII), couverture plastifiée, marque manuscrite d'appartenancne du professeur Jean-Jacques Hoebanx à la page de garde.
Table des matières :
   - Patrice Mac Neny (1676-1745). Secrétaire d'État et de Guerre, par Bruno Bernard.
   - Les rapports entre le Chef-Président du Conseil Privé Patrice-François de Neny et son père, le Secrétaire d'État et de Guerre Patrice Mac Neny (1676-1745), par Bruno Bernard.
   - Les bibliothèques de Patrick Mac Neny et de Patrice-François de Neny, par Claude Sorgeloos.
   - Un bohème français à Bruxelles : Jean-Adrien-Claude Servandoni (1736-1814), par Paul De Zuttere.
   - Peine capitale et réforme du droit pénal au XVIIIe siècle (France, Pays-Bas autrichiens, Principauté de Liège), par Michèle Mat.

12 euros (code de commande : 15247*).

 

O'KELLY DE GALWAY (Comte A.) et VAN HOLLEBEKE (Léopold) — Recueil analytique des édits, placards & ordonnances héraldiques des Pays-Bas espagnols et autrichiens publié d'après un manuscrit de Philippe-Jean-Baptiste O'Kelly, écuyer, roi d'armes de Marie-Thérèse pour le comté de Hainaut, etc. Avec une préface, une biographie & un supplément. Par le comte A. O'Kelly de Galway Chevalier de l'Ordre Royal du Christ de Portugal, fonctionnaire au Ministère de l'Intérieur et Léopold Van Hollebeke attaché aux Archives générales du Royaume. Bruges, Gailliard, 1865. [Bruges / Typ.-lith. de Edw. Gailliard & Comp. / 1865] In-8° demi-simili rouge à coins, XIV, [2 bl.], 122 p., frontispice gravé, exemplaire dédicacé par Léopold Van Hollebeke au baron de Crassier, cachet ex-libris à la page de faux-titre.
Extrait de la préface :
   Le recueil que nous offrons au public est l'œuvre d'un ancien jurisconsulte. Il l'a destiné, comme il le déclare lui-même, dans son Avis préliminaire, « à tous ceux qui, soit du chef des charges dont ils sont revêtus, soit par littérature, ou curiosité, doivent ou veulent avoir une connoissance aisée des lois héraldiques des Pays-Bas autrichiens. »
   Réduire, sous forme de Dictionnaire, tous les ëdits et ordonnances relatifs à la matière, afin d'éviter des recherches toujours longues, souvent fastidieuses, dans des ouvrages volumineux, tels que la Jurisprudentia heroïca de Chrystyn, les Placards de Flandre et de Brabant, la Collection des Édits héraldiques publiée par Ermens, tel a été le but de Philippe O'Kelly, quand il conçut l'idée de son livre.
   Cet opuscule, tout l'indique, fut préparé pour être livré à l'impression, et il eût certainement paru, si d'abord des événements néfastes, ensuite le changement de régime, ne lui avaient fait perdre momentanément, sinon son intérêt, du moins son actualité. Mais des temps meilleurs ont succédé aux temps d'orage, et en publiant ce travail, nous ne faisons qu'accomplir une clause tacite du testament de l'auteur.
   Que ce petit travail n'est point parfait, Philippe l'avoue lui-même, avec la modestie d'un homme qui, tout en ayant la conscience de son talent, s'incline devant le progrès des études dans une époque postérieure à la sienne. Il n'a d'autre prétention que celle d'avoir composé un canevas ; mais quel canevas ! Il serait difficile, nous en avons la persuasion, de former un ensemble plus succinct, remplissant mieux les besoins auxquels il est appelé à satisfaire.
   Nous avons donc résolu de conserver à notre édition son caractère original, de ne transcrire que le manuscrit du roi d'armes.
   S'il a fallu parfois dévier de ce principe, ce n'a été que pour faire mieux comprendre la pensée de l'auteur ou pour suppléer à quelque légère omission de copiste.
   Enfin, l'œuvre de Philippe O'Kelly, terminée ne pouvait contenir les dispositions d'une date plus rapprochée. Elles ne sont point nombreuses et consistent, à part quelques ordonnances touchant les chapitres nobles, en de simples interprétations des décrets antérieurs. Les premières sont analysées dans le supplément ; quant aux autres, vu leur peu d'importance, nous avons cru pouvoir les omettre.

30 euros (code de commande : 22754).

 

PAILLARD (Charles) Considérations sur les causes générales des troubles des Pays-Bas au XVIe siècle. Bruxelles-Valenciennes, Campan-Lemaître, 1874. In-8° broché, 150 p., exemplaire non coupé, quelques rousseurs.

20 euros (code de commande : 307/67).

 

Le Parlement au fil de l'Histoire. 1831-1981. Bruxelles, Chambre des Représentants et Sénat, 1981. In-4° broché, 114 p., illustrations en noir et en couleurs.
Table des matières :
   - 
Avant-propos.
   Introduction.
   1831-1981 : déjà 150 ans !
   1830, naissance d'un État.
   En 1831, une Constitution que l'Europe nous envie.
   La Constitution, des pouvoirs distincts et équilibrés.
      - Le Pouvoir législatif.
         - En 1831, pourquoi deux Chambres ?
         - En 1831, qui peut siéger au Parlement ?
         - Que font les élus de la Nation ?
         - Les rapports Parlement - Gouvernement.
            - De la révision de la Constitution.
      - Le Pouvoir exécutif.
      - Le Roi.
         - L'évolution du pouvoir royal depuis 1831.
      - Le Gouvernement.
      - Le Pouvoir judiciaire.
   
Notre droit de vote, résultat d'une longue marche.
      - 
Le suffrage censitaire, 1831-1893.
      - Campagnes et villes : des cens différenciés,. 1831-1848.
      - 1848 : une révolution évitée, une évolution acquise.
      - Jusqu'en 1893, une situation bloquée.
      - Le suffrage universel mais plural, 1893-1914.
      - L'établissement du système.
      - Les critiques à l'égard du système.
      - L'accession au Sénat.
         - La représentation proportionnelle.
      - Le suffrage universel pur et simple, 1919...
      - 
L'établissement du système.
      - Les « votes problèmes » (les femmes - les jeunes - les étrangers).
      - Les élections.
      - Les campagnes électorales en régime censitaire.
      - Les élections du XXème siècle.
   Le travail parlementaire hier et aujourd'hui.
      - Le Palais de la Nation, cadre du travail parlementaire (les bâtiments - les services).
      - L'organisation interne des Assemblées.
         - Le bureau des Assemblées.
         - Les groupes politiques.
         - Les groupes linguistiques.
         - Les commissions (l'enquête parlementaire).
      - Une séance au Parlement.
      - Le Parlementaire au XIXème et au XXème siècle.
      - Le résultat du travail parlementaire.
         - Bilan d'une session au XIXème siècle : la session ordinaire 1885-1886.
         - Bilan d'une session au XXème siècle : la session ordinaire 1974-1975.
      - La permanence des grands problèmes évoqués devant le Parlement.
         - La Question scolaire : la loi de 1879, la loi de 1959.
         - La Question du Congo : la reprise par la Belgique, le chemin vers l'Indépendance.
   Un Parlement pour qui ? Pour quoi ?
      - De quelques critiques : Le parlementarisme.
         - Le régime parlementaire.
         - L'évolution du régime parlementaire.
      - De quelques critiques : Les parlementaires.
         - Dans leur travail : l'absentéisme, le rendement du travail.
         - Leurs avantages : l'indemnité et les avantages, annexes, les cumuls.
   La Régionalisation.
      - Petite histoire de la réforme de l'État en matière législative.
         - De 1831 à 1970 : un Parlement national.
         - 1970 : un Parlement, des Communautés culturelles, des Régions.
         - De 1971 à 1980 : un Parlement, des essais de création d'institutions communautaires et régionales.
   L'été 1980, un aboutissement ?

18 euros (code de commande : 20829).

 

[P[arti] O[uvrier] B[elge]]. 1885-1985. Du Parti Ouvrier Belge au Parti Socialiste. Mélanges publiés à l'occasion du centenaire du P.O.B. par l'Institut Émile Vandervelde. Bruxelles, Labor, 1985. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 421 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, exemplaire en parfait état.
Table des matières :
   Introduction, par Claude Desama.
   Première partie : Quel socialisme ?
      Chapitre 1 : Les gènes multiples du socialisme, par Freddy Joris.
      Chapitre 2 : Le P.O.B. et le marxisme, par Jacques Nagels et Françoise Nice.
      Chapitre 3 : Le socialisme coopératif, par Guy Quaden et Roger Ramaekers.
      Chapitre 4 : Du collectivisme au Plan de travail, par José Gotovitch.
      Chapitre 5 : Vers le socialisme gestionnaire, par Claude Desama.
   Deuxième partie : Socialisme et société.
      Chapitre 1 : Vie ouvrière, vie socialiste, par Robert Devleeshouwer.
      Chapitre 2 : Socialisme et culture, par Jacques Stiennon.
      Chapitre 3 : Socialisme et laïcité, par Philippe Moureaux.
      Chapitre 4 : Socialisme et religion, par Jacques Stiennon.
      Chapitre 5 : Le socialisme et les problèmes communautaires, par Jean Beaufays.
      Chapitre 6 : Le socialisme et l'école, par Jean Leclercq-Paulissen.
      Chapitre 7 : Le socialisme et les femmes, par Marinette Bruwier.
   Troisième partie : Socialisme belge et international.
      Chapitre 1 : La lutte pour la paix, par Christine Somerhausen.
      Chapitre 2 : L'apport du P.S.B.-P.S. à l'intégration européenne, par Jean Poorterman et Michel Stavaux.
      Chapitre 3 : Socialisme et triers monde, par Robert Flagothier et Freddy Joris.

40 euros (code de commande : 14438).

 

PASTERGER (Marc) — La mer qui se souvient. Les plus belles histoires de la Côte belge. Paris, De Fallois, 2004. In-8° collé, 246 p., exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
   De La Panne à Knokke, en passant par Ostende, Marc Pasteger raconte la Côte belge en une cinquantaine d'histoires.
   On y trouvera Léopold Ier, premier roi des Belges, débarquant dans son futur royaume, ou bien son fils, le roi Léopold II, alors sexagénaire, séduit par la jeune Blanche Delacroix qui sera l'un des grands amours de sa vie.
   On suivra un futur pape, Léon XIII, dans ses escapades, Alexandre Dumas qui n'arrive pas à voir l'océan à cause du brouillard, Chateaubriand obsédé par Ostende d'où il espère s'embarquer pour l'Angleterre, Maupassant dont le ballon s'écrase à côté de Knokke, Stefan Zweig qui, au Coq, à la veille de la guerre 1914, jure que la Belgique restera un pays neutre, Joséphine Baker rencontrant son futur mari, Charles Aznavour débutant indésirable...
   Et tant d'autres. Du violoniste Eugène Ysaye, à Siska qui fit de ses gaufres une institution, et de James Ensor, peintre de toujours, au libraire Mathieu Corman, reporter et militant communiste...
   Et puis des inconnus, comme ces Américains sauvés de la noyade à Zeebruges par un chien, ce couple belge à qui un repas bien arrosé a failli être fatal, ou ce jeune Français qui ne saura jamais s'il est un criminel...

10 euros (code de commande : 22707).

 

PERRIN (François) La Belgique au défi. Flamands et Wallons à la recherche d'un État. [Huy], [Imprimerie Coopérative], [ca 1962]. In-8° broché, 214 p.
Avertissement :
« Le présent ouvrage est publié au moment même où va s'installer le groupe de travail constitué par le gouvernement pour préparer la révision de la Constitution belge.
Ce n'est pas une coïncidence.
Aucune construction juridique ou politique n'est viable sans la participation consciente de l'opinion publique. Ce livre tend à faire le point ; il n'est que l'expression de la grave crise de conscience nationale que traverse le pays.
La Belgique existe-t-elle encore dans l'esprit des hommes et des femmes qui l'habitent ? Peut-elle prendre des formes nouvelles ? C'est à ces questions que ces pages essayent de répondre sincèrement et sans ménagement aucun pour le conformisme officiel.
Ce livre n'engage que la responsabilité de son auteur. Il ne prétend pas être une œuvre collective, expression de la doctrine d'un mouvement ou d'une association quelconque.
Il tente, d'une manière inévitablement incomplète, de rassembler les idées qui ont été émises depuis trente ans environ sur le destin de l'État belge, et la réalité des peuples qui le composent. »

15 euros (code de commande : 11182).

 

[PHILIPPE-LE-BON]. BONENFANT (Paul) — Philippe-le-Bon. Troisième édition. Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1955. In-12 broché, 154 p., une illustration en frontispice, (collection « Notre Passé », deuxième série, n° IV).
Table des matières :
   - L'héritage de Philippe.
   - La personnalité de Philippe.
   - L'alliance anglaise et la pénétration dans l'Empire.
   - Le rétablissement de la paix.
   - La paix : projets et réalisations.
   - Les dernières années.
   - L'œuvre de Philippe.

   - Note bibliographique.

9 euros (code de commande : 16153*).

[PHILIPPE LE BON]. INGHAM (François) — Philippe-le-Bon. 2e édition. Rixensart, Les Éditions de Belgique, 1944. In-8° broché, 256 p.

10 euros (code de commande : 367/63).

 

PIÉRARD (Louis) Regards sur la Belgique. Ouvrage illustré de vingt dessins de Frans Masereel. Grenoble - Bruxelles, Arthaud - Labor, 1946. In-12 broché, 336 p., cachets de bibliothèque.

7 euros (code de commande : 5767).

 

PIRENNE (Henri) — La nation belge. Discours prononcé à la distribution des prix aux lauréats du concours universitaire et du concours général de l'enseignement moyen le 1er octobre 1899. Gand, Vander Haeghen, 1900. In-8° agrafé, 16 p., hommage de l'auteur à Léopold Devillers, couverture très fragile.
Extrait :
   Désigné par M. le Ministre de l'Intérieur et de l'instruction publique pour prononcer le discours d'usage en la cérémonie d'aujourd'hui, j'ai cherché, dans le domaine de mes études, un sujet qui, tout en me permettant de parler avec quelque compétence, présentât encore un intérêt assez général, peut-être même assez actuel, pour pouvoir par lui-même, à défaut du talent de son interprète, retenir l'attention et solliciter la pensée. Je crois l'avoir trouvé dans certains caractères généraux que présente notre histoire nationale.
   S'il était encore besoin de prouver que l'opinion du grand nombre n'est pas toujours l'opinion exacte, on ne saurait choisir de meilleur exemple que le jugement qu'on a coutume de porter sur l'histoire de Belgique. En l'absence d'autres mérites, ce jugement a, sans doute, celui de la clarté. On peut le résumer en ces termes : « Il n'y a pas d'histoire de Belgique. Notre pays est une œuvre, sinon artificielle, du moins toute récente de la diplomatie européenne. Il date de la conférence de Londres. Son passé ne remonte qu'à 1830. » Vous avez tous surpris ces paroles dans la bouche d'hommes même fort instruits ; vous les avez lues dans la presse, vous les avez entendues retentir au Parlement. Elles répondent si bien à l'esprit public que les Chambres ont pu, un beau jour, sans soulever la moindre protestation, supprimer dans nos Universités l'enseignement de l'histoire nationale pour les temps antérieurs à la période moderne.
   Eh bien, il faut le proclamer sans hésitation, cette manière de voir est aussi fausse qu'elle est répandue. Et si elle est fausse, le devoir commande impérieusement de la combattre, car on n'en pourrait trouver de plus nuisible pour la patrie, parce qu'il n'y en a pas de plus décourageante poulies citoyens. À quoi bon, en effet, se dévouer au bien d'une nation factice, se sacrifier à l'avantage d'une collectivité née d'hier par la volonté de l'Europe et que cette même volonté peut supprimer demain? De bons esprits ont constaté souvent avec tristesse qu'en Belgique l'intérêt privé l'emporte presque toujours sur l'intérêt public, le particularisme sur le sentiment national. Comment n'en pourrait-il pas être ainsi ? L'opinion courante ne présente-t-elle pas le patriotisme comme une duperie et ne réduit-elle pas, dès lors, même les meilleurs d'entre nous, à se réfugier dans un scepticisme résigné, bien qu'à tout prendre des plus confortables ?
   Mais, je le redis encore et je vais essayer de le montrer, l'opinion courante se trompe. Il est faux que nous n'ayons pas de droit à une existence nationale propre, faux que nous soyons sans passé et par conséquent sans avenir, faux enfin que nous n'ayons de raison d'être que des combinaisons de politique européenne, de titres que des traités internationaux. Si on a pu le croire, et le croire de très bonne foi, je me hâte de l'ajouter, c'est parce que l'on ne s'est pas donné la peine d'étudier suffisamment les conditions très spéciales au milieu desquelles notre histoire s'est déroulée. Ne lui voyant pas, dès l'abord, ces caractères d'unité et de logique si frappants dans celles, par exemple, de France ou d'Angleterre, on s'est hâté d'affirmer qu'elle n'était pas, et cette solution simpliste s'est trouvée contraire à la vérité.

8 euros (code de commande : 24014).

 

PIRENNE (Jacques) — Il faut doter le pays d'un statut linguistique. Bruxelles, Ligue Nationale pour l'Unité Belge, 1929. In-8° agrafé, 32 p.

10 euros (code de commande : 13561*).

 

PIRENNE (Jacques) — Mémoires et notes politiques. Verviers, André Gérard, 1975. In-8° broché, 461 p., couverture défraîchie.
En quatrième de couverture :
   Jacques Pirenne a tenu toute sa vie des carnets où il a consigné, au jour le jour, les événements marquants auxquels il a été mêlé, ainsi que des réflexions sur son métier – d'avocat, d'abord, de professeur ensuite – et sur ses travaux historiques. Il a formé le projet, à la fin de sa vie, d'en extraire un ouvrage de mémoires, auquel il n'a plus eu le temps de mettre la dernière main, mais sur la composition exacte duquel il a laissé des instructions précises. Ce livre est donc, en quelque sorte, exécutoire de ses dernières volontés. On y retrouvera l'humaniste et l'homme d'action, le témoin de deux guerres, le plaideur de retentissants procès internationaux, l'auteur des Grands courants de l'histoire universelle, le spécialiste des civilisations orientales, l'observateur et le théoricien politique, enfin le secrétaire du roi Léopold II et l'acteur passionné de cette « question royale » qui a divisé la Belgique et sur laquelle les Mémoires apportent nombre de détails inédits.

15 euros (code de commande : 19483).

 

PIRON (Maurice) — Aspects et profil de la culture romane en Belgique. Liège, Éditions Sciences et Lettres, 1978. In-8° broché, 163 p.

15 euros (code de commande : 370/63).

 

PLAVSIC (Wladimir) — Monsieur le Premier ministre. Bruxelles, Hatier, 1988. In-8° broché, 303 p., quelques illustrations, (collection « Grands Documents »).
En quatrième de couverture :
   De nombreux ouvrages ont étudié le fonctionnement du pouvoir exécutif dans le cadre de notre droit public. Le livre de Wladimir Plavsic sur le Premier ministre en Belgique se situe dans une perspective différente. Sans négliger, bien sûr, les aspects constitutionnels du sujet, il étudie plutôt le rôle du Premier ministre sous l'angle de la science politique. Son but est avant tout d'expliquer ce rôle du Premier ministre dans le fonctionnement du gouvernement comme dans la vie nationale, et de décrire les multiples aspects de la fonction. Il y a là un domaine mal connu. Le public se pose souvent à son sujet des questions qui prouvent la nécessité de mieux le mettre en lumière. Et c'est ce qui donne à ces pages leur originalité.
   Étant au service de l'institution, l'auteur a pu puiser à toutes les sources imprimées pour examiner successivement les fondements et l'historique de la fonction, la formation du gouvernement, le rôle de la monarchie dans le système constitutionnel, l'organisation du gouvernement, les attributions essentielles du Premier ministre, le conseil des ministres, le Premier ministre et le conseil des ministres au travail, la procédure formelle et les pratiques au conseil des ministres, les services du Premier ministre, la vie quotidienne au 16, rue de la Loi, et le départ. La première partie de l'ouvrage se termine par des considérations sur la fonction du Premier ministre. Dans la deuxième partie, l'auteur raconte les quinze hommes politiques qui, de 1944 à 1988, ont exercé la charge de Premier ministre: quarante ans d'histoire politique de la Belgique et une quantité de faits inconnus et peu connus. Un document d'érudition, et d'agréable lecture, sur les images du pouvoir au Royaume de Belgique.

10 euros (code de commande : 14787)..

 

PLUMET (Philippe) — La presse quotidienne belge de la Libération (4 septembre 1944 - 31 décembre 1945). Louvain-Bruxelles, Nauwelaerts, 1985. In-8° broché, 263 p., (collection « Centre Interuniversitaire d'Histoire Contemporaine - Cahiers », n° 98).
Table des matières :
   - Avant-propos.
   - Introduction.
   - Bibliographie.
   Chapitre I. Répertoire de la presse quotidienne belge de la Libération.
      - Introduction.
      Section I. Répertoire des quotidiens d'information générale.
      Section II. Quotidiens spécialisés.
   Chapitre II. Physionomie de la presse quotidienne belge de la Libération.
      Section I. Structures de la presse de la Libération.
         I. Presse d'information générale et presse spécialisée.
         II. Structures de la presse quotidienne d'information générale.
            A. Structures géographiques, régionales et linguistiques.
            B. Structures idéologiques de la presse quotidienne d'information générale.
            C. Structures économiques et juridiques de la presse d'information générale.
         III. Structures de la presse quotidienne spécialisée.
      Section II. Comparaison entre la situation de la presse quotidienne belge avant la guerre et à la Libération.
         I. Situation de la presse quotidienne belge avant la guerre.
            A. Situation de la presse quotidienne d'information générale.
            B. Situation de la presse spécialisée.
         II. Comparaison entre la situation de la presse quotidienne d'information générale avant la guerre et à la Libération.
            A. Évolution du nombre de titres ; journaux disparus ; nouveaux titres ; titres qui subsistent.
            B. Évolution des structures géographiques et linguistiques.
            C. Évolution des structures idéologiques.
            D. Évolution des structures économiques et juridiques.
         III. Comparaison entre la situation de la presse spécialisée avant la guerre et à la Libération.
            A. Nombre de titres ; journaux disparus ; nouveaux titres ; journaux qui subsistent.
            B. Évolution des structures géographiques et linguistiques.
            C. Évolution des structures économiques et juridiques.
      Section III. Presse de la Libération et presse sous l'occupation.
         I. Presse clandestine et presse de la Libération.
         II. Journaux censurés et presse de la Libération.
   Chapitre III. Problèmes posés par la reparution et la réorganisation de la presse à la Libération.
      - Introduction.
      Section I. Le rôle de la Mission Information de la Mission Civil Affairs : projets à Londres et réalisations en Belgique.
         I. La Mission Information des Civil Affairs à Londres.
            A. Composition et organisation.
            B. Objectifs et projets de la section Presse de la Mission Information.
         II. Les réalisations de la section Presse en Belgique.
            A. Faire distribuer un journal belge.
            B. Recevoir et distribuer des informations et de la documentation.
            C. Assister la presse belge en ce qui concerne la censure.
            D. Fournir au chef de la Mission d'Affaires Civiles toute documentation dont ce dernier pourrait avoir besoin en matière d'autorisation de publication ou de suspension.
            E. Assister la presse belge dans les difficultés matérielles.
            F. Fournir aux éditeurs un crédit de départ remboursable à court terme.
      Section II. Le problème de la censure.
         I. L'organisation de la censure.
            A. Principes généraux.
            B. Organisation de la censure militaire.
            C. Le contrôle politique et civil de la presse.
         II. Les conséquences concrètes du contrôle : les suspensions du « Gaulois » et du « Quotidien ».
            A. Les motifs invoqués pour justifier les suspensions.
            B. Quels commentaires émettre à propos de ces suspensions.
      Section III. L'Agence Belga : reprise des activités et changement de statut.
         I. Les problèmes techniques et matériels posés par la reprise de l'activité de Belga.
         II. La transformation du statut de Belga : l'Agence est rachetée et gérée par la presse.
      Section IV. Le Statut des journalistes.
         I. Le statut des journalistes avant la guerre.
            A. L'attitude et le rôle des associations professionnelles.
            B. Le Centre d'Etudes pour la Réforme de l'État et la presse.
         II. Le statut des journalistes pendant la guerre.
            A. La commission de l'A.G.P.B. poursuit son travail clandestinement.
            B. Le problème du statut du journaliste à Londres - Les travaux de la Commission Belge pour l'Étude des Problèmes de l'Après-Guerre.
         III. Le statut des journalistes à la Libération.
   - Conclusion.
   - Annexes.
   - Index (Index des noms de personnes - Index des quotidiens et périodiques - Index des noms de lieux).

20 euros (code de commande : 24965).

 

POHL (Jacques) — Les variétés régionales du français. Études belges (1945-1977). Bruxelles, Université de Bruxelles, 1979. In-8° broché, 187 p., (collection « Faculté de Philosophie et Lettres - Sources et Instruments », n° III), couverture tachée.
En quatrième de couverture :
   
S'appuyant sur une bibliographie importante, l'ouvrage passe en revue les études que des Belges ont consacrées aux variétés régionales de la langue française.
   La grande majorité de ces études ont trait à la langue parlée en Belgique, considérée moins comme un ensemble d'« écarts » par rapport à un français qui serait celui des Parisiens cultivés, que comme l'écheveau des usages qui peuvent s'observer dans un territoire donné, et où se joignent le social, le dialectal et le politique. L'auteur propose notamment une définition du « belgicisme » qui fait coïncider isoglosse et frontière franco-belge.
   Plusieurs chapitres montrent, rapidement, ce que la connaissance de notre « français régional » doit aux travaux des historiens, des dialectologues, des folkloristes, ainsi qu'à la littérature, et le livre se termine par un panorama des « études belges » relatives au français parlé dans le reste du monde : l'Afrique y occupe une place de choix.
   L'ouvrage présente les travaux, divers et nombreux, qui, depuis la guerre, ont été consacrés à la langue française qui se parle en Belgique : études normatives ou descriptives, concernant le plus souvent le lexique, mais dont un bon nombre ont trait à la phonétique, à la syntaxe ou à ce qui relève de la sociolinguistique.

15 euros (code de commande : 17738).

 

Les principaux épisodes de l'Histoire nationale ou choix de biographies belges, livre de lecture pour la classe supérieure par une société d'instituteurs diplômés et revu par un inspecteur d'écoles. Bruxelles, Piessens-Landrien, [ca 1870]. In-12 sous cartonnage illustré d'éditeur, 214 p., illustrations, bon exemplaire de ce rare ouvrage.
Table des matières :
   I. Les anciens Belges.
   II. Ambiorix.
   III. Clovis.
   IV. Pépin de Landen et ses descendants.
   V. Charlemagne.
   VI. La féodalité.
   VII. Baudouin Bras de Fer.
   VIII. Les croisades.
   IX. Godefroid de Bouillon.
   X. Baudouin de Constantinople.
   XI. Affranchissement des communes.
   XII. Les matines brugeoises et la bataille des Éperons.
   XIII. Jacques et Philippe Van Artevelde.
   XIV. Philippe le Bon.
   XV. Charles le Téméraire.
   XVI. Marie de Bourgogne.
   XVII. Charles-Quint.
   XVIII. Philippe II.
   XIX. Albert et Isabelle.
   XX. Domination espagnole.
   XXI. Domination autrichienne. - Agneessens. - Compagnie d'Ostende.
   XXII. Révolution brabançonne.
   XXIII. Domination française.
   XXIV. Réunion à la Hollande.
   XXV. Révolution belge.
   XXVI. Léopold Ier.
   XXVII. Léopold II.

25 euros (code de commande : 18263).

 

Procès porté devant la cour d'assises du Brabant méridional contre L. De Potter, F. Tielemans, A. Barthels, J.-J. Coché-Mommens, E. Vanderstraeten, et J.-B. de Nève, accusés d'avoir excité directement a un complot ou attentat ayant pour but de changer ou de détruire le gouvernement du royaume des Pays-Bas ; contenant la correspondance saisie chez les accusés et leurs interrogatoires donnant l'explication des dénominations insultantes par lesquelles sont désignés les hauts personnages, d'éminents fonctionnaires, et autres, etc., ainsi que nombre de pièces diverses des plus intéressantes ; orné de deux lithographies, etc. Tomes I et II (complet). Bruxelles, Chez Brest Van Kempen, 3 mai 1830. Deux volumes in-8° sous cartonnage d'époque, 211, 348 p., un frontispice de Barthels et une planche, pièces de titres, dos insolés et rousseurs sinon bon exemplaire.
   
@ Ces deux volumes reprennent tous les actes d'accusations, les interrogatoires et les pièces justificatives que contient ce procès « d'agitateurs » à la veille de la révolution belge. Il mettait en scène trois journalistes et trois imprimeurs accusés d'être les auteurs, co-auteurs ou complices « d'attentat et de complot ayant pour but de changer ou de détruire le gouvernement de ce pays ». D'avoir les trois premiers, par des écrits imprimés, nommément les journaux le Courrier des Pays-Bas des 1er et 3 février; le Belge des 31 janvier et 3 février, et le Catholique, des 31 janvier, 4, 6, et 7 février 1830, excité directement les citoyens ou habitants à commettre des crimes. Et les trois derniers, d'avoir, « au moyen des journaux susdits, aidé ou assisté, avec connaissance, l'auteur ou les auteurs de l'action dont il s'agit dans les faits qui l'ont préparée ou facilitée ou dans ceux qui l'ont consommée. »

Les deux volumes : 100 euros (code de commande : 12207).

 

Projet d'instauration du fédéralisme en Belgique par la Commission des Affaires Wallonnes de la Fédération Liégeoise du P. S. B. Liège, Fédération Liégeoise du Parti Socialiste Belge, [1945]. In-8° agrafé, 60 p.
Préface :
   Nous sommes particulièrement heureux de présenter au public un des plus importants travaux entrepris, sous l'occupation ennemie, par des Commissions d'études constituées par la Fédération Liégeoise du P. S. B. Il s'agit d'un projet de fédéralisme pour la Belgique, formé par la Commission des Affaires wallonnes, siégeant clandestinement pendant une longue année, exactement du 31 août 1943 au 31 août 1944, au rythme d'une séance de trois à quatre heures par semaine, sauf une interruption d'un mois rendue nécessaire, comme mesure de précaution, à la suite de l'arrestation, par la Gestapo, de notre ami Gruselin.
   Comme on le verra, cette étude, qui a déjà paru sous une forme brièvement résumée dans les colonnes du journal « Le Monde du Travail », représente un travail sérieux et important. Elle est présentée sous la forme de quatorze résolutions, qui sont elles-mêmes la conclusion résumée des débats. La collection des procès-verbaux, qui compte environ 500 grandes pages, sera, nous l'espérons, publiée un jour, pour compléter la présente publication et aider à sa pleine compréhension.
   Il convient de préciser ici que les diverses instances du Parti n'ont pu encore se prononcer sur les nombreuses modalités de ce projet. Néanmoins, quelques grands principes qu'il contient (notamment ceux qui ont trait à la règle de compétence, à la forme confédérale et à la sécession) ont reçu l'agrément d'une assemblée de mandataires socialistes de la province de Liège. Enfin, il faut souligner que le principe même du fédéralisme a été voté à l'unanimité par le Congrès clandestin de la Centrale Wallonne du P. S. B., tenu à Bruxelles le 30 mai 1943.
   Il va de soi que cette œuvre collective ne constitue pas un projet au texte duquel il ne doit ni ne peut être rien changé. Mais il n'en reste pas moins, qu'il constitue le travail le plus complet et le plus approfondi qui ait été jusqu'ici consacré à la question wallonne et que, dans l'avenir, quel que soit son destin, il fera date dans l'histoire des rapports flamando-wallons, en ce sens qu'on ne pourra se dispenser de l'étudier ni de s'y reporter.
   En prenant ainsi en main la cause wallonne, le Parti Socialiste rend à la Wallonie un service que celle-ci n'oubliera pas.

12 euros (code de commande : 24059).

 

RAHIR (Edmond) — Sites à sauvegarder proposés par la Société Royale Belge d'Anthropologie et de Préhistoire et par la Fédération Nationale pour la Défense de la Nature. Bruxelles, Société Royale Belge D'anthropologie et de Préhistoire, 1932. In-8° agrafé, 31 p., illustrations.
   Extrait du Bulletin de la Société Royale Belge d'Anthropologie et de Préhistoire.
Table des matières :
   - Sites et monuments archéologiques à sauvegarder.
   - La « Carrière Hélin ».
   - La grotte de Spy.
   - Le « Caillou qui Bique ».
   - L'« Abri Sandron » et la « Grotte du Docteur ».
   - Les grottes de Goyet.
   - Le « Trou Magrite ».
   - Les grottes de Fond-de-Forêt.
   - Les grottes de « Montaigle ».
   - Les grottes d'Hastière.
   - Le « Trou de l'Abîme », à Couvin.
   - La grotte de Verlaine.
   - Le « Trou des Blaireaux », à Vaucelles.
   - Le Plateau de « l'Ermitage », à Boussu-en-Fagne.
   - La station néolithique d'Ottenbourg et sa levée funéraire.
   - Les « Pierres des Fées », à Saint-Mard.
   - La « Pierre qui Tourne », à Velaine-sur-Sambre.
   - Les trois menhirs renversés d'Oppagne.
   - La nécropole du Grand Bois, à Saint-Vincent.
   - Les tombelles du bois de Rixensart.
   - Les tombelles d'Overpelt.
   - Le « Camp d'Hastedon ».
   - Le « Vieux Mur », à Namur.
   - Le refuge fortifié de Buzenol.
   - Le « Castelet de Rouveroy ».
   - Le « Ti Château », à Hotton.
   - Le refuge de Salm-Château.
   - Le « Vieux Château », de Rochefort.
   - Les mardelles de Bihain.
   - La grotte sépulcrale de Sinsin.
   - La « Seneca Berg », à Borght.
   - Les murs romains de Tongres.

8 euros (code de commande : 24812).

 

RENARD (André) — Vers le Socialisme par l'action. Liège, Impredi, 1958. In-8° agrafé, 61 p., exemplaire en très bel état.
Introduction :
   Il y a aujourd'hui un malaise qui est incontestablement ressenti par l'ensemble des travailleurs. Ceux-ci sont partagés entre des sentiments contradictoires. Ils continuent à croire au socialisme et à ses doctrines révolutionnaires. Ils veulent faire ce socialisme. Mais, d'autre part, on leur dit que le chemin qui y conduit passe par une collaboration presque permanente avec les milieux bourgeois. Et cela crée finalement dans la classe ouvrière un pénible sentiment d'impuissance à réaliser ses fins.
   Les avantages sociaux obtenus dans le passé peuvent donner l'illusion que l'on évolue petit à petit vers une société basée sur plus de justice sociale. Or, ces avantages sociaux sont tout juste mesurés par l'évolution de la technique et l'amélioration de la productivité. Les rapports entre classes sociales semblent moins tendus, moins aigus. Dans les faits cependant, ils sont restés ce qu'ils ont toujours été. Si la bourgeoisie le pouvait, elle écraserait les forces ouvrières organisées, sans aucune considération pour les nombreux engagements qu'elle a pu prendre dans le passé.
   L'action ouvrière, inspirée par notre doctrine socialiste, doit redevenir beaucoup plus vigoureuse. Elle doit se fixer des objectifs en ayant le souci de ne pas s'hypnotiser sur de grands mots ou sur des utopies. Elle doit se porter, avec beaucoup de réalisme, sur une transformation de structure du régime, transformation qui doit d'ailleurs permettre de substituer une économie basée sur la satisfaction des besoins à l'économie actuelle basée sur la recherche du profit.
   Tel est le sens des réflexions auxquelles nous nous sommes livrés. Nous avons voulu voir d'où nous venions, où nous allions et par quels moyens nous entendions atteindre nos objectifs. Nous n'avons pas la prétention de faire avec emphase la leçon à l'ensemble du mouvement ouvrier, mais nous estimons qu'il est de notre devoir d'apporter une contribution à la création d'un esprit ouvrier militant. Nous ne prétendons pas révéler la vérité. Nous serions déjà heureux si, autour des conceptions énoncées ici, la discussion s'engageait en dehors de toute arrière-pensée.

9 euros (code de commande : 22019).

 

RENARD (Claude) — La conquête du suffrage universel en Belgique. Bruxelles, Fondation J. Jacquemotte, 1966. In-8° broché, 310 p.
Extrait de l'avant-propos :
   La place et le rôle qui reviennent au suffrage universel dans les luttes du mouvement ouvrier international ont soulevé bien des discussions depuis les débuts de ce mouvement.
   Alors qu'en Allemagne, les marxistes eurent à combattre très tôt l'illusion lassallienne selon laquelle le suffrage universel ferait jouer automatiquement la loi du nombre en faveur des travailleurs, dans tous les pays latins et en Belgique, l'abstention politique préconisée par les anarchistes fut longtemps le principal obstacle au développement d'une organisation ouvrière indépendante. Si bien que, lors de la formation des premiers partis ouvriers dans ces pays, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, la reconnaissance de la nécessité de conquérir et d'utiliser le droit de suffrage put être interprétée par les marxistes comme une victoire décisive du socialisme scientifique sur le proudhonisme.
   L'utilisation pratique du suffrage universel posa ensuite à tous les partis ouvriers, directement ou indirectement, une série de questions nouvelles, liées aux appréciations que l'on portait, en réformistes ou en révolutionnaires, sur les possibilités que recelait l'institution, du point de vue de la réalisation des objectifs socialistes. La conquête de la majorité absolue était-elle possible ? Permettrait-elle, une fois acquise, de réaliser graduellement le socialisme et de faire ainsi l'économie d'une révolution violente ? Quels devaient être les rapports entre l'action parlementaire et l'action « directe » ? Laquelle devait avoir le pas sur l'autre ? etc. Autant de questions qui ont animé les luttes de tendances à l'intérieur des partis ouvriers avant 1914. Et les divergences qu'elles suscitaient ont compté parmi les causes de la rupture profonde qui se produisit, après la révolution russe, entre socialistes et communistes.
   Avec les révolutions prolétariennes, l'Histoire a commencé de répondre à ces questions, souvent en corrigeant et en renouvelant les termes dans lesquels on les avait formulées antérieurement et, toujours, en exigeant des partis ouvriers, qu'ils fussent bien ou mal préparés à cette tâche, de nouveaux efforts de recherche tenant mieux compte de l'originalité des expériences et de la diversité des situations. Nous vivons encore cette recherche difficile qui revêt une importance capitale pour l'avenir du mouvement dans les pays capitalistes, pour la reconstitution de son unité, car il s'agit maintenant de faire déboucher sur des positions de pouvoir toutes les expériences accumulées et tous les résultats obtenus en commun par la classe ouvrière dans sa pratique du suffrage universel, des institutions représentatives, de la démocratie politique.
   Aussi l'histoire de la conquête du suffrage universel en Belgique n'est-elle pas un sujet inactuel, purement historique. C'est encore un problème à la fois politique et théorique, problème que l'on ne peut élucider par des considérations générales valables pour tous les pays, en dehors de l'analyse des conditions concrètes dans lesquelles il est devenu un objet de luttes politiques et de réflexions théoriques.
   Le cas de la Belgique est d'ailleurs un cas idéal pour l'étude de ce problème, en raison de ses particularités historiques.
   La conquête du droit de vote, puis du suffrage universel pur et simple, a été pour la classe ouvrière belge l'aboutissement d'une lutte particulièrement longue et difficile. Cette lutte est si intimement liée à toute l'histoire du mouvement ouvrier et démocratique en Belgique, de ses débuts à 1914, que l'on ne peut considérer aucun des aspects particuliers de ce développement sans retrouver, d'une manière ou d'une autre, la revendication du suffrage universel.

15 euros (code de commande : 14519*).

 

[RENARD (Laurent)] Lettre d'Eustache Lefranc à Monseigneur Corneille-Richard-Antoine Van Bommel, pour la plus grande utilité du St-Siége, pour la mortification et le chatiment du clergé wallon, évêque de Liége, etc., etc., etc. 2me édition. Liége, Imprimerie des Missions, 1838. In-8° broché, 107, XI, [1 bl.] p., couverture salie, rare.
@ Laurent Renard (Liège, 1784-1852) ne fut pas qu'un brillant professeur d'archéologie et d'histoire de l'art moderne à l'Académie des Beaux-Arts de Liège, il fut également un homme engagé qui publia beaucoup et notamment le pamphlet présenté ici. À son propos, Ulysse Capitaine écrit que l'auteur y traite « des mariages mixtes, de l'infaillibilité du pape, du pouvoir temporel, du libre arbitre, des francs-maçons, etc., le tout avec beaucoup de verve et d'esprit, mais aussi avec un ton sarcastique que l'on doit condamner dans la discussion de matières aussi graves. » Les onze dernières pages qui ne figurent pas dans la première édition, contiennent la réponse à un article du Courrier de la Meuse du 5 avril.
& Delecourt, Dictionnaire des anonymes et pseudonymes, p. 554 ; J. Stecher, dans Biographie nationale, t. XIX, col. 51-59 ; U. Capitaine, Nécrologe liégeois pour 1852 ; Fesch, Bibliographie de la franc-maçonnerie, col. 1181.

50 euros (code de commande : 10395).

 

Revue belge d'Histoire militaire. Belgisch tijdschrift voor militaire geschiedenis. N° XXVIII-1. Mars 1989. Bruxelles, Société Royale des Amis du Musée Royal de l'Armée et d'Histoire Militaire, 1989. In-8° broché, 80 p., illustrations.
Outre les comptes-rendus, ce volume contient :
   - 
Een definitieve afrekening met de 8 % - mythe ? Het belgisch leger (1914-1918) en de sociale en numerieke taalverhoudingen onder de gesneuvelden van lagere rang. II, par Hans Keymeulen en Luc De Vos (pp. 1-37).
   - Les militaires belges en France après le 28 mai 1940. Un témoignage, par le lieutenant-général R. Dewandre (pp. 39-43).
   - Histoire des sous-officiers et soldats belges prisonniers de guerre, 1940-1945. Suite, par le général-major E. Gillet (pp. 45-78, une carte dépliante hors-texte).

8 euros (code de commande : 18649).

 

Revue belge d'Histoire militaire. Belgisch tijdschrift voor militaire geschiedenis. N° XXVIII-5. Mars 1990. Bruxelles, Société Royale des Amis du Musée Royal de l'Armée et d'Histoire Militaire, 1990. In-8° broché, [104 (pp. 337 à 440)] p., illustrations.
Outre les comptes-rendus, ce volume contient :
   - 
L'internement de soldats français en Belgique pendant la guerre de 1870, par P. Annet (pp. 337-350).
   - Histoire des sous-officiers et soldats belges prisonniers de guerre, 1940-1945. Fin, par le général-major E. Gillet (pp. 351-386, illustrations).
   - Aux origines de l'Armée secrète. La Légion belge en 1942, par le colonel V. Marquet (pp. 387-436, une carte dépliante hors texte).

8 euros (code de commande : 18650).

 

 

 

Rijkdom bedreigd. Brussel, Gemeetekrediet, 1990. In-4° broché, 231 p., illustrations en noir et en couleurs, bel exemplaire.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée en juin 1990 au Museum Arnold Vander Haeghen, à Gand puis à Anvers, Courtrai, Saint-Trond, Bruxelles, Bruges et Tienen.
Table des matières :
   - Verantwoording.
   - Woord vooraf, par F. Narmon.
   - Inleiding. De bedreiging van onze archief- en bibliotheekrijkdom, een realiteit !, par René De Herdt.
   - De bedreiging.
      - De opbouw van de verschillende grondstoffen, par Jan Wouters.
      - Een charter voor het boek : mens versus boek bij conservering en restauratie, par Chris Coppens.
      - De beschadiging van boeken, archivalia en documenten, par Jan Wouters et Ludwina Danhieux.
      - Tentoongestelde beschadigde documenten en boeken Kleurenillustraties.
   - De archief- en bibliotheekrijkdom aanwezig in de Vlaamse provincies.
      - Antwerpen.
      - Brabant.
      - Limburg.
      - Oost-Vlaanderen.
      - West-Vlaanderen.
   - Medewerkers van instellingen en auteurs.
   - Archieven, bibliotheken, musea.

20 euros (code de commande : 21801).

 

RILLAERS (Stéphane) — Vive la Belgique... ? Le dédale Wallons Flamands. Marcinelle, Cortext, 2007. In-8° collé, 275 p.
En quatrième de couverture :
   L'auteur nous propose ici un premier livre sur la question linguistique en Belgique et se base sur des faits historiques pour démonter mythes et idées reçues à propos des rapports entre les deux, voire les trois, communautés linguistiques du pays. Il répond ainsi, faits à l'appui, à bon nombre d'arguments avancés par les nationalistes flamands pour justifier leurs revendications.
   Vive la Belgique... ? Le dédale Wallons Flamands n'est cependant pas un livre « anti-flamand » et tente plutôt d'expliciter les logiques des deux communautés, celles du « droit du sol » et du « droit des gens ». S'interrogeant à la fois sur les fondements et attendus des légitimités francophones et néerlandophones, l'auteur se questionne sur leur possible combinaison, se prononçant sans ambiguïté pour une « Belgique possible ».

12 euros (code de commande : 18425).

 

SACCASYN DELLA SANTA (E. ) La Belgique Préhistorique. Bruxelles, Office de Publicité, 1946. In-12 broché, 102 p., illustrations, (« Collection Nationale », 6me série, n° 69).

8 euros (code de commande : 318/67).

 

SAERENS (Lieven)Étrangers dans la cité. Anvers et ses Juifs (1880-1944). Traduit par Serge Govaert. Bruxelles, Labor, 2005. Fort in-8° collé sous jaquette, 1101 p., bon exemplaire de cet ouvrage de référence peu courant.
En quatrième de couverture :
   Pendant la Seconde Guerre mondiale, près de 45 % des Juifs de Belgique furent déportés. Mais à Anvers, les chiffres sont plus élevés : au moins 65 % des Juifs y ont été victimes de la « solution finale ». C'est beaucoup, surtout quand on sait que jusque dans les années 1920, un climat de relative tolérance régnait vis-à-vis des « étrangers » dans la ville. Les Juifs étaient de plus en plus nombreux à gagner la métropole ; mais il n'y avait pas pour autant, automatiquement, d'antisémitisme sur une grande échelle. À Anvers, de nombreux Juifs se sont engagés dans le mouvement flamand, un fait qui mérite d'être épinglé. Étrangers dans la cité décrit la montée progressive de la xénophobie à Anvers dans les années 1930, son implantation dans les milieux nationalistes belges d'abord puis dans ceux, plus tolérants, du nationalisme flamand. Enfin, en abordant la période de guerre, la plus terrible, l'auteur met notamment au jour l'attitude de la police anversoise et de la collaboration locale à l'égard des Juifs.

50 euros (code de commande : 24924).

 

SAITO (Keiko) — Seio-chusei Kanshu-ho-monjo no Kenkyu [Études de droit médiéval en Europe occidentale - Pays-Bas : Villes et Pays et le concept de « Liberté et d'Autonomie ».] Fukuoka, Kyushu Institute Publishing, 1992. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, XIII, 306 p., texte en japonais uniquement, exemplaire dédicacé par l'auteure.

15 euros (code de commande : 17686).

 

SERVAIS (Max) — Armorial des provinces et des communes de Belgique. Et Armorial des provinces et des communes de Belgique. Supplément 1955-1968. Bruxelles, Crédit Communal, 1955-1969. Deux volumes in-4° sous reliures d'éditeur, 1041 et 468 p., illustrations en noir et en couleurs, tirage limité à 2500 (premier volume) et 1000 exemplaires (supplément) numérotés (n° 983), les pages de titre et de justification de tirage du premier volume manquent.
Préface du Supplément, par M. Van Audenhove :
   Monsieur Max Servais publie, depuis 1950, dans le Bulletin trimestriel du Crédit Communal de Belgique, une imposante série d'articles consacrés à l'héraldique et à la sigillographie des provinces et des communes belges.
   Illustrées de représentations graphiques, expliquant succinctement les raisons qui ont provoqué la reconnaissance ou l'octroi des armoiries communales, ces notices intéressent vivement les lecteurs de notre périodique, suscitent des réactions nombreuses : compléments d'information ou demandes de renseignements.
   C'est pourquoi notre Société eut l'idée de publier en 1955, lors de son 95e anniversaire, un Armorial des Provinces et Communes de Belgique, dans lequel M. Servais réunirait ses articles remaniés et coordonnés.
   En fait, le projet aboutit, au prix d'un labeur de tous les jours assuré bénévolement par l'auteur pendant des années, à l'élaboration d'une véritable somme en la matière.
   Le monumental ouvrage – plus de mille pages in-4° – que nous avons édité n'est pas seulement, en effet, le seul travail qui reproduise et décrive, en exposant les raisons qui ont déterminé leur choix, les emblèmes héraldiques des neuf provinces et des 861 communes auxquelles des armoiries ou des sceaux ont été reconnus ou concédés de 1817 à la fin de 1954. Il comprend, en outre, des chapitres introductifs sur les origines, le langage et les moyens d'expression héraldiques, les usages et les droits des villes en ce domaine. On y trouve encore le blasonnement des armoiries et des sceaux du Royaume, des provinces et des communes qui font usage d'emblèmes particuliers. Enfin, une troisième partie, de loin la plus copieuse, se compose de notes héraldiques et historiques sur le Royaume, les provinces et les communes groupées par type d'armoiries. Une table de noms de lieux et une table onomastique facilitent la consultation.
   Aussi cet ouvrage, qui complétait une lacune déplorée, au début du siècle déjà, par l'éminent héraldiste J.-Th. de Raadt, fut-il unanimement apprécié par les spécialistes de notre pays et même de l'étranger puisque l'« Instituto intemacional de Genealogia y Heraldica » de Madrid décerna le « Prix Silvio Mannucci » à son auteur.
   D'autre part, l'incontestable succès qu'il rencontra auprès des amateurs et du public prouve bien que cet Armorial répondait à un réel besoin : l'édition en langue néerlandaise est, en effet, complètement épuisée depuis plusieurs années et le stock d'exemplaires disponibles en langue française est actuellement très restreint.
   On constate, en outre, que le nombre des demandes d'attribution d'armoires communales a considérablement augmenté : 861 communes en avaient obtenu jusqu'en 1954 contre 169 de 1955 à la fin de 1968. Certes, l'activité des cercles d'histoire et des musées locaux qui se sont multipliés au cours de cette dernière période doit avoir provoqué, en partie, cette poussée. Mais il nous paraît incontestable que la publication de notre Armorial, dont chaque commune a d'ailleurs reçu un exemplaire, n'est pas étrangère à cette affirmation du particularisme de nos communautés.
   En raison même du nombre important des nouvelles reconnaissances ou concessions, il convenait, dans l'intérêt des chercheurs et des amateurs, de mettre notre premier ouvrage à jour en publiant le présent Supplément à l'Armorial des Provinces et des Communes de Belgique.
   M. Max Servais, qui, depuis 1955, donne régulièrement dans notre Bulletin au fur et à mesure de la publication au Moniteur belge des arrêtés royaux de reconnaissance ou de concession, des notes héraldiques, généalogique et historiques relatives aux communes en cause, a tenu à remanier et à augmenter ces textes en vue de leur réunion en un second volume.
   Les sources de l'auteur sont du même type que celles de l'Armorial de 1955 : les dossiers ministériels et l'abondante documentation dispensée dans de multiples travaux d'histoire locale. Le blason complet – c'est-à-dire accompagné de ses éventuels éléments extérieurs – qui accompagne le texte de chaque arrêté est repris du diplôme officiel.
   Le Supplément nous paraît aussi remarquable que l'Armorial.
   Sans doute embrasse-t-il une matière moins vaste puisqu'il n'y est question que de 169 localités niais chacune des notices y est plus détaillée surtout pour ce qui est de la généalogie des seigneurs locaux successifs.
   Nous en félicitons très cordialement M. Max Servais que nous remercions vivement de s'être imposé, une fois de plus, une tâche aussi ardue.

Les deux volumes : 80 euros (code de commande : 25034).

 

SIMON (A.) — Réunions des évêques de Belgique 1868-1883. Procès-verbaux. Louvain-Paris, Nauwelaerts, 1961. In-8° broché, 173 p., (collection « Centre Interuniversitaire d'Histoire Contemporaine - Cahiers », n° 17).
Avant-propos :
   - Ces procès-verbaux des réunions des évêques de Belgique se rapportent à la période durant laquelle l'archevêque de Malines, Mgr Dechamps, les dirigeait. Des annexes telles qu'elles se trouvent dans les dossiers Réunion des évêques de divers évêchés, des notes où sont reproduites in originali ou en résumé des pièces puisées dans plusieurs dépôts d'archives éclairent les discussions épiscopales. La littérature historique a également été utilisée.
   La méthode suivie pour l'édition de ces procès-verbaux et des annexes est celle employée précédemment pour la période de 1830 à 1867. Le texte original a été suivi le plus près possible et souvent publié tel quel. Il est alors, pour la facilité du lecteur, placé entre guillemets. Ces derniers passages ont été littéralement retenus parce qu'ils paraissaient, tant pour l'histoire religieuse que politico-religieuse, devoir être présentés avec toutes leurs nuances.
   Certains fragments sembleront peu clairs : ce sont généralement des notes éparses écrites par Mgr Dechamps avant, pendant ou après les séances. Ce prélat, dont le style était facile et l'improvisation féconde, pouvait, pour diriger les débats, se contenter, contrairement à son prédécesseur le cardinal Sterckx, de fixer sur le papier quelques mots à première vue sybillins. L'exactitude et le désir de l'information la plus étendue engageaient à reproduire telles quelles ces remarquesmanus Mgr Dechamps, quitte, lorsqu'il y avait moyen, à les éclairer dans les notes.
   Ces procès-verbaux et leurs annexes ne manquent pas d'intérêt. Les préoccupations majeures de l'épiscopat belge y apparaissent. Si l'organisation religieuse de leurs diocèses respectifs les occupe particulièrement, on constatera combien, à la suite de certaines circonstances politiques, les questions politico-religieuses les retiennent souvent et longtemps. D'autre part, l'administration de l'Université de Louvain est un objet constant et prolongé de leur sollicitude.
   Aussi, ces procès-verbaux permettent-ils de fixer les lignes maîtresses de l'histoire religieuse et politico-religieuse de la Belgique de 1868 à 1883 ; ils paraissent, en outre, indispensables pour écrire l'histoire de l'Université de Louvain et celle de l'enseignement en Belgique.
   Un chapitre préliminaire intitulé La Belgique et l'épiscopat belge de 1868 à 1883 décrit le milieu en lequel se situent les événements dont les évêques belges s'occupèrent. Il ne prétend pas raconter une histoire complète de la Belgique de cette période ni des prélats qui occupaient les sièges épiscopaux, mais, comme il le convient, éclairer les faits nécessaires à la compréhension des documents publiés.
   D'autre part, les diverses tables qui clôturent le volume peuvent faciliter les recherches.

18 euros (code de commande : 21585).

 

SMEKENS (Frans) — Verzamelde geschriften Frans Smekens. Werkcomité : W. Debrock, R. De Roo, G. Schmook, G. Asaert. Borgerhout-Antwerpen, De Rooster, [1980]. Grand in-8° sous reliure d'éditeur, 577 p., illustrations.
Table des matières :
   In memoriam Frans Smekens.
   A. Onderwijs :
   - Wensdromen voor ons taalgebied ? (1947).
   - Doeleinden van het geschiedenisonderricht. (1948).
   - In welke geest moet de plaatselijke geschiedkundige monografie worden opgebouwd om ten dienste te staan van het onderwijs in de vaderlandse geschiedenis ? (1952).
   - Hoe en in welke mate moet de economische en sociale geschiedenis onderwezen worden ? (1953).
   B. Algemene geschiedenis :
   - Schets van aard en beteekenis der Antwerpsche nijverheid onder het Oostenrijksch bewind. (1945).
   - Karl Marx over Napoleon. (1947).
   - Generaties beschouwen een dictator. (1947).
   - 1848, een jaar van revoluties ! (1948).
   - De Van Dijckfeesten in 1899. (1949).
   - Floris Prims : Antwerpen onder Lodewijk XV (1746-1748). Een bezettingsgeschiedenis. (1949).
   - Een minder bekend « verlicht » achttiend'eeuws Fransman bezoekt Antwerpen : Derival de Gomicourt. (1949).
   - Taaie legenden over het Antwerpse stadswapen. (1950).
   - Passieve luchtbescherming... twee en een halve eeuw geleden. (1950).
   - Waar ontstond de eerste handelsbeurs te Brugge of te Antwerpen. (1950) .
   - Oorlog en bezetting over ons land... tweehonderd jaar geleden. (1951).
   C. Geschiedenis van het ambachtswezen :
   - De Antwerpse antwooiden op de Oostenrijkse ambachtsenquête van 1784. (1950).
   - L'élaboration d'une synthese sur l'histoire des corporations de métiers en Belgique. (1951).
   - Ambachtswezen en « nieuwe nijverheid ». (1952).
   D. Scheepvaart :
   - Een visioen aan de Schelde: Het zeilschip door de eeuwen heen. (1953).
   - Braakliggend terrein betreffende onze nationale zeevaartgeschiedenis in de Moderne Tijden. (1956).
   - De stoutste scheepsarcheologische onderneming van alle tijden : De berging van de Wasa. (1961).
   - Het schip bij Pieter Bruegel de Oude : een authenticiteitscriterium ? (1961).
   E. Kunst- en kunstgeschiedenis :
   1. Bouwkunst :
   - Poëzie der gevels. (1949).
   - Aantekeningen bij wederopbouw en restauraties in Polen. (1976).
   2. Beeldhouwkunst :
   - Antwerpse monumenten op den dool. (1947).
   - Bij de conservatiebehandeling van het Retabel van Averbode uit het Museum Vleeshuis. (1960).
   - Jacob van Cothem (werkzaam te Antwerpen : eerste kwart 16e eeuw) : Bewening van Christus. (1966).
   - Ligbeeld van een praalgraf: Isabella van Bourbon. (1969).
   - Alexander Colyn, Mechels beeldhouwer (tussen 1526/1530-1612). (1970).
   - Andermaal over Alexander Colyn, Mechels beeldhouwer. (1975).
   - De beeldhouwkunst (1500-1550). (1975).
   3. Schilderkunst :
   - Giovanni Antonio Pellegrini : De vier elementen van de brouwers. (1970).
   - Giovanni Antonio Pellegrini (1675-1714). (1973).
   4. Muziek - Letterkunde :
   - Voor of na den dood ? Nieuwe biographieën van componisten : Charles Barzel ; Moussorgsky ; Piet Nuten ; Hullebroeck en zijn beteekenis. (1939).
   - « Van Dijck voor het volk ». (1950).
   - Het klavier in de Nederlandse poëzie. (1952).
   5. Gesproken toneel en opera :
   - Het verval van de populariteit der opera als kunstvorm. (1938).
   - Opera : pro. (Is opera nog van deze tijd ?) (1947).
   - De J.v.K.er (= Jeugdgemeenschap voor Kunstbeleven) op weg naar de opera. (1948).
   - Stichting en werking van het eerste Nationaal Toneel te Antwerpen in 1853. (1952).
   - De « Poesje van de Reep » te Antwerpen.
   - 75 jaar Koninklijke Vlaamse Opera - zal er ooit een eeuwfeest zijn ? (1969).
   - Opera, een museumkunst ? (1970).
   - Koninklijke Vlaamse Opera. (1971).
   F. Museologie :
   - Oorsprong, rol en inrichting van het moderne museum. (1960).
   - Musea in de U.S.A. (1964).
   G. Antwerpse musea :
   1. Oudheidkundige Musea :
   - Mooie dagen voor de Oudheidkundige Musea : De opening van het Museum voor Folklore en van het Nationaal Scheepvaartmuseum (Steen). (1958).
   - De Oudheidkundige Musea tijdens het WT (= Wereldtentoonstellings)-jaar 1958. (1958).
   - Het Museum voor Folklore : Historiek. (1958).
   - Antwerpen-Oudheidkundige Musea : Voorstellingsmateriaal en conservatieapparatuur. (1959).
   - Ons Nationaal Scheepvaartmuseum (Steen). (1960).
   - De Oudheidkundige Musea. [1961].
   - Het Brouwershuis: Beknopte gids. (1974).
   2. Stadhuis :
   - Het Antwerps stadhuis : een gebouw met een toekomst voor zijn verleden. (1970).
   3. Stadsarchief
   - Achter de coulissen van het Stadsarchief. (1948, 1949).
   H. Inleidingen voor tentoonstellingen of catalogi van verzamelingen :
   1. Ethnografisch Museum :
   - Inleiding : Rond Fetisj ; Totem en Taboe. (1956).
   - Tentoonstelling stedelijke feestzaal : Magie. (1957).
   - Inleiding : tentoonstelling « West-Zuid-Oost - Kunst buiten Europa ». (1960).
   2. Scheepvaartmuseum :
   - Het Schip, sleutel van de wereld : tijdelijke tentoonstelling of « Musée imaginaire ? ». (1958).
   3. Vleeshuis :
   - Inleiding : Catalogus bij de tentoonstelling « Antwerpens gouden eeuw », kunst en kultuur ten tijde van Plantin : het glas ; de glasschildering ; de ceramiek ; de meubelen. (1955).
   - Inleiding : Catalogus: Muziekinstrumenten. (1956).
   - Inleiding : Catalogus: Ijzersmeedwerk. (1957).
   - Inleiding : Catalogus : Edelsmeedwerk, edelstenen, juwelen, horloges. (1958).
   - Inleiding : Catalogus : Égypte. (1958).
   - Inleiding : Catalogus : Tin. (1959).
   - Inleiding : Catalogus : Koper en brons. (1960).
   - Inleiding : Catalogus : Luister van het Antwerps Vleeshouwersambacht. (1963).
   4. Museum voor Volkskunde :
   - Inleiding : Tentoonstelling : Ommegangen en Blijde Inkomsten. (1957).
   5. Verscheidene onderwerpen :
   - Ter inleiding : Het « Musée folklorique de la Marine » te Brussel. (1954).
   - Inleiding : Tentoonstelling legaat Jozef Maria Nicolaas Sieren, wapenverzameling. (1954).
   - Ter inleiding : Catalogus tentoonstelling « Omoo », met een Belgisch jacht de wereld rond. (1954).
   - Inleiding : Catalogus : Tentoonstelling « Munten en penningen van alle tijden ». (1955).
   - Inleiding bij de tentoonstelling « Het masker ». (1956)
   I. Figuren :
   - In memoriam Albert J.C. van Laar (1886-1945). (1947).
   - Nadere kennismaking met P.J.M, van den Bemden (1786-1876) in leven havenmeester van Antwerpen. (1949).
   - Bij de aanvaarding van het legaat Michaux. (1953).
   - Viering van de jubilarissen van het stadspersoneel. (1957).
   - In memoriam Amand de Lattin (1880-1959). (1959).
   - Dr. Adriaan A. Gerbrands. (1962).
   - In memoriam Prof. dr. F. Blockmans (1911-1962). (1963).
   - René de Bock (1885-1968). (1967 - verschenen in 1968).
   - Camille Huysmans (1871-1968). (1968).
   Bibliografie.

25 euros (code de commande : 16427).

 

Société Nationale des Chemins de Fer Vicinaux. Cinquantième anniversaire 1884-1934. Bruxelles, Goemaere, 1934. In-8° broché, 116 p., planches hors texte.
Table des matières :
   
I. Préface.
   II. Historique de la Société Nationale des Chemins de Fer vicinaux (77 p.).
   III. Séance solennelle du 12 juin 1934, au Palais des Académies.
      1. Discours du chevalier Lagasse de Locht, vice-président du Conseil d'administration.
      2. Discours de Léon Jacobs, directeur général.
      3. Discrours de M. Forthomme, ministre des Travaux publics.
   IV. Séance d'inauguration du mémorial érigé au siège de la société.
      1. Discours de M. Levie, président du Conseil d'administration.
      2. Discours de Léon Jacobs, directeur général.

35 euros (code de commande : 22758).

 

Sources de l'histoire des institutions de la Belgique. Actes du Colloque de Bruxelles, 15-18.IV. 1975. Bronnen voor de geschiedenis van de instellingen in België. Handelingen van het Colloquium te Brussel. Bruxelles, Archives Générales du Royaume, 1977. In-8° broché, 663 p., épuisé.
Table des matières :
   Openingszitting - Séance d'ouverture, 15.IV.1975.
      - Openingstoespraak - Allocution de bienvenue, par J. Gilissen.
      - Dode archieven spiegels van levende instellingen, par J. Buntinx.
      - L'histoire des institutions de la Belgique, hier et aujourd'hui, par Ph. Godding.
      - Kollektieve verwezenlijkingen op het gebied van de instellingengeschiedenis - Réalisations collectives dans le domaine de l'histoire des institutions, par J. Gilissen.
   Première Section - Eerste afdeling :
   Quel est l'avenir de l'Histoire intitutionnelle ? - Heeft de instellingsgeschiedenis nog een toekomst ?
      I. Moyen Âge - Middeleeuwen.
         - Histoire du droit et histoire des institutions. Bilan et perspectives, par J. Gaudemet.
         - The study of Medieval institutions in England and its future, par J. Le Patourel.
         - Mutaties van het poliliek personeel in de steden Gent en Brugge tijdens een periode van regimewisselingen :
het laatste kwart van de 15de eeuw
, par W. P. Blockmans.
         - Un champ d'investigation encore largement en friche : l'histoire des institutions locales, par A. Uyttebrouck.
      II. Ternps Modernes - Moderne Tijden.
         - Avenir de l'histoire institutionnelle en France, Temps Modernes, par P. Goubert.
         - Organisatie, inventarisatie en planning van het hislorisch welenschappelijk onderzoek in Nederland, par J. Th. de Smidt.
         - De rechtshistorische benadering van de geschiedenis van de schepenbanken in de Zuidelijke Nederlanden in de Nieuwe Tijd, par G. van Dievoet.
         - Het hisiorisch onderzoek betreffende de Belgische « Moderne » instellingen : lacunes en prioriteiten, par M. Baelde.
         - L'avenir de l'histoire des institutions. Un cas concret : le gouvernement dans les anciens Pays-Bas, par Ph. Moureaux.
      III. Époque Contemporaine - Hedendaagse Tijden.
         - La crise de l'institution dans les sociétes conflictuelles modernes, par J. Freund.
         - L'avenir de l'histoire institutionnelle. Les institutions administratives, par A. Molitor.
         - L'histoire des institutions et les grands problèmes politiques actuels, par J. Gilissen.
         - L'histoire des institutions belges de l'époque contemporaine : avenir et possibilités, par P. Gérin.
         - Heeft de instellingsgeschiedenis nog een toekomst ?, par R. van Eenoo.
      IV. Procès-verbaux des séances de travail de la 1e section - Verslag over de werkvergaderingen van de 1e afdeling, par A. Van Nieuwenhuysen.
         1. 16.1 V.1975 : Moyen Âge - Middeleeuwen.
         2. 17.IV.1975 : Temps Modernes - Moderne Tijden.
         3. 18.IV.1975 : Époque Contemporaine-Hedendaagse Tijden.
   Deuxième section - Tweede afdeling :
   Typologie des sources de l'histoire des institutions - Typologie van de bronnen voor de geschiedenis van de instellingen.

      I. Boergondische en Moderne Tijden - Époque Bourguignonne et Temps Modernes.
         a. Juridische en gerechtelijke bronnen - Sources juridiques et -judiciaires.
            - De gerechtsregisters als bronnen voor de geschiedenis van het recht en de instellingen, par J. van Rompaey.
            - Les structures des archives des conseils de justice dans les Pays-Bas méridionaux durant l'époque moderne, par C. Douxchamps-Lefèvre.
         b. Financiële bronnen - Sources financières.
            - Les sources financières à l'époque moderne, par M.-A. Arnould.
         c. Administratieve bronnen - Sources administratives.
            - De typologie van de administratieve bronnen in de Moderne Tijden, par F. Vanhemelryck.
      II. Hedendaagse Tijden - Époque Contemporaine.
         a. Doktrinele en verhalende bronnen - Sources doctrinales et narratives.
            - De verhalende bronnen van de nieuwste geschiedenis, par H. Gaus.
         b. Juridische en gerechtelijke bronnen - Sources juridiques et judiciaires.
            - Gerechtelijke en politiearchieven uit de 19e eeuw, par H. Wouters.
         c. Financiële bronnen - Sources financières.
            - De kontrole van het kadaster en haar plaats in het geheel van de administratie der direkte belastingen, par J. Verhelst.
         d. Administratieve bronnen - Sources administratives.
            - Administratieve bronnen van de Hedendaagse Tijden, par W. Boncquet.
      III. Middeleeuwen -Moyen Âge
         a. Juridische normatieve bronnen - Sources juridiques normatives.
            - Éléments d'une typologie des sources juridiques normatives du Moyen Âge Occidental. Les sources législatives profanes, par L. Genicot.
         b. Gerechtelijke bronnen - Sources judiciaires.
            - Aperçu typologique des principales sortes de registres, produits par l'officialilé de Tournai au Moyen Âge, avec notes sur le registre de sentences de Bruxelles, (1148-1459), par M. Vleeschouwers - van Melkebeek.
         c. Financiële bronnen - Sources financières.
            - Bronnen betreffende de monetaire instellingen vanaf de Feodaliteit tot het midden van de Zestiende Eeuw (samenvatting), par W. Vanderpijpen.
         d. Administratieve bronnen - Sources administratives
            - Administratieve bronnen der Middeleeuwen, par M. Vandermaesen.
      IV. Verslag over de werkvergaderinqen van de 2e afdeling - Procès-verbaux des séances de travail de la 2e section, par M. Magits.
         1. 16.IV.1975 : Boergondische en Moderne Tijden - Époque Bourguignonne et Temps Modernes
            a. Juridische en gerechtelijke bronnen - Sources juridiques et judiciaires.
            b. Financiële bronnen - Sources financières.
            c. Administratieve bronnen - Sources administratives.
         2. 17.IV.1975 : Hedendaagse Tijden - Époque Contemporaine.
            a. Doktrinele en verhalende bronnen - Sources doctrinales et narratives.
            b. Juridische en gerechtelijke bronnen - Sources juridiques et judiciaires.
            c. Financiële bronnen - Sources financières.
            d. Administratieve bronnen - Sources administratives.
         3. 18.IV.1975 : Middeleeuwen - Moyen Âge.
            a. Juridische normatieve bronnen - Sources juridiques normatives.
            b. Gerechtelijke bronnen - Sources judiciaires.
            c. Financiële bronnen - Sources financières.
            d. Administratieve bronnen - Sources administratives.
   Troisierne Section - Derde Afdeling :
   Les archives des institutions : point de vue de l'archiviste et point de vue du chercheur - De archieven van de instellingen : standpunt van de archivaris en standpunt van de navorser.

      I. Époque Contemporaine - Hedendaagse Tijden.
         a. Problèmes généraux - Algemene problemen.
            - La gestion des archives contemporaines en Belgique. Problèmes généraux et solutions, par C. Wyffels.
            - General problems of the last decade in British Archives, par C. D. Chalmers.
            - Problèmes généraux des archives des institutions de l'époque contemporaine en Belgique, par J. Lory.
            - Algemene problemen inzake het hedendaagse archief, par L. Wils.
         b. Archives des institutions centrales - Archief van de centrale instellingen.
            - Les archives des institutions centrales. Point de vue de l'archiviste, par M.-R. Thielemans.
            - Les archives des institutions centrales. Point de vue du chercheur, par R. Devleeshouwer.
         c. Archives des administrations provinciales et communales - Archief van de provincie- en gemeentebesturen.
            - Het archief van de provinciebesturen en van de plaatselijke overheden, par H. Coppejans.
            - Onderschat en verwaarloosd archief van de Nieuwste geschiedenis : de bronnen afkomslig van gemeentelijke en provinciale overheden, par E. Witte.
         d. Archives judiciaires - Gerechtelijk archief.
            - Het hedendaagse gerechtelijke archief : het standpunt van een archivaris, par G. Asaert.
            - Période contemporaine. Archives judiciaires. Point de vue de l'archiviste, par A. Notebaert.
            - Les archives judiciaires (période contemporaine). Point de vue du chercheur, par Ph. Godding.
            - Sources judiciaires contemporaines. Point de vue de de l'utilisateur, par J. Puissant.
      II. Moyen Âge et Temps Modernes - Middeleeuwen en Moderne Tijden.
         a. Archives ecclésiastiques - Kerkarchief.
            - Het archief van Sint-Baafs en van het Bisdom te Gent, par M. Gysseling.
            - Plaidoyer pour les « inventaires analytiques » d'archives d'abbayes, par G. Despy.
            - Kerkelijk archief, ander dan abdijarchief. Standpunt van de archivaris, par Gr. Marechal.
            - Le chercheur et les archives ecclésiastiques en Belgique, par J.-M. Duvosquel.
         b. Archives des conseils de justice - Archief van de justitieraden.
            - Het archief van de justitieraden, par J. Buntinx.
            - Le point de vue du chercheur face aux archives judiciaires d'Ancien Régime, par M.-S. Dupont-Bouchat.
            - Het gerechtelijk archief in de Moderne Tijden. Standpunt van de navorser, par J. Monballyu.
   III. Procès-verbaux des séances de travail de la 3e section. - Verslag over de werkvergaderingen van de 3e afdeling, par D. Van Overstraeten.
      1. 16-17.IV.1975 : Époque Contemporaine - Hedendaagse Tijden.
         a. Problèmes généraux - Algemene problemen.
         b. Archives des institutions centrales - Archief van de centrale instellingen.
         c. Archives des institutions provinciales et communales - Archief van de provincie- en gemeentebesturen.
         d. Archives judiciaires - Gerechtelijk archief.
      2. 18.IV.1975 : Moyen Âge et Temps Modernes - Middeleeuwen en Moderne Tijden.
         a. Archives ecclésiastiques - Kerkarchief.
         b. Archives des conseils de justice - Archief van de justitieraden.

25 euros (code de commande : 12600).

 

[SPAAK (Paul-Henri)]. HUIZINGA (J.H.) Paul-Henri Spaak. De l'émeute à l'Otan. Traduit de l'anglais par Guy Scheyven. Bruxelles, Paul Legrain, 1988. In-8° collé, 270 p.
En quatrième de couverture :
   
Une passionnante biographie de l'un de nos plus grands hommes d'État. Toute sa vie politique y est retracée depuis que, jeune révolutionnaire, il lutta dans le parti socialiste contre les tendances réformistes, jusqu'à la construction de L'Europe où il se montra l'égal des Churchill, Adenauer, de Gasperi et Jean Monet. Enfin, la consécration du secrétariat général de l'OTAN.
   Mais la partie la plus importante de l'ouvrage est consacrée aux rapports entre Léopold III et le jeune politicien. Dès 1935, une vive sympathie naquit entre eux. Mai 1940, puis l'immédiat après-guerre verront le drame de cette amitié brisée. Comment, de la réelle affection qu'il portait au souverain, P.H. Spaak devint-il l'un des plus actifs artisans de l'abdication, c'est le fascinant sujet considéré par un étranger avec une exceptionnelle objectivité.

13 euros (code de commande : 15796).

 

Splendeurs d'Espagne et les villes belges 1500-1700. Tomes I et II. Bruxelles, Crédit Communal, 1985. In-4° brochés, 694 p., très nombreuses illustrations en noir et en couleurs.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Palais des Beaux-Arts, à Bruxelles, du 25 septembre au 22 décembre 1985, dans le cadre des manifestations « Europalia 85 España ».
Table des matières :

   - Préface, par Luis Gonzales Seara et Herman Liebaers.
   - Préface, par François Narmon.
   - Aperçus historiques et artistiques sur l'Espagne et les Pays-Bas méridionaux aux XVIe-XVIIe siècles.

   - La Belgique, l'Espagne et l'Europe, par Luis Diez del Corral.
   - Le cadre géographique et institutionnel de l'Espagne, par Francisco Tomas y Valiente et José Luis Bermejo Cabrero.
   - Le cadre géographique et institutionnel des Pays-Bas espagnols, par Léon Voet.
   - Histoire politique de l'Espagne et des Pays-Bas méridionaux aux XVIe et XVIIe siècles, par Manuel Fernández Alvarez.
   - Espagne et « Provinces belgiques » : deux siècles d'histoire commune, par Alain Lottin.
   - L'économie espagnole aux XVIe et XVIIe siècles, par Gonzalo Anes y Alvarez de Castrillón.
   - L'économie citadine dans les Pays-Bas méridionaux et dans la principauté épiscopale de Liège aux XVIe et XVIIe siècles, par Herman Van der Wee.
   - La sensibilité religieuse en Espagne au Siècle d'Or, par Antonio Dominguez Ortiz.
   - Le sentiment religieux et son impact sur l'art des Pays-Bas méridionaux, 1500-1700, par Frans Baudouin.
   - Les fêtes espagnoles et leur rythme, par Julio Caro Baroja.
   - Fêtes, cortèges et réjouissances aux Pays-Bas méridionaux. Cérémonial de cour et traditions urbaines, par Jean-Marc Dupluvrez.
   - L'humanisme, les Pays-Bas et l'Espagne, par Jozef IJsewijn.
   - Littérature espagnole et néerlandaise : les influences mutuelles, par Simon Anselmus Vosters.
   - L'activité scientifique et technique dans l'Espagne du XVIe siècle, par José M
a López Piñero.
   - Sciences et techniques dans les Pays-Bas à l'époque espagnole, par Antoine De Smet.
   - Mécénat espagnol et art flamand au XVIe siècle, par Jan Karel Steppe.
   - Mécénat espagnol et art flamand au XVIIe siècle, par Arnout Balis.
   - L'art des Pays-Bas méridionaux et de l'Espagne aux XVIe et XVIIe siècles. Influences et relations, par Matías Díaz Padrón.
   - Musique flamande et musique espagnole en Espagne, 1450-1550, par José López-Calo.
   - La musique dans les Pays-Bas espagnols, par Paul Becquart.
   - Catalogue :
         - Regard sur l'exposition
         - Auteurs des notices de catalogue.
         - Le territoire.
         - La politique.
         - La religion.
         - Vie de cour et vie des gens.

   Bibliographie.

Les deux volumes : 30 euros (code de commande : 15568).

 

STECHER (J.) Étude sur les spots. 2me édition. Liége, Vaillant-Carmanne, 1891. In-8° broché, 60 p., dos cassé.
Extrait du tome XVI du Bulletin de la Société liégeoise de littérature wallonne.

12 euros (code de commande : 351/65).

 

Une gravure de la fin du XVIIe siècle de la bataille de Steenkerque

Titre : Le Combat de Steenkerke.
Dimensions :
       - trait carré : 257 x 176 mm.
       - cuvette : 262 x 183 mm.
       - feuille : 311 x 251 mm.

   La bataille de Steenkerque (village du Hainaut situé entre Soignies au sud et et Enghien au Nord) eut lieu le 3 août 1692 ; elle s'inscrivait dans le cadre de la Guerre de Succession d'Espagne menée par la France de Louis XIV contre les « Alliés » européens.

75 euros (code de commande : 14964).

 

TASSIER (Suzanne) — Figures révolutionnaires (XVIIIe siècle). Deuxième édition. Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1954. In-12 broché, 111 p., illustrations hors texte, (collection « Notre Passé »).

7 euros (code de commande : 2825*).

 

THYRION (Fulgence) — Histoire de l'ordre franciscain de l'Immaculée conception (ou des religieuses conceptionnistes) en Belgique. Sint-Truiden, Instituut voor Franciscaanse Geschiedenis, 1995. In-8° collé, 303 p., quelques illustrations, (collection « Instrumenta Franciscana », n° III).
   
Il s'agit du fac-similé de l'édition publiée chez Wesmael-Charlier, à Namur en 1909.
Avant-propos :
   Deux joyeux cinquantenaires, en l'honneur de l'Immaculée Conception de la Sainte Vierge Marie, ont marqué le commencement du XXe siècle : d'abord, en 1904, celui de la proclamation du dogme de la Conception Immaculée, et ensuite en 1908, celui des Apparitions de la Sainte Vierge à Lourdes. Heureux début qui nous fait espérer, selon la parole de saint Léonard de Port-Maurice, les plus abondantes bénédictions de Dieu sur son Église, au milieu des difficultés qu'elle traverse actuellement et qui tourneront à sa plus grande gloire.
   À l'occasion de ces deux cinquantenaires, bon nombre d'ouvrages remarquables ont paru pour glorifier la Vierge Immaculée. Le présent travail vient nous faire connaître l'histoire des anciens couvents, en Belgique, des Filles de l'Immaculée Conception, dites Conceptionistes, au XVIIe et au XVIIIe siècles, et leur rétablissement au XIXe siècle, après leur suppression en l'année 1796. Ce modeste ouvrage a été demandé à la suite d'une grâce insigne obtenue par l'intercession de la Vierge Immaculée.
   L'intention première était de ne donner que l'historique des couvents ; mais, sur le conseil de plusieurs personnes compétentes, on a donné un aperçu des travaux des Franciscains depuis plusieurs siècles, en faveur de la pieuse croyance à la Conception Immaculée de la Vierge Marie. On ne pouvait donc laisser dans l'ombre Jean Duns Scot, le vaillant défenseur de ce glorieux privilège, la Vénérable Dona Béatrix de Silva, la fondatrice d'un Ordre consacré à l'honneur de la Vierge Immaculée, le cardinal François Ximenès, le puissant protecteur de cet Ordre, et enfin, le P. Mathias Hauzeur, qui s'en fit le zélé propagateur en Belgique.
   Puissent ces humbles pages contribuer, dans la mesure du possible, à l'honneur de l'Immaculée Conception de la Vierge Mère et à l'extension de son Ordre privilégié.

15 euros (code de commande : 19281).

 

[TONNET (Fernand)]. FIÉVEZ (Marguerite) — La vie de Fernand Tonnet, premier jociste. Bruxelles-Genève - Paris-Montréal, Éditions Jocistes - Éditions Ouvrières, 1947. In-12 broché, 487 p., illustrations hors texte.

10 euros (code de commande 393/60).

*******

Travaux du Cours pratique d'Archivéconomie donné pendant les années 1920-1925 par Joseph Cuvelier. Bruxelles, Archives Générales du Royaume, 1926. In-8° broché, XI, 232 p.
Table des matières :
   1. Inventaire des Archives du Conseil souverain de Justice, par M. Nicodème, J. Lefèvre et J. Bolsée.
   2. Inventaire des Archives des Intendances, par Jules Germain.
   3. Inventaire des Archives de la Jointe des Amortissements, par Pl. Lefèvre.
   4. Inventaire des Archives de la Jointe des eaux, par Jos. Lefèvre.
   5. Inventaire des Archives du Commissariat Général Civil, par Jos. Denys et Henri Nowé.
   6. Inventaire des Archives du Comité de la Caisse de Religion, par A. Cosemans et J. Lavalleye.
   7. Inventaire des Archives des Jointes de Luxembourg et de Trèves et de la Commission royale de Luxembourg, par J. de Smet.

12 euros (code de commande : 13262).

 

TRENARD (Louis) — Guide de recherches. Histoire des provinces septentrionales sous l'Ancien Régime. [Lille], Revue du Nord, 1967. In-8° agrafé, [54] p., hommage de l'auteur.
   Il s'agit d'un extrait du tome XLIX - n° 192 de la Revue du Nord, pp. 79-133.
Préface :
   Cet essai bibliographique correspond à des préoccupations modestes : il s'agit d'aider principalement les étudiants de la Faculté des Lettres à entreprendre leur mémoire qui entre dans la Maîtrise ès-arts, au cours de leur deuxième cycle d'études supérieures. Cette bibliographie à la fois générale et régionale peut également faciliter la tâche de tous ceux qui, de toute façon, s'intéressent à l'histoire de nos provinces septentrionales, de la Renaissance à la crise révolutionnaire.
   Comme dans toutes les tentatives de ce genre, celle-ci peut susciter bien des regrets et bien des critiques. On a beaucoup hésité sur le plan qui est indiqué liminairement comme une sorte de Table des Matières ; on l'a conçu en tenant compte d'une orientation de recherches essentiellement consacrées à l'histoire des idées, des croyances, des sentiments, des mentalités collectives, surtout de la crise de la conscience européenne jusqu'au romantisme et au libéralisme des années 1830. On a tout autant hésité sur le choix des sources, des articles, des livres retenus : on propose des études d'ordre méthodologique, des instruments de travail, quelques exemples significatifs, les travaux qui semblent les plus importants. Mais il va de soi que des omissions, des fautes de classement, des erreurs se sont produites dans cette enquête arrêtée à la date de la publication de la présente Revue du Nord.
   Ce guide a été préparé dans le Séminaire d'Histoire moderne et régionale. Il a bénéficié de l'aide des étudiants, des collaboratrices du Centre Régional d'Études Historiques de l'Université de Lille, des professeurs qui participaient aux recherches dans notre Faculté des Lettres, principalement de M. Pierre Deyon et de M. Alain Lottin. Mes collègues de l'Institut d'Histoire, M. Jean Bouvier, M. Guy Fourquin, M. Yves-Marie Hilaire, MM. les directeurs des Services d'Archives M. René Robinet, M. Pierre Bougard, M. Jean Estienne, M. Georges Dumas ont bien voulu nous faire profiter de leurs remarques.

9 euros (code de commande : 17612).

 

TWIESSELMANN (F.) et BRABANT (H.)Les dents et les maxillaires de la population d'âge franc de Coxyde (Belgique). S.l., Groupement International pour la Recherche Scientifique en Stomatologie, 1967. In-8° broché, 180 p., illustrations.

13 euros (code de commande : 6247).

 

Un cabinet, un roi, une ville. Een kunstkast voor Willem III. Sous la direction de Jacques Toussaint et Anne Verbrugge. Namur, Société Archéologique de Namur - Service de la Culture de la Province de Namur, 2004. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 144 p., illustrations en couleurs, édition bilingue (français - néerlandais), (collection « Monographies du Musée Provincial des Arts Anciens du Namurois », n° 28), exemplaire en parfait état.
   Ouvrage édité à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Musée provincial des Arts anciens en Namurois, à Namur, du 15 mai au 10 octobre 2004.
Table des matières :
   - Préface - Woordvooraf, par Martine Jacques.
   - Avant-propos - Voorwoord, par André Oosterlinck.
   - Introduction - Inleiding, par Cécile Douxchamps-Lefebvre et Jacques Toussaint.
   - Les péripéties d'une collection d'œuvres d'art - De lotgevallen van een kunstverzameling, par Marc Nelissen et Anne Verbrugge.
   - Un cabinet décoré du Triomphe de la paix issu de l'atelier de Henri van Soest et destiné à Guillaume III - Een cantoor behelsende de Triomphe van de Vreede. Een kunstkast voor Willem III uit het atelier van Hendrik van Soest, par Ria Fabri.
   - Le contexte historique - De historische achtergrond, par Philippe et Françoise Jacquet-Ladrier :
      - Le roi Guillaume III d'Orange ou la résistance a louis XIV (1672-1702) - Koning Willem III van Oranje en het verzet tegen Lodewijk XIV (1672-1702).
      - Namur à la fin du XVIIe siècle - De stad Namen aan het einde van de zeventiende eeuw.
      - Maximilien-Emmanuel de Bavière (1662-1726), un allié instable - Maximiliaan Emmanuel van Beieren (1662-1726), een onbetrouwbare bondgenoot.

   - Un meuble sauvé des flammes. À propos de la restauration d'un scriban anversois - Een kast uit de brand. De restauratie van een Antwerps kabinet, par Anne Verbrugge.

10 euros (code de commande : 23699).

 

 

L'Université catholique de Louvain. Vie et mémoire d'une institution. Sous la direction d'Albert d'Haenens avec la collaboration de Raymond Antoine, Roger Aubert, Eric Bockstael, Claude Bruneel, Hervé Buyse, Jean Costermans, Christian de Duve, Philippe Degand, Jean-Marié Delmée, Claire Demain, Bérengère Deprez, Daniel Donnet, Michel Dorban, Jean Germain, Christian Gilot, Michel Giot, Pierre Godin, Jean Hallet, Vincent Hanssens, Alexis Jacquemin, Anne-Marie Kumps, Pierre Laconte, Dominique Laduron, Jean-Jacques Lambin, Christian Lamouline, Henry Larouillère, Jacques Lefèvre, Yves Lepère, Frédéric Lints, Pierre Marcq, Édouard Massaux, Pierre Masson, Daniel Mercier, Michel Meulders, Jean Moulart, Guy Muraille, Paul Orianne, Jacques Paquet, Gabriel Ringlet, Jean-Marie Sevrin, Claude Troisfontaines, Henry Tulkens, Bernard Van den Driessche, Jean Vervier, Michel Verwilghen et Michel Woitrin. Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1993. In-8° broché, 320 p., illustrations en noir et en couleurs.
En quatrième de couverture :
   « Au cours des années 1960, l'U.C.L. fut confrontée à la dislocation. Forcée de quitter Leuven, pour des raisons de « paix publique », elle décida, en 1968, de se refonder : la faculté de Médecine, dans un quartier de Bruxelles, qui deviendra Louvain-en-Woluwe ; les autres facultés dans le Brabant Wallon, près de Wavre, à Ottignies, sur le plateau de Lauzelle, la future Louvain-la-Neuve.
   Ainsi, incombait-il à l'U.C.L. de faire la preuve de sa vitalité, et de son sens de la continuité dans la longue durée.
   La communauté universitaire, stimulée et dynamisée par le président du conseil d'administration de l'U.C.L. André Oleffe, le recteur Édouard Massaux et l'administrateur général Michel Woitrin, releva le défi.
   L'imposition d'un transfert se métamorphosa en projet audacieux d'urbanisme, d'architecture, de culture universitaire et sociale.
   En vingt ans, l'U.C.L. se donna des communautés et des espaces nouveaux. Ouverts sur le XXIe siècle.
   Ceux qui ont conçu et réalisé ce livre ont voulu donner à connaître une réalité universitaire dans sa globalité : son actualité, son histoire et ses projets.
   Ils souhaitent qu'il nourrisse la réflexion sur l'université dans le monde d'aujourd'hui et de demain. »

13 euros (code de commande : 13529).

 

VAN CAENENGEM (R.C.) — Le droit romain en Belgique. Gent, Faculté de Philosophie et Lettres de l'Université de Gand, 1966. In-8° broché, 65 p., (collection « Studia Historica Gandensia », n° 52), quelques soulignements et remarques marginales, marque manuscrite d'appartenance du professeur Jean-Jacques Hoebanx à la page de garde.
Table des matières :
   - Littérature : Absence de manuels d'histoire du droit belge - Littérature consacrée à la pénétration du droit romain - Littérature consacrée à l'histoire de la doctrine.
   - Le cadre institutionnel : Cadre géographique - Princes et villes - Organisation judiciaire - La législation.
   - Le rôle des juristes savants dans la pénétration du droit romain : Légistes et cours de justice - Les légistes dans le gouvernement et dans l'administration - Les légistes dans les hautes cours de justice à l'époque bourguignonne - Les légistes sur les bancs échevinaux - Insuffisances des cours de justice inférieures - Légistes au service des échevins - Les officialités - Le notariat - La consultation des juristes savants par les tribunaux - Recueils de Consilia - Les universités où les légistes avaient étudié - Détails pour Bologne - Détails pour Orléans.
   - Apparition de la terminologie romaine dans les actes : les renonciations aux exceptions de droit romain : Remarques générales - Les renonciations.
   - Le rôle des ouvrages de droit dans la pénétration et l'enseignement du droit romain : Présence d'ouvrages de droit romain dans les bibliothèques des anciens Pays-Bas méridionaux - Les manuscrits de droit romain survivants - Diffusion des œuvres de Bartole - L'Université de Louvain - Le droit romain et l'imprimerie - Traductions du Corpus Iuris.
   - Le droit romain dans les ouvrages de droit autochtones : Contributions originales au droit romain médiéval - La littérature juridique autochtone - Nouveaux développements au XVe siècle.
   - La langue juridique.
   - Les pouvoirs publics et le droit romain :
Le droit romain et les princes - Le droit romain et la jurisprudence - Le droit romain et les coutumes homologuées - La notion de « droit commun ».
   - Le droit romain dans les institutions de l'ancien droit coutumier : Manque de recherches - Les personnes - Les biens - Les obligations - La procédure.
   - Conclusion.

9 euros (code de commande : 15907).

 

[VANDEN BOEYNANTS (Paul)]. HAVAUX (Pierre) et MARLET (Pierre) — Sur la piste du Crocodile. VdB de 1919 à nos jours. Peris - Liège - Bruxelles, La Longue Vue, 1994. In-8° broché, 260 p., illustrations hors texte, (collection « Rouge »), exemplaire en bel état.
En quatrième de couverture :
   VdB : des initiales qui ont pesé lourd dans la vie politique belge. Qui est cet homme, issu d'un milieu modeste et « parvenu à être Premier ministre » ? Une ascension irrésistible due à d'incontestables qualités de décideur, un don inné de la formule, l'art de bien choisir ses collaborateurs, mais aussi d'importants moyens financiers dont les sources ne sont pas toujours claires : telles sont les clés d'une longue carrière qui a connu bien des rebondissements.
   Pour raconter VdB de son enfance bruxelloise à son échec aux dernières élections communales, en passant par ses activités de boucher, ses diverses responsabilités politiques, ses liens parfois douteux avec certaines « affaires », sa condamnation pour fraude fiscale et son stupéfiant enlèvement, les auteurs ont interrogé plus de 100 témoins et consulté de très nombreux documents. Il en résulte une biographie objective qui dresse un portrait sans complaisance d'une personnalité hors du commun. Parsemé d'anecdotes savoureuses et de points de vue inattendus, cet ouvrage efface de nombreux préjugés et cerne, dans les limites d'une enquête démocratique, les zones d'ombre qui entachent l'aventure du « vieux crocodile ».

18 euros (code de commande : 17400).

 

VAN DER ESSEN (Léon) — Alexandre Farnèse et les origines de la Belgique moderne (1545-1592). Bruxelles, Office de Publicité, 1942. In-12 broché, 76 p., un portrait, (« Collection Nationale », n° 16).

8 euros (code de commande : 369/70).

 

VANDERKINDERE (Léon)Choix d'Études historiques. [Préface de G. Des Marez.] Bruxelles, Weissenbruch, 1909. In-8° broché, XII, 389 p., 3 cartes dépliantes et une carte hors texte, une illustration, couverture un peu défraîchie, sinon fort bon exemplaire.
En quatrième de couverture :
   - Préface.
   - De la méthode historique.
   - La condition de la femme et le mariage à l'époque mérovingienne.
   - Les origines de la population flamande. La question des Suèves et des Saxons.
   - Le capitulaire de Servais et les origines du comté de Flandre.
   - Richilde et Hermann de Hainaut.
   - Deux notes à propos d'Uccle :
       - Le Dieweg.
       - L'Échevinage d'Uccle.
   - La féodalité.
   - Notice sur l'origine des magistrats communaux et sur l'organisation de la marke dans nos contrées au Moyen Âge.
   - La première phase de l'évolution constitutionnelle des communes flamandes.
   - La politique communale de Philippe d'Alsace et ses conséquences.
   - Liberté et propriété en Flandre du IXe au XIIe siècle.
   - La notion juridique de la commune.

30 euros (code de commande : 25101).

 

[VANDERMAELEN (Philippe)]. WELLENS-DE DONDER (Liliane) — Inventaire du fonds Philippe Vandermaelen conservé à la Bibliothèque Royale Albert Ier. Bruxelles, Centre National d'Histoire des Sciences, 1972. In-8° broché, 270 p., (collection « Publications du Centre National d'Histoire des Sciences », n° III), hommage de l'auteur.
Introduction :
   Le cartographe belge Philippe Vandermaelcn (1795-1869) assura sa renommée en publiant, à partir de 1825, un Atlas universel de géographie physique, politique, statistique et minéralogique. En 1830, il fonda l'Établissement géographique de Bruxelles, dont la construction avait été commencée en 1829, sur le territoire de Molenbeek-Saint-Jean. Il y réunit une mappothèque, une bibliothèque, un musée d'histoire naturelle, des serres et des ateliers. Parmi ses multiples activités, la réunion d'une documentation générale, surtout géographique, est une des plus mal connues. Une partie seulement en a été conservée et fait l'objet de cet inventaire. Fragmentaire, et de ce fait d'apparence assez disparate, cette documentation n'en est pas moins intéressante. Peu de documents subsistent qui permettent de retracer la vie et l'œuvre de Philippe Vandermaelen, aussi les pièces de ce fonds qui, en plus de leur intérêt propre, permettent d'évoquer un aspect de l'activité de l'Établissement géographique et la manière d'y travailler sont particulièrement précieuses.
   Le fonds tel qu'il a été conservé comprend une partie des documents qui servirent à la composition de certains dictionnaires géographiques des provinces belges, des circulaires, des registres et des fiches qui forment la partie la plus volumineuse du fonds. Parmi ces dernières, les plus intéressantes sont celles reprises sous les numéros 2926-2956, ainsi que les notes sur feuilles qui les complètent. Le fonds comprend aussi des fichiers classés sous les numéros 3229-3232. Ils se composent d'innombrables petites fiches groupées par matières ou par pays. Cette documentation provient vraisemblablement, du moins en partie, des notes réunies en vue de la rédaction des douze dictionnaires géographiques et de l'Épistémonomie (voir nos 672 et 1873 du Catalogue de vente de la bibliothèque et des collections scientifiques de l'Établissement géographique en 1880) : ces deux ouvrages ne furent pas publiés.
   Grâce à ses relations, Philippe Vandermaelen avait également constitué une très curieuse collection de spécimens de journaux du monde entier dans le but de dresser un panorama de la presse mondiale. Si les notices de Drapiez sur l'Établissement géographique de Bruxelles nous révèlent l'intérêt de cette collection, le Catalogue de vente de la bibliothèque et des collections scientifiques de l'Établissement géographique en 1880, nous permet d'en évaluer l'importance : les journaux étaient conservés dans 119 boîtes et 23 autres contenaient les écrits périodiques d'Europe et d'Amérique. Une partie seulement de cette collection est représentée dans le fonds conservé aux Cartes et plans de la Bibliothèque Royale : spécimens de journaux des États-Unis, d'Allemagne et de Grande-Bretagne (nos 1-2405 de l'inventaire). Ils ont été classés dans l'inventaire suivant un ordre géographique basé sur les limites des pays actuels. Les titres des journaux sont repris alphabétiquement dans l'index.

8 euros (code de commande : 19189).

 

VAN DER REST (Baron) — Notices sur quatre familles de l'Entre-Sambre et Meuse. Baillet (de Pesche, Nimes, etc.), Felix de La Motte, Darche de Tromcourt et Duwooz. [Bruxelles], [Office Généalogique et Héraldique de Belgique], 1979. In-8° agrafé, [162] p., illustrations, plis à quelques pages, hommage de l'auteur.
   Cet ouvrage rassemble des études publiées dans quatre numéros (200, 201, 202 et 203) de la revue Le Parchemin :
   Table des matières :
   - Introduction (n° 200, pp. 109-112).
   - Baillet (n° 200, pp. 112-160).
   - Félix de La Motte (n° 201, pp. 182-214).
   - Darche de Tromcourt (n° 202, pp. 262-301).
   - Duwooz (n° 203, pp. 341-373).

18 euros (code de commande : 16633).

 

VANDERVELDE (Émile) — A travers la Révolution chinoise. Soviets et Kuomintang. Bruxelles, L'Églantine, 1931. In-8° broché, 240 p., illustrations hors texte.

9 euros (code de commande : 832).

 

VANDERVELDE (Émile)La Belgique et le Congo. Le passé, le présent, l'avenir. Paris, Alcan, 1911. In-8° sous cartonnage en percaline bleue d'éditeur, 272, 32 p., (collection « Bibliothèque Générale des Sciences Sociales »), toile un peu frottée aux coins et en tête et queue, sinon très bon exemplaire de cet ouvrage peu courant.
Table des matières :
   Première partie. Léopold II et l'État Indépendant du Congo.
      Chapitre I. La création de l'État Indépendant.
         § 1. Le Congo avant Léopold II.
         § 2. L'Association internationale du Congo.
         § 3. Les premières années de l'État du Congo.
         § 4. Le régime Léopoldien.
      Chapitre II. La question des terres et l'expropriation des communautés indigènes.
         § 1. Les décrets de 1891-1892.
         § 2. Les réformes de 1906.
      Chapitre III. Le travail forcé.
         § 1. Le décret de 1892 et la loi des quarante heures.
         § 2. Les décrets du 3 juin 1906.
      Chapitre IV. Le commerce au Congo et les sociétés privées.
      Chapitre V. Les résultats du régime Léopoldien.
      Chapitre VI. La reprise et les rapports entre la Belgique et le Congo.
         § 1. La donation royale.
         § 2. La loi de 1901 sur les avances de la Belgique à l'État du Congo.
         § 3. La lettre du 3 juin 1906.
         § 4. Le Parlement belge et la Fondation de la Couronne.
         § 5. L'affaire des trente millions.
         6. La succession royale.
   Deuxième partie. Les réformes.
      Chapitre I. Les décrets de 1910.
         § 1. Le décret relatif à la récolte des produits végétaux dans les terres domaniales.
         § 2. Le décret relatif à l'impôt indigène.
         § 3. Le décret relatif aux chefferies indigènes.
      Chapitre II. Le Socialisme et la question du Domaine.
         § 1. Les droits des indigènes sur le sol.
         § 2. Le domaine éminent de l'État.
      Chapitre III. Le Socialisme et l'abolition du travail forcé.
         § 1. Les tentatives de justification du travail forcé.
         § 2. Les difficultés du problème de la main-d'œuvre.
         § 3. Les différentes formes du travail forcé.
         § 4. La possibilité du travail libre.
      Chapitre IV. Le Socialisme et la politique indigène.
         § 1. Les réformes administratives.
         § 2. L'assistance médicale.
         § 3. Le développement économique.
         § 4. L'enseignement.
      Chapitre V. Conclusion.

45 euros (code de commande : 21786).

 

[VANDERVELDE]. ABS (Robert) — Émile Vandervelde. Préface de Edmond Leburton. Bruxelles, Labor, 1973. In-8° broché, 383 p., (collection « Humanisme »).
En quatrième de couverture :
   Né à Ixelles le 25 janvier 1866, décédé à Bruxelles, le 27 décembre 1938. Entre dans la vie politique dès l'âge de vingt ans. Représente les étudiants socialistes aux Congrès du P.O.B. de 1890 à 1892. Rédige le document qui deviendra en 1894 la Charte du P.O.B., connue sous le nom de « Charte de Quaregnon ». Devient député socialiste en octobre 1894 et dirige le groupe parlementaire jusqu'à sa mort. À la Chambre des Représentants, avant la Première Guerre mondiale, il s'intéresse particulièrement aux problèmes que pose la reprise du Congo par l'État belge, à la question de l'alcool et à la politique étrangère. En 1914, Vandervelde devient Ministre d'État, puis, deux ans plus tard, entre dans le Gouvernement belge siégeant à Sainte-Adresse. Après l'armistice, il est un des signataires du Traité de Versailles. Ministre de la Justice, il attache son nom à d'importantes réformes du régime pénitentiaire. En 1925, Ministre des Affaires étrangères, Vandervelde prend une part prépondérante dans la rédaction des accords de Locarno. En 1935, il est Ministre de la Santé Publique dans le gouvernement van Zeeland. Dès 1936, il s'attache passionnément à la défense de la République espagnole. Il abandonne son portefeuille ministériel au début de 1937 et se consacre presque exclusivement à la lutte antifasciste.

13 euros (code de commande : 14591).

 

[VANDERVELDE]. VAN DEN BERGHE (E.) — Émile Vandervelde. Sa doctrine. Son action. Avec une préface de M. Joseph Wauters. Paris - Courtrai, Vermaut, 1928. Grand in-8° broché, 179 p., un portrait en frontispice, (collection « Nos Grands Hommes Politiques », n° 1).
Table des matières :
   Préface.
   Première partie : L'Homme.
      Chapitre I : Avant-propos.
      Chapitre II : Esquisse psychologique.
      Chapitre III : Préparation scientifique.
      Chapitre IV : Premières joutes.
   Deuxième partie : La Doctrine.
      Chapitre I : Formation marxiste.
      Chapitre II : La société collectiviste.
         A. La propriété.
         B. La production.
         C. La Répartition.
      Chapitre III : Préoccupations morales.
   Troisième partie : L'Action.
      Chapitre I : Domaine social et politique.
         A. L'Agriculture.
         B. Luttes de la pensée.
         C. Représentation proportionnelle.
         D. Pour l'égalité politique.
         E. La question scolaire.
         F. Politique coloniale.
      Chapitre II : La crise de 1912-1913.
      Chapitre III : L'action belge pendant la guerre.
      Chapitre IV : L'action internationale pendant la guerre.
      Chapitre V : Incidents du Havre et armistice.
      Chapitre VI : Le premier ministère.
         A. Développement socialiste.
         B. Conditions de participation.
      Chapitre VII : Les réformes judiciaires.
         A. La réforme du jury.
         B. La détention préventive.
         C. Les circonstances atténuantes.
         D. Le relèvement du prisonnier.
         E. Contre la tuberculose.
         F. Contre l'alcoolisme.
      Chapitre VIII : Les réformes gouvernementales.
         A. Les réformes militaires.
         B. Les réformes fiscales.
         C. Les réformes sociales.
         D. Réforme politique.
      Chapitre IX : Dans l'opposition.
         A. Tactique nouvelle.
         B. Politique extérieure.
         C. Politique intérieure.
      Chapitre X : Aux Affaires Étrangères.
        A. La réconciliation des peuples.
        B. Expansion économique.
        C. Le rapprochement avec l'Allemagne.
        D. La sécurité belge.
   Conclusion - Annexes - Tables - Errata.

25 euros (code de commande : 22993).

 

VANDROMME (Pol) — La Belgique francophone. Paris - Bruxelles, Nathan - Labor, 1980. In-8° broché, 142 p., un des 25 exemplaires numérotés sur Japon (n° 22), en très bel état.
En quatrième de couverture :
   Cet essai s'efforce d'abord de définir la notion de communauté culturelle, puis de recenser l'essentiel de notre patrimoine littéraire, enfin d'esquisser une politique efficace et moderne d'aide à l'édition.
   Une analyse ample, pleine d'aperçus judicieux, servie par un style alerte. Un ouvrage indispensable à tous ceux qui s'intéressent à l'avenir de notre communauté culturelle.

20 euros (code de commande : 22698).

 

[VAN HAVER (Jozef)]. Liber Amicorum Prof. Dr Josef Van Haver. Aangeboden naar aanleiding van zijn vijfenzestige verjaardag. Brussel, Koninklijke Belgische Commissie voor Volkskunde, 1991. In-8° broché, 612 p., illustrations.
Table des matières :
   - 65 jaar Jozef Van Haver, par A. Roeck.
   - 
Bibliografie Jozef Van Haver.
   - Volksverhalen uit 1588-1589, par H. Arens.
   - Gestreken en geschraapte pseudo-bassen in Vlaanderen en Wallonië, par H. Boone.
   - Een onverbeterlijke belezer uit West-Vlaanderen (1623-1641), par W. Braekman.
   - Grondslagen van de volksweerwijsheid, par M. Broekhove.
   - Rechtstaal en de taal van het recht, par J. Broekman.
   - Bruggeling ontmoet mens-ooievaar in de Sinai, par D. Callewaert.
   - Iets over de eerste Vlaamse dialectwoordenboeken in de 19de eeuw, par F. Claes.
   - Twee rookstoelen uit de 19de eeuw, par W.P. Dezutter.
   - Le bricolet, un jeu régional du pays d'Ath, par J.P. Ducastelle.
   - Tambours et fifres d'Entre-Sambre-et-Meuse, par P.J. Foulon.
   - Traditions et croyances populaires : une page oubliée de l'œuvre de Godefroid Kurth, par J. Fraikin.
   - Een 17de-eeuws processiespel voor Sint-Gertrudis te Vorst-Kempen, par J. Gerits.
   - Sanctus Antonius abbas redivivus, een bijdrage tot de Gegenwarts-volkskunde, par W. Giraldo.
   - Transvaal in de volkskunde, vooral in het volksleven van Vlaams-België, par J. Goris.
   - Nieuwe tendensen in de Vlaamse gebruiken omtrent geboorte en doop, par R. Haeseryn.
   - ...ende condempneren u by desen te gaen eenen wech van hier naer... 18de-eeuwse rechtspraak in de ambachtskamer van de Mechelse visver-kopers, par M. Koeken.
   - Bokrijk, een museum op een keerpunt, par M. Laenen.
   - Verwijzende uitdrukkingen in vonnissen, par F. Maes.
   - L'abeille dans le folklore ardennais, par L. Marquet.
   - Gebruiken bij dood en begrafenis in West-Brabant, par R. Mertens.
   - De haring, proletariër aller vissen, par M. Messiaen.
   - De oudste stenen grafkruisen, par J. Nyssen.
   - Het gasthuis te Asse onder de overste, zuster Josine Beeckman, par J. Ockeley.
   - Beeldjes en plaketjes : archeologische gegevens uit Antwerpen over een volksgebruik, par T. Oost.
   - Kunstwerken als iconografische documentatie voor het volksleven. Kritiek en methode, par D. Ostyn.
   - Vergeten volkstheater : de Antwerpse Hippodroomschouwburg 1905-1914, par F. Peeters.
   - Leuvense volksverhalen, par A. Roeck.
   - Emile Verhaeren en de jaarmarkt van Opdorp, par P. Servaes.
   - De man die toch maar niet Amerikaan werd, par D. Snijders.
   - Een stuiver voor een mol, par A. Temmerman.
   - Laat 16de/begin 17de-eeuwse vakwerkhuizen met docoratieve baksteenvulling in het Houtland van Veurne-Ambacht, par J. Termote.
   - Het molbord, meer gezien dan verwacht, par J. Theuwissen.
   - Toverij in contrareformatorisch Antwerpen, par A. Thijs.
   -  Van Juffrouw zonder Kop tot Jolige Joffer. Van volksverhaal tot stripverhaal: de evolutie van een sage van 1875 tot 1987, par E. Tielemans.
   - Taboes en raadgevingen m.b.t. zwangerschap, par S. Top.
   - De Baerdscheerders van Loven. Reglement en maatschappij -leven 1839-58, par R. Uytterhoeven.
   - Het landjuweel der kolveniers, par E. Van Autenboer.
   - De waarden en het nut van de studie van vreemde rechtster-minologie aan een Vlaamse universiteit, par G. Van Boxsom.
   - Liefde en erotiek in de Antwerpse volkssage, par M. Van den Berg.
   - Banvloeken bij ex-libris, par E. Van den Broeck.
   - Auto, mens en karikatuur, par R. Van der Linden.
   - Broeder Juniperus, kandidaat-patroon der jeneverstokers ?, par R. Van de Walle.
   - Een weinig bekende woordenlijst van Nederlandse rechtstermen van Latijnse of Franse oorsprong van het begin van de 16de eeuw, par G.C.E. Van Dievoet en J. Moors.
   - De institutionele terminologie in België, par V. Van Hauwermeiren.
   - Een huis op erfpacht of op jaarschaar... of een huis voor 99 jaar in Midden-Brabant, par E. Vannoppen.
   - Van vrijen en niet-trouwen in het Antwerpse van vroegere eeuwen, par R. Van Passen.
   - Knip- en snijkunst uit het Volkskundemuseum te Antwerpen, par P. Vansummeren.
   - Over recht(s)taalbeheersing(s)onderwijs of wie a zegt, moet ook b zeggen, par L. Verheyden.
   - Barbarismen uit de hand te koop, par L. Verlonje.
   - Het orgel, De Zwarte Kat, par W.E.F. Verlonje.
   - Tabula gratulatoria.

35 euros (code de commande : 16435).

 

[VAN MEERBEECK (Lucienne)]. Miscellanea Lucienne Van Meerbeeck. Bruxelles, Archives et Bibliothèques de Belgique, 1971. In-8° broché, 304 p., illustrations hors texte.
   Il s'agit du tome XLII, n° 1-2 - 1971 de la revue Archives et Bibliothèques de Belgique.
Table des matières :
   - Introduction, par C. Tihon.
   - Bibliographie L. Van Meerbeeck, par D. de Stobbeleir.
   - Over het behoud van de interne structuur der archief-fondsen. De papieren van het Officie fiscaal van Brabant, par J. Baerten.
   - Post-graduate onderwijs in de rechten te Gent (1777), par J. Buntinx.
   - De enquête van 1784 over het ambachts-wezen in de Oostenrijkse Nederlanden. Bijdrage tot een kritisch onderzoek, par H. Coppejans-Desmedt.
   - Les cartes dans les dépôts d'archives et dans les bibliothèques, par A. de Smet.
   - Bibliothèques et livres. Bibliographie analytique, par Fr. de Vrieze.
   - L'automation au service des Sciences Humaines, par C. Douxchamps-Lefèbvre.
   - De betekenis van het blootsvoets lopen in de middel-eeuwen, voornamelijk in de 12de eeuw, par W. M. Grauwen.
   - Les livres de raison de l'Archiduc Albert (1612-1618), par J. Lefèvre.
   - Les archives de l'abbaye des Prémontrés d'Averbode à la fin de l'Ancien Régime, par Pl. Lefèvre.
   - Trois lettres inédites du cardinal de Granvelle, par E. Lejour.
   - La disparition des archives de la nonciature de Flandre, par Ph. Muret.
   - Onkosten voor de stichting van het Mechelse Thabor-klooster, par E. Persoons.
   - Une renonciation à des fiefs en Hainaut (1372), par A. Scufflaire.
   - Un élément d'information sur le taux d'alphabétisation en Brabant à la fin du XVIIIe s. : la déclaration du peuple belgique de janvier-février 1790, par M. Soenen.
   - Les sources de l'histoire économique de la Belgique aux Archives Datini à Prato (fin XIVe-début XVe s.), par M.-R. Thielemans.
   - Gachard et les archives contemporaines, par C. Tihon.
   - Voorstel van regels voor het ordenen en inventariseren van onde gemeentearchieven, par M. Van Haegendoren.
   - « Voetnoot » bij urbs, suburbium en vetus urbs, par C. Wyffels.
   - Les archives de famille et l'histoire domaniale, par M. Yans.

20 euros (code de commande : 16479).

 

VAN OFFELEN (Jacques)Les libéraux contre Léopold III. Les débats secrets des partisans de l'abdication. Bruxelles, Didier Hatier, 1988. In-8° collé, 331 p., illustrations, exemplaire en bon état.
En quatrième de couverture :
   La question royale secoua la Belgique pendant dix ans : depuis la capitulation de nos armées en 1940 jusqu'au retrait de Léopold III en 1950. Ce fut notre affaire Dreyfus. Elle divisa l'opinion et les familles, opposa la gauche à la droite, les Flamands aux Wallons, menaça le pays de sécession. Le présent ouvrage traite de la dernière phase de la question royale, celle de la « consultation populaire ». Il donne les comptes rendus des discussions entre ministres et présidents libéraux, avant et après le scrutin du 12 mars 1950. La réalité y apparaît sans fard.
   Les acteurs du drame se renseignent mutuellement et avec sincérité. Ils expliquent leurs rapports avec le roi Léopold III, le premier ministre Gaston Eyskens et leurs collègues PSC. Ils analysent, discutent, tranchent dans une situation politique qui évolue rapidement. La question royale est à son paroxysme et touche à son terme. Jacques Van Offelen est alors chef de cabinet du vice-président du Conseil.
   Après ses mémoires politiques publiés en 87 aux éditions Didier Hatier sous le titre La ronde du pouvoir, Jacques Van Offelen nous restitue aujourd'hui in extenso les discussions, lettres, entretiens téléphoniques, télégrammes et notes personnelles de ces débats qui durèrent six mois, du 4 octobre 1949 au 5 mai 1950. Les éditions Didier Hatier suivent en cela l'exemple des maisons d'édition anglo-saxonnes qui répondent à la demande d'un public désireux de connaître la vérité.

20 euros (code de commande : 23228).

 

[VAN STRAELEN (Jan Antoon Emmanuel)] — La réforme électorale et la question flamande portées devant le Conseil provincial d'Anvers, session de 1852. Anvers, Van Uffelen, 1852. [A Anvers, / Librairie des Enfants Van Uffelen, rue Renders, N° 2554. / Juillet 1852.] In-8° broché, 56 p., exemplaire en très bel état et non coupé, très rare.
Extrait :
   Ce que les Flamands demandent (et l'on devra désormais compter avec eux), c'est qu'il soit mis un terme à la longue injustice qui pèse sur leur langue depuis vingt-deux ans ; c'est qu'ils soient eux-mêmes admis à la participation au droit public, en accordant à leur idiome les mômes prérogatives que celles dont le français n'a cessé de jouir.
   N'est-il pas étonnant, je dirai plus, n'est-il pas inconcevable qu'alors qu'on ne cesse d'exalter, en toute circonstance , le régime de sage liberté sous lequel nous avons le bonheur de vivre, l'on ne comprenne pas que, froisser dans ses sentiments les plus délicats, une partie des populations au profit d'une autre partie, c'est opprimer par la liberté ?

25 euros (code de commande : 24020).

 

VANTHEMSCHE (Guy) — Le chômage en Belgique de 1929 à 1940. Son histoire, son actualité. Préface de Mateo Alaluf. Bruxelles, Labor, 1994. In-8° broché, 213 p., (collection « Archives du Futur - Histoire »), couverture un peu défraîchie.
En quatrième de couverture :
   Le chômage est sans conteste l'un des phénomènes clés de l'histoire du XXème siècle. Au cours des années 1930, les sociétés occidentales furent frappées d'une crise de l'emploi sans précédent. Ce fléau marqua la vie de toute une génération : misère matérielle et psychologique, luttes politiques et changements économiques et sociaux laissèrent des traces profondes. Le chômage des années 1930 reste, à juste titre, un sujet de référence et de réflexion obligé pour tous ceux qui, de nos jours, s'interrogent sur la marche de notre société. De nombreux historiens se sont déjà penchés sur l'évolution et la signification de ce phénomène dans les pays voisins. Cet ouvrage comble une lacune pour la Belgique.
   Dans sa préface, Mateo Alaluf, Professeur de sociologie du travail à l'ULB, actualise le propos.

15 euros (code de commande : 14505).

 

VAN ZEELAND (Paul) — Regards sur l’Europe 1932. [Essai d'interprétation de certaines manifestations du nationalisme économique.] Bruxelles, Office de Publicité, 1933. In-12 demi-chagrin rouge à coins, couverture conservée, 252 p.
@ Avec un envoi de l'auteur qui, trois années après la paurtion de ce livre, allait devenir premier ministre de Belgique, « à Monsieur Pol Le Tellier, ambassadeur de Belgique à Paris en témoignage de haute estime et de vive sympathie ».

40 euros (code de commande : 10131).

 

VAN ZEELAND (Paul) — S.O.S. Pour sortir de l'impasse. Bruxelles, [1962]. In-8° agrafé, 12 p.
   Rédigé en 1962, [...] S.O.S. pour sortir de l’impasse, plan destiné à résoudre « la » question des rapports entre Flamands et Wallons frappe par l’actualité de son propos. Paul van Zeeland se faisait alors le chantre du provincialisme (une décentralisation de l’État belge sur la base d’un fédéralisme provincial), présenté comme la seule solution capable d’empêcher un conflit direct entre les deux communautés linguistiques du pays, d’empêcher que le fédéralisme à deux ne soit « un échec pour les deux ».
Avant-propos :
   L'unité belge est en danger. Du coup, l'avenir de tous les Belges, qu'ils soient Wallons ou Flamands, est menacé.
   Les relations entre eux sont entrées dans une phase nouvelle et inquiétante. Pourquoi ? Qu'y a-t-il de changé ? Que peut-on faire pour éviter le pire ? Dans quelle direction faut-il chercher une solution véritable et durable ?
   Essayons de répondre à ces questions. L'entreprise est hérissée de difficultés ; elle est hardie ; mais elle est nécessaire et urgente.
Bibliographie :
   - Dubois (Sébastien), Inventaire des papiers de Paul Van Zeeland (1893-1973), p. 3.

10 euros (code de commande : 22837).

 

 

 

[VERHULST (Adriaan)]. Liber Amicorum Adriaan Verhulst. Gent, Willemsfonds, 1995. In-8° broché, 230 p.
Table des matières :
   - Woord Vooraf, par Leo Ponteur.
   - Adri Verhulst : een liberale klauwaard en geus, par Walter Prevenier.
   - Een selectieve bibliografie van A. Verhulst.
   Deel I : Wilt van gheeste.
      - Liberaal zonder partijkaart, par Piet Van Brabant.
      - Twintig vruchtbare Vlaamse Jaren, par Clem de Ridder.
      - Adriaan Verhulst en de Vrijzinnigheid, par Michel Oukhow.
      - Een kwarteeuw aan het roer van het Willemsfonds, par Georges Declercq.
      - Op de kentering der tijden, par Paul Vandenbussche.
   Deel II : Vlaanderen op de drempel van de eenentwintigste eeuw.
      - Naar een liberaal reveil ?, par door Frans Grootjans.
      - Van industriële tot postindustriële samenleving. Waarheen met België, Vlaanderen en de Vlaamse Beweging ?, par Harry Van Velthoven.
      - Vrij onderzoek in de eenentwintigste eeuw, par Leo Apostel.
      - De vormingsagogische bijdrage van het sociaal-cultureel werk, par Rudi Strybol.
      - Het onmisbare net van de Vlaamse publieke televisie, par Els Witte.
   Deel III : Verhulst zelf aan het woord.
      - Neohumanisme.
      - Adriaan Verhulst als algemeen secretaris van het Willemsfonds (1957-1965).
      - Twintig jaar voorzitter van het Willemsfonds (1965-1984).
      - Vrije Tribune : Eerst een Cultuurpact.
      - Overlegcentrum van Vlaamse Verenigingen.
      - Verzet tegen het Egmontpact.
      - Toekenning van de André Demedtsprijs.
      - De ere-voorzitter van het Willemsfonds aan het woord.

15 euros (code de commande : 15458).

 

[VERLINDEN (Charles)]. Album aangeboden aan Charles Verlinden ter gelegenheid van zijn dertig jaar professoraat. Gent, 1975. In-8° broché, X, 478 p., un portrait, tableaux.

25 euros (code de commande : 367/72).

 

[VERMEYLEN (Auguste)]. DE SMAELE (Paul) Auguste Vermeylen. Bruxelles, Office de Publicité, 1948. In-12 broché, 78 p., frontispice, (« Collection Nationale », n° 86).

6,50 euros (code de commande : 1318).

 

[VINCART (Jean-Antoine)]. Les Relations militaires des années 1634 et 1635, rédigées par Jean-Antoine Vincart, Secrétaire des avis secrets de guerre aux Pays-Bas, éditées avec une introduction et des notes par M. Huisman, J. Dhondt et L. Van Meerbeck. Bruxelles, Palais des Académies, 1958. In-8° sous reliure d'éditeur, 229 p., (collection « Commission Royale d’Histoire »), exemplaire en parfait état.
Extrait de l'introduction :
   Après Gachard qui fut le premier à en signaler l'intérêt, de nombreux historiens belges et espagnols se sont plu à rendre hommage à la précision, à la minutie et par conséquent, à la valeur documentaire des Relations militaires de Jean-Antoine Vincart.
   Loin de se borner à utiliser ces récits pour l'élaboration de leurs travaux, des spécialistes de l'histoire politique et diplomatique, Rodriguez Villa, A. Canovas del Castillo, G. Hennard, E. Lameere ont assumé la tâche de les éditer. Ils nous ont souvent restitué dans leur intégralité, d'après les rares copies manuscrites dispersées dans les bibliothèques et les dépôts d'archives publics et privés de Belgique, de France, d'Espagne et d'Allemagne, les récits de Vincart se rapportant aux campagnes des années 1636, 1637, 1641, 1643, 1644, 1645, 1646, 1647, 1649 et 1650. [...] Aucun de ces textes n'eut les honneurs de l'impression du vivant même de l'écrivain.
   Quant aux relations des années 1634 et 1635, il est hors de doute qu'elles présentent autant d'intérêt documentaire que toutes celles qui furent publiées à la fin du siècle dernier, mais bien qu'elles soient connues depuis longtemps sous leur forme manuscrite, elles ne furent jamais l'objet d'une publication « in extenso ».
   Nous nous proposons de combler ici cette lacune.

15 euros (code de commande : 17790).

 

VISART (Amédée) — La Belgique bilingue. Bruxelles-Bruges, Desclée de Brouwer, 1919. In-8° broché, 126 p., rousseurs à la couverture frottée.
Avant-propos :
   « La question linguistique a, dans ce moment, en Belgique, une grande importance et une grande actualité. Elle est capitale au point de vue national. L'auteur de cet opuscule, se trouvant dans des conditions favorables pour l'examiner avec impartialité et avec quelque compétence, s'est efforcé d'apporter une contribution modeste à l'étude et à la solution d'un problème dont l'opinion publique se préoccupe vivement.
   Cet ouvrage est écrit en français parce qu'il importe surtout de montrer à nos compatriotes wallons leur véritable intérêt, parfaitement compatible avec le respect des droits de leurs frères flamands. »
Table des matières :
   Chapitre I : Histoire linguistique de la Belgique.
   Chapitre II : Unité ou pluralité des langues.
   Chapitre III : La situation linguistique actuelle en Belgique.
   Chapitre IV : Le programme des études au point de vue linguistique. Écoles primaires. Enseignement moyen.

20 euros (code de commande : 13593).

 

WALCKIERS (Marc A.) — Sources inédites relatives aux débuts de la J.O.C.. 1919-1925. Louvain-Paris, Nauwelaerts, 1970. In-8° broché, XXXIX, 213 p., une carte à déplier, (collection « Centre Interuniversitaire d'Histoire Contemporaine - Cahiers », n° 61), édition bilingue (français - néerlandais).
Avant-propos :
   La « Jeunesse Ouvrière Chrétienne » influença sensiblement la vie sociale et religieuse de la Belgique au cours de l'entre-deux-guerres. À peine constitué, le mouvement jociste se développa à l'étranger, et, après la dernière guerre, il s'étendit aux cinq continents. En 1965, le pape Paul VI donnait son approbation solennelle à la J.O.C. internationale en appelant au Sacré Collège son aumônier général, Monseigneur Cardijn. Les débuts du mouvement jociste ne sont donc pas sans intérêt pour l'histoire de l'Église et pour l'histoire sociale de notre pays.
   Et pourtant, la J.O.C. ne fut guère l'objet des préoccupations des historiens. On publia certes de nombreux articles sur la fondation du mouvement, mais il s'agit surtout de souvenirs ou de réflexions personnelles. La biographie de Fernand Tonnet par Mademoiselle M. Fiévez fut longtemps le seul travail bien documenté sur les débuts de la J.O.C. Cette biographie inspira d'ailleurs divers ouvrages plus généraux évoquant les premières années du mouvement jociste. La thèse de doctorat en sociologie du Père A. Dendooven aborde également la fondation de la J.O.C, en exploitant un très grand nombre de sources imprimées ; mais cet ouvrage, consacré à la branche flamande du mouvement, ne traite qu'accessoirement les débuts de la J.O.C, qui prit son premier essor en Wallonie.
   Nous nous sommes donc efforcé de retrouver toutes les sources accessibles relatives aux débuts du mouvement jociste. Le cadre de ces recherches s'étend de la fondation du groupement originel, la « Jeunesse Syndicaliste », en 1919 à Bruxelles, à la réunion des évêques de Belgique le 27 juillet 1925 à Malines. C'est en effet à la réunion épiscopale de 1925 que fut reconnue l'existence de la J.O.C. aux côtés de l'A.C.J.B. et de la Ligue des Travailleurs chrétiens de Belgique. La J.O.C. s'était alors implantée dans tous les arrondissements industriels de Wallonie, et, lors de son premier congrès général, le 19 avril 1925 à Bruxelles, elle avait défini son programme, sa méthode et son organisation.
   Certes, la formation de la J.O.C. ne se comprend pas sans tenir compte du groupement de jeunesse syndicaliste d'Anvers « De Jonge Werkman », fondé en 1920. Mais celui-ci, de même que le groupe similaire de Louvain, était cependant bien distinct et différent du mouvement bruxellois; les groupements flamands et les jocistes bruxellois d'expression néerlandaise ne constituèrent d'ailleurs une organisation cohérente qu'à partir de 1925. L'appellation « Kristene Arbeidersjeugd » est de cette date, tandis que le programme et la méthode jocistes furent adoptés plus tard encore par la K. A. J. Il en va de même des branches féminines francophone (la J.O.C.F.) et flamande (la V.K.A.J.) qui ne se constituèrent en fédérations nationales qu'après les branches masculines. Les débuts du mouvement jociste sont donc ceux de sa branche aînée : la « Jeunesse Ouvrière Chrétienne ».

20 euros (code de commande : 21647).

 

The Wardrobe Book of 1296-1297 : A Financial and Logistical Record of Edward I’s 1297 Autumn Campaign in Flanders Against Philip IV of France. Edited by Bryce and Mary Lyon. With an introduction by Bryce Lyon. Bruxelles, Palais des Académies, 2004. In-8° broché, XV, 159 p., index, (collection « Commission Royale d'Histoire »).
Résumé de l'éditeur :
   
Cette édition du compte ne concerne que les parties relatives à l'expédition militaire d'Édouard Ier d'Angleterre contre le roi de France, dont le théâtre fut largement le comté de Flandre.
   À l'automne de 1297, près de 9000 gens de guerre quittèrent Winchelsea, à bord de 273 bateaux, pour débarquer à Sluis. De nombreuses mentions du compte renseignent sur le séjour du souverain et de sa cour à Bruges et à Gand, sur l'achat du soutien politique de nombreux princes territoriaux des Pays-Bas et de l'Empire. D'autres mentions sont relatives à des institutions et des congrégations religieuses ou aux salaires versés à des ouvriers flamands au service de l'armée anglaise. D'autres encore ont trait à la navigation, la chasse, l'orfèvrerie ou offrent maints détails sur la vie quotidienne. Le contenu de ce document est donc particulièrement riche et varié.

20 euros (code de commande : 20827).


Retour au début


Si vous souhaitez recevoir les avis de mise à jour de la page
Belgicana
indiquez ci-dessous vos références :
prénom et nom :
adresse électronique :
pays de résidence :
et cliquez sur

La fréquence de mise à jour est bien évidemment aléatoire et dépend des achats que nous réalisons...

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

Retour au début

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un des ouvrages présentés sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (chèque, carte de crédit, versement bancaire...).

 CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.

Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN).

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.

Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre numéro de T.V.A. : BE0619836631.

Retour au début