6 novembre 1792
LA BATAILLE DE JEMAPPES
EN GRAVURES

   La bataille de Jemappes s'inscrit dans le cadre de la campagne menée par les armées de la jeune République française pour exporter le modèle révolutionnaire. L'armée du Nord était commandée par Dumouriez qui, par diverses manœuvres de diversions, avait réussi à fixer les troupes autrichiennes sur un front s'étendant des Flandres aux Ardennes. Pour la confrontation de Jemappes, il put ainsi rassembler des forces deux à trois fois plus importantes que celles des Autrichiens.
   Rassemblées à Valenciennes, les troupes de Dumouriez enlevèrent le moulin de Boussu les 3 et 4 novembre 1792. Le lendemain, les armées françaises et autrichiennes se faisaient face. N'ayant pas profité de la faiblesse du flanc gauche adverse, Dumouriez prévit une attaque générale le 6 novembre au cours de laquelle il pensait pouvoir d'abord encercler les Autrichiens et en terminer par une action au centre.
   Les événements ne correspondirent cependant pas à ses plans puisqu'à droite, les duels d'artillerie ne débouchèrent pas sur une offensive de l'infanterie et qu'à gauche, l'attaque du général Ferrand n'aboutit pas. Quant au centre, sous le commandement Thouvenot (l'aide de camp de Dumouriez), il fut repoussé par la cavalerie autrichienne.
   La situation ne semblait donc pas très brillante, comme au début de la bataille de Valmy, et il fallut même s'opposer au reflux de fuyards. Finalement, on réussit à regrouper ces troupes en bataillon carré
le « bataillon de Jemappes » dont les efforts combinés à ceux de l'aile droite commandée par Dumouriez eurent raison de la défense autrichienne.

 

Bataille de Jemmapes
6 Novemb. 1792

Eau-forte et burin de Pierre-Eugène Aubert d'après un dessin de Léopold Massard reproduisant le tableau de Vernet par diagraphe et pantographe.
Extrait de la Galerie historique de Versailles, série V, 1838.
Dimensions :
   - de l'image : 302
´ 132 mm.
   - de la feuille : 443
´ 304 mm.

@ Jean-Marie-Raphaël-Léopold Massard (1812-1889) était le fils du graveur Jean-Baptiste Massard. Il fit ses débuts au Salon de 1845 et, parmi ses nombreuses œuvres, on trouve La Bataille d'Isly et La Prise de la Smala d'après Horace Vernet.
     Pierre-Eugène Aubert (1788-1847) fut l'élève de Schender et obtint la médaille d'or pour la gravure au Salon de 1827. Il travailla notamment pour les vues des Campagnes d'Italie et, pour sa dernière participation au Salon, en 1844, il reproduisit une marine de Vernet.

     On utilisa assez souvent la complémentarité des procédés diagraphiques et pantographiques pour reproduire des tableaux. Le diagraphe est un instrument d'optique utilisant le principe de la chambre claire (ou camera lucida) mis au point par Wollaston en 1804 et perfectionné par l'éditeur Jacques Gavard. Quant au pantographe, il est de conception bien plus ancienne puisqu'il fut utilisé à la fin du XVIe siècle par le peintre Georges de Dillingen ; constitué de règles de dimensions variables articulées sur des points fixes, le pantographe permettait de reproduire des figures en grandeur égale ou en les agrandissant ou en les diminuant. Outre la Galerie historique de Versailles (publiée en livraisons de 1837 à 1847), Gavard en édita le Supplément (de 1843 à 1847), la Galerie Napoléon, etc...

Vendu.


Jemmapes
6 Novembre 1792.
(Dumouriez Général en chef)

Lithographie de Bellangé (datée de 1832) imprimée par Gihaut frères.
Dimensions :
- de l'image : 306
´ 187 mm.
- de la feuille : 350
´ 258 mm.
Rousseurs, mouillure dans le coin inférieur gauche, petites déchirures dans les marges (sans dommage pour l'image).

@  Joseph-Louis-Hippolyte Bellangé (1800-1866) fut l'élève de Gros et l'émule et ami du lithographe Charlet. Sa production fut considérable et essentiellement vouée à la représentation des victoires de la Révolution et de la République. Il « partagea avec Horace Vernet et Charlet la popularité que de pareils sujets ne pouvaient manquer d'obtenir, à une époque où, comme l'a dit Gustave Planche, la foule croyait trouver dans ces tableaux de la gloire française la satire d'un trône rapporté dans les bagages d'une armée étrangère. » Il participa à presque tous les salons qui se tinrent à Paris de 1822 (où il exposa sa Bataille de la Moskowa) à 1866. Son œuvre lithographique est également très importante (plus de 600 pièces). Il fut nommé chevalier, puis officier de la Légion d'honneur et, de 1837 à 1854, il fut conservateur du musée de Rouen.
De 1823 à 1835, Bellangé publia des albums lithographiques. La lithographie de la bataille de Jemappes est la première planche de l'Album pour 1834. Souvenirs militaires de la République, du Consulat et de l'Empire.

&  Béraldi, Les graveurs du XIXe siècle, guide de l'amateur d'estampes modernes. Tome II. Bellangé - Bovinet, pp. 5-24.

Vendu.


 

Victoire de Jemmapes,
le 6 Novembre 1792, ou 15 Brumaire An 1er de la République

Gravure à l'eau-forte et au burin de [C. N. Malapeau (datée de 1796 sur une gravure d'état que nous avons vendue) et] Pierre-Gabriel Berthault, d'après le dessin de Swebach-Desfontaines.
Dimensions :
   - de l'image : 240
´ 177 mm.
   - de la cuvette : 288
´ 232 mm.
   - de la feuille : 353
´ 282 mm.

@ Le peintre Jacques-François-Joseph Swebach, dit Swebach-Desfontaines (1769-1823) fut l'élève de son père, François-Louis. Il se spécialisa dans la représentation de scènes militaires et de paysages. Il est notamment l'auteur du Passage du Danube par l'empereur le matin du 5 juillet.
   La représentation qu'il donne de la bataille de Jemappes montre Dumouriez, à cheval, avec son état-major, qui donne l'ordre d'attaquer. La scène se situe à proximité de la ville de Mons et de ses remparts. Cette gravure constitue le 75ème tableau de la Collection complète des tableaux historiques de la Révolution française.
   Cette vue fut également gravée, en format réduit, par Reinier Vinkeles et Daniel Vrijdag pour les Tafereelen van de Staatsomwenteling in Frankrijk (recueil publié en livraisons à Amsterdam de 1792 à 1805), voir ci-dessous.

   Le graveur Claude-Nicolas Malapeau (1755-1803) fut l'élève de Moitte. Il produisit essentiellement des sujets religieux et des portraits.

   Pierre-Gabriel Berthault (1737-1831) était spécialisé dans la gravure à l'eau-forte et au burin et, outre son importante collaboration à la série des Tableaux historiques de la Révolution française, il fournit des planches pour le Voyage en Syrie, de Cassas, pour le Voyage de Naples et de Sicile, de Saint-Non, pour la Salle de spectacle de Bordeaux, de Louis, etc...

Vendu.

Overwinning van Gemmapes,
op den 6den van Slagtmaand 1792

Gravure à l'eau-forte et au burin de Reinier Vinkeles et Daniel Vrijdag, d'après le dessin de Swebach-Desfontaines.
Dimensions :
   - de l'image : 212
´ 156 mm.
   - de la feuille : 234
´ 210 mm.

@ Cette gravure est la reproduction réduite de la précédente (voir description ci-dessus). Elle fut exécutée en 1801 et publiée dans les Tafereelen van de Staatsomwenteling in Frankrijk (recueil publié en livraisons à Amsterdam de 1792 à 1805).
..

50 euros (code de commande : Jemappes - Swebach).


 

 

Bataille de Jemmapes.
Dumouriez, Valence, le duc de Chartres. - 6 Novembre, 1792.

Eau-forte et burin gravée par [F. Aze et] A. Massard d'après un dessin de Martinet.
Dimensions :
   - de l'image : 322
´ 195 mm.
   - de la cuvette : 413
´ 264 mm.
   - de la feuille : 427
´ 305 mm.

@ Planche extraite du Temple de la gloire, ou les Fastes militaires de la France depuis Louis XIV jusqu'à nos jours (Paris, [1821], tome II, p. 87), ouvrage qui contient 37 planches publié en 14 livraisons, de 1819 à 1821) par le général Jubé.
Auguste Jubé, baron de La Pérelle (1765-1824), commanda, en 1792, une légion des gardes nationaux de la Manche. Après une carrière militaire qui le mena au grade de chef d'état-major de Hoche puis commandant de la garde du Directoire, il siégea au Tribunat et, en 1807, il devint préfet de la Doire (Piémont), puis du Gers. Il fut nommé historiographe de la guerre sous la Restauration, c'est à ce titre qu'il publia de nombreux ouvrages historiques dont le Temple de la gloire.

Pierre Martinet naquit en 1781, il était peintre et dessinateur et fut l'élève de Swebach. Il participa au Salon de 1808 à 1812.

Jacques-Firmin Aze naquit à Rennes en 1788. Il était peintre et graveur, il fut l'élève du graveur Adam. Il travailla à Paris jusque 1835. Son père était imprimeur en taille douce à la rue Saint-Jacques.

Alexandre Massard est issu d'une grande famille de graveurs : il était le fils de Jean (1740-1822), le frère de Jean-Baptiste-Louis (mort en 1810), de Jean-Baptiste-Raphaël-Urbain (mort en 1846) et de Félix et le père de Léopold (1812-1889) qui fut lui-même le père de deux graveurs : Jules (né en 1848) et Horace (né en 1854).

Vendu.


Page de la section
"Gravures"
proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire

COMMANDE DE GRAVURES

Si vous souhaitez commander une des gravures présentées sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si elle est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (chèque, carte de crédit, versement bancaire...).

 
CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire ; les livres et les gravures voyagent aux risques et périls de celui-ci.
Pour nos clients résidant en Belgique, les factures seront réglées par virement bancaire.
Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit ("Visa" ou "Eurocard"). Il est également possible d'utiliser le virement bancaire international (IBAN), le mandat postal international ou le virement postal international ; dans ces cas, nous rappelons que nous ne pouvons pas nous permettre d'assumer les éventuels frais réclamés par la poste ou par les banques.
Nos clients français pourront également (et sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

Notre adresse :
Librairie L'Oiseau-Lire,
rue du Hautbois 36,
B-7000 MONS (Belgique).
Téléphone et télécopie : (32) (0)65 31 28 73.