HAINAUT

 Page de la section "Belgique"
proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire

Pour commander
 

Nouvelle(s) entrée(s)

 

[BLATON]. Blaton. Son histoire, son église. [Blaton], Syndicat d'Initiative, 1970. Grand in-8° carré broché, 72 p., illustrations, un plan hors texte à déplier, envoi de l'éditeur, exemplaire en bon état.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   - Invitation à l'arrêt.
   Chapitre I. Aperçu général.
      1. Étymologie et origines.
      2. Armoiries et sceau communal.
      3. Situation géographique et administrative : bornes, communications, etc.
      4. Superficie, plan, lieux-dits et rues.
      5. Relief et géologie.
      6. Situation économiques (hier et aujourd'hui) : agriculture, moulins, charbonnages, industries.
      7. Blaton, le village aux trois canaux.
      8. Démographie : population, fêtes et sociétés - Niveau social - La Toussaint à Blaton - L'enseignement.
   Chapitre II. Blaton et son histoire.
      1. Préhistoire.
      2. Période gallo-romaine (fouilles).
      3. Période franque (mérovingienne : fouilles).
      4. Période féodale et communale (11e-15e s).
         - Vestiges historiques : le château.
         - Premiers seigneurs et abbaye de Saint-Ghislain.
         - Seigneurie de Blaton-Feignies.
         - Philippe le Noble - Le sort de la seigneurie.
         - Événements divers.
      5. Blaton du 16e au 19e s.
         - Le dernier âge de la seigneurie.
         - Événements divers : Inondations (1625) - Assassinat du curé (1648) - Bornes de Croÿ (1751).
      6. Blaton de 1789 à nos jours.
         - La révolution française.
         - Travaux publics des deux derniers siècles.
         - Événements divers.
         - Souvenirs des deux guerres.
   Chapitre III. Blaton et son église.
      1. L'église et son histoire.
         - Les origines.
         - Les transformations diverses (nef - clocher ; chœur et pierres tombales ; vitraux et cloches).
         - Les derniers travaux de restauration.
      2. Description de l'église actuelle.
         - Extérieur et clocher.
         - Intérieur : colonnes et chapiteaux - charpente - transept et chœur - niches gothiques.
      3. Le culte à tous les saints.
         - Le pèlerinage.
         - Les reliques.
         - Tableaux et inscriptions.
         - Autres objets d'art.
   4. Bénéfices, chapelles et confréries : Chapelle N.-D. de la Bruyère.
   - Annexes :
      1. Évolution du nom des rues.
      2. Liste des baillis et receveurs.
      3. Liste des bourgmestres et curés.
      4. Les anciens noms de famille.
      5. Les sobriquets de Blaton.
      6. Textes divers en wallon.
      7. Plan de Blaton.

8 euros (code de commande : 25698).

 

Bois du Cazier. Marcinelle 1956. Évocation de Christian Druitte. Photographies Camille Detraux et Raymond Paquay. [Charleroi], Archives de Wallonie, 1987. In-8° carré broché, 108 p., nombreuses reproductions photographiques.
Introduction :
   Dans les années 50, la place que tient la photographie dans la presse quotidienne est plus importante qu'aujourd'hui. Il faut illustrer. La télévision n'est pas encore très présente. Les photographes attachés au « Journal » travaillent sans relâche. Il faut tout faire, les prises de vues, les développements, les tirages, et si aucun rédacteur n'est sur place, il faut prendre quelques lignes de commentaire. La belle image n'est guère appréciée et les ciseaux de la rédaction respectent rarement l'idée du photographe.
   À huit heures ce matin-là, Camille Detraux se prépare a une journée comme les autres. Au Journal, Nelly Villain, la secrétaire de Marcel Des Essarts lui donne le programme de la journée. Il y aurait sans doute un goûter de pensionnés, une réception a l'Hôtel de Ville, ou l'arrivée d'une course cycliste.
   Mais a huit heures dix, le téléphone sonne. Il y a un incendie au Bois du Cazier. Cette journée du 8 août 1956 Camille Detraux ne pourra pas l'oublier. Il prend son Rolleicord, le lourd flash et sa batterie, fourre quelques films en poche, saute dans sa petite voiture – une Isard – se presse vers Marcinelle, se gare a cinquante mètres de la grille. Il sent que c'est grave. Des fumées s'échappent du charbonnage. Déjà, des gens se sont assemblés. Il y a des gendarmes. Il monte à l'étage d'une maison, fait une vue d'ensemble, redescend, franchit les grilles. Il est le premier photographe sur place. Il rencontre un sauveteur. « Y a-t-il de l'espoir de retrouver des rescapés » ? « Il y en a bien peu », dit l'homme.
   Il n'est pas neuf' heures. Lucien Harmegnies, alors rédacteur au « Journal », est là, lui aussi. Il y a peu d'information. Il n'y a pas grand-chose à voir. Les sauveteurs. La foule Mais tout le monde sait le drame, là, au fond.
   « Le pire, c'était l'attente, interminable. Dans la soirée du premier jour, on a vu quelques rescapés. L'espoir revenait. Mais il s'amenuisa ensuite, de jour en jour. J'avais vécu d'autres catastrophes minières, des coups de grisou, des éboulements. Mais ceci dépassait l'imagination. Impossible de ne pas penser au nombre de ces mineurs, à leur impuissance devant l'incendie. Je suis resté là trois jours et trois nuits. Je passais mes films à un ouvrier photograveur pour qu'il les développe. Nous parlions parfois, entre photographes. Un étranger me proposait d'acheter des photos des premiers moments. Nous n'osions pas quitter les lieux. S'il se passait quelque chose ! Mais il n'y a pas eu de miracle Il ne s'est rien passé que le travail des sauveteurs, inlassables, et celui des équipes médicales, de l'armée, de la Croix-Rouge, qu'animait Mademoiselle Ladrière.
   J'ai photographié tout cela, j'ai fait mon travail de photo-journaliste. Mes images, ce sont les regards des sauveteurs, la remontée des rescapés. Ce sont aussi les visites des personnalités – le roi, les ministres, l'évêque. Mon collègue, Raymond Paquay poussait parfois une pointe à l'extérieur, jusqu'aux cités de baraquements où l'on distribuait de la nourriture. Ce qui m'était le plus pénible était de photographier les familles des mineurs. J'évitais ces regards que l'espoir avait fui. Faire ce genre de photographies n'est pas dans ma nature. J'étais bouleversé. Je tournais mon appareil vers le ciel, vers le noir châssis et je faisais une belle photo qui traduisait mes sentiments... »
   La discrétion de Camille et de Raymond Paquay leur a interdit de rechercher le sensationnel. Il ont rejeté l'effet facile, les images choc. Leurs photographies sont belles, dans leur simplicité émouvante. À ce titre, elles font partie de l'Histoire. Celle du travail, celle des hommes.

12 euros (code de commande : 25705 - vendu).

 

[HAINAUT - ORTELIUS]. Hannonia - Henault. Gravure coloriée extraite de l'Abrege du Theatre d'Ortelius, contenant la description des principales parties & regions du Monde, representees en petites cartes, & illustrees de sommaires expositions, publié à Anvers, chez Vrients, en 1602, p. 44.
   Cette carte fut publiée pour la première fois dans l'Epitome du théatre du monde d'Abraham Ortelius auquel se représente tant par figures que charactères la vraye situation, naturelle & propriété de la terre universelle, édité par Michel Coignet, à Anvers, chez Plantin, en 1588.
   Le texte imprimé au verso (p. 45) est celui de la description du comté d'Artois.
Dimensions :
   - Image : 105 x 80 mm.
   - Feuille : 147 x 110 mm.

Texte accompagnant la gravure (p. 43) :
   La Comté de Haynault est de grande estendue, & contient souz soy une Principauté qui est Chimay, appertenant au Duc d'Archot, & en porte son filz tiltre de Prince. A aussi plusieurs Comtés, telles que sont Mons, Bouchain, Lalaing, Bossu, & autres. Plusieurs Baronnies, douze Pairs, un Mareschal, un Senerchal, un grand Veneur & grand Chambellan, & autres semblables Officiers hereditaires. Elle a son nom de la principale riviere qui l'arrouse, dite Haysne, & d'une diction Alemande Auwe (qui signifie pré ou prairie) pour estre riche de bonnes prairies & pasturages ; comme aussi elle est, autant qu'une autre region en toute celle contrée, de plaisants bois, forests, lacs, & fontaines. Les principalles villes sont Mons & Valenciennes sur l'Escaut (où ceste riviere commence à estre navigable) ville tres ample, & forte de murs & fossez. Mons est sur la Trouille presque au milieu de Haynault, ville tres forte & bien munie contre tout assaut de l'ennemy. Les citoyens sont riches, faisans grand traficq de Sayettes, lesquelles s'y tissent en fort grand abondance. Il y a d'avantage entre plusieurs autres Bavais, au marché de laquelle il y a une colomne de pierre, soubs laquelle, comme les citoyens racontent, se commencent tous les chemins, qui d'icelle tirent droit vers les principalles villes de Frances. Lesquels chemins on dit avoir esté faits par le commandement & despens de Brunehaut, dont ils sont appellez Chemins ou chaussees de Brunehaut : mais à present on n'en trouve que bien peu de reliques & encore ruinées. C'est une region riche en mines de plomb, en pierres blanches & bleuës, en marbres de diverses couleurs, chaux vive, & de la houille, dont on use en lieu de bois pour se chauffer. A lendroit de Barbençon se sont les plats de verre, dont on fait les verrieres, & est le plus excellent qu'on puisse trouver. Aussi y fait on toute sorte de vaiselle de verre.

40 euros (code de commande : 25681 - vendu).

 

LE MAISTRE D'ANSTAING (Idesbald) — Recherches sur l'histoire et l'architecture de l'église cathédrale de Notre-Dame de Tournai, par I. Le Maistre d'Anstaing, Membre de la commission chargée des travaux de restauration de cette église. Tomes I et II (complet). Tournai, Massart et Janssens, 1842-1843. [Tournai, / Massart et Janssens, Imprimeurs-Libraires. / 1842. - 1843.] Deux volumes in-8° demi-toile grise à coins, couvertures conservées, t. I : XXVI, 403, [1 bl.] p., une vue en frontispice et 3 planches hors texte, t. II : [1 (faux-titre)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], 376 p., bon exemplaire malgré quelques rousseurs.
Table des matières :
   Tome I.
   - Introduction.
   Chapitre I. Origine du Christianisme à Tournai. - Fondation de la cathédrale de Notre-Dame. - Église romane. - Sa description. - Époque de sa construction.
   Chapitre II. Construction du chœur ogival. - Accroissements successifs. - Décoration intérieure.
   Chapitre III. Des chapelles et des autels de l'église de Notre-Dame.
   Chapitre IV. Des portails de l'église de Notre-Dame.
   Chapitre V. Des vitraux peints de l'église.
   Chapitre VI. Itinéraire de l'église, ou description des objets rares et curieux qu'elle renferme.
   Tome II.
   Chapitre I. Notice sur les évêques de Tournai.
   Chapitre II. Chapitre de Notre-Dame. - Son organisation, ses dignités, ses droits et privilèges. - Son origine et sa fin.
   Chapitre III. Coup-d'œil sur l'histoire de Notre-Dame. - Événements divers dont l'église a été témoin. - Entrées royales, profanations, restaurations.
   Chapitre IV. Notice biographique sur les membres du chapitre de Notre-Dame, qui se sont distingués par leurs vertus ou leurs talents.
   Chapitre V. Des sépultures, pierres funéraires et épitaphes que renfermait anciennement l'église de Notre-Dame.

Les deux volumes : 90 euros (code de commande : 25700).

 

MAIGRET DE PRICHES (Gaspard) — Les de Priches dans l’ancien comté de Hainaut (1295-1710). Mons, Delporte, 1950. In-8° broché, 49 p., quelques illustrations hors texte.
   Ouvrage édité sous les auspices du Cercle archéologique de Mons.
Avant-propos :

   La famille de Priches, Prisches, Prices ou Pris était établie dans le comté de Hainaut au commencement du XIIIe siècle, spécialement à Mons et à Binche.
   La pénurie d'archives à une époque aussi reculée ne nous a pas permis d'établir de façon péremptoire quel était le berceau de cette famille, et l'origine de son nom ; mais tout porte à croire qu'elle le tire du village et ancienne seigneurie de Prisches : Prices (1169), Prisches (1237), Priches (1290).
   La seigneurie de Prisches était située à 8 kilomètres de Landrecies, dans l'ancienne prévôté de Maubeuge et pairie d'Avesnes.
   Or, parmi tous les fiefs que les de Priches possédèrent dans le comté de Hainaut, il est à remarquer qu'ils en tinrent plusieurs dans les environs immédiats de Prisches pendant plusieurs générations :
      1) un fief à Landrecies (pairie d'Avesnes) de 1380 à 1500 ;
      2) un fief à Waudrechies (pairie d'Avesnes) de 1473 à 1514 ;
      3) et un autre à Hargny (pairie de Longuevelle) avant 1473 jusqu'en 1515.
   Une branche de cette famille connue pendant plusieurs générations sous le nom de de Priches dit de Haynaut était fixée à Mons vers 1285 et y occupe pendant plus de trois siècles une position sociale élevée.
   Un rameau de cette famille se fixa à Maubeuge (pairie d'Avesnes) et avait pour représentant en 1473 Christophe de Priches, seigneur du fief de Hargny (pairie de Longueville) ; d'un fief à Grand-Reng (prévôté de Binche). Décédé à Maubeuge en 1502, il laissa une descendance restée inconnue qui possédait encore ces fiefs après 1502 et 1515.
   On retrouve enfin la famille de Priches, Prisches, Prices ou Pris fixée pendant 5 siècles à Binche (15 km de Mons et 18 km de Maubeuge) depuis le milieu du XIIIe siècle.
   Elle semble avoir donné son nom au bois et terre de Priches, Prisches ou Prices situé près des remparts de la ville de Binche, qui devint au XIVe siècle la « Curtis » de Priches, relevant des abbés de Marchiennes, érigée au XIVe siècle en prévôté et rattachée à la seigneurie de Battignies, pour devenir la seigneurie et terre franche de Priches et Battignies.
   La possession de plusieurs fiefs ou seigneuries de haute justice pendant 5 générations consécutives, le port public d'armoiries de famille, les alliances avec plusieurs famille nobles, l'exercice de fonctions élevées, et des qualificatifs étant les indices d'une existence noble se combinant l'un par l'autre pendant plusieurs siècles, font que les de Priches peuvent être considérés, surtout à une époque aussi reculée, comme ayant accédé à la noblesse par possession d'état.
   Nous donnerons successivement connaissance des de Priches que nous avons trouvés mentionnés en Hainaut et Cambresis puis de ceux qui sont cités à Mons et à Binche dont il a été possible de reconstituer la filiation presque complète.
Table des matières :

   - Avant-propos.
   - Les de Priches en Hainaut et Cambresis.
   - Les de Priches à Fions.
   - Rameau de Baudour. Branche non rattachée.
   - Les de Priches à Binche.
   - Note sur les sceaux.

15 euros (code de commande : 25703 - vendu).

 

MEURISSE (Paul-Clovis) — Les Révolutions à Binche (1790-1803). Bruxelles, Annales du Prince de Ligne, 1936. In-8° agrafé, [14] p., illustrations volantes.
   Extrait du tome XVIII, pp. 82-95, des Annales du Prince de Ligne.
Extrait :
   La fin du dix-huitième siècle marque le passage de ce qui a été appelé « l'ancien régime » vers d'autres méthodes de gouvernement que nous voyons aujourd'hui s'agiter, comme dans les soubresauts de l'agonie.
   Quelle était la mentalité de nos ancêtres à cette époque ? Quel était leur genre de vie ? Et comment fut amené le nouvel état de choses ?
   Je ne sais si l'on a suivi d'assez près les réactions de cette période si importante. Il faudrait pour cela avoir étudié soigneusement ce qui se passa dans les diverses régions du pays. Les catalogues de bouquinistes renseignent bon nombre de petites publications en langue flamande (je ne l'ai malheureusement pas apprise) ; mais l'on connaît peu de choses sur les provinces wallonnes. Le dernier cahier du tome VI des Annales du Cercle Archéologique de Soignies (1935) vient de publier des extraits des procès-verbaux des séances de la municipalité : Soignies sous la tourmente. (novembre 1792 à l'an VIII), par Léon Destrait.
   Nous trouvons à Binche deux illustres personnages, deux héros, de mentalité absolument différente ; l'examen de leurs exploits nous aidera à comprendre ce qui s'est passé dans notre petite ville de province.
   En citant le maréchal de Clerfayt et le général baron André Boussart, j'exprimerai tout d'abord le regret de ne pas voir leurs noms figurer dans les livres d'histoire à l'usage de nos écoliers. Ils le méritent cependant, et l'étude de cette période contemporaine n'est évidemment pas sans intérêt.
   Lorsqu'en 1933, la commune de Waudrez commémora (et elle le fit brillamment) le deuxième centenaire du maréchal comte de Clerfayt (le vaincu de Jemmapes), l'on entendit critiquer ces fêtes en l'honneur d'un Autrichien ; qui plus est, d'un noble autrichien. Et si nous voulons rappeler le mémoire d'André Boussart, cet autre enfant de Binche, qui conquit, lui, ses premiers grades sur ce même champ de bataille de Jemmapes, nouvelle levée de boucliers et nous voilà traité de francolâtre (ou de séparatiste). Que fera donc l'historien au milieu de ces divergences d'interprétation ?
   De toute évidence, pour écrire l'Histoire il faut être absolument impartial ; et nous nous efforcerons de rester fort objectif.

10 euros (code de commande : 25702 - vendu).

 

POUMON (Émile) — Le Hainaut. Les retables. Vilvorde, Mees, 1948. In-8° agrafé, 32 p., exemplaire bien complet des XIX planches volantes, exemplaire numéroté (n° 126), ex-libris manuscrit à la page de faux-titre.
Table des matières :
   - Généralités.
   - Retables du Hainaut belge :
      - Retables de Bienne-lez-Happart, Blaugies, Boussu, Braine-le-Comte, Buvrinnes (2), Écaussines d'Enghien, Enghien (3), Estinne-au-Mont, Flobecq-Bois, Givry, Ham-sur-Heure, Beaulieu par Havre, Horrues, Mons (2), Renlies, Villers-Poterie, Vezon, de Liessies ou de Wannebecq, Audregnies, fragments de retables.
   - Retables du Hainaut français :
      - Retables de Ramousies (2), Roubaix, abbaye de Liessies, Beauvois, Vertain, Wattignies, La Flamengrie (3), St-Germain-l'Auxerrois à Paris.
   - Conclusions.
   - Retables en pierre, retables en bois.
   - Notes.
   - Bibliographie.

15 euros (code de commande : 25701 - vendu).

 

SANSEN (René) — Ath autrefois. Lessines, Fondation Louis Hennepin - Van Cromphout, 1965. In-4° broché, 127 p., illustrations in et hors texte, un grand plan à déplier in fine, bon exemplaire.
Table des matières :
   - La Fondation Louis Hennepin.
   - Avertissement aux lecteurs.
   - Conseils aux professeurs, étudiants et chercheurs.
   - L'Histoire d'Ath vue à travers sa topographie.
   - Ath d'autrefois :
      - La Grand'Place.
      - L'Hôtel de Ville.
      - La Chapelle St-Jacques.
      - Le Marché aux Toiles ou l'Estampoir vers 1570.
      - La Halle des Bouchers et le Château d'Ath vers 1430.
      - Le Marché aux Poissons.
      - La rue aux Cadres, côté Ouest.
      - Le Quartier du Pont Carnail.
      - Le site du Pont de la Herse.
      - L'Écluse de la Broche.
      - Les rames.
      - La rue des Hauts Degrés.
      - Le Couvent des Capucins et le Calvaire.
      - Le Moulin et le Couvent de Nazareth.
      - Les rues tenant à la Croix Gaillart.
      - Le Quartier des Récollets.
      - Le Quartier de St-Julien.
      - Index des sujets.
      - Carte des enceintes superposées.

25 euros (code de commande : 25707 - vendu).

 


Viennent de paraître :

 

Les voies navigables en Hainaut du Moyen Âge à nos jours. Monographies et approches thématiques. Publié sous la direction de Laurent Honnoré et Isabelle Sirjacobs. Mons, Hannonia, 2017. In-8° broché, 535 p., illustrations en noir et en couleurs, (collection « Analectes d'Histoire du Hainaut », tome XVI).
Table des matières :
   - Avant-propos, par Laurent Honnoré.
   Première partie. Monographies.
      1. L'Escaut sur le territoire français, par Maryse Boudard et Édouard Desplats.
      2. L'Escaut sur le territoire du Hainaut belge, par Bruno Van Mol.
      3. La Dendre, par Didier Descamps et Adrien Dupont, en collaboration avec Élise Bocquet, Christine Delpancq et Camille Holvoet.
      4. Le canal Blaton-Ath, par Didier Descamps et Adrien Dupont, en collaboration avec André Nisolle et José Laurent.
      5. La navigation sur la Haine (XIVe - XIXe siècle), par Yannick Coutiez.
      6. Le canal de Mons à Condé, par Laurent Honnoré.
      7. Le canal Pommerœul-Antoing, par Bruno Van Mol.
      8. Le canal Nimy-Blaton-Péronnes et le canal Pommerœul-Condé, par Bruno Van Mol.
         8.1. Le canal Nimy - Blaton - Péronnes-lez-Antoing.
         8.2. Le canal Pommerœul - Hensies - Condé-sur-l'Escaut.
      9. Le canal de l'Espierres, par Bruno Van Mol.
      10. La Lys, par Bruno Van Mol.
      11. La Haute-Sambre, par Philippe Cnudde.
      12. La Basse-Sambre, par Claude Coisman.
      13. Le canal Charleroi-Bruxelles, par Gérard Bavay.
      14. Les canaux du Centre, par Isabelle Sirjabobs.
   Deuxième partie. Approches thématiques.
      15. Les bateaux sur la Haine durant l'Ancien Régime, par Yannick Coutiez.
      16. Les bateaux aux XIXe et XXe siècles, par Cécile Ansieau.
      17. Les ouvrages d'art, par Bruno Van Mol.
      18. Voies navigables, environnement et paysages, par Gérard Bavay.
      19. Professions, traditions et vie batelière, principalement sur l'Escaut, par Maryse Boudard.
      20. La navigation de plaisance, par Bernard Mercier.

35 euros (code de commande : 25608).

 

[HAINAUT]. Hainaut. La terre et les hommes. Mélanges offerts à Jean-Marie Cauchies par Hannonia à l'occasion de son soixante-cinquième anniversaire. Publié sous la direction de Claude Depauw, Philippe Desmette, Laurent Honnoré et Monique Maillard-Luypaert. Mons, Hannonia, 2016. In-8° broché664 p., illustrations en noir et en couleurs, (collection « Analectes d'Histoire du Hainaut », tome XV).
Table des matières :
   - Préface.
   - Liste des auteurs.
   - Jean-Marie Gauchies en Hainaut, par Claude Depauw, Philippe Desmette, Laurent Honnoré et Monique Maillard-Luypaert.
   - Maubeuge et Nivelles à la fin du VIIe siècle. Note sur deux passages de la Vita sanctae Aldegundae prima (BHL 244), par Alain Dierkens.
   - Les clauses militaires de la « notice d'inféodation » du comté de Hainaut à l'évêché de Liège (1071). Droit « régalien » d'ouverture des forteresses ou puissance des châtelains ?, par Michel De Waha.
   - La Guerre des Ronds (1252), histoire et mémoire, par Jean-Pierre Ducastelle.
   - Le cimetière et la chapelle Sainte-Marguerite à Mons. Observations sur l'histoire sociale et la géographie funéraire de la cité (XIIIe-XXe siècle), par François De Vriendt.
   - Chest li déclarations d'aucuns joyaux... Si montent vasselmenches d'argent, de cuisines et de boutillerie et de cambre. Orfèvrerie, joaillerie et argenterie de table à la cour de Hainaut 1356-1417. Leur usage, les commandes, par Ludovic Nys.
   - Delenda est mala domus. La Malmaison, une forteresse mal aimée aux confins du Cambrésis et du Hainaut (fin du XIVe - début du XVe' siècle), par Monique Maillard-Luypaert.
   - Un cas unique d'appel au Parlement de Paris en provenance des Terres de Débat : le recours introduit par l'Office du bailliage de Lessines-Flobecq contre un jugement du Conseil de Flandre favorable à des suborneurs de témoins flobecquois (1433-1438), par Michel Deltenre.
   - Une cour seigneuriale au XVe siècle : la famille de La Clyte au château de Comines, par Jean-Marie Duvosquel.
   - Messieurs du Magistrat de Valenciennes de l'époque bourguignonne au début du règne de Philippe II. Essai d'histoire sérielle sur le renouvellement des oligarchies municipales, par Philippe Guignet.
   - L'assistance aux lépreux en Hainaut du XVe au XVIIe siècle. L'exemple de Saint-Ladre de Soignies, par Walter De Keyzer.
   - Les agents en cour au service de la ville d'Ath, 1613-1788, par Adrien Dupont.
   - Le mausolée de Marie de Namur dans la collégiale Saint-Ursmer à Binche, par Serge Gravet.
   - Vaisselles de table et ustensiles de cuisine du château seigneurial de Mouscron d'après l'inventaire après décès de Guilbert de la Barre († 1592), par Claude Depauw, avec la collaboration d'Anne Debroux.
   - Le service funèbre célébré à Mons pour Philippe II (28 et 29 octobre 1598), par Jean-Paul Hoyois.
   - Les lignes de la Haine, par Bruno Van Mol.
   - « Faire bans, édits et ordonnances. » Le règlement de police de Charleroi de 1779, par Isabelle Parmentier.
   - De 28 à 33 cantons, le département de Jemappes cartographie par les Maillart, par Christine Gobeaux.
   - Le halage le long des canaux de Mons à Condé et de Pommerœul à Antoing dans la première moitié du XIXe siècle. De la réglementation à la libéralisation, par Laurent Honnoré.
   - La vie économique à Battignies au XIXe siècle, par Alain Graux.
   - « Je n'ai qu'à me féliciter de ma troupe et de sa discipline. » La lutte pour le suffrage universel, aperçu d'un événement à travers les rapports de la garde civique de la Ville de Mons lors de la manifestation du 17 avril 1893, par Corentin Rousman.
   - Mais non, le Borinage n'est pas que charbonnages !, par Isabelle Sirjacobs.
   - Autour de la refondation du Carmel de Mons (1837), par Pierre-Jean Niebes.
   - Trois quarts de siècle d'Annales du Cercle archéologique du canton de Soignies (1894-1967), par Philippe Desmette.
   - L'abbé et le bourgeois : les relations entre Edmond Puissant (1860-1934) et Raoul Warocqué (1870-1917), par Bertrand Federinov.
   - Un album d'hommage à Fulgence Masson conservé à la Bibliothèque de l'UMONS, par René Plisnier.
   - L'école des arts et métiers à Saint-Ghislain durant la guerre 14-18, par Marie Arnould.
   - La coopérative « Alimentation du Borinage », à Mons (1916-1919), par Assunta Bianchi.
   - Guerre, coups du sort et politique. L'avocat Louis Delporte (Dour, 1890-1967) dans la tourmente, par Alain Jouret.
   - Liste des souscripteurs.

45 euros (code de commande : 25405).

 

Pour être informé des mises à jour de cette page

 

 

Actes du colloque « 700 ans de franchises à Mons : les privilèges de Jean d'Avesnes (1295) ». Mons, 14 octobre 1995. Mons, Cercle Archéologique de Mons, 1997. In-8° broché, XXX, 235 p., illustrations hors texte dont certaine en couleurs, exemplaire neuf.
   Ce volume constitue le tome 77 - 1996 des Annales du Cercle Archéologique de Mons.
Table des matières :
   - Jean d'Avesnes, Mons et l'histoire, par Jean-Marie Cauchies, 4 p.
   - Jean d'Avesnes (1280-1304) et le Hainaut : les traits forts d'un principat houleux, par Jean-Marie Cauchies, 6 p.
   - Jean d'Avesnes, comte de Hainaut (1280-1304), législateur en son temps, par Jean-Marie Cauchies, 14 p.
   - Jean d'Avesnes et la ville de Mons à la fin du XIIIe siècle, par Walter De Keyzer, 114 p. (avec l'édition de 15 documents).
   - Un instantané de la population montoise à la fin du XIIIe siècle : les rôles de perception de 1295, par Walter De Keyzer, 30 p., illustrations.
   - Jean d'Avesnes, comte de Hollande (1299-1304), par Antheun Janse, 20 p. (traduction par Jean-Marie Cauchies).
   - La langue des privilèges montois, par Reine Mantou, 16 p.
   - Mons, ville forte depuis la fin du XIIIe siècle, par Christiane Piérard, 16 p., illustrations hors texte en noir et en couleurs.
   - Sept cents ans de vie urbaine à Mons, par Walter Prevenier, 17 p.

24 euros (code de commande : 17171).

 

Annales du Cercle archéologique de Mons. Tome 82 - 2014. Mons, Cercle Archéologique de Mons, 2015. In-8° broché, 495 p., illustrations.
Table des matières :
   - Comité du Cercle archéologique de Mons - Nouveaux membres.
   - La vie du Cercle (2010-2013).
   - Éphémérides 2010-2012, par Christiane Piérard.
   Articles.
      - Daniel Dereck (1032-2012), par Jean-Marie Cauchies et Jean-Paul Hoyois.
      - Le « sauvement » de Beaumont, trace de l'expansion hainuyère dans l'Entre-Sambre-et-Meuse, par Michel De Waha.
      - De poils et de plumes : divertissement des princes, inspiration des peintres. Les animaux à la cour de Hainaut, de Guillaume I/III d'Avesnes à la mort de Marguerite de Bourgogne (1305-1441), par Ludovic Nys.
      - André Beauneveu et Valenciennes. À propos d'un document inédit récemment mis en vente à Douai, par Ludovic Nys.
      - À l'ombre de Sainte-Waudru : l'architecture religieuse dans la prévôté de Mons aux XV et XVIe siècles, par Emmanuel Joly.
      - Aux origines des finances communales montoises. Inventaire des comptes en rouleaux et autres documents comptables, par Walter De Keyzer.
      - Une place forte au tracé aussi original que perfectible ? La reconstruction des fortifications de Mons, ou la difficile conciliation d'impératifs stratégiques et de contraintes militaires (1750-1781), par Maxime Tondeur.
      - Les projets de construction de maisons de force dans les Pays-Bas autrichiens dans les années 1770 : le cas du Hainaut, par Gaétan Deghilage.
      - Les souvenirs historiques de Charles Roussette (1851-1873), par René Plisnier.
   Mélanges.
      - Fin mouvementée pour quatre gargouilles de Sainte-Waudru, par Benoît Van Caenegem.
      - Énigme montoise : qu'est devenue la châsse dans laquelle furent conservées les reliques de sainte Waudru de 1804 à 1887 ?, par Benoît Van Caenegem.
      - 3 août 1919, Waudru et Vincent : quelques informations à propos d'une rencontre à Casteau, par Benoît Van Caenegem.
      - Trois chanoines de Saint-Germain à Mons, confrères de Saint-Hilaire et de Saint-Donat, par Benoît Van Caenegem.
      - Mercure sur le toit, par Christiane Piérard.
      - Souvenirs du Grand-Hornu, en chanson, par Christiane Piérard.
      - À propos de la mise au jour d'une tour de l'enceinte médiévale dans les travaux de la gare de Mons, par Bruno Van Mol.

25 euros (code de commande : 22916.

Anciens Pays et Assemblées d'États - Standen en Landen. I. Louvain - Paris, Nauwelaerts, 1950. In-8° broché, IX, 132 p., couverture un peu salie.
Ce volume contient :
   - Avertissement.
   - Les origines des états de Flandre, par Jan Dhondt (pp. 1-54).
   - De Raad van Vlaanderen (1386-1795) en zijn Archief, par J. Buntinx (pp. 55-78).
   - Les serments d'inauguration des comtes de Hainaut, par Andrée Scufflaire (pp. 79-132).

25 euros (code de commande : 21590).

 

 

Annales de la Société Royale d'Histoire et d'Archéologie de Tournai. Nouvelle Série - Tome XXV. Tournai, Société Royale d'Histoire et d'Archéologie de Tournai, 1977. In-8° broché, 367 p., illustrations.
Table des matières :
   - Éloge funèbre de M. le Chanoine Lucien Fourez, par J. Cassart (8 p.).
   - Les cartes et plans terriers conservés aux archives capitulaires de Tournai. Leur intérêt géographique, par R. Sevrin et R. Desreumaux (68 p.).
   - L'aménagement de l'Escaut à travers les âges, par R. Sevrin (56 p.).
   - L'église Saint Quentin à Tournai. Étude archéologique, par J. Ermel (98 p.).
   - Travaux récents concernant l'histoire de Tournai, par J. Dumoulin et J. Pycke (8 p.).
   - Bibliographie relative à l'histoire de Tournai. Deuxième partie : Nos 3297-4290, par J. Pycke (128 p.).

25 euros (code de commande : 19082).

 

Annales du Cercle Archéologique de Mons. Voyez la Liste des publications du Cercle Archéologique de Mons.

Annales du Cercle Royal Archéologique d'Ath et de la Région. Voyez la Liste des publications du Cercle Royal Archéologique d'Ath et de la région.

 

ANSION (Frédéric) — Binche 14-18. Introduction d'Achille Van Yperzeele. Waterloo, Luc Pire, 2016. In-8° collé, 158 p., illustrations in et hors texte en noir et en couleurs.
En quatrième de couverture :
   Le 15 novembre 1916, Binche est sous la glace. Un silence de mort pèse sur la ville. Six cent quinze civils Binchois vont être déportés en Allemagne...
   Cent ans plus tard, Binche 14-18 retrace cette terrible journée au travers de témoignages exceptionnels et rend hommage aux Binchois de la Grande Guerre.
   Archives inédites, analyse de la bataille de Péronnes-lez-Binche, récit du premier coup de canon de la Grande Guerre donné par les Anglais à quelques encablures de la Grand-Place de Binche... De l'arrivée de l'occupant en août 1914 jusqu'à l'Armistice, rien n'a été oublié dans cet ouvrage exhaustif, indispensable à tout amateur de cette période de l'histoire. L'ensemble est illustré de documents noir et blanc et colorisés qui donnent à cette époque une nouvelle dimension.

19 euros (code de commande : 25006).

 

ARNOULD (Marie) — Le Hainaut au cœur de la Grande Guerre. Radioscopie de l'administration provinciale durant le conflit. Mons, Hainaut, Culture et Démocratie, 2014. In-8° carré broché, 83 p., illustrations en noir et en couleurs.
En quatrième de couverture :
   Au mois d'août 1914, le Hainaut est brutalement envahi par les forces allemandes. La province vit ensuite quatre longues années, subissant avec peine l'autorité exercée par l'occupant à tous les niveaux de pouvoir.
   Dans de telles conditions, le Gouvernement provincial se retrouve placé dans une situation très délicate et d'importance cruciale : quelles attitudes et quelles stratégies faut-il adopter devant les autorités installées par l'envahisseur ? Comment réparer les dommages subis ou atténuer leurs conséquences, sauvegarder les infrastructures et surtout limiter, dans la mesure du possible, les mesures abusives et les exactions subies par la population ?
   Après avoir évoqué l'organisation du Gouvernement provincial au début du XXe siècle, l'historienne Marie Arnould s'intéresse à l'action de l'administration au cours du conflit en accordant une attention particulière au Conseil provincial, à la Députation permanente, au gouverneur Maurice Damoiseaux et aux présidents du Conseil François André et Louis Canon-Legrand. Elle examine ensuite l'organisation et les mesures pratiques adoptées par le Comité provincial de Secours et d'Alimentation, mis en place dès l'automne 1914, avant d'étudier les mesures d'aide, de reconstruction et de commémoration prises dans l'immédiat après-guerre.
   Mais l'enquête ne se limite pas à une description du rôle joué par les principaux organes de décision provinciaux. Elle se penche également sur les destinées de plusieurs institutions et centres hainuyers importants au début du XXe siècle, à savoir l'Institut provincial d'Hygiène et de Bactériologie, le site du Grand-Hornu, les ascenseurs du Canal du Centre, la Maison Losseau, l'Université du Travail, l'École de culture et d'élevage d'Ath, l'Institut des Aveugles de Ghlin, l'Observatoire de la Santé du Hainaut, l'École d'Horticulture de Tournai, l'Ecole normale provinciale de Mons, le Lycée et l'Athénée du Plateau Warocqué à Morlanwelz et, pour finir, l'École de Nursing de Mons.
   Une étude historique approfondie, basée sur de nombreux documents d'archives et illustrée d'images la plupart du temps inédites, qui jette la lumière sur une période dramatique et primordiale pour le destin de la province de Hainaut.

15 euros (code de commande : 22183).

 

ARNOULD (Maurice-A.) — Acquits ou documents justificatifs rendus par le receveur des aides de Hainaut à l'appui de ses comptes (1496-1540). Bruxelles, Palais des Académies, 1941. In-8° broché, 169 p., (collection « Commission Royale d'Histoire »), exemplaire non coupé.
Table des matières :
   Introduction.
   A. Recette : cahiers de répartition d'aides (1 à 4).
   B. Dépenses :
      1) Vacations du receveur des aides et de ses subordonnés (5 à 30).
      2) Paiements et dons en argent effectués pour le compte du gouvernement central (31 à 37).
      3) Rentes assignées sur le revenu des aides :
         a) Quittances (38 à 70).
         b) Documents de comptabilité (71 à 72).
      4) Paiements divers effectués pour le compte des États de Hainaut : messages, missions, etc. (73 à 81).
      5) Frais de déplacement des députés hennuyers aux États Généraux (82 à 84).
      6) Dons en argent, effectués pour le compte des États de Hainaut (85 à 88).
   Table chronologique.
   Table onomastique.

15 euros (code de commande : 17726*).

 

Les arts anciens du Hainaut. Conférences publiées sous la direction de Jules Destrée. Bruxelles, Van Oest, 1911. In-8° plein simili vert moderne, couverture conservée, 407 p., planches hors texte, rousseurs.
   Ouvrage publié dans le cadre des manifestations organisée à l'occasion de l'Exposition de Charleroi, en 1911.
Table des matières : 
   - Introduction, par Jules Destrée.
   I. Le Hainaut, terre d'art et de travail, par Camille Lemonnier.
   - Architecture.
   
   II. L'architecture en Wallonie et particulièrement dans le Hainaut, par Marcel Laurent.
   - Peinture.
      III. La contribution wallonne à la peinture des XVe et XVIe siècles, par Ernest Verlant.
      IV. Le portrait : de Lucidel à Navez, par GustaveVan Zype.
      V. Le Paysage : du XVe au XXe siècles, par H. Fierens-Gevaert.
      VI. Les peintres des fêtes galantes : Watteau et Pater, par Jules Destrée.
   - Sculpture.
      VII. Des ymaigiers à Victor Rousseau, par Maurice des Ombiaux.
   - Gravure.
      VIII. Les graveurs wallons, par Robert Sand.
   - Arts industriels.
      IX. Les arts industriels en Hainaut, par Léon Hennebicq.
   - Littérature.
      X. L'ancienne littérature du Hainaut, par Maurice Wilmotte.
      XI. Les Wallons et l'esprit européen : le prince de Ligne et Octave Pirmez, par Louis Dumont-Wilden.
      XII. Les écrivains français de Wallonie de 1880 à 1911, par Louis Delattre.
   - Musique.
      XIII. Les maîtres wallons dans l'école du contrepoint néerlandais, par Ernest Closson.
      XIV. Les musiciens wallons du XVIIe à nos jours, par Ernest Closson.
      XV. La chanson populaire du Hainaut, par Louis Piérard.

15 euros (code de commande : 24334).

 

Arts religieux. Liminaire par Jean Cassart. S.l., Le Hainaut au Travail, 1958. In-8° broché sous jaquette d'éditeur, 116 p., XLVIII planches hors texte, bel exemplaire.
   Catalogue de l'exposition éponyme organisée à la cathédrale de Tournai, du 18 mai au 30 septembre 1958.
Table des matières :
   Section I. Sculpture.
   Section II. Bronze, fer et autres métaux.
   Section III. Orfèvrerie
   Section IV. Broderies, tissus et tapisseries.
   Section V. Peinture.
   Section VI. Manuscrits.
   Section VII. Sceaux.
   Section VIII. Ouvrages musicaux.

12 euros (code de commande : 24842).

 

[ATH]. Annales du Cercle royal d'Histoire et d'Archéologie d'Ath et de la Région et Musées athois. Tome LXII Ath, Cercle Royal d'Histoire et d'Archéologie d'Ath et de la Région et Musées Athois, 2010. In-8° broché, 199 p., illustrations.
Table des matières :
   - Jean Dugnoille, notre président de 1976 à 1996, par Jean-Pierre Ducastelle (18 p., un portrait).
   - La châtellenie d'Ath, patrie du compositeur Josquin Després, par Herbert Kellmann et Laurent Dubuisson (20 p.).
   - 
Paroles dans le vent ! Insultes, injures et autres blasphèmes à Eth au XVIIIe siècle, par Adrien Dupont (26 p., illustrations).
   Une institution de bienfaisance sous l'Ancien Régime : les Communs pauvres d'Ath de 1740 à 1996, par Berthe Marie (46 p., tableaux).
   - Ce fut bien un social-démocrate, Moritz Rittinghausen (1814-1890). La politique concernant Cologne et Solingen, par Ulrike Fäuster (22 p., un portrait).
   - Louis Joseph Ghémar, Henriette, Rosalie et Sophie Ghémar, Lannoy-Ath-Bruxelles, 1819-1889, par Annie Terlinck (64 p., illustrations).

20 euros (code de commande : 20967).

 

[ATH]. Les Enceintes urbaines en Hainaut. Les fortifications d'Ath. (Supplément au catalogue général.) Ath, Cercle Royal d'Histoire et d'Archéologie d'Ath et de la Région et Musées Athois, 1984. In-4° agrafé, 68 p., illustrations.
Table des matières :
   - 
Les fortifications d'Ath durant la période espagnole. Un état figé ou des dynamiques nouvelles ?, par Christian Cannuyer.
   
La destinée des fortifications de Vauban à Ath (1674-1803), Lexique, par Jean Dugnoille.
   - Le démantèlement des fortifications et l'aménagement urbanistique d'Ath, par Jean-Pierre Ducastelle.

10 euros (code de commande : 20965).

   

[ATH]. L'Hôtel de Ville d'Ath. Ath, Cercle Royal d'Histoire et d'Archéologie d'Ath et de la Région et Musées Athois, 1983. In-4° broché, 88 p., illustrations.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à l'Hôtel de Ville d'Ath, du 29 août au 18 septembre 1983.
Table des matières :

   - 
Histoire de l'Hôtel de Ville d'Ath, par Jean Dugnoille.
      I. Documentation et bibliographie.
      II. La construction de l'Hôtel de Ville.
      III. Ce que l'on peut savoir des travaux ultérieurs effectués au bâtiment.
      IV. Catalogue.
   - L'Hôtel de Ville d'Ath et sa reconstruction, par René Sansen.
      I. Introduction.
      II. L'authenticité de la façade principale.
      III. Le démontage de l'Hôtel de Ville et ses enseignements.
      IV. La reconstruction de l'Hôtel de Ville.
      V. Catalogue.

10 euros (code de commande : 20966).

 

Autour de la ville en Hainaut. Mélanges d'archéologie et d'histoire urbaines offerts à Jean Dugnoille et à René Sansen à l'occasion du 75e anniversaire du C.R.H.A.A. Ath, Cercle Royal d'Histoire et d'Archéologie d'Ath et de la Région et Musées Athois, 1986. Fort in-8° broché, 918 p., illustrations dans le texte et quelques planches à déplier, (collection « Études et Documents », n° VII), dos passé.
Table des matières :
   - Préface, par Jean-Pierre Ducastelle.
   - René Sansen, Président d'Honneur et Conservateur du Musée d'Ath, par Jean-Pierre Ducastelle.
   - Jean Dugnoille, Président du Cercle Royal d'Histoire et d'Archéologie d'Ath et de la Région, par Jean-Pierre Ducastelle.
   - La fortification la plus ancienne dans la région d'Ath : Blicquy, 3000 ans avant J.-C., par Claude Constantin, Léonce Demarez et J. Dubouloz.
   - L'Escaut et les villes antiques du Hainaut, par André Wankenne.
   - L'éloge des villes au Moyen Âge. Cambrai, une autre Jérusalem (XIIe siècle), par Henri Platelle.
   - Tournai vers 1095, vu par Hériman vers 1145. Une vision liminale de la réalité urbaine en transformation, par Albert d'Haenens.
   - Du « bourg » à la ville : les premières enceintes du Hainaut, par Michel de Waha et Françoise Jurion-de Waha.
   - Les enceintes médiévales de Tournai : documents inédits, par Marcel Amand.
   - Du hameau à la ville. Saint-Ghislain du Xe au XIVe siècle, par Daniel Van Overstraeten.
   - L'évolution démographique de Tournai au Moyen Âge, par Christian Dury.
   - Aspects de la vie béguinale à Mons aux XIIIe et XIVe siècles, par Walter De Keyzer.
   - L'urbanisme en matière de voirie à Mons à la fin du Moyen Âge, par Jean A. Dupont.
   - La délinquance dans les villes du comté de Hainaut à la fin du Moyen Âge, par Philippe Cullus.
   - Deux octrois du Duc de Bourgogne pour les foires de Lens, 1447-1458, par Jean-Marie Cauchies.
   - Le Seigneur et la Ville. Le cas d'Enghien, par Yves Delannoy.
   - Le refus du mort-né dans la société d'Ancien Régime. Les sanctuaires à « répit » de la région athoise aux XVIe et XVIIe siècles, par Joëlle Stiévenard.
   - Imprimeurs et libraires dans les cités hainuyères d'Ancien Régime, par Bernard Desmaele.
   - Les victoires d'un règne. Représentations de villes du Hainaut dans l'œuvre de A.F. Van der Meulen conservée aux Gobelins, par Jean-Marc Depluvrez.
   - Mobilier liturgique d'une église paroissiale urbaine au XVIIe siècle. Le cas de Sainte-Catherine de Tournai (1670), par Jean Dumoulin.
   - Registre-épave, registre-miroir (1735-1742). Greffiers, jurés, argent, propriétés et espaces à Soignies au 18e siècle, par Gérard Bavay.
   - Une société maçonnique mixte à Ath au XVIIIe siècle, par Maurice-A. Arnould.
   - Bourgeois de Lessines au XVIIIe siècle, par Léon Jous.
   - Aux origines de l'hôtel de ville de Comines-Belgique : une acquisition des notables au XVIIe siècle, par Jean-Marie Duvosquel.
   - Lessines, l'exploitation de la pierre à paver, et l'imbroglio des mesures douanières au XVIIIe siècle, par Jean-Louis Van Belle.
   - Le magistrat de la ville d'Ath (XVIe-XVIIIe siècles). Aspects significatifs de la reproduction, de l'élargissement et de la limitation d'une oligarchie municipale, par Philippe Guignet.
   - Échos d'une ville hainuyère aux premiers émois de la « Révolution Brabançonne » : Ath, 1781-1789, par Christian Cannuyer.
   - État et caractéristiques de la population athoise en 1798, par Pascal Deloge.
   - La répartition des professions médicales dans le département de Jemappes, par Roger Darquenne.
   - Le souvenir napoléonien dans le carnaval athois, en 1841 et 1842, par Samuel Glotz.
   - Le « réunionisme » à Mons en 1830-1831, par Marinette Bruwier.
   - Les débuts de l'enseignement secondaire laïque pour jeunes filles à Ath (1872-1881), par André Uyttebrouck.
   - Le cortège historique du 20 septembre 1874 à Tournai. Les aquarelles de Léonce Legendre, pré-visions d'un artiste et documents pour une certaine conception de l'histoire, par Serge Le Bailly de Tilleghem.
   - L'action des militants flamingants dans le Hainaut Occidental (1884-1914) : Jozef Goossenaerts (1882-1963), professeur à l'Athénée d'Ath, Camiel Libbrecht (1853-1935) et Orner Wattez (1857-1935), professeurs à l'Athénée de Tournai, par Jean-Pierre Delhaye.
   - La chanson de marché à Charleroi sous l'occupation allemande en 1914-1918 contrastée à la chanson de résistance de la même époque, par Roger Pinon.
   - Aspects de l'évolution architecturale de Charleroi. Village, forteresse, place forte, centre urbain, par Jean-Marie Lequeux.
   - Naissance d'une ville : La Louvière, par Jacques Lefebvre.
   - Un quart de siècle après la détermination de l'actuel cadastre. L'urbanisation du quartier Saint-Germain, à Mons, par Christiane Piérard.
   - Péruwelz, ville campagnarde, par Solange Philipart.
   - Contribution à l'histoire de l'Urbanisation d'Ath au XIXe siècle : le comblement de la dérivation de la Dendre dite du
Marché aux Poissons
, par Jean-Pierre Ducastelle.
   - Ath, une cité pas comme les autres, par Albert Duchesne.
   - Évolution du paysage géographique de Tournai et du Tournaisis à la lumière des cartes anciennes et actuelles, par Robert Sevrin.
   - Ath et ses environs sur la carte de Belgique, 1870-1980, par Claire Lemoine-Isabeau.
   - Les Archives de l'État à Tournai et la ville d'Ath, par Jacques Nazet.

60 euros (code de commande : 24428).

 

BAVAY (Gérard) — Patrimoine et histoire des moulins en Hainaut. Inventaire descriptif. Mons, Hannonia, 2008. In-4° broché, 691 p., nombreuses illustrations, (collection « Analectes d'Histoire du Hainaut », tome XI).
Extrait :
   Les moulins parlent à l'imaginaire.
   C'est probablement ce qui fit le succès de l'exposition itinérante qui leur fut consacrée en Hainaut, voici une vingtaine d'années. Le public s'y pressa nombreux, heureux d'aller à la rencontre d'édifices familiers, de retrouver les images et les échos d'un monde toujours présent dans les mémoires, de renouer avec le sens d'un patrimoine proche. Un riche catalogue matérialise le souvenir de cette exposition organisée à l'initiative de « Hannonia, Centre d'Information et de Contact des Cercles d'Histoire, d'Archéologie et de Folklore du Hainaut », avec le soutien du Crédit Communal de Belgique. Un large éventail de publications locales vit le jour dans la foulée de l'événement. On en trouvera l'écho dans la bibliographie qui clôture cet inventaire.
   Le moulin fait partie du patrimoine local.
   Il occupe une place de choix dans le paysage et représente toujours un beau sujet d'étude pour les historiens de terroir. Actionné par l'eau, il reste bien souvent point de rencontre au croisement de la route et de la rivière. Mû par le vent et campé sur sa butte ou sa colline, il ne peut passer inaperçu.
   On verra, en parcourant le présent inventaire, que le moulin tient toujours une place de choix dans l'environnement patrimonial hainuyer. Et ce tout autant par la place qu'il occupe localement que par le nombre des vestiges conservés. À cet égard, le Hainaut fut et reste véritablement une terre de moulins. La diversité de ses paysages et la richesse de son histoire, notamment industrielle, y ont notamment fait naître une étroite et singulière familiarité entre les moulins à eau et les moulins à vent.
   Cet ouvrage est un guide.
   Par le texte et par l'image, il s'est fixé pour objectif de faire le tour et le bilan aussi complet que possible de tous les moulins de la province. D'innombrables investigations de terrain couplées à l'érudition qui fait la richesse des sociétés d'histoire regroupées au sein d'Hannonia permettent de penser que l'on n'est pas trop loin du compte. Et l'on aura l'indulgence de pardonner aux auteurs les inévitables oublis.
   Tout au long de la patiente enquête qui a mené à l'élaboration de cet ouvrage, nous sommes allés de découverte en découverte. La matière est ainsi apparue plus vaste que nous ne l'imaginions de prime abord. D'autant plus vaste qu'elle évolue sans cesse, passant ici de l'abandon à la restauration et là de la désaffectation à la ruine. Sans compter les vestiges méconnus et les traces oubliées mais toujours présentes sous quelques centimètres de terre (ou d'enduit). L'intérêt actuellement manifesté par les archéologues à l'égard de l'ensemble des vestiges enfouis a conduit, ces dernières années, dans notre province à la mise au jour et à l'étude des premiers vestiges d'archéologie molinologique (place Verte à Soignies, rue Jean Lescarts à Mons et château de Boussu).
   La matière est riche. Si riche que nous comptons sur la diffusion de cet inventaire pour compléter les connaissances dans ce domaine. Fruit des patientes recherches d'une large palette d'érudits et de dépouillements systématiques d'ouvrages de référence, la liste des moulins historiquement attestés est, comme on le verra, bien plus longue que celle des moulins matériellement présents et dûment reconnus dans le paysage. C'est dire les découvertes et les identifications qu'il reste possible de faire dans ce domaine.
   Ce livre se veut aussi un instrument de travail.
   Il devrait, à ce titre, servir tout autant aux simples curieux qu'aux chercheurs expérimentés. À travers les descriptions rassemblées et en prenant appui sur la photographie systématique de toutes les constructions et de tous les sites étudiés, chacun choisira le lieu qu'il décidera de visiter et d'explorer. Par la confrontation des configurations spatiales, des architectures et des évolutions historiques, il se penchera sur les facettes qui, de manière particulière, éveilleraient sa curiosité ou lui tiendraient à cœur.
   Les moulins sont loin, en effet, d'avoir dit leur dernier mot. L'importance de leur rôle dans le processus d'aménagement du territoire est évident dès le moyen âge. En de très nombreux endroits, ils furent étroitement mêlés à la dynamique qui devait conduire à l'organisation de l'espace tel que nous le connaissons à l'heure actuelle.
   Il fallait un inventaire pour baliser un champ d'étude dont les moulins ne sont qu'un des points d'émergence. Nous sommes convaincus que la recherche monographique trouvera à s'y alimenter, que des approches transversales se concrétiseront et que des traits plus fondamentaux pourront d'autant plus facilement se dégager.

50 euros (code de commande : 23783).

 

[BELŒIL]. Le château de Belœil. Par Andrée Scufflaire, Jean Dugnoille, Pierre Mouriau de Meulenacker et Joost De Geest. Bruxelles, Crédit Communal, 1994. In-4° broché, 126 p., nombreuses illustrations en couleurs, (collection « Musea Nostra », n° 31), exemplaire en bel état.
Table des matières :
   1. L'histoire de la Maison de Ligne et du château de Belœil.
      - Histoire de la Maison de Ligne
, par Andrée Scufflaire.
      - Généalogie de la Maison de Ligne.
      - Le château de Belœil
, par Jean Dugnoille.
   2. Une visite à Belœil, par Joost De Geest.
      - Le jardin.
      - Le hall d'entrée et la cage d'escalier.
      - Première chambre et chambres à coucher.
      - Galerie du premier étage.
      - Salle du conseil du prince Eugène.
      - La bibliothèque.
      - Salle à manger et salons.
      - La chapelle.

   Aperçu bibliographique, par Andrée Scufflaire.

15 euros (code de commande : 23771).

 

Bibliographie de l'histoire du Hainaut (1951-1980). Coordination assurée par Alain Jouret. Volumes 1 et 2 (complet). S.l., Hannonia, 1984. Deux volumes in-8° brochés, XLII, 981 p. (pagination continue pour les deux tomes), (collection « Analectes d'Histoire du Hainaut », tomes III et IV), exemplaire à l'état de neuf.
Introduction :
   Le Hainaut est une terre où très tôt fleurit l'histoire ; les chroniqueurs, les historiographes et les historiens y ont, dès le Moyen Âge, raconté les faits et les gestes des grands mais aussi de la masse du peuple. Dès le XIXe siècle, il apparut qu'il était utile de dresser un inventaire de cette production et la bibliographie de l'histoire du Hainaut naquit ; elle se développa et prit le rythme quinquennal au XXe siècle.
   Le présent travail est collectif et c'est son originalité car les publications antérieures furent l'œuvre d'historiens ou de bibliographes attelés à une courte période (maximum cinq ans), à une époque où la « production » historique était modérée et le fait de spécialistes publiant dans quelques revues bien connues de tous. Depuis quelques décennies, nous assistons à un éclatement, à une profusion de la littérature historique, d'une qualité très variable, très inégale, imprimée dans les revues connues mais aussi dans des publications confidentielles à tirage et à diffusion très limités. Et là est un grave écueil pour celui qui tente d'établir la bibliographie exhaustive d'un sujet précis auquel il souhaite apporter sa pierre, ajouter sa contribution. Ceci explique la tâche ardue, difficile de l'équipe qui a dû glaner dans un éparpillement de publications, journaux, revues, périodiques parfois éphémères, les titres à collecter; souvent, ces bibliographes se sont trouvés devant des redites, des articles dépourvus de références, des copies qui frisaient le plagiat mais leur mission était de dénicher et de signaler le maximum d'œuvres concernant le Hainaut. Et ils l'ont fait même si le découragement les a parfois frôlés !
   La Bibliographie du Hainaut, 1951-1980, soit trente ans de production historique concernant cette province ou cet ancien comté, est la suite complémentaire d'autres publications. Au XIXe siècle, Jules Delecourt a publié une Bibliographie de l'histoire du Hainaut, dans le tome V des Annales du Cercle Archéologique de Mons ; déjà en 1839, Charles Delecourt avait publié une Introduction à l'histoire administrative du Hainaut, suivie de trente pages de bibliographie relative à ce sujet ; plus tard, le Cercle Archéologique de Mons accueillit dans ses Annales la Bibliographie quinquennale de l'histoire du Hainaut, par Armand Louant et Maurice Van Haudenard, qui couvre la période 1919 à 1935 ; en 1940, dans le tome LVII, où les mêmes auteurs couvrent les cinq années 1936-1940 ; en 1948, dans le tome LXI, où Georges Hansotte publie les dépouillements concernant les années 1941-1945. Enfin, en 1963, conjointement avec la Commission belge de bibliographie, le Cercle Archéologique de Mons sort sa publication extraordinaire n° 14, il s'agit de la Bibliographie quinquennale pour les années 1946-1950 avec index récapitulatif des bibliographies 1919-1950, par Raymonde Vandenborght. À ces bibliographies centrées sur le Hainaut, il faut en ajouter d'autres plus limitées ou au contraire plus étendues qui apportent des informations complémentaires, ainsi dans les Annales du Cercle Archéologique de Mons du tome 23 au tome 39, c'est-à-dire de 1892 à 1910, la rubrique de Léopold Devillers, Ouvrages et notices publiés en dehors des Annales et des Bulletins du Cercle Archéologique couvrant les années 1890-1910 ; ainsi dans Collationes Diocesis Tornacensis, tome XXXIII, où Alexandre Pasture publie sa Bibliographie de l'Histoire du diocèse de Tournai, diocèse qui a correspondu à une partie du territoire du Hainaut avant de se confondre avec lui ; ainsi de Une introduction bibliographique à l'histoire du Hainaut, par Jean Dugnoille, dans les Cahiers de Clio, en 1966 et la suite de cette Bibliographie de l'histoire du Hainaut par Christiane Piérard, dans les Cahiers de Clio, en 1981 ; ainsi, enfin, d'autres publications qui sont signalées par R. Vanderborght, dans la Bibliographie quinquennale, IV, 1946-1950.
   De plus des études bibliographiques ont été consacrées au Hainaut par des étudiants des institutions d'enseignement des sciences de la bibliothèque ; toutefois, ces mémoires de fin d'études n'ont pas été publiés séparément et se trouvent inclus dans la bibliographie publiée à présent ; certains d'entre eux ont collaboré activement à la mise au point de ce travail en intégrant le fruit de leurs recherches dans la bibliographie patronnée par Hannonia : ce sont Jean Vandeputte, avec sa Bibliographie de l'histoire du Hainaut, 1961-1965, présentée en 1970 et Cécile Dayez-Droppel, avec sa Bibliographie de l'histoire du Hainaut, 1966-1970, présentée en 1977, à l'École provinciale du Brabant, Cours des Sciences de la bibliothèque et de la documentation.
   Une lacune importante subsiste donc dans les bibliographies hainuyères systématiques pour les années. 1865-1889 et 1911-1918, la couverture de ces périodes étant partiellement assurée par des ouvrages généraux tels le Dictionnaire géographique, historique, archéologique, biographique et bibliographique du Hainaut, de Théodore Bernier, dont les notices de la seconde édition, de 1891, sont dans l'ensemble suivies d'une bibliographie ponctuelle arrêtée à 1890 ; ou encore les 90 pages d'Essai de bibliographie Hennuyère, de Léon Foulon dans l'Enseignement primaire et les bibliothèques publiques dans la province de Hainaut, publié à La Louvière en 1929.
   Enfin, des apports généraux peuvent être puisés dans M. A. Arnould, Historiographie de la Belgique des origines à 1830, Bruxelles, 1947 et, du même auteur, Le travail historique en Belgique des origines à nos jours.
   Le présent dépouillement a aussi mis en évidence des bibliographies particulières, des catalogues et des inventaires réunis dans la première rubrique sous les litterae A et B.
   Malgré l'application et la volonté mises par l'équipe du Cadre Spécial Temporaire à perfectionner toujours sa méthode de recherche, il est évident que l'actuelle bibliographie de l'histoire du Hainaut ; pas plus que les « tranches » précédentes, n'est exhaustive mais elle a le mérite d'exister et d'informer le chercheur sur l'essentiel, sur l'important, sur le caractère de l'histoire de cette province.
   C'est le point de départ de toute recherche historique tandis que c'est le propre du spécialiste de pousser plus loin encore l'investigation dans la direction de son centre idéal d'intérêt et de préoccupation : monographie d'histoire locale, histoire d'une technique ou d'une science, histoire économique, archéologie, histoire de l'art, archéologie industrielle, biographie, ...
   De nombreux historiens, historiens de l'art et bibliographes ont été impliqués dans l'élaboration du programme, dans les conseils à prodiguer à l'équipe agissant « sur le terrain », dans la répartition des rubriques, dans l'encadrement actif du CST. Cette bibliographie de l'histoire du Hainaut est vraiment une œuvre collective réalisée par des Hainuyers.

Les deux volumes : 30 euros (code de commande : 23788).

 

[BINCHE]. Les Cahiers binchois. N° 1 - Janvier 1978. Binche, Société d'Archéologie et des Amis du Musée de Binche, 1978. In-8° agrafé, 47 p., illustrations, couverture frottée.
Table des matières :
   - En feuilletant l'album « Binche en cartes postales anciennes », par l'Oncle Jo.
   - Une page d'histoire économique du XVIIIe siècle : la chaussée de Nivelles à Binche, par Michel Revelard.
   - Notre Société et le Musée, par Samuël Glotz.
   - Le siège de Binche en 1654, par Samuël Glotz.
   - Une représentation inédite de Binche, par Samuël Glotz.
   - L'authenticité d'une vue de Binche, lors du siège de 1578, par Pierre Le Poivre, par Samuël Glotz.
   - À propos de la Banque de Binche, par Samuël Glotz.
   - « Binchou » comme surnom, par Samuël Glotz.
   - Qui est Jehan de Binche ?, par Samuël Glotz.
   - Portrait moral de Binche, par Samuël Glotz.
   - L'élégance vestimentaire du magistrat, par Samuël Glotz.
   - Les baudets de Binche, par Samuël Glotz.
   - L'utilisation du tambour lors des noces, par Samuël Glotz.
   - La police des « étrangers », par Samuël Glotz.
   - Les professions interdites aux membres du Magistrat, par Samuël Glotz.
   - Le serment des arbalétriers de Saint-Georges, par Samuël Glotz.
   - Les armes de la ville, par Samuël Glotz.
   - La composition de la population binchoise, en 1784, par Samuël Glotz

10 euros (code de commande : 22776*).

 

[BINCHE]. Les Cahiers binchois. N° 5 - 1982. Binche, Société d'Archéologie et des Amis du Musée de Binche, 1982. In-8° agrafé, 59 p., illustrations, couverture frottée.
Table des matières :
   - Fêtes républicaines et mentalité populaire à Binche (1894-1799), par Albert Milet.
   - Une collection de masques portugais au Musée international du Carnaval et du Masque, par Michel Revelard.
   - Les Maures et les Bugios de Sobrado (Valongo), par Benjamin Pereira.
   - La fabrication de l'apèrtintaille, par Patrice Chevalier

10 euros (code de commande : 22812).

   

Les Cahiers binchois. N° 8 - 1987. Binche, Société d'Archéologie et des Amis du Musée de Binche, 1987. In-8° agrafé, 64 p., illustrations, couverture frottée.
Ce volume contient uniquement :
   - Binche au début de la seconde occupation française (1794). Le commissaire civil Jasmin Lamotze et la saisie du trésor de la collégiale de Saint-Ursmer, par Albert Milet.

10 euros (code de commande : 22813).

 

[BINCHE]. Les Cahiers binchois. N° 15 - 1997. Binche, Société d'Archéologie et des Amis du Musée de Binche, 1997. In-8° collé, 135 p., illustrations, exemplaire en très bel état.
   Ce numéro contient exclusivement la seconde partie de l'étude de E. Clerbois : Binche et l'histoire postale. De 1830 à 1914.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   Deuxième partie : de 1830 à 1914
      21. La poste à Binche et l'Indépendance.
      22. Le bureau de distribution de Fayt.
      23. Le Service rural dans le canton de Binche.
         - La boîte postale.
         - L'organisation des tournées.
         - Le transport des messageries par diligence.
      24. Les premiers timbres-poste.
      25. L'Union Postale Universelle.
      26. L'Union latine.
      27. L'Internationale Socialiste.
      28. La poste à Binche (1861).
      29. La carte postale.
      30. L'expansion économique.
      31. La poste à Binche au début du 20ème siècle.
   - Bibliographie.
   Addenda I : Henri II et la destruction du Palais de « Binch ».
   Addenda II : Louis-Jean-Antoine-Marie-Joseph, comte de Robiano.
   Addenda III : Une marque postale éphémère utilisée à Binche.

12 euros (code de commande : 24858).

 

[BINCHE]. Une page d'histoire belge. Les Binchois et la Révolution brabançonne. 1790. Luttre, Alfred Balsacq, [ca 1925]. In-8° broché, 111 p., planches hors texte, exemplaire en bel état de cet ouvrage peu courant.
   Il s'agit d'une publication extraordinaire de la Société d'Archéologie de Binche.
Ce volume contient :
   - 1790. Le drapeau des volontaires binchois, par Paul-Clovis Meurisse.
   - 1790. Le carnet de campagne du capitaine Maximilien-Ursmer-Joseph de Biseau de Hauteville, commandant la compagnie des Volontaires binchois, annoté par Louis Leconte.

25 euros (code de commande : 24218*).

 

 

[BINCHE]. Une relation allemande méconnue (1550) des fêtes données par Marie de Hongrie, à Binche et à Mariemont, en août 1549, texte édité par Samuel Glotz et Léon Marquet. Mons et Gembloux, 1991. In-8°, 155 p., illustrations hors texte, (Numéro spécial des Cahiers Binchois).

15 euros (code de commande : CB/1).

 

[BOUSSU]. Le château de Boussu. Namur, Ministère de la Région Wallonne, 1998. In-4° broché, 207 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, (collection « Études et Documents - Monuments et Sites », n° 8), exemplaire en très bel état, épuisé au catalogue de l'éditeur.
Table des matières :
   Préface.
   Chapitre 1.
      - L'architecte du château : Jacques Du Brœucq, par Isabelle Lecocq.
         - Chronologie, par Isabelle Lecocq.
   Chapitre 2.
      - Historique du château, par Marcel Capouillez.
   Chapitre 3.
      - L'environnement du château, par Marcel Capouillez, Krista De Jonge et Dirk Van de Vijver, avec la collaboration de Kristof Fatsar.
   Chapitre 4.
      - Restitution d'un château disparu, par Cécile Ansieau, Marcel Capouillez, Teresa Cristina Patricio, Krista De Jonge, avec la collaboration de Manolis Vourakis.
         - Description du château vers 1600, par Pierre Du Mont l'Ancien.
         - Analyse dendrochronologique d'échantillons provenant du château de Boussu, par David Houbrechts.
         - Restauration de la statue de Charles Quint, par Dominique Driesmans, Anne Lechat et Sylviane Mathieu.
         - Prospection glyptographique, par Jean-Louis Van Belle et Francis Tourneur.
         - L'investigation architecturale par techniques d'anastylose, par Teresa Cristina Patricio.
         - Les matériaux pierreux du château de Boussu, par Francis Tourneur.
   Chapitre 5.
      - Le langage architectural de Jacques Du Brœucq : entre Rome et Fontainebleau, par Krista De Jonge.
   Sources et bibliographie.

30 euros (code de commande : 24221).

 

BÜCKEN (Véronique) — Le château de Seneffe. Centre de l'orfèvrerie de la Communauté française. Collection d'orfèvrerie européenne Claude et Juliette D'Allemagne. Bruxelles, Crédit Communal, 1994. In-4° broché, 127 p., très nombreuses illustrations en noir et en couleurs, (collection « Musea Nostra », n° 33), exemplaire en bel état.
Table des matières :
   - Historique du château de Seneffe.
   - Le château.
   - Le parc.
   - Histoire d'un musée.
   - Les collections d'art décoratif.
   - Orfèvrerie.
   - L'orfèvrerie dans les anciens Pays-Bas et la principauté de Liège.
   - L'orfèvrerie à Paris et en France.
   - L'orfèvrerie à Londres et en Angleterre.
   - L'orfèvrerie en Europe.
   - Bibliographie succincte.

13 euros (code de commande : 24236).

 

Bulletin administratif de la Province de Hainaut. Tome huitième. Année 1837. [Mons], [Monjot], [1837]. In-8° demi-veau brun d'époque, dos lisse, coiffe usagée et mors fendus en tête, [1 (titre)], [1 bl.], XV, [5 bl.], 517, 52, 20, 17, 43, [1 bl.] p.
   « Vers la fin de septembre 1830, M. De Macar, Gouverneur au nom du roi des Pays-Bas, ayant quitté la province, et M. De Puydt ayant été nommé à cette fonction par le Gouvernement provisoire, le Recueil administratif [publié de 1819 à 1830 sous le titre Province de Hainaut - Recueil des actes administratifs] prit le titre de Bulletin administratif de la province de Hainaut et parut par bulletins numérotés, d'inégale étendue, au fur et à mesure qu'il y avait des actes à publier. [...] Depuis lors le bulletin a continué d'être public de la même manière ; il forme chaque année un volume ayant une seule série de pagination, une série de numéros d'ordre de bulletin, une série de numéros d'ordre des actes qui y sont insérés, enfin, une table alphabétique, le tout sous le titre de Bulletin administratif de la province de Hainaut. »
   Le tome III présenté ici contient 82 bulletins (et les Suppléments aux N° 2, 14, 34 et 48) et 354 actes.
Bibliographie :
   - Ch. Delecourt, Introduction dans Répertoire administratif du Hainaut [1838], pp. IX-X.

45 euros (code de commande : 25498).

 

CAMBIER (G.) — Histoire de Notre-Dame du Buisson mère des affligés vénérée à Œudeghien près d'Ath. Quatrième édition. Bruxelles, Polleunis et Ceuterick, 1899. In-8° broché, 149 p., quelques illustrations, hommage de l'auteur, couverture défraîchie.
Table des matières :
   - Avant-propos de la première édition.
   - Avant-propos de la deuxième édition.
   Chapitre I. Où se trouve la chapelle de Notre-Dame du Buisson.
   Chapitre II. Origine de la dévotion à Notre-Dame du Buisson.
   Chapitre III. Notre-Dame du Buisson au XVIIe siècle.
   Chapitre IV. Quelques faveurs obtenues au XVIIe siècle.
   Chapitre V. Notre-Dame du Buisson au XVIIIe siècle.
   Chapitre VI. Exil de Notre-Dame du Buisson.
   Chapitre VII. Le retour des beaux, jours pour la dévotion à Notre-Dame du Buisson.
   Chapitre VIII. Une visite à Notre-Dame du Buisson en 1801.
   Appendice n° 1. Procès-verbal de la Consécration des Autels en l'an 1617.
   Appendice n° 2. Copie du Procès-verbal de la translation de la statue miraculeuse de Notre-Dame du Buisson.
   Appendice n° 3. Indulgence et Bref.
   Appendice n° 4. Liste des Chapelains.
   Appendice n° 5. Décret d'érection de la Confrérie.
   Appendice n° 6. Remarques importantes.
   - Cantique.

20 euros (code de commande : 20348).

 

Chartes statuts, et ordonnances de polities de la ville d'Ath. Nouvellement revisitées & corrigées par les Chatelain, Mayeur, & Echevins de laditte Ville. Mons, Plon, 1760. [A Mons. De l'Imprimerie de P. J. J. Plon, Imprimeur & Libraire rue de Nimi. 1760.] In-8° plein veau d'époque, dos à 5 nerfs, reliure défraîchie, premier plat détaché, [1 (titre)], [1 bl.], 114 (les deux dernières erronément chiffrées 91 et 92)] p.
En quatrième de couverture :
   Pierre-Jean-Joseph Plon était né à Mons, en la paroisse de Saint-Germain, le 29 décembre 1716 ; lorsqu'il eut atteint l'âge de quatorze ans, son père l'engagea, en 1731, comme apprenti chez Mathieu Wilmet, « pour lui apprendre l'art d'imprimer et de relier les livres. » Il y fit de rapides progrès, progrès tels, au dire de [son père] l'arpenteur Plon, que, au bout de deux ans, Wilmet en prit de l'ombrage et refusa de lui donner du travail. Pierre-Jean-Joseph fut alors mis en apprentissage chez Maladrier, rue des Clercs, pour se perfectionner dans l'art de la reliure. Wilmet, qui était l'un des principaux clients du relieur, défendit à celui-ci de donner de l'ouvrage à son nouvel apprenti et cet atelier fut également fermé pour le jeune homme.
   Sur les entrefaites, le matériel d'imprimerie de feu Gilles-Albert Havart ayant été mis en vente, l'arpenteur Pion en fit l'acquisition, pour donner de l'occupation à son fils « et l'empêcher de vagabonder et battre le pavé, comme on en voit quantité d'autres. » En examinant le matériel typographique, on constata que, par suite des agissements de François Sarazin, les caractères étaient tellement brouillés qu'il n'était pas
possible de s'en servir en cet état ; une certaine quantité d'entre eux étaient brisés et bons à être refondus. Le seul moyen de nettoyer les casses était de composer un texte pris au hasard, d'éliminer les mauvaises fontes et de redistribuer les lettres bonnes à être conservées. Parfois, cependant, les Plon ne croyaient pas enfreindre les ordonnances sur l'imprimerie en tirant, à quelques exemplaires, une plaquette dont le sujet leur paraissait intéressant. L'arpenteur s'étant, un jour de l'an 1733, rendu chez M. de Maleingreau, seigneur de Quenast, pour vaquer à certains travaux projetés par le Gouvernement, y trouva une lettre manuscrite écrite par un évêque au roi de France ; le seigneur de Quenast permit à Plon de l'emporter. Celui-ci la lut, en jugea le fond édifiant, le style brillant et en utilisa le texte pour l'épreuve de ses caractères. On en tira quelques exemplaires, dont quatre ou cinq furent remis à de Maleingreau en même temps que la lettre originale ; les autres épreuves furent conservées à l'imprimerie pour servir à un tirage plus considérable après l'obtention des lettres patentes.
   Mathieu Wilmet (toujours lui !) et Jean-Baptiste Varret, qui voyaient de mauvais œil les préparatifs d'installation d'un concurrent dont ils avaient pu apprécier les qualités, dénoncèrent l'arpenteur Plon comme exploitant une imprimerie clandestine. L'avocat fiscal s'émut, ouvrit une enquête, réclama un exemplaire de la lettre au roi de France. Sur réquisitoire du 13 novembre 1733, le Conseil Souverain de Hainaut déclara, par arrêt du 26 novembre suivant, « n'avoir été permis audit Plon d'imprimer ou faire imprimer contre les deffences portées par les ordonnances », et le condamna à cent livres d'amende et aux frais de justice.
   À la suite de cet arrêt, Jacques-Joseph Plon s'adressa au roi Charles VI, en vue d'obtenir des lettres patentes d'imprimeur de S. M. à Mons, sur le même pied, privilège et franchises dont avait joui Gilles-Albert Havart. Le Conseil privé, par apostille du 18 décembre 1733, déclara que cette demande ne pouvait être accueillie tant que le requérant n'aurait justifié de s'être exercé, pendant deux ans, dans l'art d'imprimeur. Se voyant débouté, Plon envoya son fils compléter son apprentissage à Lille, chez J.-B. Henry, où il demeura deux ans.
   En janvier 1741, l'arpenteur présenta une nouvelle requête en obtention de patentes d'imprimeur pour son fils, Pierre-Jean-Joseph. L'avocat fiscal s'y opposa, prétextant que le candidat n'avait pas 23 ans, qu'il n'avait pas subi l'examen prévu par les placards, et que le certificat du doyen de chrétienté, bien que favorable, n'était pas assez probant ; mais ce qui indisposait particulièrement l'officier du gouvernement, excité d'ailleurs, par les autres imprimeurs, c'était la prétention émise par Plon, de jouir d'une sorte de privilège ou de monopole comme successeur de Gilles Havart. « Ces raisons, concluait le fiscal, jointes à l'inutilité qu'il y a d'augmenter à Mons, le nombre des imprimeurs, qui ont déjà assez de peine à trouver de quoi s'occuper, font espérer qu'il sera rescrit de façon qu'au moins quant à présent, le suppliant soit éconduit de sa demande. » Malgré l'appui du magistrat, les patentes furent refusées pour Mons, mais, à la suite de nouvelles démarches, Pierre-Jean-Joseph Pion reçut, le 19 janvier 1742, de Marie-Thérèse, la permission de s'établir comme imprimeur à Ath. Quelques jours après, le 1er février 1742, il épousait, à Mons, Marie-Caroline-Josèphe de Ladrière.
   Enfin, en 1746, après la prise de Mons par les Français, Plon fut autorisé, par l'intendant, à transférer son établissement en cette ville, où il se fixa, d'abord, de 1746 à 1747, rue de la Clef, vis-à-vis du Marché-aux-Herbes, puis, de 1747 à 1760, rue de Nimy, et, de 1760 à 1778, sur la Grand'Place. Durant l'occupation française, il portait, concurremment avec Wilmet, le titre d'imprimeur du Roi. En 1766, il acquit des caractères d'imprimerie chez Rosart, fondeur, à Bruxelles.
   Pierre Plon gravait lui-même, sur bois, les dessins et les fleurons qui ornaient ses publications. On a relevé 42 productions sorties de ses presses, dont une faite à Ath, en 1744.
   Plon avait imprimé en 1772, pour compte du chevalier Oesmarcq, un Mémoire justificatif, sans autorisation préalable. Des poursuites furent intentées contre l'imprimeur, mais dès le 7 décembre, l'auteur demanda au gouvernement que Plon ne fût pas inquiété, « cet homme est fort pauvre et chargé d'une nombreuse famille. » Ce mémoire avait été tiré à 500 exemplaires délivrés à Desmarcq et quelques douzaines d'autres envoyés à des libraires de Valenciennes et de Maubeuge, pour être vendus au profit de l'imprimeur. Par lettres du 27 janvier 1773, l'empereur Charles VI ordonna la cessation des poursuites contre Plon, à charge de payer les frais de justice.
   Des revers de fortune, les soucis d'une nombreuse famille et une grave maladie obligèrent Plon à abandonner sa profession, en 1778, pour se retirer à Nivelles, près de son fils Emmanuel, qui avait fondé, en 1774, le premier établissement typographique en cette dernière ville. Deux fils d'Emmanuel allèrent se fixer à Paris : l'un, Charles, fut le père d'Henri-Philippe Plon, le célèbre imprimeur de l'empereur Napoléon III.
   Pierre Plon mourut à Nivelles, le 17 novembre 1785 ; sa veuve lui survécut quelques années. Elle mourut, dans la même ville, le 12 janvier 1791.
Bibliographie :
   - Rousselle, Bibliographie montoise, n° 724.
   - Federinov, Quatre siècles d'imprimerie à Mons, p. 57.
   - Poncelet et Matthieu, Les imprimeurs montois, pp. 114-118.

45 euros (code de commande : 20025).

 

[COMINES-WARNETON]. DUVOSQUEL (J.-M) et LEMOINE-ISABEAU (Claire) La région de Comines-Warneton. Sept siècles de documents cartographiques et iconographiques. Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, 1980. In-4° sous cartonnage d'éditeur, 151 p., très nombreuses planches en couleurs.
Table des matières :
   Préface, par Adriaan-E. Verhulst.
   Introduction, par J.-M. Duvosquel et Cl. Lemoine-Isabeau.
   Première partie : Documents cartographiques, par Cl. Lemoine-Isabeau.
      - XVIe et XVIIe siècle.
      - De l'origine à la carte de Fricx.
      - Les lignes de Comines.
      - Le canal d'Ypres à la Lys.
      - Les frontières du Nord.
      - Les enclaves.
      - Guerre de Succession d'Autriche.
      - Traité des Limites.
      - La carte de Ferraris.
      - La conquête française.
      - Depuis 1815.

   Deuxième partie : Plans et documents iconographiques, par J.-M. Duvosquel.
      - Comines
         - La ville médiévale.
         - Comines au XVIe siècle : Deventer et Lepoivre (1560-1579).
         - Les cadastres et les albums du duc Charles de Croÿ (1593-1609).
         - L'œuvre de Sanderus (vers 1640).
         - Les éditions illustrées pour le public lettré.
         - Les guerres de Louis XIV et les ingénieurs militaires français.
         - La cartographie au secours de la diplomatie au XVIIe siècle.
         - Plans et vues du XVIIIe siècle.
         - Deux Comines depuis la Révolution.
         - Conclusion.
      - Houthem.
      - Bas-Warneton.
      - Warneton.
         - Les fortifications.
         - Warneton, ville de garnison aux XVIIe et XVIIIe sicles.
         - Aux XIXe et XXe siècles.
         - Quelques notions de géographie historique et administrative.
      - Ploegsteert.

45 euros (code de commande : 22135).

 

[COMINES-WARNETON]. Mémoires de la Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la Région. Tome VIII. Fasc. 1 et 2. Comines-Warneton, Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la Région, 1978. Deux volumes in-8° brochés, 607 p. (pagination continue pour les deux volumes), illustrations, bon exemplaire.
Table des matières :
   - Préface, par P. Deyon.
   - Le travail et les hommes à Comines au XVIIIe siècle, par Ph. Toutain et D. Terrier.
   - La Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la Région en 1977-1978, par J.-M. Duvosquel.
   - Les puits en bois tressé du vicus gallo-romain de Ploegsteert, par J. Bourgeois.
   - L'auberge du Chat à Comines-Belgique du XVe au début du XIXe siècle, par J. Roelandt.
   - Warneton, plaque tournante du commerce dans le nord-ouest de la Flandre au XVIe siècle ?, par J. Cassart.
   - La crise de 1740 et les pauvres à Comines, par J.-M. Duvosquel.
   - À propos du doxal de l'église d'Houthem au XVIIIe siècle, par J. Libon.
   - Les sapeurs-pompiers de Comines. Autour d'un anniversaire (1828-1978), par A. Schoonheere.
   - La diffusion d'un dictionnaire d'histoire et de géographie dans la région de Comines-Warneton en 1853, par F. De Simpel.
   - Aperçu historique des brigades de gendarmerie de la région de Comines-Warneton, par A. Vierstraete.
   - Le problème de la reconstruction provisoire à Comines-Belgique, Houthem et Bas-Warneton après la grande guerre, par Fl. Bourgeois.
   - Le problème de la reconstruction de Warneton après la guerrede 1914-191 8 et la vie des rapatriés, par R. Parez.
   - Au lendemain de la guerre de 1914-1918, Ploegsteert renaît de ses cendres, par J.-Cl. Walle.
   - Histoire de la salle du Cercle catholique - Comines-Belgique depuis 1925, par H. Lauraine.
   - L'économie de la région de Comines-Belgique (1963-1977). Démographie, logement, emploi, par A. Dujardin.
   - L'archéologie à Comines-Warneton et dans la région en 1977-1978, par J. Bourgeois, F. De Simpel, G. Lahouste et J. Morisse.
   - Chronique patoisante.

Les deux volumes : 30 euros (code de commande : 19423).

 

[COMINES-WARNETON]. Mémoires de la Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la Région. Tome X. Fasc. 1 et 2 (complet). L'histoire de la région au Congrès de Comines 28-21 août 1980. Comines-Warneton, Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la Région, 1980. Deux volumes in-8° brochés, 680 p. (pagination continue pour les deux volumes), illustrations, bel exemplaire.
Table des matières :
   Fascicule 1.
   - Préface, par M.-A. Arnould.
   - Le XLVe congrès de la Fédération des Cercles d'archéologie et d'histoire de Belgique - 1er congrès de l'Association des cercles francophones d'histoire et d'archéologie de Belgique à Comines en août 1980, par J.-M. Duvosquel.
   - Chrysole de Comines : un saint du IVe ou du XIIIe siècle ?, par N. Huyghebaert.
   - L'office de saint Chrysole publié en 1696 pour le Chapitre de Comines, par B. Delmaire.
   - La restauration des peintures murales funéraires du XIVe siècle conservées dans la crypte de l'église de Warneton (1971-1975), par M. Savko.
   - Philippe de Commynes ou la nostalgie de la patrie perdue, par J. Dufournet.
   - La ligne de défense établie entre Comines et Ypres sous Louis XIV, par Cl. Lemoine-Isabeau.
   - Familles-souches et anthroponymie picarde dans la région de Comines-Warneton aux XIXe et XXe siècles, par P. Dendoncker.
   - Épisodes de la vie d'Ogier de Busbecq. Deux peintures du peintre orientaliste J.B. Huysmans (1826-1906) à Comines et à Bousbecque, par J.-M. Duvosquel et L. A. Missir.
   - Le théologien Thomas Bouquillon (Warneton 1840 - Bruxelles 1902), par D. Misonne.
   - La guerre des mines dans le Saillant d'Ypres à Comines en 1915-1917, par H. Bourgeois.
   - Enquête dialectologique sur la culture du tabac dans la région de Comines, par M.-Th. Bettonville-Counet.
   Fascicule 2.
   - La Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la Région en 1979-1980, par J.-M. Duvosquel.
   - Quelques notes sur les mammifères du dernier glaciaire trouvés à Warneton, par A. Gautier.
   - Gérard, évêque de Thérouanne (1083-1096) face aux moines exempts. Le cas des prieurés de Nieppe, Andres et Framecourt, par Ch. Dereine.
   - Aux origines de l'enclave actuelle de Messines à Ploegsteert : une transaction de 1234, par J. Beun.
   - Pauvreté et assistance à Comines au XVIIIe siècle, par Ph. Toutain et D. Terrier.
   - À propos de la refonte delà cloche en 1781 : les décimateurs et les administrateurs d'Houthem, par J. Libon.
   - Les locomotives en service sur le réseau de la Flandre occidentale (1845-1906), par A. Dagand.
   - « L'Épervier », société colombophile warnetonnoise (1880-1977), par F. de Simpel, R. Parez et A. Heugebaert.
   - Ploegsteert et Le Bizet avant 1914. Cartes postales anciennes, par J.-Cl. Walle.
   - L'Essex Régiment à Ploegsteert en 1914-1915, par G. Claeys.
   - Souvenirs de la Grande Guerre à Ploegsteert, par Fl. Cousin.
   - La reconstruction de l'église Saint-Chrysole de Comines-France par les architectes Maurice Storez et Dom Paul Bellot (1922-1938), par A. Schoonheere.
   - Anciens d'Irlande ou septante Cominois au service militaire en 1945, par H. Deldicque.
   - Géographie littéraire de la Wallonie. L'arrondissement de Mouscron-Comines, par J. Delmelle.
   - La flore de la région de Comines, par J. Baily.
   - La botanique dans le patois picard de Comines-Warneton, par H. Bourgeois.
   - L'archéologie à Comines-Warneton et dans la région en 1979-1980, par J. Bourgeois, Ph. Delval, Fr. de Simpel et J. Morisse.
   - Chronique patoisante.
   - Table générale des Mémoires de la Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la Région. Tomes I - X (1971-1980), par J.-M. Duvosquel.

Les deux volumes : 30 euros (code de commande : 19994).

 

[COMINES-WARNETON]. Mémoires de la Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la Région. Tome XI - 1981. Bas-Warneton, Société d'Histoire de Comines-Warneton, 1985. In-8° plein-simili bleu d'éditeur, 622 p., illustrations, exemplaire numéroté (n° 88), en très bel état.
Table des matières :
   - La Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la Région en 1980-1981, par J.-M. Duvosquel.
   - Le « trésor » de Ploegsteert et les monnaies romaines de la région de Comines-Warneton, par J. Bourgeois.
  - Contribution à l'étude de la peste au bas Moyen Âge. Un fragment de compte inédit de l'abbaye de Saint-Bertin pour Bas-Warneton, par B. Delmaire.
   - Philippe de Commynes et l'ambiguïté du monde, par J. Dufournet.
   - La population de Comines (partie châtellenie d'Ypres) en 1568 et en 1615, par J. Roelandt.
   - Un fonds d'archives du peintre Eugène Verboeckhoven (1798-1881) à Warneton, par F. De Simpel.
   - Histoire de l'Harmonie royale de Warneton depuis sa fondation (c. 1794), par G. Denis.
   - Photos anciennes de Comines et de Warneton (1861-1900), par J.-M. Duvosquel.
   - Un témoignage de la vie au Bizet au début du XXe siècle, par J. Potie.
   - L'église Saint-Chrysole de Comines-F. (ancienne collégiale Saint-Pierre) ruinée par la Grande Guerre, par A. Schoonheere.
   - Notes sur la guerre de 1914-1918 dans la région de Comines-Warneton, par G. Claeys.
   - Correspondance de guerre de la famille Omer Dumortier avec les autorités civiles et militaires de Comines-B. (1915-1917), par H. Dumortier.
   - La vie à Comines à la Belle Époque (1900-1930). Fêtes, jeux, loisirs et habitat, par H. Bourgeois.
   - Vieilles prières populaires de la région de Comines-Warneton, par H. Bourgeois.
   - Le Mémorial britannique de Ploegsteert. En marge d'un cinquantenaire (1931-1981), par J.-Cl. Walle.
   - Souvenirs de la bataille du canal à Comines en mai 1940, par O.E. Muller-Nedebock.
   - Quelques noms de plantes en picard de la région de Comines-Warneton, par G. Plamont et J. Potie.
   - L'archéologie à Comines-Warneton et dans la région en 1980-1981, par J. Bourgeois, F. De Simpel et J.-Ph. Lahouste.
   - Chronique patoisante.
   - Tables.

25 euros (code de commande : 19539).

 

[COMINES-WARNETON]. Mémoires de la Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la Région. Tome 32. Comines-Warneton, Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la Région, 2002. Grand in-8° carré sous cartonnage d'éditeur, 360 p., illustrations, exemplaire en parfait état.
Table des matières :
   - La Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la Région en 2001-2002, par J.-M. Duvosquel.
   - Cominius : histoire et répartition d'un nom à l'époque romaine, par M.-Th. Raepsaet-Charlier.
   - Une commanderie templière au XIIIe siècle à Bas-Warneton (France), par J.-Ph. Lahouste.
   - Philippe de Commynes, personnage de fiction : le regard de Paul Fort, par J. Dufournet.
   - Un inventaire sommaire des archives de la seigneurie de Nieppe dressé vers 1656, par F. De Meulenaere.
   - La seigneurie et la ferme de Flencques à Warneton (XIIe-XXe siècle), par F. De Meulenaere.
   - La seigneurie de Zuytlinde à Ploegsteert aux XVIIe et XVIIIe siècles, par F. De Meulenaere.
   - Quesnoy-sur-Deûle au XVIIIe siècle d'après les épaves des archives seigneuriales conservées en Allemagne chez le duc de Croÿ, par J.-M. Duvosquel.
   - Les boiseries du XVIIIe siècle provenant de Sainte-Marguerite (Comines-F.), aujourd'hui à Tourcoing, par A. Plateaux.
   - Deux aquarelles représentant l'église de Comines-France (fin XVIIIe siècle et 1849), par A. Plateaux.
   - Les confréries religieuses à Warneton au XVIIIe siècle, par R. Parez.
   - Érasme-Joseph Duchâteau (1751-1837), curé constitutionnel de Frelinghien (1791-1794), par F. De Meulenaere.
   - Arnould-Ignace Lambin (1758-1821), premier et douzième maire de Comines-France, par B. Baudoux et F. De Simpel.
   - D'Adam à Zègres, les centenaires de la région de Comines-Warneton du XVIIe siècle à nos jours, par G. Zègres.
   - Quelques notes historiques sur le hameau du Gheer à Warneton (XIXe-XXe siècles) (présentation par R. Parez), par R. Waerenburgh.
   - L'école des garçons de Ten-Brielen, par A. Collie et J. Milleville.
   - L'inauguration de la plaque commémorative du London Rifle Brigade Cemetery à Ploegsteert, par D. Loridan.
   - Une évasion, un combat, une libération. L'odyssée d'un Warnetonnois en 1940-1945, par R. Parez.
   - Journal d'un déporté pour le travail obligatoire : Robert Van Autryve 1944-1945, par F. De Simpel.
   - La seconde reconstruction du moulin Soete, par J. Bruggeman et J. Demuysère.
   - Miettes d'histoire :
      - Prémices à l'ouverture de l'orphelinat de Warneton.
      - Clergé de Comines-Warneton : addendum.
      - À propos d'une photo de l'école d'Houthem.

   - Comines-Warneton au fil des mois : 2001, par J. Milleville.
   - Chronique patoisante, par G. Zègres.

25 euros (code de commande : 19343).

 

Concessions et sociétés dans le bassin du Couchant de Mons de la fin du XVIIIe siècle à 1976. Introduction à l'histoire des sociétés houillères. Sous la direction d'Assunta Bianchi, Marinette Bruwier, Jean Puissant et Camille Vanbersy. Mons - Houdeng-Aimeries, Hannonia -SAICOM, 2016. In-4° collé, 479 p., illustrations en noir et en couleurs, (collection « Analectes d'Histoire du Hainaut », tome XIV).
En quatrième de couverture :
   Le passé glorieux du Borinage et des régions du bassin du Couchant de Mons ne peut se comprendre sans un détour par l'histoire des sociétés et des concessions des mines de houille qui ont fait la réputation de cette « terre de charbon ».
   Cette intense activité extractive transforme radicalement la région depuis le XVIIIe siècle, période de mutations techniques et commerciales, jusqu'à ce jour de mars 1976 où les molettes du siège Sartis des Charbonnages d'Hensies-Pommerœul se figent définitivement et scellent l'épopée du bassin charbonnier.
   Cet ouvrage, richement illustré grâce notamment aux collections du SAICOM, vous présente trois siècles d'exploitation, d'hommes, de sociétés, de fusions, d'innovations techniques, ...
Table des matières :
   - Le SAICOM.
   - Préface.
   - Introduction.
   - Liminaire.
   - Évolution des modalités d'octroi des concessions dans le bassin du Couchant de Mons.
   - Esquisse géologique du bassin du Couchant de Mons.
   - La Société Anonyme des Charbonnages du Borinage.
   - La Société Anonyme des Charbonnages du Hainaut et la concession Hautrage-Hornu.
   - La Société Anonyme des Charbonnages du Levant et des Produits du Flénu.
   - La Société Anonyme des Charbonnages du Rieu-du-Cœur et de La Boule réunis et la concession du Rieu-du-Cœur à Quaregnon.
   - La Société Anonyme des Charbonnages Unis de l'Ouest de Mons.
   - La Société Anonyme Cockerill - Division des Charbonnages Belges et Hornu-et-Wasmes et la concession Agrappe-Escouffiaux et Hornu-Wasmes.
   - La Société Anonyme des Charbonnages d'Hensies-Pommerœul.
   - La Société Anonyme des Charbonnages de Bernissart.
   - La concession de Sirault.
   - La concession de Wiers.
   - En guise de conclusion.
   - Bibliographie sommaire.
   - Glossaire.
   - Index.

30 euros (code de commande : 24506).

 

COULON (Denis) — Saint-Ghislain. Bruxelles, Alan Sutton, 1998. In-8° broché, 128 p., très nombreuses reproductions photographiques en noir, (collection « Mémoire en Images »), exemplaire à l'état de neuf, épuisé au catalogue de l'éditeur.
En quatrième de couverture :
   L'entité de Saint-Ghislain regroupe sept anciennes communes avec chacune son environnement, son rythme de v.ie, ses spécificités.
   Denis Coulon a sélectionné environ 200 photographies et cartes postales anciennes et a rencontré les anciens de Saint-Ghislain afin de faire revivre ces clichés et la vie quotidienne du début de ce siècle.
   De la petite ville à caractère commercial et estudiantin aux communes rurales et résidentielles en passant par celles qui vivent de l'extraction des produits du sous-sol, l'auteur nous invite à partager sa passion pour l'histoire de ces villages et nous offre une agréable promenade dans le temps et l'espace.
   Cet ouvrage est un témoignage dans lequel les uns retrouveront un peu de leurs souvenirs et les autres découvriront un peu de leur patrimoine.

20 euros (code de commande : 21448*).

 

CROQUET (J.-B.-J.)Monographie de l'église paroissiale de Braine-le-Comte. Braine-le-Comte, Zech, 1890. In-8° broché, 160 p., illustrations et planches hors texte.
Extrait des Souvenirs historiques et religieux de la paroisse de Braine-le-Comte.
Table des matières :
   1. Nom, origine, institution de la paroisse.
   2. Les curés ou recteurs de Braine et le personnel ecclésiastique.
   3. L'église paroissiale.
   Annexes.
      I. Pièces justificatives.
      II. Liste des curés ou recteurs de Braine-le-Comte.
      III. Liste des chapelains ou vicaires et autres prêtre attachés au service de la paroisse de Braine-le-Comte.

20 euros (code de commande : 23436).

 

 

DEGANSEMAN (Ludivine) — L'entité de Lens. Bauffe, Cambron-Saint-Vincent, Lens, Lombise et Montignies-lez-Lens. Stroud, History Press (Tempus), 2009. In-8° collé, 128 p., très nombreuses reproductions photographiques, (collection « Mémoire en Images »), exemplaire à l'état de neuf, épuisé au catalogue de l'éditeur.
En quatrième de couverture :
   Située entre Mons et Ath, la commune de Lens compte cinq villages : Bauffe, Cambron-Saint-Vincent, Lens, Lombise et Montignies-lez-Lens.
   L'auteur de ce livre vous convie à une promenade à travers le vingtième siècle dans les maisons, dans les rues, dans les champs et les prairies de son entité.
   Elle vous fait visiter ou revisiter la société rurale. Elle décrit un quotidien en partie disparu aujourd'hui. Vous découvrirez ce que fut l'homme des campagnes en vous emmenant dans un monde non touché la mondialisation, dans un microcosme où la voiture, l'informatique et la consommation n'étaient pas encore les maîtresses de la vie.

20 euros (code de commande : 21427).

 

DELCAMBRE (Etienne) — Les relations de la France avec le Hainaut depuis l'avènement de Jean II d'Avesnes, comte de Hainaut, jusqu'à la conclusion de l'alliance franco-hennuyère (1250-1297). Mons, Union des Imprimeries, 1930. In-8° broché, 222 p., une carte hors texte, un des 10 exemplaires sur papier de luxe, non coupé et en très bel état malgré quelques rousseurs éparses.
    
Tiré-à-part du tome 69 des Mémoires et Publications de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut.
Table des matières :
   Le règne de Philippe III le Hardi.
      La politique franco-hennuyère sous ce prince.
   Le règne de Philippe le Bel.
    1re période : Le conflit franco-hennuyer.

      Chapitre I : L'information sur la mouvance de l'Ostrevent.
      Chapitre II : Période d'attente dans le développement de la politique française en Hainaut.
      Chapitre III : La révolte de Valenciennes en 1290. Jean d'Avesnes prête à Philippe le Bel l'hommage de l'Ostrevent.
      Chapitre IV : Nouveau conflit entre le roi et le comte de Hainaut. La question des faubourgs de Tournai.
      Chapitre V : Préparatifs de la guerre franco-hennuyère. Les négociations avec le comte de Flandre et les bourgeois de Valenciennes.
      Chapitre VI : La capitulation du compte de Hainaut.
    2e période : Le roi médiateur.
      Chapitre I : Les rapports de suzeraineté et de voisinage du roi et du comte de Hainaut de 1293 à 1295.
      Chapitre II : L'action médiatrice directe de Philippe le Bel auprès du comte de Hainaut.
      Chapitre III : L'échec de la médiation royale.
      Chapitre IV : La répercussion du conflit franco-flamand sur les rapports franco-hennuyers.
      Chapitre V : L'arbitrage de Godefroy de Brabant et de Jean de Dampierre. Philippe le Bel eut-il une part indirecte aux négociations ?
    3e période : L'alliance franco-hennuyère.
      Chapitre I : Les préparatifs de l'alliance franco-hennuyère.
      Chapitre II : L'alliance franco-hennuyère.
    Conclusions.

25 euros (code de commande : 20727).

 

DEMEULDRE (Pierre) — Histoire de Ladeuze. Chièvres, Delzenne, 1924. In-8° broché, VIII, 205 p., illustrations, deux grands plans à déplier, couverture défraîchie.
Table des matières :
   - Préface.
   - Avant-propos.
   Chapitre I.
      1. Topographie. - Le Nom de Ladeuze et variantes. - Étymologie.
      2. Toponymie. - Coutures et Lieux-dits.
      3. Hydrographie.
   Chapitre II. - Les origines.
      1. Époque belgo-romaine.
      2, Ladeuze possession de l'abbaye de Lobbes en 866.
   Chapitre III. La seigneurie.
      1. La seigneurie de Ladeuze dans ses éléments constitutifs.
      2. Les seigneurs.
      3. L'habitation seigneuriale.
      4. Les baillis.
      5. Fief et arrière-fiefs de la terre de Ladeuze.
   Chapitre IV. La chapelle et l'église.
      1. La chapelle.
      2. L'église (érection - restauration - les Curés. Les Prêtres natifs de Ladeuze).
   Chapitre V. La commune.
      1. Origine et organisation.
      2. Liste des mayeurs, bourgmestres et échevins.
      3. Finances communales.
      4. Procès.
      5. Sceau échevinal et armoiries.
      6. Mesures anciennes.
      7. L'enseignement.
      8. Industries locales.
      9. Corps de garde
      10. Nécrologie sous l'Empire.
      11. Les archives.
      12. Croyances populaires.
   Chapitre VI. 1914-1918.
   - Notes annexes.
      1. Monnaies découvertes à Ladeuze en 1882.
      2. Les Strépy.
   - Annexes.
      1. Acte de fondation d'obits par Jacques de Saint-Genois.
      2. La pierre tombale de Jacques de Saint-Genois.
      3. Testament d'Anne-Marguerite de Jausse.
      4. Acte de fondation d'obits par Marie-Philipotte et Marguerite d'Ongnies.
   - Corrections et additions.

30 euros (code de commande : 23322).

 

DEPAUW (Claude) — Depuis quand Mouscron est-elle une ville ? Contribution à l'élaboration d'une identité locale aux XIXe et XXe siècles. Mouscron, Société d'Histoire de Mouscron et de la Région, 2001. In-4° collé, [56] p.
   Extrait de Le fil du temps, n° 5, septembre 2001, pp. 41-95.
Introduction :

   La concision du titre Depuis quand Mouscron est-elle une ville ? nécessite, me semble-t-il, des précisions quant au sens que prendra ma réponse à la question initialement posée. Car poser la question « Depuis quand Mouscron est-elle une ville ? », c'est aussi poser la question « Mouscron est-elle une ville ? ». C'est donc devoir répondre également à la question « Qu'est-ce qu'une ville ? ». La réponse à cette trop vaste question n'est pas aisée. « À quoi bon discuter encore longuement ? La ville existe sans doute à peu près partout dans le monde et l'histoire ; pourtant on ne peut la saisir nulle part. Alors faut-il désespérer et renoncer à lui faire une place dans le discours historique ? Bien au contraire. » Encore faut-il préciser que la recherche dans l'histoire des liens entre le concept « ville » et le lieu géographique « Mouscron » a une autre visée, formulée par le sous-titre contribution à l'étude de l'élaboration d'une identité locale aux XIXe et XXe siècles. Mais l'expression « élaboration d'une identité locale » pose tout autant problème que la définition d'une ville. Car qu'est-ce qu'une « identité locale » ?
   Voilà encore un chemin qui ne me tente guère. Je vais donc évacuer toute discussion théorique à propos de la ville et de son identité afin d'aborder le sujet d'un point de vue strictement subjectif : celui d'un habitant de la localité en question, dont le titre de ville n'est plus contestable aujourd'hui. C'est aussi une mise en perspective historique que ne peut pas manquer d'élaborer le responsable des archives communales de la ville qui l'a vu naître. Depuis plus de vingt ans, ma pratique personnelle de l'administration communale du lieu, ma fréquentation, comme président de la société d'histoire locale, du petit nombre de Mouscronnois attentifs à leur passé, n'ont pas cessé de nourrir ma réflexion d'historien à propos de l'identité locale. Petit à petit, je me suis interrogé sur « qu'est-ce que Mouscron ? » ou plutôt sur « qu'est-ce qui a fait le Mouscron d'aujourd'hui ? ». Évidemment, cette interrogation à propos d'un lieu plus ou moins circonscrit – et parce que ce sont les hommes qui sont le sujet de l'historien – concerne d'abord les personnes qui le peuplent. La question peut alors se transformer en « qu'est ce qu'un Mouscronnois ? » Tout ce que sous-entend cette dernière question a pris à mes yeux une importance renouvelée à l'occasion de la préparation du texte justificatif de la loi qui allait donner à Mouscron le titre de ville.
   Mon opinion, bien ou mal fondée, reste éminemment subjective. De plus, elle est tributaire du fait que la constitution et la diffusion des images de la ville varient non seulement en fonction du critère socioprofessionnel, mais encore en fonction de la situation spécifique d'un groupe dans la localité.  « Plus ce groupe est proche du pouvoir local, plus il tend à avoir une vue synthétique de la ville, de sa vocation, de ses fonctions ; plus les individus considérés sont loin de l'« élite » urbaine, plus la vision d'ensemble s'estompe au profit d'une vision ponctuelle. »
   Pour être confortée ou bien infirmée, cette étude doit être confrontée à d'autres démarches historiennes, notamment celles relevant de la démographie historique, sans omettre les approches fondamentalement différentes que permettent la géographie humaine et la sociologie, qui toutes pourront faire appel à l'abondant matériel statistique qu'offrent les deux derniers siècles. Cette réserve essentielle justifie la précaution oratoire qu'offre l'expression « contribution à l'étude » qui ouvre le sous-titre.

12 euros (code de commande : 17758).

DERBAIX (Eugène) — Les monuments de la ville de Binche. Deuxième édition. Mons - Frameries, Union des Imprimeries, 1928. In-8° broché, 44 p., illustrations hors texte, exemplaire non coupé, les pages de faux-titre et de titre manquent.
   La première édition de ce volume a été publiée la même année sous le titre Binche.
Table des matières :
   Chapitre I. Binche dans le passé.
   Chapitre II. Les monuments anciens.
      1. Le Palais.
      2. L'hôtel de ville.
      3. L'église collégiale.
      4. La chapelle de l'ancien cimetière.
      5. Les anciens remparts.
      6. L'église du Saint-Sacrement.
      7. L'ancien collège.
      8. Le musée communal.
      9. La chapelle de Battignies.
   Chapitre III. Les édifices modernes.
      1. Les écoles communales.
      2. La caserne de gendarmerie.
      3. La justice de paix.
      4. La gare du chemin de fer et le square.
      5. L'hôtel des postes.
   Chapitre IV. Le carnaval de Binche.
   Conclusion.

13 euros (code de commande : 20745).

 

D'HAENENS (Albert) — Comptes et documents de l'abbaye de Saint-Martin de Tournai sous l'administration des gardiens royaux (1312-1355). Bruxelles, Palais des Académies, 1962. In-8° sous reliure d'éditeur, 882 p., planches à déplier, (collection « Académie Royale de Belgique - Commission Royale d'Histoire »).
Introduction :
   Ursmer Berlière attirait, voici soixante-dix ans déjà, l'attention des médiévistes sur la valeur inestimable des comptes de Saint-Mazrtin de Tournai au XIVe siècle. La catastrophe qui affecta les Archives de l'État à Mons et celles de Tournai, en raréfiant la documentation relative à l'histoire hennuyère et tournaisienne, n'a fait qu'accroître leur intérêt.
   Est-il nécessaire d'insister sur l'importance des comptes comme source d'information ? L'histoire économique en tout premier lieu, – celle des prix, des monnaies, des poids et mesures, de l'exploitation agricole, – l'histoire sociale, – généalogie, anthroponymie, démographie, – l'histoire politique et celle des institutions, – nous songeons, pour le XIVe siècle notamment, à l'histoire de la fiscalité ecclésiastique et laïque, à l'évolution de l'ingérence papale et royale dans l'administration des institutions ecclésiastiques, – l'archéologie, la géographie historique, la philologie, pour tout dire, l'histoire des hommes dans l'acception la plus large du terme, peuvent se construire à partir de documents comptables, avec une garantie appréciable. Déjà riches de contenu, ces textes acquièrent une signification encore plus grande du fait qu'ils forment une espèce de dossier, constitué par Gilles Li Muisis qui voulait les faire témoigner de son administration abbatiale et de celle de ses prédécesseurs immédiats, alors que l'abbaye était sous tutelle royale. Aussi n'avons-nous pas hésité à publier ces Comptes et documents administratifs tournaisiens de la première moitié du XIVe s.
   L'introduction est consacrée à un examen interne et externe (ou archéologique) des sources publiées. Et leur interprétation ? Il n'est pas du devoir de l'éditeur de textes de s'attarder à tirer des sources qu'il publie, toutes les données qu'elles contiennent. Sa mission se résume à présenter les documents dans des conditions telles que les chercheurs pourront jauger à leur juste valeur les informations qu'ils viennent y puiser.
   À la fin de ce prologue nous nous plaisons à relever que voici 65 ans, Henri Pirenne publiait le livre de Guillaume de Ryckel, abbé de Saint-Trond. En accueillant, dans «es collections, les comptes de l'abbaye tournaisienne et de Gilles Li Muisis, la Commission royale d'Histoire reprend donc une tradition amorcée par le grand historien belge. Nous osons espérer que ce précédent illustre contribuera à ménager à notre publication un accueil favorable auprès du monde savant.

20 euros (code de commande : 17295).

 

DUMOULIN (Jean) — Le Monastère de Sainte-Ursule à Tournai (1667-1967). Description des œuvres d'art du monastère par Jean Cassart et Gabriel Duphénieux. Tournai, Institution des Religieuses Ursulines, 1967. In-8° broché, 95 p., illustrations.
Table des matières :
   - 
Préface.
   - Notice historique.
   - Sources et travaux.
   - Listes des religieuses et aumôniers.
      - Religieuses fondatrices (1667).
      - Religieuses de chœur (1667-1919).
      - Religieuses converses (1667-1919).
      - Prieures depuis l'entrée du monastère dans l'Union Romaine (1919).
      - Supérieurs-prêtres et aumôniers (1667-1919).
   - Description des principales œuvres d'art conservées au monastère.
      - Sculptures.
      - Bronze et étain.
      - Orfèvreries.
      - Textiles.
      - Divers.

13 euros (code de commande : 24581).

 

[ENGLEBIENNE (Adolphe)]. ENGLEBIENNE (Marcel) — Adolphe Englebienne 1844-1906. Nimy, Hainaut Culture et Démocratie, 2012. In-8° collé, 135, [20] p., illustrations en noir et en couleurs.
En quatrième de couverture :
   Né à Courcelles en 1844, Adolphe Paul Victor Englebienne fut maître de forge à Houdeng-Aimeries avant de devenir avocat. Il était un tribun hors pair : en 61 cours d'assises, il empila 30 acquittements. Au procès d'Oscar Falleur, il s'associa avec Jules Destrée et, lors du procès du Grand Complot, avec Paul Janson, Edmond Picard et d'autres ténors du Barreau. La défense du député, Gustave Vander Smissen lui valut d'être provoqué en duel par le peintre Félicien Rops.
   Il entra en politique et fut élu au Conseil provincial du Hainaut où il devint rapidement le chef de file de la droite. Après 20 ans d'absence au Conseil communal de Mons, deux catholiques, Adolphe Englebienne et Alphonse Harmignie, y entrèrent en 1881. Les joutes oratoires de notre avocat avec Henry Sainctelette et Fulgence Masson allaient défrayer la chronique locale pendant plus de 20 ans. Victime d'une « coquinerie politique », il ne put siéger à la Chambre : la majorité libérale invalida son élection.
   Adolphe Englebienne était considéré par la plupart des libéraux comme un « adversaire d'opinion sincère, défendant loyalement ses principes ». Lorsqu'il abandonna le Barreau pour devenir juge de paix du canton de Mons, on put lire, dans la presse libérale : « Comme nous sommes fatalement condamnés à voir un catholique succéder à M. Desenfans, nous nous félicitons que son successeur soit M. Englebienne qui, politique mise de côté, est un excellent et digne homme avec lequel bien des libéraux ont toujours les plus cordiales relations. »

16,95 euros (code de commande : 19627).

 

Études hennuyères. Livre II. Grandmetz, 1985. In-8° collé, [302] p., illustrations hors texte, tirage limité à 100 exemplaires, rare.
   Il s'agit du Recueil n° XII des Tablettes du Hainaut publié sous la direction de M. Paternostre de la Mairieu.
Table des matières :
   - 
Les de Mesmay en Hainaut, par René Goffin.
   - Dévolution de la seigneurie hautaine de Peissant au XVIIIe siècle
, par Louis Robyns de Schneidauer.
   - La comtesse van der Burch, née Félicité de Rodoan de Boussoit,
par Louis Robyns de Schneidauer.
   - Quelques ascendances franaises du comte Evrard de Limbourg Stirum
, par Martin de Malros.
   - Notice sur les premières générations des Hamoir hennuyers
, par Éric Hamoir.
   - Les Archives de famille et l'Histoire
, par E. Lejour.

30 euros (code de commande : 18165).

 

FIEVEZ (Victor) et MULLER (Laurent) — Jurbise. Deuxième édition. Stroud, Tempus, 2003. In-8° broché, 127 p., très nombreuses reproductions photographiques en noir, (collection « Mémoire en Images »), exemplaire à l'état de neuf, épuisé au catalogue de l'éditeur.
En quatrième de couverture :
   À travers d'anciens documents photographiques, Victor Fievez et Laurent Muller s'attachent à retracer la mémoire du « Grand Jurbise », commune du Hainaut située entre Mons et Ath.
   Ils nous montrent les évolutions sociales, économiques, politiques et religieuses de Jurbise et de ses six villages au cours du XXe siècle et nous font découvrir la vie quotidienne de ses habitants.
   C'est à un authentique voyage dans le temps que les lecteurs vont se livrer en feuilletant cet ouvrage, qui sera sans doute pour certains une source de souvenirs qu'ils croyaient disparus, et pour d'autres, plus jeunes, la découverte de leurs racines.

20 euros (code de commande : 21452*).

 

FIEVEZ (Victor), MULLER (Laurent) et autres — Jurbise III. Stroud, Tempus, 2007. In-8° broché, 128 p., très nombreuses reproductions photographiques en noir, (collection « Mémoire en Images »), exemplaire à l'état de neuf, épuisé au catalogue de l'éditeur.
En quatrième de couverture :
   À travers des photographies et des textes illustrant la commune de Jurbise en Hainaut, regroupant actuellement les villages de Jurbise, de Masnuy-Saint-Jean, de Masnuy-Saint-Pierre, d'Erbaut, d'Herchies et d'Erbisœul, les auteurs de ce livre font bien plus que retracer avec nostalgie une vie qui s'est enfuie.
   Ils mettent en valeur le monde rural sous tous ses aspects.
   Ils vous invitent à communier à l'inépuisable diversité de ce coin de terre du Hainaut.
   Cet ouvrage nous amène non seulement à regarder autrement ce qui se passe aujourd'hui dans le « Grand Jurbise » et ailleurs en milieu rural, mais il nous invite également à ne pas oublier que la vie à la campagne est précieuse et irremplaçable.

20 euros (code de commande : 21453*).

 

GORLIA (Joseph) — Histoire de Rameignies village de la châtellenie d'Ath ancien fief des familles de Saint-Pol- de Ligne - de la Catoire. Contenant une Charte-loi inédite et suivie d'une note sur Thumaide et Wadelincourt. Fontaine-l'Évêque, Daisne, 1933. In-8° broché, 350 p., illustrations, une carte à déplier, exemplaire en bel état non coupé, rare.
Table des matières :
   Première partie. Le village.
      - Préface de l'abbé Pasture.
      - Avant-propos de l'auteur.
      - Principaux ouvrages consultés.
      Chapitre 1. Le plus ancien document : charte de 1119.
      Chapitre 2. Toponymie et topographie.
         - Le nom du village.
         - Le plan du village.
         - Les coutures, chemins, et lieux dits.
         - Les terres cultivées.
         - Les maisons et leurs habitants ; population.
         - Le château ; les châtelains.
         - Le moulin ; les meuniers.
      Chapitre 3. L'école.
      Chapitre 4. Les services publics : poste, chemin de fer, éclairage.
      Chapitre 5. Les faits de guerre.
      Chapitre 6. Le crime.
      Chapitre 7. Le procès du pâturage.
   Deuxième partie. La seigneurie.
      Chapitre 8. Ce qu'était la seigneurie de Rameignies : le domaine et les droits du seigneur.
      Chapitre 9. Les époques de la seigneurie.
         Première époque : avant 1300. Les seigneurs de Leuze-Condé.
         Deuxième époque : de 1300 à 1573. Les barons et comtes de Ligne.
         Troisième époque : de 1573 à 1612. Les « nouveaux riches ».
         Quatrième époque : de 1612 à la fin de l'ancien régime. La famille de la Catoire.
   Troisième partie. La paroisse.
      Chapitre 10. Le curé.
      Chapitre 11. Le clerc.
      Chapitre 12. L'église et la paroisse.
      Chapitre 13. Le presbytère.
      Chapitre 14. Les fondations.
      Chapitre 15. Les dévotions particulières.
      Chapitre 16. Les comptes de l'église et des pauvres.
   Quatrième partie. La commune.
      Introduction. La Loy.
      Chapitre 17. La charte-loi de Rameignies.
      Chapitre 18. Baillis et greffiers.
      Chapitre 19. Le mayeur et les échevins, gens de Loy.
         1. Un mayeur de Rameignies.
         2. Mayeurs et échevins.
         3. Les mayeurs particuliers.
      Chapitre 20. Le sergent.
         - Note sur les « canoles ».
      Chapitre 21. La commune sous le nouveau régime.
         1. Maires, bourgmestres, conseillers.
         2. Le secrétaire communal.
         3. Le garde-champêtre.
      Chapitre 22. Notes généalogiques sur les vieilles familles du village.
      Chapitre 23. Les procès.
   Annexe 1. Contribution à l'histoire de Thumaide.
   Annexe 2. Contribution à l'histoire de Wadelincourt.
   - Répertoire alphabétique.
   - Table, addendum, errata.

50 euros (code de commande : 24135).

 

[GUISE (Jacques de)]. AUBENAS (Adolphe) — Première lettre sur Jacques de Guyse, annaliste du Hainaut, à Monsieur le Baron de Stassart, Gouverneur du Brabant, Directeur de l'Académie de Bruxelles. Par M. Adolphe Aubenas, Membre de la Société Royale des Antiquaires de France. On joint la Seconde lettre sur Jacques de Guyse, annaliste du Hainaut, à Monseur le Baron de Stassart. Par Adolphe Aubenas, Membre de la Société royale des Antiquaires de France. Paris, Chez l'Auteur, 1839. [Paris. / Chez l'Auteur, rue de la Rochefoucauld, / N° 12. / 1839.] Deux volumes in-8° sous leur brochage d'attente de l'époque, 32 et 48 p.
Extrait :
   Monsieur le Baron,
   Sachant que j'ai fait une étude spéciale de Jacques de Guyse et de ses Annales, vous avez bien voulu permettre que le résultat de mes recherches et de mon examen vous fût communiqué : c'est beaucoup de bienveillance et encore plus de distinction pour moi ; et, si l'amour de la science et de notre histoire ne m'avait inspiré ce travail, le désir comme l'honneur d'être votre correspondant me l'auraient à coup sûr fait entreprendre. J'aurai donc deux motifs de zèle ; et la faute n'en sera qu'à mon insuffisance si, stimulé par cette double considération, je ne me montre pas digne de la position que me fait votre indulgence. Dans une matière qui concerne l'illustration de la Belgique, je ne pouvais mieux m'adresser qu'à l'un de ses personnages les plus éminens, qui, placé à la tête du premier corps savant de son pays, se trouve naturellement indiqué à tous ceux qui s'occupent des annales de la nation belge ; mais il y avait chez moi, Monsieur le Baron, une raison de plus pour vous offrir mon travail : c'était le souvenir de l'accueil si flatteur dont vous m'avez honoré, et dont je vous remercîrais si vous ne redoutiez sur toute chose l'expression d'une gratitude publique.
   La tâche que j'entreprends n'est point chose aisée, je le sais ; mais la matière est importante, elle vaut un examen particulier, une entière attention ; c'est un sujet qui mérite qu'on l'envisage sous toutes ses faces, qu'on en discute tous les points. La peine ne sera pas perdue ; car, quelle que soit la conclusion d'un examen approfondi sur l'ouvrage de Jacques de Guyse, elle importera à la science, puisque dans cette œuvre se trouve renfermée, et c'est surtout ce qui me touche et me préoccupe, la question de nos antiquités nationales, de nos antiquités les plus hautes, les plus reculées comme les plus glorieuses. Il ne s'agit de rien moins en effet que de la première moitié de notre passé, que de notre existence primitive. C'est le procès de notre ancienne civilisation que nous allons juger. Il va se démontrer une chose qui nous intéresse fort, à savoir, si c'est la conquête romaine qui nous a créés, politiquement parlant, ou si elle ne nous a pas plutôt détruits. Avions-nous, avant cette époque, une existence de peuple civilisé, ou n'avons-nous dû notre civilisation qu'à la défaite ? En d'autres termes, nous reste-t-il des preuves de ce passé ? possédons-nous une histoire de ces tems reculés ? car pour nous, peuples ou individus, dont la vie est si courte, dont la mémoire est si oublieuse et le souvenir traditionnel si tôt effacé, les choses accomplies ne subsistent que par l'histoire, qui seule leur donne la réalité, la couleur et la vie. Le passé est pour nous comme la mer qui nous entoure de son immensité. Au loin, sous des cieux inconnus, se trouvent des mondes nouveaux, des peuples ignorés. Nous vivons sans soupçonner leur existence, mais ils n'en existent pas moins. Insouciantes et sceptiques, les vieilles nations les nient et ne font aucune tentative pour les découvrir, et il faut que le génie persécuté leur révèle, dans un sublime et suprême effort, un nouveau monde pour les forcer d'avouer que tout l'univers habitable n'est pas contenu dans leur hémisphère. Ainsi du passé : il a ses terres ignorées ; il a ses Colombs aventureux, navigateurs intrépides, qui, poussant jusqu'aux limites des âges, ont découvert des continens inexplorés sous l'un et l'autre pôle historique. Notre humble Franciscain aurait-il été, à son insçu, un de ces explorateurs hardis et heureux ? je ne sais encore : n'est-il plutôt qu'un rêveur et qu'un fou ? on l'a dit, et nous chercherons à quoi nous en tenir là-dessus.
Pour cela, nous examinerons quelle foi on doit ajouter aux Annales de Jacques de Guyse. Son histoire est-elle vraie ? est-elle fausse ? N'est-ce pas plutôt un mélange de faux et de vrai ? Alors, jusqu'où va la vérité ? quelles sont les bornes de l'erreur ? Toutes questions importantes au plus haut degré, intéressantes, à coup sûr, pour la nation belge surtout, et qu'il faut aborder franchement, de front, sans ménagemens d'aucune sorte, sans esprit de parti non plus ni de système.

Les deux volumes : 45 euros (code de commande : 24534).

 

[HAINAUT]. Almanach de Hainaut pour l'Année 1826, Présenté à son excellence Mr le Baron M. de Beeckman, Conseiller d'État Gouverneur de la Province, chambellan du Roi, Chevalier de l'Ordre du Lion Belgique. Mons, Monjot, [1826]. [Mons, / Imprimerie de Monjot, rue de la Clef.] In-12 sous son brochage d'origine (manque au dos, quelques manques à la couverture), 357, [1 bl.] p., rousseurs éparses, quelques traces anciennes d'humidité sinon bon exemplaire.

45 euros (code de commande : 24865).

 

[HAINAUT]. ROBERT DE VAUGONDY (Gilles) — Carte du C[om]té de Haynaut ou sont les environs de Mons, de Maubeuge de Condé du Quénoy de Binche &c. Par le Sr. Robert Géog. ord. du Roi. Paris, [post 1748]. Belle impression, quelques rousseurs dans les marges.
  Carte extraite d'une des éditions de l'Atlas portatif, universel et militaire, composé d'après les meilleures cartes, tant gravées que manuscrites, des plus célèbres Géographes et Ingénieurs, par M. Robert, Géographe ordinaire du Roi, publiée à Paris, à partir de 1748.
Dimensions :
   - Image : 182 x 169 mm.
   - Cuvette : 198 x 178 mm.
   - Feuille : 250 x 220 mm.

40 euros (code de commande : 24252).

 

Hainaut central. Liège, Mardaga, 1990. Grand in-8° carré sous cartonnage et jaquette d'éditeur, 280 p., nombreuses illustrations, plans, coupes, (collection « Architecture Rurale de Wallonie »), très bon exemplaire.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   - Introduction générale (Géographie - Histoire - Architecture - Dialectologie - Bibliographie générale - Avertissement technique).
   - Hainaut Central (Coup d'œil préliminaire - Carte administrative - Bibliographie générale).
      - Géographie.
         1. Les conditions physiques fondamentales.
         2. Le paysage rural et les structures agricoles.
         3. L'habitat rural.
      - Histoire.
         - Introduction.
         1. Cadres régionaux et locaux.
            1.1. Ancien régime.
            1.2. Périodes française, hollandaise et indépendante.
         2. Population et société.
            2.1. Bilan des guerres, disettes et épidémies.
            2.2. Évolution démographique.
            2.3. Clivages sociaux.
            2.4. Droits seigneuriaux.
         3. Ressources et activités.
            3.1. Agriculture.
            3.2. Industrie.
            3.3. Voies de communication.
         - Orientation bibliographique.
      - Architecture.
         1. Généralités.
            1.1. Typologie.
            1.2. Implantation.
            1.3. Volumétrie.
            1.4. Matériaux.
            1.5. Chronologie générale et styles.
         2. La construction.
            2.1. Murs.
            2.2. Toiture.
            2.3. Ouvertures.
            2.4. Structures intérieures.
            2.5. Symboles et rites.
         3. L'habitation.
            3.1. Plan.
            3.2. Circulations.
            3.3. Équipement.
            3.4. Mobilier.
            3.5. Décors et styles.
         4. Les dépendances.
            4.1. Grange.
            4.2. Étables.
            4.3. Autres dépendances.
            4.4. Cour et espaces privés.
         5. Équipements collectifs.
         - Conclusion.
      - Dialectologie.
         - Présentation générale du lexique.
         1. Notions générales.
         2. Le milieu rural.
         3. La ferme.
         4. Équipement immobilier.
         5. Équipement mobilier.
         6. Annexes. Outillage. Divers.
      - Index.

30 euros (code de commande : 24290).

 

 

Hainaut Tourisme

Prix unitaire : 3 €.

Nous disposons des numéros suivants, tous en très bon état :

85, 92, 93, 94, 96, 97, 98, 99,101, 102, 103, 105, 107, 108, 109, 110, 111, 112, 113, 114, 115, 119, 121, 127, 129, 131, 135, 136, 144, 149, 150, 153, 154, 155, 157, 161, 162, 164, 166, 170, 171, 172, 174, 175, 184, 198, 305.

Nous disposons de volumes reliés :

 

1964-1965 contient : les numéros 104, 105, 106, 109, 113, 114, 115, 117, 118, 119, soit 10 numéros. 15 euros.

1967-1968 contient : les numéros 120, 121, 122, 123, 124, 125, 126, 127, 128, 129, 130 (très atteint par l'humidité), 131 soit 12 numéros. 15 euros.

1969-1970 contient : les numéros 132, 133, 134, 135, 136, 137, 138, 139, 140, 141, 142, 143 soit 12 numéros, quelques soulignements, une découpe, atteinte d'humidité pour plusieurs numéros. 10 euros.

1971-1972 contient : les numéros 144, 145 (atteinte d'humidité), 146, 147, 148, 149, 150, 151, 152, 153, 154, 155 soit 12 numéros. 20 euros.

1973-1974 contient : les numéros 156, 157, 158, 159, 160, 161, 162, 163, 164, 165, 166, 167, soit 12 numéros en très bon état. 25 euros.

1975-1976 contient : les numéros 168, 169, 170, 171, 172, 173, 174, 175, 176, 177, 178, 179, soit 12 numéros, en très bon état. 25 euros.

1977-1978 contient : les numéros 180, 181, 182, 183, 184, 185, 186, 187, 188, 189, 190, 191, soit 12 numéros, en très bon état. 25 euros.

 

HOST (Michel) Septante-cinq ans d'épopée culturelle en Hainaut. Avant-propos par Pierre Dupont. Charleroi, Imprimerie Provinciale, 2002. In-8° broché, 160 p., illustrations.
Avant-propos :
   La culture trouve assurément sa place parmi les secteurs dans lesquels les provinces, et tout particulièrement le Hainaut, ont prouvé de longue date la qualité et l'opportunité de leur action.
   En 1994, à l'occasion du 75eme anniversaire de la création de la « Commission provinciale des Loisirs de l'Ouvrier », Michel Host avait réalisé une exposition retraçant l'histoire de l'institution.
   Il a poursuivi sa recherche, pour nous aider à garder traces et perspectives de cette évolution.
   Son ouvrage montre, par nombre d'éléments, combien les préoccupations provinciales ont été et sont en prise directe avec la société hainuyère.
   Cette sortie de presse s'insère dans un triptyque, coïncidant avec la parution des actes d'une journée de réflexion récente (« Acte(s) culturel(s) et citoyenneté : enjeux dans l'éducation permanente ») et l'inauguration par le Conseil provincial de la Fabrique de théâtre établie à La Bouverie, ce 10 février 1998.
   Non sans lyrisme, Michel Host inscrit l'histoire de ces septante-cinq ans de culture en Hainaut dans l'objectif qui sous-tend notre action : « conserver la mémoire et renouveler le patrimoine » – pour « voir autrement ».

13 euros (code de commande : 25272).

 

Hôtels de ville et maisons communales en Hainaut du Moyen Age à nos jours. Bruxelles - Mouscron, Crédit Communal - Hannonia, 1995. In-4° broché, 163 p., très nombreuses illustrations en noir.
Table des matières :
   Approches thématiques : temps, espace et société.

      - Introduction, par Gérard Bavay.
      - À travers le temps. Repères pour une histoire des hôtels de ville et maisons communales en Hainaut, par Maurice-A. Arnould, Gérard Bavay, Jean-Marie Cauchies, Claude Depauw et Christiane Piérard.
      - « La maison de ville de Mons », par Krafft, par Christiane Piérard.
      - Napoléon et le château de la Paix à Fleurus, par Charles Mathieu.
      - La maison communale d'Hornu incendiée par les Allemands le 24 août 1914 et sa reconstruction, par Yvan Lewuillon.
      - Destruction partielle et restauration de la maison communale de Nimy, par Christiane Piérard.
      - Restauration de la maison communale de Lahamaide, par Louis Beaucamp et Jean Dugnoille.
   Enquêtes.
      - Le personnel communal des villes sous l'Ancien Régime : l'exemple de Mons à l'époque de Charles Quint (1515-1555), par Jean.-Paul Hoyois.
      - L'administration des communes rurales hainuyères au XVIIIe siècle, par Yannick Coutiez.
      - Animation dans l'hôtel de ville d'Ath, par Jean Dugnoille.
   Espace communal et patrimoine. Essai de sociologie topographique, par Gérard Bavay.
      - Une villa particulière devenue la maison communale de Saint-Denis en Brocqueroie, par Émile Clerbois.
      - Jubilaires à Flobecq, par Jean Dugnoille.
      - Blason des de Jeumont et de Lannoy sur la façade de la maison communale de Tongre-Notre-Dame, par Jean Dugnoille.
      - Inscriptions ou plaques commémoratives à la maison communale de Cuesmes, par Christiane Piérard.
      - Le poète-charbonnier Charles-Joseph Michel, par Charles Mathieu.
      - La maison communale de Mont-Sur-Marchienne conserve le Souvenir du sculpteur Alphonse Darville, par André Sevrin.
      - Le tirage au sort à Fleurus, par Charles Mathieu.
      - Le drapeau des anciens militaire de 1870-1871, par Charles Mathieu.
      - La maison communale de Rance abritant actuellement le Musée national du Marbre, par Pierre Ducarme.
      - Le Drapeau de 1832, par Charles Mathieu.
      - Une communauté à la recherche d'un local échevinal jusqu'en 1900 : Angre, par Alain Jouret.
   Hôtels de ville et maisons communales, une architecture spécifique, par Gérard Bavay.
      - Café « Au coq d'or » à Fleurus, par Charles Mathieu.
      - Montignies-sur-Sambre : une maison communale de style Renaissance, par Jean-Louis Delaet.
      - Une maison communale « rurale » en Hainaut occidental : le cas d'Ogy, par Michel Duhaut.
   Introduction au catalogue et catalogue de l'exposition, par Gérard Bavay.

20 euros (code de commande : 22802).

 

Hôtels de ville et Maisons communales en Hainaut du Moyen Âge à nos jours. Monographies. Mouscron, Hannonia, 1995. In-4° broché, 214 p., illustrations.
Table des matières :
   - Introduction, par Gérard Bavay.
   - L'hôtel de ville d'Ath. La reconstruction de l'hôtel de ville. L'aménagement d'un centre administratif. Les archives communales dans les hôtels de ville : le cas d'Ath. Le beffroi intégré dans l'hôtel de ville, par Jean Dugnoille.
   - L'ancienne maison communale de Barbençon, par Cécile Dumont.
   - Les hôtels de ville de Beaumont, par Cécile Dumont.
   - L'hôtel de ville de Binche. Un des fleurons de notre patrimoine, une beau livre d'histoire à feuilleter.., par Paul Demaret.
   - La maison communale de Bois-de-Lessines, par Paul Lambert.
   - La maison communale de Boussu, par Marcel Capouillez.
   - Braine-le Comte. De la halle à l'hôtel d'Arenberg, par Gérard Bavay.
   - L'hôtel de ville de Charleroi, par Jean Place.
   - Les maisons de ville châtelettaines, par Marcel Nihoul.
   - L'hôtel de ville de Chièvres, par Jean Dugnoille.
   - Aux origines de l'hôtel de ville de Comines-Belgique : une acquisition des notables au XVIIe siècle, par Jean-Marie Duvosquel.
   - Les maisons communales de Deux-Acren, par Raymond Duhaut.
   - Six témoins de l'histoire des trois maisons communales de Dottignies, par René Windels.
   - Le cas de la commune de Dour : de la halle au complexe administratif..., par Alain Jouret.
   - Les maisons communales de l'entité d'Écaussinnes, par Léon Jous.
   - L'hôtel de ville d'Enghien, par Yves Delannoy.
   - Des cafés-maisons communales aux écoles-maisons communales et à la maison communale de l'entité d'Estaimpuis..., par Yvon Adam.
   - L'ancienne maison communale d'Eugies (1865) devenue « Maison communale de la Mémoire et de la Création » de l'entité de Frameries (1993), par Daniel Dereck.
   - L'hôtel de ville de Fleurus, par Charles Mathieu.
   - La construction de la maison communale de Flobecq, par Jean Dugnoille.
   - L'hôtel communal de Frameries (1895), par Daniel Dereck.
   - Quelques mots sur la maison communale de Ghoy, par Michel Duhaut.
   - Les maisons communales d'Hainin, par Laurent Honnoré.
   - L'hôtel de ville du Rœulx, par Gérard Bavay et Charles Friart.
   - La maison de ville de Lessines, par Raymond Duhaut.
   - 
L'hôtel de ville de Mons. La riche iconographie de l'hôtel de ville. La serrure de l'hôtel de ville. Le campanile de l'hôtel de ville. Le singe du Grand Garde ou l'énigme du singe. Le pied de Mons. Les plaques commémoratives sous le porche de l'hôtel de ville, par Christiane Piérard.
   - L'hôtel communal de Morlanwelz, par Victor Gillon.
   - L'hôtel de ville de Mouscron, par Claude Depauw.
   - La maison communale d'Ollignies, par Jacques Chevalier.
   - La maison communale de Papignies, par Fernand Lenoir.
   - Historique de l'hôtel de ville de Péruwelz, par Chantal Mollet et Solange Philippart.
   - Les maisons communales de Quaregnon, par Yves Castiaux.
   - La maison communale de Rêves, par Willy Schommer.
   - Les hôtels de ville de Saint-Ghislain, par Daniel Van Overstraeten.
   - Au fil de quatre implantations successives. L'hôtel de ville de Soignies, par Gérard Bavay.
   - L'hôtel de ville de Tournai : de la halle des Consaux à l'abbaye Saint-Martin, par A.F.-J. Bozière et Luc Chantraine.

25 euros (code de commande : 22759).

 

HOVERLANT DE BEAUWELAERE (Adrien Alexandre Marie) — Essai chronologique pour servir à l'histoire de Tournay, par M. Hoverlant, Ex-Législateur, avec le portrait de l'Auteur. Tome XXIV. Supplément. Courtrai - Lille, Chez l'auteur - Dumortier, 1807. [A Courtray, Chez l'Auteur, rue de Tournay, Section St. George, N.° 648. Et à Lille, chez P. Dumortier, Imprimeur-Libraire rue des Manneliers. (M. D. CCC. VII.)] In-8° sous son brochage d'attente, 312 p., exemplaire non coupé.
   Il s'agit du tome XXIV seul. La publication du gigantesque ouvrage d'Hoverlant débuta en 1805 et s'acheva en 1834, elle est complète en 105 tomes.

35 euros (code de commande : 20152).

 

HUBERT (Eugène) — Le protestantisme dans le Hainaut au XVIIIe siècle. Notes et documents. Bruxelles, Palais des Académies, 1923. In-4° broché, 188 p., (collection « Mémoires publiés par la Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiques de l'Académie Royale de Belgique - Collection in-4° », Deuxième Série, Tome IX - 1923), bel exemplaire, rare.
Table des matières :
   
Chapitre I : La question religieuse à Dour pendant le XVIIIe siècle, avant l'Édit de Tolérance.
   Chapitre II : La question religieuse à Dour, depuis l'Édit de Tolérance de 1781, jusqu'à la fin de l'Ancien Régime.
   Documents :
      I. Procès-verbal de saisie de livres hérétiques à Dour (8 mars 1733).
      II. Dénonciation à charge des protestants de Dour (23 décembre 1746).
      III. Réquisition présentée au Conseil souverain de Hainaut par le Conseiller-Avocat-Fiscal de Sa Majesté, au sujet des hérétiques de Dour (30 décembre 1746).
      IV. Procès-verbal de la perquisition faite chez plusieurs habitants de Dour afin d'y saisir des livres hérétiques (14 juin 1747).
      V. Procès-verbal de l'enquête faite par le doyen de chrétienté du district de Bavay, en cause de Pierre Stiévenart et Jeanne Laurent, accusés de concubinage public (28 janvier 1750).
      VI. Procès-verbal de l'enquête faite par Bernier, doyen de chrétienté du district de Bavay, en cause de Victor Lejeune et Marie Saussez, accusés de concubinage public (28 janvier 1750).
      VII. Rapport adressé par le Conseil souverain de Hainaut au Gouverneur général des Pays-Bas touchant la situation religieuse dans la commune de Dour (17 février 1750).
      VIII. Procès-verbal de l'enquête faite par le Conseil de Hainaut au sujet du désordre et scandale que commettent ceux de la religion prétendue réformée de Dour (17 février 1750).
      IX. Dépêche du Gouverneur général des Pays-Bas prescrivant une enquête sur la situation religieuse dans la commune de Dour (21 février 1750).
      X. Procès-verbal de l'enquête à laquelle il a été procédé sur l'ordre du prince Charles de Lorraine par les Conseillers de Secus et de Zomberghe (24 février - 14 mars 1750).
      XI. Rapport du Conseiller de Secus et de l'Avocat-Fiscal de Zomberghe, commissaires à l'enquête concernant les hérétiques de Dour, adressé au prince Charles de Lorraine le 17 avril 1750.
      XII. Consulte du Conseil privé sur les hérétiques de Dour (8 mai 1750).
      XIII. Ordre du marquis de Botta-Adorno au Conseil de Hainaut, de faire le procès de Gilles Laurent, de Dour (16 mai 1750).
      XIV. Dépêche du Conseil de Hainaut au Ministre plénipotentiaire des Pays-Bas (4 juin 1750).
      XV. Dépêche du Conseiller de Zomberghe au Ministre plénipotentiaire (4 août 1750).
      XVI. Dépêche du Conseiller de Zomberghe à l'Impératrice-Reine (19 septembre 1763).
      XVII. Pétition des protestants de Dour à l'Empereur (31 juillet 1788).
      XVIII. La requête des protestants de Dour est renvoyée à l'avis du Conseiller-Avocat-Fiscal Papin à Mons (1er août 1788).
      XIX. Lettre du curé de Dour au Conseiller-Fiscal de Sa Majesté à Mons (1er octobre 1788).
      XX. Rapport du Conseiller-Avocat-Fiscal à l'Empereur (10 octobre 1788).
      XXI. Lettre de l'Archevêque de Cambrai au Conseiller-Avocat-Fiscal de Hainaut (14 octobre 1788).
      XXII. Déclaration du pasteur Devisme (1er novembre 1788).
      XXIII. Liste des protestants de Dour (15 novembre 1788).
      XXIV. Très humble requête par les principaux chefs de famille de Dour en Hainaut, tendant à pouvoir y élever un temple consacré pour y exercer le culte privé de leur religion protestante (19 novembre 1788).
      XXV. Lettre du curé de Dour au Conseiller-Avocat-Fiscal Papin (24 novembre 1788).
      XXVI. Décision du Gouvernement en cause des protestants de Dour (24 novembre 1788).
      XXVII. Lettre du curé de Dour au Conseiller-Fiscal Papin (13 décembre 1788).
      XXVIII. Pétition adressée par les protestants de Dour à Joseph II (1788).
      
XXIX. Les protestants de Dour au Conseiller-Fiscal Papin (1788).
      XXX. Lettre du curé de Dour au Conseiller-Fiscal Papin (22 janvier 1788).
      XXXI. Lettre de Maillard au Conseiller-Fiscal Papin (3 février 1789).
      XXXII. Rapport du Fiscal Papin à l'Empereur sur une requête des protestants de Dour (21 avril 1789).
      XXXIII. Nouveau mémoire des protestants de Dour, envoyé à l'avis du Fiscal de Hainaut (5 mai 1789).
      XXXIV. Mémoire adressé par les protestants de Dour au Conseiller de Reuss (5 mai 1789).
      XXXV. Observation à M. le Conseiller-Fiscal (juin 1789).
      XXXVI. Rapport du Conseiller-Avocat-Fiscal Papin à l'Empereur et Roi (25 juin 1789).
      XXXVII. Procès-verbal de la séance tenue par le Conseil du Gouvernement général, le 14 septembre 1789.
      XXXVIII. Requête des protestants de Dour au Ministre plénipotentiaire (25 septembre 1789).
      XXXIX. Le Conseiller-Avocat-Fiscal de Hainaut est chargé de faire rapport sur l'arrestation du pasteur Devisme (27 septembre 1789).
      XL. Rapport du Conseiller-Fiscal Papin à l'Empereur sur la pétition des protestants de Dour, en date du 25 septembre 1789 (9 octobre 1789).
      XLI. Procès-verbal de la séance tenue par le Conseil du Gouvernement général le 15 octobre 1789.
      XLII. Ordre de mis en liberté du pasteur Devisme (22 octobre 1789).
      XLIII. Dépêche du Conseiller-Fiscal Papin au Gouvernement (26 octobre 1789).
      XLIV. Remercîments adressés à l'Empereur par les calvinistes de Dour (4 novembre 1789).
      XLV. Requête des protestants de Dour au Conseil royal du Gouvernement (4 août 1791).
      XLVI. La requête des protestants de Dour, en date du 4 août 1791, est renvoyée à l'avis du Fiscal de Hainaut.
      XLVII. Rapport du Conseiller-Fiscal Papin sur la requête des protestants de Dour (28 septembre 1791).
      XLVIII. Lettre du curé de Dour au Conseiller-Fiscal (15 octobre 1791).
      XLIX. Dépêche des Gouverneurs généraux au Conseiller-Fiscal Papin (26 octobre 1791).

20 euros (code de commande : 21542).

 

HUYNEN (Jacques) — La mascarade sacrée. Binche témoigne. Illustrations d’Albert de Villeroux. Bruxelles, Musin, 1979. In-4° broché, 107 p., (collection « Nos Héritages », n° 15), exemplaire en très bel état.
Préface de Raoul Dufour :
   Les Binchois sont, à juste titre, fervents défenseurs des règles sacrosaintes qui président à l'organisation et au déroulement de leur Carnaval, ressenti par eux comme une célébration liturgique.
   Naturellement accueillants aux étrangers, ils sont cependant plus réservés quand des non-Binchois viennent s'intéresser de trop près à leurs Gilles et à ce qui les entoure.
   Ils ont raison.
   Raison de fuir le sensationnel. Raison de redouter les récupérations. Raison d'échapper aux tentations du commercial. Cette attitude est la meilleure garante de leur authenticité.
   Il arrive cependant que quelqu'un « venu d'ailleurs » ait le cœur assez pur et l'intuition assez fine pour pénétrer l'essence même de ce qui constitue la magie de leur rituel rythmique du renouveau.
   À ce moment, loin d'être abîmé, le Carnaval binchois acquiert un complément de richesse grâce à la qualité d'un regard neuf où la curiosité a tôt fait place à l'amour et à la perception du cœur.
   Ce fut autrefois le cas d'un Paul Collaer ou d'un Joseph Delmelle dont les approches du phénomène binchois ont orné le livre d'heures de notre chère cité carnavalesque de bien belles enluminures.
   C'est aujourd'hui le cas de Jacques Huynen et d'Albert de Villeroux dont je me plais à préfacer l'ouvrage commun.
   Jacques Huynen faisait autorité dans le domaine des Vierges Noires. Il en avait perçu la richesse universelle et les raisons profondes de l'importance populaire de leur culte.
   Symboliste cultivé, il s'est intéressé au Carnaval de Binche pour les mêmes raisons. Il l'a fait avec le même respect et le même souci de chercher la trame au-delà des apparences.
   Confirmant les travaux de Samuel Glotz, notre distingué Conservateur du Musée International du Carnaval et du Masque, il a, à son tour, ressenti et révélé l'extraordinaire valeur sacrée d'un phénomène culturel dont les origines se perdent dans la nuit des temps. Dont les Binchois sont en Europe parmi les derniers témoins. Son éclairage est vif et net. Il s'en dégage la grandeur des mystères et la poésie des transmissions populaires. Beau texte, en vérité, et utile.
   Albert de Villeroux, peintre apprécié bien au-delà de nos frontières, s'est associé à sa démarche. Visionnaire, il a su, sans s'attacher à l'anecdote, restituer en des croquis saisissants, la lumière équinoxiale, le grand jeu de la vie et de la mort, l'âme collective de cette grande fête du renouveau qu'est notre Carnaval.
   Louis Musin, un de nos derniers éditeurs artisanaux, a orchestré la mise en page de ce livre fervent, conférant à l'ouvrage une forme de bon aloi digne de son contenu.
   S'il ne peut être de bon Gille que né à Binche de parents binchois, le Carnaval de Binche, dans son intégrité préservée, appartient à l'Humanité au même titre que nos trésors d'architecture ou nos chefs-d'œuvre artistiques.
   En aidant avec talent à connaître mieux et à respecter davantage le Carnaval de Binche, Jacques Huynen, Albert de Villeroux et Louis Musin contribueront à enrichir, en Belgique et à l'étranger, la noble geste des Gilles pour le plus grand profit de tous les hommes de bonne, volonté.

25 euros (code de commande : 19846).

 

Itinéraires pédagogiques du Géoparc du bassin de Mons. Volume 1. Introduction générale à la géologie. Mons, ASBL Malogne, 2013. In-4° broché, 77 p., nombreuses illustrations en couleurs.
Sommaire :
   - Introduction : Objectif du projet.
   - La géologie et le tourisme de découverte scientifique.
   - Qu'est que la géologie ?
   - Ce que disent les minéraux.
      - Comment les classer ?
      - La formation des minéraux.
      - Les propriétés des minéraux.
   - Le message des fossiles.
      - À propos des buts et méthodes de la Paléontologie.
      - La fossilisation.
   - Les grandes familles de roches.
      - Les roches sédimentaires.
      - Les roches magmatiques.
      - Les roches métamorphiques.
   - Comment mesurer l'âge des roches ?
   - Comment mesurer l'âge de la terre ?
      - Les météorites.
   - La déformation des roches : témoin d'une planète vivante.
   - Une brève présentation de l'histoire géologique de la Wallonie.
   - Les cartes géologiques.
   - Aperçu géologique du Bassin de Mons.
   - Les études et les débouchés du géologue.
   - Visite d'un laboratoire de géologue.
      - Deux méthodes courantes d'analyse globale.
      - Deux méthodes courantes d'analyse locale.
   - Les itinéraires des sites géologiques.
   - Géologie et nature pour tous les âges.
   - Quelques sites internet.
   - Quelques livres.
   - Lexique.

8 euros (code de commande : 22110).


Itinéraires pédagogiques du Géoparc du bassin de Mons. Volume 2, Itinéraire 1 : Le Grand Mons. Mons, ASBL Malogne, 2013. In-4° broché, 92 p., nombreuses illustrations en couleurs.
Sommaire :
   - Mons-Centre ville.
      - Un peu d'histoire.
      - Le Doudou.
      - Un peu de géologie urbaine.
   - Maisières.
      - Une histoire liée à la pierre.
      - La Meulière (silicite de Saint-Denis).
      - Un aperçu de la géographie du village de Maisières.
      - La géologie de la région de Maisières.
      - Maisières-Canal.
   - Saint-Denis.
      - La naissance d'une abbaye.
      - L'Abbaye de Saint-Denis.
      - Un peu de géologie.
      - La Silicite de Saint-Denis.
      - La microbialite de Saint-Denis : une roche très particulière.
   - Obourg.
      - Une histoire chahutée.
      - Bois Saint-Macaire.
      - Obourg : les aspects géologiques.
      - Les exploitations de craie blanche.
   - Havré.
      - Le château.
      - Les exploitations de sables, de charbon et de phosphates.
      - Les charbonnages d'Havré.
      - Les phosphates du Bois d'Havré.
   - Saint-Symphorien.
      - Les exploitations de phosphate.
      - Le polissoir de Saint-Symphorien.
   - Harmignies.
      - La fin du Cénozoïque : le Quaternaire.
      - Faune et variations climatiques.
      - Flore et variations climatiques.
      - Les sédiments, archives du climat.
      - Coupe de la cuesta d'Harmignies.
      - Du sédiment à l'homme.
      - Les carrières Heidelberg et Omya.
      - Situation géologique générale.
      - Le monde au Crétacé.
      - La Mer de la craie.
      - Que d'eau !
      - Les carrières d'Harmignies.
      - Les formations crayeuses d'Harmignies.
   - Spiennes.
      - Qu'y a-t'il sous nos pieds à Spiennes ?
      - Introduction à la préhistoire.
      - Les nappes alluviales du Bassin de la Haine.
      - Site de Mesvin IV : un exemple de terrasse fluviatile.
      - Les minières de Spiennes.
      - La taille du silex : la hache de pierre polie, un outil indispensable.
      - La cyclicité des niveaux à silex dans la craie blanche.
      - Le débitage des lames.
      - Silex et sédimentation.
   - Hyon, Mont Panisel.
      - Un peu d'histoire.
      - La géologie du Mont Panisel.
      - Paléogéographie au Cénozoïque.
      - L'histoire de la Terre se lit aussi au fond des océans.
      - Voyage au centre de la Terre.
   - Mesvin.
      - Un peu d'histoire.
      - L'ancien vignoble de Mesvin, arrêt 1.
      - Ancienne carrière Bernard, site partiellement remblayé, arrêt 2.
      - Les mosasaures du Crétacé terminal du Bassin de Mons.
      - Les mosasaures.
      - Les mosasaures du Bassin de Mons.
   - Ciply.
      - Un peu d'histoire.
      - L'industrie extractive à Ciply.
      - Situation géologique générale.
      - Ancienne carrière Ronveaux (propriété privée), arrêt 3.
      - Les bassins de décantation de la « Garenne », arrêt 4.
      - L'ancienne carrière Van Damme, arrêt 5.
   - Cuesmes.
      - Un peu d'histoire.
      - Le terril de l'Héribus, un témoin historique et industriel.
      - Les pierres parlent.
      - Un phénomène particulier : la combustion spontanée.
      - La Malogne.
      - Le phosphate et la nature.
      - La géologie de la Craie Phosphatée de Ciply.
      - Une tectonique active.
      - Les roches racontent.
      - La stratigraphie des carrières souterraines de La Malogne.
      - Une limite stratigraphique essentielle.
      - La formation du hard ground de la Malogne.
      - La vie créatrice de roches.
      - Les cryptodolines de la Malogne.
      - Hydrogéologie : le lac de la Malogne.
      - La carrière Craibel.
   - Charte stratigraphique internationale.
   - Liens.
   - Bibliographie succincte.

8 euros (code de commande : 22111 - DISPONIBLE SUR COMMANDE).

Itinéraires pédagogiques du Géoparc du bassin de Mons. Volume 3, Itinéraire 2 : Le Nord-Ouest du Bassin de Mons. Mons, ASBL Malogne, 2013. In-4° broché, 60 p., nombreuses illustrations en couleurs.
Sommaire :
   - Basècles.
      - Des hommes et des pierres.
      - Le début du Carbonifère : retour de la mer.
      - La géologie du « marbre noir » : comparaison entre Denée et Basècles.
      - Les slumps.
   - Blaton.
      - La répartition des faciès sédimentaires en rapport avec les séquences turbides et les slumps.
      - Mont des Groseilliers.
      - Les minéraux de Blaton.
      - La Grande Bruyère.
   - Bernissart.
      - Les Iguanodons, la découverte.
      - Les Iguanodons de Bernissart.
      - Cadre géologique.
      - Bernissart : les nouveaux forages.
      - Les argiles wealdiennes de Bernissart (Formation des Argiles de Sainte-Barbe).
   - Harchies.
   - Grandglise.
      - Au pays des grès.
      - La Fontaine Bouillante.
   - Hautrage.
      - L'histoire et la géologie se recoupent.
      - La tectonique des premiers temps du Bassin de Mons.
      - Une plaine alluviale comme paléoenvironnement.
      - Un peu de sédimentologie.
      - Le message des argiles.
      - Les minéraux argileux.
      - Les dépôts bactériens ferrugineux dans la carrière Danube-Bouchon.
      - D'où provient le fer ?
      - Pourquoi y a-t-il des microorganismes dans ces dépôts ?
   - Baudour.
      - Situation géologique des tunnels inclinés.
      - Les terrils de Fourfeyeux.
   - Saint-Ghislain.
      - Un aperçu historique.
      - La chaleur de la Terre.
      - Le sondage de Saint-Ghislain : de surprise en surprise.
      - La formation des évaporites.
      - La révolution géothermique : propre, renouvelable, constante.
      - Le profil thermique de la Terre.
      - Le réservoir du Dinantien : finalement, comment fonctionne-t-il ?
   - Hensies.
      - Hainin au Paléocène : le monde des Lilliputiens.
      - Les charbonnages d'Hensies.
   - Pommerœul.
   - Charte stratigraphique internationale.
   - Liens.
   - Bibliographie succincte.

8 euros (code de commande : 22112).

Itinéraires pédagogiques du Géoparc du bassin de Mons. Volume 4, Itinéraire 3 : Les Hauts-Pays et le Borinage. Mons, ASBL Malogne, 2013. In-4° broché, 52 p., nombreuses illustrations en couleurs.
Sommaire :
   - Bettrechies.
      - Situation.
      - La discordance angulaire.
      - Chronologie des événements.
      - Le socle paléozoïque.
      - La couverture post-paléozoïque.
      - Les premiers sédiments marins cénomaniens.
      - Les calcirudites et calcarénites durcies : le Sarrasin.
      - Le Tourtia de Mons.
      - Les « Dièves » ".
      - Les Foraminifères et la mesure du temps géologique.
      - Un monde fascinant.
      - Intérêt de la coupe de Bettrechies.
      - Une météorite presque belge.
      - Le Musée du Marbre de Bellignies.
   - Le Haut-Pays des Honnelles.
      - La légende du Caillou-qui-Bique.
      - Émile Verhaeren.
      - Un peu de géologie.
      - La carrière de Beaufort, arrêt 1.
      - Le Caillou-qui-Bique à Roisin, arrêt 2.
      - Comment les schistes du Caillou-qui-Bique se sont-ils formés ?.
      - Les calcschistes eifeliens au Chalet du Garde, arrêt 3.
      - Les calcaires givétiens de la carrière Amand, arrêt 4.
   - Montignies-sur-Roc.
   - L'entité de Dour.
      - Un peu d'histoire.
      - Wihéries.
      - La géologie évolue, les termes aussi.
      - La recherche continue.
      - Les végétaux de Wihéries.
      - Petit Dour.
      - Le terril Frédéric.
      - Bois de Saint-Ghislain.
      - Le charbon, une roche pas comme les autres.
      - La vallée du Hanneton.
      - Le Massif de Boussu.
   - Hornu
   - Quaregnon.
      - Origine.
      - Le niveau marin de Quaregnon.
      - Les Marionville.
   - Frameries.
      - Un peu d'histoire.
   - Colfontaine.
      - Une légende lourde de conséquences ?.
      - Un peu de géologie.
      - Découverte au Bois de Colfontaine.
      - Le Poudingue houiller à la carrière de la Baraque-à-Ramons.
      - Ancienne carrière du Cerisier.
   - Charte stratigraphique internationale.
   - Liens.
   - Bibliographie succincte.

8 euros (code de commande : 22113).

Itinéraires pédagogiques du Géoparc du bassin de Mons. Volume 5, Itinéraire 4 : La Thudinie et le Sud-Est du Géoparc. Mons, ASBL Malogne, 2013. In-4° broché, 62 p., nombreuses illustrations en couleurs.
Sommaire :
   - Erquelinnes.
      - Un peu d'histoire.
      - Le champsosaure d'Erquelinnes.
   - La vallée de la Thure.
      - Secret de stromatopores.
      - Calcite ou dolomite ?
      - Nos copains cachés, les minéraux.
      - La carrière : terrain d'observation idéal pour le géologue.
      - D'étranges déformations.
      - Savoir lire la roche.
      - Les indices paléontologiques nous livrent leurs secrets.
      - L'intérêt géologique des coraux.
      - De nouveaux indices de déformation.
   - Solre-sur-Sambre.
   - Merbes-le-Château.
   - Labuissière.
      - Notre région au Dévonien.
      - Un très long voyage dans le temps et dans l'espace.
      - La schistosité.
      - Le Sainte-Anne est-il un marbre ?
      - Les différents faciès des métamorphismes régional et de contact.
   - Sars-la-Buissière.
   - Lobbes.
      - Un peu d'histoire.
      - L'Étang Bleu.
      - Histoire de méandres.
   - Thuin.
      - Un patrimoine exceptionnel.
      - La carrière de Thuin et la fin du Dévonien inférieur.
      - La conquête des terres par les plantes.
   - L'Abbaye d'Aulne.
      - Un peu d'histoire.
      - Le parcours géologique et géomorphologique.
      - Évolution du méandre d'Aulne, arrêt 2.
      - La Faille de Pincemaille, arrêt 3.
      - De concave à convexe, les rives évoluent.
   - Landelies.
      - Landelies : les plantes ne sont pas seules.
      - Un deuxième méandre abandonné.
      - La fenêtre tectonique de Landelies.
      - Les différents arrêts dans le Massif de la Tombe.
      - Situation du Massif de la Tombe au front de la nappe de Dinant.
      - Des massifs imbriqués rappelant celui de Boussu.
      - La formation des rides asymétriques.
      - Comment déterminer la profondeur des dépôts d'une mer ancienne ?
      - Une méthode fiable de datation dans la plupart des roches carbonatées : les conodontes.
      - Répartition stratigraphique de quelques groupes de microfossiles dont les conodontes.
      - Les conodontes et le métamorphisme.
      - Quelques phénomènes karstiques au sommet des calcaires carbonifères.
      - La Grande Brèche, arrêt 9.
   - Le Zeupire à Gozée.
   - Charte stratigraphique internationale.
   - Liens.
   - Bibliographie succincte.

8 euros (code de commande : 22114).

Itinéraires pédagogiques du Géoparc du bassin de Mons. Volume 6, Itinéraire 5 : La région du Centre et le sud du Géoparc. Mons, ASBL Malogne, 2013. In-4° broché, 64 p., nombreuses illustrations en couleurs.
Sommaire :
   - Quévy-le-Grand.
   - Givry.
      - Le parcours géologique.
      - Ancienne carrière des Montliaux.
   - Croix-lez-Rouveroy.
   - Haulchin.
   - Estinnes-au-Mont.
      - La carrière du Bois de Bescaille, un coup d'œil sur les premiers environnements continentaux.
      - Abbaye de Bonne-Espérance.
   - Estinnes-au-Val.
   - Bray.
      - Localisation.
      - Le grès de Bray.
   - Maurage.
   - Binche.
      - Terre d'histoire.
      - Un peu de géologie urbaine.
      - Une découverte révolutionnaire à Binche : la Faille du Midi.
      - Position du Massif de Waudrez au front de la Faille du Midi.
      - Modélisation de la déformation plastique en contexte compressif.
      - De la conception à l'intégration.
      - La carrière Pâris.
      - L'apport de la géologie à la préhistoire.
      - Binche au fil de la Samme.
   - Épinois.
   - Leval-Trahegnies.
      - Une découverte exceptionnelle.
      - Localisation des principaux dépôts des « faciès sparnaciens » du Nord de la France et de la Belgique.
      - Les anciennes carrières de Leval-Trahegnies.
      - L'affaire Dethise : des faussaires dans la région de Binche !
      - Leval-Trahegnies : du sable, de l'argile, mais aussi du charbon.
      - Péronnes-lez-Binche.
      - Modélisation géologique 3D.
      - Vers la disparition des terrils ?
   - L'entité de La Louvière.
      - Un peu d'histoire.
      - Saint-Vaast.
      - Strépy.
   - Strépy-Thieu.
      - Introduction.
      - La géologie de la Meule de Bracquegnies.
      - Ammonites et datation.
      - Une roche particulière : la « gaize ».
      - Les spongiaires et la gaize.
      - La diversité morphologique des spongiaires.
      - Gros plan sur les spicules.
      - L'utilité des spongiaires en géologie.
      - Critères de polarité dans la gaize.
   - Houdeng-Aimeries.
      - L'immigration italienne.
      - Bois-du-Luc.
   - Soignies.
      - Un peu d'histoire.
      - Légende de la Fête de la Simpelourd.
      - Les signes lapidaires.
      - Pourquoi signait-on la pierre ?
      - Un peu de géologie urbaine.
      - De surprenants organismes constructeurs de roche.
      - Les karsts du Hainaut.
      - La karstification.
      - Les modalités de la karstification.
      - Les phénomènes karstiques observés dans les carrières de Soignies.
      - Le Petit-granit.
      - De curieuses traces.
      - Comment ces joints se forment-ils ?
      - La pierre bleue.
      - Quelques exemples de finition de la pierre bleue
   - Charte stratigraphique internationale.
   - Liens.
   - Bibliographie succincte.

8 euros (code de commande : 22115 - indisponible).

 

JOURET (Alain) — 1914-1918. Autour des batailles de Mons. Stroud, The History Press, 2012. In-8° collé, 128 p., très nombreuses illustrations.
En quatrième de couverture :
   Jusqu'à présent, aucun ouvrage ne proposait une iconographie étoffée à propos des « batailles de Mons ». Soucieux de combler cette lacune, Alain Jouret a rassemblé dans ce volume plus de deux cents gravures, cartes postales, plans et photographies souvent inédites.
   Outre de nombreuses anecdotes, le lecteur y trouvera des explications claires. Il assistera à de féroces combats. Il côtoiera soldats et civils. Il se plongera dans leur quotidienneté. Il sillonnera la région de Mons et poussera jusqu'à Charleroi, Tournai, Soignies, Maubeuge, Landrecies... Enfin, il ressentira l'euphorie de la victoire...
   Sang, larmes, colère, courage, pitié, voilà quelques-uns des principaux thèmes développés dans ces pages.

19 euros (code de commande : 19040).

 

JOURET (Alain) — 14-18. Entre larmes et espérances à Dour et aux alentours. Opérations militaires, approvisionnement, aide sociale, enseignement, économie, maintien de l'ordre, réquisitions, résistance, loisirs, libération et bilan. Saint-Ghislain, Cercle d'Histoire et d'Archéologie de Saint-Ghislain et de la Région, 2011. In-4° broché, XV, 404 p., illustrations, (collection « Publications Extraordinaires du Cercle d'Histoire et d'Archéologie de Saint-Ghislain et de la Région », n° 12).
Table des matières :
   Préface.
   Introduction.
   1. Août 1914.
      1. Le tocsin, la mobilisation et quelques pas avec des soldats partis au front.
      2. Un mois d'août mémorable.
      3. Les opérations militaires en bref.
      4. Les événements vus de Dour.
      5. Un episode héroïque oublié.
      6. La fin des combats et le début de l'occupation Ie 24 août.
      7. Conclusion.
   2. L'approvisionnement.
      1. Le spectre de la famine : des initiatives locales, régionales, nationales et internationales.
      2. L'organisation du ravitaillement à Dour.
      3. Conclusion.
   3. L'aide sociale.
      1. Un bureau de bienfaisance dépassé et des pouvoirs locaux a la rescousse.
      2. Le Comité de secours local.
      3. La Ligue du coin de terre.
      4. La Soupe populaire.
      5. La Soupe scolaire.
      6. La Goutte de Lait.
      7. L'œuvre des Enfants débiles.
      8. Quelques autres initiatives en faveur des enfants.
      9. Le dispensaire communal.
      10. La lutte contre l'alcoolisme.
      11. Le Comité de Soutien aux œuvres de Charité a Dour et quelques autres actions.
      12. Conclusion.
   4. L'enseignement.
      1. Réorganisation, pain d'épices, guerre scolaire et problèmes de trésorerie.
      2. Des résultats décevants, des instituteurs et des édiles insatisfaits.
      3. Les difficultés de 1917-1918.
      4. L'École industrielle.
      5. Conclusion.
   5. La vie économique.
      1. Communications et moyens de locomotion.
      2. Les charbonnages.
      3. Des entreprises « protégées » par les Allemands ?
      4. Les brasseries, des entreprises sacrifiées par les Allemands.
      5. Commerce, artisanat et petites entreprises.
      6. Conclusion.
   6. Le maintien de l'ordre.
      1. Forces de l'ordre et mesures de police.
      2. Faim, misère, pillages, fraude, marché noir et maquignonnage.
      3. Relations entre le capital et le travail et conflits sociaux.
      4. Conclusion.
   7. L'utilisation des ressources matérielles et humaines.
      1. Les réquisitions de 1914 a 1916, puis de 1917 a 1918.
      2. Les déportations : la « traite des blancs ».
      3. Conclusion.
   8. Résistance et represailles.
      1. Un certain esprit de la résistance.
      2. L'aide aux combattants.
      3. Sabotages et otages, propagande et résistance psychologique.
      4. Des agents de renseignements au service des Alliés.
      5. La volonté de continuer la lutte de l'extérieur.
      6. Conclusion.
   9. La vie associative.
      1. Compétitions, concours et jeux.
      2. Des bibliothèques, des conférences, une exposition « cunicole » et des lecons de musique.
      3. Les spectacles.
      4. La vie religieuse.
      5. Conclusion.
   10. De la zone d'étape à la Libération.
      1. Dour, ville de garnison.
      2. La Libération : combats et vie quotidienne.
      3. Conclusion.
   11. Après l'Armistice.
      1. Dour, ville de garnison : bis repetita placent ?
      2. Justice et règlements de comptes.
      3. Commémorations et souvenirs.
      4. Le bilan démographique.
      5. La voirie.
      6. Les immeubles.
      7. Des souvenirs bien encombrants.
      8. Une dette... « à donner Ie tournis ».
      9. Conclusion.
   12. Conclusion générale.

18 euros (code de commande : 18148).

 

LACROIX (Marie-Thérèse) — L'hôpital Saint-Nicolas du Bruille (Saint-André) à Tournai de sa fondation à sa mutation en cloître (±1230-1611). Tomes I et II (complet). Louvain, Université Catholique de Louvain, 1977. Deux volumes in-8° brochés sous jaquettes, XXXVI, 892 p., 84 planches hors texte, bibliographie, index, (collection « Institut d'Études Médiévales - Publications », 2e série, n° 1), cachets, envoi de l'auteur.
Sur le rabat de la jaquette :
   Saint-André prend, au cours des siècles, les dénominations suivantes : « ostellerie du Bruille » au XlIIe s., « hospital Saint Nicholay » au XlVe, « hospital Saint Andrieu » au XVe, « monastère de Saint-André » au XVIIe, « congrégation des Dames de Saint-André » au XIXe. Ces vocables recouvrent trois étapes, dont seule, la première, est étudiée dans cet ouvrage :
   - Époque hospitalière marquée par l'accueil aux pauvres: passants, malades, vieillards.
   - Période claustrale depuis 1611 jusqu'en 1796, date à laquelle les moniales sont chassées de leur cloître ; la communauté continue à vivre, dans la clandestinité.
   - Enfin, dès 1801, orientation vers un apostolat inspiré par la spiritualité ignatienne : d'abord enseignement et éducation, auxquels viennent s'ajouter progressivement : catéchèse, retraites, pastorale, œcuménisme, sans renier l'accueil d'autrefois ni le soin des malades.
   - Présence actuelle de la congrégation en Angleterre, Belgique, Brésil, France et Zaïre.

Les deux volumes : 50 euros (code de commande : 22257).

 

LALIEU (Louis-Joseph) — Vie de S. Vincent Madelgaire et de Sainte Waudru son épouse, princes et patrons du Hainaut, par l'abbé L.-J. Lalieu, docteur en théologie. Tournay - Braine-Le-Comte, Decallonne-Liagre - Zech et Cornet, 1886. In-8° sous une modeste reliure demi-simil rouge, couverture conservée, XIV, 293, [1 bl.] p., une lithographie de Vasseur frères (à Tournai) en frontispice, index.
Table des matières :
   Première partie : Saint Vincent et Sainte Waudru jusqu'à leur mariage.

      I. Saint Vincent Madelgaire et Sainte Waudru son épouse. Les documents qui nous font connaître leur vie.
      II. Le siècle de Saint Vincent et de Sainte Waudru.
      III. Les parents et la naissance de Saint Vincent et de Sainte Waudru.
      IV. Les premières années et l'éducation de Saint Vincent et de Sainte Waudru.
      V. Le mariage de Saint Vincent et de Sainte Waudru.
   Deuxième partie : Saint Vincent et Sainte Waudru dans l'état du mariage.
      I. Saint Vincent et Sainte Waudru modèles des époux chrétiens.
      II. Les premiers germes de la vocation religieuse de Madelgaire et de Waudru. Fondation du monastère d'Haumont.
      III.Saint Vincent et Sainte Waudru comte et comtesse du Hainaut.
      IV. Saint Vincent et Sainte Waudru modèles des princes chrétiens.
      V. Saint Vincent et Sainte Waudru modèles des parents chrétiens.
      VI. Les saints enfants de Madelgaire et de Waudru : Saint Landry, Saint Dentelin, Sainte Aldetrude, Sainte Madelberte. Courte notice sur chacun d'eux.
      VII. Madelgaire et Waudru prennent la résolution de quitter le monde et d'embrasser la vie religieuse.
   Troisième partie : Suite de la vie de Saint Vincent.
      I. Madelgaire exécute son projet et entre au monastère d'Haumont.
      II Du genre de vie de Saint Vincent et de ses deux monastères d'Haumont et de Soignies.
      III. Saint Vincent et sa vie monastique a Haumont.
      IV. Saint Vincent fonde le monastère de Soignies ; ses dernières années et sa sainte mort.
   Quatrième partie : Suite de la vie de Sainte Waudru.
      I. Waudru commence a exécuter son projet en menant une vie de retraite et se montre le modèle des saintes veuves.
      II. Sainte Waudru quitte définitivement le siècle et fonde le monastère de Château-lieu.
      III. Du genre de vie de Sainte Waudru et de son monastère de Sainte-Marie à Château-lieu.
      IV. Sainte Waudru, modèle des personnes consacrées à Dieu.
      V. La vie religieuse de Sainte Waudru et le monastère de Mons. Direction de Saint Ghislain.
      VI. Sainte Waudru au monastère de Notre-Dame a Château-lieu, ses tentations, ses victoires, son oraison et ses dons surnaturels.
      VII. Sainte Waudru et la vocation de Sainte Aldegonde.
      VIIL Sainte Waudru pendant sa vie religieuse, dans ses rapports avec sa famille et en particulier avec Sainte Aldegonde.
      IX Les visions de Sainte Waudru à la mort de Sainte Aldegonde.
      X. Les miracles de Sainte Waudru et sa sainte mort.
   Cinquième partie : Le culte de Saint Vincent et de Sainte Waudru.
      I. L'élévation du corps de Saint Vincent et de Sainte Waudru. Quelques-uns des miracles opérés par leur intercession.
      II. Les églises et les reliques de Saint Vincent et de Sainte Waudru.
      III. Le culte, les fêtes et les images de Saint Vincent et de Sainte Waudru.
      IV.Saint Vincent et Sainte Waudru, civilisateurs et patrons du Hainaut.
   Appendices.
      I. Quelques renseignements topographiques et historiques sur l'état de notre pays au septième siècle.
      II. Liste des principaux saints du septième siècle dans la Gaule-Belgique.
      III. Généalogie des Walbert.
      IV. Quelques maximes spirituelles de Sainte Waudru et de Sainte Aye.
      V. Notice sur le monastère d'Haumont et les reliques de Saint Marcel.
      VI. Notice sur le monastère et le Chapitre de Saint-Vincent à Soignies.
      VII. Notice sur le collège de Saint Vincent à Soignies.
      VIII. Notice sur le Monastère et la Collégiale de Sainte Waudru à Mons.
      IX. Monument des reliques de Saint Vincent.
      X. La châsse du corps de Saint Vincent.
      XI. La petite châsse de Soignies dite le chef ou le phylactère.
      XII. Translations des reliques de Saint Vincent et de Sainte Waudru.
      XIII. Les reliques de Saint Vincent pendant la révolution française.
      XIV. Les reliques de Sainte Waudru pendant la révolution française.
      XV. La Benoîte Afrique, la croix et l'anneau de Sainte Waudru.
      XVI. La procession de Saint Vincent d'après Lefort.
      XVII. La procession de Sainte Waudru.
      XVIII. Le car d'or.
      XIX. Douzième Centenaire de Saint Vincent à Soignies, le 15 Juillet 1877.
      XX. La célébration (686-1886) du douzième centenaire de la bienheureuse mort de Sainte Waudru.
      XXI. Chants en l'honneur de Saint Vincent et de Sainte Waudru.
      XXII. Liturgie de Saint Vincent et de Sainte Waudru.

35 euros (code de commande : 25545).

 

[LA LOUVIÈRE]. Annales du Cercle Archéologique et Folklorique de La Louvière et du Centre. Tome V. La Hestre, 1792-1967. La Louvière, Cercle Archéologique et Folklorique de La Louvière et du Centre, 1967. In-8° broché, 352 p., tableaux, cartes, et planches hors texte, exemplaire en très bel état.
Ce volume contient :
   - 
Éditorial, par R. Darquenne.
   - Préface, par R. Dumont.
   Une seigneurie sous l'Ancien Régime : La Hestre et Haine Saint Pierre, par J. Lefebvre.
   - La vie d'un charbonnage aux XVIIIe et XIXe siècles : la société de Haine Saint Pierre et de La Hestre, par M. Revelard.
   - La démographie de La Hestre au XIXe siècle (1798-1900), par P. Bauwens et M. Debauque.
   - Eau potable ou charbon, par M. Van den Eynde.
   - L'habitat, par G. Busieaux.
   - Les habitations sociales, par A. Brison.

35 euros (code de commande : 25039).

 

[LA LOUVIÈRE]. Études régionales. Annales du Cercle Archéologique et Folklorique de La Louvière et du Centre. Tome 9. La Louvière, Cercle Archéologique et Folklorique de La Louvière et du Centre, 1972. In-8° broché, 175 p., illustrations in et hors texte, tableaux, exemplaire en très bel état.
Table des matières :
   - La campagne de fouilles à Nouvelles (1969-1970), par Ch. et Y. Leblois.
   - L'action d'Alfred Defuisseaux dans le Centre (1886-1889), par Cl. Favry.
   - Les grèves de 1886 à 1888 dans les charbonnages du Centre, par Ph. Mottequin.

20 euros (code de commande : 25161*).

 

[LA LOUVIÈRE]. Études régionales. Annales du Cercle Archéologique et Folklorique de La Louvière et du Centre. Tome 10. La Louvière, Cercle Archéologique et Folklorique de La Louvière et du Centre, 1972. In-8° broché, 125 p., illustrations in et hors texte, un grand plan du parc de Mariemont à déplier, bon exemplaire.
Table des matières :
   - Éditorial.
   - Les châsses peintes de Strépy, par M. Bougard.
      - Introduction.
      I. L'histoire et ses légendes.
      II. Description des châsses peintes.
      III. Le culte des saints et des reliques.
   - Inventaire des arbres du parc de Mariemont, par R. Dewerchin.
      - Origines.
      - Inventaire.
      - Annexes.
   - L'action d'Alfred Defuisseaux dans le Centre (1886-1889), par Cl. Favry.
      Chapitre III. La grande lutte du Parti socialiste républicain.
      3e partie. Grandeur et décadence du Parti socialiste républicain.
      Chapitre I. Le dernier sursaut du defuisseautisme : la grève de décembre 1888.
      Chapitre II. L'unité retrouvée.
      - Conclusion.
   - Table des Études régionales, tomes 1 à 10 (1962-1972), par C.-M. Dubois.

20 euros (code de commande : 25040*).

 

LEBLOIS (Jean) — Basècles bâti sur le roc. Basècles, chez L'Auteur, 1972. In-8° broché, 225 p., illustrations in et hors texte, tableaux, plans.
Table des matières :
   1. Identité :
Nom. Situation. Le sol. La population. La situation administrative. Les mandataires actuels. Le personnel communal. Les rues, les chemins... Les places. Les coutures et lieux dits. La route de l'État. Le droit de chausséage. L'autoroute de Wallonie.
   2. La Verne : Le Rieu du Gard. Les abreuvoirs. Baignades involontaires. Les autres abreuvoirs.
   3. L'éclairage public : Réverbères à pétrole. Éclairage au gaz. Éclairage électrique.
   4. L'eau potable : Pollution. Les puits privés. Les pompes publiques. Inventaire des pompes. La distribution d'eau. La station de pompage. Le service actuel.
   5. Les sapeurs-pompiers : Les premières dispositions. Incendies au XIXe siècle. La tenue et l'armement. L'inutilité de la garde civique. De joyeux drilles. À l'heure actuelle. Liste d'appel en 1971.
   6. Le dialecte local : Quelques expressions. Glossaire. Chansonniers et poètes.
   7. Archéologie : Les cimetières mérovingiens. Vestiges gallo-romains. Les découvertes récentes. La préhistoire. Cattenifosse. Le trésor romain. Document médiéval de 1040. Chirographe de 1659.
   8. Le tirage au sort : Rites. Chansons. Superstition. Le remplacement.
   9. Le vieux Basècles : La place communale. La cense. Vente de la grande cense. La prévôté et le couvent. L'ancienne maison communale. Les arbres.
   10. L'église : Les vitraux. Les monuments funéraires. Mobilier remarquable. Les tableaux. Objets du culte. Divers. Les cloches. L'orgue et le jubé. Le cimetière. Le presbytère. Les biens de l'église. Procès du bureau de bienfaisance.
   11. Le moulin à eau : Vente forcée. Pénurie d'eau. Derniers meuniers. Mécanisme.
   12. Les carrières : Vieilles mesures agraires. Mutations foncières. Les chemins de fer industriels. L'industrie vers 1830. Mesures de protection. Hygiène des rues. Les pompes à feu. Machines d'exhaure. Autres systèmes de pompage Aqueducs à usage public.
   13. Fours à chaux : Inventaire de 1827. Inventaire de 1858. Imprudences fatales.
   14. Lexique industriel : El vaque. El caya. Les cheminées. Les armures à scier. Les scies circulaires. La moulureuse. El taperie à carreaux. Le moulin à polir pierre.
   15. Les grèves : Situation des carrières avant 1902. Mercuriale. Salaires. Grève à Quevaucamps. Grève à Basècles.
   16. L'ouvrier vers 1903 : Divertissements publics. Les sociétés d'aujourd'hui. Les géants. Origine. Les géants paysans. Premières métamorphoses. Le chant des paysans. Le dernier-né. Aujourd'hui. Les musiciens.
   17. Écoles à horaire réduit : École de dessin et de modelage. École de musique. La bibliothèque communale.
   18. L'industrie marbrière : Exode des carriers. Lutte pour le Suffrage universel. Après la guerre 14-18 : la crise. Mercuriale. Grève de 1920. Grève de 1923. De 1945 à nos jours. Marbre noir d'aujourd'hui. Le granit dur.
   19. La guerre 40-45 : La Défense passive. Les réfractaires au S.T.O. La Résistance. La Croix-Rouge.
   Annexe I : Obituaire de l'église.
   Annexe II : Les prisonniers de la guerre.
   Annexe III : Les donneurs de sang.
   Annexe IV : Remerciements de l'auteur. Les souscripteurs.

25 euros (code de commande : 24042).

 

 

   [LE GROUX (Jacques)]. Summa statutorum synodalium cum prævia synopsi vitæ episcorum tornacensium
   
Lille, Brovellio - Henri - Danel, 1726.

    Une rare édition de cette étude bien documentée sur l'évêché de Tournai.
   Pour en savoir plus...

400 euros (code de commande : 11620/v1).

 

[LE RŒULX]. Neuf siècles d'histoire du Hainaut au Rœulx. 1959. In-8° broché, 112 p., 39 planches hors texte in fine, tableaux des comtes de Hainaut, jaquette très frottée.
Ce catalogue a été publié à l'occasion de l'exposition éponyme qui s'est déroulée au château du Rœulx, propriété du prince de Croÿ, d'avril à juin 1959.

8 euros (code de commande : HT/9).

 

LESENNE (Monique) — Répertoire bibliographique des trouvailles archéologiques de la province de Hainaut de la préhistoire au VIIIe siècle. Arrondissements d'Ath, Mouscron et Tournai. Mons, Hannonia, 1985. In-8° broché, XXIV, 142 p., index, une carte, (collection « Analectes d'histoire du Hainaut », tome V).
Extrait de l'introduction :
   L'enquête bibliographique a porté sur le dépouillement systématique et exhaustif de revues générales et régionales, belges et étrangères, archéologiques et historiques, de travaux généraux, de monographies et de catalogues d'exposition et de vente. Les travaux originaux inédits, dont nous avons eu connaissance, sont également mentionnés. Nous avons consulté avec profit les bibliographies consacrées à l'histoire du Hainaut. Étant donné l'état très avancé de notre dépouillement et de notre rédaction, nous avons utilisé comme système de contrôle final la Bibliographie de l'Histoire du Hainaut (1951-1980), parue en août 1984. Notre dépouillement fut arrêté fin 1984.
   Le répertoire suit le classement alphabétique des noms de communes avant la fusion de 1977. Dans l'index géographique, qui termine le répertoire, sont insérés les noms des nouvelles entités. Une carte en fin de volume permets de situer les anciennes communes.
   Les communes transférées de la province de la Flandre orientale à la province du Hainaut en 1962 et déjà signalées dans le répertoire consacré à la province de la Flandre orientale – sont reprises dans ce répertoire. Ces dernières années, ces communes ont fourni une telle récolte de vestiges archéologiques qu'il nous a paru nécessaire de rédiger la mise à jour de la documentation publiée. Il s'agit de Bas-Warneton, Comines, Dottignies, Herseaux, Mouscron, Ploegsteert et Warneton.
   En annexe, nous signalons les références se rapportant à la commune d'Everbecq, transférée de l'arrondissement d'Ath à l'arrondissement d'Audenarde (prov. Flandre orientale) en 1962 et supprimée en 1977.
   Afin de ne point alourdir le texte, nous avons établi une liste d'abréviations pour les ouvrages et les articles, qui nous informent sur plusieurs communes.
Pour chaque commune les références bibliographiques sont répertoriées et numérotées d'après leur date de parution. Elles précèdent l'énumération méthodique des vestiges archéologiques y découverts. La description succincte des sites et des découvertes se fait chronologiquement, depuis l'âge de la pierre à la période mérovingienne. Celle-ci est suivie des numéros des articles et des ouvrages s'y rapportant avec, si nécessaire, le renvoi précis aux pages correspondantes.
   Ce répertoire présente le bilan des vestiges archéologiques publiés dans les arrondissements d'Ath, de Mouscron et de Tournai. Malgré l'ampleur des recherches menées et les contrôles effectués, nous sommes consciente que ce travail peut comporter quelques lacunes. Toutefois nous avons tenté de rassembler une documentation bibliographique de base – examinée de façon critique – pouvant être un instrument de travail pour les archéologues professionnels et amateurs comme pour tous ceux qui s'intéressent au passé lointain de leur commune.

10 euros (code de commande : 20769).

 

[LOUYS DE LA GRANGE (Amaury)]. SOIL DE MORIAMÉ (E.-J.) — Le baron Amaury de la Grange (1842-1900). [Tournai], [Casterman], [1900]. In-8° broché, 12 p., un portrait, rare.
   Il s'agit d'un extrait du tome V des Annales de la Société Historique et Archéologique de Tournai.
   Après une biographie, l'auteur nous propose la riche bibliographie du baron Amaury de la Grange.

12 euros (code de commande : 19103).

 

MAES (Léon) — Patois mouscronnois. Revu par Françoise Millecamps en 1979 et 1980. Remanié et complété par Marcel Christiaens et Désiré Desseaux de 1986 à 1989. Mouscron, Société d'Histoire de Mouscron et de la Région, 1989. In-8° collé, 531 p., (collection « Mémoires de la Société d'Histoire de Mouscron et de la Région », tome XI - Fascicule I), couverture insolée.
Genèse de cette édition :
   
La matière première du présent lexique est un ensemble de fiches élaborées par Léon Maes et complétées par Marcel Christiaens.
   Une mise en forme de cet ensemble était nécessaire pour qu'il devienne un véritable outil lexical. Deux principes fondamentaux ont guidé ce travail : la rigueur et la cohérence.
   L'orthographe a d'abord été modifiée par Françoise Millecamps, licenciée en philologie romane. Elle a adopté le système mis au point par Jules Feller pour tous les dialectes de la Belgique romane. Léon Maes s'en inspirait déjà dans un premier lexique. Ici, Françoise Millecamps a tenté de l'appliquer avec une extrême rigueur. On trouvera un exposé des règles orthographiques dans différents encadrés de la deuxième partie, aux rubriques « orthographe », « consonnes », « semi-voyelles », « voyelles », « ponctuation », « apostrophes », « traits d'union ».
   Dans le but de tendre vers une plus grande facilité d'écriture, trois suppressions ont été effectuées par rapport au contenu de l'édition du lexique de 1980 (Tome II, fascicule 1 des Mémoires de la Société d'Histoire de Mouscron et de la Région), page 24. Il s'agit des articles définis singuliers précédés de prépositions (n° 4), d'une partie des désinences verbales (n° 5) et d'une partie de l'usage du trait d'union (n° 8).
   Une autre étape du travail d'édition a été de rationaliser la présentation des articles de la première partie. La classification des syntagmes en exemples et expressions y a fortement contribué. Dans le même temps, la collaboration de Messieurs Marcel Christiaens, Jules Dermaux, Désiré Desseauxet Robert Vandenberghe apportait au lexique un grand nombre de locutions.
   Après avoir gommé les notices étymologiques (à peine ébauchées par Léon Maes), Françoise Millecamps s'est encore attachée à souligner les rapports d'analogie existant entre les mots. Cet aspect a enrichi considérablement le lexique.
   La réédition de ce lexique mouscronnois (Tome II, fasc. 19 1980 des M.S.H.M.R.) a été complétée par la grammaire mouscronnoise (Tome I, fasc.19 1979 des M.S.H.M.R.) réadaptée et présentée par chapitres distincts.

15 euros (code de commande : 22887).

 

MAHIEU (Raymond G. W.) — Le Grand-Hornu. Monument industriel exceptionnel du Borinage. Deuxième édition revue et augmentée. [Mons], Chez l'auteur, 1979. In-8° broché, 142 p., illustrations, exemplaire en très bel état.
Table des matières :
   - Préface, par Robert Urbain.
   - 1re partie : Introduction géologique et historique. Connaissance de Hornu et de la région.
   - 2e partie : Le Grand-Hornu.
      Chapitre I : De Gorge.
      Chapitre II : Son œuvre.
      Chapitre III : La fanfare des Sapeurs-Pompiers du Grand-Hornu.
      Chapitre IV : Le Mausolée De gorge.
      Chapitre V : La houille.
      Chapitre VI : Naissance du Grand-Hornu.
      Chapitre VII : Les ateliers du Grand-Hornu.
      Chapitre VIII : Fermeture des ateliers du Grand-Hornu.
      Chapitre IX : Les charbonnages hornutois.
      Chapitre X : Les industries annexes.
      Chapitre XI : Les terrils d'Hornu et du Grand-Hornu.
      Chapitre XII : Les noms des veines dans les charbonages hornutois.
      Chapitre XIII : L'éclairage dans les mines.
      Chapitre XIV : Les voies de communication.
      Chapitre XV : Distinctions honorifiques dans l'industrie houillère, en 1949.
      Chapitre XVI : Quelques dates.
      Chapitre XVII : Les personnages du Grand-Hornu.
      Chapitre XVIII : Les anciennes dénominations des professions charbonnières.
      Chapitre XIX : La condition ouvrière.
      Chapitre XX : Glossaire.

10 euros (code de commande : 17173).

 

MATTHIEU (Ernest) — Histoire de la ville d'Enghien, par Ernest Matthieu, avocat, docteur en sciences politiques et administratives, membre effectif du Cercle archéologique de Mons, etc. Mémoire qui a obtenu la médaille d'or au concours de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut. Tomes I et II (complet). Mons, Dequesne-Masquillier, 1876-1878. Deux volumes in-8° plein basane fantaisie, dos à 4 nerfs, couvertures conservées, reliures frottées, 804 p., exemplaire bien complet de toutes les illustrations hors texte et du plan à déplier en frontispice, envoi de l'auteur à l'avocat Joseph Saintraint qui fut bourgmestre de la ville de Namur, bon exemplaire.
Table des matières :
   Introduction.

      I. Nom : variantes, étymologie.
      II. Situation.
      III. Sol.
      IV. Hydrographie.
      V. Territoire.
      VI. Enceintes d'Enghien, ses anciennes fortifications.
      VII. Topographie.
      VIII. Population.
      IX. Agriculture.
   Livre I. Histoire et généalogie.
      Chapitre I. Origine d'Enghien.
      Chapitre II. Généalogie et histoire des seigneurs de la maison d'Enghien.
      Chapitre III. Des seigneurs d'Enghien de la maison de Luxembourg et de Bourbon.
      Chapitre IV. Des seigneurs d'Enghien de la maison d'Arenberg.
      Chapitre V. Ancien château et parc d'Enghien.
      Chapitre VI. Chronologie historique.
         I. Faits historiques de 1407 à 1566.
         II. Troubles religieux.
         III. Suite des événements historiques jusqu'au commencement du XVIIIe siècle.
         IV. Depuis le commencement du XVIIIe siècle jusqu'à la révolution brabançonne. - Événements divers. - Difficultés à l'occasion du pavé de Hal à Ath.
         V. De la révolution brabançonne à nos jours.
   Livre II. Organisation administrative et judiciaire.
      Chapitre I. Juridictions anciennes et modernes delà ville d'Enghien.
      Chapitre II. Officiers représentant le seigneur dans la ville et la terre d'Enghien.
         § 1. Le bailli.
         § 2. Receveur seigneurial. - Étendue du domaine.
      Note sur les archives du duc d'Arenberg à Enghien.
      Chapitre III. La commune et son organisation.
         § 1. Aperçu général.
         § 2. Le mayeur et les échevins. - Les apaiseurs.
         § 3. Conseil de ville.
         § 4. Personnel attaché à l'administration. - Armoiries.
         § 5. Finances et propriétés communales.
      Chapitre IV. Organisation militaire.
         § 1. Milice communale. - Compagnies bourgeoises. - Artillerie.
         § 2. Les Serments (I. Guide ou serment des arbalétriers de Saint Jean-Baptiste - II. Grand serment des archers de Notre-Dame. - III. Serment des archers de Saint-Sébastien. - IV. Serment des couleuvriniers ou arquebusiers de Saint-Christophe. - V. Confrérie des arbalétriers de Sainte-Anne).
      Chapitre V. Corps de métiers et autres institutions commerciales et industrielles.
         § 1. Corps de métiers (I. Métier des tapissiers-hautelisseurs. - II. Métier des drapiers. - III. Métier des tisserands. - IV. Métier de Saint-Éloi. - V. Métier des brasseurs ou cambiers. - VI. Métier de Sainte-Catherine. - VII. Métiers des cordonniers et savetiers. - VIII. Métier des bouchers. - IX. Métier des boulangers. - X. Confrérie des merciers).
         § 2. Coup d'œil sur le commerce d'Enghien et sur les industries qui s'y établirent.
         § 3. Foires et marchés. - Halles. - Voies de communication.
   Livre III. Culte et bienfaisance.
      Chapitre I. Paroisse de Saint-Nicolas.
         § 1. Historique.
         § 2. Personnel de la paroisse. - Musiciens. - Fabrique.
         § 3. Confraternité de Notre-Dame.
         § 4. Fondations pieuses. - Confréries.
      Chapitre II. Église de Saint-Nicolas.
         § 1. Édifices anciens et chapelle de Saint-Ëloi.
         § 2. Historique et annales de la construction de l'église de Saint-Nicolas.
         § 3. Description de l'église.
      Chapitre III. Cimetière. - Chapelles.
      Chapitre IV. Communautés religieuses.
         § 1. Monastère des Augustins sous le vocable de sainte Anne.
         § 2. Couvent des Capucins.
         § 3. Couvent des Carmes-Chaussés dédié à St-Jean-Baptiste.
         § 4. Couvent des Conceptionistes dit de Nazareth.
         § 5. Béguinage d'Enghien.
         § 6. Refuges d'abbayes.
         § 7. Couvents modernes.
      Chapitre V. Assistance publique.
         § 1. Table des pauvres et Bureau de bienfaisance.
         § 2. Des associations charitables établies à Enghien.
      Chapitre VI. Hôpitaux et hospices.
         § 1. Hôpital de Saint-Nicolas.
         § 2. Hôpital de la Sainte-Croix.
         § 3. Maladrerie de Saint-Lazare.
         § 4. Hospice des Orphelins.
         § 5. Salle d'asile.
         § 6. Refuges pour la vieillesse.
   Livre IV. Institutions scientifiques et littéraires ; fêtes ; biographie.
      Chapitre I. Instruction publique.
         § 1. De l'enseignement à Enghien avant la fondation du collège des Augustins.
         § 2. Collège d'humanités.
         § 3. Enseignement primaire.
         § 4. École dominicale et fondations pour l'enseignement du catéchisme.
         § 5. Bourses d'études fondées en faveur d'habitants d'Enghien.
         § 6. École de dessin et d'architecture.
      
Chapitre II. Institutions littéraires, artistiques et scientifiques.
         § 1. Chambre de Rhétorique dite confrérie de Sainte-Anne.
         § 2. Société dite de Konstgenoostchap der Jonghevd.
         § 3. Le théâtre du duc d'Arenberg à Enghien.
         § 4. Sociétés de musique.
         § 5. De l'imprimerie à Enghien. - Bibliothèques.
      Chapitre III. Fêtes, mœurs et usages.
      Chapitre IV. Biographie.
   - Pièces justificatives. - Errata et addenda.

Les deux volumes : 80 euros (code de commande : 25612).

 

Mémoires de la société historique et littéraire de Tournai. Tome 8. Tournai, Malo et Levasseur, 1863. In 8° débroché, dos cassé, 392 p., complet, rare.
Contient uniquement :
   - 
Extraits des anciens registres aux délibérations des consaux de la ville de Tournai. (1422-1425), par H. Vandenbroeck.

100 euros (code de commande : 20447).

                

Mémoires de la société historique et littéraire de Tournai. Tome 9. Tournai, Malo et Levasseur, 1867. In-8° débroché, dos cassé, XX-404 p., 3 planches gravées, complet, rare.
Contient uniquement :
   
De la pratique des anciennes lois criminelles en usage dans la ville de Tournai (1332-1553), par le comte de Nédonchel.

100 euros (code de commande : 20448).

 

Mémoires de la société historique et littéraire de Tournai. Tome 10. Tournai, Malo et Levasseur, 1871. In-8° débroché, dos cassé, 396 p., un portrait gravé (déchirure sans manque), complet, rare.
Contient :
   - La magistrature tournaisienne 1179-1871, par H. Vandenbroeck. 137 p., index des noms.
   - Mémoire présenté au pape en 1589 par l'évêque Vendville, par Reusens (texte en latin). 163 p., un portrait.
   - Notice sur la vie et les œuvres de Léonard Deconinck, ancien official du diocèse de Tournai, par J. Vos. 87 p.

100 euros (code de commande : 20449).

 

Mémoires et publications de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut. 108e volume - 2015. Mons, Société des Sciences des Arts et des Lettres du Hainaut, 2015. In-8° collé, XI, 160 p., illustrations.
   Il s'agit des actes du colloque « Mons et le Hainaut, terre d'idées, d'inventions et de cultures », organisé à Mons les 27 et 28 mars 2015.
Table des matières :
   - La Société des Sciences, des Arts et des Lettres.
   - Chronique.
   - « Mons et le Hainaut, terre d'idées, d'inventions et de cultures».
      - Allocution de bienvenue de Christian Bouquegneau.
      Session 1: Idées scientifiques et inventions techniques.
         - Jules Cornet,du Katanga au Bassin de Mons, par Jean-Marie Charlet.
         - Un cartographe montois Jacques de Surhon à la base de la première carte du Hainaut, par Christine Gobeaux.
         - Craies, calcaires et eaux souterraines, richesse du Bassin de Mons, par Yves Quinif.
         - L'éphémère laboratoire de pédologie de l'école normale de Mons entre expérimentalisme et application pratique, par Marco Saraceno.
         - Évolution de l'imagerie de résonance magnétique. Contributions de l'Université de Mons à son développement, par Luce Vander Elst.
         - Le laboratoire des particules élémentaires de l'UMONS, près de 50 ans de relations avec le CERN, par Évelyne Daubie et Fernand Grard.
      Session 2 : Mouvements littéraires.
         - Paysage littéraire hainuyer, par Paul Aron.
         - Émile Verhaeren et Daniel Charneux : fascination hainuyère pour le pays du Soleil levant, par André Bénit.
         - Le rôle majeur de la parole minoritaire : les Éditions du Cerisier et l'action permanente, par Jeannine Paque.
         - Le rayonnement international de Claire Lejeune, par Martine Renouprez.
         - Mons et La Région du cœur, géographie personnelle de Fernand Dumont, par Laurent Robert.
         - Mons, instigatrice de créations littéraires : l'élaboration du recueil de nouvelles « Des Dragons et des Georges » (2000), par Katherine Rondou.
      - Remise du prix artistique à la plasticienne Romina Remmo, pour son œuvre intitulée L'étincelle d'origine.
      - Remise du prix de vulgarisation scientifique au professeur André Füzfa (Université de Namur), pour son article intitulé Après le prix Nobel de Physique 2013, un nouvel élan pour la Physique ?
      Session 3 : Histoire des idées philosophiques, politiques et Économiques.
         - Le Hainaut au cœur de la « révolution des Pays-Bas » (1578-1581) : religion, libertés et loyauté, par Jean-Marie Cauchies.
         - La « Société nouvelle » et les colinsiens montois, par Jean Puissant.
         - Aux origines de l'Institut commercial des Industriels du Hainaut. Création et spécificités d'une institution d'enseignement supérieur, 1899-1903, par Assunta Bianchi.
         - Les transitions économiques et sociales hainuyères, le Cœur du Hainaut, du XIXe au XXIe siècle, par Philippe Destatte.
         - Fernand Dufrasne, poète et chantre de l'âme boraine, par Nicolas Verschueren.
         - Le Mundaneum, Google de papier. Où la technologie rencontre son histoire, par Delphine Jenart.
         - Du global au local : Google dans le Hainaut, par William Echikson.
      Session 4 : Courants artistiques.
         - Images et représentations du Hainaut à travers le premier volume des Chroniques du Hainaut (KBR9242), par Noémie Chardonnens.
         - Musiques et musiciens de Mons et du Hainaut : formation, répertoires et rayonnement aux XVe et XVIe siècles, par Marie-Alexis Colin.
         - L'art à Mons : la figure entêtée, par Laurent Courtens.
         - Les architectes montois et le confort domestique, par Anne Deprez.
         - Le groupe « Les Loups » à travers l'expression du peintre montois Albert Jacquemotte, par Françoise Parys.
      Annexe.
         - Après le prix Nobel de Physique 2013, un nouvel élan pour la physique ?, par André Füzfa.

26 euros (code de commande : 22915).

 

Mémoires et Publications de la Société des Sciences, des Arts et des Lettre du Hainaut. 109e volume. Mons, Presses de l'Université de Mons, 2016. In-8° collé, XII, 120 p., quelques illustrations.
Table des matières :
   - La Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut.
   - Chroniques.
   - La vérité. Réflexions d'un scientifique, par Christian Bouquegneau.
   - Le meilleur catel, une jument et des monnayeurs à Estreux (Valenciennes) en 1433 : à propos d'une sentence de Thierry Le Roy, receveur des mortemains de Hainaut, par Jean-Marie Cauchies.
   - Traduire les discours et les contre-discours politiques. L'allocution d'Angela Merkel devant le Parlement européen, par Béatrice Costa.
   - Médée dans les lettres belges francophones, par Catherine Gravet et Katherine Rondou.
   - Claire Lejeune : Gnose et enseignement, par Martine Renouprez.
   - Musique et liturgie des chanoinesses de Sainte-Waudru de Mons, par Alicia Scarcez.
   - Prix des Lettres 2015 attribué François Salmon, pour son œuvre intitulée le nom des courants d'air.
   - Résumés des conférences des années 2015-2016.

26 euros (code de commande : 25007).

 

MERCATOR (Gérard)Hannonia Namurcum Comitatus. Gravure aquarellée extraite de Gerardi Mercatoris Atlas, sive Cosmographicae meditationes de fabrica mundi et fabricati figura..., publié à Amsterdam, chez Hondius, en 1630. Restauration ancienne à la partie supérieure du pli central et petites déchirures dans les marges sans dommage pour la carte.
Dimensions :
   - Dessin : 467 x 350 mm.
   - Cuvette : 471 x 354 mm.
   - Feuille : 560 x 465 mm.

   De Duisburg, en Allemagne, où il s'était installé après avoir été arrêté pour hérésie en Flandre, Mercator suivait de près l'actualité anversoise. Ortelius lui expédia un tirage de la carte du Hainaut par Surhon dès mai 1572, quelques semaines après qu'il lui ait été interdit de la publier. Les années passèrent. En 1585, Mercator fit paraître sa carte du comté de Hainaut. On peut se demander quels sont ses liens avec celle de Surhon, dont le nom n'y est pas cité.
   Mercator représente non seulement le Hainaut et le Cambrésis, mais également le comté de Namur. Pour inclure un territoire plus vaste tout en respectant le format de son atlas, il fut amené à réduire l'échelle et à apporter des simplifications.
   La taille des lettres fut réduite. Un simple cercle dépourvu d'ornements fut utilisé pour situer les localités. Il semble que ces repères étaient gravés sur le cuivre avant que celui-ci ne soit confié au graveur de lettres, car un certain nombre de cercles n'est pas accompagné de toponyme, par manque de place sans doute. Une petite croix y est ajoutée pour localiser les abbayes. Les bois occupent naturellement beaucoup d'espace : il fallut sabrer. Ceux de Senzeilles et de Mariemont, par exemple, manquent.
   La limite du Hainaut est semblable à celle qu'indique la carte de Surhon de 1572/1579, sauf en deux endroits. En premier lieu, en amont de Tournai, elle longe tout simplement l'Escaut. En second lieu, à hauteur de Mariembourg, une décision a été prise. Selon Mercator, la place ne fait pas partie du Hainaut mais relève du « diocèse de Liège », de même que Philippeville, fondée quelques années plus tard. Liège étant traditionnellement favorable à la France, une menace sur le Hainaut prenait forme. Le danger se précisa plus tard. Par contre, plus au sud, le comté de Hainaut atteint ici les rives de la Meuse entre Revin et Fumay. Cette situation stratégique permettait de bloquer éventuellement une incursion française par la Meuse et de protéger Namur.
   Certaines informations géographiques diffèrent. Des toponymes ont été corrigés ou adaptés, comme Faignock, remplacé par Fagnoeulle, au nord-est de Mariembourg ; Petitengh, devenu Littel Enghien ; mais Levaucan (actuellement Quevaucamps) reste inchangé.
   Il semble donc que le point de départ de Mercator fut la carte de Surhon et qu'il la repensa. Son apport étant réel, aucune allusion n'est faite au cartographe montois, ni à son fils Jean, auteur de la carte du Namurois. Ce qui nous manque, ce sont les armoiries du Hainaut et sa si jolie devise qui fleure la liberté : tenu de Dieu et du soleil. Celles du comté de Namur sont également absentes.

Bibliographie :
   - Lemoine-Isabeau (Claire), Cartes topographiques gravées du Hainaut, dans Images de Mons en Hainaut du XVIe au XIXe siècle, pp. 76-77.

200 euros (code de commande : 24406).

 

MEURISSE (Paul-Clovis) — Iconographie binchoise. Thuin, Huaux, 1938. In-8° agrafé, [10 (pp. 21-30)] p., deux planches hors texte, couverture un peu défraîchie.
   Extrait du tome VI - 1938 des Annales de la Société d'Archéologie de Binche.

12 euros (code de commande : 25525).

 

[MONEUSE (Antoine-Joseph)]. JOTTRAND (Albert) — Moneuse. Un chef de bandits sous le Directoire. [2e édition]. Bruxelles - Mons et Frameries, Bruylant - Union des Imprimeries, [1944]. In-8° broché, 134 p., illustrations hors texte, rare et en très bel état.
Table des matières :
   - Son arrestation.
   - Sa personnalité.
   - Ses lieutenants.
   - Le drame de La Houlette.
   - Chez le receveur des machines à molettes de Dour.
   - L'attaque du château des Mottes aux guides de Feignies.
  - La tragédie de chez le notaire Lehon.
   - Le procès.

25 euros (code de commande : 25601).

 

Mons & le Hainaut. Textes réunis par Catherine Gravet. Illustrations rassemblées par Christine Gobeaux. Mons, Université de Mons, 2013. In-4° broché, 175 p., nombreuses illustrations en couleurs.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à la salle Gossuin de la Bibliothèque centrale de l'Université de Mons, du 11 octobre au 16 novembre 2013.
Sommaire :
   - Le mot du recteur, par Calogero Conti.
   - Avant-propos, par Catherine Gravet.
   - Le Hainaut : un regard historico-administratif, par Hossam Elkhadem.
   - De la « vue à vol d'oiseau » au « plan géométral ». Les plans de Mons édités dans les atlas hollandais et français (1649-1736), par Christine Gobeaux.
   - Le passé s'invite toujours à la table du présent, par Marie-Thérèse Isaac.
   - La sociabilité montoise au XIXe siècle, par René Plisnier.
   - « Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire. » Antoine de Saint-Exupéry, le Petit Prince. Dialogue stellaire, par Émile Péquet.
   - Le charbon au cœur du développement du Hainaut industriel. L'exemple du bassin houiller du Couchant de Mons, par Assunta Bianchi.
   - Par des Montois, pour des Montois. Quatre siècles de théâtre à Mons, par Catherine Gravet.

32 euros (code de commande : 20939).

 

[MORLANWELZ]. HUBINON (Olivier) Morlanwelz-moderne. Morlanwelz, Geuse, 1903. In-8° broché, 80 p., illustrations.

15 euros (code de commande : 5376).

 

Moulins en Hainaut. [Bruxelles], Crédit Communal, 1987. In-4° broché, 383 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, exemplaire en très bel état.
   
Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme itinérante organisée par Hannonia et le Crédit Communal en 1987.
Table des matières :
   Préface, par François Narmon.
   Avertissement, par Jean-Marie Cauchies.
   Avant-propos, par Gérard Bavay.
   Bibliographie.
   Introduction générale : À la rencontre des moulins, par Maurice-A. Arnould.
   Qu'est-ce qu'un moulin ?, par Gérard Bavay.
      - Technologie et usages des moulins à eau et à vent, par Jean-Pierre Ducastelle.
      - Un cas de description technique : l'inventaire et l'évaluation des moulins de Belœil e, 1775, par Ernest Carlier.
   Le moulin dans son milieu : droit, économie, paysage, par Gérard Bavay.
      - Droit des moulins et banalité en Hainaut des origines à 1795, par Jean-Marie Cauchies.
      - Tentative d'abolition de la banalité du moulin sous Joseph II, par Yannick Coutiez.
      - La gestion des moulins, revenus et rendements, par Marinette Bruwier.
      - Les sites des moulins, par Robert Sevrin et Gérard Bavay.
      
Équipements et environnement urbain : les moulins de Tournai, par Christian Dury.
      - Les moulins dans la ville : le cas de Mons, par Christiane Piérard.
   Mémoire de meuniers et mémoire de moulins, par Gérard Bavay.
      - L'architecture des moulins en Hainaut, par Jean-Marie Lequeux.
      - Les moulins : signes et graffiti, par Jean-Louis Van Belle.
      - Épigraphie des moulins et des meuniers, par Ernest Carlier.
      - Iconographie des moulins, par Christiane Piérard.
      - De l'eau au moulin. Histoire d'une vie, par Jean-Marc Depluvrez.
      - La vie quotidienne du meunier dans le monde de la documentation écrite, par Jean-Pierre Vasseur.
   Aujourd'hui et demain, par Gérard Bavay.
      - Catalogue des documents iconographiques.
         I. Les moulins du Hainaut dans la longue durée.
         II. Typologie et fonctions des moulins.
         III. Les moulins dans le paysage.
         IV. Les aspects techniques.
         V. Le moulin dans son environnement social.
         
VI. Iconographie.
         VIII. Les moulins aujourd'hui.

35 euros (code de commande : 23991).

 

[MOUSCRON]. Mémoires de la société d'histoire de Mouscron et de la région. Tome XIV. Mouscron, Société d'Histoire de Mouscron et de la Région, 1992. In-8° broché, 150 p., illustrations.
Table des matières :
   - La Société d'Histoire de Mouscron et de la Région en 1991-1992, par Robert Vandenberghe.
   - Propos sur les rues personnalisées d'Herseaux, par Jean Deroubaix.
   - La reconstruction de l'église d'Evregnies incendiée par les Espagnols en 1693, par Patrick Gillard.
   - Souvenirs de la conscription napoléonienne, par Robert Vandenberghe.
   - Les écoles libres du Mont-à-Leux, de leur fondation à nos jours, par Michel Devos.
   - Enquêtes de commodo et incommodo et permis de bâtir à Mouscron entre 1904 et 1914, par Claude Depauw.
   - La bataille d'Esquelmes (20-21 mai 1940), par Philippe Michiels.
   - Luingne, il y a cinquante ans : la mort de Raymond Beaucarne et le calvaire de sa famille, par Marcel Christiaens.

10 euros (code de commande : 20962).

 

PATERNOTTE (Romain) — Histoire de Notre-Dame de Cambron et de son culte. Précédée d'une Notice sur l'Abbaye. Bruxelles, Ernult-Doncq, 1913. In-8° broché, 211 p., illustrations, ex-libris, bon exemplaire malgré quelques rousseurs.
Préface :
   Parmi les traditions et légendes relatives au culte des saints, il en est peu qui offrent un aussi vif intérêt que l'histoire de Notre-Dame de Cambron.
   Fondée au douzième siècle par saint Bernard, la célèbre abbaye cistercienne de Cambron avait été dédiée, en vertu de la charte de Charité, à la Bénie Vierge Marie. Au quatorzième siècle, après le sacrilège commis par un juif et le miracle de l'Image sanglante, elle devint le témoin d'un élan extraordinaire de piété envers Notre-Dame. De toute la Belgique et même de l'étranger l'on vit y affluer les pèlerins ; un sanctuaire s'éleva bientôt en réparation de l'outrage fait à la Vierge ; les nobles et les princes vinrent y apporter leurs offrandes, les Évêques et les Papes encouragèrent la dévotion des fidèles en leur accordant des privilèges ; et le Ciel répondit à tant de confiance et d'amour par des faveurs signalées.
   Tels sont les faits que nous nous proposons de retracer. Plus de vingt auteurs ont parlé de Notre-Dame de Cambron ; nous avons surtout puisé nos renseignements dans les ouvrages de l'abbé Le Waitte, Clément Monnier et Théophile Lejeune. Grâce à la collaboration de deux prêtres, anciens professeurs, nous avons pu mener notre travail à bonne fin et nous en éprouvons une grande joie.
   Né à quelques pas de l'ancienne abbaye, nous nous sommes plu, dès l'enfance, à recueillir avec respect les souvenirs qui se rattachent à la vie du monastère ou au culte de Notre-Dame de Cambron. Que de fois, en contemplant ces ruines majestueuses et désolées, en visitant ces tombeaux sacrés, dans lesquels reposent tant de serviteurs de Marie, que de fois ne nous sommes-nous point reporté, le cœur plein d'émotion, vers ces temps bénis où les disciples de saint Bernard, partageant leurs heures entre la prière et le travail, chantaient les louanges du Fils et de la Mère, et faisaient de la loi sainte l'unique objet de leur pensée et de leur amour !
      « Oui, c'est un vaste amour qu'au fond de vos calices
      Vous buviez à plein cœur, moines mystérieux
       La tête du Seigneur errait sur vos cilices
      Lorsque le doux sommeil venait fermer vos yeux ;
      Et quand l'orgue chantait au lever de l'aurore,
      Dans vos vitraux dorés vous la cherchiez encore ;
      Vous aimiez ardemment ; oh ! vous étiez heureux ! »
   Mais ce séjour de Cambron nous est surtout cher, parce que la Vierge sainte l'a aimé. Favorisé d'apparitions célestes, témoin de tant de merveilles de la grâce, ce petit coin de terre, jusque-là ignoré, devint illustre, sitôt que Marie eut abaissé sur lui son regard miséricordieux ; et de toutes parts, les âmes vinrent y chercher la paix et la consolation, comme si, à l'ombre du sanctuaire de Notre-Dame, elles se fussent senties mieux protégées par la Vierge et plus rapprochées de Dieu.
   Hélas ! cette piété des anciens jours, elle aussi, n'est plus qu'un souvenir ! Faut-il désespérer de la voir refleurir jamais ? Pourquoi le Ciel n'exaucerait-il pas les vœux qu'un prêtre dévot à Marie ne cesse d'offrir à Notre-Dame de Cambron ? Et le touchant spectacle de ces pèlerins des Estinnes et de tant d'autres paroisses, venus en foule, à son appel, pour renouer une tradition bien chère à leurs aïeux, ne présage-t-il pas un nouvel épanouissement du culte de Notre-Dame ?
   Pour nous, nous avons considéré comme un devoir de seconder les généreux efforts de notre Pasteur, et c'est pourquoi encore nous publions cet ouvrage.
Enfin, si les faits que nous allons rapporter, peuvent édifier quelques âmes et leur inspirer, avec une plus grande confiance en Marie, un plus ardent désir d'imiter ses vertus, quelle récompense ne sera-ce point pour nous ! Daigne Notre-Dame agréer notre pieux dessein et le réaliser Elle-même, en faisant descendre sur ces pages consacrées à sa gloire sa douce et puissante bénédiction. Teneamus eam nec dimittamus, donec benedixerit nobis : potens est enim.

25 euros (code de commande : 24780).

 

PATTEN DE CLONE (Gabrielle H.) — Deux souveraines descendantes des seigneurs d'Enghien. Marie d'Enghien, comtesse de Lecce. Élisabeth Woodville, première reine Élisabeth d'Angleterre. Bruxelles, Goemaere, 1955. In-8° broché, 176 p., illustrations hors texte, tableaux généalogiques à déplier, ex-libris, restauration d'une petite déchirure (sans perte) au premier feuillet de la couverture.
Préface de Carlo Bronne :
   « Notre Marie » disaient les gens d'Enghien de leur petite princesse devenue souveraine au loin.
   Descendant des Hauteville, qui de Normandie étaient venus se tailler des domaines dans le Sud de l'Italie, des Brienne, des Lusignan et des Tarente, Marie d'Enghien était orpheline à six ans. La mort prématurée de son frère la fit comtesse de Lecce à 17 ans. À l'âge où l'on cesse à peine de jouer à la poupée, la jeune fille joua très sérieusement à gouverner son petit État, et d'abord elle épousa un soldat doublé d'un brave homme, Raymond Orsini, de la famille provençale de Baux, qui lui donna vingt ans de quiétude et quatre enfants.
   Veuve, elle dut soutenir un siège acharné ; c'était le second que Lecce endurait depuis son avènement. Pour sauver la couronne, elle consentit à épouser l'assiégeant Ladislas, roi de Naples. Cette deuxième union fut moins heureuse que la première, encore qu'elle ne dura que huit ans. Ayant repris possession de son comté, Marie employa le reste de ses jours – elle mourut à 79 ans, en 1446 – à doter ses sujets d'institutions sages et à favoriser la renaissance intellectuelle.
   Lecce, ville des Pouilles, qui charma Paul Bourget, garde de charmants vestiges de son passé ; ils vont du romain au baroque. La poésie des lieux a séduit une grande voyageuse, à qui son esprit et sa culture ont fait des amis fidèles, Madame G. H. Patten. Elle s'est penchée sur l'histoire âpre et touchante de cette petite princesse lointaine.
   En un temps où la brutalité se mêlait aux raffinements du corps et de l'âme, l'auteur nous conte une histoire d'amour et de sang avec une érudition qui mérite le respect.
   Intéressée par la famille d'Enghien qui céda plus tard aux Arenberg ses possessions belges, Madame Patten a suivi une autre fille de cette Maison antique jusqu'en Angleterre. Elisabeth, première reine du nom, était en effet la propre nièce de Louis de Luxembourg, seigneur d'Enghien. Sa mère avait d'abord épousé un duc de Bedford, puis Richard Woodville, comblé d'honneurs par son gendre.
   Femme d'Edouard IV, la reine Elisabeth connut la tragédie dont se sont inspirés tant de peintres et d'écrivains. Les célèbres enfants d'Edouard, assassinés par ordre de leur oncle Richard, duc de Glocester, étaient les enfants de la malheureuse Elisabeth qui gardait dans un coffret les pauvres reliques de ses fils.
Tout le théâtre shakespearien nous remonte à la mémoire à l'évocation de ces drames de palais et de ces destins sinistres.
   Il faut louer Mme Patten d'avoir assemblé le puzzle compliqué des généalogies, d'avoir sorti de l'oubli des existences qui nous touchent puisqu'elles sont issues d'un sang belge. Rien de ce qui, en Italie, en Angleterre, ou ailleurs, se rattache à l'histoire de notre pays et de sa noblesse ne saurait nous être étranger. C'est pourquoi l'auteur de ce livre nourri de faits et de références a droit à la gratitude des chercheurs et aussi des simples amateurs de passé pour avoir ressuscité deux figures de femmes belles autant qu'émouvantes.

25 euros (code de commande : 24077).

 

PIRENNE (Henri) — La place du Hainaut dans l'histoire de Belgique. Mons et Frameries, Union des Imprimeries, 1929. In-8° broché, 24 p., exemplaire non coupé et en parfait état.
   Texte de la conférence donnée à l'occasion du Congrès organisé par la Fédération Archéologique et Historique de Belgique à Mons.

5 euros (code de commande : 20743).

 

PIRET (Etienne)Le grand Binche. Tome 3. Bruxelles - Stroud, Sutton - Tempus, 2009. In-8° collé, 128 p., très nombreuses reproductions photographiques, (collection « Mémoire en Images »), exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   Longtemps attendu, le Tome 3 de la collection « Mémoire en Images » consacré à Binche est enfin paru.
   Grâce aux prêts de nombreux collectionneurs, de nouveaux aspects de la vie binchoise dans le passé sont illustrés dans ce tome.
   Certaines photos ou cartes apportent de nouveaux détails à des thèmes déjà abordés dans les deux premiers tomes, mais certains documents, souvent rares ou inconnus, illustrent des nouveaux sujets.
   Ce livre n'est donc pas exhaustif mais il complète les tomes précédents sans tenir compte d'une ligne particulière au hasard des documents retrouvés.

13 euros (code de commande : 21161).

 

Promenades vertes au pays noir (Morlanwelz). Réalisé par Éducation-Environnement avec la collaboration de madame A. M Marré-Muls à l'initiative de l'Administration communale de Morlanwelz et du Syndicat d'Initiative. Morlanwelz - Liège, Administration Communale de Morlanwelz - Éducation-Environnement, 1981. In-8° broché, IX, 81 p., illustrations.
Table des matières :
   - Préface.
   - Introduction.
   - Promenade n° 1. Quelques coins de Carnières.
   - Promenade n° 2. Quelques coins de Mont Sainte-Aldegonde.
   - Promenade n° 3. Quelques coins du Bois de Mariemont.
   - Annexes :
      - Identifions nos trois érables.
      - Comment reconnaître le sureau noir.
      - Le chêne pédoncule, le hêtre, le frêne.
      - Le taillis.
      - Quelques oiseaux caractéristiques du dépôt d'immondices.
      - Bibliographie sommaire.

10 euros (code de commande : 22824).

 

[HAINAUT]. Province de Hainaut. N° 21 - Mars-Avril 1951. Mons, Fédération du Tourisme de la Province de Hainaut, 1951. In-4° agrafé, 28 p., illustrations, exemplaire en parfait état sous son emballage d'éditeur.
Sommaire :
   - Les musées, mémoire de l'Humanité, par Maurice Willam.
   - Routes et paysages du Hainaut, par Michel Hélin.
   - Les châteaux du Hainaut, par Michel Hélin.
   - Folklore du Hainaut, par Maurice Willam.
   - Multiple splendeur du Hainaut, par Maurice Willam.
   - Escaut-Sambre-et-Meuse ou pourquoi France-Belgique, par A. André.
   - La bibliothèque publique de Mons, par Maurice-A. Arnould.
   - Un de nos rares affichiers [Albert Chavepeyer] nous quitte pour les U.S.A., par E. Lempereur.
   - Fraternité des églises, par Maurice Haurez.
   - La gastronomie en diagonale, par Maurice Haurez.

5 euros (code de commande : 25384*).

 

[PUISSANT (Edmond)]. LIBIOULLE (Pierre) — L'abbé, le donjon et la poterie. Rencontre entre le chanoine Puissant et la terre de Sars-la-Bruyère (1914-1922). Eugies, Chez l'Auteur, 2012. In-4° agrafé, 64 p., illustrations en couleurs.
Avant-propos :
   Cet ouvrage n'est ni une monographie sur le village de Sars-la-Bruyère, ni une biographie sur le chanoine Puissant, ni une étude complète sur la poterie du Donjon et sa production, aujourd'hui disparue. Chacun de ces sujets mériterait à lui seul une évocation complète.
   Ce livre relate l'histoire d'une rencontre. D'une rencontre peu ordinaire. D'une rencontre dont il reste si peu aujourd'hui, hormis ce vieux donjon qui défie les siècles.
   Cette brochure n'a donc qu'une ambition, celle de vous faire revivre cette rencontre entre un personnage particulier et un village de la région de Mons, entre l'Abbé Edmond Puissant et Sars-la-Bruyère, l'espace de quelques années de leur vie respective, de 1914 à 1922.
   Années de la guerre 14-18 certes, mais années actives et déterminantes pour Sars et pour l'Abbé, malgré ou à cause de cette guerre : travaux au Donjon, débuts de la Poterie, visites d'associations ou réunions diverses,...
   Peu ou pas d'archives relatent précisément ces événements. L'abbé a laissé peu d'écrits connus et ses manuscrits conservés à l'Université de Mons ne possèdent pas un inventaire digne de ce nom. Pour les nombreux objets amassés durant sa vie de collectionneur et rassemblés au Musée Chanoine Puissant, il faut savoir que ce vénérable lieu de mémoire est aujourd'hui inaccessible et que sa réouverture n'est pas prévue à l'heure actuelle par la Ville de Mons.
   C'est donc sur base d'éléments que l'historien trouvera fragmentaires voire disparates que nous avons tenté de retrouver les traces d'Edmond Puissant à Sars-la-Bruyère.
   Nous vous demandons d'être indulgents et de considérer cet ouvrage comme une pierre à l'édifice, comme une contribution à la sauvegarde du donjon de Sars-la-Bruyère et de son site.
   Une petite pierre...
Table des matières :
   Introduction.
   Edmond-Félix Puissant : parcours résumé d'une vie (1860-1934).
   L'Abbé Puissant, à Mons et à Herchies.
      - Arrivée à Mons : un choc social (1890-1893).
      - Archéologue, bibliophile et professeur (1894-1901).
      - Des paroles aux actes (1901-1914).
   À Sars-la-Bruyère, de 1914 à 1922.
      - Premiers contacts.
      - Une « brasserie avec un donjon d'anciens seigneurs... »
      - Achat, le 3 avril 1914.
      - La situation après le 23 août 1914.
      - Travaux d'aménagement du site du donjon.
      - Activités durant la guerre.
      - Création d'une poterie.
      - Vente et départ de Sars.
   Épilogue.
   Bibliographie.

20 euros (code de commande : 19443).

 

QUAIRIAUX (Yves) — Bois-du-Luc et ses ingénieurs. Entre tradition et innovation (1882-1912). Sur les pas d'un bâtisseur visionnaire, Omer Degueldre. Sur une idée originale de Michèle Degueldre. [Genval], Become, 2016. In-8° broché, 288 p., très nombreuses illustrations et plans.
Présentation :
   En quelques années, Michèle Degueldre a réuni une documentation impressionnante concernant son arrière-grand-père Omer Degueldre, ingénieur et directeur du charbonnage du Bois-du-Luc de 1882 à 1912.
   Ces archives, tant privées (les familles apparentées) que publiques, ont été mises en œuvre par Yves Quairiaux, docteur en histoire. Ce travail colossal donne une structure solide et claire, un texte formidablement charpenté et une écriture limpide. Outre un ouvrage hyper-sérieux, avec plus de 900 notes… nous plongeons au cœur des années d'or de Bois-du-Luc, symbolisées par le savoir-faire et la créativité des ingénieurs. Nous assistons aux avancées scientifiques et sociales (brevets, habitat, hôpital, école) mais aussi aux conflits sociaux (temps de travail, sécurité). Nous déplorons les accidents et les décès, nous nous régalons des rivalités politiques, nous écoutons les fanfares et participons à la vie parfois joyeuse de la cité. Grâce aux très nombreuses illustrations originales, notre émotion se renforce car des visages apparaissent, des décors surgissent, et nous sommes là-bas, au cœur de la Wallonie industrielle, il y a déjà plus d'un siècle, un autre monde…
   Yves Quairiaux nous fournit ici un récit palpitant, riche d'évènements, de rebondissements qui en font un moment de lecture passionnant dont nous sortons comblés d'un savoir inédit.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   - Préface.
   - Introduction.
   - Préliminaires. Avant Bois-du-Luc.
   Première partie. À la conquête de la direction
      Chapitre 1. Chronique d'une carrière.
      Chapitre 2. Le pouvoir à Bois-du-Luc.
      Chapitre 3. Le temps des ingénieurs.
      Chapitre 4. Un homme d'influence.
      Chapitre 5. L'innovation technologique en marche.
   Deuxième partie. Aspects sociaux et politiques.
      Chapitre 1. Une nouvelle législation du travail.
      Chapitre 2. La situation sociale des travailleurs. Les salaires.
      Chapitre 3. Vers la loi sur la durée du temps de travail.
      Chapitre 4. Le travail des femmes et des enfants à Bois-du-Luc.
      Chapitre 5. L'action syndicale socialiste à Bois-du-Luc.
      Chapitre 6. Le syndicalisme chrétien à Bois-du-Luc.
      Chapitre 7. Les luttes ouvrières à Bois-du-Luc.
      Chapitre 8. Religion et politique.
      Chapitre 9. Le paternalisme en action. Les œuvres.
   - Conclusion.
   - Glossaire.
   - Bibliographie.

35 euros (code de commande : 24946).

 

La Révolution en Hainaut. Valenciennes, Valentiana, 1989. In-4° broché, VII, 264 p., illustrations en noir et en couleurs, couverture un peu frottée sinon bon exemplaire.
   Il s'agit du n° 3 - juin 1989 de la revue Valentiana, Revue d'histoire des Pays du Hainaut français.
Sommaire :
   Avant-propos, par J.L. Borloo.
   Préface, par L. Trenard.
   Politique.
      - MM. du Magistrat de Valenciennes pris au piège de la Pré-Révolution libérale et aristocratique (1787-1788), par P. Guignet.
      - Assemblée et doléances de la Noblesse de Valenciennes et des environs, par E. Hamoir.
      - Cahier des plaintes et doléances de la Ville de Condé conservé aux Archives de Valenciennes, par M. Jakubiak.
      - Un cahier de doléances d'une commune villageoise - L'exemple de Verchain, par F. Remy.
      - L'émeute frumentaire du 24 juillet 1789 à Valenciennes, par M. Vangheluwe.
      - La Garde Nationale et le peuple de Valenciennes : une cohabitation difficile, par F. Caron.
      - La Grève des travailleurs, par C. Wallaert.
      - Émigrés montois (1794-1796), par M. Bruwier.
      - Le sentiment révolutionnaire à Mons chef-lieu du département de Jemappes, par R. Louis.
   Révolution rurale.
      - Wallers à la veille de la Révolution, par P. Cottel.
      - Jean-Baptiste Desfontaines-Dorimont, Seigneur de Verchain 1758-1796, par F. Lamand.
      - Rombies et Marchipont pendant la Révolution, article collectif du Cercle Historique et Archéologique de Rombies et Marchipont.
      - Une exploitation agricole du Bavaisis pendant la Révolution, par M. Defossez.
   Culture et société.
      - Valenciennes et Neuchâtel : le commerce des livres prohibés dans le Nord à la veille de la Révolution, par F. Barbier.
      - L'enseignement secondaire dans le Hainaut -1789-1793, par P. Marchand.
      - Les Valenciennois de l'an IV, par M. Dechenoix.
      - Franc-maçonnerie et Révolution à Valenciennes, par J. Bournonville.
      - Une lettre de l'an VII écrite par le ministre de la Police générale et relative à la franc-maçonnerie, par M.-A. Arnould.
      - L'art du Théâtre à Valenciennes au XVIIIe siècle, par M.P. Dion.
   Religion.
      - Le commissaire civil Jasmin Lamotze et la « chasse aux saints » dans la région de Mons (juillet-novembre 1794), par A. Milet.
      - Les couvents valenciennois : leur destinée pendant la période révolutionnaire, par F. Delpouve.
      - Quelques notes concernant les biens de l'Abbaye de Saint-Saulve, par B. Dupont-Carpentier.
      - Le dernier acte d'autorité du bailli de Freslon sur l'ex-commanderie du Piéton à l'Ordre de Malte : 11 Brumaire an 14, par R. Darquenne.
   Faits militaires.
      - Marly et la prise de Valenciennes, par M. Gras.
      - Le Siège de Valenciennes et sa numismatique, par R. Jourdan.
      - Les légionnaires belges, héros oubliés en 1814 : le cas du Hainaut, par R. Darquenne.
   Arts, architecture, urbanisme.
      - De la politique urbaine à Valenciennes sous la Révolution, par V. Maliet et M. Gabriel.
      - Les saisies révolutionnaires au Musée des Beaux-Arts de Valenciennes (novembre 1989 - février 1990), par J. Kuhnmünch.
      - Architecture et décor à Valenciennes pendant la Révolution et l'Empire, par F. Machelart.
      - Contributions valenciennoises à l'iconographie révolutionnaire, par J.C. Poinsignon.
   Institutions.
      - La Douane dans le Hainaut pendant la Révolution, par J. Clinquart.
      - La descente et la fonte des cloches dans le district de Valenciennes : la fonderie de cloches de Saint-Saulve, par C. Severin.
   L'exemple du Quesnoy.
      - Le Quesnoy et la Révolution 1789-1795, par B. Debrabant.
   Bibliographie, par J.F. Hannecart.

30 euros (code de commande : 24849).

 

RINCHON (Philippe) — Les Rinchon de Thulin et leurs alliances d'après le mémorial familial de l'auteur, vérifié, complété et ordonné par François de Cacamp. Bruxelles, Genealogicum Belgicum, 1964. In-8° broché, 232 p., illustrations, XVII planches hors texte, (collection « Genealogicum Belgicum », n° 4), un des 260 exemplaires numérotés sur velin des Papeteries de La Hulpe (n° 81), ex-libris.
Extrait de l'avant-propos :
   Écrire aujourd'hui un livre, ou un simple article, sur une famille ou un groupe de familles du Hainaut, est devenu une gageure que peu de généalogistes ont osé affronter depuis que, sous les bombes incendiaires, toutes les archives de la province, et qui étaient parmi les plus riches de Belgique et de tout l'occident, ont flambé à Mons en mai 1940. Nous n'aurions osé entreprendre une telle tâche si nous n'avions eu pour nous guider et, dans une certaine mesure, suppléer à la carence des documents originaux à jamais perdus, l'album généalogique où Philippe Rinchon, au cours de la guerre de 1914-18 et dans les années qui suivirent, a consigné les résultats de ses propres recherches sur les familles dont il descendait.
   Certes, cet album, conçu à l'intention, seulement, des enfants de l'auteur, est loin de contenir toutes les précisions souhaitables. Les notices s'y présentent sous forme de tableaux en accolade, complétés d'un petit nombre de précisions biographiques et de très peu de références aux sources consultées. Les dates des naissances, mariages ou décès n'y sont pas toujours mentionnées ou ne figurent, bien souvent, que par le seul millésime. L'auteur, n'ayant pas dessein de publier ces notes, n'avait pas non plus pris le soin de recueillir méthodiquement les données d'archives constituant la preuve des filiations qu'il a établies. Dans bien des cas, cette preuve paraît d'ailleurs se limiter aux données des registres d'état-civil et des registres paroissiaux anciens. L'auteur, retenu par ses obligations professionnelles et familiales et domicilié dans l'agglomération bruxelloise, n'a guère eu le loisir de dépouiller méthodiquement les archives scabinales, féodales, judiciaires, administratives, ecclésiastiques et autres, qui étaient alors accessibles au dépôt des Archives de l'Etat à Mons. Ou du moins n'a-t-il pu le faire que pour le seul village de Thulin, son cher village natal, auquel il a consacré un livre touffu, bourré d'une documentation abondante et d'autant plus précieuse aujourd'hui que les sources en ont péri.
   Philippe Rinchon avait, en cinq cahiers munis de tables onomastiques, procédé à un inventaire analytique général des actes du greffe scabinal de Thulin conservés à Mons. Ces cahiers sont aujourd'hui perdus, comme sont perdus aussi les dix-neuf cahiers où il avait patiemment transcrit toute une série de rôles de tailles (20e, 40e, 50e ou 100e denier), s'étendant de 1575 à 1719. Quant aux archives de la cure de Thulin, qui étaient substantielles et remontaient au XVIe siècle, elles ont disparu au cours de la guerre de 1914-18.
   Ainsi, nous sommes-nous trouvé réduit à l'état-civil et aux anciens registres paroissiaux pour seule source d'information, ou peu s'en faut, c'est-à-dire à la documentation de base la plus élémentaire, celle que Philippe Rinchon avait-lui-même utilisée, de façon presque exhaustive, en constituant son album de famille. Le registre où Philippe Rinchon a reproduit un certain nombre de documents des archives paroissiales, notamment un obituaire du XVIIe siècle, nous a cependant été d'une grande utilité. Mais à cela se limite notre information, dans bien des cas, si l'on excepte un très petit nombre d'actes que nous avons trouvés dans les archives paroissiales de Montrœul ou dans la maigre série de contrats qui ont survécu, à Mons, à l'incendie de 1940 ou qui ont été acquis depuis lors par le dépôt.
   Nous avons donc conçu notre travail, avant tout, comme une œuvre de vérification des données recueillies par Philippe Rinchon, qu'il nous a fallu, d'autre part, ordonner selon la disposition classique de l'édition de notices généalogiques, et compléter, dans la mesure du possible. L'auteur, sans avoir la notion exacte de ce qu'est un tableau de quartiers, avait, cependant, recueilli des matériaux d'information concernant la plupart des familles dont il descendait. Nous n'avons eu qu'à reprendre son dessein et à le prolonger, de façon un peu plus systématique qu'il n'avait fait, mais sans pouvoir y ajouter rien de très important. Il avait lui-même prospecté les registres paroissiaux anciens de plusieurs communes autour de Thulin, ou bien, recueilli d'autres chercheurs, le fruit de leur enquête sur certaines familles, par exemple, de Théodore Bernier, des données sur les Baudour d'Angre, et de son cousin, le notaire Edouard Gosselain, des informations sur les filiations des Descamps de Belœil et familles alliées.
   Le texte que nous publions est donc un amalgame où il serait bien difficile désormais, autant qu'inutile, de distinguer ce qui est l'œuvre de Philippe Rinchon ou l'œuvre de son continuateur. Nous n'avons eu d'autre souci que de compléter et de prolonger l'œuvre de cet homme, que nous n'avons pas connu de son vivant, qui aurait pu être notre grand-père, mais que nous avons appris à connaître, à estimer et à aimer au travers de son œuvre d'écrivain de terroir, ou nous avons pu constater l'honnêteté de sa démarche intellectuelle, la droiture et la simplicité de son jugement, et son émouvante fidélité aux valeurs morales et spirituelles qui étaient l'armature de sa vie comme elles avaient été celle de ses ancêtres.
   En fait, toutes les données recueillies par Philippe Rinchon ont été vérifiées aux sources encore existantes et, dans une certaine mesure, complétées. Au cours de notre enquête, nous nous sommes, dans bien des cas, heurté aux mêmes obstacles qu'il avait rencontrés : l'absence de registres paroissiaux assez anciens, pour certaines communes comme Élouges et Hautrage, l'absence de monographies communales suffisantes, la carence presque complète de monographies relatives aux grandes familles rurales du Hainaut, Dans presque tous les cas, lui ou moi sommes partis de zéro.
   On ne s'étonnera donc pas de trouver ici une série de monographies très inégalement développées. D'une part, nous nous sommes davantage attaché, comme il convenait, aux familles les plus prochement apparentées aux Rinchon ou aux Baudour et, beaucoup de ces familles étant thulinoises d'ancienneté et maintes fois alliées entre elles, il en est résulté que nous avons exploité au maximum les registres paroissiaux de Thulin, dont nous avons fait passer dans ce livre une bonne partie de la substance; d'autre part, nous nous sommes heurté, au cours de notre enquête sur les familles qui ont vécu en d'autres communes, à des impasses dues soit à la carence des registres paroissiaux, soit à une très grande prolifération de certaines familles, comme les Patte de Pommerœul, les Baudour à Angre, et donc à l'impossibilité de distinguer les homonymes par les seules données des registres paroissiaux, alors que toute autre source d'information faisait presque totalement défaut.
   Dans certains cas, la nécessité de contenir notre enquête dans certaines limites, ne nous a pas permis de pousser la recherche dans certaines directions. C'est ainsi que nous avons dû renoncer à rechercher, en Hainaut français, autour de Maubeuge, l'ascendance de Marie De L'Hostellerie, épouse Hubert. Espérons que d'autres chercheurs y suppléeront un jour.
   Nous avons finalement abouti à des monographies dont certaines sont très brèves, faute de plus ample information, d'autres, plus étendues et relatant de façon complète les filiations et les alliances d'une famille ou d'un rameau pendant plusieurs générations. C'est le cas des notices sur les Rinchon, les Patte (à Thulin), les de Hainin, les Lestrade, les Tromont, les Hallez. Mais il a fallu, en plus d'un cas, couper court à l'exposé des filiations dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ou au XIXe siècle, tenu que nous étions de ne pas étendre cette publication au delà de certaines limites imposées par des raisons pratiques.

40 euros (code de commande : 24952).

 

RINCHON (Philippe) — Thulin, sa géographie, son histoire. Monographie nouvelle. Chièvres, Delzenne-Viseur, 1925. In-8° broché, X, 350 p., note manuscrite à la seconde page de couverture, ex-libris manuscrit à la page de faux-tittre, couverture défraîchie.
Avis au lecteur :
   À la suite de ma première notice sur Thulin parue dans le bulletin de la Société Royale Belge de Géographie, n° 1 de Janvier-Février 1887, j'ai reçu quelques félicitations émanant des archéologues marquants du pays et notamment celles du célèbre paléographe, généalogiste et historien Bernier m'engageant à persévérer dans mes recherches. M. le docteur Elie Bélanger, premier échevin de Thulin, ayant l'instruction publique dans ses attributions, m'engagea aussi à la faire réimprimer et cela à différentes reprises, me promettant qu'il la ferait distribuer comme prix aux élèves des écoles de notre belle commune.
   Je me fais donc un devoir de présenter mon nouveau travail à mes chers concitoyens, qui, en me lisant, verront que mon amour pour mon pays natal est sincère et n'a fait que croître et s'affermir de plus en plus !
   Si dans ce nouvel exposé, j'entre dans les plus minutieux détails, que le lecteur veuille se reporter aux instructions adressées par le Comité des travaux historiques et scientifiques, aux correspondants de l'instruction publique et des beaux-arts de France (Paris, Lacroix, 1890), où M. Léopold Delisle écrivait naguère ce qui suit : il ne faut pas oublier que l'éclaircissement de beaucoup de questions, même secondaires, des annales d'une province, d'une ville, ou d'une abbaye, fournit des jalons précieux soit pour la géographie, soit pour la chronologie, et que la connaissance exacte des anciennes institutions repose presque toujours sur l'étude de détails qui, isolément, semblent dénués de valeurs !
   À mon avis, cette remarque est rigoureusement exacte et combien profonde ; elle met à néant les critiques parfois acerbes et sottes à l'égard de nos archéologues disparus qui ont peiné et mis au jour tant de renseignements précieux sur les faits et gestes de nos aïeux. Beaucoup de détails ont donc leur utilité dans une monographie ; c'est l'apport des petits ruisselets à la formation d'un plus grand fleuve.
   Comme je n'aime pas de distraire mes lecteurs par l'abondance d'indications des sources au bas de chaque page, autant que possible je les renseigne dans le corps même de l'ouvrage, de cette façon j'empêche cette distraction parfois pénible ; car on est toujours tenté de recourir à ces preuves multiples exigées de nos jours pour être admis comme historien impeccable ; pour le surplus, revoir sous la rubrique Archives communales à l'article VIII, tous les documents historiques compulsés et transcrits par moi pendant la guerre européenne (1914-1918), ce qui m'a permis de donner de l'ampleur à la présente monographie sur Thulin.

20 euros (code de commande : 22891).

 

ROLAND (Edm.) et ROLAND (Marie) — Les comptes de la Massarderie de la ville de Braine-le-Comte. Soignies, Cercle Archéologique de Soignies, 1974. In-8° collé, [38] p., illustration hors texte.
   Il s'agit d'un extrait du tome XXVII des Annales du Cercle archéologique de Soignies, 1973-1974, pp. 44-82.
Extrait :
   Les Archives générales du Royaume conservent, dans le dépôt de la Chambre des Comptes, sous les numéros d'ordre de 39.413 à 39.437, vingt-cinq comptes anciens de la massarderie de la Ville de Braine-le-Comte. Les comptes les plus anciens couvrant chacun une année d'exercice commençant au premier mars jusqu'à pareille date de l'année suivante, s'échelonnant de 1389, ancien style, à 1395. La seconde série, soit seize comptes, prenant cours à la Toussaint jusqu'à la Toussaint suivante, va de 1396 à 1413. Le compte du 1er mars 1395 au 1er novembre 1395 et celui de cette dernière date à la Toussaint 1396 sont perdus ; celui de 1400 à 1401 manque aussi. Nous trouvons enfin un compte pour l'exercice du premier novembre 1495 à la Toussaint 1496 et deux autres commençant ceux-ci au premier janvier et se rapportant aux années 1762 et 1769.
   Ils sont rendus au châtelain, aux mayeur, échevins, jurés et communauté de la ville. Bien qu'intitulés « comptes des maltôtes » du moins de mars 1390 n.s. à la Toussaint 1400 ; il s'agit en réalité des revenus appartenant à l'office de la massarderie comme nous le voyons à partir de l'année 1401.
   Les massards sont : du 1er mars 1389 a.s. à mars 1390 : Robiers Mouton ; du 1er mars 1390 à la Toussaint 1400 : Colars de le Ruelle ; du 1er novembre 1400 à 1408 : Jehans Erbaus ; de Toussaint 1408 à 1413 : Jehan le Cambier ; pour 1495-96 : Nicaize le Tondeur ; pour l'année 1762 : Pierre-Vincent Dubois ; et pour l'année 1769 : Toussaint-Joseph Olivier.
   En réalité, pour les comptes des 14e et 15e siècles, les revenus de la ville n'étaient constitués que par les maltôtes des vins, des cervoises, des miels, du vif avoir et de la draperie. Nous donnons en tableau, pour chaque compte, les recettes et dépenses de chaque exercice et aussi le produit des maltôtes du vin, des cervoises et des miels ou de l'hydromel ; on verra ainsi que les taxes sur les boissons constituaient le plus clair des revenus de la ville. On peut constater que le produit de la maltôte de la cervoise, contrairement à ce que l'on peut voir dans les autres villes, était presque le double, à partir de 1400, de celle du vin, ce qui indique que la production et la consommation de la bière dans cette localité, sont en augmentation.
   Nous ferons suivre ce tableau d'une analyse sommaire des différents comptes qui nous fourniront, du moins je le pense, des renseignements utiles sur l'histoire de cette ville.
   Tous ces comptes étaient rendus en monnaie courante exprimée en livres, sols et deniers tournois.

12 euros (code de commande : 23515).

 

ROLLAND (Jean) — Images d'autrefois. À l'ombre du Beffroi. Baudour. Quaregnon. Saint-Ghislain. Frameries, Union des Imprimeries, 1941. In-8° broché, 82 p., quelques illustrations, rousseurs à la couverture, cachet ex-libris sur la page de titre.
Table des matières :
   - Étymologie de Baudour.
   - La terre et pairie de Baudour.
   - Analyse des Droits et Hauteurs de la Seigneurie de Baudour.
   - Sceau Échevinal et Armoiries de Baudour.
   - Le nom de Quaregnon. Son étymologie.
   - Le Château du Diable à Quaregnon.
   - La Seigneurie de Sa Majesté le Comte de Hainaut à Quaregnon.
   - L'Abbaye de Saint-Ghislain.
   - La Rafle miraculeuse - Saint Ghislain jouant aux dés avec le diable.
   - Louis XIV et le cardinal Mazarin à Saint-Ghislain.
   - Histoire admirable d'un esprit qui a paru souvent de nuict au monastère de Saint-Ghislain, au mois de février 1656.

18 euros (code de commande : 25096).

 

ROLLAND (Paul) — Histoire de Tournai. 2e édition. Tournai, Casterman, 1957. In-8° sous cartonnage illustré et jaquette d'éditeur, 336 p., illustrations hors texte dont un plan à déplier in fine.
Table des matières :
   Préface - Avertissement.
   L'Âge épique (La Fin de l'Antiquité).
      I. Les origines légendaires.
      II. Les origines réelles. La période gallo-romaine.
      III. Les origines royales. La période franque.
   L'Âge héroïque (Le Moyen Âge).
      IV. Le gouvernement des évêques.
      V. La naissance de la commune.
      VI. Philippe-Auguste et l'affirmation française.
      VII. Le beau règne de saint Louis.
      VIII. Philippe le Bel et la plénitude des forces.
      IX. Le siège de 1340 et l'apogée des pouvoirs.
      X. Les antécédents démocratiques et monarchiques.
      XI. La victoire et le régime des métiers.
      XII. L'interrègne anglais.
      XIII. L'annexion aux Pays-Bas espagnols.
      XIV. Les troubles religieux et politiques du XVIe siècle.
   L'Âge classique (Les Temps Modernes).
      XV. La convalescence sous les Archiducs.
      XVI. Le grand règne de Louis XIV.
      XVII. Les Autrichiens, Louis XV et Fontenoy.
      XVIII. Les bienfaits de Marie-Thérèse.
      XIX. La Révolution brabançonne.
      XX. La Révolution française et l'Empire.
      XXI. Le régime hollandais et la Révolution belge.
      XXII. Tournai dans le royaume de Belgique.

25 euros (code de commande : 23733).

 

ROUSSELLE (Hippolyte) — Les illustrations militaires du Hainaut, par M. Hippolyte Rousselle, Avocat, Président de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut. Discours prononcé à la séance anniversaire de cette Société, le 9 octobre 1857. Mons, Masquillier et Lamir, 1858. [Mons. / Imp. de Masquillier & Lamir, Grand'Rue, 25. / 1858.] In-8° broché, tranches dorées, 44, [2 bl.] p., exemplaire imprimé sur papier rose, rare.
Extrait :
   Dans les annales de la civilisation européenne, la Belgique figure avec honneur parmi les nations les plus dévouées au culte des arts, des lettres et des sciences. Citée comme une des premières qui se soient mises à l'œuvre pour défricher le vaste champ des connaissances humaines, elle y a laissé une large trace de son persévérant et fécond labeur. Il est peu de progrès dans le monde intellectuel auxquels elle n'ait contribué ; aussi, doit-elle s'honorer de ses enfants et, embrassant d'un coup d'œil l'histoire des siècles, montrer avec un légitime orgueil ses artistes, ses historiens, ses poètes, ses savants.
   Fière de son concours à l'œuvre de l'intelligence, la Belgique peut se glorifier aussi des services qu'elle a rendus à la cause de la civilisation. N'est-ce pas elle, en effet, qui donna le signal de l'émancipation sociale au moyen-âge, et n'est-ce pas chez elle qu'apparut l'aube de la liberté communale ?
   Avides de gloire et jaloux d'indépendance, les Belges, chaque fois qu'il leur a fallu recourir à la force, ne se sont pas moins distingués dans la carrière militaire que dans les carrières pacifiques.
   De temps immémorial, à toutes les époques de leur histoire, ils ont été renommés pour leur incontestable bravoure. Sans remonter aux siècles reculés où, sous la bannière des Brennus, ils pénétraient en vainqueurs dans la Macédoine, la Thessalie, la Grèce, et où ils entraient victorieux dans Rome, nous les voyons, lors de l'expédition romaine dans les Gaules, mériter d'être appelés par César les plus braves parmi les braves Gaulois. De nos jours, Napoléon Ier les qualifiait d'invincibles. Glorieux témoignages des deux plus grands capitaines des temps anciens et des temps modernes !
   Si nous ne consultions que notre patriotisme, nous entreprendrions peut-être de faire passer sous vos yeux le magnifique tableau de la gloire militaire du pays tout entier ; mais nous devons renfermer notre discours dans un cadre plus étroit, et nous borner à vous parler aujourd'hui des illustrations militaires du Hainaut.

25 euros (code de commande : 25627).

 

ROY (Marcel)Le Patrimoine artistique louviérois. La Louvière, 1963. In-8° broché, 255 p., 32 planches hors texte, fort bon exemplaire (malgré le dos bruni) en partie non coupé.
Table des matières :
   - Liminaire.
   - Message.
   - Préface.
   Première partie. Évolution du mouvement artistique à La Louvière et dans le Centre.
      - Préambule.
      - Climat.
      - Inventaires.
      - Les promoteurs.
      - Les cercles d'Art.
      - Le musée.
      - Les galeries d'Art.
      - L'apport régional.
   Deuxième partie. Initiation - invitation (suivent les illustrations).
   Troisième partie. Le répertoire des œuvres.
      - Avertissement.
      - Les Artistes représentés au Musée communal (1901 à 1960).
      - La collection Marguerite et Michel Bernier.
      - Bibliographie.
      - Index des artistes.
      - Index des citations.

40 euros (code de commande : 24875).

 

SCAFF (Willy) — La sculpture romane de la cathédrale de Tournai. Préface de Jacques Lavalleye. Tournai, Casterman, 1971. In-8° broché, 295, [47 (illustrations] p., V planches hors texte à déplier, ex-dono à la page de garde.
Extrait de l'avant-propos :
   Des ouvrages nombreux et variés ont déjà été consacrés à la cathédrale Notre-Dame de Tournai. Les problèmes relatifs à la structure et au style des éléments architectoniques retenaient surtout l'attention de leurs auteurs, tandis que l'étude approfondie et critique de la décoration sculptée s'y voyait réduite à la portion congrue, voire tout à fait négligée.
   Dès lors, il s'avérait utile de dresser un inventaire systématique et exhaustif des éléments plastiques conservés, de procéder à leur analyse détaillée, d'établir une somme des interprétations et des hypothèses qu'ils avaient suggérées depuis près d'un siècle et demi, de les confronter avec les œuvres qui, à travers le temps et l'espace, pouvaient leur être comparées avec quelque pertinence, de présenter à leur sujet un essai de synthèse substantielle et cohérente.
   Nous limitant aux seuls éléments romans, sans conteste les plus mal connus mais aussi les plus importants, nous avons tenté de réaliser cette synthèse. Au moment de la livrer au lecteur, nous nous voyons contraints de constater qu'elle comporte plus d'interrogations que d'affirmations, plus de problèmes soulevés que de solutions offertes, bien qu'elle soit le fruit de recherches longues et patientes.
   La raison en est que nous nous sommes heurtés à des obstacles divers et insurmontables : l'état de détérioration accentué des œuvres monumentales décrites et la disparition d'une notable partie d'entre elles, l'indigence profonde dans le domaine des documents scripturaires anciens et en particulier l'absence complète de toute source d'archives, l'ignorance dans laquelle nous nous trouvons du degré de développement exact de l'art roman dans l'école du nord de la France (Champagne, Ile-de-France, Picardie) dont tous les grands sanctuaires contemporains de la cathédrale de Tournai ont disparu.

25 euros (code de commande : 19997).

 

Séminaire de Tournai. Histoire - Bâtiments - Collections. Sous la direction de Monique Maillard-Luypaert. Leuven, Peeters, 2008. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, XLII, 279 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, exemplaire en parfait état.
Table des matières :
   - Préface, par G. Harpigny.
   - Introduction, par M. Maillard-Luypaert.
   - Bibliographie.
   Première partie. Du collège des Jésuites au séminaire de Monseigneur Hirn.
      1. Le séminaire épiscopal de Tournai sous l'Ancien Régime. Esquisse historique, par Ph. Desmette.
         1.1. Le collège des Jésuites.
         1.2. Le séminaire de Choiseul.
            1.2.1. Le séminaire provincial.
            1.2.2. Le séminaire diocésain à Douai et à Lille.
            1.2.3. Le séminaire à Tournai
         1.3. Troubles et renouveau.
      2. Le nouveau séminaire épiscopal de Tournai. Une histoire à écrire, par M. Maillard-Luypaert.
   Deuxième partie. Les bâtiments résidentiels, l'église et le jardin.
      1. Les bâtiments résidentiels et l'église, par P. Anagnostopoulos, F. Tourneur et J.-L. Vanden Eynde.
         1.1. Le contexte au XVIe siècle.
         1.2. La première campagne de construction.
            1.2.1. La première chapelle et l'église de 1605.
               1.2.1.1. L'édifice proprement dit.
               1.2.1.2. La tribune occidentale. Essai d'interprétation de son architecture.
            1.2.2. Les deux premières ailes de 1640.
            1.2.3. La cour et les ailes de 1663 et 1679.
            1.2.4. Les travaux des Jésuites au XVIIIe siècle.
         1.3. Les transformations des XIXe et XXe siècles.
            1.3.1. L'église, le mobilier et la décoration.
            1.3.2. Les agrandissements des bâtiments résidentiels.
      2. Le jardin, par O. De Bruyn.
         2.1. Le XIXe siècle.
         2.2. Les premières décennies du XXe siècle.
         2.3. L'après-guerre.
   Troisième partie. Les collections.
      1. Les collections archéologiques, par S. Challe et J. van Heesch.
      2. Les archives, par M. Maillard-Luypaert.
      3. La bibliothèque.
         3.1. Les manuscrits, par P.-M. Bogaert, A. De Coster, J.-B. Lebigue, J. Leclercq-Marx, E. Livens, L. Reynhout, N. Thys, F. Tixier et D. Vanwijnsberghe.
         3.2. Les incunables et les post-incunables, par R. Adam.
         3.3. Les autres livres imprimés anciens, par Ph. Desmette.
         3.4. Les gravures et les estampes, par A. Delvingt et D. Martens.
         3.5. Les reliures anciennes, par A. De Coster.
      4. Les collections artistiques.
         4.1. Les peintures, par A. Delvingt, Y. Kairis, D. Martens, S. Le Bailly de Tilleghem, L. Serck et C. Van de Velde.
         4.2. Les sculptures, les ornements et le mobilier fonctionnel sculptés, par L. Hadermann-Misguich, A. Jacobs et M. Lefftz.
         4.3. L'orfèvrerie et les arts du métal, par S. Balace, J. Lefrancq et J.-L. Vanden Eynde.
         4.4. Les vitraux, par I. Lecocq.
         4.5. Les orgues, par S. Detournay.
         4.6. Les céramiques, par C. Dumortier.
         4.7. Les textiles, par F. Pirenne.
   Index des noms de personnes et de lieux.
   Table des pièces présentées dans les notices.

55 euros (code de commande : 20059).

 

SIRJACOBS (Isabelle) — Le patrimoine de La Louvière. Namur, Institut du Patrimoine Wallon, 2016. In-8° agrafé, 64 p., nombreuses illustrations en couleurs, (collection « Carnets du Patrimoine », n° 135).
En quatrième de couverture :
   La Louvière a cette particularité de rassembler plusieurs témoignages emblématiques de son passé de ville neuve. Née au XIXe siècle, pour et par l'industrie, la cité des loups arbore aux côtés de ses sites labellisés « UNESCO », à savoir le canal du Centre historique et le site minier du Bois-du-Luc, un panel de traces immuables laissées dans le paysage par les diverses activités qu'elle a menées. Un patrimoine qui se décline au gré de plusieurs qualificatifs tant les témoignages sont riches et variés sur l'ensemble de son territoire. Qu'il soit rural, industriel, religieux, naturel, paysager, architectural ou culturel, le patrimoine louviérois confirme bel et bien que tes villes neuves ont aussi un passé. Bon voyage !
Table des matières :
   - Introduction : les patrimoines d'une ville neuve.
   - Le patrimoine rural.
   - Le patrimoine industriel.
      - Le site minier du Bois-du-Luc.
      - Le Centre Keramis.
   - Le patrimoine religieux.
   - De l'ancien au nouveau canal du Centre, un patrimoine audacieux porté par l'eau.
   - Le patrimoine naturel et paysager.
   - Un patrimoine récent : les bâtiments et monuments publics.
      - Le MiLL, Musée lanchelevici.
   - Et pour quelques briques en plus... l'habitat louviérois.
      - Le Centre Daily-Bul & C°, une pensée, une revue, une maison d'édition.
      - Le Centre de la Gravure et de l'Image imprimée.
   - Orientation bibliographique.

6 euros (code de commande : 24947).

 

[SOCIÉTÉ DES SCIENCES, DES ARTS ET DES LETTRES DU HAINAUT]. Cinquantième anniversaire de la fondation de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut (1833-1883). Mons, Dequesne-Masquillier, 1884. [Mons / Dequesne-Masquillier, Imprimeur-Éditeur / 1884.] In-8° broché, 100, [2 bl.] p., couverture un peu défraîchie.
Table des matières :
   - Cinquantième anniversaire. Séance publique du 28 octobre 1883.
   - Discours du Président [P.-E. De Puydt].
   - Raport du Secrétaire Général [A. Houzeau de Lehaie] sur les concours de 1880, 1881, 1882 et 1883.
   - Littérature et poésies :
      - La genèse d'un crime, par Émile Valentin.
      - Le livre, par Hippolyte Laroche.
      - Quatrains, par Hippolyte Laroche.
      - Stances âmes vénérés et chers parrains de la Société des Sciences,des Arts et des Lettres du Hainaut, Monsieur De Puydt, Monsieur Antoine Clesse, et monsieur Émile Valentin, à l'occasion du Cinquantenaire de la fondation de la Société, par A. Van Weddingen.
      - Souvenir de Modave (Condroz), par Guillaume Stanislas.
      - Élucubration d'un 3me clerc, par Guillaume Stanislas.
      - Promenade à Hyon, par Antoine Clesse.
   - Du mouvement des idées depuis 1830, par L. Michot.
   - Liste des membres de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut, au 31 décembre 1884.

15 euros (code de commande : 24764).

 

Soignies. Mons et Frameries, Union des Imprimeries, 1928. In-8° broché, 15, 23, 2, 2, 89 p., illustrations et 22 planches hors texte, rousseurs éparses, bel exemplaire non coupé.
   Cet ouvrage a été publié à l'occasion du Congrès Archéologique et Historique de Mons.
Sommaire :
   
1. Soignies, par l'abbé J. Desmette.
   2. La Collégiale Saint-Vincent, par le chanoine R. Maere.
   3. La « mise au tombeau » de la Collégiale Saint-Vincent.
   4. La vierge de la Collégiale Saint-Vincent et la vierge de Bonne-Espérance, par le comte J. de Borchgrave d'Altena.
   5. Les objets d'art et d'antiquité du canton de Soignies, par E.-J. Soil de Moriamé.

20 euros (code de commande : 20768).

 

Soignies et sa région dans la Grande Guerre. Sous la direction de Madeleine Jacquemin et Pierre-Jean Niebes. Soignies, Cercle Royal d'Histoire et d'Archéologie du Canton de Soignies, 2014. Grand in-8° collé, 416 p., illustrations.
Sommaire :
   Avant-propos.
   - La Grande Guerre à Soignies.
      - Chronique d'une ville occupée, par Pierre-Jean Niebes.
      - Une administration communale sur le pied de guerre. Les édiles sonégiennes confrontés à l'occupation, par Marie Naeyaert.
      - « Souvenir des années les plus tristes de ma vie ». Aperçu du ravitaillement à Soignies durant la Grande Guerre, par Florence Matteazzi.
      - Les industries sonégiennes durant la Grande Guerre, par Isabelle Sirjacobs.
      - Vie d'une société d'archers à Soignies durant la Grande Guerre, par Pascal Cools.
      - Casteau dans la Grande Guerre, par Stéphane Descamps.
      - Neufvilles. Un village dans la Grande Guerre, par Pierre-Jean Niebes.
      - Naast dans la tourmente. Quelques jalons entre 1914 et 1918, par Patrick Brison.
   - La Grande Guerre des combattants.
      - Les soldats sonégiens morts durant la Première Guerre mondiale. Approche biographique, par Madeleine Jacquemin et Pierre-Jean Niebes.
      - Un témoignage inédit et fort. Le carnet de guerre d'Émile Delvienne, mitrailleur de l'armée belge originaire d'Écausssinnes, par Pierre-Jean Niebes.
      - 1914-1918 : une guerre imposée, une guerre subie. L'histoire de ma famille. Souvenirs de mon père, Jules Burrion, membre du Corps Expéditionnaire belge des Autos Canons Mitrailleuses en Russie, par Jacqueline Watrin-Burrion.
      - La guerre de Georges, brigadier de cavalerie. Un témoin brainois entre l'Yser et le Rhin (26 juillet 1914-6 août 1919), par Gérard Bavay.
   - L'après-guerre.
      - La mémoire sonégienne de la Grande Guerre au travers des monuments de Neufvilles, Naast et Thieusies, par Céline Gousset.
      - Inventaire des monuments aux morts de l'entité de Soignies, par Florence Matteazzi.
      - Guerre et Peste, par Stéphane Descamps.
   - Annexe..
      - Liste des déportés de Soignies à Soltau, par Paul Jacquemin et Christine Piérart.

20 euros (code de commande : 22484).

 

[SOIGNIES]. La collégiale Saint-Vincent de Soignies. Un quart de siècle de restauration 1985-2009. Ouvrage réalisé sous la direction de Jacques Deveseleer. Soignies, Les Cahiers du Chapitre, 2009. In-4° broché, 285 p., très nombreuses illustrations en couleurs.
Extrait de l'introduction (pp. 13-14) :
   La collégiale romane Saint-Vincent de Soignies vient de vivre une page importante de son histoire architecturale. En effet, la complète remise en état de ce monument millénaire, entamée à l'initiative de la Ville de Soignies et sous la direction de l'architecte Gh. Ferain il y a près de vingt-cinq ans, est la plus large que le bâtiment ait connue. La précédente « grande restauration », menée entre 1898 et 1904, était également ambitieuse mais s'était quant à elle limitée aux nefs.
   Ainsi la réouverture de l'édifice, à l'Ascension 2009, après deux ans d'intenses travaux intérieurs, marque-t-elle à la fois la fin de cette campagne mais également l'aboutissement d'un projet d'envergure et de longue haleine. Pour mesurer le chemin parcouru, il convient de se rappeler que la première phase de travaux, de 1985 à 1990, concerna tout d'abord la tour lanterne avec ses clochetons. Le chantier de réparation-réfection de la charpente, entièrement déposée, fut installé sur la Grand'Place même par l'Entreprise Bajart de Floreffe, qui a œuvré de bout en bout à cette restauration de la collégiale. Parallèlement, l'intérieur de la chapelle du Saint-Nom fut entièrement rénové, tandis que les travaux extérieurs s'attachaient à la remise en état des charpentes, toitures et maçonneries de tous les corps de bâtiments, hormis la tour occidentale. En effet, celle-ci nécessita de telles interventions qu'elle fit l'objet d'un dossier séparé et d'une deuxième phase de travaux, étalée entre 1993 et début 2004 : dix ans !
   La dernière phase, de 2007 à 2009, a été menée plus rondement, endéans les 400 jours ouvrables initialement prévus. Le programme d'intervention a visé toutes les composantes intérieures de l'édifice : réparation et/ou renouvellement des enduits muraux et badigeons, remplacement des plafonds de la nef et des galeries sur les bas-côtés, restauration de toutes les boiseries des 17e et 18e siècles, renouvellement complet de l'installation électrique et de l'éclairage, restauration de certaines œuvres peintes ou sculptées, construction de locaux fonctionnels annexes, etc.
   L'objet du présent ouvrage est de présenter les différentes facettes de cette restauration, afin de conserver la mémoire du chantier, de consigner les apports nouveaux à la connaissance du bâtiment, de faire part d'une expérience singulière, dont d'autres restaurations sur un monument exceptionnel pourraient tirer quelques enseignements. C'est donc bien plus qu'un compte-rendu descriptif des travaux. L'exposé se fait volontiers explicatif, critique ou exploratoire.
Table des matières :
   - Préface, par Marc de Saint-Moulin, bourgmestre de Soignies.
   - Introduction, par Jacques Deveseleer.
   - La collégiale Saint-Vincent de Soignies, un témoin exceptionnel de l'architecture médiévale, par Jacques Deveseleer.
   - La « grande restauration » de 1898-1904, par Caroline Balate et Jacques Deveseleer.
   Première partie : La restauration extérieure (1985-2004), par Caroline Balate et Jacques Deveseleer.
   - 1985-1990. La tour lanterne, les autres corps de bâtiments et la chapelle du Saint-Nom.
         - Introduction.
         - Tour lanterne. Charpente - Couverture - Maçonneries.
         - Autres corps de bâtiments. Charpentes - Couvertures - Parements - Vitraux.
         - Chapelle du Saint-Nom. Description - Restauration.
   - 1993-2004. La tour occidentale.
         - Introduction.
         - Maçonneries. Parements - Tourelles et contreforts - Fenêtre ouest - Pistes ouvertes.
         -  Charpente. Datation - Typologie - Fonction - Restauration.

   Seconde partie : La restauration intérieure (2007-2009).
      I. Les découvertes archéologiques.
         - Introduction
         - La
confessio retrouvée du choeur liturgique de la collégiale Saint-Vincent de Soignies, par Jean-Claude Ghislain.
         - Les pierres de la crypte de la collégiale Saint-Vincent, indicateurs de la tectonique du sous-sol de Soignies, par Sara Vandycke.
         - Le décor pariétal du chœur, par Jean-Claude Ghislain.
         - Les peintures murales du chœur, par Stéphanie Moris.
         - Les anciens décors peints du transept, par Christine Bertrand.
         - Les peintures murales découvertes dans les bras de transept, par Stéphanie Moris.
         - Approche archéologique des plafonds de la nef et des galeries, par Jacques Deveseleer.
         - La fouille du sol des galeries, par Cécile Ansieau.
         - Pour le ferme des jurés. Les chirographes de la galerie nord, par Gérard Bavay.
         - La tourelle d'escalier au nord de la tour occidentale.
            - Introduction, par Jacques Deveseleer.
            - La redécouverte de la tourelle, par Cécile Ansieau.
            - La construction de la voûte hélicoïdale, par Frans Doperé.
      II. Les études techniques.
         - Réparation des enduits dans le transept et dans le chœur, par Jean-Christophe Scaillet.
         - Stratigraphie des enduits et badigeons dans le transept, par Christine Bertrand.
         - Sondages effectués sur les stucs de l'offranderie et de la sacristie, par Stéphanie Moris.
         - Typologie et dendrochronologie des charpentes, par Caroline Balate et Jacques Deveseleer.
      III. Les restaurations.
         - Le mobilier, parure baroque de la collégiale romane, par Jacques Deveseleer avec la collaboration de Christophe Sarot.
         - La restauration des dorures et polychromies sur bois, par France Vicat.
         - La problématique de la restauration et de la mise en valeur des peintures murales du chœur de la collégiale, par Florence Noirhomme.
         - Le traitement des voûtes du transept, par Jacques Deveseleer.
         - Le renouvellement des plafonds de la nef et des galeries : un impact visuel considérable, par Jacques Deveseleer.
         - Un sol nouveau dans les galeries surmontant les bas-côtés, par Jacques Deveseleer.
   - Postface.
   - Glossaire.

35 euros (code de commande : 14513).

 

[SOIGNIES - CERCLE ARCHÉOLOGIQUE]. Statuts du Cercle archéologique du canton de Soignies. Soignies, Noefnet, 1893. [Soignies / Typographie Ve O. Noefnet. / 1893.] In-8° agrafé, [1 (titre)], [1 bl.], 10, [4 bl.] p., on joint le feuillet volant précisant la fréquence des réunions du comité du Cercle.
Sommaire :
   I. Nom et but de la Société.
   II. Composition de la Société.
   III. Droit d'entrée & cotisation.
   IV. Administration.
   V. Séances.
   VI. Collections.
   VII. Publications.
   VIII. Dispositions générales.

5 euros (code de commande : 24727).

 

[SOIGNIES - CERCLE ARCHÉOLOGIQUE]. Annales du Cercle Archéologique du Canton de Soignies. Tome XVII. 1957. Soignies, Cercle Archéologique du Canton de Soignies, 1957. In-8° broché, 157 p., exemplaire en très bel état.
Table des matières :
   - La vie du Cercle.
   - Les Heures brainoises d'un jeune vaurien
, par A. Boisdenghien.
   - Le Carillon de Soignies, par Léon Destrait.
   - Essai de chronologie concernant les fortifications de la ville de Soignies
, par Ed. Roland.
   - Les mœurs au XVIe siècle
, par Léon Destrait.
   - Histoire de Ronquières
, par Émile Landercy.
   - Les biens d'église de Carnières
, par R. Riche.
   - La Famille de Sirieu dit Canebustin
, par René Goffin.
   - Procès de sorcellerie à Strépy-Bracquegnies en 1615
, par M.-G.-A. Barbiot.
   - Une légalisation de signature au XVIIIe s.
, par Léon Destrait.
   - Greffe scabinal de Soignies (suite), par Amé Demeuldre.

20 euros (code de commande : 25558).

 

[SOIGNIES - CERCLE ARCHÉOLOGIQUE]. Annales du Cercle Archéologique du Canton de Soignies. Tome XXVII. 1972-1973. Soignies, Cercle Archéologique du Canton de Soignies, 1973. In-8° broché, 191 p., illustrations hors texte, exemplaire en très bel état.
Table des matières :
   - La vie du Cercle.
   - Notes sur les chirurgiens et sages-femmes de la ville de Soignies du XVe au XVIIe siècle, par Robert Wellens.
   - Frédéric-Simon Batard, Maître de carrière à Soignies (1786-1852), par Léon Baguet.
   - Les comptes de la Massarderie de la ville de Braine-le-Comte, par Edm. Roland et Marie Roland.
   - Un bastionnet malencontreusement disparu : Le « Château de Madame Tauber » à Écaussinnes-d'Enghien, par Jacques Sussenaire.
   - Obits et fondations pieuses de la paroisse Saint-Nicolas à Henripont-lez-Braine-le-Comte, par Léon Jous.
   - Épitaphier et épigraphier d'Henripont, par Léon Jous.
   - Généalogie des Joly sonégiens et brainois, par Ph. du Bois de Ryckholt.
   - Documents relatifs à la peste de 1615 à Mons, par Robert Wellens.
   - Obits et fondations pieuses de la paroisse Saint-Rémi à Écaussinnes-d'Enghien, par Léon Jous.
   - Épitaphier et épigraphier des Ecaussinnes. – II. Écaussinnes-d'Enghien, par Léon Jous.
   - De Braine-la-V'illotte à Braine-le-Comte, par Jacques Sussenaire.

20 euros (code de commande : 25559).

 

[SOIGNIES - CERCLE ARCHÉOLOGIQUE]. Annales du Cercle Archéologique du Canton de Soignies. Tome XXX. 1980-1982. Soignies, Cercle Archéologique du Canton de Soignies, 1984. In-8° broché, 189 p., quelques illustrations, exemplaire en très bel état.
Table des matières :
   - La vie du Cercle.
   - Le Rapport de Gachard sur les Archives de Mons en 1840, par Robert Wellens.
   - La Coulberie, lieudit Sonégien, par Jacques Sussenaire.
   - « Cauti ». Un sigle de tuilier révèlé par les fouilles de Soignies. La Coulbrie (Ier-IIe siècle), par Georges Scholl et Gérard Bavay.
   - Recherches sur l'Histoire de Thieusies, par Cécile Dumont.
   - Les Curés de Naast, par Léon Jous.
   - Obits et Fondations de la Paroisse St Martin à Naast, par Léon Jous.
   - Une Famille-Souche de Braine-le-Comte. Trois siècles et demi de la famille Sussenaire, par Jacques Sussenaire.
   - Henripont. Découverte d'un insigne de pèlerinage, par Léon Jous.
   - La création de la chaussée de Mons à Bruxelles, par Gérard Bavay.

20 euros (code de commande : 24901).

 

SOIL DE MORIAMÉ (E.J.) Inventaire des objets d'art et d'antiquité existant dans les édifices publics des communes de l'arrondissement judiciaire de Mons. IIe série - Tome quatrième. Cantons de l'Arrondissement Administratif de Mons - Boussu - Dour - Pâturages - Lens. Charleroi, Imprimerie Provinciale, 1931. In-8° broché, 293 p., illustrations, (Tome IX de la Collection des Inventaires du Hainaut).
Table des matières :
   - Canton de Boussu : Boussu - Hainin - Hautrage - Hensies - Hornu - Montrœul-sur-Haine - Quaregnon - Saint-Ghislain - Thulin - Villerot - Warquignies - Wasmes (Borinage) - Wasmuel.
   - Canton de Dour : Dour - Angre - Angreau - Athis - Audregnies - Autreppe - Baisieux - Blaugies - Élouges - Erquennes - Fayt-le-Franc - Marchipont - Montignies-sur-Roc - Onnesies - Quiévrain - Roisin - Wihéries.
   - Canton de Pâturages : Pâturages - Asquillies - Aulnois- Blaregnies - Bougnies - Eugies - Frameries - Genly - Givry - Gœgnies-Chaussée - Harmignies - Harvengt - Havay - La Bouverie - Noirchain - Quévy-le-Petit - Quévy-le-Grand - Sars-la-Bruyère.
   - Canton de Lens : Lens - Baudour - Bauffe - Cambron-Casteau - Cambron-Saint-Vincent - Caussée-Notre-Dame-Louvignies - Erbaut - Erbisœul - Herchies - Jurbise - Lombise - Masnuy-Saint-Jean - Masnuy-Saint-Pierre - Montignies-lez-Lens - Neufmaisons - Neufvilles - Sirault - Tertre.
   - Errata et addenda.

20 euros (code de commande : 25264).

 

SOIL DE MORIAMÉ (E.J.) Inventaire des des objets d'art et d'antiquité existant dans les edifices publics des communes de l'arrondissement judiciaire de Tournai. Tome premier. Arrondissement de Tournai. Cantons d'Antoing - Celles - Leuze - Peruwelz - Templeuve. Charleroi, Imprimerie Provinciale, 1923. In-8° broché, 219 p., illustrations, traces d'humidtés dans les derniers feuillets.
Table des matières :
   Canton d'Antoing : Antoing - Bleharies - Bruyelles - Calonne - Chercq - Ere - Fontenoy - Guignies - Hollain - Howardries - Jollain-Merlin - Laglanerie - Laplaigne - Lesdain - Maubray - Peronne - Rongy - Rumes - Saint-Maur - Taintegnies - Wez Velvain.
   Canton de Celles : Celles - Anserœul - Escanaffles - Hérinnes - Melles - Molembaix - Mont-Saint-Aubert - Mourcourt - Obigies - Popuelles - Pottes - Quarte - Velaines - Wattripont.
   Canton de Leuze : Leuze - Barry - Béclers - Chapelle-à-Oie - Chapelle à Wattines - Gallaix - Gaurain-Ramecroix - Grandmetz - Ligne - Maulde - Montrœuil-au-Bois - Pipaix - Thieulain - Willaupuis.
   Canton de Péruwelz : Péruwelz - Baugnies - Blaton - Bon-Secours - Braffe - Brasmesnil - Bury - Callenelle - Roucourt - Vezon - Wasmes-Audemetz-Briffœul - Wiers.
   Canton de Templeuve : Templeuve - Bailleul - Blandain - Esquelmes - Estaimbourg - Estaimpuis - Evregnies - Leers-Nord - Pecq - Ramegnies-Chin - Saint-Léger - Warcoing.

25 euros (code de commande : 18385).

 

SOIL DE MORIAMÉ (E.-J.) — Les Objets d'art et d'antiquités du canton de Soignies. Extrait de Inventaire des objets d’art et d’antiquité existant dans les édifices publics du Hainaut. Charleroi, Imprimerie Provinciale, 1928. In-8° broché, 89 p., illustrations, non coupé, quelques rousseurs.
Contient Soignies, Braine-Le-Comte, les Ecaussinnes, Hennuyères, Henripont, Horrues, Naast, Ronquières.

12 euros (code de commande : 20804).

 

STILMANT (Raymonde) — Orfèvres, joaillers et horlogers en Hainaut au 19e siècle. Mons, chez l'auteur, 2008. In-8° broché, 190 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs.
Avant-propos :
   
Au départ, cet ouvrage ne devait répertorier que les maîtres-orfèvres du Hainaut. Cependant, au fil de nos recherches, il est apparu que bien souvent, « les petites mains », compagnons et ouvriers-orfèvres étaient les véritables auteurs des œuvres sur lesquelles les maîtres ne faisaient qu'apposer leur marque et les commercialiser. Sortir de l'anonymat ces artisans, les graveurs, ciseleurs et fondeurs qui ont contribué à enrichir par leur savoir-faire l'orfèvrerie hainuyère n'est que justice.
À ceux-ci se sont ajoutés les joailliers et horlogers soumis aussi au contrôle et à la taxe sur les matières d'or et d'argent qu'ils mettaient en œuvre ou revendaient.
La disparition des plaques d'insculpation des différents centres étudiés ne nous a pas permis de rendre avec certitude tous les poinçons à leurs propriétaires et nous sommes conscients que des découvertes sont encore à faire. Les sacristies d'églises conservent de nombreux témoins de l'orfèvrerie du XIXe répertoriés par l'Institut Royal du Patrimoine Artistique mais leurs poinçons n'ont pas été photographiés et leur accès requiert de longues et patientes démarches.
Quant à la terminologie rencontrée dans les documents d'archives, elle a été scrupuleusement respectée.

22 euros (code de commande : HT/14).

 

SURHON (Jacques)Nobilis Hannoniae Com. Descriptio, Auctore Iacobo Surhonio Montano. Gravure extraite de Petri Kaerii Germania Inferior id est, XVII Provinciarum ejus novae et exactae Tabulae Geographicae, cum Luculentis Singularum descriptionibus additis. à Petro Montano, publié à Amsterdam, chez Pieter van den Keere, en 1617.
Dimensions :
   - Dessin : 478 x 367 mm.
   - Cuvette : 483 x 373 mm.
   - Feuille : 540 x 440 mm.

   Les liens avec la carte de Surhon de 1572/79 sont évidents : les dimensions et l'échelle, l'étendue du territoire considéré, l'hydrographie, la forme et la situation des bois, la toponymie, la localisation des moulins et quantité d'autres détails.
   Dans le tracé de la limite du comté, Visscher s'écarte de son modèle en deux endroits : dans le haut Escaut à hauteur de Bouchain et aux abords de Mariembourg.
   Toute la partie inférieure de la carte est plus fournie que sur la carte de Surhon de 1572/1579. On y remarque des emprunts à la carte de Mercator de 1585 : le grand étang au sud de l'abbaye de Fourmies par exemple, et le ruisseau qui, sortant du grand bois au sud de Chimay, disparaît à l'approche de Nismes, ressurgit aussitôt et va se jeter dans le Viroin.
   Après 1622, les planches du recueil furent vendues à C.J. Visscher, qui substitua son nom à celui de Kaerius et modifia la date de 1616 en 1630. Ce furent apparemment les seules retouches apportées au cuivre initial.
   En résumé, nous avons à faire ici à une carte portant la date de 1616, dont la quasi totalité de l'information concernant le Hainaut remonte au levé exécuté par Surhon une quarantaine d'années plus tôt.
   Ces considérations ne doivent pas gâter le plaisir de contempler un bel exemple de carte hollandaise, à la décoration riche et savoureuse, dans une enluminure sans timidité. Il se fait que les panoramas de Mons et de Valenciennes qui y sont intégrés proviennent des gravures que Kaerius avait fournies pour une édition de Guichardin et qui, dans le cas de Mons, s'inspire du panorama de Braun et Hogenberg.
Bibliographie :
   - Lemoine-Isabeau (Claire), Cartes topographiques gravées du Hainaut, dans Images de Mons en Hainaut du XVIe au XIXe siècle, pp. 82-83.


Détails des panoramas de Mons et de Valenciennes.

350 euros (code de commande : 24412).

 

SURY (Geoffroy G.)Bayern-Straubing - Hennegau : la maison de Bavière en Hainaut. (XIVe - XVe s.) 2e édition complétée. Bruxelles, Chez l'Auteur, 2010. A4 soudé sous Rhodoïd, 223 p., illustrations, cartes en noir et en couleurs (reproduction numérique).
Avant-propos de l'auteur :
   
Fréquentant les Archives Départementales du Nord à Lille depuis 2002, ainsi que les Centres d'archives de Mons, de Valenciennes et de Bruxelles, pour des recherches sur le Hainaut, j'en suis arrivé tout naturellement à m'intéresser aux liens ancestraux mal connus ou oubliés qui unissaient le comté hainuyer à l'ancien duché de Bavière. Les archives de Dijon et de Straubing en Bavière furent également consultées sur ce sujet.
   En effet, aux XlVe et XVe s., les ducs de Bavière-Straubing portaient également le titre de « comte de Hainaut », qu'ils avaient hérité de la Maison d'Avesnes comte de Hainaut.
   C'est par une union personnelle des comtes de Hainaut que les comtés de Zélande, de Hollande et de la seigneurie de Frise, partagèrent également une destinée commune avec la Maison d'Avesnes originaire du Hainaut : cette Maison transmettra à partir du XIVe s., ses héritages à la Maison de Bavière, et plus particulièrement à la dynastie des von Wittelsbach ducs de Bavière-Straubing (une des branches descendant de Louis IV de Bavière (ca 1286-1347), dit « le Bavarois », empereur du Saint-Empire Romain Germanique).
   Le présent recueil cible ainsi une période de l'histoire de l'ancien comté de Hainaut (unifié), s'étalant entre les années 1345 et 1433 (influences et présences des ducs de Bavière-Straubing en Hainaut, dont ils étaient devenus les souverains-comtes par héritage maternel).
   Les ducs de Bavière-Straubing marquèrent profondément de leurs empreintes le Hainaut : ils furent présents personnellement et régulièrement dans le comté.
   Sous les règnes successifs des von Wittelsbach ducs de Bavière-Straubing et comtes de Hainaut, le comté hainuyer préservera toujours son identité régionale spécifique, malgré des relations tendues avec ses souverains.
   Il n'en sera cependant plus de même lorsque le Hainaut, en 1433, fut « enlevé » par la Maison de (Valois) Bourgogne, représentée par Philippe III duc de Bourgogne dit le Bon, à Jacqueline de Bavière, comtesse de Hainaut (dernière représentante des ducs de Bavière-Straubing, comtes de Hainaut) dont elle était la cousine germaine, et étant sans descendance.
   À partir de cette époque (1433), le Hainaut partagera le destin commun des Pays-Bas dits bourguignons, et il n'y aura plus de présences régulières des nouveaux souverains ni de grandes festivités organisées en leur honneur dans les villes du comté. (Mais ce sujet est une autre histoire...)
   Toujours est-il qu'à l'époque des ducs de Bavière souverains du Hainaut, nous sommes à un stade dans l'histoire du comté, où la France et l'Angleterre étaient en grande rivalité, par la longue guerre dite Guerre de Cent Ans ( 1337-1453) : elle dura exactement cent seize ans, avec cependant certaines interruptions. Le Hainaut. dans cette guerre, s'était plutôt rangé du côté de l'Angleterre, bien que la plupart des événements militaires importants se déroulèrent loin de ses frontières, mais le comté subira cependant des chevauchées dévastatrices par les troupes françaises, amenant la désolation, des famines et, la peste, le plus grand fléau au Moyen Âge.
   Du reste, au décès en 1356, de Marguerite II (d'Avesnes) comtesse de Hainaut épouse de Louis IV de Bavière, empereur du Saint-Empire Romain Germanique, le comté hainuyer, comme mentionné plus haut, passera par héritage dans l'escarcelle de la descendance du couple, aux dits ducs de Bavière-Straubing, alliés eux-mêmes à la royauté anglaise (branche des comtes d'Anjou-Plantagenêt) et aux ducs de Bourgogne (branche capétienne des ducs de (Valois) Bourgogne).

65 euros (code de commande : 19915).

 

[TONGRE-NOTRE-DAME]. Histoire de Notre-Dame de Tongre et des principaux miracles opérés par son intercession. Publiée par les soins de MM. les curé et administrateurs de l'église de Tongre-Notre-Dame. Tournai, Casterman, [1842]. [Tournai, Typographie de J. Casterman.] In-12 sous cartonnage d'éditeur, [1 (faux-titre)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], [2], IV, 140 p., une planche gravée en frontispice, culs-de-lampe, ex-libris manuscrit gommé sur la couverture sans trop de dommage, sinon exemplaire très frais, peu courant.
Extrait de la préface :
   Le Pèlerinage de Notre-Dame de Tongre qui, pendant plus de 700 ans, remplit le Hainaut de sa gloire et de ses merveilles, semblerait devoir offrir une abondante moisson à celui qui veut recueillir les miracles de la très-sainte Vierge, pour en nourrir la piété des fidèles. Et cependant, après de laborieuses recherches, l'historien de Tongre voit le fruit de ses espérances réduit à quelques faits, témoignages admirables sans doute de la puissance et de la bonté de Marie, mais qui nous font regretter plus vivement tout ce qui nous manque encore d'une si magnifique, histoire. Peut-être, en des jours de prospérité, les serviteurs de la Vierge de Tongre ne crurent pas qu'il fut nécessaire de conserver aux siècles à venir la mémoire de prodiges qui se renouvelaient d'âge en âge, et semblaient une histoire vive et continuelle de la protection de Marie. Jamais, en effet, même aux jours de la terreur, les peuples du Hainaut n'oublièrent le chemin de la sainte chapelle. Cependant on voyait encore, à la fin du quatorzième siècle un grand nombre de lettres des souverains pontifes et des archevêques de Cambray, monuments des honneurs dont ils avaient environné l'autel de la Vierge de Tongre, et des prodiges qui naissaient chaque jour sur cette terre de bénédiction. Mais la Belgique, cet éternel champ de bataille, présenta trop souvent des scènes de carnage et d'incendie : plus d'une fois l'autel de Marie dut être environné de ruines ; alors, les trésors de la chapelle, les pieuses offrandes de nos pères disparurent dans les flammes ou sous la main du soldat avide de pillage. Les archives furent enveloppées dans la tempête. A peine quelques feuilles du grand livre des miracles du Tongre purent échapper. Malgré nos recherches, après avoir, pendant plus d'une année, espéré découvrir quelques nouveaux documents sur la sainte image, nous n'avons pu retrouver que deux anciens registres et quelques bulles des souverains pontifes. Le plus précieux monument que nous ayons eu entre les mains, est la copie d'un antique manuscrit dont l'authenticité repose sur des preuves incontestables. [...]
   Robert de Hauport, seigneur de Grand-Sars, est le premier historien connu qui ait consacré sa plume au souvenir dus prodiges de Notre-Dame de Tongre. Son exemple trouva de nombreux imitateurs ; un des plus remarquables est George Huart, pasteur de Tongre, qui pendant trente-sept ans fut lui-même témoin d'un grand nombre do miracles. Les administrateurs de l'Eglise de Tongre donnèrent, en 1700, 1770 et 1810, de nouvelles éditions de son ouvrage. Voilà les auteurs que nous avons suivis pas à pas ; aussi ne prétendons-nous point donner une nouvelle histoire de Notre-Dame de Tongre. Cependant cette édition pourra présenter quelques détails oubliés par nos devanciers dans l'ancien registre de la chapelle de Tongre. Nous nous sommes en même temps efforcés de présenter les événements dans un ordre plus méthodique, dans ses rapports avec l'histoire générale du culte de la Vierge miraculeuse et ses progrès durant chaque siècle. Heureux si par ce léger travail nous pouvons accroître l'amour des pèlerins de Tongre pour la miséricordieuse Reine du ciel, et obtenir nous-mêmes une part à ses faveurs.

40 euros (code de commande : 23315).


[TOURNAI]. Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai. Tome 8.
Tournai, Malo et Levasseur, 1865. In-8° débroché, 392 p., traces d'humidité au bas des pages, rousseurs, petit cachet à la page de titre, exemplaire bien complet et rare.
Ce volume contient uniquement :
   - 
Extraits des anciens registres aux délibérations des consaux de la ville de Tournay. Registre commençant le 13 octobre 1422 et finissant au 5 juin 1425, par H. Vandenbroeck.

65 euros (code de commande : 25301).

 

[TOURNAI]. Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai. Tome 9. Tournai, Malo et Levasseur, 1867. In-8° débroché, XIX, [1], 404 p., 3 planches gravées, index, rousseurs, petit cachet à la page de titre, exemplaire bien complet et rare.
Ce volume contient uniquement :
   - Des anciennes lois criminelles en usage dans la ville de Tournai et principalement des condamnations à mort depuis l'année 1313 jusqu'au mois de juillet 1553), par le comte G. de Nédonchel.

80 euros (code de commande : 25300).

 

[TOURNAI]. Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai. Tome 10. Tournai, Malo et Levasseur, 1871. In-8° débroché, XII, 396 p., un portrait gravé (déchirure sans manque), rousseurs, petit cachet à la page de titre, exemplaire bien complet et rare.
Ce volume contient :
   - La magistrature tournaisienne (1179-1871), suivie de la liste alphabétique des magistrats communaux, depuis la réforme de la loi par Charles-Quint, en 1522, par H. Vandenbroeck.
   - Mémoire présenté, en 1589, par Jean Vendville, évêque de Tournai, au Souverain Pontife Sixte V, pour l'engager à établir des séminaires destinés à former des ouvriers apostoliques pour les missions étrangères, par le ch. Reusens (texte en latin).
   - Notice sur la vie et les œuvres de Léonard Deconinck, ancien official du diocése de Tournai par J. Vos.

65 euros (code de commande : 25299).

 

[TOURNAI]. Mémoires de la Société royale d'Histoire et d'Archéologie de Tournai. Tome IX - 1997. Tournai, Société Royale d'Histoire et d'Archéologie de tournai, 1997. In-8° broché, 295 p., illustrations, exemplaire en parfait état, épuisé au catalogue de l'éditeur.
Table des matières :
   - Abbaye de Saint-Nicolas-des-Prés à Chercq (Tournai) - Rapport des campagnes de fouilles 1989-1996, par François Baptiste, 62 p., illustrations.
   - Le retour de Tournai dans le giron espagnol en 1581, par Thierry Delplancq, 56 p.
   - Tournai 1914-1918 - Chronique d'une ville occupée. Édition des souvenirs d'Alexandre Carette-Dutoit, par Jacqueline Delrot, 48 p.
   - Bio-bibliographie d'Adrien Hoverlant de Bauwelaere (1758-1840), par Albert Milet, 38 p.
   - Un prêtre contesté Jean-Baptiste Bonnier (1755-1838), par Albert Milet, 38 p.
   - Pirage de Tournai, inventaires d'archives communales conservées à Mons (XVIe-XVIIe siècle), par Jacques Nazet, 10 p.

30 euros (code de commande : 18353).

 

Voyez également la page consacrée aux publications de la
Société royale d'Histoire et d'Archéologie de Tournai.

 

TOUSSAINT (François) — Histoire de monastère d'Oignies de l'ordre des chanoines réguliers de Saint-Augustin. Par l'abbé Toussaint Docteur en philosophie et lettres et professeur de philosophie au séminaire de Floreffe. Namur, Douxfils, 1880. [Namur / Imprimerie de veuve F.-J. Douxfils, libraire, rue de la Croix / 1880] In-8° broché, 116, (1 (table)], [1 bl.] p., petit cachet à la page de titre, couverture un peu défraîchie, rare.
Table des matières :
   Chapitre I. Les origines.
      - Fondation d'Oignies.
      - Jean de Nivelles et Jean de Dinant.
      - Sainte Marie d'Oignies.
      - Jacques de Vitry.
      - Frère Hugo.
      - Mort de Gilles de Walcourt.
   Chapitre II. Suite de l'histoire.
      - Depuis Baudoin de Barbençon jusqu'au XIV siècle.
      - Depuis le XIVe siècle jusqu'à la réforme de la communauté.
      - Depuis la réforme de la communauté jusqu'à la période moderne.
   Chapitre III. Description du monastère.
      - La ferme.
      - Le monastère proprement dit.
      - L'église.
      - Liste chronologique des prieurs d'Oignies.
      - Notes.

25 euros (code de commande : 24580).

 

Trésors d'art d'Enghien. Tapisseries, Arts religieux, Trésor de la famille d'Arenberg. Enghien, 1964. In-8° broché sous couverture souple et jaquette, 61 p., XXXIII planches en noir hors texte.
   
Catalogue de l'exposition organisée du 12 septembre au 15 novembre 1964 à Enghien (Hôtel de Ville - Église décanale - Couvent des Capucins) à l'occasion de la restauration de l'Église décanale d'Enghien.
Table des matières :
   - Avant-propos, par Clément de Saint-Marcq.
   - Introduction, par Jean Huvelle.
   - La Tapisserie d'Enghien, notices par Jean-Paul Asselberghs.
   - Arts religieux, notices par Jean Huvelle.
   La section consacrée au Trésor de la famille d'Arenberg n'est pas développée dans ce catalogue, un catalogue particulier rédigé par Landelin Hoffmans en donne la description détaillée.

15 euros (code de commande : 17319).

 

TYTGAT (Jean-Pierre) — Ce couvent des Capucins si richement doté... À propos des œuvres d'art du musée d'Arenberg à Enghien. Enghien, Cercle Archéologique d'Enghien, 1990. In-8° collé, 63 p., illustrations, bel exemplaire.
   Extrait du tome XXVI des Annales du Cercle Archéologique d'Enghien.
Extrait de l'introduction :
   Cette étude a pour objectif principal de guider le visiteur du musée d'Arenberg ; ce guide permettra une vision plus ample et plus adéquate, mettant en évidence les qualités des pièces exposées et contribuant à en prolonger le souvenir.
   Aussi, n'avons nous pas dressé un inventaire complet des œuvres d'art de la chapelle et du couvent des Capucins ni davantage relevé ce qui n'était pas exposé.
   Nous avons réparti ces œuvres d'art selon leur forme : peinture, sculpture, tapisserie et orfèvrerie.
   À la suite du titre annonçant chaque objet, le lecteur trouvera en rapport avec celui-ci les précisions suivantes : données techniques, attribution, datation, dimensions (en cm, la hauteur précédant les autres dimensions), description et bibliographie.

10 euros (code de commande : 18881).

 

VANDEBORGHT (Raymonde) — Bibliographie quinquennale de l'histoire du Hainaut. IV. 1946-1950 avec index récapitulatifs 1919-1950. Préface par Armand Louant. Bruxelles, Commission Belge de Bibliographie, 1963. In-8° collé, XXII, 280 p., (collection « Publication extraordinaire du Cercle Archéologique de Mons »).
Préface :
   L'une des grandes difficultés auxquelles se heurtent nos érudits locaux est l'établissement de la bibliographie de leur sujet ; le manque d'information est leur point faible. Par ailleurs, l'histoire régionale a souvent été traitée par des amateurs qui ont pris plaisir à publier le résultat de leurs travaux dans de petites revues locales ou des journaux introuvables hors de la contrée. On aurait tort de mésestimer systématiquement ces publications. Il arrive qu'on reste étonné devant l'ingéniosité et l'originalité d'explications ou d'hypothèses avancées par ces chercheurs modestes ; parfois aussi ces polygraphes fournissent un témoignage de leur milieu ou d'événements vécus. Ce sont là autant de raisons valables pour justifier une bibliographie provinciale périodique.
   S'il est facile de prendre l'initiative d'un tel travail, il est beaucoup plus difficile d'y persévérer. En reprenant le flambeau des mains de M. Hansotte, premier continuateur de la Bibliographie quinquennale du Hainaut, Mademoiselle Vandeborght, Attachée à la Bibliothèque publique de Mons, a montré qu'elle a compris l'utilité de l'entreprise. Bien mieux, elle a eu le souci d'en perfectionner la présentation et le plan. Elle nous donne aujourd'hui un instrument de travail précis et clair, qui, nous en sommes persuadé, sera apprécié non seulement en Hainaut, mais encore dans tout le pays.

8 euros (code de commande : 19038).

 

VANDROMME (Pol) — La terre tenue de Dieu et du soleil. Mons, Fédération du Tourisme de la Province de Hainaut, 1981. In-8° broché sous jaquette, 94 p., illustrations, bel exemplaire.
Sur la jaquette :
   Dans La terre tenue de Dieu et du soleil, Pol Vandromme propose une façon nouvelle de voir le Hainaut.
   Son livre est une évocation tendre et érudite des hauts lieux de la province : le Charleroi de Paulus et de Destrée, le Chimay de Froissart, le Binche des Binchois (dans son intégrité et sa rectitude immémoriales, à l'abri de la multitude et de sa bousculade), le Mons de Plisnier, le Borinage de Van Gogh, le Rœulx des Croÿ, le Belœil de Ligne, le Tournai qui aurait pu être celui de Rodenbach.
   Voici un ouvrage de charme qui consacre le Hainaut dans une sorte de poésie tutélaire.

10 euros (code de commande : 16510).

 

[VOIES NAVIGABLES]. Correspondance relative au canal projeté de Mons à la Sambre. Mons, Administration Communale de Mons, 1838. In-4° broché, 26 p., note manuscrite dans le haut de la première page : « Mr. Hoyois, rue Grande », manques aux marges des deux premiers feuillets (sans dommage pour le texte).
Avant-propos :
   L'importante question de la construction du canal de Mons à la Sambre, projetée depuis plus de deux ans, ayant donné lieu à des insinuations qui tendent à faire attribuer à un mauvais vouloir de l'Administration de la ville de Mons le retard qu'éprouve l'exécution de cette entreprise, le Conseil communal a décidé, dans sa séance du 6 octobre 1838, que toutes les pièces de la correspondance entre l'Administration et les autorités supérieures, relativement à cette affaire, seraient publiées par la voie de la presse, afin de faire connaître le véritable état des choses.
   En exécution de cette résolution, le Collège des Bourgmestre et Échevins met sous les yeux de ses concitoyens la correspondance complète et textuelle à laquelle a donné lieu, depuis son entrée en fonctions, le projet de canal dont il s'agit.

45 euros (code de commande : 25276).

 

Les voies navigables en Belgique et dans le Nord de la France. XVIe-XXIe siècles. Rôle économique et social. Actes du colloque organisé au Foyer culturel de Saint-Ghislain le samedi 27 octobre 2007 par le Cercle d'histoire et d'archéologie de Saint-Ghislain et de la région à l'occasion du bicentenaire du début des travaux de construction du canal de Mons à Condé (1807-2007). Saint-Ghislain, Cercle d'Histoire et d'Archéologie de Saint-Ghislain et de la Région, 2009. In-8° broché, 302 p., illustrations, (collection « Publications Extraordinaires », n° 11).
Table des matières :
   - Introduction, par Laurent Honnoré.
   - Le rôle de la Meuse au sein des régions avoisinantes à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes, par Marc Suttor.
   - L'Office de la Navigation de Hainaut (XVIe-XVIIIe siècle), par Yannick Coutiez.
   - La navigation intérieure pendant le 19e siècle en Belgique : un secteur oublié, par Bart Van Der Herten.
   - Un patrimoine historique paysager à découvrir : aux origines des plantations des embranchements au canal de Charleroi à Bruxelles et du canal de Mons à Condé, par Yves Quairiaux.
   - Patrimoine, culture et société : le cas des artisans bateliers des âges industriels, par Bernard Le Sueur.
   - Le canal de Mons à Condé. Projets, financement et réalisation (1807-1817), par Laurent Honnoré.
   - Les travaux de comblement du canal de Mons à Condé (1960-1970), par Bruno Van Mol.
   - Les voies navigables de la Wallonie et du Hainaut, leur rôle économique et les perspectives d'avenir, par Michel Beuthe et Thomas Crépin.
   - Conclusion, par Bernard Le Sueur.

18 euros (code de commande : 15472).

 


Retour au début


Si vous souhaitez recevoir les avis de mise à jour de la page
Histoire du Hainaut
indiquez ci-dessous vos références :
prénom et nom :
adresse électronique :
pays de résidence :
et cliquez sur

La fréquence de mise à jour est bien évidemment aléatoire et dépend des achats que nous réalisons...

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

Retour au début

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un des ouvrages présentés sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (chèque, carte de crédit, versement bancaire...).

 CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.

Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN).

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.

Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre numéro de T.V.A. : BE0619836631.

Retour au début