GÉNÉRALITÉS
ET
SCIENCES AUXILIAIRES
DE L'HISTOIRE

 Page de la section "Histoire"
proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire
Pour commander
Retour à la page Histoire

Nouvelle(s) entrée(s)

 

[COMMUNISME]. Le communisme européen depuis la mort de Staline. Paris, Association d'Études et d'Informations Politiques Internationale, 1957. In-4° broché, 160 p., feuillet volant d'errata, couverture partiellement jaunie, rare.
   Il s'agit du numéro spécial (168 du 16 au 28 février 1957) de la revue Est & Ouest, Bulletin de l'Association d'Études et d'Informations Politiques Internationale, fondée par Georges Albertini (qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, fut le secrétaire du Rassemblement National Populaire de Marcel Déat) dans le but de mener la propagande anti-communiste.
   Ont collaboré à ce numéro : Georges Albertini, Georges Barbul, Maurice Coquet, Lily Doblhoff, Alexis Dormont, Claude Harmel, Milka Krauss, Lucien Laurat, Ida Lazarevitch, Branko Lazitch, Jean Malara, Lucienne Rey, Boris Souvarine, Roland Varaigne et Ronald Wright.
Table des matières :
   - À la mort de Staline.
   - Première partie. De la mort de Staline au XXe Congrès du P.C. Russe.
      I. L'Union Soviétique.
         - Les derniers mois : le complot des médecins. - La mort de Staline. - Le remaniement des organismes directeurs. - Le début du « dégel ». - Réhabilitation des médecins. - Disparition du culte de Staline. - La fin de Béria. - Premières révoltes. - La politique de détente. - Détente économique. - La conférence de Berlin. -- 1955 : la grande offensive diplomatique. - Le traité d'État autrichien. - La conférence des Quatre Grands. - La conférence des ministres des Affaires étrangères à Genève. - L'économie soviétique de 1953 à 1956.
      II. Les démocraties populaires.
         - La Pologne. - L'Allemagne orientale. - La Tchécoslovaquie. - La Hongrie. - La Roumanie. - La Bulgarie. - L'Albanie.
      III. La Yougoslavie.
      IV. Les partis communistes d'Occident.
         - Le Parti Communiste Français : Les échecs de février et mai 1952. - Arrestation et libération de Duclos. - Devant la mort de Staline. - Le culte de la personnalité dans le P.C.F. - L'affaire du portrait de Staline par Picasso et l'attitude d'Aragon. - Le retour de Maurice Thorez. - Débuts d'une nouvelle politique. - Pour que change la politique extérieure de la France. - La fin des poursuites. - L'affaire Lecœur. - Le XIIIe Congrès (juin 1954). - Les victoires de l'été 1954. - Le cessez-le-feu en Indochine, l'échec de la C.É.D. - La lutte contre les accords de Londres. - Pour l'alliance avec les socialistes. - Les élections du 2 janvier 1956 et la formation du gouvernement à direction socialiste.
         Le Parti Communiste Italien : Les raisons d'un échec. - 1955. Briser l'isolement.
   - Deuxième partie. Du rapport Khrouchtchev aux premières révoltes.
      I. L'Union Soviétique.
         Les directives du XXe Congrès, la déstalinisation. - Nouvelle orientation de la politique extérieure. - La voie pacifique et le front unique. - La voie nationale vers le socialisme. - Comment fut connu le rapport Khrouchtchev.
            - Le rapport secret de Khrouchtchev :
               I. Lénine contre Staline
               II. Du centralisme démocratique à la terreur stalinienne.
               III. La grande purge. Le problème des aveux.
               IV. « Le plus grand capitaine de l'histoire. »
               V. Génocides et machinations.
               VI. Le rôle de Béria.
               VII. Vérité partielle sur le culte de Staline
               VIII. L'agriculture soviétique.
               IX. Les membres du Politburo étaient menacés.
            - Les seize documents annexes au rapport Khrouchtchev :
               I. À l'usage exclusif des organisations du Parti.
               II. Lettre de Lénine recommandant l'élargissement du C.C.
               III. Le « Testament » de Lénine.
               IV. Lettre de Lénine sur l'introduction dans le C.C. de nouveaux membres ouvriers.
               V. Lettre de Lénine concernant l'attribution de fonctions législatives au Gosplan.
               VI. Seconde lettre de Lénine sur le Gosplan.
               VII. Troisième lettre de Lénine sur le Gosplan.
               VIII. Troisième lettre de Lénine sur l'augmentation du nombre des membres du C.C.
               IX. Communication sur la transmission aux membres du C.C. des lettres de Lénine sur la question nationale.
               X. Lettre de Trotski à propos de l'article de Lénine sur la question nationale.
               XI, XII et XIII. Les trois parties de l'article de Lénine sur la question nationale.
               XIV. Dernière lettre de Lénine à Trotski lui demandant de défendre les Géorgiens contre Staline et Djerjinski.
               XV. Correspondance entre Fotiéva, Kamenev et Staline concernant le dernier article de Lénine.
               XVI. Déclaration de Staline transmise aux membres du C.C. sur la suppression du dernier article de Lénine.
           - La dissolution du Kominform. Les émeutes de Tiflis.
      II. Les démocraties populaires.
         - La Pologne. - La Hongrie. - La Roumanie, la Bulgarie. - L'Allemagne Orientale. - La Tchécoslovaquie, l'Albanie.
      III. La Yougoslavie.
      IV. Les partis communistes d'Occident.
         - Le Parti Communiste Français : Échec de ses campagnes. - Réactions à la déstalinisation. - Publication du rapport Khrouchtchev. - Victoire de Thorez.
         - Le Parti Communiste Italien : Togliatti et l'U.R.S.S. - Manœuvres du P.S.I.
   - Troisième partie. La révolte des peuples et le retour à Staline
      I. L'octobre polonais.
      II. La révolution hongroise.
      III. Les P.C. solidaires de la répression.
   - Retour au stalinisme.

25 euros (code de commande : 25280 - vendu).

 

[EUROPE]. Paneurope. 3e année - N° 9/10. Paris, Vienne, Édition Paneuropéenne, [1928]. In-8° broché, 40 p., couverture défraîchie.
Extrait du communiqué de presse :
   Nous nous permettons de vous transmettre le dernier numéro de l'organe officiel du mouvement paneuropéen, la revue « Paneuropa ». [...]
   Le Questionnaire [Croyez-vous que la création des États-Unis d'Europe est possible-nécessaire ?], adressé par le président de l'Union Paneuropéenne, Dr. Coudenhove-Kalergi, à toutes les personnalités dirigeantes de la vie politique, économique et littéraire, nous a procuré un grand nombre de réponses intéressantes dont une grande partie comporte une profession de foi résolue en l'idée paneuropéenne. [...]
   [À propos du de l'article du général Denvignes] : L'idée de la folie de la guerre moderne mène un militaire proéminent, l'ancien commandant des troupes d'occupation de la Rhur, général Denvignes, vers la Paneurope, comme l'unique possibilité de préserver le contient européen de l'anéantissement et de la ruine. Il clôt son article intéressant avec cet appel : « Européens unissez-vous ! ».
   Suivent les rapports des sections nationales du mouvement paneuropéen.
Liste des personnalités ayant répondu au questionnaire :
   Conrad Adenauer, Paul Appell, Alphonse A. Aulard, Ernst Benedikt, Edvard Benes, Georg Bernhard, Johann Heinrich Bernstorff, Émile Borel, Ernest Bovet, Brachet, Lujo Brentano, Joseph Caillaux, René Cassin, Franz Dinghofer, Albert Dubarry, Jacques Duboin, Alfred Fabre-Luce, Maximilian Harden, Édouard Herriot, Hugo von Hofmannsthal, Rodolphe Hotowetz, Gerhart Hauptmann, Henri de Jouvenel, Ludwig Kaas, Erich Koch-Weser, K. Krofta, Henry Lichtenberger, Dr. Liebermann, Paul Loebe, Guido Manacorda, Heinrich Mann, Thomas Mann, A. Michalakopulos, Marius Moutet, M. Niedzialkowski, Francesco Nitti, Paul Painlevé, Louis Piérard, Charles R. Pusta, Emil Radl, Dr. Ragaz, Karl Renner, Charles Rist, Carlo Schanzer, Philipp Scheidemann, Arthur Schnitzler, V. Schuster, Ignaz Seipel, Carlo Sforza, Walter Simons, Th. Stauning, Anton Svehla, Albert Thomas, A. Ta. Tzankow, Pierre Viénot, Pierre Villard, Albert Voegler et Franz Werfel.

15 euros (code de commande : 25295).

 

Pour être informé des mises à jour de cette page

 

 

[ALIMENTATION]. XXIVe semaine sociale universitaire sur l'alimentation du 18 au 23 octobre 1954. Bruxelles, Institut de Sociologie Solvay, 1955. In-8° broché, 337 p., couverture tachée et partiellement insolée.
Table des matières :
   - Introduction, par H. Janne.
   - Les aspects actuels des problèmes de la nutrition et l'alimentation de l'humanité, par E.-J. Bigwood.
   - Importance physiologique, sociale et psychologique de l'alimentation, par G. Jacquemyns.
   - L'alimentation vue sous l'aspect historique, par M.-A. Arnould.
   - Ethnologie et problèmes d'alimentation, par A. Dorsinfangs-Smets.
   - Conservation des ressources naturelles et alimentation, par J.-P. Harroy.
   - Le progrès technique et l'évolution de la consommation alimentaire dans les différentes classes sociales, par J. Fourastié.
   - Les dépenses de consommation alimentaire en Belgique, par J. Poelmans.
   - La fluorisation des eaux, par J.-P. Dustin.
   - L'agriculture belge, par M. Hespel.
   - Les industries alimentaires, par A. Bourgaux.
   - La productivité dans l'industrie alimentaire, par A. Ceuppens.
   - Coopératives de production agricole, par A. Conix.
   - Coopératives de distribution, par E. Dutilleul.
   - Les problèmes de la distribution commerciale, par E. Dassel.
   - Un moyen d'améliorer l'alimentation des familles peu aisées : le recours à la terre, par R. Marique.
   - La maison, dernière étape de la production alimentaire, par Mme Goldschmidt-Clermont.
   - Le problème de l'alimentation dans les collectivités scolaires, par M. Coulon.
   - Rôle de l'enseignement ménager dans l'éducation alimentaire, par R. Joffroy.
   - L'alimentation dans la politique économique, par E.-S. Kirschen.
   - Les repas en commun, par L. Servais.
   - Le Laboratoire intercommunal de Chimie et de Bactériologie de l'agglomération bruxelloise, par R. Pinguair.
   - Les écoles du C.E.R.I.A., par F. Doms.
   - Le service de recherches du C.E.R.I.A., par J. Wiame.
   - Essai de synthèse et de conclusion, par H. Janne.

20 euros (code de commande : 23417).

 

ANDERS (Wladyslaw) — Mémoires (1939-1946). Illustré de 16 photographies hors texte et de 7 cartes et plans. Traduit du polonais par J. Rzewuska. Paris, La Jeune Parque, 1948.In-8° broché, 478 p., illustrations hors texte, rousseurs.
Introduction :
   Ce livre décrit une partie seulement de l'immensité des événements Qui se sont déroulés pendant la Deuxième Guerre mondiale. Il comprend uniquement ce que – en ma qualité de chef d'une portion considérable des forces armées polonaises – j'ai pu voir de mes propres yeux et vivre personnellement, en participant de près et activement aux événements, en sorte que non seulement ceux-ci m'ont laissé des souvenirs, mais que j'ai gardé sur eux des archives.
   Dans ce domaine ainsi restreint, ma tâche a été de donner un tableau véridique et complet de ce que nous avons pensé et de ce que nous avons accompli. Si je n'avais décrit que les préparatifs militaires et les combats, je ne serais pas parvenu à montrer la réalité, telle qu'elle a été. Le soldat polonais a pensé, pendant toute la durée de la guerre, au but pour lequel il se battait. Je n'exagère rien en disant que, pas un seul jour, cette pensée ne l'a quitté. Si j'avais retranché du tableau cette constatation, il n'aurait pas été véridique.
   Justement, pour être vrai et animé, ce livre doit former un mémorial relatant les combats ainsi que le destin réservé à la question polonaise.
   Entre ces deux domaines il existe un contraste poignant.
   L'épopée accomplie par les armes polonaises, au cours de cette guerre, a été constituée, après la campagne de Pologne, en septembre 1939, par les combats qu'ont livrés les Polonais, aux côtés des Alliés, en France, en Norvège, pendant la bataille pour la Grande-Bretagne en 1940, à Tobrouk en 1941 ; elle comprend aussi les journées de gloire de nos aviateurs et de nos marins, l'action de la plus puissante résistance qui se soit manifestée en Europe, puis les combats de Monte Cassino, d'Ancône, de Bologne et, simultanément, ceux de Normandie, de Belgique et de Hollande.
   L'histoire de la question polonaise au cours de cette guerre a été jalonnée, après l'accord polono-britannique de 1939 et la Charte de l'Atlantique de 1941, par les accords de Téhéran, de Yalta, de Potsdam et par l'abandon de la Pologne à la domination de la Russie.
   Comment ces contrastes se sont manifestés simultanément et quel en a été l'écho dans l'âme du soldat polonais – c'est ce que ce livre raconte.
   Il le raconte avec l'espoir et avec la foi que, dans le monde entier, ces contrastes ne paraîtront pas indifférents à l'esprit des lecteurs.

13 euros (code de commande : 25231).

 

ANDRÉ (Louis) — Histoire économique depuis l’antiquité jusqu'à nos jours. Quatrième édition. Paris, Alcan, 1930. In-12 broché, 212 p., (« Bibliothèque d’Histoire Contemporaine »).

9 euros (code de commande : 2225).

 

Annales. Économies - Sociétés - Civilisations. 22e Année - N° 1. Janvier-février 1967. Paris, Armand Colin, 1967. In-8° broché, 228, XXX p., illustrations hors texte.
Table des matières :
   - Machinisme et peinture, par Marc Le Bot.
   - Villes et campagnes dans l'Italie préromaine, par Emilio Sereni.
   - En Chine, du XVIe au XVIIIe siècle : les mines de charbon de Men-t'ou-kou, par Teng T'o, présentation de M. Cartier.
   - La fortune paysanne dans le Vaucluse, 1900-1938, par C. Mesliand.
   - À propos du paupérisme au milieu du XVIIe siècle : peinture et charité chrétienne, par P. Deyon.
   - Défense et illustration de l'Histoire locale, par P. Leuilliot.
   - Note critique : Une histoire du Japon, des origines à 1867, par P. Akamatsu.
   - Comptes rendus : Expériences socialistes contemporaines - Sciences humaines, Sciences sociales.
   - 
Polémiques et controverses : Mépris du monde et XIe siècle, par R. Bultot.

8 euros (code de commande : 17423).

 

Annales. Économies - Sociétés - Civilisations. 6e année - Octobre-décembre 1951 - N° 4. Paris, Armand Colin, 1952. In-8° broché, [142 (pp. 433-575)] p., couverture partiellement insolée.
Sommaire :
   - « Ars moriendi », par Alberto Tenenti.
   - Le galion de Manille, par Pierre Chaunu.
   - Un siècle dans un village, par Georges Becker.
   - Terroirs et seigneurs du hat Atlas, par J. Berque.
   - La géographie face aux sciences humaines, par Fernand Braudel.
   - Essais et mises au point, notes et comptes rendus, par Lucien Febvre, R. Boutruche, H. Lapeyre, P. Leuilliot, M. Mollat, É. Perroy, R. Portal, Y. Renouard, M.-H. Vicaire, etc.

12 euros (code de commande : 19155).

 

Annales Marbacenses qui dicuntur. (Cronica Hohenburgensis cum continuatione et additamentis neoburgensibus). Recognovit Hermannus Bloch. Accedunt annales Alsatici breviores. Hannoverae et Lipsiae, Impensis Bibliopolii Hahniani, 1907. In-8° broché, XXIII + 167 p., une planche dépliante hors texte, (collection « Scriptores Rerum Germanicarum in Usum Scholarum »).

25 euros (code de commande : 152/64).

 

BABELON (Jean) Les vie des Mayas. 2e édition. Paris, Gallimard, 1933. In-12 broché, 250 p., illustrations hors texte, (collection « Roman des Peuples », n° 2), exemplaire non coupé.

9 euros (code de commande : 146/61).

 

BARTIER (John) — Libéralisme et socialisme au XIXe siècle. Études rassemblées et publiées par Guy Cambier. Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1981. In-8° broché, LIX, 522 p., (collection « Université Libre de Bruxelles - Faculté de Philosophie et Lettres - LXXVIII - Faculté des Sciences sociales, politiques et économiques »), bel exemplaire.
Table des matières :
   - Avant-propos, par Guy Cambier.
   - John Bartier, par Pierre Cockshaw et Jacques Willequet.
   - Le V.·. M.·. de la R.·. L.·. Prométhée, Hommage maçonnique.
   - Bibliographie des travaux de John Bartier, 1938-1980, par André Miroir.
   - La vulgarisation historique.
   - Littérature et histoire.
   - Proudhon et ses amis belges.
   - Le mouvement démocratique à l'Université Libre de Bruxelles au temps de ses fondateurs.
   - Fondateurs et créateurs du Crédit Communal de Belgique.
   - Le Denier de l'Italie et la propagande garibaldienne en 1860.
   - Un centenaire : Les élections de 1864.
   - Proudhon et la Belgique.
   - Étudiants et mouvement révolutionnaire au temps de la Première Internationale.
   - Partis politiques et classes sociales en Belgique.
   - Charles De Gosier et le jeune libéralisme.
   - Léon Fontaine, Joseph Paz et l'Association fédérative universelle de la démocratie.
   - Léon Fontaine, Joseph Pas et l'Association fédérative universelle de la démocratie. Note complémentaire.
   - Des amis inconnus de Saint-Simon : les Guillery.
   - La Commune de 1871 et l'opinion belge.
   - L'édition bruxelloise du « Rappel » de Paris - 1869.
   - Le docteur Watteau, Charles De Coster et quelques autres.
   - La presse belge et la mort de Mazzini.
   - La police politique de Napoléon III et la Belgique.
   - Aux sources de l'Unionisme et du Libéralisme :
l'Observateur belge 1815-1820.
   - Quetelet politique.
   - Edgar Quinet et la Belgique.
   - Quelques réflexions sur le Saint-Simonisme et sur Stendhal.

25 euros (code de commande : 14669).

 

BAUDHUIN (Fernand) — Économie agraire. Quatrième édition refondue. Louvain, Institut de Recherches Économiques et Sociales, 1945. In-8° broché, 327 p., quelques cachets, rare.
Extrait de l'introduction :
   L'économique agraire est la science et l'ensemble des méthodes économiques applicables à l'agriculture. Nous préférons le substantif « Économique », qui évoque l'idée de « science », à celui, plus utilitaire, de « Économie ». Il rappelle au surplus l'« Économique » de Xénophon, mettant Socrate en cause, et l'« Économique » d'Aristote, malheureusement perdue.
   Les traités sur cette matière sont nombreux, mais ils méritent plutôt le nom d'« Économie Rurale» que Émile Vliebergh définissait comme suit :
   « L'Économie rurale est la science qui s'occupe de tout ce qui concerne la profession agricole, et le cultivateur considéré comme tel. On peut y distinguer :
      1°) des études techniques..., l'agronomie proprement » dite ;
      2°) des études économiques, sociales, juridiques et » politiques ».
   C'est dans ce sens également que parle H. W. C. Bordewyck : « L'économie agricole est la science agricole » vue et traitée du point de vue économique ».
   Ce n'est point là tout à fait notre préoccupation. Nous l'avons dit dans notre préface, au lieu d'être un agronome voyant les choses au point de vue économique, nous sommes un économiste observant la terre. Nous allons essayer de dégager les lois essentielles régissant l'agriculture, d'examiner les questions agricoles d'ordre général et enfin d'étudier la structure et l'évolution de l'agriculture belge.

20 euros (code de commande : 17395).

 

BENNETT (Geoffrey) — Freeing the Baltic. Edinburgh, Birlinn, 2002. In-8° broché, 263 p., illustrations hors texte, exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
   In 1919 the Baltic was one of the most politically volatile areas of the world : Finland was in revolt ; the German army was rampaging through Estonia, Latvia and Lithuania, and White troops were marching on revolutionary Petrograd. In this desperately unstable environment, the new governments of the Baltic states appealed desperately to the Allies for assistance. Britain responded by despatching a small flotilla of light cruisers and destroyers commanded by Rear Admiral Walter Cowan.
   Lacking clear instructions, Cowan had to improvise his own strategy, which he did to devastating effect. After a brief display of audacious and fearless tactics, including a daring raid into the heart of the nearly impregnable Russian naval base at Kronstadt, British ships outmanoeuvred the Germans and Russians, demonstrating that the greatness of the British navy lay not simply in the size and power of its ships but also in the brilliance and courage of its officers and men. The operation not only ensured the (temporary) freedom of Estonia, Latvia and Lithuania, but also created an enduring bond between these countries and Britain.
   Freeing the Baltic, originally published as Cowan's War, is the gripping account of this fascinating yet overlooked chapter of naval history. This edition contains new material by the author's son, including an account of Cowan's remarkable World War II adventures as a seventy-year-old commando in North Africa.

8 euros (code de commande : 19352).

 

BERNARD (H.) — De Marathon à Hiroshima. Vingt-cinq siècles d'art et de pensée militaires. Tome I : Les principes et les règles de l'art militaire. L'histoire militaire et l'évolution de l'art militaire jusqu'en 1919. Tome II : La guerre 1939-1945. L'entre deux guerres. La période de suprématie de l'Axe (septembre 1939 - novembre 1942). Tome III : La guerre 1939-1945. La période de suprématie alliée (novembre 1942 - août 1945). Bruxelles, Imprimerie Médicale et Scientifique, 1948 - 1949 - 1949. Trois volumes in-8° brochés, tome I : 350 p., tome II : 348 p, tableaux à déplier in fine, un feuillet volant d'errata, tome III : 430 p., un feuillet volant d'errata, exemplaires bien complet des trois fardes contenant les 59 planches à déplier, bon exemplaire dédicacé par l'auteur, peu courant.
Extrait de l'avant-propos :
   Ces leçons d'Histoire militaire ont été rédigées à l'intention des élèves de l'École Royale Militaire de Belgique.
   L'abondance des matières d'un tel cours, au lendemain de la guerre la plus riche en enseignements qu'on ait jamais connue, nous force à restreindre considérablement nos investigations dans le passé.
   C'est tout au plus si nous pourrons, pour chaque époque définie dans le plan de l'ouvrage, consacrer par une seule opération-type les modifications apportées à l'art militaire, car, plutôt que d'accumuler les exemples, nous préférons enchaîner ceux que nous présentons au lecteur, par l'évolution de la pensée militaire à travers les siècles. L'étude de l'Histoire militaire ne peut se réduire à exposer les faits dans leur ordre chronologique :
      ... « On ne l'approfondira qu'en faisant appel, par un travail combiné de synthèse et d'analyse, au raisonnement, à l'induction, au tact individuel, qui permettent seuls de décomposer les événement5, de les apprécier à leur juste valeur et d'en faire jaillir les principes vivifiants. » (B. Renard : Précis de l'Histoire militaire de l'Antiquité, 1875.)
   Aussi, cette étude ne portera-t-elle ses fruits que si le lecteur connaît au préalable :
      a) L'Histoire générale dans laquelle il devra situer les événements présentés souvent de façon fragmentaire, et les institutions des peuples dans leurs corrélations avec la constitution des armées. Comment comprendre l'organisation militaire d'un pays, si l'on ne tient compte de son organisation politique et sociale ?
      b) Les caractéristiques de l'armement de chaque époque.
      c) La tactique du moment.
   Si, dans les tomes II et III du présent ouvrage, nous pourrons étudier en détail la guerre 1939-1945 qui forme la matière de vingt-quatre leçons de soixante-quinze minutes, le tome I doit passer en revue l'Histoire militaire depuis les temps les plus lointains jusqu'en 1919, en seize leçons. Aussi, celui qui veut étudier l'art de la guerre, ne peut se contenter du canevas que nous lui présentons et qui n'est destiné qu'à lui permettre de se livrer, plus tard, à une étude approfondie des sujets proposés ; il doit lire en détail les campagnes des grands capitaines ; « c'est le seul moyen », dit Napoléon, « de pénétrer les secrets de l'art » ; il doit aussi analyser l'œuvre des grands penseurs militaires et en dégager l'influence sur leur époque. 

L'ensemble : 100 euros (code de commande : 22588).

 

BERTRAND (Romain) — L'Histoire à parts égales. Récits d'une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle). Paris, Seuil, 2011. In-8° broché, 658 p., exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
   S'il n'a jamais été autant question d'« histoire-monde », c'est souvent la même histoire du monde qui s'écrit : celle de l'Europe
et de son « expansion » en Afrique, en Asie et aux Amériques. Pour Romain Bertrand, il n'est d'autre remède à cet européocentrisme obstiné qu'une histoire à parts égales, tramée avec des sources qui ne soient pas seulement celles des Européens.
   C'est ce qu'il propose dans ce texte, en offrant le récit détaillé des premiers contacts entre Hollandais, Malais et Javanais au tournant du XXIIe siècle. Il montre que l'Europe ne détenait alors aucun avantage sur les sociétés du monde insulindien, que ce soit en matière de compétences nautiques et cartographiques, de grand négoce ou de technologies militaires. Lorsque les vaisseaux de la Première Navigation de Cornelis de Houtman jettent l'ancre en juin 1596 dans la rade de Banten, à Java, ce n'est pas à un monde « primitif» qu'ils ont affaire. Le lecteur découvre au contraire une société complexe et cosmopolite, insérée depuis des décennies dans des réseaux de commerce à grande distance, maillée de lieux de débats politiques et religieux intenses et sophistiqués, qui font étrangement écho à ceux qui ont alors cours en Europe.
   Un livre qui propose une manière radicalement nouvelle de faire de l'histoire globale.

15 euros (code de commande : 23048).

 

BIARD D'AUNET (Georges) — Après la guerre. La politique et les affaires. Paris, Payot, 1918. In-8° broché, 250 p., bon exemplaire.
Table des matières :
   I. Les données du problème.
   II. Les conditions nouvelles du commerce international.
      - L'Évolution du commerce international indépendamment de la guerre.
      - Conditions nouvelles résultant de la guerre.
   III. Les conférences économiques des alliés.
   IV. De l'organisation du travail national.
   V. De la représentation des intérêts nationaux dans les chambres législatives.

12 euros (code de commande : 22878).

 

Bibliographie internationale de la démographie historique - International Bibliography of Historical Demography. 1985. Paris, Société de Démographie Historique, 1985. In-8° broché, 119 p.
Table des matières :
   1. Généralités.
      11. Dictionnaires, lexiques, encyclopédies.
      12. Bibliographies en démographie historique.
      13. État de la recherche présente et/ou passée en démographie historique.
      14. Études traitant explicitement des relations entre la démographie historique d'une part et des disciplines connexes d'autre part.
      15. Manuels scolaires : ouvrages de vulgarisation.
      16. Doctrines anciennes.
      17. Politiques.
      18. Ré-édition ou traduction d'ouvrages classiques.
   2. Répartition spatiale de la population.
      21. Généralités.
      22. Aspects géographiques du peuplement ancien.
      23. Populations rurales, urbaines, régionales : symbioses entre villes et campagnes.
      24. Migrations internes.
      25. Nomadisme.
      26. Migrations internationales.
      27. Réfugiés, déportation, colonisation autoritaire.
      28. Urbanisation (entre autres : genèse des agglomérations géantes).
   3. Croissance démographique.
      31. Généralités.
      32. Croissance due au mouvement naturel.
      34. Estimations des populations anciennes.
      35. Transition démographique : dénatalité.
      36. Mécanismes auto-régulateurs.
      37. Stagnation : populations stationnaires ou quasi-stationnaires.
      38. Dépeuplement ou baisse de la population.
   4. Mortalité.
      41. Études générales : espérance de vie, mortalité aux différents âges (y compris tables de mortalité).
      42. Mortalité prénatale et périnatale.
      43. Mortalité infantile.
      44. Longévité.
      45. Mortalité différentielle (par catégorie sociale ou économique).
      46. Crise de mortalité (épidémies, épidémiologie, famines, guerres).
      47. Répartition des décès par causes
      48. Santé publique et équipement hospitalier dans leurs incidences sur la mortalité.
      49. Médecine ancienne.
   5. Fécondité.
      51. Études générales.
      52. Fécondité naturelle et stérilité.
      53. Fécondité par catégorie sociale ou économique.
      54. Régulation des naissances.
      55. Relations entre fécondité et autres facteurs démographiques.
      56. Relations entre fécondité et variables économiques et sociales.
      57. Fécondité illégitime.
   6. Nuptialité, familles, ménages.
      61. Études générales. Coutumes de mariage, union consensuelle, cohabitation.
      62. Nuptialité : célibat définitif.
      63. Âge au mariage.
      65. Remariages.
      66. Taille et composition des ménages et des feux.
      67. Cycles dans la vie familiale.
      68. Marché matrimonial (entre autres : endogamie, homogamie, métissage) ; parenté et alliance.
   7. Structures des populations ou des sous-populations anciennes.
      71. Généralités.
      72. Distribution par âge (vieillissement), par sexe ou par état matrimonial.
      73. Caractéristiques ethniques, raciales et linguistiques.
      74. Caractéristiques génétiques et biologiques ; isolats.
      75. Caractéristiques socio-économiques (entre autres : répartition par profession).
      76. Caractéristiques culturelles (analphabétisme) ; caractéristiques religieuses ; castes.
      77. Assimilations, ségrégations.
   8. Relations entre variables économiques et démographiques.
      81. Études générales.
      82. Variables démographiques et ressources naturelles (alimentaires).
      83. Croissance industrielle et variables démographiques.
      84. Croissance du secteur tertiaire et variables démographiques.
   9. Relations entre variables démographiques et autres facteurs sociaux.
      91. Études générales.
      92. Santé publique et variables démographiques autres que la mortalité.
      93. Facteurs sociaux (religion, statut économique et social, paupérisme, éducation) et variables démographiques.
      94. Logement (à l'exclusion des études sur la croissance des villes).
   10. Méthodologie et techniques de la démographie historique.
      101. Généralités.
      102. Critique des sources ; inventaires et lacunes ; registres paroissiaux, état civil.
      103. Dénombrements, recensements, rôles fiscaux, milice, élections.
      104. Exploitation et traitement des données.
      105. Traitement informatique.
      106. Principes d'analyse démographique.
      107. Paléodémographie ; interprétation de fouilles archéologiques.
   - Index des lieux.
   - Index des périodes.
   - Index des auteurs.

15 euros (code de commande : 22487).

 

BINNS (Norman E.) An Introduction to Historical Bibliography. With a preface by Arundell Esdaille. London, Association of Assistant Librarians, 1953. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, XII + 370 p., illustrations.

13 euros (code de commande : 131/69).

 

BIRKET-SMITH (Kaj) — Histoire de la civilisation. Caractéristiques et conditions du développement des sociétés rustiques et préindustrielles du passé et du présent. Traduction de Claude Desgoffe et de Jean L. Pelosse. Paris, Payot, 1955. In-8° broché, 565 p., (collection « Bibliothèque Historique »).

20 euros (code de commande : 140/63).

 

BIRNIE (A.) — Histoire économique de l'Europe (1760-1932). Préface de Roger Picard. Édition française par Pierre Coste. Paris, Payot, 1932. In-8° broché, 390 p., (collection « Bibliothèque Historique »).

12 euros (code de commande : 95/67).

 

BLOCKMANS (Wim) — Histoire du pouvoir en Europe. Peuples, marchés, États. Préface Jacques Santer. Épilogue Marcelino Oreja Aguirre. Anvers, Fonds Mercator Paribas, 1997. In-4° sous reliure, jaquette et étui d'éditeur, 402 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, exemplaire en très bel état.
Sur la jaquette :
   « Le pouvoir corrompt, » écrivait Lord Acton. « et le pouvoir absolu corrompt de manière absolue. » Parvenus au terme d'un siècle tumultueux et à l'aube d'un nouveau millénaire, nous constatons que la nature du pouvoir a subi une modification radicale. Cet ouvrage effectue une analyse magistrale des différentes configurations du pouvoir et de l'importance qui fut la leur dans l'histoire européenne de ces dix derniers siècles. L'auteur de l'Histoire du Pouvoir en Europe propose de la sorte une étude d'une valeur inestimable sur la pensée et la politique occidentale.
   Parcourant un arc temporel qui débute vers l'an mil, époque où naquirent en Europe les premiers états-nations, se poursuit avec les croisades, la Renaissance, la succession des guerres, des annexions et des révolutions, pour se terminer par l'apparition de formes nouvelles de gouvernement, cette vaste et ambitieuse étude ouvre une perspective originale et provocatrice sur l'exercice du pouvoir et ses effets.
   Contrairement aux empires chinois et ottoman, où la population subissait la domination généralisée d'un centre unique, l'Europe a toujours été un amalgame de systèmes de pouvoir disparates. Parmi ses centaines d états grands et petits-tous en compétition les uns avec les autres – de nouvelles idées ne cessèrent de fleurir, entraînant la création d une société unique dans l'histoire mondiale. C'est la remarquable diversité européenne qui conduisit au développement de multiples centres de pouvoir, à l'éclosion du capitalisme comme à celle du socialisme, à l'invention de la démocratie et à la mise en place de structures économiques et sociales complexes. En résultèrent à la fois des réalisations grandioses et des conflits dévastateurs.
   Wirn Blockmans interroge l'exercice du pouvoir dans la société européenne à travers l'analyse détaillée de trois champs majeurs : politique, économie et culture. Il démontre que, plus ces trois domaines se chevauchent, plus le pouvoir devient absolu. Les mouvements de populations, la relation des religions aux pouvoirs séculiers, les formes d'art produites dans les villes, les cours et les villages: rien n'échappe à son regard attentif.
   Pendant la plus grande partie de ce millénaire, les représentations visuelles furent pour les dirigeants et les gouvernements des outils essentiels de persuasion. Plus de 350 illustrations – peintures, gravures, miniatures, reliquaires, tapisseries, fresques, tableaux généalogiques, cartes, monnaies et même pièces d'échecs – éclairent de brillante façon la thèse de Blockmans. Des œuvres d'artistes aussi différents que Giorgio Vasari, Albrecht Durer, Rembrandt. El Greco, Edvard Munch, Gauguin, et représentant les sujets les plus variés – allégories religieuses, portraits de la famille Médicis, procès de sorcières en Allemagne au XVIe siècle, extrémisme religieux en Irlande du Nord, architecture stalinienne, batailles navales et cetera – contribuent ainsi à la présentation d'un panorama exhaustif des structures du pouvoir et des luttes qu'elles entraînèrent dans l'Europe de ce dernier millénaire.

45 euros (code de commande : 16111).

 

BOIA (Lucian) — Great Historians of the Modern Age. An International Dictionary. Ellen Nore, Keith Hitchins and Georg G. Iggers associate editors. New York - Westport - London, Greenwood Press, [1991]. In-8° sous reliure d'éditeur, XXIV, 841 p., bel exemplaire.
Preface :
   This volume of Great Historians, devoted to historians of the nineteenth and twentieth centuries, is the fruit of ample international collaboration facilitated by the International Commission on the History of Historiography.
   In this volume, we have tried to harmonize the criterion of universal value with national criteria, while at the same time illustrating certain particular domains of history. We are fully aware of the gaps left : we could not cover all national cultures, and the selection imposed by the limitations of space forced us to omit some historians who would have undoubtedly deserved entries. Besides, we observed as a rule the selection suggested by the consultants in the respective countries themselves and, out of the wish to preserve unaltered the specifics of every historiographic school, we made as few modifications as possible in the texts of the entries. We hope this explains some of the discrepancies in the volume.
   Entries are arranged by countries or geographical areas and then alphabetized. The editors have provided both an index of historians and a general subject index. Cross-references are indicated by « q.v. » following the name of an individual mentioned within the text who is the subject of a separate entry. English translations of books and articles in non-Western languages appear in parentheses.
   In several exceptional cases we included in a certain historiography historians of a different origin, who had, however, dedicated themselves to the study of the respective history and culture (as is the case of Leo Frobenius who is included in African instead of German historiography). As a general rule, living historians are not given entries in the dictionary and historians who have died since 1987 are not represented.
   We hope this work, the first of its kind, for all imperfections inherent to a pioneering work, will help provide better knowledge of world historiography with all its richness and variety.

20 euros (code de commande : 18257).

 

BONENFANT (Paul) — Cours de diplomatique. S.l., [ca 1941]. In-8° sous une modeste reliure, 296 p., soulignements et annotations.

13 euros (code de commande : 15913).

 

[BONN]. Plan de la Ville de Bonne et du Fort de Bourgogne avec la carte du Gouvernement située sur le Rhin, à 4 lieues au dessus de Cologne, cette ville est capitale de l'Electorat comme Cologne l'est du spirituel de l'Archeveche. On a marqué la disposition des attaques du siége commencé la nuit du 3. au 4. may et finie le 15. du dit mois. 1703. quelle cestans renduë aux Haut Allyé par capitulation. Gravure extraite de l'Atlas Portatif, ou le nouveau Theatre de la Guerre en Europe ; Contenants les cartes geographiques, avec les plans des Villes & Forteresses les plus exposees aux revolutions presentes, de Daniel de La Feuille, publié à Amsterdam, chez Jansson, en 1706. Gravure découpée au ras du trait d'encadrement et collée sur une feuille.
Dimensions :
   - Image : 241 x 180 mm.

35 euros (code de commande : 23172).

 

BORG (Alan) — War Memorials from Antiquity to the Present. London, Leo Cooper, 1991. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, XIV, 153 p., nombreuses illustrations.
Sur la jaquette :
   Most people daily pass by at least one War Memorial; they are to be found in every town and almost every village in the country, while in great cities such as London they exist in profusion. But who ever pauses to look at them ? Who ever asks who designed them or why they look the way they do ? The answer is probably very, very few. Yet, as Alan Borg, the Director-General of the Imperial War Museum, explains in this fascinating study, the war memorial is a distinctive art form with a history of its own.
   The custom of building monuments to commemorate battles goes back to the earliest days of recorded history ; indeed, such memorials are often the only records of that history. Over the ages the memorials of battles and the monuments to victorious commanders took many forms, but it was the unprecedented slaughter of the First World War that led to the greatest period of memorial building in Britain. Many architects and sculptors of the first rank turned their talents to the creation of the splendid memorials which we now ignore, or at best take for granted.
   Dr Alan Borg's scholarly yet highly readable text, enhanced by over 200 photographs mostly taken by himself, should awaken in the dullest spirit an awareness of this unique part of our heritage, so easily explored yet so regularly bypassed, and add a new dimension even to the day's journey to the office. How-many commuters realize that when they walk out of Waterloo Station each morning they are actually walking through a War Memorial ? How many can tell you why there
is an unclad and shapely young lady holding a sword aloft in Finchley ?
   It is no exaggeration to say that this book is the key to unlocking a world of art and symbolism for far too long ignored and unexplored.

20 euros (code de commande : 23051).

 

[BORGIA (Lucrèce)]. BELLONCI (Maria) — Lucrèce Borgia, sa vie, son temps. Traduit de l'italien par Madelaine Vaussard. Paris, Club des Éditeurs, 1956. In-8° sous reliure et Rhodoïd d'éditeur, [32], 512 p., illustrations hors texte, (collection « Hommes et Faits de l'Histoire », n° 1), exemplaire numéroté (n° 5735), en très bel état.
Table des matières :
   Première période.
      I. La conquête du Vatican.
      II. L'homme le plus charnel.
      III. La comtesse de Pesaro.
      IV. Mystères et crimes.
      V. La tragique duchesse de Bisceglie.
      VI. Le troisième mariage.
   Seconde période.
      VII. À la cour d'Este.
      VIII. Inquiétudes.
      IX. Le plus bel amour.
      X. Conjurations et intrigues ducales.
      XI. La guerre à Ferrare.
      XII. Temps de paix.
   Postface.
   Notes.
   Bibliographie.
   Glossaire.

10 euros (code de commande : 18901).

 

BRANTS (Victor)Les grandes lignes de l'Économie politique. Troisième édition. Louvain - Paris - Leipzig, Peeters - Lecoffre - Harrasowitz, 1901. In-8° demi-chagrin à coins, XX + 615 p., exemplaire annoté, dos, mors et coupes frottés.

25 euros (code de commande : 160/64).

 

BRUCKER (Gene) — Giovanni et Lusana. Amour et mariage à Florence pendant la Renaissance. Avant-propos de Christiane Klapisch-Zuber. [Titre original : Giovanni and Lusanna : Love and marriage in Renaissance Florence.] Traduit de l'anglais par Rémy Lambrechts. Paris, Alinéa, 1991. In-8° collé, 125 p., illustrations, (« Collection de la Pensée »), exemplaire à l'état de neuf, épuisé
En quatrième de couverture :
   « Giovanni est un noble florentin, Lusanna une jeune veuve de la petite bourgeoisie. Après douze années de vie commune, Giovanni veut épouser une riche florentine de son milieu. Lusanna se considère à juste titre mariée à Giovanni. Pour la première fois, une femme, de condition inférieure de surcroît, en quête de sauvegarder son honorabilité et son identité dans un monde dominé par les hommes, intente un procès à un noble.
   Leur histoire d'amour, et le procès qui s'ensuit en 1455 ont secoué la ville de Florence, ses répercussions allant jusqu'à la papauté. À travers leur histoire, découverte aux archives de l'État de Florence, l'historien Gene Brucker nous révèle l'univers dans lequel les deux protagonistes vivaient. Sa lecture livre au lecteur un caractère immédiat, intime et concret de ce « cas particulier » qui lui permet de saisir les caractéristiques plus précises d'une société et d'une culture.
   L'histoire de Giovanni et Lusanna appartient à un genre historique, la microhistoire, qui suscite beaucoup d'intérêt parmi les historiens américains et européens. Ce genre s'attache à une écriture historique plus descriptive qu'analytique dont l'objet central est davantage l'homme que sa situation. On pensera à l'histoire de Martin Guerre, un autre procès connu, décrit par Nathalie Zemon Davis ou à l'ouvrage de Leroy Ladurie sur la révolte durant le carnaval de 1580 dans la ville de Roman. Toute l'habileté du microhistorien est de suggérer sans emphase les échos des phénomènes qu'éveille pour lui l'évocation d'un destin individuel intégré à un problème historique. »

13 euros (code de commande : 12140).

 

BÜCHER (Karl) — Études d'histoire et d'économie politique. Traduites par Alfred Hansay. Préface de Henri Pirenne. Bruxelles - Paris, Lamertin - Alcan, 1901. In-8° broché, XII, 356 p., couverture défraîchie.
   Professeur d'économie politique à Dorpat, à Munich, à Bâle, à Karlsruhe et à Leipzig, Karl Bücher fut un des principaux animateurs de l'école historique d'économie politique nationale. Il fonda et dirigea, à Leipzig, l'important institut pour l'étude de la presse.
   Il est considéré comme le chef de cette école d'histoire de l'économie politique qui introduisit le point de vue évolutionniste dans l'analyse des systèmes économiques, et plaça ceux-ci le long d'un continuum allant de l'économie primitive à l'économie de type industriel. C'est Bücher qui définit pour la première fois la notion d'économie primitive, économie qui se réduit à l'économie familiale et empêche que se développent les relations de dépendance sociale qui sont caractéristiques des sociétés économiquement plus évoluées.
   L'influence de Bücher fut grande en son temps, surtout en Allemagne et dans les pays anglo-saxons. Il n'est pas exagéré de dire qu'il fut à l'origine de cette discipline anthropologique spécialisée qui devait se constituer sous le nom d'anthropologie économique.
   Ses œuvres les plus importantes, en matière d'économie politique, sont les suivantes : Origine de l'économie nationale (Die Entstehung der Vokswirtschaft, 1893), Travail et rythme (Arbeit und Rhythmus, 1896), Contribution à l'étude de l'économie politique (Beiträge zur Wirtschaftsgeschichte, 1922).
   Bücher fut aussi un historien de valeur, préoccupé d'histoire démographique et d'histoire sociale. Il publia en 1922 un important ouvrage sur la femme au Moyen Âge (Die Frauenfrage im Mittelalter).
Table des matières :
   Introduction.
   I. L'état économique primitif.
   II. Les origines de l'économie nationale.
   III. Les modes d'exploitation industrielle dans leur développement historique.
   IV. La disparition du métier.
   V. Les origines de la presse périodique.
   VI. L'union du travail et la communauté du travail.
   VII. La division du travail.
   VIII. Organisation du travail et formation des classes sociales.
   IX. Migrations intérieures et régime urbain, et sens de leur évolution historique.
Bibliographie :
   - 
Raymond Eches, Bücher Karl (1847-1930), dans Encyclopædia Universalis.

25 euros (code de commande : 22070).

 

Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiques. 6e série - Tome VIII. Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1997. Deux volumes in-8° brochés, 607 p., quelques illustrations.
Table des matières :
   Séance du lundi 6 janvier 1997.
      - Procès-verbal (pp. 5-11).
      - Exposé : Les avatars de la conscience, par Marc Richelle (pp. 13-47).
   Séance dit lundi 3 lévrier 1997.
      - Procès-verbal (pp. 49-58).
      - Éloge : Orner Jodogne 1908-1996, par Albert Henry (pp. 59-65).
      - Présentation d'orateur : Jean-Pierre Nandrin, par Philippe Godding (pp. 67-68).
      - Exposé : Justice, magistrature et politique aux premiers temps de l'indépendance de la Belgique, par Jean-Pierre Nandrin (pp. 69-111).
   Séance du lundi 3 mars 1997.
      - Procès-verbal (pp. 113-116).
      - Présentation d'orateur : Alain Martin, par Jean Bingen (pp. 117-119).
      - Exposé : D'Achmîm à Strasbourg, sur les traces d 'Empédocle, par Alain Martin (pp. 121-137).
   Séance du lundi 24 mars 1997.
      - Procès-verbal (pp. 139-142).
   Séance du lundi 5 mai 1997.
      - Procès-verbal (pp. 143-146).
      - Éloge : Paul De Visscher. 1916-1996, par François Rigaux (pp. 147-165).
      - Exposé : Compétition, mondialisation et politiques de concurrence, par Alexis Jacquemin (pp. 167-184).
   Assemblée générale des trois Classes du samedi 10 mai 1997.
      - Procès-verbal (pp. 185-187).
      - Rapport annuel : Action et Activités de l'Académie de mai 1996 à avril 1997, par Philippe Roberts-Jones (pp. 189-205).
      - Rapport annuel : Activités de Commission de la Biographie nationale de mai 1996 à avril 1997, par Jean-Marie Duvosquel (pp. 207-209).
   Séance publique du lundi 12 mai 1997.
      - Procès-verbal (pp. 211-212).
      - Discours : Statutaire, histoire et politique au 19 siècle, par Philippe Godding (pp. 213-240).
      - Lecture : Un dossier mystérieux : Les origines de Bruxelles, par Georges Despy (pp. 241-303).
      - Proclamation (pp. 305-308).
      - Nécrologe (p. 309).
      - Élections (p. 310).
      - Concours annuel de 1997 : rapports des Commissaires (pp. 311-326).
      - Prix et Fondations académiques : rapports des jurys (pp. 327-328).
   Séance du lundi 2 juin 1997.
      - Procès-verbal (pp. 329-330).
      - Réception d'associé : Thierry de Montbrial, par Philippe de Woot (pp. 331-334).
      - Résumé d'exposé : Nouvelles dimensions de la politique internationale, par Thierry de Montbrial (pp. 335-337).
      - Communication : Lecture de Aube, par Albert Henry (pp. 339-352).
   Séance du lundi 7 juillet 1997.
      - Procès-verbal (pp. 353-357).
      - Hommage : Robert Henrion, par Philippe Godding (p. 359).
      - Rapport de mission : 6e Congres international d'Histoire de la Science arabe. Ras-al-Khaimah, 16-20 décembre 1996, par André Allard (pp. 361-363).
      - Compte rendu de la 71e session annuelle du Comité de l'Union académique internationale (Jérusalem, du 15 au 20 juin 1997), (pp. 365-502).
   Séance du lundi 6 octobre 1997.
      - Procès-verbal (pp. 505-508).
      - Hommage : Jules Labarbe (1920-1997), par Philippe Godding (p. 509).
      - Hommage : Veiko Vää,änen (1906-1997), par Philippe Godding (p. 511).
      - Exposé : Nomen est omen. Du bon usage des noms propres dans le théâtre de langue anglaise, par Gilbert Debusscher (pp. 513-539).
   Séance du lundi 3 novembre 1997.
      - Procès-verbal (pp. 541-545).
      - Présentation d'orateur : Marianne Blomqvist, par Philippe Roberts-Jones (pp. 547-548).
      - Exposé : Les noms, un miroir de la société, par Marianne Blomqvist (pp. 549-557).
      - Rapport de mission : Le Tenessee Williams New Orleans Literary, par Gilbert Debusscher (pp. 559-562).
   Séance du lundi 1er décembre 1997.
      - Procès-verbal (pp. 562-566).
      - Éloge: Georges Duby (1919-1996), par Jacques Stiennon (pp. 567-576).
      - Présentation d'orateur : François Bédarida, par Jean Stengers (pp. 577-580).
      - Exposé : Y a-t-il une crise dans l'histoire de France ?, par François Bédarida (pp. 581-594).
   Table analytique.
   Table onomastique.

Les deux volumes : 18 euros (code de commande : 18102).

 

[BÜLOW] Mémoires du chancelier Prince de Bülow. Tome 1er : 1897-1902. Le secrétariat d'État des Affaires étrangères et les premières années de chancellerie. Tome II : 1902-1909. Du renouvellement de la Triplice jusqu'à sa démission de chancelier. Tome III : 1909-1919. La Grande Guerre et la Débâcle. Tome IV : 1849-1896. Sa jeunesse et sa carrière de diplomate. Traduction de Henri Bloch et Paul Roques. Paris, Plon, 1931-1949 (mentions de mille). Quatre volumes in-8° brochés, 494, 525, 346 et 527 p., illustrations hors texte, non coupés.

Les quatre volumes : 50 euros (code de commande : 131/62).

 

CALLOT (Émile) Ambiguïtés et antinomies de l'histoire et de sa philosophie. Préface de Fernand Braudel. Paris, Marcel Rivière et Cie, 1962. In-8° broché, 391 p., (collection « Bibliothèque Philosophique »).

15 euros (code de commande : 140/69).

 

CAPITAN (L.) — La préhistoire. Édition revue et augmentée par Michel Faguet, chargé de conférences à l'École d'Antrhopologie. Préface de Henri Breuil, professeur de Préhistoire au Collège de France et à l'Institut de Paléontologie humaine. Paris, Payot, 1931. In-8° broché, 223 p., 90 figures dans le texte et 16 planches hors texte, (collection « Bibliothèque Scientifique »).

13 euros (code de commande : 10218).

 

CARACO (Albert)Le tombeau de l'histoire. Lausanne, L'Âge d'Homme, 1975. Fort in-8° broché, 604 p.

15 euros (code de commande : 161/64).

 

CARTIER (Raymond) — Les secrets de la guerre dévoilés par Nuremberg. Paris, Arthème Fayard, 1946 (6e édition). In-12 broché, 318 p., papier jauni.

9 euros (code de commande : 157/65).

 

[CASANOVA (Giacomo)]. FLEM (Lydia) — Casanova ou l'exercice du bonheur. Paris, Seuil, 1995. In-8° broché sous jaquette, 240 p., (collection « La Librairie du XXe Siècle »), exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
   Entre Casanova et nous, il y a presque deux siècles d'ignorance et de malentendu. On le croyait don Juan de salon et mauvais bougre, on le découvre homme des Lumières et ami des femmes. Dans ce livre, Lydia Flem raconte comment l'enfant de Venise, malade et abandonné par sa mère, devient un homme audacieux, insolent, prêt à tout entreprendre. Casanova se jette dans l'existence sans rien vouloir en retour, sinon la plus scandaleuse des récompenses : le plaisir.
   Pour les femmes, le Vénitien est un homme disponible, un amant sans conséquences. Toujours généreux, il se donne sans compter et ne trouve la volupté que lorsqu'elle est partagée. Son art de vivre est un exercice du bonheur.
   À Paris, Rome, Berlin, Saint-Pétersbourg, Spa ou Londres, ce fils de comédiens se sent partout chez lui. Des salons aristocratiques aux bas-fonds, des alcôves aux couvents, des tables de jeux aux cénacles d'érudits, on le retrouve dans tous les cercles de la société du XVIIIe siècle. Tour à tour ignoré puis comblé par la bonne fortune, Casanova rebondit toujours.
   Exilé dans un château de Bohême, rattrapé par la vieillesse, cet amoureux de la langue française écrit treize heures par jour l'histoire de sa vie. Dernier pied de nez à la postérité, le Vénitien devient moraliste. Non content d'avoir fait de la volupté de vivre le principe d'une existence, il affirme que le vrai bonheur est celui qu'offre la mémoire. Au-delà du plaisir, il y a encore du bonheur, voilà l'insolente morale de Giacomo Casanova.

10 euros (code de commande : 18236).

 

CHAILLEY-BERT (Joseph) — Les compagnies de colonisation sous l'Ancien Régime. Paris, Armand Colin, 1898. In-8° broché, 192 p., rare édition originale, couverture un peu défraîchie.
Table des matières :
   - Les compagnies privilégiées de colonisation.
   Chapitre I. Causes, buts, procédés.
      1. Pourquoi des compagnies privilégiées de colonisation ?
      2. Les compagnies de l'Ancien Régime.
      3. Le but, les moyens, les chartes.
   Chapitre II. Encouragements accordés aux compagnies.
      1. La période de fondation : le monopole, les droits régaliens ; les secours en argent.
      2. La période de fondation : le peuplement ; les souscriptions.
      3. Les faveurs de la royauté ; la période d'exploitation.
   Chapitre III. Causes d'insuccès.
      1. Causes imputables aux chartes mêmes ou au principe des compagnies privilégiées.
      2. Causes imputables au roi et à sa politique.
      3. Causes imputables à la gestion des compagnies.
      4. Causes imputables à la contradiction entre la rigueur du monopole et la timidité avec laquelle on l'appliquait.
   Chapitre IV. Les résultats.
   Chapitre V. Résumé et conclusions.

35 euros (code de commande : 21748).

 

CHARDONNET (Jean) — L'économie mondiale au milieu du XXe siècle. Nouvelle édition. Paris, Hachette, 1952. In-8° broché, 378 p., exemplaire non coupé.
Table des matières :
   Introduction.
   Livre premier. L'héritage économique de la guerre.
      Chapitre I. L'expansion industrielle du monde.
         - L'hypertrophie industrielle des États-Unis.
         - L'augmentation de la production dans de nombreux pays.
         - L'industrialisation de pays peu développés.
         - Le rôle réduit des destructions de la guerre.
         - Les conséquences de la poussée industrielle.
      Chapitre II. L'effondrement économique de l'Europe.
         - L'affaissement de la production.
         - L'affaissement commercial.
         - L'affaiblissement financier.
      Chapitre III. Vers la création d'un bloc soviétique.
   Livre second. L'évolution économique du monde depuis 1945.
      Première partie. La puissance des États-Unis.
         Chapitre IV. L'évolution économique des États-Unis depuis 1945.
            - Le suréquipement américain.
            - L'équilibre économique des trois premières années de l'après-guerre.
            - Les symptômes de crise en 1949.
            - Les possibilités de crise future.
            - La transformation de l'économie américaine depuis la guerre de Corée.
         Chapitre V. La puissance financière des États-Unis.
            - La politique officielle des crédits extérieurs.
            - Les investissements privés à l'étranger.
            - L'enrichissement américain.
         Chapitre VI. L'expansion américaine dans le monde.
         I. Le contrôle économique des territoires d'Extrême-Orient.
             - Le contrôle économique sur les Philippines.
             - Les États-Unis et le relèvement économique du Japon.
         Chapitre VII. L'expansion américaine dans le monde.
         II. La politique pétrolière des États-Unis.
            - Les bases de la politique pétrolière.
            - La politique pétrolière aux États-Unis.
            - La politique pétrolière en dehors des États-Unis.
            - Les États-Unis et les pétroles du Moyen-Orient.
            - Bilan de la politique pétrolière américaine.
         Chapitre VIII. L'expansion américaine dans le monde.
         III. La politique des bases.
            - La politique des bases jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale.
            - Les enseignements de la Deuxième Guerre mondiale.
            - Les divers procédés de la politique des bases.
            - Les résultats.
         Chapitre IX. Le réseau aérien mondial des États-Unis.
            - Les facteurs de la puissance aérienne des États-Unis.
            - Le réseau aérien mondial des États-Unis.
            - Les limites du réseau aérien des États-Unis.
   Deuxième partie. Le monde soviétique.
      Chapitre X. L'évolution récente et l'état actuel de l'économie soviétique.
         - Le quatrième plan quinquennal.
         - Les difficultés économiques de l'U.R.S.S. de 1945 à 1947.
         - L'état actuel de la production soviétique.
         - Les buts de l'économie soviétique sont-ils atteints en 1950 ?
         - Les nouveaux développements économiques en projet.
      Chapitre XI. L'expansion soviétique en Europe centrale.
         - Les facteurs et les conditions de l'expansion.
         - L'intervention directe de l'U.R.S.S. dans l'économie de l'Europe centrale.
         - L'intervention indirecte : l'alignement sur la structure économique et sociale de l'U.R.S.S.
         - La contribution de l'Europe centrale à la puissance économique de l'U.R.S.S.
      Chapitre XII. Le potentiel économique chinois.
         - Les réserves chinoises en sources d'énergie et minerais.
         - L'équipement économique.
         - Les conséquences de la faiblesse de l'équipement.
         - L'évolution économique depuis 1949.
   Troisième partie. L'Europe occidentale : force théorique et désunion réelle.
      Chapitre XIII. Le redressement économique de l'Europe depuis 1948.
         - La restauration de la production.
         - L'évolution vers la stabilisation économique.
         - Le retour progressif à l'équilibre commercial.
      Chapitre XIV. L'absence d'unification économique européenne.
         - La grande politique de l'O.E.C.E. et son échec.
         - Les objectifs limités de l'O.E.CE. depuis 1949.
         - Les tentatives d'ententes régionales.
         - Les difficultés du pool franco-allemand du charbon et de l'acier.
   Quatrième partie. Les grands problèmes économiques actuels du monde occidental.
      Chapitre XV. Le problème des matières premières.
         - Les facteurs de la pénurie.
         - La pénurie quantitative des matières premières.
         - Les solutions.
      Chapitre XVI. Le problème commercial.
      Chapitre XVII. La menace inflationniste.
   Conclusion.
   Bibliographie.

13 euros (code de commande : 21732).

 

[CHARLES QUINT]. DE BOOM (Ghislaine) — Les voyages de Charles-Quint. Bruxelles, Office de Publicité, 1957. In-8° broché, 161 p., illustrations hors texte, (collections « Lebègue et Nationale », n° 121), exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
   Les itinéraires des voyages de Charles Quint – quarante au cours de quarante années de règne – forment, sur la carte de l'époque, comme un grand filet couvrant les principaux pays de l'Europe occidentale au XVIe siècle.
   Les chroniqueurs qui ont suivi le Souverain dans ces pérégrinations nous en ont laissé un témoignage parfois pittoresque, qui jette un jour curieux sur les mœurs et coutumes de la Renaissance, dans divers foyers de culture de l'Ancien Monde.
   Pourtant, derrière ce décor plaisant ou magnifique, l'historien distingue tous les dangers que court une Europe divisée sur le plan politique et religieux. Et sous l'habit impérial, il découvre un homme miné par les maladies, usé avant l'âge par des charges trop lourdes et les excessives fatigues d'incessants déplacements. Malgré ses voyages, ses luttes et ses négociations, Charles Quint aboutit à un échec qui s'exprima par l'abdication et la retraite du dernier Empereur d'Occident.

12 euros (code de commande : 18112).

 

[CHARLES QUINT]. HABSBOURG (Otto de) — Charles Quint. Un empereur pour l'Europe. Bruxelles, Racine, 1999. In-8° collé sous jaquette, 279 p., illustrations, (collection « Les Racines de l'Histoire »), exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   Charles de Bourgogne, dernier Empereur de l'Occident et créateur d'un nouvel empire au-delà des confins de l'Europe, appartenait, sur le plan des croyances et de la philosophie, au Moyen Âge. Tandis que, dans son esprit visionnaire, surgissaient déjà des idées typiques d'un âge nouveau, il devait rester souvent incompris de ses contemporains. Les siècles qui suivirent furent tout aussi incapables de saisir le monde de Charles Quint. Ni la Contre-Réforme ni le temps des Lumières ne purent lui rendre justice. Au XIXe siècle, le triomphe du nationalisme n'avait plus rien de commun avec cet homme qui, né en territoire bourguignon, avait été élevé aux Pays-Bas, était devenu roi d'Espagne, avait porté la couronne allemande, entretenait, comme empereur des Romains, des relations suivies avec les Italiens, parlait et écrivait couramment en français, néerlandais, espagnol et allemand, et dont l'horizon politique s'étendait des Amériques jusqu'à l'Extrême-Orient.
   Longtemps éclipsée par les idéologies nationalistes, la figure de Charles Quint retrouve, dans le contexte du 500e anniversaire de sa naissance, toute sa nouveauté et sa modernité. C'est l'idée maîtresse qui sous-entend cette biographie du plus grand des Habsbourg, écrite par le chef actuel de la maison des Habsbourg.

10 euros (code de commande : 20243).

 

[CHARLES QUINT]. SOISSON (Jean-Pierre) — Charles Quint. Paris, Grasset, 2000. In-8° collé, 410 p., illustrations hors texte, couverture un peu défraîchie.
En quatrième de couverture :
   Souverain des Pays-Bas à quinze ans, roi d'Espagne à seize, empereur d'Allemagne à dix-neuf, Charles Quint devint très jeune le maître d'un empire « sur lequel le soleil ne se couchait point ».
   Né en 1500, il assiste aux plus grandes découvertes de la Renaissance. Disciple d'Érasme, il aime Titien et les peintres italiens. Il se passionne pour les mondes nouveaux. Toute sa vie il cherche à conserver et à agrandir les territoires si différents dont il hérite. On a peine à imaginer que ses terres comprenaient l'Espagne brûlante, les Pays-Bas, des royaumes italiens... Charles Quint s'oppose à Soliman le magnifique, multiplie les alliances et les guerres avec le Pape, avec Henri VIII d'Angleterre, avec François Ier... À cheval ou en bateau, suivi par des carrioles de nourriture, de vêtements, d'œuvres d'art, de mobilier, il est tour à tour en Italie, en Bourgogne, dans l'Allemagne de Luther ; mais aussi à Alger et Tunis, qu'il conquiert ; enfin, il envoie ses hommes à l'assaut du Mexique et du Pérou... L'empereur voyage, rédige des milliers de lettres, aime, découvre et s'instruit, élève, honore ou déchoit.
   Il est aussi un des rares hommes de pouvoir à avoir choisi d'abdiquer. En 1556, ce prince qui sent que le monde nouveau n'est pas le sien, se retire au monastère de Yuste. Il y reste jusqu'à sa mort, tandis que son fils Philippe II règne.
   Avec talent et passion, Jean-Pierre Soisson nous emmène sur les pas d'un prince mystérieux, austère et aimant la vie, voyageant dans une Europe sans unité qu'il cherche à bâtir contre vents et marées.

12 euros (code de commande : 18300).

 

CHASTENET (Jacques) — Le siècle de Victoria. Paris, Club des Libraires de France, 1957. In-8° sous reliure et Rhodoïd d'éditeur, maquettes de Pierre Faucheux), 385 p., illustrations hors texte, (collection « Histoire »), exemplaire numéroté.

20 euros (code de commande : 162/65).

 

CHAUNU (Pierre) — De l'histoire à la prospective. [La méditation du futur c'est la connaissance du présent.] Paris, Laffont, 1975. In-8° broché, 397 p., (collection « Libertés 2000 »), couverture plastifiée, ex-libris manuscrit du professeur Jean-Jacques Hoebanx.
En quatrième de couverture :
   De l'histoire à la prospective est une brillante application des connaissances historiques à l'exploration de l'avenir. Pierre Chaunu est un des fondateurs de ce que l'on est convenu d'appeler l'histoire sérielle, c'est-à-dire une histoire qui s'efforce à une quantification totale de l'économie, de la réalité sociale et des faits de culture. Ce livre est un plaidoyer pour l'histoire et une défense et illustration de la vie. Il a semblé à l'auteur qu'une meilleure intégration d'une histoire scientifique à la culture des responsables de l'information et de la décision permettrait de réduire les à-coups et de corriger les prospectives erronées qui commandent des attitudes paniques contre la vie dans les pays occidentaux. Après avoir fait l'histoire de l'histoire et de l'intégration du discours historique à la culture, Pierre Chaunu montre comment l'histoire sérielle permet une lecture plus intégrante du présent et il corrige les projections interprétatives hier encore les plus communément et les plus massivement diffusées sur trois points essentiels : le phénomène démographique, la modification des comportements sexuels, la crise des Églises.
   Œuvre d'un historien universitaire, De l'histoire à la prospective débouche sur le pamphlet, l'essai, la profession de foi, sans jamais quitter le terrain scientifique. Ce texte prouve une fois de plus qu'aujourd'hui la méditation du futur, c'est la connaissance du présent.

13 euros (code de commande : 18688).

 

CHAUNU (Pierre) La mémoire de l'éternité. Paris, Robert Laffont, 1975. In-8 broché, 299 p.

7 euros (code de commande : 192/57).

 

 

CLARK (Alan) — The Fall of Crete. London, Cassel, 2004. In-8° collé, 211 p., illustrations hors texte, exemplaire en bel état.
En quatrième de couverture :
   The Germans invaded mainland Greece in April 1941. It took them only three weeks to drive out the British and their allies, and take 11,000 prisoners ; three more weeks, and they launched an all-out airborne assault on the now strategically important island of Crete. German casualties ran high, but the attack was constantly and aggressively reinforced. In a few days of bitter fighting they had captured the island, stolen from a numerically superior but ill-prepared and disorganised enemy. Ignominious evacuation by the Royal Navy, with heavy losses, and four years of traumatic occupation followed.
   Alan Clark, the historian, politician and diarist, tells the story with characteristic clarity and concision. It was a major disaster for the British, Commonwealth and Greek troops on the island, not least for those left behind to fend for themselves or be taken prisoner, a disaster relieved only by the courage and tenacity of the men on the ground.

5 euros (code de commande : 21726).

 

CLARK (J.G.D.) — L'Europe préhistorique. Les fondements de son économie. Avec 8 planches et 183 figures. Traduit de l'anglais par Jean Gouillard. Paris, Payot, 1955. In-8° broché, 491 p., illustrations in et hors texte, (collection « Bibliothèque Historique »).

20 euros (code de commande : 162/63).

 

CLOUGH (Shepard B.) — Histoire économique des États-Unis depuis la guerre de Sécession (1865-1952). Paris, Presses Universitaires de France, 1953. In-8° broché, 201 p., tableaux.

13 euros (code de commande : 163/63).

COLINON (Maurice) Histoire des jeux olympiques. Paris, Gedalge, 1960. In-8° broché, 126 p., illustrations en noir et en couleurs, (collection « Grand Pavois »).

10 euros (code de commande : 163/71).

 

La communication sociale et la guerre. Colloque des 20, 21, 22 mai 1974. Études de sociologie de la guerre. Bruxelles, Bruylant, 1974. In-8° broché, 286 p., illustrations.
@ Ce volume d'actes du colloque organisé par l'Institut de Sociologie - Centre de Sociologie de la Guerre contient : Le pouvoir des mots et la guerre, par le général-major Victor Werner ; Attitudinal Change with special reference to the Mass Media, par Otto Klineberg ; Faible intérêt du public pour la politique internationale, par Gabriel Thoveron ; War on the screen : A Psychological Perspective, par Robert Liebert et Diane E. Liebert ; Évolution de l'importance de l'impact de la communication sociale sur le déroulement de la guerre de 1940 à nos jours, par William Ugeux ; Social Communication and War : The Mass Media, par Guy Cumberbatch ; Psychological Warfare and the Propaganda fot Peace : Antinomies for the comming decade, par Jerzy J. Wiatr ; Cinema et violence : comment contrôler le comportement agressif des spectateurs, par Jacques-Philippe Leyens ; La Communication sociale et la guerre, par H. Laborit ; Le comportement territorial des souris, par Éliane Noirot ; Le Pape et la Guerre, par Paul M.G. Levy ; L'action psychologique durant la guerre de sécession des États-Unis (1861-1865), par Henri Bernard ; Les services allemands de propagande et de contrôle de l'information en Belgique occupée (1940-1944), par Jean-Léon Charles ; Un exemple de communication sociale dirigée : l'action psychologique en cas de guerre ou de conflit, par le colonel Pierre Cremer et le major René Schalbroeck ; Biologie sociale et communications, par Gaston Bouthoul ; Conclusions.

13 euros (code de commande : 10048).

 

COTTRELL (Léonard)Cités perdues et retrouvées (Lost Cities). Traduit de l'anglais par Anne Joba. Paris, Pierre Horay, 1958. In-8° broché, 257 p., illustrations in et hors texte, maquette de couverture de Massin, (collection « Mémoire du Monde »), exemplaire non coupé.

12 euros (code de commande : 172/64).

 

CREAGH (Garrett O'Moore) et HUMPHRIS (Edith Mary) — The Distinguished Service Order 1886-1923. A complete record of the recipients of the Distinguished Service Order from its institution in 1886, to the 12th june, 1923, with descriptions of the deeds and services for which the award was given and with many biographical and other details. Compiled from official publications and despatches, letters from Commanding Officers and other contemporary accounts, and from information from private sources. Foreword by David Richard Beatty, Frederick Rudolph Lambart and Hugh Montague Trenchard. London, Hayward & Son, 1978. Fort in-4° sous reliure d'éditeur, [VIII], 444 et 373 p., illustrations, exemplaire en bel état de ce rare ouvrage de référence.
Table des matières :
   - The Statutes of The Distinguished Service Order.
   - Recipients of the D.S.O. from its Institution in 1886 to the 31st December, 1915, and their Records.
   - Index.
   - « The London Gazette » Notices from 1st January, 1916, to the 12th June, 1923, of Awards of the D.S.O. ; of Bars to the D.S.O., and of the Services which won the Distinctions.
   - Index, including references to the « Gazette » Notices of Awards and Services, and also including Biographical and other Details.

100 euros (code de commande : 23548).

 

Le Creuset de l'Espérance. Le Mexique de 1810 à 1910. De Doorbrak van de Hoop. Mexico van 1810 tot 1910. Bruxelles, BBL, 1993. In-4° broché, 241 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, édition bilingue (français - néerlandais).
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à la Banque Bruxelles Lambert, à Bruxelles, du 5 octobre au 5 décembre 1993 dans le cadre des manifestations « Europalia 93 Mexico ».
Table des matières :

   - Le creuset de l'espérance. Le Mexique à la recherche de son identité, par Maria Eugenia de Lara.
   - La « Nacion Mexicana ». L'histoire mouvementée du Mexique au XIXe siècle, par Juan Ortiz Escamilla.
   - Au nom de Dieu et d'un empereur « éphémère ». Le corps des volontaires belges au Mexique, par Richard Boijen.
   - Le Porfiriat. Le régime dictatorial de Porfirio Diaz (1876-1910), par Gloria Villegias Moreno.
   - La recherche d'une image nationale. Les arts platiques mexicains au XIXe siècle, par Fausto Ramirez.
   - Le Mexique, terre de contrastes, par Robert Duclas.

25 euros (code de commande : 15558).

 

DARMESTETER (Arsène) Cours de grammaire historique de la langue française. Deuxième partie : Morphologie. Publiée par Léopold Sudre. Onzième édition revue et corrigée. Paris, Delagrave, 1924. In-12 broché, VI + 189 p., déchirure (sans manque) à la couverture.

10 euros (code de commande : 146/69).

 

DE BEER (Jean) — L'Aventure chrétienne. Trois siècles sans pouvoir face au pouvoir. Récit. Paris, Stock, 1981. In-8° collé, 417 p., exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   Comment quelques centaines d'hommes, voyageurs infatigables, conduits par les douze Apôtres et inspirés par Dieu, ont entrepris la mobilisation du monde, sans autres armes que la fraternité, la paix et l'amour. Pas à pas, une société, la nôtre, allait sortir de tant d'ardeur. Seul, Eusèbe, évêque de Césarée, (265-340 après Jésus-Christ), qui détenait des documents et des témoignages irremplaçables a réuni les éléments de cette histoire des premiers siècles de l'Église, de ce temps où celle-ci n'était que souffrante et sans pouvoir.
   Jean de Béer a suivi son itinéraire pour les hommes d'aujourd'hui. Il nous donne un livre remarquablement documenté, vivant, souvent passionné, toujours passionnant.

9 euros (code de commande : 15564).

 

DE BOOM (Ghislaine) — Correspondance de Marguerite d'Autriche et de ses ambassadeurs à la cour de France concernant l'exécution du traité de Cambrai (1529-1530). Bruxelles, Lamertin, 1935. In-8° broché, XXV, 270 p., (collection « Commission Royale d'Histoire »), exemplaire non coupé.
Table des matières :
   I. Introduction.
      - Correspondance de Marguerite d'Autriche, tante de Charles-Quint : publications et inédits.
      - Manuscrit appartenant au comte de Lalaing : description intrinsèque et extrinsèque.
      - Rôle important d'Antoine de Lalaing à la Cour des Pays-Bas.
      - Origine de Philippe de Lalaing, fils légitimé d'Antoine de Lalaing.
      - Ses fonctions à la Cour de Marguerite d'Autriche.
      - Sa mission diplomatique à la Cour de France.
      - Son collaborateur, François de Bonvalot, trésorier de l'église de Besançon.
      - Retour de Philippe de Lalaing aux Pays-Bas.
      - Fin de sa vie : son épitaphe.
      - Caractères de sa mission diplomatique : les instructions données par Marguerite d'Autriche.
      - Les ambassadeurs sont chargés de surveiller l'exécution du traité de Cambrai.
      - Difficultés de cette mission.
      - Interventions personnelles de Marguerite d'Autriche.
      - Projet d'une alliance entre Charles-Quint et François Ier, négociée par Marguerite d'Autriche et Louise de Savoie.
      - Mort des deux Régentes et échec de cette tentative.
      - Importance de cette correspondance.
   II. Instructions données par Marguerite d'Autriche à Philippe de Lalaing.
   III. Correspondance de Marguerite d'Autriche et de ses ambassadeurs à la Cour de France concernant l'exécution du traité de Cambrai.
   IV. Lettres de Philippe et Antoine de Lalaing.
   V. Engagement souscrit par Marguerite d'Autriche et les principaux seigneurs des Pays-Bas en faveur de François Ier.
   VI. Rapport à Marguerite d'Autriche sur la journée de Cambrai concernant les déprédations.
   VII. Lettre de Philippe de Lalaing, Guillaume des Barres et Charles de Poupet de la Chaulx à Marguerite d'Autriche.
   VIII. Lettre de Philippe de Lalaing et Guillaume des Barres à Marguerite d'Autriche.
   - Errata - Index - Table de concordance.

15 euros (code de commande : 17728*).

 

DECLÈVE (Jules)Exposé de la question du serment. Mons, Dequesne-Masquillier, 1874. In-8° broché, 42 p., non coupé, manques à la couverture fragile.
   Extrait du tome IX de la 3e série des Mémoires et Publications de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut.
   L'auteur se propose ici de s'interroger sur le formalisme du serment. Les premières pages sont consacrées à l'Antiquité puis il s'intéresse au terme serment dans le droit et la jurisprudence belge.

8 euros (code de commande : 21457).

 

La Découverte du passé. Progrès récents et techniques nouvelles en préhistoire et en archéologie. Études réunies et présentées par A. Laming, avec la collaboration de R.J.C. Atkinson, G. Bailloud, H. Balfet, P. Chombard de Lauwe, A. France-Lanord, G. Lemée, A. Leroi-Gourhan, H.L. Movius, K.P. Oakley et J.F.S. Stone. Paris, A. et J. Picard, 1952. In-8° broché, 363 p., illustrations et un tableau dépliant hors texte.

15 euros (code de commande : 175/64).

 

DELUMEAU (Jean) — Le péché et la peur. La culpabilisation en Occident (XIIIe-XVIIIe siècles). Paris, Fayard, 1984. In-8° broché, 741 p., exemplaire en bel état.
En quatrième de couverture :
   Jamais une civilisation n'avait accordé autant de poids – et de prix – à la culpabilité et à la honte que ne l'a fait l'Occident des XIIIe-X VIIIe siècles. Nous sommes là devant un fait majeur que l'on ne saurait trop éclairer. Tenter, dans un espace et une tranche chronologique donnés, l'histoire du péché c'est se placer au cœur d'un univers humain. C'est dégager du même coup un ensemble de relations et d'attitudes constitutives d'une mentalité collective. C'est retrouver la méditation d'une société sur la liberté humaine, la vie et la mort, l'échec et le mal. C'est découvrir sa conception des rapports de l'homme avec Dieu et la représentation qu'elle se faisait de celui-ci. C'est donc, à l'intérieur de certaines limites, entreprendre conjointement une histoire de Dieu et une histoire de l'homme. Dieu est-il plutôt bon ou plutôt juste ? Une civilisation entière s'est interrogée inlassablement pendant plusieurs siècles sur cette question. À l'étage collectif naquit au XIVe siècle une « maladie du scrupule » qui s'amplifia par la suite. Comme si l'agressivité qui se déchaînait contre les ennemis du nom chrétien ne s'était pas épuisée en ces luttes pourtant diverses et sans cesse renaissantes. Une angoisse globale qui se fragmentait en des peurs « nommées », découvrit un nouvel ennemi en chacun des habitants de la cité assiégée ; et une nouvelle peur : la peur de soi.

20 euros (code de commande : 24365).

 

DEMANGEON (A.) Le déclin de l'Europe. 2e édition préfacée et mise à jour par Aimé Perpillou. Paris, Guenégaud, 1975. In-12 broché, XI + 373 p.

12 euros (code de commande : 148/69).

 

DESCOLA (Jean) Les Conquistadors. [Paris], Club du Meilleur Livre, 1957. In-8° sous reliure et Rhodoïd d'éditeur, 411 p., illustrations hors texte dont certaines dépliantes, cartes volantes, exemplaire numéroté et à l'état de neuf.

15 euros (code de commande : 202/68).

 

Deux inédits du Musée de Préhistoire de Mons (Belgique) par la Société de Recherches Préhistoriques en Hainaut. Le Mans, Monnoyer, 1955. In-8° agrafé, 11 p., illustrations, envoi de P. H. Moisin au professeur Maurice-A. Arnould.
   Extrait du compte rendu de la XIVe session du Congrès de Préhistoire de France, Strasbourg-Metz 1953, pp. 583-593.
   Le texte qui est signé par A. Adam, M. G. Lefrancq, L. Letocart, P. H. Moisin, H. Muller et R. Royo, concerne : 
      1. une pointe barbelée maglemosienne découverte dans la plaine alluviale de la Haine, à Pommerœul, en 1848-1849 à l'occasion de la construction des hauts-fourneaux ;
      2. un instrument pédiforme de type omalien découvert sur la rive gauche de la Trouille, à Spiennes (au lieu-dit « Petit Spiennes » et non au « Camp à Cayaux »), en 1951.

5 euros (code de commande : 16168).

 

De Vrede van Gent. Verslag der werkzaamheden van het internationaal colloquium op 26 en 27 septembre 1964 ingericht door de Rijksuniversiteit te Gent met de medewerking van het Atlantisch Voorlichtings- en Documentatiecentrum te Brussel, ter herdenking van de honderdvijtigste verjaardag der ondertekening van de Vrede van Gent. Gent, Rijksuniversiteit te Gent, 1965. In-8° broché, 109 p., (collection « Werken Uitgeveven door het Rectorrat van de Rijksuniversiteit te Gent », n° 16).
Table des matières :
   - Academische Zitting - Séance Académique - Académic Representation.
   - Openingsrede, door Rector J. J. Bouckaert.
   - Introduction du thème général du colloque, par M. J. H. Pirenne.
   - Message from Mr. Nelson Rockefeller.
   - Message from Mr. Christian Herter.
   - Great Britain and the treaty of Ghent, by Sir Charles Petrie.
   - Gent, Zetelplaats van de Angelsaksische Vredesconferentie, door Th. Luykx.
   - A peace that lasted, by E. J. Pratt.
   - Le lent développement de la solidarité Atlantique, par le Baron J. Ch. Snoy et d'Oppuers.
   - Werkzitting gewijd aan de Rol van de Handel als Vredesfactor tussen de Atlantische Naties - Séance de Travail consacrée au Rôle du Commerce comme facteur de Paix entre les Nations Atlantiques - Session concerning the part played by Commerce as a factor to ensure peace among thé Atlantic Nations.
   - Speech delivered by Mr. F. Figgures.
   - Communication de M. A. de Baerdemaeker.
   - Atlantic Ties and United States Investments in Europe, par F. Boas.
   - Les Relations Économiques de l'Amérique latine avec les États-Unis et l'Europe Occidentale, par L. Ameye.
   - Werkzitting gewijd aan de Rol van de Handel als Vredesfactor tussen de Atlantische Naties en Derden - Séance de Travail consacrée au rôle du commerce comme facteur de paix entre les Nations Atlantiques et les Tiers - Session concerning the part played by Commerce as a factor to ensure peace among the Atlantic Nations and other countries.
   - Speech delivered by Mr. F. Figgures.
   - Le Commerce, facteur d'émancipation individuelle et de paix, par J. Pirenne.
   - Reflexions on peace and liberty, par M. Delgado.
   - Le Commerce comme facteur de paix dans les relations des Nations Atlantiques avec les pays d'Outre-Mer, par A. Garand.
   - Diverse Tussenkomsten - Interventions Diverses - Several Interventions, par : le Général M. Carpentier (France), M. Lukomo (Congo), le baron W. Michiels van Kessenich (Nederland), J. Gascuel (France), F. Boas (USA), F. E. Figgures, Discussion entre M. Gascuel et M. Garand au sujet de la détérioration des Termes d'échange, Mr. Webb.
   - Slotzitting - Séance de clôture - Last Session.
   - Rapport général, par J. H. Pirenne.
   - Allocution de clôture par J. J. Bouckaert.

12 euros (code de commande : 16004).

 

DHOQUOIS (Guy) — Sociologie historique. Pour l'Histoire. Paris, Anthropos, 1971. In-8° broché, 332 p., bel exemplaire.
En quatrième de couverture :
   « Ce livre a un triple but : faire avancer, à partir des données fournies par l'histoire comparative, nos idées sur la typologie des sociétés humaines à l'aide d'un concept de base, celui de mode de production ; en fonction de ce travail concret, faire progresser la méthodologie et l'épistémologie de l'histoire prise comme sociologie historique et, à partir de cette théorie de la praxis, aboutir à la critique de l'évolution contemporaine vers le capitalisme d'État et de son idéologie, en particulier le structuralo-marxisme.
   Du communisme primitif au communisme, c'est peut-être une spirale que décrit l'histoire de l'humanité. Mais ne s'emprisonne-t-elle pas progressivement dans le règne de la nécessité et des machines, dans le dernier avatar des sociétés de classes, le capitalisme d'État ? »

12 euros (code de commande : 13230).

 

Dire l'Histoire. Dossier édité par Jacques Lemaire. Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1987. In-8° broché, 175 p., (collection « Laïcité - La Pensée et les Hommes », 30e année. Nouvelle série, 5).
Table des matières :
   - Dire l'Histoire, par J. Lemaire.
   - Culture et démocratie, par R. Mortier.
   - L'histoire et ses méthodes, par J.-J. Hoebanx.
   - Les motivations dans les changements des programmes d'histoire, par M. Hodeige.
   - Enseigner l'histoire, par F. Nagels.
   - Le défi des médias à l'histoire, par G. Thoveron.
   - L'histoire comme scénario, par G. Van Hout.
   - L'histoire dans le roman, par J. Cels.
   - Droite et extrême droite, par G. Goriely.
   - Quelle histoire ! Quelle histoire !, par C. Herne.
   - Le deuil différé, par A. Kestelyn.

12 euros (code de commande : 12526*).

 

DOWELL (Stephen) A History of Taxation and Taxes in England from the earliest times to the year 1885. Vol. I : Taxation, from the earliest times to the Civil War. Second edition, revised and altered. London, Longmans, Green, and Co, 1888. In-8° sous cartonnage d'éditeur, XXIX, 244, 24 p. (catalogue de l'éditeur).
Table des matières :
   Book I. Befor the Norman conquest.
   Book II. From the Norman conquest to the settlement of the fiftheenth and tenth. 1066-1334.
      Chapter I. The revenue from demesne.
      Chapter II. The revenue from the incidents and casualties of the feudal tenures.
      Chapter III. The Court of th Exchequer.
      Chapter IV. The Exchequer of the Jews.
      Chapter V. Danegeld and carucage 1084-1224.
      Chapter VI. The land tax on the knight's fee, termed scutage 1159-1306.
      Chapter VII. Tallage - The taxation of royal demesne.
      Chapter VIII. The taxation of moveables 1188-1334.
      Chapter IX. The duties at the ports.
   Book III. From the settlement of the fiftheenth and tenth in 1334 to the civil war, 1642.
      Chapter I. Direct taxattion.
         Part I. Direct taxation during the Hundred Year's war and the war of the Roses.
         Part II. Direct taxation under the Tudors.
         Part III. Direct taxation under the Stuarts.
      Chapter II. The duties at the ports.
         Part I. The duties at the ports during the Hundred Year's war and the war of the Roses.
         Part II. The duties at the ports under the Tudors.
         Part III. The duties at the ports under the Stuarts.
      Chapter III. Exactions by way of benevolence and by means of monopolies. The tariff of honors.
      Chapter IV. The ship writs 1634-1641.
   Appendices.

30 euros (code de commande : 21420).

 

DROWER (George) — Heligoland. The True Story of German Bight and the Island that Britain Betrayed. Thrupp, Sutton, 2002. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, XVI, 334 p., illustrations hors tetxe, exemplaire en parfait état.
Sur la jaquette :
   In 1956 sea area Heligoland became German Bight. But why did the North Sea island at its heart, which for nearly a century had demonstrated its loyalty to Britain, lose its identity ? How had this once peaceful haven become, as Admiral Jacky Fisher exclaimed, « a dagger pointed at England's heart » ? Behind the renaming of Heligoland lies a catalogue of deceit, political ambition, blunder and daring. Now, for the first time, George Drower unravels the evidence to tell the compelling story of how the island and its vulnerable inhabitants came to be used as pawns in European power politics.
   Heligoland came under British rule in the nineteenth century, a « Gibraltar » of the North Sea. Then, in 1890, despite the islanders' wishes, Lord Salisbury announced his intention to swap Heligoland for Germany's presence in Zanzibar. The Prime Minister's decision unleashed a storm of controversy. Queen Victoria telegrammed from Balmoral to register her fury. But Heligoland's language and customs were overthrown and its administration subsumed under a new power. During both world wars, it was used by Germany to control the North Sea, and RAF planes bombed the once-British territory. After the Nazi defeat, the islanders were forcibly exiled.
   Behind the headlines, the story of those caught up in the tragedy is revealed : Arthur Barkly, the courageous island governor whose family was scapegoated by Salisbury ; William Black, who campaigned passionately through The Times to make the islanders' voices heard ; Sir Douglas Savory, who determined to stop the island's use as a bombing range ; Erskine Childers, who probably based his The Riddle of the Sands on the North Sea island's story ; and the many islanders who found their livelihoods threatened, their lives changed for ever.

6 euros (code de commande : 19342).

 

DROZ (Joseph)Économie politique ou principes de la science des richesses. Suivi du Catéchisme d'économie politique de J.-B. Say. Augmenté de notes et d'une préface par Charles Comte. Bruxelles, Société Typographique Belge, 1841. In-8° demi-percaline verte à coins, XI + 384 p., rousseurs et traces de mouillures.
@ Les ouvrages de Joseph Droz connurent un important succès et, dès 1827, furent parmi les plus contrefaits.
& Godfroid, Aspects inconnus et méconnus de la contrefaçon en Belgique.

30 euros (code de commande : 26/64/vit3).

 

DULONG (Claude) L'amour au XVIIe siècle. Paris, Hachette, 1969. In-8° broché, 321 p.

10 euros (code de commande : 188/61).

 

DUMÉZIL (Georges) — Aspects de la fonction guerrière chez les Indo-Européens. Paris, Presses Universitaires de France, 1956. In-8° broché, 111 p., (collection « Bibliothèque de l'École des Hautes Études - Section des Sciences Religieuse », volume LXVIII), bon exemplaire de cette peu courante première édition.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   - Introduction.
   I. La geste de Tullus Hostilius et les mythes d'Indra.
      I. Les « Horatii » et les « Aptya ».
      II. Mettius Fuffetius et Namuci.
      III. Remarques.
   II. Les trois péehés du guerrier.
      I. Les péchés et les pertes d'Indra et de Yima.
      II. Les trois péchés de Starcatherus.
      III. Les trois péchés d'Héraclès.
   - Note finale.
   - Appendice : Discussion sur Starkadr.

20 euros (code de commande : 20950).

 

DUPÂQUIER (Jacques) — Pour la démographie historique. Préface de Pierre Chaunu. Paris, Presses Universitaires de France, 1984. In-8° broché, 188 p., (collection « Histoires »).
En quatrième de couverture :
« La démographie historique s'est constituée en France, il y a vingt-cinq ans, sous l'impulsion conjointe d'historiens et de démographes. Fondée sur la reconstitution des familles dans le cadre paroissial, elle a permis de mesurer les comportements des paysans de l'Ancien Régime, et ainsi bouleversé les idées que nous avions des sociétés traditionnelles. Cependant, les limites des études monographiques n'ont pas tardé à apparaître, et c'est dans d'autres directions que la démographie historique cherche aujourd'hui son second souffle : en renouvelant sa méthodologie, en élargissant ses champs de recherche, et surtout en appliquant à l'histoire sociale les techniques scientifiques qu'elle a progressivement mises au point. »

12 euros (code de commande : 10078).

 

DUPLESSY (Lucien) — L’esprit des civilisations. Les lois de leur naissance, de leur vie et de leur mort. Paris, La Colombe, 1955. In-8° broché, 362 p., exemplaire non coupé.

10 euros (code de commande : 183/60).

 

Écrire l'histoire du XXe siècle. [La politique et la raison.] Paris, Hautes Études - Gallimard - Seuil, 1994. In-8° broché, 267 p., (collection « La Pensée Politique », n° 2), exemplaire en parfait état.
Table des matières :
   Écrire l'histoire du XXe siècle.
      - Présentation
      - La passion révolutionnaire au XXe siècle, par François Furet.
      - Le XXe siècle, la guerre et la paix, par Pierre Hassner.
      - L'historiographie philosophique d'Ernst Nolte, par Hans-Christof Kraus.
      - L'Église catholique et la démocratie, par Alain Besançon.
      - Rousseau et la découverte de la compassion politique, par Clifford Orwin.
      - Des liens accidentés entre progrès politique et progrès économique, par Albert O. Hirschman.
   La politique et la raison.
      - Philosophie du jugement politique, par Vincent Descombes.
      - L'analyse des systèmes bureaucratiques, par Michel Crozier.
      - Vico et la « barbarie de la réflexion », par Alain Pons.
      - La raison dans le droit. Philosophie et Common Law selon Blackstone, par Franck Lessay.
      - Calvin et la raison révélée, par Ralph Hancock.
      - Raison financière et raison politique d'Ancien Régime, par Alain Guéry.
      - La raison politique chez Victor Cousin et Guizot, par Lucien Jaunie.
      - Machiavel : état de la question, par Rémy Freymond.

13 euros (code de commande : 14703).

 

L'enseignement de l'histoire en Wallonie. S.l., Association pour le Progrès Intellectuel et Artistique de la Wallonie, 1948. In-8° agrafé, 28 p., (collection « Les Études de l'A.P.I.A.W.).

2,50 euros (code de commande : 9406).

 

[ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE]. Les États-Unis 1950. Bruxelles, E.C.A., 1950. In-12 agrafé, 80 p., illustrations.
   Traduction de la brochure publiée aux États-Unis sous le titre Facts about the United States.
Sommaire :
   - Le pays et la population.
   - La constitution.
   - Le gouvernement.
   - Niveaux de vie des Américains.
   - La santé.
   - L'instruction publique.
   - La sécurité sociale.
   - Le travail et les syndicats.
   - Les femmes américaines.
   - La religion aux États-Unis.
   - Musique, littérature, peinture, sculpture et théâtre.
   - Les loisirs.
   - Les industries américaines.
   - P.T.T., télévision, journaux.
   - L'énergie électrique.
   - Voies de communication et moyens de transports.
   - L'agriculture américaine.
   - Forêts et produits forestiers.
   - Ressources minérales.
   - Marine marchande et commerce extérieur.
   - Les finances publiques.
   - Dates principales de l'histoire américaine.

8 euros (code de commande : 20373).

 

[ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE]. Les forces vives aux États-Unis. S.l., Service d'Information des États-Unis, [ca 1950]. Petit in-4° agrafé, [28] p., nombreuses photographies en noir et blanc, bel exemplaire.
En quatrième de couverture :
   La liberté est la clef de voûte de la force morale et matérielle de l'Amérique. Mais l'énergie, la détermination et la clairvoyance se sont associées à la liberté pour réaliser cette force-pour affronter et résoudre les problèmes qu'il fallait surmonter pour y parvenir.
   La force peut être une puissance pour le bien ou pour le mal-elle peut construire ou détruire. Selon qui la contrôle, elle est orientée vers l'une ou l'autre de ces fins. L'histoire montre que lorsque la force est contrôlée par un petit nombre de gens, elle devient le maître, et non le serviteur du peuple. La démonstration de cette vérité ne se limite pas au passé.
L'histoire montre que la force, placée entre les mains de tous, travaille de façon constructive au bénéfice de tous. Et la démonstration de cette vérité ne se limite pas non plus au passé.
   La force des États-Unis appartient au peuple américain. C'est lui qui l'oriente. Cette orientation vise, par tradition, à la paix et à l'amélioration de l'individu. La force, ainsi utilisée, ne profite pas seulement à l'Amérique et à son peuple ; elle profite au monde entier.
   Au cours de deux guerres mondiales, la force des États-Unis a été un puissant facteur pour préserver la liberté non seulement du peuple américain, mais de millions d'autres personnes dans le monde. Une grande partie de cette force a été consacrée à aider les nations affaiblies par la guerre à rétablir ou à maintenir leur liberté et leur indépendance économiques et politiques-à être des membres forts, sains et libres d'une communauté pacifique mondiale.
   Les éléments – les sources – de cette force matérielle sont l'énergie électrique et autres industries, les transports, l'agriculture, les communications et transmissions, la construction. Chacun de ces éléments de force dépend de tous les autres. Il n'aurait été possible d'en développer aucun sans les développer tous. De la même façon, le développement de chacun a contribué au développement de tous. Ces éléments de la force des États-Unis continueront à s'accroître.
   La force américaine provient, dans son essence, de l'esprit des hommes-des hommes doués de sagesse, d'énergie et de clairvoyance ; des hommes libres de travailler à l'amélioration de leur vie. Les États-Unis ont de grandes ressources naturelles. Mais des mines de charbon non exploitées, des dépôts de pétrole non forés, des terres non cultivées, de l'énergie hydraulique non captée, ne contribuent en rien à l'amélioration de la vie. La force des États-Unis s'est développée grâce à l'utilisation efficace des dons naturels du pays; grâce au passage graduel de la main d'œuvre humaine à la machine ; grâce aux recherches scientifiques ; grâce aux inventions et aux myriades d'améliorations techniques pour simplifier la production, dans tous les domaines. Pour toute contribution capitale d'un Edison, d'un Morse, d'un Bell, d'un Ford, il y a eu des milliers de contributions moins importantes du travailleur ordinaire. La somme de ces contributions, grandes et petites, constitue la force des États-Unis.
   Et, comme tous les Américains ont aidé à construire cette force, tous les Américains bénéficient de ses avantages. Sous un contrôle démocratique, elle est devenue le moyen pratique de réaliser ce que la Déclaration américaine de l'Indépendance a appelé les droits inaliénables de tous les hommes : « La Vie, la Liberté et la recherche du bonheur ».

10 euros (code de commande : 20372).

 

Études sur le XVIIIe siècle. N° I. Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1974. In-8° broché, 217 p., quelques illustrations hors texte, dos ridé.
Table des matières :
   1. Littérature.
      - Adrien Reland et la justification des études orientales (1701), par M. Bastiaensen.
      - Le réalisme de Restif de la Bretonne, par J. Marx.
      - Deux poètes des ruines au XVIIIe siècle, par R. Mortier.
      - Jean-Jacques et les biographes, par R. Trousson.
   2. Idées.
      - Pierre Bayle, source de Dom Deschamps, par M. Bastien.
      - Les équivoques de Knigge, Notes sur Über den Umgang mit Menschen, par H. Plard.
      - L'utopie métaphysique de Deschamps contre « l'éloquence » de Rousseau, par A. Robinet.
      - Buffon et la Sorbonne, par J. Stengers.
   3. Économie. Institutions.
      - Une entreprise monastique au XVIIIe siècle : la papeterie de Bonne-Espérance, par M.-A. Arnould.
      - Jacques Accarias de Serionne, économiste et publiciste français au service des Pays-Bas autrichiens, par H. Hasquin.
      - Charles de Cobenzl, homme d'état moderne, par Ph. Moureaux.
   4. Beaux-Arts.
      - Évolution du secrétaire à cylindre d'Oeben à Riesener, par A. Boutemy.
      - L'Enseigne de Gersaint ou la poésie du réel, par M. Fredericq-Lilar.
      - Jacques Van Schuppen, par P. Schreiden.
      - Parole et Musique à l'aube des Lumières, par P. Van Bever.

13 euros (code de commande : 19548).

 

Études sur le XVIIIe siècle. N° V. Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1978. In-8° broché, 226 p., illustrations hors texte.
Table des matières :
   - 
Supplément à la Bibliographie des travaux d'André Boutemy sur le XVIIIe siècle, par G. Cambier.
   1. Histoire des idées.
      - Quand Monseigneur d'Hermopolis pastichait le « jargon philosophique », par R. Mortier.
      - Lexicographie philosophique de « nature » dans la Profession de foi du Vicaire Savoyard, par A. Robinet.
   2. Littérature.
      - Un drame maçonnique franco-allemand : « Le franc-maçon prisonnier », par M. Bastiaensen.
      - L'Apparition Maistre Jean de Meun d'Honoré Bouvet et les Lettres persanes de Montesquieu. Points de convergence, par J. Lemaire.
      - Problèmes du roman au XVIIIe siècle. Aspects de la modernité, par J. Marx.
      - Théâtre de J.-J. Rousseau : la genèse d'une vision du monde, par M. Mat-Hasquin.
   3. Beaux-Arts.
      - L'art de la médaille en Russie au XVIIIe siècle, par J. Blankoff.
      - L'ancien Hôtel vander Meersche et son décor rocaille (Gand), par M. Fredericq-Lilar.
      - À propos du cabinet des glaces du Belvédère inférieur, par P. Schreiden.
   4. Histoire. Économie. Institutions.
      - Un aspect du maintien de l'ordre dans les Pays-Bas autrichiens après 1750 : la lutte contre le vagabondage, par A. Deroisy.
      - Le Marquis de Croix et l'expulsion des Jésuites du Mexique en 1767, par A. Jansen.
      - La majorité silencieuse de la Constituante : un microgroupe, les députés du Tiers État du Nord et du Pas-de-Calais, par E.H. Lemay.
      - La ville de Bruxelles vue par Don Diego Alejandro de Galvez, par H.J. Lope.
      - Quelques éléments économiques d'un stratégie de développement chez les physiocrates, par J. Nagels.

13 euros (code de commande : 19775).

 

Études sur le XVIIIe siècle. Tome X. Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1983. In-8° broché, 184 p.
Table des matières :
   Section Philosophie.

      - Liberté et Nécessité : l'opposition de Reid au compatibilisme de Hume, par E. Griffin-Collart (pp. 9-22).
      - Auguste Comte et les « philosophes » de l'âge métaphysique, par R. Trousson (pp. 23-42).
      - Un « père conscrit » du luthéranisme éclairé : Johann Joachin Spalding (1714-1804), par H. Plard (pp. 43-60).
   Section littérature.
      - Une fiction politique de l'Ancien Régime : l'Histoire d'un Pou français, par R. Mortier (pp. 63-75).
      - Le type du maître d'école chez Jean Paul Friedrich Richter et J.M.R. Lenz, par A. Préaux (pp. 75-83).
   Section Beaux-Arts.
      - Les toiles en façon de tapisserie de l'Hôtel de Coninck à Gand, par M. Fredericq-Lilar (pp. 87-91, illustrations hors texte).
   Section histoire.
      - Aperçu bibliographique sur la noblesse « belge » (Pays-Bas, Principauté de Liège, Duché de Bouillon) au XVIIIe siècle, par M. Mat-Hasquin et J.-J. Heirwegh (pp. 95-126).
      - L'héritage archivistique du Président des États de Flandre J.J.P. Vilain XIIII. Sa destruction par les autorités (1778), par P. Lenders (pp. 127-152).
      - Les premières fabrications de cristal dans les Pays-Bas autrichiens, par B. D'Hainaut (pp. 153-158).
      - Pierre le Grand et la conception de l'État en Russie à l'aube des Lumières, par E. Donnert (pp. 159-170).
      - La polémique autour du Saint-Office à Naples (1688-97) et le libertinage érudit, par I. Comparato (pp. 171-184).

15 euros (code de commande : 18100).

 

EYDOUX (Henri-Paul) Les terrassiers de l'histoire. (Fouilles et découvertes archéologiques.) Paris, Plon, 1966. In-8° sous reliure souple d'éditeur, 329 p., illustrations, cartes, (collection « Découverte du Passé »), jaquette un peu défraîchie.

9 euros (code de commande : 59/154).

 

FEBVRE (Lucien) — Combats pour l'Histoire. Seconde édition. Paris, Armand colin, 1953. In-8° broché, IX, 458 p., (collection « Économies - Sociétés - Civilisations »), couverture plastifiée, marque manuscrite d'appartenance du professeur Jean-Jacques Hoebanx à la page de faux-titre.
Table des matières :
   Avant-propos - Avertissement au lecteur.
   Professions de foi au départ.
      - De 1892 à 1933. Examen de conscience d'une histoire et d'un historien
(Leçon d'ouverture au collège de France, 13 décembre 1933).
      - Vivre l'histoire. Propos d'initiation
(Conférence aux élèves de l'École Normale Supérieure, 1941).
      - Face au vent. Manifeste des « Annales » nouvelles
(Annales (E. S. C.), 1946).
      - La vie, cette enquête continue
(Encyclopédie française, t, XVII, Conclusion (décembre 1935)).
   Les pour et les contre.
      - Pour une histoire dirigée. Les recherches collectives et l'avenir de l'histoire
(Revue de Synthèse, XI, 1936).
      - Contre l'histoire diplomatique en soi. Histoire ou politique ? Deux méditations : 1930, 1945
(Revue de Synthèse, I, 1931. - Annales (E. S. C.), I, 1946).
      - Pour la synthèse contre l'histoire-tableau. Une histoire de la Russie moderne. Politique d'abord ?
(Revue de Synthèse, VII, 1934).
      - Contre le vain tournois des idées. Une étude sur l'esprit politique de la Réforme
(Revue d'Histoire et de Philosophie Religieuses de Strasbourg, VII, 1927).
      - Ni histoire à thèse ni histoire-manuel. Entre Benda et Seignobos
(Revue de Synthèse, V, 1933).
      - Et l'homme dans tout cela ? Sur un manuel (Annales d'Histoire Sociale, III, 1941).
      - Contre l'esprit de spécialité. Une lettre de 1933.
      - Contre les juges suppléants de la vallée de Josaphat
(Annales d'Histoire Sociale, VIII, 1945. - Annales (E. S. C.), III, 1948).
      - Sur une forme d'histoire qui n'est pas la nôtre. L'histoire historisante
(Annales (E. S. C.), II, 1947).
      - Deux philosophies opportunistes de l'histoire : De Spengler à Toynbee
(Revue de Métaphysique et de Morale, XLIII, 1936).
   Alliances et appuis.
   - La linguistique :

      - Histoire et dialectologie. Aux temps où naissait la géographie linguistique
(Revue de Synthèse Historique, XII, 1906).
      - Antoine Meillet et l'histoire. La Grèce ancienne à travers sa langue
(Revue de Synthèse Historique, XVII, 1913).
      - Politique royale ou civilisation française ? La conquête du Midi par la langue française
(Revue de Synthèse Historique, XXXVIII, 1924).
      - Problèmes d'histoire greffés sur « le Brunot ». La nationalité et la langue en France au XVIIIe siècle
(Revue de Synthèse Historique, XLII, 1926).
   - La psychologie :
      - Méthodes et solutions pratiques. Henri Wallon et la psychologie appliquée
(Annales d'Histoire Économique et Sociale, III, 1931).
      - Une vue d'ensemble. Histoire et psychologie
(Encyclopédie française, t. VIII, 1938).
      - Comment reconstituer la vie affective d'autrefois ? La sensibilité et l'histoire
(Annales d'Histoire Sociale, III, 1941).
      - Psychologie et physiologie nationales. Les Français vus par André Siegfried ou par Sieburg ?
(Annales d'Histoire Économique et Sociale, IV, 1932).
   Regards chez le voisin ou frères qui s'ignorent.
   - Les historiens de la littérature :

      - L'homme, la légende et l'œuvre. Sur Rabelais : Ignorances fondamentales
(Revue de Synthèse, I, 1931).
      - Littérature et vie sociale. De Lanson à Daniel Mornet : Un renoncement ?
(Annales d'Histoire Sociale, III, 1941).
      - Du goût classique au foisonnement romantique
(Annales d'Histoire Sociale, I, 1939).
   - Les historiens de la philosophie :
      - Leur histoire et la nôtre
(Annales d'Histoire Économique et Sociale, VIII, 1938).
      - Étienne Gilson et la philosophie du XIVe siècle
(Annales (E. S. C.), I, 1946).
      - Esprit européen et philosophie. Un cours de Léon Brunschvicg
(Annales (E. S. C.), III, 1948).
   - Les historiens de l'art :
      - Histoire de l'art, histoire de la civilisation. De Sluter à Sambin
(Revue de Synthèse, IX, 1935).
      - Résurrection d'un peintre : Georges de la Tour
(Annales (E. S. C.), V, 1950).
      - Pour penser l'histoire de l'art.
   - Les historiens des sciences :
      - Une science à travers sa bibliographie. Emmanuel de Margerie et la géologie du Jura
(Revue de Synthèse Historique, XXXVII, 1924).
      - Un chapitre d'histoire de l'esprit humain. De Linné à Lamarck et à Georges Cuvier
(Revue de Synthèse Historique, XLIII, 1927).
   Figures et souvenirs.
      - Hommage à Henri Berr. De la « Revue de Synthèse» aux « Annales »
(Annales (E. S. C.), VII, 1952).
      - Albert Mathiez : un tempérament, une éducation
(Annales d'Histoire Économique et Sociale, IV, 1932).
      - Albert Thomas historien
(Annales d'Histoire Économique et Sociale, IV, 1932).
      - Un tempérament d'historien : Camille Jullian
(Revue de Synthèse, I, 1931).
      - Henri Pirenne à travers deux de ses œuvres
(Revue de Synthèse Historique, XLV, 1920).
      - Un psychologue : Charles Blondel
(Ann. de l'Assoc. des Anciens Élèves de l'École Normale Supérieure, 1940).
      - Deux amis géographes : Jules Sion, Albert Demangeon
(Annales d'Histoire Sociale, III, 1941).
      - Les morts de l'histoire vivante : Gaston Roupnel
(Annales (E. S. C.), II, 1947).
      - Souvenirs d'une grande histoire : Marc Bloch et Strasbourg
(Mémorial des années 1939-1945, Strasbourg, Faculté des Lettres).
      - Georges Espinas : une conscience d'érudit
(Annales (E. S. C.), V, 1950).
      - Une vie : Dom Bernard Berthet, historien-né
(Annales (E.S.C.), V, 1950).
   Espoirs à l'arrivée.
      - Vers une autre histoire
(Revue de Métaphysique et de Morale, LVIII, 1949).
   Bibliographie - Notice biographique - Index.

15 euros (code de commande : 15285).

 

FERRO (Marc) — Le ressentiment dans l'Histoire. Comprendre notre temps. Paris, Odile Jacob, 2007. In-8° collé, 223 p., quelques illustrations, (collection « Histoire »).
En quatrième de couverture :
   « Pourquoi une « guerre de cent ans » entre la France et l'Angleterre ? Pourquoi deux siècles de conflits entre la France et l'Allemagne ?
   Pourquoi des millénaires de persécutions entre juifs et chrétiens, et des siècles entre catholiques et protestants ? Pourquoi les arabes invoquent-ils les croisades dans leurs chocs avec l'Occident ?
   Pourquoi les conflits sociaux et politiques à répétition ?
   Pour Marc Ferro, il faut y voir la part du ressentiment. Guerres de religion, révolutions, guerres nationales et de libération, fascisme et racisme, l'historien le plus créatif de sa génération passe l'histoire au crible de cette force obscure et ouvre des perspectives nouvelles.
   La violence dans l'histoire des hommes n'aurait-elle pas avant tout une origine psychologique ? »

12 euros (code de commande : 13794).

 

FLORNOY (Bertrand) — L'aventure Inca. S.l., Club du Livre d'Histoire, 1955. In-8° sous reliure et étui d'éditeur, 260 p., illustrations et XI planches hors texte, exemplaire numéroté.

10 euros (code de commande : 183/65).

 

[FRÉDÉRIC II DE PRUSSE]. BLED (Jean-Paul) — Frédéric le Grand. Paris, Fayard, 2004. In-8° sous reliure souple d'éditeur, 639 p., illustrations hors texte, exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   Dans l'esprit d'un Français, Frédéric II est associé à la figure de Voltaire. Si tumultueuse que leur relation ait été, il lui apparaît d'abord sous les traits du roi-philosophe ami des Lumières. Probablement lui évoque-t-il encore le nom de Rossbach et le lamentable désastre du maréchal de Soubise, que l'on vit longtemps comme le signe du déclin de la monarchie française. Roi-philosophe, roi-capitaine, ces deux titres suffisent à lui valoir le qualificatif de « grand ».
   De fait, Frédéric II domine de sa stature le XVIIIe siècle allemand. Kant ne l'appelle-t-il pas déjà « le siècle de Frédéric » ? Mais la gloire de Frédéric II ne s'arrête pas aux limites de l'Allemagne. Dans la hiérarchie des souverains du temps, il prend place aux côtés de Marie-Thérèse, sa grande rivale, et de Catherine II de Russie. La tradition reconnaît Frédéric II comme le modèle du « despote éclairé ». S'identifiant à l'État, il s'en regarde comme le premier serviteur.
   Mais la réalité s'accorde-t-elle avec l'image ? Prétendant décider de tout, Frédéric pousse l'absolutisme jusqu'à sa pointe extrême et reste dans la mémoire collective comme un roi réformateur. Quand il met le principe de tolérance en pratique, son action se porte sur des domaines privilégiés par les Lumières.
   L'autre grande affaire du règne, le rang de la Prusse en Allemagne, pose le problème du rapport des forces au sein du corps germanique. Avec la conséquence que l'affaire prend aussitôt une dimension européenne. Elle ne peut laisser indifférente aucune des grandes puissances, la France garante des traités de Westphalie, l'Angleterre sa rivale et jusqu'à la Russie qui apparaît alors sur la scène européenne. Même si d'autres facteurs interfèrent, le conflit austro-prussien enfante deux grandes guerres en Europe. Mais s'il s'agissait d'un faux procès, tant en canonisation qu'en diabolisation ? Et si l'histoire était, une fois de plus, rattrapée par le mythe ?

15 euros (code de commande : 18818).

 

FURET (François) L'atelier de l'Histoire. Paris, Flammarion, 1982. In-8 broché, 312 p., (collection « Science »).

7,50 euros (code de commande : 229/57).

 

FURON (Raymond) — Manuel de préhistoire générale. Europe, Asie, Afrique, Amérique. Avec 2 tableaux, 8 planches et 150 cartes et figures. Paris, Payot, 1939. In-8° broché, 397 p., (collection « Bibliothèque Scientifique »), marque manuscrite d'appartenance de Maurice-A. Arnould.
Table des matières :
   Première partie.

   Chapitre I : Les méthodes de la Préhistoire.
   Chapitre II : Esquisse de la géologie du Quaternaire.
   Chapitre III : Notes de géographie ancienne.
   Chapitre IV : Origine et antiquité de l'Homme.
   Deuxième partie : Le Paléolithique.
   Chapitre V : Le Paléolithique de l'Europe occidentale.
   Chapitre VI : Le Paléolithique de l'Europe orientale et de l'Asie.
   Chapitre VII : Le Paléolithique de l'Afrique.
   Troisième partie : Le Mésolithique et le Néolithique.
   Chapitre VIII : Le Mésolithique.
   Chapitre IX : Le Néolithique.
   Quatrième partie : Les métaux.
   Chapitre X : Le troisième millénaire. Le Chalcolithique et la découverte du bronze.
   Chapitre XI : Le deuxième millénaire. Le Bronze.
   Chapitre XII : L'âge du Fer. Le dernier millénaire avant notre ère.
   Chapitre XIII : Le Nouveau Monde : l'Australie et l'Amérique.

20 euros (code de commande : 11804).

FURON (Raymond) — Manuel de préhistoire générale. Géologie et biogéographie - Archéologie préhistorique - Évolution de l'humanité - Les métaux et la protohistoire. Troisième édition augmentée et mise à jour. Paris, Payot, 1951. In-8° broché, 535 p., illustrations in et hors texte, cartes, (collection « Bibliothèque Scientifique »).
Table des matières :
   Première partie : Géologie et préhistoire.

   Chapitre I : Historique. Limite inférieure et durée des temps préhistoriques.
   Chapitre II : Les phénomènes glaciaires.
   Chapitre III : Les formations marines.
   Chapitre IV : Les formations continentales.
   Chapitre V : Sychronysmes et chronologie.
   Deuxième partie : Biogéographie.
   Chapitre I : Les végétaux.
   Chapitre II : Les animaux.
   Chapitre III : Évolution des primates. Origines de l'homme.
   Troisième partie : La préhistoire.
   Chapitre I : Les matières premières.
   Chapitre II : Notes de géographie ancienne.
   
Chapitre III : Chronologie.
   Chapitre IV : Le Paléolithique de l'Europe occidentale.
   Chapitre V : Le Paléotlithique de l'Europe orientale et de l'Asie.
   Chapitre VI : Le Paléolithique de l'Afrique.
   Chapitre VII : Le Mésolithique.
   Quatrième partie : La pierre polie et les métaux. La protohistoire.
   Chapitre I : Le Néolithique.
   Chapitre II : Ve et IVe millénaires.
   
Chapitre III : Le troisième millénaire. Le chalcolithique et la découverte du bronze.
   Chapitre IV : Le deuxième millénaire. Le Bronze.
   Chapitre V : Le dernier millénaire avant notre ère. L'âge du Fer.
   Annexe : L'Australie et l'Amérique et l'Amérique.

19 euros (code de commande : 7056).

 

GERMINY (comte Xavier de) — La position du travaillisme vis-à-vis du communisme. Préface de Georges Blondel. Lille, Giard, 1939. In-8° broché, 235 p., envoi de l’auteur daté de 1947.
Table des matières :
   Chapitre I : Influence de Karl Marx en Angleterre.
   Chapitre II : Le Mouvement du Travail au 19e siècle.
      a. Les Grandes Lignes du Mouvement.
      b. L'Histoire de la classe ouvrière jusqu'en 1890.
   Chapitre III : Du Nouvel Unionisme à l'Unionisme Industriel.
   Chapitre IV : Les Innovations de la guerre : Délégués d'Atelier, Conseils d'entreprise et Conseil industriel mixte.
   Chapitre V : Les Problèmes du Travaillisme dans l'après-guerre.
   Chapitre VI : Structure et Mouvement du Travail.
   Chapitre VII : Le Programme du Parti Travailliste.
   Chapitre VIII : Parallèle entre les idéologies et les institutions du travaillisme et du communisme.
   Chapitre IX : Essai d'une philosophie du Mouvement du Travail.

20 euros (code de commande : 11707).

 

GILLET (Marcel) — Techniques de l'Histoire économique. Exécution et commentaire de graphiques. I. Texte. II. Atlas. 2e édition revue et corrigée. Paris, Centre de Documentation Universitaire, 1964. Deux volumes in-4° agrafés, 93 et 20 p., (collection « Cours de l'Université de Lille - Histoire Économique »), couvertures insolées, bon exemplaire.
Extrait de l'avant-propos :
   Le présent cours, fait à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Lille, ne prétend pas à autre chose qu'à aider les étudiants à utiliser les ouvrages d'Histoire économique dont les programmes exigent la consultation. C'est dire que l'on a surtout cherché à leur indiquer les méthodes, voire les procédés, qui permettent d'obtenir de3 données sur l'évolution de la conjoncture et les aspects et les étapes de la croissance économique. Tout raisonnement mathématique n'a pas été, cependant, banni, notamment quand la simple indication de la méthode aurait pu donner au lecteur l'impression que celle-ci est plus sûre qu'elle ne l'est en réalité.
   Exposé de techniques, outil de praticien, ce cours ne prétend pas non plus à l'originalité, ikx particulier, il ne pouvait manquer de comporter de nombreuses références aux recherches et aux travaux de Monsieur le Professeur Ernest Labrousse.
   Nous avons voulu aider à apprendre à tracer et à commenter des courbes et l'on ne peut bien comprendre et bien analyser que ce qu'on a soi-même manié. Nous pensons ainsi être utile aux étudiants qui devront commenter différents types de courbes, durant leurs années de Licence, de Diplôme et d'Agrégation, ou au-delà.
   Il s'agit dans tout ceci de choses fort simples : quoi de plus facile que de déterminer un taux moyen d'accroissement en mesurant la différence d'ordonnées entre deux points d'une courbe semi-logarithmique ?

12 euros (code de commande : 22021).

 

GIRY (A.) — Manuel de diplomatique. Diplômes et chartes - Chronologie technique - Éléments critiques et parties constitutives de la teneur des chartes - Les chancelleries - Les actes privés. Paris, Hachette, 1894. [Paris, Librairie Hachette et Cie, 79, boulevard Saint-germain, 79. 1894.] In-8° demi-chagrin vert, dos à 5 nerfs orné de petits fers dorés, couverture conservée, plats frottés, XVI, 944 p., bel exemplaire.
Avertissement :
   En composant l'ouvrage que je présente aujourd'hui au public, j'ai voulu à la fois initier les commençants à l'étude de l'ensemble des sources de l'histoire désignées sous le nom de documents diplomatiques et servir de guide aux historiens. L'expérience apprendra dans quelle mesure j'ai réussi à atteindre le but que je m'étais proposé.
   Il importe assez peu de savoir ce qu'un travail de ce genre a pu coûter de temps et de labeur; mais il est moins inutile peut-être de dire que ce livre est pour une bonne part le fruit d'une enquête personnelle, poursuivie avec persévérance dans les archives et les collections de toutes les régions de la France et des pays voisins. Tout en profitant, comme il convenait, des travaux de mes devanciers et des résultats acquis par la critique depuis plus de trois siècles, j'ai voulu, dans la mesure du possible, vivifier la science par des recherches nouvelles et donner à mon travail la valeur qui peut seule résulter du contact immédiat des documents et de l'observation directe. J'ai fait effort pour m'affranchir ainsi d'erreurs traditionnelles, qui s'exagèrent et encombrent la science en se transmettant sur la seule foi des autorités.
   Dans le vaste domaine des études diplomatiques, il existe des cantons depuis longtemps défrichés où les travailleurs ne cessent d'affluer, tandis que d'autres forment encore comme d'immenses réserves à peine explorées. Au risque de m'égarer, j'ai tenté d'y pousser des reconnaissances et d'y frayer quelques sentiers. Si ces premiers jalonnements pouvaient engager quelques chercheurs dans ces voies nouvelles, j'ai confiance qu'on ne blâmerait pas ma témérité. Je ne me dissimule d'ailleurs ni les lacunes de mon œuvre, ni les imperfections d'un plan et de classifications qui m'ont entraîné à des redites; j'avoue du reste n'avoir point trop cherché à éviter celles-ci lorsqu'elles m'ont paru contribuer à la clarté.
   En vue d'être utile à tous ceux qui peuvent avoir à se servir des chartes, j'ai cru nécessaire de ne négliger aucun de leurs multiples aspects et d'appeler l'attention, ne fût-ce que par quelques remarques, sur les principales variétés des documents que les archives nous ont conservés. Je n'ai pas hésité à franchir nos frontières, mais je dois déclarer que le point de vue auquel je me suis placé a toujours été l'histoire de la France. Fondé sur les documents de nos archives françaises, ce livre s'adresse donc avant tout aux travailleurs qui veulent étudier les sources de l'histoire de notre pays. Ainsi s'explique l'apparente disproportion, dont on pourrait s'étonner, dans la part faite aux diverses catégories de documents.
   La bibliographie a été l'une de mes principales préoccupations. Je ne l'ai point limitée aux travaux de diplomatique et j'y ai fait une large place aux ouvrages étrangers à cette science, mais susceptibles de servira élucider les problèmes de tous genres que soulève l'étude des chartes. Je n'ai point eu la vaine prétention d'être complet ; j'ai éliminé sans hésitation les livres surannés ou inutiles pour indiquer seulement ceux dont il m'a paru qu'on pouvait tirer profit, et de préférence les plus récents et les mieux informés; je n'ai pas craint, le cas échéant, de donner mon appréciation, ni surtout d'indiquer le genre d'utilité qu'on pouvait attendre des ouvrages cités.
   Un travail qui met en œuvre des documents en grand nombre, dispersés un peu partout, et qui touche à une foule de questions diverses, ne pouvait s'effectuer sans que l'auteur eût recours au savoir et à l'obligeance de beaucoup de savants. Cette collaboration ne m'a pas fait défaut, et j'ai mentionné en leur lieu les communications dont je lui suis redevable. J'ai voulu, de plus, assurer à certaines parties de mon œuvre le contrôle d'une critique particulièrement compétente ; c'est ainsi que mes excellents amis et confrères, MM. Antoine Thomas et Charles Bémont, ont bien voulu lire, l'un les chapitres qui touchent à des questions de philologie romane, l'autre tout ce qui concerne l'Angleterre ; et que M. Callandreau, astronome à l'Observatoire de Paris, a pris la peine de revoir la partie relative à la chronologie technique ; je dois à leur science des remarques et des conseils que j'ai cherché de mon mieux à mettre à profit. Enfin j'ai prié plusieurs amis et confrères, français et étrangers, de relire la plupart des épreuves de ce volume et de me communiquer leurs observations ; je dois, de ce chef, des remerciements particuliers à MM. H. Lemonnier, M. Prou et L. Will. Mais entre ceux auxquels je me plais à exprimer ici ma reconnaissance, celui de tous à la science et à l'amitié duquel j'ai le plus souvent fait appel n'est plus là pour en recevoir le témoignage. La mort de Julien Havet est pour nos études, dont il était l'honneur, un deuil dont je ressens tout particulièrement la tristesse. Il n'y a guère, dans ce volume, de résultats que je n'aie soumis à l'épreuve de sa critique ; il n'y a point de pages que j'aie écrites sans songer à lui et sans chercher à prévoir le jugement qu'il en pourrait porter. Au moment de me séparer d'un ouvrage dont nous avons si souvent discuté ensemble le plan et les détails, qu'on me permette de le placer, tout imparfait qu'il soit, sous le patronage de sa mémoire.

120 euros (code de commande : 18671*).

 

 

GONGGRIJP (G.) — Schets eener economische geschiedenis van Nederlandsch-Indië. Haarlem, De Erven F. Bohn, 1928. In-12 sous reliure et jaquette (un peu défraîchie) d'éditeur, 251 p., (collection « Volksuniversiteits Bibliotheek », n° 41).
Table des matières :
   Hoofdstuk I. Inleiding. De Indische Archipel tot de komst der Nederlanders.
   Hoofdstuk II. De Compagniestijd.
   Hoofdstuk  III. Van den val der Compagnie tot het Cultuurstelsel.
   Hoofdstuk IV. Het Cultuurstelsel.
   Hoofdstuk V. Van de afbraak van het Cultuurstelsel tot het optreden van Gouverneur-Generaal Van Heutsz.
   Hoofdstuk VI. De tien jaren vóór den wereldoorlog.
   Hoofdstuk VII. De oorlogs- en naoorlogsjaren.
   - Besluit.

10 euros (code de commande : 22601).

 

GRAHMANN (R.) — La préhistoire de l'humanité. Introduction à l'étude de l'évolution corporelle et culturelle de l'homme. Avec 8 dessins, 5 cartes et 107 figures. Préfaces de H.G. Bandi et H. Breuil. Traduction de L. Lamorlette, revue et complétée par l'auteur. Paris, Payot, 1955. In-8° broché, 332 p., (collection « Bibliothèque Historique »), exemplaire non coupé.

16 euros (code de commande : 197/63).

 

GRANDES COLLECTIONS HISTORIQUES

Clio
Instroduction aux études historiques

Éditée à Paris, par les Presses Universitaires de France.
Les volumes présentés ici sont tous au format in-8° broché.
Ils sont classé selon l'ordre chronologique.

VILLAT (Louis)La Révolution et l'Empire (1789-1815). I. Les assemblées révolutionnaires (1789-1799). 1940. LXXII + 421 p. 10 euros (code de commande : 243/64).

VILLAT (Louis)La Révolution et l'Empire (1789-1815). II. Napoléon (1799-1815). 1942. CVIII + 357 p. 10 euros (code de commande : 244/64).

RENOUVIN (Pierre), PRÉCLIN (Edmond) et HARDY (Georges)L'Époque contemporaine. II. La paix armée et la Grande Guerre (1871-1919). 1947. XXVIII + 706 p. 10 euros (code de commande : 245/64).

PRÉCLIN (Edmond) et RENOUVIN (Pierre)Textes et documents d'histoire. IV. L'Époque contemporaine (1871-1914). 1939.VI + 255 p. 10 euros (code de commande : 246/64).


HISTOIRE DU MOYEN ÂGE
Éditée à Paris, par les Presses Universitaires de France, cette collection faisait partie de la série Histoire Générale publiée sous la direction de Gustave Glotz.
Les volumes présentés ici sont tous au format in-8° broché ou relié.
Ils sont classés selon leur numéro d'ordre dans la collection.

LOT (Ferdinand), PFISTER (Christian) et GANSHOF (François)Les destinées de l'empire en Occident de 395 à 888. 1928. Demi-percaline beige, XXV + 831 p., une carte dépliante, bel exemplaire, (tome I). 30 euros (code de commande : 247/64).

FLICHE (Augustin)L'Europe occidentale de 888 à 1125. 1941. Reliure d'éditeur, IX + 672 p., (tome II). 18 euros (code de commande : 248/64).

JORDAN (Édouard)L'Allemagne et l'Italie aux XIIe et XIIIe siècles. 1939. Broché, XII + 450 p., (tome IV - Première partie). 13 euros (code de commande : 250/64).

PETIT-DUTAILLIS (Ch.) et GUINARD (P.)L'essor des états d'Occident (France, Angleterre, péninsule ibérique). 1937. Demi-percaline beige, 403 p., bel exemplaire, (tome IV - Deuxième partie). 20 euros (code de commande : 251/64).

COVILLE (A.)L'Europe occidentale de 1270 à 1380. Deuxième partie : 1328 à 1380. 1941. Reliure d'éditeur, pp. 462-688, (tome VI). 13 euros (code de commande : 252/64).

PIRENNE (Henri), COHEN (Gustave) et FOCILLON (Henri)La civilisation occidentale au moyen âge du XIe au milieu de XVe siècle. 1933. Demi-percaline beige, 705 p., bel exemplaire, (tome VIII). 30 euros (code de commande : 254/64).


PEUPLES ET CIVILISATIONS
Éditée à Paris, par les éditions Félix Alcan et par les Presses Universitaires de France, cette collection fait partie de la série Histoire Générale. Elle fut publiée sous la direction de Louis Halphen et Philippe Signac.
Les volumes présentés ici sont tous au format in-8° broché ou relié.
Ils sont classés selon leur numéro d'ordre dans la collection.

PIGANIOL (André)La conquête romaine. Quatrième édition. 1944. Broché, 522 p., exemplaire non coupé, dos cassé, (tome III). 10 euros (code de commande : 255/64).

ALBERTINI (Eugène)L'Empire romain. Troisième édition, revue et augmentée. 1938. Broché, 473 p., (tome IV). 15 euros (code de commande : 256/64).

HALPHEN (Louis)L'essor de l'Europe (XIe-XIIIe siècles). Troisième édition revue et augmentée. 1948. Broché, 638 p., exemplaire non coupé, (tome VI). 15 euros (code de commande : 258/64).

HAUSER (Henri)La prépondérance espagnole (1559-1660). Troisième édition. 1948. Broché, 592 p., exemplaire non coupé, (tome IX). 15 euros (code de commande : 260/64).

SAGNAC (Philippe) et SAINT-LÉGER (A. de)La prépondérance française. Louis XVI (1661-1715). Deuxième édition, refondue et augmentée. 1944. Broché, 693 p., exemplaire non coupé, (tome X). 15 euros (code de commande : 261/64).

MURET (Pierre)La prépondérance anglaise (1715-1763). Avec la collaboration de Philippe Sagnac. Troisième édition, revue et augmentée. 1949. Broché, 690 p., exemplaire non coupé, (tome XI). 15 euros (code de commande : 262/64).

WEILL (Georges)L'éveil des nationalités et le mouvement libéral (1815-1848). 1930 (mention de 9e mille). Broché, 591 p., exemplaire non coupé, (tome XV). 15 euros (code de commande : 266/64).

HAUSER (Henri), MAURAIN (Jean) et BENAERTS (Pierre)Du libéralisme à l'impérialisme (1860-1878). 1939. Broché, 555 p., (tome XVII). 15 euros (code de commande : 267/64).

BEAUMONT (Maurice)L'essor industriel et l'impérialisme colonial (1878-1904). Deuxième édition, refondue et augmentée. 1949. Broché, 627 p., exemplaire non coupé, (tome XVIII). 15 euros (code de commande : 268/64).

RENOUVIN (Pierre)La crise européenne (1904-1914) et la Grande Guerre. Deuxième édition, revue et augmentée. 1939. Broché, VII + 649 p., (tome XIX). 15 euros (code de commande : 269/64).

BEAUMONT (Maurice)La faillite de la paix (1918-1939). Deuxième édition. 1946. Broché, 817 p., exemplaire non coupé, (tome XX). 15 euros (code de commande : 270/64).

****

GOODER (Eileen A.) Latin for local History. An Introduction. London, Longmans, 1961. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, X + 147 p.

12 euros (code de commande : 158/66).

 

GRANDEAU (Yann) — À la recherche de vos ancêtres. Guide du généalogiste amateur. Paris, Stock, 1974. In-8° broché, 348 p., illustrations, dos ridé.
En quatrième de couverture :
   C'est un nouveau jeu, un « hobby », passion chez certains, occupation très sérieuse pour d'autres : on cherche ses ancêtres. On fait « son arbre ». Mais par où commencer ? Que faire en cas de difficulté ? Comment se frayer un chemin dans le maquis de l'État civil ? Suivez le guide. Yann Grandeau n'est ni duc, ni pair, mais la généalogie n'a pas de secrets pour lui. Et grâce à lui elle devient l'affaire de tout un chacun. Henri IV ne disait-il pas déjà que tous les Français sont nobles ? Du moment qu'on a des ancêtres, ils ont droit à notre curiosité. Or, des ancêtres, qui n'en a pas ?

10 euros (code de commande : 18877).

 

GRAPPERHAUS (F.H.M.) — Kanttekeningen bij de vrijheid van de ondernemer in het belastingrecht. Rede uitgesproken bij de aanvaarding van het ambt van buitengewoon hoogleraar in het belastingrecht aan de Rijksuniversiteit van Leiden op 29 januari 1976. Deventer, Kluwer, [1976]. In-8° broché, 40 p.
Extrait :
   In het begin der 17e eeuw werd ons land verscheurd door felle politieke en godsdienstige twisten. De inzet van de politieke strijd zou men in grote lijnen kunnen typeren als de vraag, of de jonge Republiek der Verenigde Nederlanden alleen maar een statenbond was, waarin elk gewest souverein was, of dat deze veeleer de trekken van een bondsstaat vertoonde, zodat de souvereiniteit geheel of gedeeltelijk bij de generaliteit berustte ; derhalve het probleem, hoever de macht van de centrale instellingen – in het bijzonder de Staten-Generaal – reikte tegenover de Staten der afzonderlijke Provincies, met name de Staten van Holland, te wier laste het leeuwedeel van de kosten van de Republiek kwam. De godsdienstige strijd vond zijn aangrijpingspunt in de leer van de predestinatie, maar ontwikkelde zich spoedig tot een strijd tussen de meer humanistisch denkenden, de Remonstranten, die tot de rekkelijken, en de aanhangers van de orthodoxie in de gereformeerde kerk, de Contra-Remonstranten, die tot de preciezen worden gerekend.
    De eersten vonden steun bij de Hollandse regenten, de laatsten bij de Staten-Generaal. Zoals altijd speelden persoonlijke tegenstellingen en particuliere belangen – als bijvoorbeeld een ongestoorde handel – daarin een rol. U kent de afloop van het conflict : Prins Maurits, niet alleen stadhouder, maar ook kapitein-generaal van het leger, koos de zijde van de Staten-Generaal en van de Contra-Remonstranten ; Oldenbarnevelt werd na een zeer omstreden proces onthoofd en de rust werd hersteld.

8 euros (code de commande : 20789).

 

[GRAVURE - PAYS-BAS]. 't Kasteel van Breda verrast, door middel van een Turfschip, in 't jaar 1590. Illustration de Simon Fokke, datée de 1753, gravée par Isaak Tirion, extraite de l'édition de 1770 de l'ouvrage de Wagenaar : Vaderlandsche Historie, vervattende de Geschiedenissen der nu Vereenigde Nederlanden...
Dimensions :
   - Dessin : 194 x 152 mm.
   - Cuvette : 204 x 170 mm.
   - Feuille : 252 x 200 mm.

   Le 4 mars 1590, au cours de la guerre dite de Quatre-Vingts Ans, une poignée de soldats hollandais utilisèrent un bateau de transport de tourbe comme cheval de Troie pour reprendre la ville de Bréda aux Espagnols qui l'occupaient depuis 1581. Les soldats avaient embarqué une semaine plus tôt dans ce bateau qui n'éveilla pas la méfiance des défenseurs de la ville qui fut reprise par les Espagnols en 1625.

12 euros (code de commande : 24829).

 

[GRAVURE - PAYS-BAS]. Groningen, door den Graave van Rennenberg, aan de Spaansche zyde overgebragt, in 't jaar 1580. Illustration de Simon Fokke, datée de 1753, gravée par Isaak Tirion, extraite de l'édition de 1770 de l'ouvrage de Wagenaar : Vaderlandsche Historie, vervattende de Geschiedenissen der nu Vereenigde Nederlanden...
Dimensions :
   - Dessin : 193 x 153 mm.
   - Cuvette : 205 x 175 mm.
   - Feuille : 227 x 200 mm.

   En 1580, Georges de Lalaing, plus connu aux Pays-Bas sous le titre de comte de Rennenberg, abandonna la cause de Guillaume d'Orange – qui, en 1577, l'avait nommé « stathouder » des provinces du Nord – et remit la ville de Groningue dans les mains des Espagnols.

12 euros (code de commande : 24885).

 

GRIFFITHS (G.) — Representative Government in Western Europe in the Sixteenth Century. Commentary and Documents for the Study of Comparative Constitutional History. Oxford, Clarendon Press, 1968. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, XVIII, 622 p., (collection « International Commission for the History of Representative and Parliamentary Institutions »), bel exemplaire.
Sur la jaquette :
   This book is a comparative study of the relations between the ruler and his Parliament (Estates or Cortes) in Spain, Sicily, France, England and the Low Countries during a century which was decisive for the future of representative institutions. The account of the way these relations developed in each country is based upon a series of documents, given in the original. Where this is not English or French, an English translation is provided. Thus the student of history or politics is supplied with material for his own comparative studies. For each country there is a chronology of parliamentary sessions and a bibliography.

30 euros (code de commande : 19741).

 

GROULART (Claude de) — Ulster : l'Irlande des fous de Dieu. Bruxelles, Rossel, 1976. In-8° broché, 301 p., illustrations hors texte, (collection « Des Temps et des Hommes »).
En quatrième de couverture :
   « L'Irlande est un pays tragique. Et la révolte des modérés ulstériens en 1967 n'est qu'un acte de cette tragédie, confisqué par les Fous de dieu qui ont ainsi précipité à nouveau ce pays dans l'engrenage de l'intolérance dont toute l'Histoire irlandaise est le fidèle écho.
   Ce livre se veut une explication profonde de ce drame insolite, anachronique et déroutant qui laisse le monde contemporain effaré et perplexe. Car la tragédie ulstérienne échappe aux idées reçues et au prêt-à-porter des idéologies du moment, malgré les efforts des acteurs tels Bernadette Devlin, Ian Paisley, William Craig, pour décrire leurs antagonismes dans le langage d'aujourd'hui.
   Leur haine, leur peur et leur rancune plongent trop leurs racines dans la nuit des temps.
   L'Irlande des Fous de dieu retrace les dernières années de cette lutte vieille de huit siècles, des siècles auxquels se reporte l'auteur, quand il le faut, pour projeter leur indispensable lumière sur un présent convulsé.
   Claude de Groulart passe en revue toutes les causes, religieuse, historique, ethnique, économique et sociale de ce drame, et s'efforce de localiser chacune d'elles dans une réalité extraordinairement complexe.
   L'Irlande des Fous de Dieu, c'est le voyage au bout de la nuit d'un peuple martyrisé par son Histoire, accablé par son présent. »

12 euros (code de commande : 11952).

 

GROUSSET (René) — Bilan de l'Histoire. Paris, Plon, 1960. In-8° sous reliure toilée rouge et Rhodoïd d'éditeur, 283 p., exemplaire en parfait état.

9 euros (code de commande : 8273).

 

GUÉRANDE (Paul) — Lamentable Clio. Paris, Fasquelle, 1957. In-12 broché, 110 p., (collection « Libelles »).
Introduction :
   « De la figurine enfouie dans un paquet de café aux collections savantes, de l'image d'Épinal aux thèses de Sorbonne, l'Histoire est une. Comme l'a dit Valéry, elle « justifie ce qu'elle veut ». Elle est une morale, une philosophie ou une politique.
   Entrerait-elle sur la voie des aveux, accepterait-elle de déposer les armes de la science, sans doute lui pardonnerait-on des siècles d'hypocrisie. Mais il faudrait exiger d'elle une capitulation sans conditions. Scientifique ou vulgarisée, officielle ou officieuse, marxiste ou démocrate, l'Histoire s'obstine dans la doctrine, l'apriorisme et les jugements de valeur. L'adorable Clio de Giraudoux est une officine à fausses nouvelles. Elle reste forte, voire conquérante. Nous ne lui pardonnerons pas de garder bonne conscience. »

8 euros (code de commande : 11915).

 

 

GUERDAN (René)La vie quotidienne à Genève au temps de Calvin. Paris. Hachette. 1973. In-8° broché, 254 p., (collection « La Vie Quotidienne »), petit manque à la coiffe, ex-libris manuscrit à la page de garde.
Sur le rabat de la couverture :
   
Genève, au temps de Calvin, est une ville à un tournant de son histoire. Elle vient d'acquérir son indépendance, et de se donner à la Réforme. Tous ceux que persécute le catholicisme tournent leurs regards vers elle, et viennent s'y réfugier en si grand nombre que la population finira par compter un étranger sur trois. Avant tout il s'agit de Français, qu'attirent la communauté de langue et le fait que les pasteurs qui dirigent la ville – moralement et, en fait, politiquement – sont également des Français, Calvin compris.
   En quelle intelligence les autochtones vivaient avec tous ces immigrants ; quelle fut la contribution – immense – des protestants français à la construction de la Genève moderne, c'est ce que ce livre s'attache, entre autres, à montrer.
   On y voit aussi comme, contrairement à une opinion répandue, celle qu'on devait appeler la Cité de Calvin fut loin d'être unanime derrière ce dernier. L'ordre moral que le Réformateur a essayé d'instaurer est constamment enfreint, même par les plus hauts magistrats, qui, bien souvent, se retrouvent en prison, à commencer par le chef de la prison lui-même !
   Enfin, on voit à quels résultats surprenants put conduire l'édification d'un État qui, au début des temps modernes, ne craignit pas de prendre pour constitution... la Bible elle-même, et pour modèle institutionnel... l'État d'Israël au temps de la royauté !

10 euros (code de commande : 16578).

 

 

[GUICCIARDINI (Giovan Battista)]. Lettere di Giovan Battista Guicciardini a Cosimo e Francesco de' Medici scritte dal Belgio dal 1559 al 1577. Con Introduzione e note di Mario Battistini. Bruxelles-Rome, [Institut Historique Belge de Rome], 1950. In-8° broché, 407 p., (collection « Bibliothèque de l'Institut », fascicule II).

30 euros (code de commande : 127/67).

 

[GUILLAUME LE TACITURNE (Guillaume de Nassau, prince d'Orange)]. WEDGWOOD (Cicely Veronica)Guillaume le Taciturne. [Titre original : William the Silent.] Traduit de l'anglais par Rose Celli et Joan Smith. Paris, Tallandier, 1947. In-8° broché sous jaquette, 347 p., planches hors texte, (collection « Biblothèque Historia »), très bon exemplaire.
Table des matières :
I. Radieux matin 1533-1559.
II. L'orage se prépare 1559-1565
III. Prologue à la tragédie.
IV. La longue nuit 1567-1572
V. Les eaux du salut.
VI. Ligues et conflits 1574-1577
VII. Pas de sûre fondation
VIII. Unis nous tenons 1579-1581
IX. Divisés nous tombons 1581-1584.
X. Meurtre à Delft 1584.

12 euros (code de commande : 16796).

[GUTENBERG]. RUPPEL (Aloys) — Johannes Gutenberg. Sein Leben und sein Werk. Berlin, Mann, 1947. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, 230 p., illustrations in et hors texte, trois fac-similés dépliants encartés en fin de volume.

20 euros (code de commande : 198/65).

HAESAERTS (Paul) — L'état mondial. Essai de synthèse politique. Bruxelles - Paris, Jaric, 1947. In-8° broché, 451 p., un des 30 exemplaires hors commerce numérotés sur vélin fin (n° VII), exemplaire un peu jauni mais en bel état.
Table des matières :
   - Lettres préliminaires.
   Livre premier. Misères de nos régimes actuels.
   Livre deuxième. Vers une reforme totale.
   Livre troisième. Exposé du régime universaliste : l'ordre juridique.
   Livre quatrième. Exposé du régime universaliste : l'ordre politique.
   Livre cinquième. Exposé du régime universaliste : l'ordre social.
   Livre sixième. Exposé du régime universaliste l'ordre : économique.
   Livre septième. Exposé du régime universaliste : l'ordre culturel.
   Livre huitième. L'avènement du régime nouveau.
   - Lettres finales.

15 euros (code de commande : 22605).

HALPHEN (Louis) — Introduction à l'histoire. Paris, Presses Universitaires de France, 1946. In-8° broché, 99 p.
Avant-propos :
   On n'a jamais écrit autant de livres d'histoire que de nos jours ; on n'a jamais non plus aussi vivement contesté l'utilité des études historiques. Il est de mode de plaisanter les historiens sur la vanité de leurs efforts et de dénier toute valeur scientifique à leurs travaux. Cette attitude n'est pas nouvelle, mais la qualité de ceux qui, dans ces dernières années, l'ont reprise à leur compte a troublé bien des esprits. Au mieux, les historiens sont traités d'empiriques. On leur reproche d'en être restés à un stade depuis longtemps dépassé dans les autres branches du savoir, et l'on réclame d'eux une plus large et plus saine compréhension des méthodes qui s'imposent à toute science digne de ce nom.
   Mon dessein n'est pas de plaider une cause qui se défend d'elle-même ; mais l'occasion m'a paru bonne de procéder à un examen de conscience et de présenter au lecteur que le sujet peut intéresser quelques réflexions propres à mettre en lumière l'objet, la méthode et les possibilités de ce que je ne craindrai pas, pour ma part, d'appeler la science historique.
   Ce petit livre, composé, à quelques notes près, loin de toute bibliothèque et d'après des souvenirs dont on voudra bien excuser les défaillances, n'aurait sans doute jamais vu le jour si les circonstances, en m'imposant des loisirs, ne m'avaient amené à faire un retour sur moi-même. On m'excusera de saisir ici l'occasion qui m'est offerte de témoigner ma profonde gratitude à ceux qui, à une heure difficile, m'ont aidé avec tant de cœur et de délicatesse à retrouver dans le travail la force d'espérer.

6 euros (code de commande : 15713).

 

HARDY (Georges) Les éléments de l'histoire coloniale. Paris, Renaissance du Livre, 1921. In-12 broché, 198 p., ex-libris manuscrit à la page de faux-titre, couverture défraîchie, papier jauni et cassant.
Table des matières :
   I. Les sources (Les archives - La littérature coloniale - La presse - Les monuments historiques - Les traditions orales - Périodes brillantes et périodes obscures).
   II. Le milieu géographique (Le paysage colonial - La distance - Le climat - Les régions naturelles - Le facteur économique - Géographie coloniale).
   III. Les indigènes (Psychologie de convention - Infériorité ou retard - La race - La religion - La foule - Les traditions et les contrats sociaux - Les grands mobiles - La femme - Les sangs-mêlés - L'esclave - Le miracle de la tendresse française).
   IV. Les coloniaux (Les vocations - Le climat colonial et l'activité européenne - La part de l'individu - Le « moi » colonial - Rivalités féodales - Les microcosmes coloniaux - L'adaptation au milieu - L'isolement - La femme - La qualité du recrutement - Vertus colonisatrices.
   V. La métropole (Parenté distante - Ignorance - Défiance - Tyrannie - Inconstance - Concurrence - Conquêtes dérobées- Reconstitutions historiques).
   VI. Les voisins (Le double destin de la France - Le génie des autres - Les formes de la rivalité - La monnaie coloniale - Solidarité européennes).
   VII. Quelques conclusions pratiques.

10 euros (code de commande : 21865).

 

HARRIS (L. H.) — Signal Venture. Aldershot, Gale & Polden, 1951. In-8° sous reliure d'éditeur, 278 p., illustrations hors texte.
Author's Note :
   This story was intended originally to cover the planning and execution of the long-distance communications for the invasion of North-West Europe, but it soon became obvious that the only way to avoid formal research and to provide any sort of continuity was to turn it into a record of personal experience with a « Signals » theme.
   This meant the exclusion of all but first-hand material and many aspects of the work of Signals are therefore conspicuously and regrettably absent. On the other hand, it meant that the scope could be extended to include something of my own experiences as a linesman in Australian Signals in World War I and the contributory experiences of life between the wars as a telecommunications engineer of the Post Office and a Signal Officer of the Territorial Army, together with many digressions not likely to be found in any formal narrative.
   I apologize for the omissions and hope that here and there I may strike a responsive note in the minds of some of my old associates, British, Australian, French or American, officers and men, amateurs and professionals, in or out of uniform, with whom I have been fortunate enough to work and play from the time when, as a recruit in 1915, I took the « two paces forward » which, unknowingly, were an introduction to thirty years of Signals and telecommunications.

15 euros (code de commande : 25121).

 

[HARSIN]. Paul Harsin. Recueil d'études. Liège, Gothier, 1970. In-8° collé, LXIV, 474 p.
Avant-propos :
    Il y a plus d'un an, la nouvelle se répandait que Paul Harsin avait décidé de demander son accession, dès 1970, à ce qu'il est convenu d'appeler en Belgique « l'éméritat ». Rien ne put fléchir sa volonté. Cette décision allait donc priver la Faculté de Philosophie et Lettres et la Faculté de Droit d'un professeur qui avait, durant quarante-deux ans, illustré l'Université de Liège. Ses collègues les plus proches ne purent que s'incliner. Mais ils n'auraient pu souffrir que ce départ s'accomplît sans être l'occasion de manifester à l'Ami, qui pour certains avait été le Maître, leurs sentiments d'estime et d'affection. Pour les exprimer de façon la plus adéquate, un comité se constitua. Connaissant l'opinion que Paul Harsin avait des « Mélanges » édités en pareilles circonstances, il opta pour la publication d'un Recueil d'études du Maître.
   De ce Recueil, les dix-huit livres (en vingt et un volumes) que Paul Harsin édita de 1927 à 1965 étaient exclus d'emblée : on peut d'ailleurs les consulter aisément. Tel n'est pas toujours le cas, surtout pour des érudits étrangers, des quelque 180 articles (sans parler des comptes rendus) que Paul Harsin dispersa, de 1926 à 1970, dans de nombreuses revues. À défaut de pouvoir les reproduire tous, il convenait de faire un choix. Celui-ci n'allait pas sans difficultés. Finalement 29 articles furent retenus – dont l'un inédit : Les doctrines de l'expansion ou de la croissance économique (1960) – en vertu des critères suivants. D'abord, rappeler les domaines principaux où s'était déployée durant plus de quatre décennies l'activité scientifique de Paul Harsin, à savoir l'histoire du droit, l'histoire de l'économie et celle des doctrines économiques, – l'histoire de la principauté de Liège aux Temps modernes, – l'histoire des anciens Pays-Bas et de la Belgique contemporaine. Ensuite, proposer quelques exemples typiques des qualités que devrait réunir tout historien : la passion de l'heuristique, la précision de la critique externe et interne des documents, la clarté de la synthèse. Enfin, le désir de rendre facilement accessibles certains compléments importants que Paul Harsin apporta aux trois premiers volumes de ses Études critiques sur l'histoire de la principauté de Liège (1477-1795). En effet, la réédition de ces trois volumes ne sera sans doute pas entreprise avant l'achèvement complet de ces Études critiques qui compteront probablement quatorze ou quinze tomes.
   En raison même du choix qu'il fut contraint d'opérer, le Comité est conscient de ne présenter qu'un aperçu très partiel de l'immense production de Paul Harsin. Pour pallier cet inconvénient, il était nécessaire de publier en tête du Recueil un recensement des livres et articles classés dans l'ordre chronologique, puis groupés systématiquement en catégories. Enfin, il était utile de situer ces œuvres dans la vie du Maître. La notice biographique, qui inaugure le Recueil, est certes fort incomplète. Néanmoins, elle relate les principales étapes d'une carrière exemplaire en l'insérant dans la vie d'un monde qui, déjà, devient étranger aux étudiants d'aujourd'hui.
Table des matières :
   Avant-propos.
   I. Notice biographique.
   II. Bibliographie.

      A. Liste chronologique des publications (1. Livres. 2. Articles).
      B. Liste des thèmes étudiés.
   III. Choix d'articles.
      A. L'historien du droit, de l'économie et des doctrines économiques.

         I. Histoire du droit.
            - Le parrain d'une école germaniste : François Hotman et sa « Franco-Gallia » (1573).
            - Un précurseur liégeois de Domat : Vincent de La Hamaide.
            - Gouvernés et gouvernants dans la principauté de Liège du XIVe au XVIIIe siècle.
            - La Constitution belge de 1831 et la responsabilité ministérielle.

         II. Histoire économique et doctrines économiques.
            - Les doctrines de l'expansion ou de la croissance économique.
            - La modernité de John Law.
            - Un épisode de la carrière de John Law ; ses relations avec le Czar Pierre le Grand.
            - De quand date le mot « industrie » ?

      III. Un maître : François Simiand.
         - Le salaire d'après M. François Simiand.
         - François Simiand (1873-1935).

      B. L'historien de la principauté de Liège aux Temps modernes.
         I. Les princes-évêques au XVIe siècle.
            - Louis XII et Jean de Hornes.
            - Un problème d'histoire économique : la fortune d'Erard de la Marck, prince-évêque de Liège (1505-1538).
            - Une éducation de prince à la fin du XVIe siècle.

         II. Les travaux et la guerre au XVIIe siècle.
            - Le rôle international d'un ingénieur liégeois au début du XVIIe siècle.
            - Les frères de Besche au service de la métallurgie française 1666-1677.
            - Vauban à Liège en 1702.

         III. Le siècle des lumières et la Révolution.
            - Velbruck, sa carrière politique et son élection à l'épiscopat liégeois.
            - Velbruck, le prince, l'évêque.
            - À propos de l'élection du prince-évêque François Charles de Velbruck (1771-1772).
            - Encore l'affaire Velbruck-Raynal-Bassenge.
            - Une correspondance inédite du révolutionnaire liégeois J.-N. Bassenge.
            - Mirabeau et les Liégeois.
      C. L'historien des anciens Pays-Bas et de la Belgique contemporaine.
         I. Propos sur les finances publiques.
            - Les finances publiques belges sous l'ancien régime.
            - Un exemple de solidarité financière internationale : la charge fiscale et les dépenses publiques des anciennes puissances neutres et belligérantes.

         II. Le régime hollandais et l'Université de Liège.
            - La création de la première chaire d'économie politique en Europe occidentale (Liège, 1819).
            - L'enseignement de l'économie politique et de la statistique à l'Université de Liège de 1820 à 1830.
            - Léopold Warnkoenig à l'Université de Liège.

         III. L'enseignement de l'histoire nationale.
            - À propos du sentiment national dans les Pays-Bas aux XVIe et XVIIe siècles.
            - Comment on pourrait concevoir l'enseignement de notre histoire nationale.

20 euros (code de commande : 14339).

 

HAUDRICOURT (André G.) et JEAN-BRUNHES DALAMARRE (Muriel)L'homme et la charrue à travers le monde. Préface de Pierre Deffontaines et André Leroi-Gourhan. Lyon, La Manufacture, 1986. In-8° sous cartonnage d'éditeur, 410 p., illustrations, cartes, ex-dono à la page de faux-titre, exemplaire en très bon état.
En quatrième de couverture :
   
Araire et charrue sont peut-être des choses ordinaires, celles des travaux et des jours. Mais ce sont aussi des mots. Des mots si familiers qu'ils ne parleraient plus. Seulement voilà que André G. Haudricourt et Mariel J.-Brunhes Delamarre nous entreprennent. Et les découvertes s'accumulent sur le chemin qu'ils nous font emprunter, des grandes civilisations agraires de l'Antiquité au dernier salon de la machine agricole, des grandes régions nourricières du monde aux coins les plus reculés et les plus rudes où pourtant, l'ingéniosité sait s'affirmer.
   Comment se fait-il que la révolution industrielle et agricole ait si souvent troublé le sens des mots, au point que l'araire et la charrue ne sont plus distingués avec pertinence ?
   Pourtant, cette distinction doit être. Sinon, les conditions et les hasards des inventions ne peuvent plus être pensés comme ne peuvent plus l'être les conditions et les hasards du succès d'une invention, ici ou ailleurs, maintenant ou beaucoup plus tard. Nommer et classer en lignées des instruments aratoires c'est ordonner l'histoire des techniques de leur fabrication, l'histoire de leurs systèmes d'attelage et de leurs moyens de traction, l'histoire de leurs utilisations. La démonstration est éclatante.
   L'araire, cet instrument « si humble et si important » est, bien sûr, une vieille invention. Mais, il est plus qu'un ancêtre « primitif », à contempler avec nostalgie ou avec dédain. Son actualité s'impose.
   D'abord, il faut bien donner un nom générique à des instruments aratoires modernes affublés d'appellations de circonstance : cultivateur, scarificateur, canadien, chisel... Ensuite, la diversité des formes et des fonctions des araires nous disent avec quel soin il a fallu, il faut encore, choisir un instrument aratoire approprié à un milieu et aux moyens des producteurs agricoles, des paysans. Il n'y a pas de recette toute faite et définitive, de mise en valeur d'un milieu ou de développement d'une société. Il faut savoir remettre la charrue à sa place.
   Autre découverte. Il y a, de par le monde, des foyers privilégiés de création même pour des choses aussi « humbles » que l'araire. Mais, est-il possible de les rattacher à une culture, à une ethnie, à une nation, faites pour ça ? Ne faut-il pas considérer que la même invention a pu apparaître, indépendamment, dans des sociétés de cultures différentes ?
   Qui donc a inventé l'araire ? Et la charrue ? Si la charrue a été dérivée de l'araire, celui-ci est-il dépassé par celle-là ou s'agit-il d'un instrument différent, toujours utile ? Un instrument aratoire détermine-t-il une forme de champ, un système agraire ? Qui sait dire pourquoi il y a des charrues qui versent à droite et d'autres à gauche ?
   Nous sommes secoués dans tous les sens. L'Homme et la Charrue à travers le monde est prétexte à un vaste questionnement, à un voyage immense. Voilà donc un ouvrage qui fait date. Et, si nous sommes heureux d'avoir contribué à sa réédition, c'est qu'il garde tout son pouvoir stimulant. Ses auteurs souhaitaient, en 1955, qu'il fût un point de départ. Il l'est encore.

25 euros (code de commande : 15945).

 

HAUSER (Henri) Les débuts du capitalisme. (Nouvelle édition.) Paris, Félix Alcan, 1927. In-12 broché, XII + 326 p., (collection « Les Questions du Temps Présent »).

15 euros (code de commande : 180/62).

 

HAVEL (Vaclav)À vrai dire... Livre de l'après-pouvoir. Notes, carnets et entretiens avec Karel Hvizdala 1986-2006. Traduits du tchèque par Jean Rubes. La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube, 2007. in-8° collé, 435 p., (collection « L'Aube Document »).
En quatrième de couverture :
   « Je suis un homme très peu sûr de moi, je suis presque névrosé, je panique, j'ai souvent peur – je doute de moi et comme si j'étais masochiste, je ne cesse de me culpabiliser et de me maudire. En même temps, on me considère comme un homme sûr de lui et de ce qu'il a fait, admirablement équilibré, judicieux, persévérant, pragmatique et défendant avec réalisme ses opinions. Je suis rationnel, ordonné, discipliné, fiable, parfois même bureaucratiquement minutieux, et en même temps hypersensible, presque sentimental, attiré par ce qui est mystérieux, magique, illogique, inexplicable, grotesque et absurde ; bref tout ce qui est étranger à l'ordre ou qui le rend discutable. »
  À vrai dire – livre-bilan qui vient en hommage, vingt ans après, à Interrogatoire à distance – est un patchwork construit à partir d'un entretien de Vaclav Havel avec Karel Hvizdala réalisé en 2006, d'extraits de ses carnets et du journal tenu pendant ses mandats de président. Vaclav Havel dessine ici le portrait de sa vie – et quelle vie !

15 euros (code de commande : 20680).

 

HEATON (Herbert) — Histoire économique de l'Europe. Tome I : Des origines à 1750. Tome II : De 1750 à nos jours. Traduit de l'anglais par Roger Grandbois. Préface de Roger Labrousse. Paris, Armand Colin, 1950-1952. Deux volumes in-8° brochés, X, 321 et 340 p., (collection « Sciences Politiques »), petit cachet ex-libris du professeur Arnould à la page de faux-titre du tome II, quelques soulignements crayonnés au tome I, bon exemplaire.
Table des matières :
   Tome I :
   Préface.
   Chapitre I. Introduction.
   Chapitre II. Apparition de l'Europe du Sud-Est.
   Chapitre III. Le monde romain.
   Chapitre IV. La société économique médiévale.
   Chapitre V. La vie rurale au Moyen Âge.
   Chapitre VI. Les modifications et l'expansion de la vie rurale.
   Chapitre VII. L'industrie médiévale.
   Chapitre VIII. Le commerce au Moyen Âge.
   Chapitre IX. L'organisation commerciale et financière au Moyen Âge.
   Chapitre X. La réglementation de l'industrie et du commerce au Moyen Âge.
   Chapitre XI. Les débuts de l'Europe moderne.
   Chapitre XII. L'expansion économique en Europe et au-delà (1450-1600).
   Chapitre XIII. Le développement économique de l'Europe continentale de 1500 à 1750 : I. Les villes hanséatiques, l'Italie, le Portugal, l'Espagne.
   Chapitre XIV. Le développement économique de l'Europe continentale de 1500 à 1750 : II. La Hollande et la France.
   Chapitre XV. L'Angleterre de 1500 à 1750.
   Chapitre XVI. L'organisation industrielle et commerciale (1500-1750).
   Bibliographie.
   Tome II :
   Introduction. Caractéristiques économiques des deux derniers siècles.
   Chapitre I. L'agriculture européenne moderne : 1. L'agriculture anglaise.
   Chapitre II. L'agriculture européenne moderne : 2. La France et l'Allemagne.
   Chapitre III. L'agriculture européenne moderne : 3. L'Europe agricole.
   Chapitre IV. Le Développement industriel de l'Europe depuis 1700.
   Chapitre V. Le Développement des moyens de transport modernes.
   Chapitre VI. L'organisation industrielle et commerciale.
   Chapitre VII. Les banques et la monnaie jusqu'en 1914.
   Chapitre VIII. Concurrence, ententes et intervention de l'État.
   Chapitre IX. Le commerce international jusqu'en 1914.
   Chapitre X. Les fluctuations économiques avant 1914.
   Chapitre XI. Conséquences économiques de la Première Guerre mondiale.
   Chapitre XII. Histoire économique de 1929 à 1939.
   Chapitre XIII. La condition ouvrière et la réglementation du travail.
   Chapitre XIV. Le mouvement ouvrier.
   Bibliographie.

Les deux volumes : 25 euros (code de commande : 19148).

 

HEERINGA (K.) — De rekeningen en andere stukken in 1607 uit de Hollandsche rekenkamer naar de Zeeuwsche overgebracht. Het Henegouwsch-Beiersche tijdvak. 1319-1432. 'S-Gravenhage, Nijhoff, 1913. In-8° broché, 106 p., (collection « Rijks Archief-Depôt in de Provincie Zeeland »).
Table des matières :
   - Inleiding.
   - Inventaris.
      - Eerste gedeelte : Rekeningen van de r entmeesters van Zeeland, van Bewesten en van Beoosten Schelde. Met bijlagen.
         I. Rekeningen van den rentmeester van Zeeland.
         II. Rekeningen van de rentmeesters van Bewesten en van Beoosten Schelde. 1330-1390.
         III. Rekeningen van den rentmeester van Bewesteu Schelde. 1390-1431.
         IV. Rekeningen van den rentmeester van Beoosten Schelde. 1390-1431.
      - Tweede gedeelte : Andere rekeningen met bijlagen.
         I. Rekening van den ontvanger der jaarbede in Walcheren.
         II. Rekeningen van den ontvanger der beden in Beoosten Schelde.
         III. Rekeningen van den rentmeester der goederen in Beoosten Schelde, den graaf toegevallen door den dood van graaf Gwy van Bloys.
         IV. Rekening van den baljuw van Reimerswaal.
         V. Rekening van den baljuw van Zierikzee.
         VI. Rekeningen van den pachter van den tol te Yersekeroord.
   - Regestelijst.
   - Bijlagen.
      I. Lijst van de in 1607 uit de Hollandsche rekenkamer overgebrachte stukken met aanwijzing der nummers, waaronder zij thans beschreven zijn.
      II. Overzicht van de beden, in Zeeland opgebracht in het Henegouwsch-Beiersch tijdvak, voor zoover uit de bewaarde rekeningen kan worden opgemaakt.
   - Alphabetische indices.
      A. Index der persoonsnamen (Voornamen - Bij- en familienamen - Ambten en waardigheden).
      B. Index der plaatsnamen.
   - Bijvoegsel en verbeteringen.

20 euros (code de commande : 19175).

 

[HÉLIN (Étienne)]. Historiens et populations. Liber Amicorum Étienne Hélin. Contributions rassemblées par la Société Belge de Démographie. Louvain-la-Neuve, Academia, 1991. In-8° broché, 836 p., exemplaire en très bel état.
Table des matières :
   - Il n'y a richesse ni force que d'homme, par Jean Bodin.
   Première partie : Démographie historique. Essor et méthodologie.
      - New Dimensions for Historical Demography, par Massimo Livi-Bacci.
      - De Canberra à Porto Alegre, un historien-démographe témoigne, par Arthur E. Imhof.
      - Démographie, l'heure des choix, par Marianne Kempeneers.
      - Franciszek Bujak, historien démographe, par Helena Madurowicz-Urbanska.
      - Les problèmes de l'histoire scientifique des premières descriptions démographico-statistiques en Hongrie, par Robert A. Horvath.
      - La reconstitution des familles de l'époque préstatistique et l'histoire sociale (l'exemple de la Bohême), par Pavla Horska.
      - Malthus en Belgique, par Éric Vilquin.
      - À propos de la démographie historique au Grand-Duché du Luxembourg. Sources, problèmes, perspectives, par Jean-Paul Lehners.
      - Les conditions actuelles de production des statistiques socioprofessionnelles, par Paul Minon.
      - Le couplage automatique des données nominatives : nouvelles perspectives, par Claude Desama.
   Deuxième partie : Mouvement naturel de la population, transition démographique.
      - Société Rurale prérévolutionnaire et démographie différentielle, par Antoinette Fauve-Chamoux.
      - La mesure indirecte de la mortalité des adultes. L'exemple de la France de 1740 -1829, par Alain Bideau.
      - Estimation par échantillonnage du nombre de baptême dans le duché de Luxembourg (XVIIe - XVIIIe siècle), par Michel Dorban.
      - Mortality Decline and Rural Household Structure, par Hans Chr. Johansen.
      - La mortalité dans la France de l'Ouest à la fin de l'Ancien Régime (1770-1789), par François Lebrun.
      - Quelques précisions au sujet de la mortalité maternelle en Flandre (XVIIe - XIXe siècle), par Christiaan Vandenbroeke.
      - Le choléra, cet autre fléau social du XIXe siècle. L'épidémie de 1866 en Belgique et l'exacerbation des inégalités face à la mort, par Thierry Eggerickx et Michel Poulain.
      - Choléra des villes et choléra des champs. Faits et représentation, par Patrice Bourdelais.
      - Agrarian Change and Rural Fertility in early nineteenth century Germany, par William R. Lee.
      - Infanticide and Japan's pre-transition demographic regime, par Osamu Saito.
      - Moral Control, Secularization and Reproduction in Belgium (1600 -1900), par Rony Lesthaeghe.
      - Motivations des acteurs de la transition démographique de l'analyse quantitative à l'enquête orale dans la région liégeoise (fin XIXe - XXe siècle), par René Leboutte.
      - La transition démographique. La théorie et les faits, par Alfred Perrenoud.
   Troisième partie : Migrations, mouvements fondateurs, urbanisation.
      - Comportements démographiques et effets fondateurs dans la population du Québec (XVIIe - XXe siècle), par Gérard Bouchard, Claude Laberge et Charles-R. Scriver.
      - La contribution des Belges à la formation de la population française (1851-1940). Étude quantitative, par Jacques Dupâquier.
      - Genèse et composantes du registre de population du Québec ancien, par Hubert Charbonneau, Jacques Legaré, Bertrand Desjardins, Yves Landry, François Nault et Real Bates.
      - The Role of Migration in the Development and Structure of British Cities in the nineteenth century, par Richard Lawton.
      - Urbanization and Demographic Situation in Hungary, par Joseph Kovacsics.
      - À propos de la démographie urbaine d'Ancien Régime : l'exemple des petites villes de la Galice traditionnelle, par Antonio Eiras Roel.
      - How Do Urban and Rural Industrial Populations Grow ? Migration and Natural Increase in Verviers and its Hinterland, par Myron P. Gutmann.
      - La croissance urbaine au Zaïre, par Léon de Saint Moulin.
      - Une présence portugaise aux Comores dès le XVIe siècle est-elle plausible ?, par Alain Clockers.
      - L'émigration italienne Outre-Atlantique, par Nicole Malpas.
   Quatrième partie : Démographie régionale.
      - Population Estimates of Belgium by Province (1375-1831), par Paul M. M. Klep.
      - La pyramide des âges et la connaissance d'une région, par Henriette Damas.
      - À propos du recensement français de la population de Mons : critique et premiers résultats, par Jean-Paul Bougard.
      - Démographie de Flénu, commune du Borinage, 1871-1876. Essai d'exploitation des registres de population, par Robert André.
      - La mobilité sociale et spatiale à Tilff entre 1789 et 1830. Quelques éléments d'appréciation, par Yves Moreau.
   Cinquième partie : Ménages.
      - Social Inequality and the Female Life Course : Verviers, 1850-1880, par Georges Alter.
      - Status of Women and Demographic change. The Norvegian Case, par Solvi Sogner.
      - Social différences in age at marriage : examples from rural Germany during the XVIIIth and XIXth centuries, par Jürgen Schlumbohm.
      - New Data on foundling Children in Italy in the early XIXth century, par Eugenio Sonnino.
      - European Family and Household Systems, par Richard Wall.
      - Ménages et structures socio-professionnelles en Toscane au milieu du XIXe siècle, par Carlos A. Corsini.
   Sixième partie : Santé.
      - La peste à l'est du Zaïre, par Rashidi Obotela.
      - Pour une histoire du long terme. Les femmes et l'art de guérir dans la région liégeoise (XVIIIe-XXe siècles), par Carl Havelange.
      - Les internements psychiatriques à Liège de 1884 à 1913, par Charles Delrée.
      - Pour une étude de la réparation des dommages résultant des accidents du travail, par Henri Delrée.
      - Les pertes dans la garde impériale lors des Cent Jours, par Jacques Houdaille.
      - Les jeunes bruxellois face à la mort au milieu du XVIIIe siècle, par Claude Bruneel.
   Septième partie : Niveau de vie, culture et société.
      - Le salaire des ouvriers employés à la réfection des chaussées liégeoises à la fin de l'Ancien Régime, par Georges Hansotte.
      - Le travail des femmes mariées et le niveau de vie en Belgique au XIXe siècle à travers les budgets de familles ouvrières, par Peter Scholliers.
      - Une approche de la force de travail : les tables de la vie active, par Suzy Pasleau.
      - Cultural secularization in eighteenth-century Liège, par Bland Addison Jr.
      - Villes, bourgs et villages dans les Pays de Dalhem et de Limbourg à la fin du XVIIIe siècle, par Bruno Dumont.
      - Un état de l'Afrique précoloniale : l'Empire Toucouleur d'Ahmadou fils d'El Hadj Omar, par Claude Fluchard.
      - La population de Huy à la fin de l'Ancien Régime. Un essai de reconstruction, par Denis Morsa.

50 euros (code de commande : 17903).

 

[HENNEPIN (Louis)]. LOUANT (Armand) — Le cas du Père Louis Hennepin, récollet, Missionnaire de la Louisiane 1626-170 ? ou Histoire d'une vengeance. Ath, Cercle Royal d'Histoire et d'Archéologie d'Ath et de la Région et Musées Athois, 1980. In-8° broché, XVI, 263 p., illustrations, exemplaire bien complet du feuillet d'errata et de la carte volante à déplier.
Cet ouvrage est le tome XLVII - 1978-1979 des Annales du Cercle Royal d'Histoire et d'Archéologie d'Ath et de la Région et Musées Athois.
Avant-propos :
   « Cet ouvrage n'est pas une biographie du Père Louis Hennepin. Malgré les investigations nombreuses et presque toujours exhaustives auxquelles se livra le regretté Père Hugolin Lemay, de l'Ordre des Frères mineurs, tant au Canada qu'en Europe, malgré les articles consacrés par lui au célèbre récollet et la multitude de documents qu'il mit à la disposition des chercheurs en des éditions soigneuses et précises, il semble encore impossible de faire toute la lumière sur le mystère dont l'étonnant religieux s'entoura. Il doit subsister des documents qui attendent le hasard d'une trouvaille ou le courage d'une recherche persévérante. Les dernières découvertes prouvent qu'il ne faut pas désespérer.
   Notre étude se borne à l'examen critique des faits et gestes d'Hennepin tels qu'il les relate lui-même dans les livres qui l'illustrèrent et dans les rares écrits autographes mis à jour depuis que les historiens se sont penchés sur son cas. L'analyse objective de ce qu'il nous apprend de sa carrière et de ses aventures peut, pensons-nous, éclairer d'une lumière nouvelle le mobile caché de ses actions, pour autant que l'on s'efforce de les considérer dans le contexte de son milieu, de son époque, des circonstances du moment, de sa formation, des hommes qu'il côtoya et des lieux où il vécut.
   Ce fut un ami défunt, André Weens, Conseiller à la Cour d'appel, bibliophile averti, qui, le premier, attira notre attention sur l'œuvre d'Hennepin. Grâce à lui, les deux lettres adressées à Errembault de Dudzeele, Président à mortier au Parlement de Tournai, conservées aux Archives de l'État à Mons, ne passèrent pas inaperçues. La lecture attentive de ces deux pièces nous permit de l'identifier entre les nombreux enfants de Gaspard Hennepin, de préciser son allégeance politique et d'apporter, dans les pages suivantes, la seule explication qui, dans l'état actuel de nos informations, permette de saisir le motif de son bannissement de France et fit de lui un religieux errant. En outre, grâce aux précisions contenues dans l'une des lettres, on peut établir comment la Description de la Louisiane fut composée et déterminer la spécificité de son contenu.
   À la lumière des données ainsi établies, nous croyons avoir mis en évidence les véritables mobiles qui provoquèrent la rédaction de la Nouvelle découverte et celle du Nouveau voyage, ainsi que le motif qui poussa Hennepin à se plaindre au pape dans un méchant factum intitulé : La morale pratique du jansénisme. »

12 euros (code de commande : 14132).

 

[HERZL (Théodore)]. CHOURAQUI (André) — Un visionnaire nommé Herzl. La résurrection d'Israël. Paris, Laffont, 1991. In-8° collé, 323 p., illustrations hors texte, (collection « Les Hommes et l'Histoire »), petit cachet d'appartenance à la page de faux-titre.
En quatrième de couverture :
   La vie de Herzl, remarquable de son vivant, devenait prophétique dès le 15 mai 1948, à l'heure où sa vision prenait corps : l'État d'Israël, dont il avait annoncé la création naissait dans les délais qu'il avait prévus. L'homme dont la vocation fut de mettre un terme à l'exil deux fois millénaire d'Israël, dont il conçut et organisa le retour sur sa terre ancestrale, prenait un relief unique, non seulement dans l'histoire de son peuple, mais dans celle de l'humanité.
   Herzl naît le mercredi 2 mai 1860 ; il s'éteint le dimanche 3 juillet 1904, âgé de quarante-quatre ans. Une vie brève, celle, cependant, d'un homme qui infléchit l'histoire, sans autre moyen que le feu de son enthousiasme, la lucidité de sa vision. Un feu ne peut se cacher. Celui qui le ravageait brûlait au souffle de l'éternité. Le Buisson ardent et l'orage du Sinaï dans une même tête, Moïse ressuscité pour un Retour plus grandiose que la sortie d'Égypte, telle pourrait être l'image de ce journaliste en redingote qui s'éteignit dans un crachement de sang.

10 euros (code de commande : 15737).

 

Histoire de la langue française. 1880-1914. Sous la direction de Gérald Aantoine et Robert Martin. Paris, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1985. In-8° sous reliure toilée d’éditeur, 642 p. dont 22 de bibliographie.

40 euros (code de commande : 204/60).

 

Histoire et méthode. Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1981. Grand in-8° broché, 519 p., tableaux à déplier hors texte, (collection « Acta Historica Bruxellensia - Travaux de l'Institut d'Histoire de l'Université Libre de Bruxelles », n° IV), couverture plastifiée, marque manuscrite d'appartenance du professeur Jean-Jacques Hoebanx à la page de faux-titre.
En quatrième de couverture :
   - Préface, par M.-A. Arnould.
   - Quelques réflexions sur l'emploi de la Quellenforschung, par R. Van Compernolle.
   - Cimetières mérovingiens et histoire du Haut Moyen Âge - Chronologie - Société - Religion, par A. Dierkens.
   - Les méthodes d'analyse démographique des polyptyques du Haut Moyen Âge, par J.-P. Devroey.
   - Problématique marxiste et histoire rurale du Moyen Âge (VIIIe-XIIIe s.) entre Loire et Rhin, par Cl. Billen et Chr. Dupont.
   - L'utilisation d'une source hagiographique discréditée : la Vita s. Ode virginis de Sint-Oedenrode, par W. Steurs.
   - Secteurs secondaire et tertiaire dans les villes des anciens Pays-Bas au XIIIe s. : l'exemple de Michel Wichmar à Bruxelles, par G. Despy.
   - Remarques sur l'utilisation des baux de parcelles au Bas Moyen Âge, par M. De Waha.
   - Une « nouvelle » approche méthodologique : l'analyse scientifique des imprimés anciens, par R. Crahay.
   - Note à propos d'assolements et de rendements céréaliers en Brabant Wallon, au cours du premier quart du XIXe siècle, par J.-J. Hoebanx.
   - La répartition professionnelle de la population belge en 1846 : un piège statistique, par E. Gubin et A. Van Neck.
   - Les registres des patentables, source de l'histoire de Bruxelles à la fin du XIXe siècle, par G. Kurgan-van Hentenryk et Gh. Viré.
   - Les conseils des ministres et de la Couronne du 2 août 1914. Recherche méthodologique sur la valeur des témoignages, par M.-R. Thielemans et E. Vandewoude.
   - Une enquête d'histoire orale sur la question royale, par J. Stengers.
   -  Chansons et problématique sociale ?, par J. Puissant.
   - Thirty Years of Numismatics, par Ph. Grierson.

15 euros (code de commande : 15423*).

 

Histoire sociale. Revue canadienne - Social History. A Canadian Review. N° 2 Novembre 1968. Ottawa, Éditions de l'Université d'Ottawa, 1968. In-8° broché, 144 p., illustrations hors texte.
Table des matières :
   - Nova Scotia's Sense of Mission, par Georges Rawlyk et Gordon Stewart.
   - Origine sociale des intendants de la Nouvelle-France, par Jean-Claude Dubé.
   - L'enrichissement d'un homme nouveau au début du XIXe siècle. II, par Hubert Watelet.
   - Les insurrections de 1837-1838 : un phénomène social, par Fernand Ouellet.
   - Rural England, 1500-1750 , par R. B. Outhwaite.
   - New Approaches in Early American Studies : The Local Community in New England, par J. M. Bumsted et J. T. Lemon.
   - Aspects d'une histoire du peuplement par les choronymcs d'habitat, Saint-Didace, Québec, par Louis-Edmond Hamelin.
   - Comptes rendus :
      - K. S. Inglis, Churches and the Working Classes in Victorian England (Desmond Bowen).
      - Stephen Mayor, Churches and the Labour Movement (Desmond Bowen).
      - Charles Lipton, The Trade Union Movement of Canada, 1827-1959 (F. J. K. Griezic).
      - Lucien Campeau, Monumenta Novœ Franciœ. 1. La première Mission d'Acadie (1602-1616) (W. J. Eccles).
      - L'Histoire sociale : Sources et Méthodes - Colloque de l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud (15-16 mai 1965) (Harold Perkin).
      - W. L. Morton (éd.), The Shield of Achilles : Aspects of Canada in the Victorian Age (J. K. Johnson).

9 euros (code de commande : 22597).

 

Histoire socialiste 1789-1900. Sous la direction de Jean Jaurès. Par Jean Jaurès (Constituante et Législative) ; Jules Guesde (Convention jusqu'au 9 Thermidor) ; Gabriel Deville (Du 9 Thermidor au 18 Brumaire) ; Brousse (Du 18 Brumaire à Iéna) ; Henri Turot (D'Iéna à la Restauration) ; Viviani (La Restauration) ; Fournière et Rouanet (Le règne de Louis-Philippe) ; Millerand (La République de 1848) ; Andler et Herr (Le Second Empire) ; Jean Jaurès (La Guerre franco-allemande) ; Dubreuilh (La Commune) ; John Labusquière (La Troisième République, 1871-1885) ; Gérault Richard (1885-1900) ; Jean Jaurès (Conclusion : le Bilan social du XIXe siècle). Paris, Rouff, [1901]. Neuf volumes in-8° sous une modeste reliure toilée, tome I : 24 (table des illustrations) p., pp. 1 à 756, tome II : pp. 757 à 1316, tome III : pp. 1 à 980, tome IV : pp. 981 à 1824 et pp. 3 à 190 de la table analytique, tome V : 592 p., tome VI : pp. 1 à 604 puis 13 à 264 (sans interruption de texte), tome VII : 575 p., tome VIII : pp. 1 à 420 puis 37 à 392 (sans interruption de texte), tome IX : pp. 1 à 496 puis pp. 1 à 312 et les pp. 1 et 2 de la table analytique et les 2 pages de la préface d'Albert Thomas.

   

Les neuf volumes : 250 euros (code de commande : 15572).

 

HOXHA (Enver) — Le Parti du Travail d'Albanie en lutte contre le révisionnisme moderne. Discours et articles. Tirana, Naim Frashëri, 1971. In-12 sous reliure d'éditeur, 552 p., bel exemplaire.
Table des matières :
   - Jetons par-dessus bord les thèses révisionnistes du XXe Congrès du Parti communiste de l'Union Soviétique et les positions antimarxistes du groupe de Khrouchtchev ! Défendons le Marxisme-Léninisme !, par Enver Hoxha, discours prononcé à la réunion des 81 partis communistes et ouvriers à Moscou le 16 novembre 1960.
   - Discours à la réunion solennelle consacrée au 20e anniversaire de la fondation du Parti du Travail d'Albanie et au 44e anniversaire de la grande Révolution socialiste d'octobre, par Enver Hoxha, discours prononcé le 7 novembre 1961.
   - La lutte du Parti du Travail d'Albanie contre le révisionnisme moderne pour la défense de la pureté du Marxisme-Léninisme, par Enver Hoxha, extrait du Rapport d'activité du Comité Central du Parti du Travail d'Albanie présenté au Vème Congrès du PTA le 1er novembre 1966.
   - Lettre ouverte aux membres du Parti Communiste de l'Union Soviétique, publiée dans le journal Zëri I Popullit, organe du Comité Central du Parti du Travail d'Albanie, le 5 octobre 1964.
   - Les révisionnistes modernes sur la voie de la dégénérescence social-démocrate et de la fusion avec la social-démocratie, article du journal Zëri I Popullit du 7 avril 1964.
   - Le Marxisme-Léninisme révolutionnaire triomphera dans l'Europe contaminée par le révisionnisme, article du journal Zëri I Popullit du 6 janvier 1965.
   - La classe ouvrière des pays révisionnistes doit livrer bataille et rétablir la dictature du prolétariat, article du journal Zëri I Popullit du 24 mars 1968.
   - Que la tempête de la Révolution se déchaîne avec force, article du journal Zëri I Popullit du 17 mai 1968.
   - La démagogie des révisionnistes soviétiques ne peut couvrir leur visage de traître, article du journal Zëri I Popullit du 9 janvier 1969.

12 euros (code de commande : 18725GL).

 

Huit grands Américains. S.l., Service Américain d'Information, [ca 1950]. Petit in4° agrafé, [32] p.
   Cet ouvrage de propagande est présenté sous forme de bande-dessinée ; les personnages décrits sont :
   - George Washington 1732-1799. Père de l'Amérique. Dessins de Bruno Premiani.
   - Thomas Jefferson 1743-1826. Champion des droits de l'Homme. Dessins de Bill Draut.
   - Walt Whitman 1819-1892. Poète du peuple. Dessins de Bruno Premiani.
   - Abraham Lincoln 1809-1865. Sauveur de l'Union. Dessins de Bill Draut.
   - George W. Carver 1864-1943. Savant agronome. Dessins de Bruno Premiani.
   - Andrew Carnegie 1835-1919. Pionnier de l'industrie. Dessins de Bruno Premiani.
   - Jane Adams 1860-1935. Bienfaitrice de l'humanité. Dessins de Bill Draut.
   - Thomas A. Edison 1847-1931. Génie de l'électricité. Dessins de Bill Draut.
Avant-propos :
   Des millions d'hommes et de femmes, dont beaucoup naquirent à l'étranger, ont participé au développement des États-Unis. Ce livre relate les faits les plus saillants de la vie de quelques-uns des Américains éminents qui ont contribué de différentes façons à l'établissement du gouvernement démocratique, au bien-être général et au progrès matériel de la Nation.

8 euros (code de commande : 16165).

 

IMBERT (Jean), SAUTEL (Gérard) et BOULET-SAUTEL (Marguerite) Histoire des institutions et des faits sociaux (Xe-XIXe siècle). Paris, Presses Universitaires de France, 1956. In-8° broché, 404 p., (collection « Thémis - Textes et Documents »), hommage des auteurs.

15 euros (code de commande : 183/69).

 

Imperial War Museum Review. N° 8. [London], Trustees of the Imperial War Museum, 1998. In-4° broché, 111 p., illustrations en noir et en couleurs.
Sommaire :
   - From the archives.
      - The end of the British Mandate in Palestine : reflections from the papers of John Watson of the Forces Broadcasting Service, par Joanne Buggins.
      - The British Pacific Fleet of 1944-45 and its newspaper, Pacific Post, par Colin Bruce et Terry Charman.
      - « When d'you scarper ? When d'you go into action ? That's the nightmare. » The destruction of the South Nottinghamshire Hussars at Knightsbridge, 27 May-6 June 1942, par Peter Hart.
   - Paintings in focus.
      - The empty battlefield, par Paul Gough.
      - The war art of C R W Nevinson, par Charles Doherty.
   - Historical essays.
      - « Nobody's child » : a brief history of the tactical use of Vickers machine-guns in the British Army, 1914 -1918, par Chris McCarthy.
      - Too old or too bold ? The removal of Sir Roger Keyes as Churchill's first Director of Combined Operations, par Jeremy Langdon.
      - Eton and the First World War, par Andrew Robinson.
      - The German battlecruiser attack on the east coast ports, 16 December 1914, par John Bullen.

8 euros (code de commande : 25128).

 

Interfac. Revue d'information et de liaison des étudiants d'Histoire et de Géographie de France. 1ère Année - Nov.-déc. 1946 - N° 1. Paris, Office de Presse Universitaire, 1946. In-8° agrafé, 21 p., bel exemplaire malgré la couverture un peu insolée.
Table des matières de ce premier numéro :
   - Comment on étudie l'Histoire, par G. Lefebvre.
   - Le nouveau livre de M. Pierre George « Les régions polaires », par M. Dubois.
   - Le coin du mécontent.
   - L'année 1946-47 dans les facultés (programmes, cours, professeurs).
   - La réforme de l'enseignement, par Y.-M. Hilaire.
   - La cuisine grecque, par M. Perrier.
   - À la devanture du libraire.
   - Services interfacs.

5 euros (code de commande : 17421).

 

[JACOB (Louis)]. Mélanges offerts à Louis Jacob Doyen de la Faculté des Lettres de Lille à l'occasion de son 70e anniversaire. Lille, Faculté des Lettres, 1954. In-8° broché, [335] p., un portrait en frontispice.
   Il s'agit de la livraison spéciale de la Revue du Nord, tome XXXVI, pp. 97-431.
Table des matières :
   - Avant-propos, par M. Souriau.
   - Louis Jacob, par Roger Portal.
   - En témoignage, par Jacques Estienne.
   I. Antiquité.
      - À propos des commentaires de Thucydide sur la Guerre de Troie, par Jacqueline de Romilly.
      - Socrate et la sagesse indienne, par Olivier Lacombe.
      - Le mariage d'Énée et de Didon et la causalité historique, par Jean Beaujeu.
      - Polybe, Scipion l'Africain et le titre de « Roi », par André Aymard.
      - La conception de la « nobilitas » dans la Rome républicaine, par J.-M. Hellegouarc'h.
      - Amiens, ville militaire romaine, par Ernest Will.
      - Note sur un butoir antique découvert à Amiens, par Jacques Heurgon.
   II. Moyen Âge et XVIe siècle.
      - À propos d'un millénaire. Les recherches archéologiques en Pologne, par Wladimir Godlewski.
      - Quatre lettres du Cardinal Guy de Boulogne, par Édouard Perroy.
      - Bruges ou Anvers? La notion de liberté commerciale au début du XVIe siècle, par Michel Mollat.
      - Créations de villages sur le plateau de Rocroi au XVIe siècle, par Pierre Brunet.
      - Henri III a-t-il vendu la ville de Boulogne aux Anglais ?, par Henri Roussel.
      - Voyages des mots et Histoire, par Henri Henne.
   III. Période moderne.
      - Un point de droit élizabéthain sur la scène dramatique, par A. José Axelard.
      - Loys du Cardin, médecin, humaniste et poète douaisien (1572-1633), par Albert-Marie Schmidt.
      - Les fondements du Pouvoir absolu chez Hobbes et ses interprétations, par Raymond Polin.
      - Note sur quelques problèmes d'histoire du XVIIe siècle russe, par Victor-L. Tapié.
      - Français et idées françaises en Irlande de Louis XIV à Napoléon, par René Fréchet.
      - Le pays des Sœurs Brontë et la révolution industrielle, par Jean Blondel.
   IV. Révolution-Empire.
      - La France et les problèmes de l'Atlantique à la veille de la Révolution, par Jacques Godechot.
      - La production et le commerce des graines oléagineuses dans le Nord au début de la Révolution, par Louis Machu.
      - Mirabeau et les Liégeois, par Paul Harsin.
      - Aux origines de la Première Coalition : le Ministre Le Brun Tondu, par Suzanne Tassier.
      - La première mission de Florent Guiot dans le Nord (An II), par Marcel Gillet.
      - Danton vu par Büchner, par Claude David.
      - Quelques exemples du vandalisme « révolutionnaire » dans le Nord de la France, par Georges Gaillard.
      - La Révolution française vue d'Angleterre :
         I. Burke contre Rousseau, par Jacques Voisine.
         II. Un ami de la Révolution française : Sir James Mackintosh (1765-1832), par Jean Simon.
      - Notes sur les ouvriers industriels gantois à l'époque française, par Jan Dhondt.
      - Sucre et betterave dans le département du Nord à la fin du Premier Empire, par Fernand Lentacker.
   V. Époque contemporaine.
      - L'évolution démographique du département du Nord dans la première moitié du XIXe siècle, par Charles H. Pouthas.
      - Troubles sociaux à Roubaix en juillet 1819, par Pierre Reboul.
      - La pétition « réunioniste » de Jemappes en 1830, par Maurice-A. Arnould.
      - Une lettre inédite de Victor Considérant (1838), par Paul Leuilliot.
      - Industrie et crédit dans la région lilloise (1815-1870), par Claude Fohlen.
      - La Banque de Lille et les premières grandes banques du Nord, par Bertrand Gille.
      - Villiers de l'Isle-Adam, historien de sa Maison, par Pierre-Georges Castex.
      - Une petite revue née à Lille en 1900 : L'Hémicycle, par Michel Décaudin.
      - Gabriele D'Annunzio député, par Guy Tosi.
      - Le toponymiste dans la mine, par Jean Babin.
      - Le dynamisme urbain dans le Nord, par Jacqueline Beaujeu-Garnier.
      - Les listes nominatives des recensements de population, par Philippe Pinchemel.

25 euros (code de commande : 21342).

 

[JACQUEMYNS (Guillaume)]. Mélanges offerts à G. Jacquemyns. Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 1968. Fort in-8° broché, XXXII, 679 p.
Table des matières :
   - La superficie du Tournaisis à l'époque moderne, par Maurice-A. Arnould.
   - L'apport des méthodes historiques nouvelles à l'histoire du premier concile du Vatican, par Roger Aubert.
   - Étudiants et mouvement révolutionnaire au temps de la première Internationale. Les Congrès de Liège, Bruxelles et Gand, par John Bartier.
   - La crise de 1929, par Fernand Baudhuin.
   - Charges, recettes, bénéfices dans la comptabilité bancaire : l'exemple de l'exercice 1891 au Crédit Lyonnais, par Jean Bouvier.
   - Réfugiés italiens et Anglaises libérales à Paris sous la Restauration, par Ferdinand Boyer.
   - Commerce et urbanisme, par Victor Bure.
   - Le gambettisme depuis Gambetta, par J.P.T. Bury.
   - Les débuts de la révolution industrielle en Belgique et les statistiques de la fin de l'Empire, par Jan Craeybeckx.
   - Un projet de Banques en province dans le Royaume de Naples à la veille de la Révolution française, par Domenico Demarco.
   - Léopold II et le Grand-Duché de Luxembourg au printemps 1867, par Robert Demoulin.
   - À propos du droit urbain de Louvain au XIIIe siècle : l'exemple de la « ville » de Wavre, par Georges Despy.
   - L'opinion publique et les revendications territoriales belges à la fin de la Première guerre mondiale, 1918-1919, par Robert Devleeshouwer.
   - Les femmes et la première Internationale en Belgique, par Jean Dhondt.
   - Histoire économique du haut Moyen Âge. Note à propos d'un point de méthode, par Renée Doehaerd.
   - Personnalités et sociétés dans la naissance des idéologies, par J.-B. Duroselle.
   - Une expérience de crédit foncier : la Banque Territoriale (an VII-an XI), par Claude Fohlien.
   - L'évolution économique et la morale, par Jean Fourastié.
   - Newspapers, Parliament, and foreign Policy in the age of Stanhope and Walpole, par G.C. Gibbs.
   - Un procès de pillages commis à Bruxelles au début de la Révolution de 1830 : l'affaire Londens et consorts, par John Gilissen.
   - La Maison Rotschild et l'emprunt belge de 1873, par Bertrand Gille.
   - Charbonnages belges et charbonnages du Nord de la France aux XVIIIe et XIXe siècles, par Marcel Petit.
   - L'opposition au Premier Empire dans les Conseils généraux et les Conseils municipaux, par Jacques Godechot.
   - La démission de Paul Hymans et la fin du second gouvernement Delacroix (juillet-novembre 1920), par Henri Haag.
   - La section liégeoise de la Ligue de l'Enseignement en 1865-1866, par Léon-E. Halkin.
   - L'organisation internationale agit-elle sur la pensée et les politiques économiques contemporaines ?, par Jean Halpérin.
   - Note sur la déclaration des biens et revenus du Clergé brabançon de 1787, par Jean-Jacques Hoebanx.
   - Économie et guerre : les « militaires aux armées » en 1806, par Jean Imbert.
   - Les origines du socialisme dans le canton de Vaud, par André Lasserre.
   - De la Belgique aux Pyrénées au XIVe siècle, par Pierre Lavedan.
   - Silhouettes urbaines et problème des gratte-ciel, par Alfred Ledent.
   - Les monuments historiques, un des facteurs déterminants de l'établissement de plans particuliers dans l'aménagement urbanistique, par Victor-G. Martiny.
   - L'essor de l'industrie capitaliste en Hongrie au cours de la première moitié du XIXe siècle, par Gyula Mérei.
   - Truck-system et revendications sociales dans la sidérurgie luxembourgeoise du XVIIIe siècle, par Philippe Moureaux.
   - Englands Wirtschaftsbeziehungen zu den Habsburgischen Niederlanden im Achtzehnten Jahrhundert. Ein Gutachten des Committee of Privy Council of Trade vom 6. Jänner 1791, par Hedwig Pavelka.
   - L'épiscopat français devant l'offre de paix du Saint-Siège (août 1791), par Pierre Renouvin.
   - Deux entreprises de remplacement militaire à Bordeaux (1822-1851), par Bernard Schnapper.
   - Léopold Ier et le chemin de fer d'Anvers au Rhin, par Jean Stengers.
   - Salvandy et la création du réseau ferré, par Louis Trenard.
   - Séquestration ou retraite volontaire ? Quelques réflexions à propos de l'hébergement des lépreux à la léproserie de Terbank-lez-Louvain, par André Uyttebrouck.
   - Le « Repartimiento » de Rodrigo de Albuquerque à Espanola en 1514. Aux origines d'une importante institution économico-sociale de l'Empire colonial espagnol, par Charles Verlinden.
   - Les Belges dans l'agglomération rouennaise en 1921, par Jean Vidalenc.
   - Sondages de paix en 1918 : la dernière mission du Comte Toerring, par Jacques Willequet.

25 euros (code de commande : 21543).

 

JASPERS (Karl) — Origine et sens de l'histoire. [Titre original : Von Ursprung und Zeil der Geschichte.] Traduit de l'allemand par Hélène Naef avec la collaboration de Wolfgang Achterberg. Paris, Plon, 1954. In-8° broché, IV, 359 p., édition originale de la traduction française, bon exemplaire avec sa bande d'annonce, peu courant.
En quatrième de couverture :
   Karl Jaspers est peut-être le seul philosophe actuellement vivant qui ait exercé une telle influence sur l'univers spirituel de notre temps. Ses études sur Nietzsche et Kierkegaard font de lui un des créateurs de l'existentialisme moderne. Plusieurs de ses ouvrages ont été traduits en français : Psychopathologie, la Situation spirituelle de notre époque, la Foi philosophique
et Introduction à la philosophie.
   Le présent essai offre le double intérêt de traiter de problèmes qui, après Spengler et Grousset, commencent à être familiers aux public français, et d'être l'un des livres les plus accessibles de Jaspers. Il n'est pas douteux que cet ouvrage de la plus haute importance sera désormais invoqué et cité au même titre que le Déclin de l'Occident d'Oswald Spengler, à côté duquel il figurera dans la bibliothèque non seulement de tous ceux qui s'intéressent à la philosophie de l'Histoire, mais de tout « honnête homme ».

20 euros (code de commande : 18505).

 

JORDAN (Joseph) — Le passé de mon pays. Esquisse de l'évolution politique, économique et sociale de la Suisse. 2me édition revue et augmentée. Fribourg, Saint-Paul, 1932. In-8° broché, 212 p.
Préface :
   Le bon accueil, que Le passé de mon pays a rencontré, m'a encouragé à en faire une deuxième édition, revue et augmentée. Dans ses grandes lignes, cependant, l'œuvre reste la même. Le passé de mon pays ne se présente pas comme une histoire de la Suisse de grande envergure, pareille à celles de feu Johanneès Dierauer, de M. Maxime Reymond ou de M. William Martin, ni comme un manuel passablement détaillé et richement illustré, tel que celui de MM. Suter et Castella. C'est une esquisse – plutôt un résumé à grands traits – de l'évolution politique, économique et sociale de notre pays. Il est encore des historiens qui ne s'intéressent qu'à la politique et aux batailles, négligent le point de vue économique et, plus encore, l'évolution sociale que j'entends au sens large de transformation de la société et de sa civilisation. C'est, à mon avis, une erreur aussi grossière que celle des socialistes et des pacifistes qui voudraient bannir de l'enseignement le souvenir de nos glorieuses guerres d'indépendance.
   À la première lecture déjà, on remarquera que l'histoire de la période contemporaine est plus développée que celle des autres périodes. En effet, les événements les plus proches sont ceux qui nous intéressent le plus et nous expliquent le mieux l'époque actuelle. Par là même, l'histoire contribue puissamment à la formation civique et sociale dont la jeunesse a tant besoin aujourd'hui.
   Ce travail n'a aucune prétention littéraire ; le style en est simple, aussi concis que possible, puisqu'il s'agit d'un résumé. Si j'ai choisi cette dernière forme, de préférence à toute autre, c'est pour soulager la mémoire des élèves (mémoire qui doit déjà emmagasiner tant d'autres connaissances], attirer leur
attention sur ce qui est important, essentiel ; enfin, leur présenter les événements d'une manière logique et didactique qui en facilite l'étude.
   C'est à dessein que je n'ai inséré, dans ce manuel, ni cartes, ni illustrations ; elles en eussent majoré le prix. Mais il est facile d'y suppléer en se servant de la carte historique de la Suisse, de gravures, de projections ou de croquis au tableau noir.
   Le texte d'un chapitre (ou seulement d'une partie, s'il est trop long) peut être considéré comme le plan d'une leçon, à développer sous forme de conférence. Reconstituer le cadre des événements, faire revivre, agir et parler les personnages, les peuples, soit qu'il s'agisse de guerres ou d'autres faits remarquables ; glisser le détail pittoresque et vrai que l'élève retiendra facilement ; exposer avec précision les doctrines qui, aujourd'hui encore, divisent le monde ; telle doit être, me semble-t-il, la méthode à suivre.
   De son côté, l'élève doit apprendre plus ou moins par cœur le résumé ; il doit aussi connaître les détails donnés de vive voix par le maître. Dès qu'un certain nombre de chapitres formant un tout ont été étudiés, le professeur peut annoncer une composition ou répétition par écrit.
   Je ne prétends nullement imposer ce manuel, destiné, en premier lieu, à mes élèves de l'École de commerce du Collège Saint-Michel (Fribourg), mais, à qui voudrait en user, je conseillerais la méthode que je viens d'exposer.

18 euros (code de commande : 16230).

 

JUGLAS (J.-J.) — Économie mondiale. Géographie économique. Tome I. Produits alimentaires - Matières d'origine végétale et animale. Tome II. Combustibles et sources d'énergie - Matières d'origine minérale - Voies de communication - Moyens de transport. Paris, Foucher, 1953. Deux volumes in-8° brochés, 259 et 239 p., bon exemplaire.
Tables des matières :
   Tome I :
   Première partie. Produits alimentaires.

      Chapitre I. Les céréales.
         I. Le blé.
         II. Le riz.
         III. Le maïs.
         IV. Les céréales secondaires.
         V. Le marché mondial des céréales de 1939 à 1948.
      Chapitre II. Viandes et poissons.
         I. L'élevage dans le monde.
         II. La viande
         III. La pêche et ses produits.
         IV. Le marché de la viande et du poisson de 1939 à 1948.
      Chapitre III. Pommes de terre, légumes et fruits.
         I. Les pommes de terre.
         II. Les légumes.
         III. Les fruits.
      Chapitre IV. Matières grasses et épices.
         I. Les matières grasses d'origine animale.
         II. Les oléagineux.
         III. Les épices.
         IV. Le marché mondial des corps gras de 1939 à 1948.
      Chapitre V. Le sucre.
         I. Les plantes à sucre.
         II. La concurrence canne-betterave
         III. La production de sucre dans le monde en 1938.
         IV. Le marché du sucre de 1939 à 1948.
      Chapitre VI. Les boissons.
         I. Les boissons fermentées : Le vin - La bière.
         II. Les boissons infusées : Le café - Le thé - Le cacao.
         III. Le marché des boissons de 1919 à 1948.
   Deuxième partie. Matières d'origine végétale et animale.
      Chapitre VII. La laine.
      Chapitre VIII. Le coton.
      Chapitre IX. Les textiles secondaires.
      Chapitre X. Les textiles artificiels.
      Chapitre XI. Le bois et ses dérivés.
      Chapitre XII. Le caoutchouc : Histoire du caoutchouc - La production du caoutchouc en 1938 - L'industrie du caoutchouc - Le commerce du caoutchouc - Le marché du caoutchouc pendant et depuis la guerre.
   Tome II :
   Première partie. Combustibles et sources d'énergie.
      Chapitre I. La houille.
      Chapitre II. Le pétrole.
      Chapitre III. L'électricité.
   Deuxième partie. Matières d'origine minérale.
      Chapitre IV. Le fer.
      Chapitre V. Les métaux non ferreux : Le cuivre - L'aluminium - Le zinc et le plomb - Les autres métaux non ferreux.
      Chapitre VI. Les métaux précieux et le diamant : L'or - L'argent - Le diamant.
      Chapitre VII. Les engrais : Les engrais phosphatés - Les engrais potassiques et les engrais azotés.
   Troisième partie. Voies de communication et moyens de transport.
      Chapitre VIII. Les chemins de fer.
      Chapitre IX. Les voies d'eau intérieures.
      Chapitre X. La route et la piste.
      Chapitre XI. Les voies et les transports maritimes.
      Chapitre XII. Les transports aériens.
      Chapitre XIII. La circulation de la pensée.

Les deux volumes : 20 euros (code de commande : 22067).

 

[JULLIAN]. GRENIER (Albert) Camille Jullian. Un demi-siècle de science historique et de progrès français 1880-1930. Paris, Albin Michel, 1944. In-8° broché, 316 p.

13 euros (code de commande : 187/69).

 

KARLIN (Daniel) et LAINÉ (Tony) Le petit donneur d'offrandes et autres histoires de fous. Paris, Éditions Sociales, 1981. In-8° broché, 287 p.

13 euros (code de commande : 227/68).

 

KATZ (Jacob) — Hors du ghetto. L’émancipation des Juifs en Europe 1770-1870. Traduction de J.-F. Sené. Préface de Pierre Vidal-Naquet. Paris, Hachette, 1984. In-8° broché, XXVII + 289 p., (collection « La Force des Idées »).

10 euros (code de commande : 131/60).

 

KENNEDY (Ludovic) — Pursuit. The Chase and Sinking of the Bismarck. London, Cassell, 2004. In-8° collé, 252 p., illustrations hors texte, (collection « Military Paperbacks »), exemplaire en bel état.
En quatrième de couverture :
   In May 1941, the German battleship Bismarck headed out into the North Atlantic to raid Allied shipping. She was accompanied by the Prinz Eugen and her pursuit was an epic of naval warfare. Found and shadowed by British cruisers, she was engaged by the Hood and the Prince of Wales. Within minutes, she had sunk the former, the pride of the Royal Navy, and damaged the latter. The next few days were agonising for both sides. The Bismarck was attacked by Swordfish of the Fleet Air Arm, lost and then relocated, attacked once more and disabled. Now there was no choice for the pride of the Kriegsmarine but to run for safety and the French port of Brest. But then the battleships Rodney and King George V caught up with her.

7 euros (code de commande : 25031).

 

KERVYN DE LETTENHOVE (Joseph) — La Toison d'Or. Notes sur l'institution et l'histoire de l'ordre (depuis l'année 1429 jusqu'à l'année 1559). Bruxelles, Van Oest, 1907. In-4° broché, 102 p., illustrations hors texte, rousseurs importantes.
Extrait :
   En parlant du XIVe siècle, un écrivain qui en avait consciencieusement approfondi les annales, disait : « on n'a pas assez remarqué l'influence que la chevalerie a exercée sur l'ordre social » ; cette observation s'applique peut-être plus justement encore aux effets qu'eurent sur les événements et les mœurs du XVe et du XVIe siècles, la fondation et l'épanouissement de l'ordre de la Toison d'or.
   Affirmer que la Toison d'or a été dès son origine et est encore aujourd'hui « un des plus illustres ordres de chevalerie », serait avancer une chose banale, mais montrer l'influence considérable et bienfaisante que cette noble institution a exercée dans le domaine religieux, moral, politique et artistique, n'est pas sans offrir un grand intérêt et une réelle utilité.
   Il est encore plus important de rechercher les causes de ce rôle glorieux et d'indiquer par quelles considérations élevées des Chefs et Souverains de l'ordre et par quels « hauts faits » de ses chevaliers, « la noble Toison d'or » a acquis cette brillante renommée et cet universel prestige.
   Enfin, c'est faire œuvre de justice que de prouver que si les Pays-Bas ont eu, au XVe siècle, le privilège d'un art si brillant, ils le doivent en grande partie à la protection que les Chefs et Souverains de la Toison d'or et leurs plus illustres chevaliers accordaient aux peintres, aux sculpteurs, orfèvres et ouvriers d'art. Ceux-ci ne trouvaient-ils pas dans les fêtes superbes données à l'occasion des Chapitres de l'ordre, l'occasion de montrer leurs talents et n'y recevaient-ils pas les encouragements les plus précieux ?
   Ces nobles mobiles, ces heureuses influences, ces grands bienfaits ont souvent été niés. On a traité de légendes ces traditions populaires « qui voyaient dans la Toison d'or l'image de la prospérité des communes. » On n'a envisagé les Souverains que comme des Princes prodigues, au lieu de mesurer leur grand rôle social et politique ; on a traité les chevaliers de courtisans, alors qu'ils étaient les champions du droit, de l'honneur et de la courtoisie. On n'a compté que les dépenses d'une cour fastueuse, sans découvrir la protection généreuse, intelligente constante qui faisait germer de toutes parts des génies, semence précieuse que Dieu jette un peu partout mais qui ne lève que par des concours éclairés.
   On n'a pas compris « ce que ce luxe, ces fêtes, tous ces encouragements donnés aux Arts, ont fait pour la gloire et la prospérité de la Flandre. » On a osé nier tous ces faits, contester ces affirmations, et cependant toutes les preuves du rôle bienfaisant de la Toison d'or existent ! Malheureusement, elles étaient inconnues de la plupart et souvent cachées, car, comme l'écrivait le comte de Laborde, « elles ne se retrouvent plus aujourd'hui que sous la poussière des archives et dans les collections particulières. »
   N'était-il pas temps, avant que la poussière ait tout à fait effacé les caractères de ces précieux manuscrits et avant que beaucoup de tableaux aient disparu ou aient été détruits, de réunir pieusement ces témoins authentiques et irrécusables de tant de gloire et de leur demander, en l'honneur de la Toison d'or et en faveur de la vérité historique, le plus éloquent des témoignages.
   Si l'histoire ne peut s'écrire qu'avec des documents, ceux-ci sont surtout nécessaires pour établir les faits, glorieux au point d'être souvent invraisemblables, par lesquels se signalaient les chevaliers qui avaient l'insigne honneur de porter la Toison d'or ou ceux qui y aspiraient. N'y a-t-il pas aussi un devoir à remplir vis-à-vis de ceux qui se signalèrent par tant de vertus, de courage, et de fidélité ? Ne faut-il pas chercher, comme le demandait Froissart, à les mettre « en perpétuelle mémoire » ?

20 euros (code de commande : 21302).

 

KLEIN (Charles)Le diocèse des barbelés. 1940-1944. Préface de Jean Rodhain. Paris, Fayard, 1973. In-8° sous cartonnage et jaquette d'éditeur, X, 403 p., (collection « Les Grandes Études Contemporaines »), bon exemplaire.
Sur le rabat de la jaquette :
   Voici un ouvrage dont l'originalité est de présenter un aspect encore peu connu de l'occupation et de la résistance : l'action des militants catholiques au cours de la Seconde Guerre mondiale. Ce document, divisé en quatre sections, traite successivement de l'organisation – dès la débâcle – du Secours catholique aux prisonniers de guerre, de la création premièrement d'une Aumônerie centrale à Paris, puis d'une Aumônerie des travailleurs français en Allemagne, de l'envoi – lorsque les Autorités allemandes s'obstinèrent à refuser à ces travailleurs le secours d'aumôniers nationaux – de prêtres volontaires pour travailler dans les usines allemandes et exercer leur ministère clandestinement, enfin des efforts décevants mais persévérants de l'Aumônerie pour atteindre les déportés.
   La réalisation du Diocèse des barbelés a coûté à son auteur de longs mois de recherche. Le colonel Klein a recueilli un grand nombre de témoignages d'anciens prisonniers et d'aumôniers des camps. Il a réuni des lettres officielles, des correspondances privées, etc. Son moindre mérite n'est pas d'avoir su montrer comment, à chaque fois que les conditions imposées par l'occupant se faisaient plus dures, le Secours catholique a su reconvertir ses moyens d'action afin de poursuivre la mission qu'il s'était assignée.

13 euros (code de commande : 22607).

 

KLIBANSKY (Raymond) — Le philosophe et la mémoire du siècle. Tolérance, liberté et philosophie. Entretiens avec Georges Leroux. Paris, Les Belles Lettres, 1998. In-8° collé, XIX, 307 p., illustrations hors texte.
En quatrième de couverture :
   « De Paris à Heidelberg et Hambourg, de Hambourg à Paris et Londres et de Londres à Montréal, la vie de Raymond Klibansky traverse notre siècle et l'entraîne dans des activités qui ne sont pas le lot ordinaire des intellectuels ou des savants. De ces études à Heidelber auprès de Jaspers, en contact étroit avec les disciples du poète Stefan George, R. Klibansky tire son intérêt pour la pensée négative, qui l'amène à Nicolas de Cues, à Maître Eckhart et, par-delà, à la tradition platonicienne. Les premiers chapitres de ces Entretiens, passionnant tableau de la vie intellectuelle en Allemagne dans les années vingt, éclairent la montée du Nazisme.
   Ses premiers travaux aboutiront, dans le sillage de A. Warburg et E. Cassirer, à un livre devenu classique, écrit en collaboration avec E. Panofsky et F. Saxl : Saturne et la mélancolie, dont l'histoire résume un peu celle de R. Klibansky lui-même.
   Durant la seconde guerre, R. Klibansky fut actif au sein du Political Warface Executive en Grande Bretagne. Il nous donne ici un témoignage saisissant d'activités peu communes pour des savants. Devenu en 1946 professeur à l'Université Mc Gill (Montréal), il s'engage dans la vie philosophique internationale et cherche à stimuler les échanges entre intellectuels de l'Est et de l'Ouest, à une époque où cela était un véritable défi, tout en défendant les droits de penseurs comme le philosophe tchèque Jan Patocka, initiateur de la Charte 77, dont il fait ici un vibrant éloge. »

12 euros (code de commande : 13866).

 

Koningsmoorden. Onder redactie van Tom Verschaffel. Leuven, Universitaire Pers Leuven, 2000. In-8° broché, 315 p., illustrations, (collection « Alfred Cauchies Reeks »), exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
   In de loop van de geschiedenis zijn heel wat koningen doelbewust en met geweld om het leven gebracht. Zij stierven op het schavot of werden het slachtoffer van een aanslag. Achter de moorden zaten nu eens familieleden of politieke tegenstanders, dan weer misnoegde onderdanen of buitenlandse vijanden. De moordenaars gebruikten gif of een dolk, en later pistolen of bommen. Zij deden het heimelijk of zochten juist de publiciteit. Vaak berieperfHf zich op het feit dat de vorst zijn macht had misbruikt en dus een 'tiran' was. In dat geval was koningsmoord immers, volgens filosofen en pamflettisten, toegelaten en zelfs wenselijk.
   In dit boek sterven Julius Caesar en Karel de Goede, Mary Stuart en Willem van Oranje, Ludwig II van Beieren en tsaar Aleksander II van Rusland, en vele andere koningen, keizers, graven en pausen. De tragiek van hun koninklijke levens heeft altijd tot de verbeelding gesproken en was een bron van inspiratie in literatuur, theater, film, muziek.
   De verbeelding van defkoningsmoord weerspiegelt opvattingen en politieke praktijken die, van de oudheid tot de twintigste eeuw, een betekenisvolle evolutie hebben doorgemaakt. De geschiedenis van de koningsmoord is de geschiedenis van het koningschap zelf.
Table des matières :
   - Inleiding, par Tom Verschaffel.
   De noodzakelijke dood. Koningsmoord en rechtvaardiging.
      - Tirannenmoord, een antiek idee, par Anton van Hooff.
      - Over de grenzen van de macht. Denken over tyrannicide van de twaalfde tot de vijftiende eeuw, par Dirk Van den Auweele.
      - Politiek en vrijheid onder het humanistisch mes : Erasmus en Lipsius over tirannenmoord, par Jan Papy.
      - De moord op tsaar Aleksander II (1881) en het ontstaan van het moderne terrorisme, par Idesbald Goddeeris.
   De strategische dood. Koningsmoord en machtsstrijd.
      - Vorsten, vrouwen en wreedheden aan het Merovingische hof. De bloeddorstige machtsstrijd tussen de kleinzonen van Clovis (561-613), par Brigitte Meijns.
      - De Goede en de heel erg slechten. De moord op Karel graaf van Vlaanderen (1127), par Mare Carnier.
      - Rooms Koning Willem II doodgeknuppeld bij Hoogwoud (1256) : gaan ridderlijke eer en nationale trots opnieuw ten onder ?, par Janick Appelmans.
      - Van de prins geen kwaad. De moordplannen van en op Oranje, par Anton van der Lem.
   De mooie dood. De verbeelding van de koningsmoord.
      - De laurier en de kosmos. Astrologie en de moord op Alessandro de' Medici (1537), par Steven Vanden Broecke.
      - Jezuïeten als pausmoordenaars ? De polemiek over de dood van Clemens XIV († 1774), par Vincent Viaene.
      - Het gat in de haag: kijken naar koningsmoorden bij Shakespeare, par Guido Latré.
      - Filmcamera's bij de executies van Mary Stuart, par Steven Jacobs.
      - Un Ballo in Maschera : dansend de onsterfelijkheid tegemoet, par Koen Van Caekenberghe.
      - De geheimzinnige dood van Ludwig II van Beieren, par Ilse Gesquière.
   De mislukte dood. Epiloog.
      - Tirannendoding als godsgericht. De aanslag op Hitler (20 juli 1944) en de sacralisering van de macht, par Marnix Beyen.
   - Bibliografie - De auteurs - Register van persoonsnamen.

15 euros (code de commande : 15205).

 

[LADISLAS IV VASA]. De prinselijke pelgrimstocht. De « Grand Tour » van Prins Ladislas van Polen 1624-1625. Gent, Snoeck-Ducaju & Zoon, 1997. In-4° broché, 181 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, exemplaire en parfait état.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Koninklijk Museum voor Schone Kunsten, à Anvers, du 12 octobre au 14 décembre 1997.
Table des matières :
   - Woord vooraf, par Luc Van den Brande.
   - Inleiding, par Andrzej Rottermund.
   - Het Pools-Litouwse Gemenebest en zijn Reizigers, par Wojciech Tygielski.
   - Het koninklijke kunstmecenaat en de kunstcollecties van de Poolse Wasa's, par Przemyslaw Mrozowski.
   - Muziek aan het hof van de Wasa-koningen, Sigismund II en Ladislas IV, par Barbara Przybyszewska-Jarminska.
   - Een reis van de Poolse Kroonprins (1624-1625), par Juliusz- A. Chroscicki.
   - Reis in de Zuidelijke Nederlanden, par Dorota Wyganowska.
   - De « kunstkamer » van de Poolse kroonprins van 1626, par Juliusz. A. Chroscicki.
   - Catalogus.
      I. Portretten koninklijke familie, hovelingen en staatslieden.
      II. Reis, volk en plaatsen.
      III. Collecties.
   - Literatuur.

20 euros (code de commande : 21594).

 

LAFFIN (John) — Jackboot. The Story of the German Soldier. Stroud, Sutton, 2003. In-8° collé, XVII, 285 p., exemplaire en parfait état.
Table des matières :
   - Acknowledgements.
   - What the Germans think about war.
   - Introduction : The german destiny.
   1. The army - Frederick the Great's inheritance.
   2. Prussian drill.
   3. The victories of Rossbac and Leuthen.
   4. The defeat at Valmy.
   5. The disasters at Jena and Auerstadt.
   6. Scharnhorst, Gneisenau, Clausewitz - The great reformers.
   7. « A halo around the profession of arms. »
   8. Blood and iron.
   9. Moltke introduces technical warfare.
   10. German method versus french élan - The War of 1870-1.
   11. German army system 1870-1914.
   12. Handbook of war.
   13. « To seek the death of heroes. »
   14. « The attack was terribly beautiful. »
   15. Bloodbaths of 1915-16.
   16. The only undefeated german leader.
   17. Two classes of people - Soldiers and swine.
   18. Psychological preparation for war.
   19. 1933-9 - The Nazi war cult.
   20. Soldiers and Nazi thugs.
   21. Blitzkrieg.
   22. The 1.800-mile russian front.
   23. Gallantry and gore ; courage and carnage.
   24. Inch by inch retreat.
   25. The last great fight - The Battle of the Bulge.
   - Postscript - Peace is ignoble.
   - Sources.
   - Index.

4 euros (code de commande : 21485).

 

LEASOR (James) — Green Beach. Traduit de l'américain par Frank Straschitz. Paris, Laffont, 1975. In-8° broché, 237 p., illustrations hors texte, (collection « Le Temps des Révélations »), exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   1942. Directive du Haut Commandement britannique : « En aucune circonstance, cet homme ne doit tomber vivant aux mains de l'ennemi. Protégez-le. Sauvez-le ou tuez-le. »
   Cet homme, Jack Nissenthall, est un expert du radar que les Britanniques ont décidé de faire participer au débarquement de Dieppe. Sa mission : percer les secrets d'une station allemande de repérage radio. Les risques : il est juif. Il connaît, comme expert, les secrets des alliés. Le commando canadien chargé de sa protection doit donc le ramener « mort ou vif ». Qui pourrait garantir que sous la torture, Jack Nissenthall ne parierait pas ?
   James Leasor raconte cet extraordinaire épisode du débarquement allié à Dieppe. Il raconte cette aventure individuelle qui se déroule au sein de l'opération alliée contre les défenses allemandes. En même temps, il révèle un moment capital de la guerre : celui de la lutte secrète des alliés pour percer les techniques ennemies.
   Le livre de James Leasor se lit comme un récit de guerre haletant, il reconstitue la bataille de Dieppe, le premier des débarquements importants sur la côte du continent européen. Mais il est aussi un document humain : on n'oubliera pas « Jack », décidé à réussir sa mission et à revenir vivant.

10 euros (code de commande : 22917).

 

LEBEY (André) — Nécessité de l'Histoire. Paris, Firmin-Didot et Cie, 1933. In-8° broché, 146 p., bel exemplaire.
   
@ André Lebey (1877-1938) fut un des amis de Paul Valéry, de Pierre Louÿs et de Jean de Tinan ; intellectuel engagé, il fut député socialiste pendant la Première Guerre mondiale, il fut un orateur régulier dans les loges maçonniques. Il publia des romans et des ouvrages historiques. Celui présenté ici contient le texte de la conférence qu'il donna à la mairie du XVIe arrondissement de Paris.

12 euros (code de commande : 12462).

 

LEDRÉ (Charles) — Histoire de la presse. Paris, Arthème Fayard, 1958. In-8° sous reliure et Rhodoïd imprimé d'édi-teur, 411 p., (collection « Les Temps et les Destins »).

12 euros (code de commande : 211/70).

 

LEIF (J.) Esprit et évolution des civilisations. Paris, Delagrave, 1950. In-8° broché, 203 p.

10 euros (code de commande : 194/69).

 

LENGLET DU FRESNOY (Nicolas) — Methode pour etudier l'histoire, avec Un Catalogue des principaux Historiens, & des Remarques sur la bonté de leurs Ouvrages, & sur le choix des meilleures Editions. Par M. l'Abbé Lenglet du Fresnoy. Nouvelle edition, Augmentée & ornée de Cartes Géographiques. Tomes I à IV (complet). Paris, Gandouin, 1729. [A Paris, / Chez Pierre Gandouin, Quay des Augustins, à la belle / Image. / M. DCC. XXIX. / Avec Approbation & Privilege du Roy.] Quatre volumes in 4° plein veau d'époque, dos à 5 nerfs ornés, t. I. : [2 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], XVI, [1 (titre du tome I)], [1 bl.], 568, [2 bl.] p., 13 gravures (deux vignettes dont une gravée pat Fillœul et 11 grandes cartes hors texte à déplier), t. II. : [2 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], [4 (table)], 576, [2 bl.] p., 13 gravures (une vignette gravée pat Fillœul et 12 grandes cartes hors texte à déplier), t. III. : [2 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], [10 (table)], 128, 428, [2 bl.] p., 2 gravures (2 vignettes), t. IV. : [2 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], [6 (table)], 545, [3 (catalogue de l'éditeur)], [2 bl.] p., 1 gravures (1 vignette), t. IV. : [2 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], [6 (table)], 545, [3 (catalogue de l'éditeur)], [2 bl.] p., 1 gravures (1 vignette).
On joint, du même auteur :
Supplement de la Methode pour etudier l'Histoire, avec un Supplément au Catalogue des Historiens, & des Remarques sur la bonté, & le choix de leurs Editions. Par M. L'Abbé Lenglet du Fresnoy. Première partie et II. partie. Qui contient le Supplément au Catalogue. Paris, Rollin - De Bure, 1741.
[A Paris, / Chez Rollin fils, / De Bure l'aîné, / Libraires, Quay des Augustins. / M. DCC. XLI. / Avec Approbation & Privilege du Roy.] Deux volumes in 4° plein veau d'époque, dos à 5 nerfs ornés, t. I. : XVI, 588 p., t. II : VIII, 279, [1 (suite du Privilège)] p.
Exemplaire en bel état, bien complet de ses 23 grandes planches hors texte gravées par Desbrulins, Jenvilliers et Fillœul.
Extrait du premier chapitre : Fin qu'on doit se proposer dans l'Etude de l'Histoire.
   Nous sommes dans un siecle où l'on s'applique avec soin à l'étude de l'histoire ; mais de tous ceux qui s'y adonnent, il en est peu qui s'en forment une juste idée. On la regarde comme une honnête occupation, qui fait passer agréablement quelques heures. D'autres la considerent comme un moyen propre à satisfaire leur curiosité ; ils s'imaginent être fort habiles, quand ils connoissent les hommes de tous les tems & de tous les lieux. Et ceux qui se piquent de litterature & d'érudition, se persuadent qu'ils ont beaucoup fait, quand ils ont remarqué dans les historiens tout ce qui concerne la propriété des termes, l'élégance & la politesse du discours ; les coutumes & les usages des anciens; la description des lieux particuliers, la suite & la vicissitude des empires ; les commencemens de toutes les religions, & les changemens mémorables qui y sont arrivés; l'établissement des villes, l'origine, les richesses & la puissance des peuples ; les prodiges; enfin tout ce qu'il peut y avoir de remarquable dans l'antiquité. Je sai que ces observations ont leur mérite: mais comme la vûe que les historiens ont eue en écrivant, n'étoit pas de nous aprendre à parler, ni de faire connoître seulement les mœurs de chaque nation, on doit avoir égard à leur dessein. Ils prétendent ordinairement donner des règles de conduite, & faire pratiquer la vertu, en representant des personnes qui l'ont possédée en un degré fort éminent ; ou s'ils ne peuvent nous porter à une si haute perfection, ils font en sorte au moins de détourner des vices les plus grossiers, en montrant l'aversion que se sont attirée les impies & les scelerats. C'est pourquoi dans la lecture de l'histoire il faut remarquer les maximes, les actions éclatantes, les sages avis & les événemens particuliers des affaires, qui peuvent servir quand on est engagé dans de pareilles conjonctures.
   Il est utile d'examiner sur-tout les portraits que les historiens font des grands hommes : c'est par là quelquefois qu'on cherche à se rendre semblable aux personnes qu'on admire, & à fuir au contraire les actions de ceux dont on desaprouve la conduite. Ainsi sans trop d'application, on peut joindre aux exemples des siécles passés les experiences qu'on fait tous les jours. On doit pour cela rechercher avec soin l'origine & le succès des affaires que les historiens rapportent, & les differens motifs qui ont pû les faire entreprendre. Il faut en examiner les circonstances, & peser mûrement les imprudences que commettoient ceux qui s'y trouvoient engagés ; ou quelle a été leur conduite, lorsqu'ils s'y sont comportés avec sagesse. C'est en cela que consiste l'usage de l'histoire ; faire une égale attention sur le bien & sur le mal, pour imiter l'un, & pour éviter l'autre.
Détail des gravures hors texte :
   - Carte du premier âge ou situation du Paradis terreste, à déplier, gravée par Desbruslins (tome I, en regard de la p. 6).
   - Carte géographique pour la dispersion des peuples, à déplier, gravée par Desbruslins (tome I, en regard de la p. 84).
   - Carte de la Terre Sainte ou Palestine, à déplier, gravée par Jenvilliers (tome I, en regard de la p. 120).
   - Carte de l'Egypte, à déplier, gravée par Jenvilliers (tome I, en regard de la p. 196).
   - Carte de l'Empire des Assiriens et des Perses, à déplier, gravée par Jenvilliers et Fillœul (tome I, en regard de la p. 276).
   - Carte pour la route de Xerces dans la Grèce et pour l'Expedition du jeune Cyrus. Et la retraite des Dix mille, à déplier, gravée par Fillœul tome I, (en regard de la p. 359).
   - Carte generale de la Grece, à déplier, gravée par Jenvilliers et Fillœul (tome I, en regard de la p. 386).
   - Empire et Conquêtes d'Alexandre, à déplier, gravée par Fillœul (tome I, en regard de la p. 434).
   - Carte de la Grece pour l'Intelligence de la guerre de Troye, à déplier, gravée par Fillœul (tome I, en regard de la p. 486).
   - Carte d'Italie pour l'Histoire romaine, à déplier, (tome I, en regard de la p. 509).
   - Carte Generale de l'Empire romain, à déplier, gravée par Fillœul (tome I, en regard de la p. 545).
   - Carte de l'Europe, à déplier, gravée par Fillœul (tome II, en regard de la p. 2).
   - Carte de l'Empire d'Allemagne, à déplier, gravée par Fillœul (tome II, en regard de la p. 111).
   - Carte du Royaume de France, à déplier, (tome II, en regard de la p. 239).
   - Les Illes Britanniques, à déplier, gravée par Fillœul (tome II, en regard de la p. 304).
   - Carte du Royaume d'Espagne, à déplier, (tome II, en regard de la p. 317).
   - Carte d'Italie pour l'Histoire Moderne, à déplier, gravée par Jenvilliers (tome II, en regard de la p. 343).
   - Scandinavie ou Royaumes du Nort, à déplier, gravée par Jenvilliers (tome II, en regard de la p. 345).
   - Royaume de Pologne, à déplier, gravée par Jenvilliers (tome II, en regard de la p. 352).
   - Carte de l'Asie, à déplier, (tome II, en regard de la p. 363).
   - Carte de l'Afrique, à déplier, gravée par Fillœul (tome II, en regard de la p. 369).
   - Amerique Septentrionale, à déplier, gravée par Fillœul (tome II, en regard de la p. 370).
   - Amerique Meridionale, à déplier, gravée par Fillœul (tome II, en regard de la p. 372).


Carte du premier âge ou situation du Paradis terreste.

Les six volumes : 1000 euros (code de commande : 23300).

 

LINTHORST HOMAN (J.) — Het ontstaan van de gemeenten in Drenthe. Haarlem, Tjeenk Willink & Zoon, 1934. In-8° broché, XV, 588 p., illustrations hors texte dont certaines à déplier, couverture défraîchie.
Table des matières :
   Inleiding.
   Hoofdstuk I. Tot 1603.
      - Inleiding.
      - Landrecht van 1412.
      - De dingspillen.
      - Plaatsaanduidingen.
      - De kerspelen.
      - De schuitambten.
      - Marken en buurschappen.
      - De kluften.
      - Vervolg naar 1603.
   Hoofdstuk II. Van 1603 tot 1795.
      - Landrecht van 1614.
      - Het kerspel als eenheid.
      - Het kerspel voor den landdag.
      - Het kerspel voor de financiën.
      - Het kerspel voor de armenzorg.
      - Het kerspel voor onderwijs.
      - Het kerspel voor waterstaat.
      - Het kerspel voor de veldwacht.
      - Het schuitambt.
      - Vervolg naar 1795.
   Hoofdstuk III. OVvergang.
      - Algemeene opmerkingen.
      - De voortijd der revolutie.
      - De landdag van 13 Maart 1787.
      - De ommekeer.
   Hoofdstuk IV. 1795-1798, de eerste jaaren der revolutie.
      - Comité revolutionair.
      - Provisioneele representanten.
      - Representanten.
      - Gecommitteerde representanten.
      - Positie der kerspelen.
      - De Nationale Vergadering.
      - Voorbereiding der veranderingen.
   Hoofdstuk V. 1798-1799, intermédiair administratief bestuur.
      - Staatsregeling van 1798.
      - Departementale indeeling.
      - Gemeentelijke indeeling.
      - Plaatselijke organisatie.
      - Drentsche kaarten.
      - Financiën.
      - Justitie.
      - Opheffing van Drenthe.
      - Een en ander over Assen.
   Hoofdstuk VI. 1799-1802, verdeeld over twee departementen.
      - Departementen en financieele commissie.
      - Gemeentelijke indeelingen van 1800 en 1801.
      - Steeds weer uitstel.
      - Herziening der Staatsregeling.
      - Drenthe onder Overijssel.
      - De gemeenten.
   Hoofdstuk VII. 1802-1805, onder Zwolle.
      - Departementale organisatie.
      - Justitie.
      - Instructie der schuiten.
      - Territoriale indeeling van Drenthe.
      - Drenthe wil weer zelfstandig zijn.
      - Staatsregeling van 1805.
      - Publicatie van Juli 1805.
      - Een voorbeeld van plaatselijke regeling (Nijeveen).
   Hoofdstuk VIII. 1805-1807, een zelfstandig landschap.
      - Organisatie.
      - De gemeentewet van 20 December 1805.
      - Plaatselijke reglementen.
      - Constitutie van 1806.
      - Nieuwe departementale organisatie.
      - Wet van 13 April 1807.
      - Regeling van 29 April 1807.
   Hoofdstuk IX. 1807-1810, een departement van Koninkrijk Holland.
      - Organisatie.
      - Plaatselijke reglementen.
      - Drentsche toestanden.
      - Plannen voor gemeentelijke organisatie en indeeling.
      - Wet van 20 April 1809.
      - Rapporten aan Lodewijk Napoleon.
      - Bezoek van Lodewijk Napoleon aan Drenthe.
      - Grenzen van Drenthe.
      - Indeeling in kwartieren.
      - Plannen voor gemeentelijke indeeling in 1809.
      - De inlijving bij Frankrijk.
      - Organiek Decreet van 18 October 1810.
      - Nieuwe organisatie der departementen.
      - Decreet van 6 Januari 1811.
   Hoofdstuk X. Rapporten over Drenthe, 1808-1813.
   Hoofdstuk XI. 1811, 1812 en 1813, een onderdeel van het Keizerrijk.
      - Organisatie.
      - Plannen voor gemeentelijke indeeling in 1811.
      - Rapport-Van Zuylen, 1811.
      - Indeeling van Lebrun, 21 October 1811.
      - Ineenstorting van het keizerrijk.
      - Terugkeer van Oranje.
      - Overgang.
   Hoofdstuk XII. 1814-1830, onder de grondwet, I.
      - Grondwet van 1814.
      - Reglementen 1814-1815.
      - Grondwet van 1815.
      - Positie der provinciën.
      - Reglementen voor de provinciale Staten.
      - Positie der gemeenten.
      - Reglement voor de steden.
      - Reglement voor het bestuur ten plattenlande.
      - Gemeentelijke indeeling van 1815-1818.
      - Conclusie dienaangaande.
      - Schulte en notaris.
      - De reglementen van 1824 en 1825.
      - Gemeentelijke financiën.
      - Strafverordeningen.
   Hoofdstuk XIII, 1830-1851, onder de grondwet, II.
      - Verruiming van bevoegdheden, 1831.
      - Grondwet van 1840.
      - Grondwet van 1848.
      - Hergroepeering der Drentsche gemeenten, 1849.
      - Provinciale Wet.
      - Gemeentewet.
      - Stad en platteland.
      - Drentsche gegevens.
      - Splitsing van de gemeente Dalen.
      - Wenschelijkheid van hergroepeering.
   Hoofdstuk XIV. Eenige opmerkingen over Drentsche waterstaatszaken.
      - Inleidende opmerkingen.
      - De wegen in Drenthe vóór 1800.
      - De reglementen op wegen en waterlossingen van 1803.
      - De reglementen op wegen en waterlossingen van 1805.
      - De inlijving bij Frankrijk.
      - De wegen in Drenthe na 1814.
   Eenige losse gegevens.
   Lijst van inventarissen betreffende het Rijksarchief te Assen.
   Lijst van de reglementen 1814-1851.
   Reglement omtrent de samenstelling der Staten, 1817.
   Reglement, bepalende de wijze waarop het gezag en de magt door de Statenwordt uitgeoefend, 1817.
   Reglement van bestuur ten Plattenlande in Drenthe, 1818.
   Reglement omtrent de samentelling der Staten, 1825.
   Reglement van bestuur ten Plattenlande in Drenthe, 1825.
   Chronologisch overzicht.
   Alphabetisch registers.

20 euros (code de commande : 19886).

 

LORIGA (Sabina) — Le petit x. De la biographie à l'histoire. Paris, Seuil, 2010. In-8° broché, 284 p., (collection « La Librairie du XXIe Siècle »).
En quatrième de couverture :
   Quelles sont les frontières entre la biographie et l'histoire, la fiction littéraire et la vérité des faits ?
   L'historienne Sabina Loriga a choisi d'examiner l'œuvre de penseurs qui, tout au long du XIXe siècle, ont cherché à restituer la dimension individuelle de l'histoire : des historiens (Thomas Carlyle, Wilhelm von Humboldt, Friedrich Meinecke), un historien de l'art (Jakob Burckhardt), un philosophe (Wilhelm Dilthey) et un romancier (Léon Tolstoï).
   Mais Le Petit x, de quoi s'agit-il ? La formule est du grand historien Droysen qui, en 1863, écrit que si l'on appelle A le génie individuel (ce que quelqu'un est, possède et fait), alors on peut dire que A est la somme de a + x, où a désigne ici ce qui vient des circonstances extérieures (pays, époque, etc.), x résulte du talent personnel, œuvre de la libre volonté.
   Nombreux sont ceux qui depuis ont exploré ce petit x. Comment se forme-t-il ? Est-il inné ? Quel rôle joue la personne singulière dans l'histoire ? Comment faut-il saisir le rapport entre l'individu, son génie, et le mouvement général de l'histoire ?
   Le livre de Sabina Loriga signe le retour de la biographie, longtemps délaissée, dans le champ des recherches historiques.

12 euros (code de commande : 24110).

 

LUCAS-DUBRETON (J[ean]) — La vie quotidienne à Florence au temps des Médicis. Paris, Hachette, 1963. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, 335 p., (collection « La Vie Quotidienne »), exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
   Florence n'est pas exactement un État, mais une Cité. Réduite quant à ses limites mais immense d'idées, riche de possibilités, passionnée et réfléchie tout ensemble, les événements ont en elle une intime résonance : la vie de tous les jours y est indissolublement liée à l'activité politique, le public se mêlant au particulier, l'histoire marquant de son empreinte chaque geste, chaque fait.
   Or, à partir de 1421, une seule famille va présider aux destinées de la « Cité de la Fleur » ; pendant trois siècles, l'histoire de la Toscane sera celle de cette famille, étonnante succession de génies, de fanatiques, d'athées, de bâtards et de pervertis. Trois siècles au cours desquels la ville sera éclaboussée d'or et de sang, bouleversée par les trahisons comme par les sursauts de patriotisme.
   Dans l'ombre de cette fantastique famille évolue tout un peuple de paysans, d'ouvriers, d'artisans, de bourgeois. Une incomparable élite de l'esprit, déjà riche des apports de Dante et de Boccace, rayonne sur l'Europe : c'est l'époque de Machiavel, Politien, Pic de la Mirandole, Michel-Ange.
   De l'évocation pleine de grandeur et de pittoresque que présente Jean Lucas-Dubreton, resurgit l'attachant souvenir d'une ville incomparable.

12 euros (code de commande : 16079).

 

McINTYRE (Colin) — Monuments of War. How to read a war memorial. London, Hale, 1990. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, 224 p., soulignements et annotations.
Sur la jaquette :
   A fascinating guide to a neglected aspect of our nation's history.
   To the knowing eye, Britain's village green war memorials provide a picture of a society and a way of life now lost. Interpreting this little-known primary source of social, family and military history, Colin Mclntyre shows what clues to look for in even the most humble commemorative plaques. Memorials highlight the shift from a small professional army with its officer class (the retreat from Mons) to Kitchener's volunteers and a nation at war (Passchendaele). But they also bear stony witness to wider social changes and preoccupations – in religion, local affiliations, the role of civilians, demographic factors and the faith in Empire and Commonwealth. Colin Mclntyre examines some of the myths of the 1914-1918 war and reveals how the memorials influenced attitudes to the losses suffered in 1939-45, as well as in Korea, the Falklands and Northern Ireland.
   Here is an enthralling introduction to what might well become a new national hobby : « war-memorialing ».

18 euros (code de commande : 21487).

 

MAILLET (J.) Histoire des faits économiques des origines au XXe siècle. Paris, Payot, 1952. In-8° broché, 362 p., (collection « Bibliothèque Historique »).

15 euros (code de commande : 234/68).

 

[MARIE STUART (Marie Ire d'Écosse)]. Le procès de Marie Stuart. Documents originaux traduits et présentés par Marcel Thomas. Paris, Club du Meilleur Livre, 1956. In-8° carré sous reliure d'éditeur, 300 p., exemplaire numéroté (n° 789).
Avant-propos :
   Depuis quatre cents ans, tant d'ouvrages ont été publiés sur Marie Stuart qu'à peine en dresserait-on la liste. Ajouter un nouveau volume à cette imposante bibliothèque pourrait donc, à première vue, sembler assez superflu. Pourtant, s'il est vrai que peu de grandes destinées ont pareillement réussi à inspirer les dramaturges, à exciter l'imagination des foules et à provoquer les discussions passionnées des historiens, la figure de Marie Stuart n'en demeure pas moins enveloppée d'un certain halo de mystère.
   Pour la plupart des Français, ce nom évoque la romantique personnalité d'une jeune reine que sa beauté, son intelligence, sa sensibilité, et surtout son héroïsme devant la mort, auréolent de toutes les séductions. On se la représente en général comme la victime d'une impitoyable fatalité, contrainte par son veuvage prématuré à regagner une lointaine et inhospitalière patrie avant que la haine de ses ennemis ne lui fasse enfin, au terme d'une longue captivité, gravir les marches d'un échafaud.
   Aux yeux de bon nombre d'Anglais, en revanche, Marie Stuart apparaît tout autre : ils verraient volontiers en elle une aventurière intrigante et débauchée, n'hésitant pas, par fanatisme, à trahir les intérêts de son propre fils, prête au besoin à recourir au meurtre pour écarter de sa route des adversaires gênants.
   Notre intention n'est point, on s'en doute, de donner ici un aperçu d'ensemble sur la carrière si mouvementée et si dramatique de Marie Stuart. C'est seulement la catastrophe par laquelle s'acheva sa douloureuse existence dont nous voudrions faire saisir le mécanisme et les dessous secrets. Selon l'interprétation qu'il donnera aux documents présentés ici, le lecteur pourra y trouver des motifs de condamner ou d'absoudre la reine d'Écosse. Peut-être préférera-t-il s'abstenir de porter un jugement définitif, mais il aura au moins eu sous les yeux le dossier complet de l'affaire, non sans qu'y aient été jointes un certain nombre de pièces annexes qui contribuent à la replacer dans son véritable contexte. Ces documents n'ont certes pas été ignorés des historiens de Marie Stuart, mais, rédigés qu'ils étaient, pour la plupart, en anglais, en latin, ou en espagnol, et publiés le plus souvent dans des recueils familiers aux seuls érudits de profession, ils sont restés à peu près inconnus du grand public cultivé de notre pays.
   De ce fait, bien peu de gens ont été à même de juger sur pièces et de se former une opinion impartiale sur le fond d'une affaire que trop de passions ont contribué à obscurcir depuis quatre siècles. Il y avait là une lacune qu'il a paru souhaitable de combler.
   La chose était d'autant plus aisée que les débats du procès roulèrent sur des questions défait relativement simples. En relisant cet ensemble de pièces judiciaires, de correspondances diplomatiques ou ministérielles, il est possible au lecteur de se placer sans effort dans l'état d'esprit d'un juré d'assises.
   La question essentielle du procès se résume en effet à ceci : Marie Stuart a-t-elle, oui ou non, été complice du projet d'assassinat ourdi par une poignée de conspirateurs contre la personne de la reine d'Angleterre ? Subsidiairement, a-t-elle préparé, ou encouragé, une révolte armée contre le gouvernement légitime de l'Angleterre et recherché à cet effet le concours de l'étranger ?
   Pour se prononcer, les juges de Marie Stuart n'avaient dans leur dossier que quelques lettres de l'accusée dont la portée exacte pouvait prêter à contestation. Nous sommes aujourd'hui beaucoup mieux informés. Les documents essentiels du procès même, et surtout ceux que la raison d'État avait fait ensevelir dans les canons les plus secrets des archives anglaises, espagnoles, ou françaises, seront mis sous les yeux du lecteur : à lui d'estimer, en se fondant sur les pièces à conviction et aussi sur ce que le droit pénal anglais appelle « circumstantial évidence », c'est-à-dire sur des preuves indirectes, si la correspondance de Marie Stuart et surtout la lettre qu'elle écrivit le 27 juillet 1586 à Anthony Babington permettent ou non d'établir la culpabilité de la reine d'Écosse.
   Avant de se prononcer, il pourra utilement se demander si un tel procès pouvait être intenté à celle-ci, sans violer les principes du droit et de l'équité, autrement dit si le tribunal désigné par Elisabeth était ou non compétent et si les faits reprochés à Marie Stuart constituaient bien des crimes.
   Enfin, ces questions une fois tranchées, il lui restera encore à rechercher si des circonstances atténuantes pourraient ou devraient être accordées à l'accusée. C'est assurément là le point le plus délicat, et pour le trancher en conscience il convient de se souvenir, au moins dans leurs grandes lignes, des circonstances historiques où s'est déroulé le procès.
   Ces circonstances historiques, nous le verrons, ont toutes joué contre Marie Stuart, non sans que ses propres erreurs, il est vrai, n'aient encore infléchi dans une direction désastreuse la courbe de sa destinée.
   Née le 8 décembre 1542, Marie Stuart devint reine d'Écosse quelques jours plus tard, à la mort de son père, Jacques V. Elle grandit en France, la patrie de sa mère qui était sœur de François de Guise et du cardinal de Lorraine ; son éducation toute française fut à la fois l'occasion de son élévation au trône de France et l'une des causes de ses malheurs. La petite reine d'Écosse, à la beauté, à l'intelligence et au charme de laquelle tous les contemporains ont rendu hommage, représentait en effet un atout majeur dans le jeu de ses oncles maternels. Ceux-ci crurent la fortune de leur maison définitivement assurée quand ils réussirent à marier leur nièce au dauphin de France. En 7559, la mort prématurée d'Henri II plaça sur le trône l'adolescent de quinze ans qui prit le nom de François II. Sa jeune femme avait alors dix-sept ans. Michelet a sans doute cédé à son romantisme quand il prétend que, jeté dans les bras de la belle Écossaise, « comme une cire au brasier », le jeune roi, « non formé, misérable de ce don ravissant, se mourait pour elle ». Mais François II, comme son frère Charles IX, était tuberculeux et le bonheur des jeunes souverains fut de courte durée. En 1559, Marie Stuart est reine de France, reine d'Ecosse de son propre chef, et prétendante au trône d'Angleterre. Jamais la maison des Stuarts n'avait connu une pareille destinée. Mais, le 6 décembre 1560, la voici veuve. Six mois plus tard, après que Catherine de Médias a fait échouer un projet de remariage entre Marie et son beau-frère., le roi Charles IX, la « douairière » de dix-huit ans doit, à son profond regret, regagner le triste royaume d'Écosse dont son père lui a transmis la couronne.
   Un bref instant elle va paraître s'arrêter sur la pente fatale. L'Écosse est déjà divisée par les querelles religieuses et le catholicisme, encore assez tiède pourtant, de la reine inquiète aussitôt les lords protestants. Son remariage avec l'Écossais Darnley, son cousin, va-t-il consolider l'équilibre du petit royaume, impatient de s'affranchir de l'alliance avec une France trop encline à s'en servir au profit de ses seuls intérêts ? Hélas ! brutal, orgueilleux, borné, Darnley cesse très vite de s'entendre avec son épouse, auprès de laquelle il se révèle incapable de tenir son rôle naturel de conseiller. Les dissentiments privés du ménage entraînent de violentes répercussions sur la politique écossaise et la situation du royaume devient rapidement chaotique. Avec la complicité de Darnley, des lords exilés font assassiner Riccio, le secrétaire, le favori et peut-être l'amant de Marie Stuart. Le 10 février 1567, le parti adverse prend sa revanche et Darnley est étranglé dans sa chambre, tandis qu'une bombe explose à l'étage inférieur de la maison où il loge.
   Veuve pour la seconde fois, Marie va, trois mois plus tard, épouser Bothwell, en qui toute l'Europe voit à bon droit un des grands responsables du meurtre de Darnley.
   Ce n'est pas ici le lieu de nous demander si Marie Stuart avait, ou non, été complice de l'attentat où son précédent mari avait trouvé la mort. Constatons seulement que cette nouvelle aventure matrimoniale souleva partout une profonde indignation. Le 16 juillet, les lords révoltés la contraignirent à abdiquer en faveur de Jacques VI, le fils qu'elle avait eu un an plus tôt de Darnley. Ainsi, moins de six ans après son retour de France, Marie Stuart commence à mener la vie de captive qui va désormais être la sienne jusqu'à son exécution. Un bref intermède la fera cependant changer de geôlier. Le 2 mai 1568, elle réussit une romanesque évasion et, s'échappant du château de Lochleven où elle est détenue, tente de reconquérir son trône par les armes.
   Le répit sera court ! Quelques jours plus tard, après la défaite essuyée à Langside, près de Glasgow, par ses partisans que les troupes du régent Murray mettent en fuite, Marie, dont la position est devenue intenable en Écosse, doit s'enfuir à nouveau. Cette malchance, qu'aggravera aussi une lourde faute de jugement, l'amène à se rendre, non pas en France, mais en Angleterre, où elle espère, à force d'instances, se concilier l'appui d'Elizabeth. Irrévocable erreur et qui scellera son destin car, depuis 1566, elle a ouvertement affirmé ses droits à la succession d'Angleterre. En effet l'appartenance d'Elizabeth à la religion réformée, l'a fait considérer par le Saint-Siège comme indigne de régner, et en outre, il paraît de plus en plus certain qu'elle n'aura pas d'héritier direct puisque aucun des projets de mariage envisagés pour la « Reine Vierge » ne parvient jamais à aboutir. Ce double problème a fait de la succession anglaise une question des plus brûlantes. Après le règne de Marie Tudor, la demi-sœur d'Elizabeth, et l'épouse de Philippe II d'Espagne, une violente réaction anti-catholique et anti-espagnole s'est manifestée en Angleterre et l'accession d'une princesse catholique au trône risquerait de déchaîner une guerre civile. Elizabeth peut donc difficilement accepter les prétentions (au reste parfaitement légitimes) de sa cousine.
   De plus, au fur et à mesure que se développe la puissance maritime anglaise, le conflit avec l'Espagne apparaît de plus en plus inévitable. Or, depuis son retour en Écosse, Marie Stuart, comme en France ses cousins, les Guises, s'appuie sur Philippe II et, en toute occasion, cherche sourdement à contrecarrer les desseins d'Elizabeth.
   Cette dernière va profiter aussitôt de l'imprudence commise : bien loin de soutenir sa cousine contre les Écossais révoltés, elle va faire en sorte de neutraliser définitivement une force politique qui risque de la gêner. Jamais plus Marie Stuart ne sortira des châteaux de la reine d'Angleterre. Celle-ci affectera de la traiter en invitée, mais lui refusera une liberté que la prisonnière ne pense qu'à reconquérir par tous les moyens en son pouvoir. En vain Marie Stuart tentera-t-elle de se remarier, de négocier, de conspirer... Peine perdue. Après s'être érigée en juge, entre les Écossais et leur souveraine, en invoquant une très contestable suzeraineté, Elizabeth déshonorera sa cousine devant le monde entier en exposant au grand jour les documents, vrais ou faux, établissant que cette dernière était la complice de Bothwell, le meurtrier de Darnley. Sans jamais consentir à la recevoir, elle appuiera en toutes circonstances les ennemis écossais de Marie qui ont fait de Jacques VI un protestant dévoué à l'alliance anglaise.
   Il n'est donc pas surprenant qu'au cours de ses vingt années de captivité, Marie Stuart cherche sans répit à priver du trône, voire de la vie, une aussi implacable rivale. De son côté celle-ci, voyant bien le danger que représente sa prisonnière, en cas de crise intérieure ou de guerre étrangère, guette l'occasion favorable qui lui permettra de s'en débarrasser définitivement.
   Le procès de Marie Stuart constituera l'épilogue de cette lutte sourde qui pendant vingt-cinq ans a opposé les deux reines. Il résume, en arrière-plan, toute la politique européenne de la fin du XVIe siècle.
   À travers les dépositions, les interrogatoires, les correspondances, nous assistons dans leurs moindres détails à la genèse, au développement et à l'échec d'une conspiration politique dont les aspects policiers ne sont pas les moins curieux. Mais derrière d'obscurs protagonistes, nous saisissons sans peine l'action des gouvernements qui se livrent au jeu subtil de leurs combinaisons diplomatiques.
   De plus, tous ces documents nous permettent de reconstituer le portrait psychologique de deux femmes au caractère opposé, mais également complexe, qui, chacune à sa manière, furent deux grandes reines. Il est permis de penser que, si la triomphatrice de cette lutte sans merci se montra meilleur « homme d'État » que sa rivale, la mort sublime de Marie Stuart, rachetant les erreurs, les fautes et peut-être les crimes d'une vie tourmentée, l'a plus grandie que n'eût pu le faire la réussite de ses projets.
   « En ma fin est mon commencement ! » C'est seulement au dernier acte de la tragédie, sur l'échafaud de Fotheringay, que l'énigmatique devise choisie par la reine d'Ecosse prendra tout son sens. Marie Stuart, comme plus tard Marie-Antoinette, ne sera jamais plus pleinement royale qu'à la minute où elle sera livrée aux mains abjectes du bourreau.

13 euros (code de commande : 17481).

 

MARINUS (Albert) — L'espace vital. Bruxelles, s.d. In-8° broché, 80 p., impression en vert, tirage limité à 550 exemplaires numérotés (n° 202), exemplaire non coupé et en très bel état (malgré la couverture un peu insolée), dédicacé par l'auteur.
Table des matières :
   - L'homme et son milieu.
   - Milieu et espace vital.
   - Les « besoins » de l'homme ; une notion à réviser.
   - L'espace vital nécessaire à chaque homme se rétrécit avec le progrès des connaissances.
   - La variété des biens nécessaires augmente.
   - L'espace nécessaire se morcelle et s'éparpille sur la surface entière de la Terre.
   - L'incompréhension du problème économique après la guerre 1914-1918.
   - À une économie devenue universelle, il faut une organisation universelle.
   - Postface.

12 euros (code de commande : 17493).

 

MARTIN (Étienne) Petite histoire financière de l'Ancien Régime. Paris, Félix Alcan, 1922. In-8° broché, 119 p., couverture un peu défraîchie.

10 euros (code de commande : 179/66).

 

MARTIN (Gaston) — Nègriers et bois d'ébène. Grenoble, Arthaud, 1934. In-8° broché, 119 p., illustrations hors texte, (collection « Arc-en-Ciel »), couverture légèrement défraîchie.
Table des matières :
   Avant-propos.
   Première partie. Traite et traitants au XVIIIe siècle.
      Chapitre I. Comment se préparait une expédition négrière.
      Chapitre II. Le navire et l'équipage.
      Chapitre III. Embarquement.
      Chapitre IV. Des côtes de France en Guinée.
   Deuxième partie. Dans les royaumes du bois d'ébène.
      Chapitre I. Le continent noir.
      Chapitre II. Les sites de traite.
      Chapitre III. Les modes de traite.
      Chapitre IV. Courtiers, princes et gouverneurs.
      Chapitre V. Les captifs.
      Chapitre VI. Branle-bas de départ.
   Troisième partie. Esclaves.
      Chapitre I. Sur les routes de l'esclavage (Les conditions du voyage - Révoltes à bord - Corsaires et forbans).
      Chapitre II. Les marchés d'esclaves en Amérique.
      Chapitre III. En esclavage.
      Chapitre IV. Idylles et drames sous les tropiques.
      Chapitre V. Noirs de France et blancs des Iles.
      Chapitre VI. Le frémissement de la liberté.

20 euros (code de commande : 21835).

 

MARTÍNEZ MONTÁVEZ (Pedro) et RUIZ BRAVO-VILLASANTE (Carmen) L'islam en Europe. L'essor, le déclin et l'héritage d'une civilisation. Traduit de l'espagnol par Ariane Vaneigem. Présentation et adaptation française de François-Xavier Nève de Mévergnies. Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1991. In-4° sous cartonnage et jaquette d'éditeur, 240 p., très riche iconographie en couleurs, bel exemplaire.
Sur la jaquette :
   En 622, Mahomet fuyant La Mecque se réfugie à Médine. C'est l'hégire, l'exil, l'an 1 de l'ère musulmane. C'est aussi le début d'une prodigieuse vague de conquêtes.
   La Mecque elle-même tombe dès 630. L'Arabie est musulmane en 632. La Palestine, en 634. La Syrie, puis l'Irak, en 636. L'Égypte, en 642. La Perse, en 644. L'Afghanistan, en 664. La Libye et la Tunisie, en 670. Le Maroc, en 709. En 711, Tariq traverse le détroit auquel il donne son nom, Gibraltar (Djébel el-Tariq, mont de Tariq). Lisbonne et Cordoue sont prises la même année. Tolède l'année suivante, Narbonne en 715, Toulouse en 721. En 732, les Arabes sont à Poitiers ; mais là, Charles Martel les arrête.
   En Occident, c'est le reflux. En 1492, Grenade est reprise aux Maures par les Rois Catholiques d'Espagne... pour le compte desquels Christophe Colomb découvre l'Amérique. La vague musulmane se retire d'Europe. Mais en Espagne, en Sicile et dans les Balkans, elle a imprégné notre civilisation.
   La grandeur et la splendeur de l'islam ne sont pas des légendes. Du VIIIe au XIIe siècles, les pays musulmans ont connu une science et des arts, une vie civile et intellectuelle – une culture – supérieurs aux nôtres. Jusqu'en des temps très proches encore, les raffinements et la douceur de vivre en terre d'islam nous ont fait rêver...
   Chacun sait, quoiqu'on l'oublie souvent, que c'est des Arabes que nous tenons nos chiffres, dont l'indispensable zéro (deux mots arabes), les décimales et l'algèbre (el-djéber), le papier, la poudre, la boussole et la voile latine, et beaucoup de science antique, sans lesquels probablement la Renaissance, et notre civilisation actuelle, n'auraient pu avoir lieu.
   L'islam en Europe : un album hardi et superbe, qui nous invite à contempler les mille et unes merveilles que l'islam a fait naître chez nous depuis douze cents ans.

30 euros (code de commande : 20689).

 

[MASARYK (Tomáš Garrigue)]. LOWRIE (Donald A.) — Masaryk de Tchécoslovaquie premier Président de la République tchécoslovaque. Issy-les-Moulineaux, Je Sers, [1930]. In-8° broché, 302 p., illustrations et une carte à déplier hors texte, cachet à la couverture et à la page de faux-titre, couverture un peu défraîchie.
Préface :
   Mes relations personnelles avec le président Masaryk, au cours des sept dernières années, m'ont convaincu qu'il est probablement la plus grande personnalité vivante de notre époque. C'est avec de la crainte et de la joie que j'ai entrepris d'écrire cette biographie ; de la crainte, puisque ma plume devait dessiner une véritable figure de héros ; de la joie, car j'avais le privilège de mettre en lumière une vie pleine d'aventures vraiment romanesques. Toutefois mon travail n'aura pas été vain si je permets au lecteur de saisir sur le vif une noble vie.
   Je tiens à témoigner ma reconnaissance à M. Vasil K. Skrach, secrétaire particulier du président Masaryk, et à M. Jaroslav Simsa, secrétaire du Département des publications de l'U. C. J. G. de Tchécoslovaquie pour leur précieuse collaboration.

10 euros (code de commande : 17526).

 

[MIGNE (Jacques-Paul)] — Dictionnaire d'épigraphie chrétienne, renfermant une collection d'inscriptions des différents pays de la chrétienté, depuis les premiers temps de notre ère ; suivi d'une classification géographique des inscriptions, et augmenté de planches, fac-simile, et d'une liste d'abréviations servant à déchiffrer les inscriptions des différents siècles. Par M. X***. Publié par l'abbé Migne. Éditeur de la Bibliothèque universelle du clergé, ou des Cours complets sur chaque branche de la science ecclésiastique. Tomes I et II (complet). Paris, Migne, 1852. [S'imprime et se vend chez J.-P. Migne, Éditeur, / Aux Ateliers Catholiques, rue d'Amboise, au Petit-Montrouge / Barrière d'Enfer de Paris. / 1852.] Deux grands volumes in-8° pleine percaline brune (tachée), dos lisses, [644 (1288 col.) et [628 (1256 col.)] p., (collection « Nouvelle Encyclopédie Théologique », n° 30 et 31), cachet ex-libris aux pages de faux-titre, rousseurs parfois importantes.
Épître de l'auteur au cardinal Angelo Maï :
   Éminence,
   Daignez me permettre de publier sous vos auspices et de vous offrir un choix d'inscriptions chrétiennes formé en grande partie de l'important Recueil que vous avez donné dans le tome Ve de la Nouvelle Collection d'anciens écrivains.
   Au nombre des difficultés qu'implique la réalisation du projet d'une Épigraphie générale chrétienne, celle de la limite chronologique qu'il faut choisir et à laquelle il convient de s'arrêter, n'est pas la moindre.
   Vous avez pris pour dernière époque chronologique la fin du Xe siècle, et n'avez admis dans votre belle Collection que des inscriptions antérieures à l'an 1000.
   Divers savants, en s'occupant plus particulièrement de préparer les plans d'une épigraphie française, ont cru pouvoir étendre cette limite et recueillir les inscriptions concernant l'histoire de notre pays jusqu'au XVIe siècle.
   C'est la limite à laquelle je me suis aussi arrêté le plus souvent dans les additions nouvelles que j'ai jointes à votre Recueil, en le distribuant par ordre alphabétique et géographique ; toutefois, je n'en ai pas fait une loi absolue, et l'on ne s'étonnera pas de trouver quelquefois dans ce Dictionnaire des inscriptions appartenant aux deux siècles suivants.
   Quelque incomplète que soit cette collection, quelques lacunes qu'elle présente, nous osons espérer qu'elle fournira des matériaux d'une étude intéressante au clergé et aux personnes désireuses de s'instruire de la science épigraphique.
   Daignez l'accueillir avec indulgence, Monseigneur le Cardinal, et daignez croire que je suis avec le plus profond respect,
      de Votre Éminence révérendissime,
         le très-humble et très-dévoué serviteur,
            X***

Les deux volumes : 80 euros (code de commande : 24844).

 

MIJNHARDT (W. W.) — Tot Heil van 't Menschdom. Culturele genootschappen in Nederland, 1750-1815. Amsterdam, Rodopi, 1988. In-8° broché, 429 p., (collection « Nieuwe Nederlandse Bijdragen tot de Geschiedenis der Geneeskunde en der Natuurwetenschappen », n° 24), couverture plastifiée.
Table des matières :
   - Woord vooraf.
   - Inleiding.
   I. De opmars van de genootschapsstudies.
   II. De genootschapstraditie in Europa.
      - De Italiaanse academies.
      - De genootschapsontwikkeling in West-Europa.
      - Van geleerd naar dilettantengenootschap.

   III. Genootschappen in Nederland 1750-1815.
      - De achterstand van de Republiek.
      - De nieuwe sociabiliteitsidealen.
      - Hervormingsgezinde en politieke genootschappen.
      - De spanning tussen staatsbemoeienis en particulier initiatief.

   IV. Het Zeeuwsch Genootschap der Wetenschappen.
      - Ontstaan.
      - Leden en directeuren.
      - Verhandelingen.
      - Prijsvragen
      - Cultuur- en wetenschapsopvattingen bij het Zeeuwsch Genootschap.

   V. De vrijmetselarij.
      - Geschiedschrijving.
      - Loges in Middelburg.
      - De betekenis van de achttiende-eeuwse vrijmetselarij.

   VI. De Maatschappij tot Nut van 't Algemeen.
      - De genootschapsideologie en het Nut.
      - Een nieuw beschavingsideaal.
      - Het Nut in Utrecht.
      - Het Nut als propagandist van een nationale cultuur.

   VII. Teylers Stichting.
      - Ontstaan.
      - Botsende idealen: het beleid bij Teylers Stichting.
      - Teylers genootschappen.
Cultuur- en wetenschapsopvattingen bij Teyler.

   - Slotbeschouwing.
   - Bronnen en literatuur.
   - Summary.
   - Registers.

20 euros (code de commande : 16563).

 

MOLS (Roger)Introduction à la démographie historique des villes d'Europe du XIVe au XVIIIe siècle. Tome I : Les problèmes. Tome II : Les résultats. Tome III : Annexes. Louvain, Duculot, 1954-1956. Trois volumes in-8° brochés, t. I : XXX, 335 p., t. II : 557 p., t. III : LXIX, 354 p., index, (collection « Université de Louvain, Recueil des Travaux d'Histoire et de Philologie », 4e série, fascicules 1, 2 et 3), peu courant.
Nous renvoyons au compte rendu critique de Pierre Goubert parue dans les Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1959, vol. 14, n° 2, pp. 373-377.
Extrait du compte-rendu de Pierre Goubert dans les Annales (vol. 14, n° 2, 1959, pp 373-377) :
   Un ouvrage de base : le Mols.
   On eût dit naguère : travail de Bénédictin. C'est à la Société de Jésus qu'appartient le P. Roger Mols, qui vient de publier, en trois volumes et plus de 1300 pages, une Introduction à la Démographie historique des villes d'Europe, du XIVe au XVIIIe siècle. II s'agit d'un ouvrage qui va rester longtemps fondamental. Aucun démographe s'intéressant à la période dite pré-statistique, aucun historien soucieux de démographie ne pourra désormais se dispenser d'avoir sous la main cet indispensable répertoire. Quelles que soient les réserves à formuler sur certains aspects de cette somme, elles sont une forme de la gratitude admirative qu'on doit à son auteur. Dès les premières pages, le P. Mols expose avec clarté l'objet de son livre. Écoutons-le : « Ce travail n'est qu'une introduction. Il consiste d'abord à faire le point, à déterminer quelles sont les espèces de données concernant l'histoire de la population urbaine, où elles se trouvent et depuis quand elles existent. Il consiste ensuite, après avoir dressé cet état des données, à en examiner la valeur. Il consiste enfin, à l'aide de ces renseignements victorieux de l'épreuve, à essayer de reconstituer la physionomie démographique des villes d'autrefois... Nous espérons que cette synthèse provisoire pourra rendre service. Les services que l'on attend d'une carte rudimentaire avant de partir soi-même à la découverte d'un pays encore neuf ».
   D'où le plan. Tome I, examen des « Problèmes » : d'abord le problème heuristique, puis le problème critique. Tome II, examen des « Résultats », avec deux synthèses successives, celle des « données momentanées », puis celle des « données courantes » (le P. Mols distingue sous ces curieuses épithètes les résultats fournis par les dénombrements effectués à une date fixe, et ceux que donnent des séries chronologiques extraites des registres paroissiaux et des documents du même genre). Un aperçu d'ensemble de 60 pages clôt le tome II. Tome III : 70 pages de bibliographie « choisie » (l'auteur ne reprend que les plus importants des livres et articles cités) ; plus de 200 pages de notes et de tableaux, qui se rattachent aux deux volumes précédents ; un Index des noms propres de plus de 100 pages.
   Il faut dire franchement que cette disposition présente plus d'un inconvénient. La clarté du plan n'est qu'apparente : en fait, redites et renvois sont innombrables. Le rejet d'une partie des notes au tome III oblige à des manipulations incessantes. Comme le style du P. Mols n'est pas de ceux qui captivent le lecteur, celui-ci est parfois un peu découragé... Mais les incomparables mérites de l'ouvrage apparaissent, une fois (au bout d'un certain temps) définitivement saisi le mode d'emploi : il consiste à partir des tables des matières, de l'index et de la bibliographie. Alors tout s'éclaire.
   Pour faire avancer la connaissance démographique du passé, un homme a lu, résumé, critiqué, pour nous, deux à trois mille articles et ouvrages écrits en six langues. Toute l'Europe, moins le monde slave et le monde Scandinave, a sa place dans l'ouvrage du P. Mols. Grâce à lui, on pourra utiliser couramment tels travaux mal connus de démographes britanniques, italiens, allemands surtout. La grande majorité de Français qui ne lit pas le flamand va enfin pouvoir accéder à tant de monographies condamnées linguistiquement à une semi-clandestinité.
   Et puis, cette immense matière est classée. Voulez-vous des renseignements sur le taux de mortalité infantile dans la seconde moitié du XVIIe siècle ? Voici, rassemblée en quelques minutes, une gerbe de chiffres critiqués empruntés aux villes anglaises, françaises, allemandes, italiennes, suisses, espagnoles même ! Êtes-vous curieux du mouvement saisonnier des mariages ? Voici, en 4 lignes, les chiffres pour Paris, Ath, Lubeck et Venise. Croyez-vous à la signification du rapport B/M extrait des registres paroissiaux ? Voici, dans le tableau appendice n° 9, 38 exemples extraits de 38 villes, et résumant sans doute plusieurs millions d'actes paroissiaux.
   Par bonheur, le P. Mols ne se contente pas de présenter : il critique, et sa critique nous paraît presque toujours judicieuse, même quand elle est féroce. Il est rare de voir un savant démolir avec une rapidité aussi élégante et sûre telle hypothèse aventurée, tel chiffre trop naïvement accueilli, tel coefficient trop vite avancé, telle trituration statistique plus ou moins honnête. Il faut aussi le voir mettre tel auteur en contradiction avec lui- même. Ce festival critique emporte le plus souvent une entière adhésion.
   Enfin, il existe, dans cet ouvrage touffu, des « morceaux » particulièrement bien venus et utiles aussi, et qui sont autant de précieuses mises au point. Au tome I, l'histoire des dénombrements, celle des registres paroissiaux, et celle de la démographie. Au tome II, le chapitre sur la Densité, celui sur les « Stimulants et les Freins », avec une belle synthèse sur les effets démographiques de la guerre de Trente Ans ; dans le même tome, la claire mise au point sur l'évolution des plus grandes villes d'Europe, du XIVe au XVIIe siècle. [...]
   « La valeur première d'un instrument, ce n'est pas d'être parfait, c'est d'exister... Pouvoir rendre service à ceux qui seraient tentés de s'engager dans le dédale de l'histoire démographique, telle fut notre seule ambition ; leur fournir une ébauche d'ensemble, un fil conducteur encore bien primitif, une carte sommaire et sans doute inexacte par endroits... » C'est ainsi que le P. Mols termine, avec trop de modestie. De cet ouvrage énorme, indispensable, mais qui n'est ni un ouvrage de génie (nous en avons trop), ni un livre très vivant malgré son sujet, ni très captivant malgré sa richesse, nous dirons qu'il répond admirablement à son objet, et que sa réalisation suscite un sentiment d'intense admiration. Ce n'est pas souvent, dans l'espace d'une décennie, qu'on a à rendre compte d'un ouvrage aussi important.

Les trois volumes : 90 euros (code de commande : 17929).

 

Le monde irlandais. Histoire et civilisation du peuple irlandais. Sous la direction de Brian De Breffny. [Titre original : The Irish World.] Traduit de l'anglais par Anne Fillon. Anvers, Fonds Mercator, 1978. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 296 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, bel exemplaire.
Table des matières :
   - Avant-propos, par Brian De Breffny.
   - Introduction. Les Irlandais. Vérité et fiction, par E. Estyn Evans.
   1. L'Irlande préhistorique. Depuis les premières migrations jusque vers 500 de notre ère, par E. Estyn Evans.
   2. L'Église primitive irlandaise. De l'avènement du christianisme à la fin de l'époque Viking, par Kathleen Hughes.
   3. Le long Moyen Âge. Du douzième siècle à la Réforme, par Roger Stalley.
   4. La fin de l'Ancien Régime. De la Réforme à la défaite jacobite, par Brian De Breffny.
   5. La nouvelle culture.
      - La vie domestique et les arts, 1680-1830
, par Rosemary Folliott.
      - La peinture et la sculpture, par Anne Crookshank.
   6. La société en détresse. Lutte pour l'émancipation et l'indépendance, 1801-1918, par Gearoid O Tuathaigh.
   7. La renaissance celtique.
      - Littérature et théâtre
, par Philip L. Marcus.
      - Les arts plastiques, par Jeanne Sheehy.
   8. Les Irlandais en Amérique. Famines, luttes et réussites, par William V. Shannon.
   9. L'Irlande moderne. Naissance et essor du nouvel État, par Kevin B. Nowlan.
   - Carte.
   - Bibliographie.
   - Index.

30 euros (code de commande : 22184).

 

MORDAL (Jacques) — Les Canadiens à Dieppe. Paris, Presses de la Cité, 1962. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, 343 p., illustrations hors texte.
En quatrième de couverture :
   Dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, le nom de Dieppe restera pour toujours associé à la sanglante aventure au cours de laquelle les commandos britanniques et les bataillons de la 2e division canadienne vinrent, le 19 août 1942, arroser de leur sang le pied de la falaise normande et les abords d'un port puissamment défendu.
   Trois bataillons canadiens, un commando des Royal Marines essayèrent vainement de franchir la plage de Dieppe sur laquelle les tanks restaient figés dans les galets. Sur les plages voisines, sauf à Varengeville, il en fut de même, et pour finir les assaillants durent se retirer en abandonnant à l'ennemi plus de douze cents morts et le double de prisonniers.
   Coûteux échec ? Victoire inutilement offerte à la propagande ennemie ? Expérience nécessaire ? Affaire politique destinée à montrer aux alliés russes les difficultés de l'établissement d'un second front ?... On a tout dit de l'opération Jubilee et tout pouvait en être dit, car aucune explication officielle n'est vraiment tout à fait satisfaisante.
   Afin de mieux poser le problème, Jacques Mordal s'est efforcé, non seulement de retracer le déroule ment des combats de Dieppe au vu de toutes les sources accessibles dans un camp comme dans l'autre, au vu de tous les témoignages inédits qu'il a pu recueillir, mais aussi de replacer l'événement dans son cadre en recherchant tous les éléments du problème stratégique et politique tel qu'il se posait aux alliés à l'été 1942.

12 euros (code de commande : 22436).

 

MORINI-COMBY (J.) — Mercantilisme et protectionnisme. Essai sur les doctrines interventionnistes en politique commerciale du XVe au XIXe siècle. Préface de Alfred Zimmern. Paris, Alcan, 1930. In-8° broché, XX, 217 p., exemplaire en partie non coupé, couverture un peu défraîchie, quelques cachets.
En quatrième de couverture :
   Avant-propos.
   Préface.
   Livre premier. Les premières conceptions étatistes de l'échange international : le mercantilisme.
      - Introduction.
      - Position du mercantilisme dans l'histoire des doctrines. Justification d'un nouvel essai.
      Chapitre I. Le milieu historique du mercantilisme : la désagrégation du marché fermé et la renaissance de l'État ; 1° renaissance du grand commerce ; 2° le nouveau rôle des métaux précieux ; 3° la renaissance de l'État ; 4° l'importance nouvelle de la bourgeoisie.
      Chapitre II. Le chryshédonisme des mercantilistes : 1° erreur courante sur le mercantilisme ; 2° conséquences politiques de l'abondance monétaire ; 3° bullionisme et balance des marchés ; 4° l'idée mercantiliste des fonctions économiques des métaux précieux ; 5° la confusion entre leur possession et la richesse.
      Chapitre III. Le solde positif de la balance, but de l'échange : 1° l'échange conçu comme une guerre ; 2° l'intervention de l'État dans le commerce étranger ; 3° richesse et force des armes ; 4° les conséquences de la sortie des métaux ; 5° les idées mercantilistes sur la balance du commerce.
      Chapitre IV. Les principes de la politique commerciale des mercantilistes : 1° hégémonie maritime et productivisme ; 2° la maîtrise de la mer ; 2° la supériorité manufacturière ; 3° la protection du travail national ; 4° l'aversion pour les importations ; 5° l'exportation, but de l'activité économique ; 6° mercantilisme et division internationale du travail.
      Chapitre V. La pratique du système : 1° interventionnisme médiéval et interventionnisme mercantiliste ; 2° la guerre commerciale ; 3° le socialisme d'État dans la monarchie française ; 4° les rigueurs du mercantilisme anglais ; 5° la règlementation du taux de l'intérêt.
      Chapitre VI. L'ébranlement du système : 1° Résultats de la politique mercantiliste ; 2° l'évolution des idées sur le solde de la balance ; 3° sur la nature et le rôle de la monnaie.
      - Conclusion.
   Livre II. Les conceptions nationalistes du commerce international : les doctrines protectionnistes.
      - Introduction. L'influence des doctrinaires : du protectionnisme sur la politique commerciale.
      Chapitre I. Le milieu historique : les rivalités nationales ; 1° Les progrès de l'unité nationale ; 2° l'esprit nationaliste ; 3° le régime parlementaire ; 4° la démocratie sociale.
      Chapitre II. Le nationalisme des protectionnistes : 1° la nation, réalité économique fondamentale ; 2° la division du travail dans le cadre national ; 3° les conditions politiques de la division du travail ; 4° la nation dépasse la simple association d'intérêts économiques.
      Chapitre III. Le principe des forces productives : 1° le concept dynamique de la nation normale ; 2° les bienfaits de l'industrialisation ; 3° l'activité du marché intérieur est préférable à celle du commerce extérieur ; 4° elle suppose l'action protectrice de l'État pour les industries naissantes ; 5° le stock monétaire, force productive.
      Chapitre VI. La conception nationaliste de la protection :1° fondements et buts de la protection ; 2° conditions qui légitiment l'établissement d'un tarif ; 3° caractères des droits.
      Chapitre V. La doctrine protectionniste dans ses rapports avec l'économie mondiale : 1° le concept autarkiste et le nationalisme économique ; 2° l'accroissement des échanges internationaux et la doctrine protectionniste ; 3° conception protectionniste de l'avenir de la politique commerciale ; 4° du rêve à la réalité : les conditions politiques de la protection rationnelle.
      - Unité du protectionnisme doctrinal.
      - Conclusion.
   Index alphabétique des noms propres.
   Bibliographie.

20 euros (code de commande : 22195).

 

MURY (Gilbert) — Albanie. Terre de l'homme nouveau. Paris, Maspero, 1970. In-8° broché, 175 p.,(collection « Cahiers Libres », n° 185-186).
En quatrième de couverture :
   L'Albanie est-elle une terre inconnue ? En tout cas, il n'existait, en France, aucun livre qui permette de comprendre comment fonctionne, là-bas, un modèle original de socialisme.
   L'Albanie n'est ni la Tchécoslovaquie du « printemps de Prague », qui évoluait vers le libéralisme, ni l'Union Soviétique de Krouchtchev et Brejnev, où les militants révolutionnaires risquent à nouveau la prison. Elle se veut fidèle aux traditions d'Octobre, sœur de la Chine maoïste, engagée en Europe dans la construction d'un monde révolutionnaire qui est celui de la liberté.
   « La dictature du prolétariat a pour aspect principal la démocratie de masse » – cette phrase d'Enver Hoxha, secrétaire général du Parti, en rejoint une autre : « un pays où un homme a peur de critiquer un autre homme n'est pas un pays socialiste ».
   C'est de ce socialisme là que parle aujourd'hui un militant qui a vécu de longues semaines en Albanie.

10 euros (code de commande : 19442GL).

 

NOTEBAERT (C.-A.) — Droit, lois et coutumes de la guerre, par C.-A. Notebaert capitaine au 2me Chasseurs à Pied, Chevalier de 1re classe de l'ordre du Mérite Militaire d'Espagne, Chevalier de l'ordre royal du Christ de Portugal. Deuxième édition. Mons, Dequesne-Masquilier, 1882 [la couverture porte la date de 1881.]. [Mons. Dequesne-Masquillier, Imprimeur-Éditeur. 1881] In-8° broché, 93, [1 (table)], [2 bl.] p., exemplaire en bel état.
Tables des matières :
   - Considérations générales.
   - Hostilités.
   - Ruses.
   - Sièges et bombardements.
   - Représailles.
   - Qui doit être reconnu comme partie belligérante - Des combattants et des non-combattants.
   - Espions.
   - Trahison.
   - Malades et blessés.
   - Suspension d'armes.
   - Armistice.
   - Parlementaires.
   - Capitulations.
   - Prisonniers de guerre.
   - Otages.
   - Échange de prisonniers.
   - Internés en pays neutre.
   - Prestations.

25 euros (code de commande : 20476).

 

Pierre éternelle. Du Nil au Rhin. Carrières et préfabrication. Coordination scientifique : Marc Waelkens. Bruxelles, Crédit Communal, 1990. In-4° broché, 246 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs.

30 euros (code de commande : 163/61).

 

MONNIER (Philippe) — Venise au XVIIIème siècle. [Préface d'Henri Zerner.] Bruxelles, Complexe, 1981. In-8° broché, 308 p., (collection « Le Temps & les Hommes », n° 2), cachet ex-libris à la page de garde, bel exemplaire.
En quatrième de couverture :
   Au moment où on la croyait prête à s'éteindre, Venise jette sur le monde un éclat nouveau. Tandis qu'elle a perdu toute importance politique, elle voit s'épanouir la culture la plus originale d'Italie. Elle a un rayonnement artistique mondial et devient capitale du plaisir.
   Un lazzi de Scaramouche ou d'Arlequin ; une compilation à dos de basane et le bruit d'un coche doré dans la rue ; une belle partition manuscrite de grave oratorio ; les vocalises d'une mélodie aux ailes d'argent, et un cadran solaire au mur de quelque ancienne villa à trompe-l'œil ; de la poussière, du luxe et du loisir ; Volta et sa grenouille ; Silvia et son sourire : au XVIIIe siècle, c'est l'Italie...
   Au front de l'Italie sujette, Venise n'est pas que la grande cité libre : elle est la cité qui vit de la vie la plus intense. Jamais, peut-être, autant qu'à cette époque de civilisation extrême, elle n'a été plus affranchie de l'oppression romaine, plus adéquate à son esprit léger et son parler d'oiseau, plus uniquement, plus joliment, plus clairement vénitienne. Jamais elle n'a compté à la fois autant d'esprits brillants de la même race et du même génie...
   S'il en faut croire le vieux Lanzi, c'est à Venise que naît au XVIIIe siècle la seule école de peinture vraiment italienne. C'est à Venise qu'au XVIIIe siècle se fonde avec Goldoni le seul théâtre national italien. C'est à Venise qu'avec Carlo Gozzi la vieille Comédie à masques et à sujets jette son dernier lazzi. C'est à Venise qu'avec Marcello et Buranello la musique se berce, se nourrit et s'enchante...
   Pietro Longhi évoque les galantes intimités de la vie dissipée en tableautins de mœurs. Le Canaletto, Francesco Guardi, Bernardo Bellotto disent tous les moments et tous les aspects du paysage de pierre et d'eau. Da Ponte compose à Mozart les livrets de ses opéras. Casanova, effronté comme un valet de comédie, poursuit le fil de ses aventures amoureuses... Dans cette patrie des gazettes, de claires feuilles éparpillent en menue monnaie des trésors de verve et de gaieté... Tout cela, tous ceux-ci, en miniatures et mélodies, en comédies et chansonnettes, en tableautins, en escapades et lestes choses, s'accordent à proclamer une nuance d'âme qui fut heureuse.
   Le but de ce livre est d'étudier cette nuance d'âme.

13 euros (code de commande : 16192).

MONTCHRÉTIEN (Antoyne de) — L'économie politique patronale. Traicté de l'Œconomie politique. Dédié en 1615 au Roy et à la Reine mère du roy. Genève, Slatkine Reprints, 1970. In-8° sous reliure d'éditeur, CXVII, 398 p., exemplaire en parfait état.
Il s'agit de la réimpression de l'édition de Paris de 1889.
   Table des matières :

   Introduction :
      I. Montchrétien, sa vie et son œuvre.
      II. Le régime patronal et le Moyen Âge.
      III. Le quatorzième siècle. Les franchises et libertés locales. La Renaissance.
      IV. La monarchie patronale et la période classique de l'économie politique.
      V. Le régime des privilèges et la Révolution.
   Traicté d'Œconomie politique :
      - Au Roy et à la Reyne mere du Roy.
      - Sommaire des matières principales contenues en ce traicté.
      Livre I : Des manufactures.
      Livre II : Du commerce.
      Livre III : De la navigation.
      Livre IV : De l'exemple et des soins principaux du prince.

35 euros (code de commande : 14338).

 

MORAZÉ (Charles) — Trois essais sur Histoire et Culture. Avant-propos de Lucien Febvre. Paris, Armand Colin, 1948. In-8° broché, VIII, 62 p., (collection « Cahiers des Annales », n° 2), exemplaire en très bel état.
   
Ce numéro des Cahiers des Annales a été édité pour le Congrès Historique du Centenaire de 1948.
Table des matières :
   Préface.
   I. Des faits à l'homme.
   II. Du nombre à l'homme.
   III. L'ordre et la méthode.

8 euros (code de commande : 13248*).

 

MORINEAU (Michel) — Jauges et méthodes de jauge anciennes et modernes. Paris, Armand Colin, 1966. In-8° broché, 119 p., une planche hors texte à déplier, (collection « Cahiers des Annales », n° 24), ex-libris manuscrit du professeur Maurice-A. Arnould, rousseurs à la couverture.
Introduction :
   Abordant l'étude de deux recensements de la marine française de commerce à l'époque de Louis XIV, nous nous sommes trouvés, d'emblée, devant la question préalable : quelle créance accorder aux tonnages exprimés ? Vieux problème ! Et combien irritant, car les réponses qui lui sont données divergent totalement. Par exemple, H. Robert n'a pu cacher son scepticisme sur le tonnage des navires rochelais employés au XVIIIe siècle, trouvant des différences énormes entre la capacité réelle et la capacité avouée. P. Dardel arrive à une conclusion très favorable en ce qui concerne le tonnage des bâtiments havrais et rouennais, à la même époque... Problème important, fondamental, car l'histoire économique a utilisé et utilise abondamment le matériel fourni par les statistiques portuaires, pour fonder rétablissement d'une courbe de conjoncture, comparer la puissance de deux ports, de deux nations ou de deux aires maritimes. Cela justifiait une analyse en profondeur. Au départ, nous ne pensions qu'à un examen des unités françaises de jauge mais, de fil en aiguille, à force de préciser une notion, puis une autre, nous avons été amenés à nous occuper des mesures employées dans les marines étrangères, nordiques et méditerranéennes. Nous avons abouti à des résultats souvent surprenants, qui nous paraissent solides mais que nous soumettons volontiers à la vigilance critique des historiens. Nous serons heureux si ce travail, quelle que soit sa valeur propre, suscite un débat et provoque l'apparition de la lumière.

20 euros (code de commande : 16146).

 

MORTILLET (Gabriel et Adrien de) — Le préhistorique. Origine et antiquité de l'Homme. 121 figures dans le texte. Troisième édition entièrement refondue et mise au courant des dernières découvertes. Paris, Schleicher Frères, 1900. In-8° sous cartonnage d'éditeur, XXII + 709 p., illustrations, (collection « Bibliothèque des Sciences Contemporaines », VIII).
Extrait de la préface de cette troisième édition :
« La palethnologie, science toute récente, n'a guère mis plus d'un demi-siècle pour naître, se développer et s'établir d'une manière définitive.
En 1828, Tournal a signalé la présence de l'homme dans la grotte de Bize [...]
En 1833, Schmerling a confirmé la découverte de Tournal dans les grottes des environs de Liége [...].
En 1836, Thomsen a établi, en Danemark, la succession des trois âges de la pierre, du bronze et du fer.
En 1844, Aymard a signalé les restes humains des dépôts volcaniques de Denise [...]
En 1856, Fuhlrott a recueilli le crâne si typique de Néanderthal [...].
En 1863, Charles Lyell a publié le premier ouvrage général sur la palethnologie [...].
En 1883 a paru la première édition du Préhistorique, premier traité didactique qui, en groupant avec méthode les résultats acquis, a pu rendre quelques services aux chercheurs [...] dont les récoltes et les observations contribuent chaque jour au progrès de la palethnologie [...].
Mais, les voix de Tournal et de Schmerling n'ont pas été entendues. Aymard, Boucher de Perthes, Lartet, Bourgeois, ont eu longtemps à lutter contre la vive opposition que, dès leur apparition, leurs découvertes soulevèrent dans le camp religieux.
Cette opposition ne s'est, d'ailleurs, jamais ralentie.Elle n'a fait que changer de forme, suivant les besoins de la polémique. Si elle est actuellement moins directe et moins franche, elle n'a pourtant rien perdu de son ardeur première. »

50 euros (code de commande : 8572).

 

MOUCHEZ (Philippe) — Démographie. Paris, Presses Universitaires de France, 1964. In-8° broché, 260 p., (collection « Thémis »), bon exemplaire.
Table des matières :
   Avant-propos.
   Introduction.
   Première partie. L'analyse démographique.
      Chapitre I. L'Analyse quantitative.
         Section I. Les sources d'information.
            § 1. Les méthodes de la démographie rétrospective.
               A) L'estimation de l'effectif d'une population.
               B) Les registres paroissiaux : naissances, mariages, décès.
            § 2. Les recensements, les sondages, les enquêtes.
            § 3. L'état civil et les renseignements administratifs.
         Section II. Les concepts fondamentaux et leur mesure.
            § 1. L'état d'une population.
               A) L'effectif global.
               B) La répartition géographique.
               C) La répartition par âge et par sexe.
            § 2. La natalité et la fécondité.
               A) Définitions et conventions.
               B) Le calcul des taux et des quotients.
               C) Le rapport de masculinité.
               D) Les naissances multiples.
            § 3. La mortalité.
               A) Observations générales.
               B) Le calcul des taux et des quotients.
               C) Les tables de mortalité.
            § 4. Le mouvement naturel de la population.
               A) Le taux d'accroissement naturel.
               B) Les taux de reproduction.
            § 5. Les migrations et les turbulences.
         Section III. Les facteurs biologiques de la fécondité et de la mortalité.
            § 1. Les facteurs biologiques de la fécondité.
               A) La mesure de la fécondité biologique.
               B) Les facteurs biologiques de la fécondité.
            § 2. Les facteurs biologiques de la mortalité.
               A) La mesure de la mortalité biologique.
               B) Les facteurs biologiques de la mortalité.
         Section IV. Les facteurs sociaux de la fécondité et de la mortalité.
            § 1. Les facteurs sociaux de la fécondité.
               A) La forme de l'union.
               B) L'âge au mariage.
               C) Le comportement des ménages.
               D) L'action des pouvoirs publics.
            § 2. Les facteurs sociaux de la mortalité.
               A) L'état matrimonial.
               B) L'habitat.
               C) Le revenu, la profession, le niveau de culture.
               D) Les maladies et les causes de décès.
         Bibliographie.
      Chapitre II. L'analyse qualitative.
         Section I. Hérédité humaine et génétique.
            § 1. Les caractères simples et leur transmission.
               A) La transmission héréditaire d'un caractère simple.
               B) Applications juridiques.
            § 2. La transmission des caractères complexes.
         Section II. Les principaux caractères de l'individu.
            § 1. Les caractères somatiques.
               A) Les caractères normaux.
               B) Les caractères pathologiques et l'eugénisme.
            § 2. Les aptitudes intellectuelles.
               A) Les tests.
               B) Les facteurs de l'intelligence.
            § 3. Les tendances psychologiques.
               A) Une question capitale.
               B) Une réponse provisoire.
         Bibliographie.
   Deuxième partie. La pensée démographique et les faits de population.
      Chapitre III. L'histoire des doctrines de la population.
         Section I. Les temps de la genèse.
            § 1. L'Antiquité grecque et latine.
               A) La Grèce.
               B) Rome.
            § 2. Le message chrétien.
               A) Jésus.
               B) Saint Paul et ses disciples abusifs.
         Section II. De la Renaissance à la Révolution.
            § 1. Le populationnisme latin, ou le bonheur de vivre.
               A) L'Italie.
               B) L'Espagne.
               C) La France.
            § 2. L'antipopulationnisme en Allemagne et en Angleterre, ou la peur de manquer.
         Section III. Malthus, ses adversaires, ses disciples.
            § 1. Thomas Robert Malthus.
               A) La vie de Malthus.
               B) L' « Essai sur le principe de population ».
            § 2. Malthusiens et anti-malthusiens.
               A) Le malthusianisme démographique.
               B) L'anti-malthusianisme démographique.
         Bibliographie.
      Chapitre IV. Les faits démographiques.
         Section I. Histoire du peuplement humain.
            § 1. Mille millénaires de misère.
               A) La phylogenèse humaine.
               B) L'humanité naissante.
            § 2. La deuxième révolution démographique.
               A) Les faits.
               B) L'explication des faits.
         Section II. Images démographiques du monde actuel.
         Section III. De quoi demain sera-t-il fait ?
         Bibliographie.
      Index.

10 euros (code de commande : 18504).

 

MULON (Marianne) L'onomastique française. Bibliographie des travaux publiés jusqu'en 1960. Préface de Jean Favier. Paris, La Documentation Française, 1977. In-8° broché, XVI + 454 p., (collection « Archives Nationales »), on joint une lettre de l'auteur.

20 euros (code de commande : 213/69).

MUMFORD (Lewis) Technique et civilisation. Traduit de l'américain par Denise Moutonnier. Paris, Seuil, 1950. In-8° broché, 414 p., illustrations hors texte, (collection « Esprit »), exemplaire non coupé.

12 euros (code de commande : 219/71).

 

« 9 mai 1950 - 18 h 00. Salon de l'Horloge Quai d'Orsay » Hommage aux pères de l'Europe. Mont-sur-Marchiennes, [Ville de Charleroi], 1992. In-8° carré broché, 273 p., illustrations en noir et en couleurs, bon exemplaire.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée dans le cadre des manifestations « Charleroi, une ville au cœur de l'Europe ».
Table des matières :
   - 9 mai 1950, l'Heure de l'Europe sonne au Salon de l'Horloge, par François Fontaine.
   - La genèse des Traités de Rome, par Pierre Gerbet.
   - Robert Schuman, Lorrain patriote et grand Européen, par Paul Collowald.
   - Konrad Adenauer, Homme de Cologne, Allemand, Européen, par Engelbert Hommel.
   - Joseph Bech, par Gilbert Trausch.
   - Johan Willem Beyen, par Jerzy Lukaszewski.
   - Alcide De Gasperi, par Maria Romana De Gasperi.
   - Joseph Luns, par Renée Marien.
   - Paul-Henri Spaak, par Paul Smets.
   - Catalogue.

25 euros (code de commande : 22823).

 

NICOLSON (Harold) — Le congrès de Vienne. Histoire d'une coalition 1812-1822. Traduit par C. de Palaminy. Paris, Hachette, 1947. In-8° broché, 304 p., planches hors texte, couverture défraîchie.
Table des matières :
   
Introduction.
   Chapitre I : La retraite de Moscou (18 octobre-15 décembre 1812).
   Chapitre II : Le réveil de la Prusse (1812-1813).
   Chapitre III : L'intervention de l'Autriche (1er juin- 12 août1813).
   Chapitre IV : Les propositions de Francfort (novembre-décembre 1813).
   Chapitre V : L'arrivée de Castlereagh (janvier-mars 1814).
   Chapitre VI : Le premier traité de Paris (30 mai 1814).
   Chapitre VII : Intermède à Londres (juin 1814).
   Chapitre VIII : Le congrès se réunit (septembre 1814).
   Chapitre IX : Problèmes de procédure (octobre 1814).
   Chapitre X : Les approches du problème polonais (octobre1814).
   Chapitre XI : Les négociations sur la Pologne (septembre 1814 - février 1815).
   Chapitre XII : Le règlement des questions italienne et allemandes (février - mars 1815).
   Chapitre XIII : Questions générales (février - mars 1815).
   Chapitre XIV : Le second traité de Paris (mars - novembre 1815).
   Chapitre XV : La Sainte-Alliance (26 septembre 1815).
   Chapitre XVI : L'échec du système des conférences (1818-1822).

13 euros (code de commande : 17807).

 

NOUSCHI (André) — Initiation aux sciences historiques. Paris, Nathan, 1967. In-8° broché, 205 p., (collection « Fac »), couverture plastifiée, marque manuscrite du professeur Jean-Jacques Hoebanx à la page de titre.
En quatrième de couverture :
   Initier, donc prendre le jeune étudiant au début de la connaissance et lui faire parcourir les nombreux domaines de l'histoire, tel est le but de ce petit manuel. Simple, dépouillé de tout hermétisme, il expose les notions essentielles, avec le souci de ne déformer ni la réalité ni l'enseignement de l'histoire. Des illustrations soigneusement choisies complètent le texte et en facilitent l'intelligence. Fort d'une double expérience de professeur de lycée et de professeur de faculté, l'auteur donne en outre des conseils pratiques : comment aborder un sujet, dresser une bibliographie et s'en servir, etc. Ces conseils contribuent à faire de l'Initiation aux sciences historiques le manuel de base indispensable à l'étudiant.

10 euros (code de commande : 15938).

 

La Nouvelle histoire économique. Exposés de méthodologie sous la direction de Ralph Andreano. Traduit de l'anglais par Roger Gilles. Précédé de Le dossier de la question, par Jean Heffer. Paris, Gallimard, 1977. In-8° broché, 328 p., (collection ? Bibliothèque des Histoires »), exemplaire en bel état.
En quatrième de couverture :
   Depuis une quinzaine d'années s'est développée aux États-Unis, à partir de Chicago et spécialement autour des travaux de Robert Fogel et de Stanley Engerman, une véritable école d'économétrie rétrospective. Elle consiste à appliquer des modèles économétriques à des problèmes historiques classiques, pour mesurer, par exemple, l'impact exact de la construction des transcontinentaux ou de l'économie de la plantation esclavagiste sur l'ensemble de l'histoire américaine.
   Cette « nouvelle histoire économique » a immédiatement suscité de fortes réactions d'enthousiasme ou d'hostilité, tant de la part d'économistes que d'historiens traditionnels. Renouvellement décisif de l'histoire économique pour certains, pour d'autres canular coûteux. Les controverses sur la validité de la méthode, les limites de son utilisation, les possibilités de collaboration entre historiens et économistes, loin d'être apaisées aux Etats-Unis, n'ont guère eu encore d'écho eu France en dehors du cercle des initiés.
   Malgré son aridité, la discussion pourtant va loin. La traduction des plus importantes parmi les contributions critiques américaines, et leur ample présentation par Jean Heffer, un des meilleurs jeunes spécialistes français, aidera-t-elle à la faire rebondir ici ? C'est le but.
Table des matières :
   - Le dossier de la question.
   - La nouvelle histoire économique.
      - Préface.
      - Les auteurs.
      - La « nouvelle » histoire économique, par George G. S. Murphy.
      - Le rôle de l'historien économique dans les tests de la capacité prédictive des « lois économiques », par R. L. Basmann.
      - Le fait et la théorie en histoire économique, par J. R. T. Hughes.
      - « Et ce ne sera plus jamais de la littérature » – Une critique de la nouvelle histoire économique, par Lance E. Davis.
      - Potentialités et traquenards en histoire économique, par Fritz Redlich.
      - Commentaire des deux exposés précédents, par George Green.
      - L'économétrie et l'histoire du Sud des États-Unis, par Alfred H. Conrad.
      - Commentaire de l'exposé du professeur Conrad, par Robert W. Fogel.
      - Commentaire de l'exposé du professeur Conrad, par Stuart Bruchey.
      - Commentaire de l'exposé du professeur Conrad, par Alfred D. Chandler Jr.
      - La nouvelle histoire économique jaugée du point de vue de l'économétrie, par G. N. von Tunzelmann.
      - Sources des articles du présent volume.
      - Bibliographie d'autres articles récents sur la méthodologie en histoire économique.

10 euros (code de commande : 22913).

NUMISMATIQUE

 

 

L'Or des dieux, l'Or des Andes. Pérou, Équateur, Colombie. Metz, Serpenoise, 1994. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 132 p., nombreuses illustrations en couleurs.
   Ouvrage publié sous la direction de Daniel Levine, à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à l'Arsenal, à Metz, du 14 juin au 2 octobre 1994.
Table des matières :
   - L'or des dieux, l'or des Andes, par Daniel Levine.
      Les techniques de fabrication - Les techniques de décoration - Les techniques de finition - La dorure.
   - Pérou, par Cecilia Bakula, Gabriela Schworbel et Daniel Levine.
      Chronologie et cartographie - La culture Chavin - La culture Paracas - La culture Nasca - La culture Vicus - La culture Mochica - La culture Huari - La culture Lambayeque - La culture Chimu - Les Incas.
   - Équateur, par Maria Seledad-Leiva, Maria-Clara Montano, Santiago Ontaneda, Marcello Villalba, Antonio Fresco et Sergio Duran Pitarque. p 75
      Chronologie et cartographie - Culture et métallurgie - La culture de la Tolita - La culture Jama-Coaque - La culture Bahia - La culture Manteno-Huancavilca - La culture Milagro-Quevedo - La culture El Carchi - La culture Canari - Les Incas.
   - Colombie, par Clémencia Plazas et Anna-Maria Falchetti.
      Chronologie et cartographie - La culture Calima - La culture Tumaco - La culture de San Agustin - La culture Narino - La culture Quimbaya - La culture Tolima - La culture Cauca - La culture Sinu - La culture Tairona - La culture Muisca - Fonction et symbolique de l'orfèvrerie - Le mythe de l'EI Dorado.
   - Lexique.
   - Bibliographie.

20 euros (code de commande : 20730).

 

PACAUT (Marcel) et BOUJU (Paul M.) — Le monde contemporain 1945-1968. Avec la collaboration de Gérard Belorgey, Claude Bernardin, Pierre Callet, Jean Delmas, Jean Dumont. Troisième édition revue et augmentée. Paris, Armand Colin, 1968. In-8° sous cartonnage d'éditeur, 335 p., (collection « U », Série « Histoire Contemporaine »), couverture proprement plastifiée.
Avant-propos :
   Sur l'évolution mondiale depuis 1945, tant en ce qui regarde les problèmes internationaux que les transformations internes des principales puissances, il a paru un très grand nombre d'ouvrages au cours de ces dernières années : mémoires d'hommes politiques, analyses de journalistes, études d'historiens, recherches d'économistes ou de spécialistes de science politique, tous travaux qui permettent de pousser très avant la connaissance des événements et des hommes de notre temps. En revanche, sans doute à cause de la multiplicité même des questions et des articles et ouvrages qui leur sont consacrés, faute aussi du recul nécessaire et plus encore de la possibilité de s'élever très haut au-dessus des complicités occasionnelles, des sensibilités personnelles et des arrière-pensées partisanes, il a été publié fort peu d'ouvrages de synthèse.
   C'est dire que notre entreprise est d'une audacieuse témérité, mais notre excuse est d'en avoir pleinement conscience.
   En fait, si nous tentons l'expérience dont seront juges nos lecteurs, c'est parce que, confrontés depuis plusieurs années aux réalités et aux obligations de l'enseignement supérieur d'histoire, nous avons senti la nécessité d'un tel ouvrage. Partant de cette constatation, deux possibilités se présentèrent à nous : ou bien nous allions faire un travail très ample et très développé, en plusieurs milliers de pages et en plusieurs tomes ; ou bien nous rédigerions un volume de dimensions restreintes dans lequel la synthèse resterait parfois schématique. Nous avons opté pour cette seconde solution parce qu'il nous est apparu que l'obligation primordiale était de fournir en un nombre réduit de pages – rapides à lire et faciles à consulter – les lignes directrices, les éléments essentiels et les faits les plus importants de l'histoire mondiale de 1945 à 1968. Autrement dit, ce que nous avons voulu, c'est apporter les idées générales et les événements fondamentaux qui conditionnent la situation d'aujourd'hui en même temps que fournir des connaissances de base à quiconque voudrait faire des recherches plus précises. Ainsi conçu, notre livre s'adresse d'abord aux étudiants qui s'initient aux études supérieures d'histoire (candidats au D.U.E.L. ou à la licence en histoire moderne et contemporaine, élèves de première supérieure et de classes préparatoires à St-Cyr et H.E.C., élèves des Instituts d'Études Politiques, etc.); mais il est destiné aussi particulièrement au public qui s'intéresse aux événements contemporains.
   Il est l'œuvre d'un groupe de professeurs, même si certains d'entre eux ne poursuivent pas une véritable carrière universitaire. C'est en effet avec nos collègues et amis de l'Institut d'Études politiques de Lyon, chargés plus spécialement de l'enseignement de l'histoire, que nous avons senti l'utilité d'un tel ouvrage ; c'est avec eux que nous l'avons médité et préparé. C'est eux, autant que nous, qui l'ont écrit, et nous nous sommes contentés le plus souvent d'harmoniser les textes, d'aménager les transitions, d'éviter au mieux les répétitions. Que chacun d'eux ait gardé son tempérament propre et même parfois une vue trop personnelle des choses était inévitable; mais nous pensons que cela constitue pour le lecteur un enrichissement supplémentaire, puisque nous lui donnons ainsi une façon de vivre mieux cette histoire et d'en mesurer plus vivement la diversité et la complexité. Nous ne croyons pas d'ailleurs que ces différences soient importantes ; peut-être le lecteur ne les découvrira-t-il pas. Car cet ouvrage reste avant tout le travail d'une équipe qui l'a réalisé dans une inestimable atmosphère de cordialité et d'amitié, dont la chaleur et la valeur imprégneront, nous l'espérons, les sentiments de nos lecteurs.

13 euros (code de commande : 14721).

 

PALLUD (Jean Paul) — Blitzkrieg in the West Then and Now. London, After the Battle, 1991. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 640 p., très nombreuses illustrations, exemplaire en bel état.
Sur la jaquette :
   Who better to present the story of the Battle of France and the defeat of one of Europe's greatest armies in 1940 than a Frenchman ? Jean Paul Pallud, author of the highly acclaimed The Battle of the Bulge Then and Now, presents – for the first time through comparison « then and now » photographs » a detailed account of the forty-five traumatic days from May 10 to June 24, that resulted in one of the most remarkable military victories of modern times.
   During those six weeks, six nations found themselves at war, fighting across four countries. Two dropped out: Holland after five days and Belgium after eighteen, while Britain pulled out the majority of its force after twenty. France was left to battle on for a further twenty-five days against superior German tactics and a last minute punch below the belt from Italy.
   From the polders of the Netherlands in the north to the mountains of the Alps in the south, and from the Rhine valley to the Atlantic coast, Jean Paul Pallud explores every corner of the battlefield, the camera recording the scenes today where fifty years ago Dutch, Belgian, German, French, British and Italian soldiers were locked in mortal combat.
   Battles, incidents and exploits great and small are described and illustrated to colour the canvas of both the broad strategy and the individual firefight in Hitler's victorious campaign of Blitzkrieg in the West.

30 euros (code de commande : 24967).

 

Parliement, Estates & Representation - Parlements, États & Représentation. London, Pageant, 1992. In-8° collé, [100] p.
   Il s'agit du volume 12, 2e partie - décembre 1992, pp. 95-195, de la revue publiée par l'International Commission for the History of Representative & Parliamentary Institutions.
Table des matières :

   - Sir John Doddridge, King James I, and the Antiquity of Parliament, par Pauline Croft.
   - Procedure in the Diets of the Polish-Lithuanian Commonwealth : A Description by Vincent Fabricius in 1647, par A.B. Pernal et R.P. Gasse.
   - Parliament and Foreign Policy 1739-1763, par Jeremy Black.
   - Alexandre Ier et le Régime Représentatif, par Jacques-Henri Pirenne.
   - The Portuguese Constitution of 1822. Power Conflicts and Social Tensions, par Zilia Osorio de Castro.
   - Max Weber und die Probleme des Parlamentarismus in Deutschland am Ende des ersten Weltkrieges, par Cristiana Senigaglia.
   - Review essay.
   - Crown and Cortes in Early-Modern Spain, par Charles Iago.

8 euros (code de commande : 16008).

 

PATTEN DE CLONE (Gabrielle H.) — Deux souveraines descendantes des seigneurs d'Enghien. Marie d'Enghien, comtesse de Lecce. Élisabeth Woodville, première reine Élisabeth d'Angleterre. Bruxelles, Goemaere, 1955. In-8° broché, 176 p., illustrations hors texte, tableaux généalogiques à déplier, exemplaire en très bel état.
Préface de Carlo Bronne :
   « Notre Marie » disaient les gens d'Enghien de leur petite princesse devenue souveraine au loin.
   Descendant des Hauteville, qui de Normandie étaient venus se tailler des domaines dans le Sud de l'Italie, des Brienne, des Lusignan et des Tarente, Marie d'Enghien était orpheline à six ans. La mort prématurée de son frère la fit comtesse de Lecce à 17 ans. À l'âge où l'on cesse à peine de jouer à la poupée, la jeune fille joua très sérieusement à gouverner son petit État, et d'abord elle épousa un soldat doublé d'un brave homme, Raymond Orsini, de la famille provençale de Baux, qui lui donna vingt ans de quiétude et quatre enfants.
   Veuve, elle dut soutenir un siège acharné ; c'était le second que Lecce endurait depuis son avènement. Pour sauver la couronne, elle consentit à épouser l'assiégeant Ladislas, roi de Naples. Cette deuxième union fut moins heureuse que la première, encore qu'elle ne dura que huit ans. Ayant repris possession de son comté, Marie employa le reste de ses jours – elle mourut à 79 ans, en 1446 – à doter ses sujets d'institutions sages et à favoriser la renaissance intellectuelle.
   Lecce, ville des Pouilles, qui charma Paul Bourget, garde de charmants vestiges de son passé ; ils vont du romain au baroque. La poésie des lieux a séduit une grande voyageuse, à qui son esprit et sa culture ont fait des amis fidèles, Madame G. H. Patten. Elle s'est penchée sur l'histoire âpre et touchante de cette petite princesse lointaine.
   En un temps où la brutalité se mêlait aux raffinements du corps et de l'âme, l'auteur nous conte une histoire d'amour et de sang avec une érudition qui mérite le respect.
   Intéressée par la famille d'Enghien qui céda plus tard aux Arenberg ses possessions belges, Madame Patten a suivi une autre fille de cette Maison antique jusqu'en Angleterre. Elisabeth, première reine du nom, était en effet la propre nièce de Louis de Luxembourg, seigneur d'Enghien. Sa mère avait d'abord épousé un duc de Bedford, puis Richard Woodville, comblé d'honneurs par son gendre.
   Femme d'Edouard IV, la reine Elisabeth connut la tragédie dont se sont inspirés tant de peintres et d'écrivains. Les célèbres enfants d'Edouard, assassinés par ordre de leur oncle Richard, duc de Glocester, étaient les enfants de la malheureuse Elisabeth qui gardait dans un coffret les pauvres reliques de ses fils.
Tout le théâtre shakespearien nous remonte à la mémoire à l'évocation de ces drames de palais et de ces destins sinistres.
   Il faut louer Mme Patten d'avoir assemblé le puzzle compliqué des généalogies, d'avoir sorti de l'oubli des existences qui nous touchent puisqu'elles sont issues d'un sang belge. Rien de ce qui, en Italie, en Angleterre, ou ailleurs, se rattache à l'histoire de notre pays et de sa noblesse ne saurait nous être étranger. C'est pourquoi l'auteur de ce livre nourri de faits et de références a droit à la gratitude des chercheurs et aussi des simples amateurs de passé pour avoir ressuscité deux figures de femmes belles autant qu'émouvantes.

20 euros (code de commande : 17237).

 

PATTERSON (J.H.) — With the Judæans in the Palestine Campaign. Uckfield, The Naval & Military Press, [2004]. In-8° collé, 279 p., illustrations hors texte.
   Reproduction de l'édition londonienne de Huthinson & C°.
Table des matières :
  Introduction.
   Chapter I. The Balfour declaration.
   Chapter II. The Sanballats.
   Chapter III. The Formation of the Jewish Regiment.
   Chapter IV. Training at Plymouth.
   Chapter V. The Kosher problem.
   Chapter VI. We set out for Palestine.
   Chapter VII. Back in the Land of Bondage.
   Chapter VIII. The Feast of the Passover.
   Chapter IX. We set out for the Front.
   Chapter X. The Nablus Front.
   Chapter XI. We march to the Jordan Valley.
   Chapter XII. Our position in the Mellahah.
   Chapter XIII. Life in the Mellahah.
   Chapter XIV. We win our first honours.
   Chapter XV. Capture of the Umm Esh Shert Ford.
   Chapter XVI. The lost transport wagons.
   Chapter XVII. We go up to Ramoth Gilead.
   Chapter XVIII. The crown of victory.
   Chapter XIX. The strategical value of Palestine.
   Chapter XX. Hospital scandal at Jerusalem.
   Chapter XXI. Life at Ludd.
   Chapter XXII. At Rafa.
   Chapter XXIII. Return of the Anzacs.
   Chapter XXIV. A red-letter day.
   Chapter XXV. Jewish soldiers are forbidden to enter the Holy City.
   Chapter XXVI. The great boxing competition.
   Chapter XXVII. Bir Salem - An exciting race.
   Chapter XXVIII. Damascus.
   Chapter XXIX. Among the Philistines.
   Chapter XXX. The fall of Goliath.
   Chapter XXXI. Protests.
   Chapter XXXII. A trip to the Sea of Galilee.
   Chapter XXXIII. Strange methods of the E.E.F. staff.
   Chapter XXXIV. The first Judæns.
   Chapter XXXV. The Jerusalem pogrom.
   Chapter XXXVI. The dawn.
   - Appendices.

9 euros (code de commande : 22442).

 

PEARSON (Frank A.) et HARPER (Floyd A.) — The World's Hunger. New York, Cornell University Press, 1945. In-8° sous reliure et jaquette (un peu défraîchie) d'éditeur, 90 p., cachet aux pages de faux-titre et de titre et aux pages 11 et 71.
Extrait de la preface :
   This book was written primarily for those interested in the world food problem. The authors make no special claims as authorities other than to appraise widely divergent views on the basis of the scanty information available.
   There is no scarcity of land with favorable topography, or adequate sunlight and carbon dioxide, or favorable temperature, or reliable rainfall, or fertile soil, or adequate rainfall. There is, however, a serious shortage of land with the proper combinations of these seven factors that are so necessary for food production.
   This book is not a compendium of geological, biological, physiological, and meteorological knowledge. An attempt has been made to relate this technical material to the world food problem so that it can be understood by the ordinary reader.

9 euros (code de commande : 22023).

 

PÉTY DE THOZÉE (Ch. et R.) — Théories de la colonisation au XIXe siècle et rôle de l'État dans le développement des colonies. Bruxelles, Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 1901-1902. In-4° demi-veau blond, dos à 5 nerfs (reliure frottée), 863 p., (collection « Mémoires Couronnés et Mémoires des Savants Étrangers », tome LX).
Extrait de l'avant-propos :
   En répondant à la question mise au Concours par l'Académie royale de Belgique, Classe des lettres, nous n'avons pas eu la prétention d'émettre des idées purement personnelles sur un des problèmes les plus intéressants pour la majorité des puissances européennes.
   Avant de formuler une opinion sur les divers systèmes de colonisation et d'en exposer les faits les plus saillants depuis un siècle, nous avons dépouillé les documents et pesé l'appréciation des économistes, des administrateurs, des hommes politiques, qui ont étudié, expérimenté et jugé les multiples principes sur lesquels repose ce problème d'une incontestable portée scientifique et pratique. Presque à chaque page, le lecteur retrouvera la trace de ces investigations scrupuleuses, bien que nous nous soyons attachés à les mettre en œuvre pour en former un tout régulier.
   ...Studiorum oslendile fruclus, non studia..
   
Nous avons soigneusement renseigné nos sources et transcrit de nombreuses citations, après avoir fait un choix sévère parmi les matériaux recueillis, accumulés durant vingt-cinq années d'études constantes des questions coloniales. « Tout bois n'est pas bois de charpentier », dit un vieux proverbe flamand : « Al 't hout is geen timmerhout ».
   Pour traiter avec méthode le vaste sujet formulé par l'Académie royale, il ne faut point se renfermer strictement dans le récit et l'examen des faits se rattachant depuis l'an 1800, simple date du calendrier, à l'extension ou à l'amoindrissement du domaine colonial des États, qui ont acquis ou conservé des possessions outre-mer. La colonisation est intimement liée aux événements qui la font naître ou qui en modifient la forme, et par conséquent, l'élude de ses théories, au XIXe siècle, doit coïncider, pour chaque pays, avec le fait historique auquel se rattache le système de la politique suivie de nos jours en cette matière par les divers gouvernements. C'est ainsi que la politique coloniale actuelle du Portugal repose sur la charte constitutionnelle du 29 avril 1826, alors que celle de l'Espagne a pour origine l'édit du commerce libre, sanctionné le 12 octobre 1778 par le roi Charles III.
   Dans un autre ordre d'idées, nous ferons remarquer que ces deux derniers systèmes de colonisation et celui de la Néerlande seront traités avec d'assez long détails. Leur histoire, généralement peu connue, donne des enseignements que doivent méditer les pays appelés à suivre une politique coloniale. Le système néerlandais démontre clairement quelles sont les théories qui favorisent, de notre temps, le développement des possessions lointaines d'un petit pays comprenant bien son rôle; d'autre part, les systèmes suivis par le Portugal et l'Espagne nous indiquent aussi quelles sont les fautes qui peuvent préparer la décadence des établissements d'outremer et amener leur perte totale, le jour où les efforts de la mère patrie se trouvent paralysés par les ambitions de puissances plus fortes, ayant su tirer parti des enseignements de leurs devancières dans la politique coloniale.

100 euros (code de commande : 14614).

 

[POCAHONTAS]. BONNET (Audrey) — Pocahontas princesse des deux mondes. Histoire, mythe et représentations. Préface de Bertrand Van Ruymbeke. Relecture scientifique de Gilles Havard. Rennes, Les Perséides, 2006. In-8° collé, 152 p., illustrations, exemplaire en très bon état, épuisé.
En quatrième de couverture :
   Tant d'œuvres de la littérature et du cinéma se sont inspirées de Pocahontas qu'il est souvent difficile de dissocier les faits de leurs nombreuses réécritures. En 1607, une centaine d'hommes débarquent en Virginie dans le but d'établir une colonie au nom de la couronne d'Angleterre. Parmi eux se trouve John Smith, un capitaine aux aventures picaresques. Il est capturé par les Powhatans au cours d'une expédition de reconnaissance, et sauvé in extremis de la mort par Pocahontas. la fille du chef. Celle-ci devient l'ange gardien de la colonie de Jamestown. Baptisée et mariée à John Rolfe. un ambitieux planteur de tabac, elle est ensuite emmenée en Angleterre et présentée à la cour comme un trophée. Mais la rencontre initiale entre l'Indienne et Smith pose les jalons d'une légende romantique qui se transforme rapidement en un mythe fondateur de la nation américaine. Dès lors, Pocahontas est une source d'inspiration qui semble intarissable. Au fil des siècles, elle entre dans la littérature et le théâtre, apparaît comme icône en peinture, génitrice spirituelle, ancêtre précieuse, héroïne pour enfants, et enfin victime silencieuse, selon certains auteurs qui tentent de la réhabiliter en la libérant d'un mythe biaisé.

12 euros (code de commande : 20957).

 

POLGE (Henri) — L'irrationnel dans l'Histoire. Auch, Société Archéologique, Historique, Littéraire et Scientifique du Gers, 1968. In-8° broché, 172 p., exemplaire non coupé, couverture partiellement insolée.
   Il s'agit du fascicule II de la série Études et Documents, supplément au Bulletin de la Société Archéologique, Historique, Littéraire et Scientifique du Gers.
Table des matières :
   I. L'irrationnel dans l'Histoire.
      - Une préface qu'il faut lire.
      - Du rationnel plaqué sur de l'irrationnel.
         - L'or métal non précieux.
         - L'iconographie traditionnelle du cheval.
         - Le char divin et le cheval de Troie.
         - La femme et le cheval.
         - Le carillon du tonnerre.
      - De l'irrationnel plaqué sur du rationnel.
         - La fausse énigme du carré magique.
      - L'irrationnel au temps du rationnel.
         - Le cheval blanc.
         - La robe de pourpre.
         - Le coq gaulois.
         - La noblesse du cheval.
      - Au carrefour du rationnel et de l'irrationnel.
         - Le cheval de guerre et la stratégie antique.
      - Conclusion.
      - Appendice.
   II. Un facteur historique méconnu : l'imaginaire.

20 euros (code de commande : 18903).

 

POMMERY (Louis) — Aperçu d'histoire économique contemporaine 1890-1939. Paris, Éditions Politiques, Économiques et Sociales, 1946. In-8° broché, 473 p., (collection « Histoire Économique »), ex-libris manuscrit à la page de garde, bel exemplaire.
Table :
   Chapitre I. L'apogée du monde libéral (1895-1914).

      1. Le prodigieux essor économique du XIXe siècle. - 2. L'essor s'accélère encore au début du XXe siècle. - 3. La poussée démographique et les grands mouvements humains. - 4. Le progrès technique. - 5. L'accélération des transports. - 6. L'or, monnaie internationale. - 7. Le développement des échanges internationaux. - 8. Le crédit international. - 9. L'Angleterre, première nation commerçante du monde. - 10. L'Allemagne industrielle et expansionniste. - 11. Les États-Unis, première nation industrielle du monde. - 12. La France, pays de l'équilibre. - 13. L'essor économique s'affirme dans le monde entier. - 14. Les crises de 1900 et de 1907. - 15. Au début du XXe siècle, le monde est-il encore libéral ? - 16. La tendance au groupement. - 17. La poussée syndicaliste. - 18. La concentration. - 19. La société anonyme. - 20. Les ententes. 21. Les cartels. - 22. Les trusts. - 23. Les trusts aux États-Unis. - 24. La tendance au monopole. - 25. L'action sur les prix dans l'agriculture. - 26. L'intervention de l'État. - 27. Les entreprises publiques. - 28. La législation sociale. - 29. Le protectionnisme. - 30. L'expansionnisme. - 31. Persistance du libéralisme.
   Chapitre II. La guerre et ses conséquences (1914-1919).
      1. Juillet 1914. - 2. L'économie de guerre. - 3. Les problèmes financiers. - 4. Les conséquences de la guerre. - 5. Les traités de paix.
   Chapitre III. La reconstruction de l'Europe et le boom américain (1919-1920).
      I. Les premières années d'après-guerre.
         1. La rupture de la solidarité financière interalliée. - 2. La hausse des prix. - 3. L'effondrement des prix. - 4. La crise monétaire. - 5. Les crédits de spéculation.
      II. La crise monétaire en Europe.
         6. En Europe Centrale. - 7. En Allemagne. - 8. Les réformes de 1924 en Europe Centrale. - 9. Étalon-or et monnaie dirigée. - 10. Le retour à l'étalon-or en Angleterre. - 11. La crise française.
      III. La liquidation de la guerre.
         12. La dette des réparations. - 13. Le Plan Dawes. - 14. Les Conférences.
      IV. Le redressement économique de l'Europe.
         15. La reconstruction des régions dévastées et la progression française. - 16. Les difficultés anglaises. - 17. Les conséquences économiques de l'inflation en Allemagne. - 18. La vitalité du libéralisme. - 19. En U. R. S. S., du « communisme de guerre » à la Nep.
      V. L'essor en Europe.
         20. L'épanouissement de l'économie française. - 21. La rationalisation allemande. - 22. L'évolution de l'économie britannique. - 23. En U. R. S. S. - 24. La progression générale de l'économie européenne.
      VI. Le, boom américain.
         25. Les conséquences de la guerre aux États-Unis. - 26. La crise de 1920-21 et la reprise de 1922. - 27. L'expansionnisme économique et financier. - 28. Méthodes américaines et production de masse. - 29. Le boom.
      VII. Le monde économique en 1929.
         30. L'accroissement de la production. - 31. Les progrès techniques après la guerre. - 32. L'industrialisation du monde. - 33. Quelques ombres au tableau.
   Chapitre IV. La crise de 1929 (1929-1932).
      I. L'effondrement de la Bourse de New-York ses répercussions.
         1. Le rêve de l'économie sans crises. - 2. L'effondrement de la Bourse de New-York. - 3. La réaction américaine. - 4. Les répercussions de la crise boursière américaine à l'étranger.
      II. Les traits généraux de la crise.
         5. La crise mondiale. - 6. Les « entraves au commerce ». - 7. Les troubles monétaires et leurs conséquences. - 8. La paralysie du crédit international. - 9. L'action internationale et la Conférence de Londres. - 10. La Conférence de Lausanne et la question des réparations. - 11. L'action contre le chômage. - 12. L'action sur les prix.
      III. L'évolution de la crise en divers pays.
         13. Les vains efforts de l'administration Hoover aux États-Unis. - 14. La crise de la livre sterling en 1931. - 15. L'abandon du libre-échange en Angleterre. - 16. Chômage et difficultés monétaires en Allemagne. - 17. L'évolution particulière dé la crise française. - 18. La crise en Italie. - 19. La crise dans les pays d'Outre-Mer. - 20. En U. R. S. S. - 21. Crise de conjoncture ou crise de structure ?
   Chapitre V. Les grandes expériences (1933-1938).
      I. L'expérience Roosevelt.
         1. Le Président Roosevelt et le « Brain Trust ». - 2. Le « New Deal ». - 3. Les lois bancaires. - 4. La dévaluation du dollar. - 5. Les mesures déflationnistes. - 6. L'Agricultural Adjustment Act. - 7. Le National Industrial Recovery Act. - 8. L'assistance aux chômeurs. - 9. Les premiers résultats du New Deal. - 10. La seconde phase du New Deal. - 11. En présence de résultats médiocres, les critiques restent passionnées. - 12. La révolte de la Cour Suprême. - 13. La reprise. - 14. L'essor (1936-1937). - 15. Les mesures contre l'inflation (1937). - 16. La rechute. - 17. La reprise de 1938. - 18. L'expérience Roosevelt.
      II. L'expérience nationale-socialiste.
         19. La doctrine nationale-socialiste. - 20. La politique économique nationale-socialiste. - 21. Les cadres. - 22. Organisation et politique agricoles. - 23. L'organisation industrielle et commerciale. - 24. L'action sociale. - 25. Le contrôle des changes et du commerce extérieur. - 26. Le contrôle des prix, des revenus, de la consommation. - 27. La politique financière. - 28. Les résultats. - 29. L'expérience nationale-socialiste.
      III. Le redressement britannique.
         30. La politique monétaire. - 31. L'essor économique. - 32. L'approche de la guerre et le réarmement.
      IV. Les problèmes français.
         33. L'expérience déflationniste de 1935. - 34. Le Front Populaire. - 35. La dévaluation en 1936. - 36. Le franc flottant. - 37. L'expérience Paul Reynaud. - 38. La crise économique et ses conséquences.
      V. Le triomphe de l'Étatisme en Italie.
      VI. Le Japon en guerre.
      VII. En U. R. S. S.
         39. Le second plan quinquennal. - 40. La différenciation des salaires. - 41. Le Stakhanovisme. - 42. Le Trust soviétique. - 43. Les Combinats. - 44. La nouvelle géographie de l'U. R. S. S. - 45. Agriculture et Commerce. - 46. Les résultats.
   Chapitre VI. Le monde économique à la veille de la Seconde Guerre mondiale.
      1. Un monde profondément troublé. - 2. L'évolution de la production mondiale. - 3. La persistance du chômage. - 4. L'évolution démographique. - 5. Les migrations internationales. - 6. Le compartimentage du monde économique. - 7. La disparition du crédit international. - 8. Monnaie internationale et monnaie de conjoncture. - 9. L'économie dirigée. - 10. Économie dirigée et Économie libre.
   Appendice. La Seconde Guerre mondiale.
      1. Guerre mondiale, guerre totale. - 2. L'économie de guerre. - 3. La mobilisation totale. - 4. La production de guerre. - 5. Le problème des transports. - 6. Le bouleversement des courants commerciaux. - 7. L'industrialisation des pays neufs. - 8. Le contrôle de l'inflation. - 9. Le financement de la guerre. - 10. Le financement des dépenses extérieures et la Loi Prêt et Bail. - 11. La douloureuse épreuve de la France. - 12. L'après-guerre. - 13. Quelques réflexions pour conclure.
   Sources et bibliographie. - Statistiques. - Index alphabétique.

12 euros (code de commande : 18889).

 

[PORTUGAL]. M.R.P.P. Le Portugal de près. Textes et documents. Introduction et raduction par Judith Balso. Paris, Maspero, 1976. In-8° broché, 286 p., (collection « Yenan », série « Documents »).
En quatrième de couverture :
   Il n'y a aucune clarté à prendre pour clef de l'histoire de la révolution au Portugal, ni le M.F.A. (Mouvement des Forces Armées), ni le P.C.P. (Parti Communiste Portugais), encore moins les S.U.V. (Soldats Unis Vaincront).
   Délié d'eux, hors d'eux, le mouvement révolutionnaire réel, celui des ouvriers et des paysans, s'est développé par étapes, et comme toujours a fait l'histoire, y compris celle des fractions de la bourgeoisie, dans leur rivalité et leur collusion.
   Affirmer que le Portugal ne sera pas le Chili de l'Europe, bien que Spinola en soit le Pinochet, que la social-démocratie portugaise est allemande, et Cunhal un Staline relevant du sommeil de la belle au bois dormant, que le M.F.A. est un mouvement de la libération d'un tiers monde de l'Europe, et les Commissions de travailleurs des soviets de 17, Carvalho un Saint-Just qui échouerait à muer en Fidel Castro et les paysans du Nord une horde de chouans français de 93, ne semble pas représenter un grand effort pour approcher de près la révolution portugaise.
   Voir le Portugal de près : c'est à quoi nous voudrions aider. En prenant appui sur l'expérience politique des masses ; celle des Commissions de Travailleurs ; celle du mouvement paysan.
   En regardant tels qu'ils sont, du point de vue des masses elles-mêmes, et le M.F.A., et le parti de Cunhal, et les groupuscules, qui les servent tour à tour.
   Et aussi en donnant la parole, par des documents significatifs, aux marxistes-léninistes-maoïstes du M.R.P.P., qui, au moins, posent et tentent de pratiquer le seul problème qui vaille : qu'est-ce que l'autonomie du prolétariat et des masses populaires dans leur lutte révolutionnaire sur deux fronts : contre la bourgeoisie monopoliste classique, et contre la nouvelle bourgeoisie bureaucratique d'État, dont l'expression politique est le révisionnisme.

12 euros (code de commande : 14836).

 

POULANTZAS (Nicos) — La crise des dictatures. Portugal, Grèce, Espagne. Paris, Maspero, 1975. In-8° broché, 137 p., (collection « Cahiers Libres », n° 302), bel exemplaire.
En quatrième de couverture :
   Ces derniers temps ont été marqués, dans l'aire européenne, par des événements d'une portée considérable : le renversement des dictatures militaires au Portugal et en Grèce, l'accélération caractéristique du pourrissement du régime franquiste en Espagne, dont le renversement est désormais à l'ordre du jour.
   Or, la voie suivie dans la chute des dictatures portugaise et grecque, ainsi que le processus en œuvre en Espagne posent une série de questions importantes, qui sont encore loin d'être éclaircies. Elles s'articulent, pour l'essentiel, sur un point précis : les régimes portugais et grec n'ont « apparemment » pas été renversés par un mouvement insurrectionnel massif, ouvert et frontal des masses populaires ; pas davantage par une intervention militaire de l'étranger, comme ce fut le cas pour le nazisme allemand et le fascisme italien. Quels furent donc les facteurs qui ont déterminé leur renversement, et comment l'intervention des masses populaires s'est-elle exprimée ?
   Ces questions concernent de nombreux pays qui, comme le Portugal, la Grèce et l'Espagne, relèvent de la zone de dépendance par rapport aux métropoles impérialistes, et qui, eux aussi, présentent des régimes de la forme d'État capitaliste d'exception, c'est-à-dire de guerre ouverte contre les masses populaires : fascismes, dictatures militaires, bonapartismes.
   Enfin, certaines de ces questions concernent également les pays européens dits « industrialisés » et « libres ». La Grèce, le Portugal et l'Espagne sont caractérisés par une dépendance très particulière : ces pays ne relèvent plus de la situation dite de « sous-développement » et, par leur structure économico-sociale, ils se situent dans l'aire européenne. Les événements qui s'y déroulent concernent ainsi directement les autres pays européens.

10 euros (code de commande : 14844).

 

Les premières civilisations. Par Gustave Fougères, Georges Contenau, René Grousset, Pierre Jouguet, Jean Lesquier. Quatrième édition revue et augmentée. Paris, Alcan, 1938. In-8° broché, VI, 495 p., trois cartes hors texte à déplier, (collection « Peuples et Civilisations - Histoire Générale », n° I), cachet ex-libris à la page de faux-titre, couverture un peu défraîchie.
Table des matières :
   Avant-propos.
   Introduction : I. Le domaine des premières civilisations historique. - II. Le Nil et l'Égypte. - III. Les régions historiques de l'Asie antérieure. - IV. La Grèce et les îles de la Méditerranée orientale. - V. Les trois groupes historiques du monde oriental.
   Livre I : Les premiers royaumes et les premières civilisations depuis les temps préhistoriques jusqu'au deuxième millénaire avant J.-C.
      Chapitre I : La civilisation de l'Égypte archaïque et les premiers pharaons : I. L'Égypte préhistorique. - II. Le morcellement politique de l'Égypte primitive. - III. La conquête de l'Égypte du nord par les rois du sud et l'unification de l'Égypte. - IV. L'organisation du royaume égyptien sous la monarchie thinite. V. Les religions de l'Égypte archaïque.
      Chapitre II : L'achèvement de l'unité égyptienne : la monarchie memphite (3000-2200 avant J.-C.) : I. La monarchie memphite. - II. Les institutions de l'Égypte sous la monarchie memphite. - III. La civilisation égyptienne sous la monarchie memphite. - IV. L'art de l'époque memphite. - V. L'évolution religieuse.
      Chapitre III : L'Égypte sous la première monarchie thébaine (2200-1800 avant J.-C.) : I. La chute de la royauté memphite et l'établissement de la dynastie thébaine. - II. Le pouvoir royal sous la douzième dynastie. - III. Les transformations religieuses et sociales. IV. L'expansion égyptienne. - V. Les arts aux XXe et XIXe siècles. - VI. La littérature sous la première monarchie thébaine.
      Chapitre IV : Les civilisations archaïques de l'Asie occidentale et le premier royaume sumérien : I. La civilisation archaïque en Élam. II. Les civilisations archaïques d'Asie Mineure, de Syrie et de Palestine. - III. La civilisation sumérienne primitive. - V. Les premières royautés sumériennes.
      Chapitre V : L'entrée des Sémites dans l'histoire : Le royaume d'Agadé : I. L'origine des Sémites. - II. Le royaume sémite d'Agadé.
      Chapitre VI : Le second royaume sumérien (2475-2358 avant J.-C.) : I. L'invasion et la domination des Gouti. - II. La ville de Lagash au temps de Goudéa. - III. Le royaume de Sumer sous les premiers rois d'Our. - IV. La chute de la dynastie d'Our.
      Chapitre VII : Le premier royaume de Babylone : I. Les dynasties d'Isin et de Larsa. - II. L'œuvre administrative et législative de Hammourabi. - III. La civilisation en Mésopotamie au temps de Hammourabi. - IV. Les rapports de la Babylonie avec la Syrie au temps de Hammourabi : le clan d'Abraham.
      Chapitre VIII : Le monde égéen jusqu'à la fin du troisième millénaire avant J.-C. : I. La Grèce avant les Grecs d'après la tradition : les Pélasges. - II. Le monde égéen à l'époque néolithique. - III. Le monde égéen au troisième millénaire.
   Livre II : Les migrations indo-européennes et les premiers empires, du XXe au XIIe siècle avant J.-C.
      Chapitre I : Les Indo-européens et leurs premières migrations : I. Hypothèses sur les origines indo-européennes. - II. Le fonds commun de la civilisation indo-européenne. - III. Les premières migrations indo-européennes.
      Chapitre II : Le contre-coup des premières migrations indo-européennes en Orient : les grandes invasions des Hittites des Kassites et des Hyksôs (1925-1580 avant J.-C.) : I. Les origines du peuple hittite. - II. La grande invasion hittite du XXe siècle et la conquête de Babylone par les Kassites. - III. L'invasion des Hyksôs en Égypte.
      Chapitre III : La riposte de l'Égypte : l'empire thébain et la civilisation égyptienne aux XVIe et XVe siècles avant J.-C. : I. La restauration du pouvoir royal. - II. L'Asie à la veille des conquêtes égyptiennes. - III. Les premières conquêtes égyptiennes jusqu'à la mort de Thoutmès III (1447). - IV. Le rayonnement de l'empire égyptien en Asie. - V. La civilisation égyptienne au temps de l'empire thébain.
      Chapitre IV : La monarchie et la civilisation Crétoises aux XVIe et XVe siècles avant J.-C. : I. Le monde égéen du XXe siècle au début du XVIe avant J.-C. - II. Le monde égéen au début du XVIe siècle avant J.-C. - III. La fondation de l'empire crétois et la légende de Minos. IV : L'empire crétois au temps de sa splendeur. V. La monarchie Crétoise (1580-1450). - VI. L'art Crétois des XVIe et XVe siècles. - VII. Le rayonnement de la civilisation Crétoise aux XVIe et XVe siècles avant J.-C. - VIII. La chute de l'empire crétois.
      Chapitre V : L'expansion achéenne et la civilisation mycénienne, du XVe au XIIIe siècle avant J.-C. : I. La migration achéenne. - II. L'hégémonie de l'Argolide. - III. La civilisation mycénienne. - IV L'expansion achéo-éolienne dans la mer Égée et en Asie Mineure (1400-1100).
      Chapitre VI : L'Asie et l'Égypte au temps de l'empire hittite : I. Les signes avant-coureurs de la décadence égyptienne sous Aménophis IV (1376-1360). - II. L'établissement de la domination hittite en Syrie (1376-1345). III. La guerre égypto-hittite jusqu'à la bataille de Kadesh (1320-1295).
- IV. L'équilibre en Orient : l'alliance entre l'Égypte et l'empire hittite. - V. La civilisation hittite. - VI. L'invasion des « peuples de la mer » et la chute de l'empire hittite. - VII. L'invasion des « peuples de la mer » en Asie Mineure et la guerre de Troie. - VIII. L'invasion des « peuples de la mer » et la chute de l'empire égyptien.
   Livre III : Les nouvelles forces du monde antique, du XIe au VIe siècle avant J.-C.
      Chapitre I : Les peuples de Syrie et de Palestine avant les conquêtes assyriennes : I. Les Philistins. - II. Les Phéniciens. - III. La Syrie du nord. - IV. La Palestine et l'arrivée des Hébreux. - V. La fondation du royaume d'Israël : Saül et David. - VI. Le royaume d'Israël sous le règne de Salomon (975-935). - VII. La religion d'Israël.
      Chapitre II : Les peuples d'Asie Mineure et des marches mésopotamiennes du nord et de l'est : I. L'île de Chypre. - II. La Cilicie. - III. La Pamphylie et la Lycie. - IV. La Carie. - V. La Lydie. - VI. La Phrygie. - VII. Le royaume hittite de l'Euphrate. - VIII. Les pays araméens. IX. La Cappadoce et ses confins septentrionaux. - X. Les marches mésopotamiennes du nord : Ourartou et Mannaï. - XI. Les marches mésopotamiennes de l'est : Gouti, Elam, Caldou. - XII. La Médie et la Perse. - XIII. Le désert syrien. - XIV. Les conditions respectives de la Mésopotamie et de son entourage.
      Chapitre III : L'empire assyrien : I. Les origines de l'empire assyrien. - II. L'Assyrie sous Assour-Nasir-Pal (884-859). - III. Les conquêtes de Salmanasar III (859-824). - IV. L'empire de Téglath-Phalasar III et de Sargon II (746-705). - V. Sennachérib et la conquête de la mer. - VI. La conquête de l'Égypte (670-663). - VII. L'apogée de l'Assyrie sous Assourbanipal. - VIII. La chute de l'empire assyrien.
      Chapitre IV : L'invasion dorienne et la formation de la Grèce hellénique du XIe siècle à la fin du VIe : I. L'invasion dorienne. - II. L'organisation générale des États continentaux. - III. L'organisation de l'Argolide. - IV. L'occupation de la Laconie et les origines de l'État Spartiate. - V. L'organisation de l'État Spartiate : Lycurgue. - VI. Les conquêtes Spartiates. - VII. L'organisation de la Thessalie et de la Béotie. - VIII. Les origines de l'État attique. - IX. L'organisation primitive de la cité athénienne.
      Chapitre V : Les institutions de la Grèce primitive jusqu'à la fin du VIe siècle : I. Les formes sociales primitives : du clan patriarcal à la cité. - II. La royauté primitive. - III. L'oligarchie de naissance et la bourgeoisie d'argent. - IV. Révolutions, aisymnètes et législateurs : Dracon, Solon. - V. L'avènement de la démocratie : les tyrans. - VI. La tyrannie à Corinthe, Sicyone et Mégare. VII. La tyrannie à Athènes : Pisistrate. - VIII. L'œuvre de Pisistrate. - IX. Les Pisistratides. - X. Les éléments d'union : le lien religieux. - XI. L'amphictionie pylao-delphique. - XII. L'amphictionie détienne.
      Chapitre VI : L'expansion hellénique : I. Causes et modalités de l'expansion coloniale. - II. L'expansion grecque dans la mer Égée. - III. La colonisation grecque en Asie Mineure. - IV. La colonisation des côtes de Thrace. - V. La colonisation sur les côtes de la Propontide et du Pont-Euxin. - VI. La colonisation grecque en Anatolie méridionale. - VII. La colonisation grecque en Égypte. - VIII. La colonisation grecque en Libye. - IX. L'expansion hellénique en Méditerranée occidentale. - X. Le régime des colonies grecques.
      Chapitre VII : L'art et la civilisation de la Grèce archaïque : I. Le premier archaïsme orientalisant. - II. Ionisme et dorisme en plastique et en architecture. - III. Le style géométrique dans la céramique attique et le dorisme. - IV. L'outillage et l'industrie. - V. Ionisme et dorisme dans la pensée et la littérature. - VI. L'unité morale de l'hellénisme.
      Chapitre VIII : Les Iraniens et la fondation de l'empire perse : I. L'hégémonie des Mèdes et l'empire rnédo-perse. - II. L'hégémonie des Perses : Cyrus et l'empire perso-mède. - III. La guerre entre Cyrus et Crésus : la conquête de la Lydie par les Perses. - IV. La conquête de l'Iran oriental, du lac d'Aral aux sources de l'Indus. - L'annexion de la Babylonie et la fin du second royaume babylonien. - VI. L'Égypte à la veille des conquêtes de Cambyse. -
VII. L'annexion de l'Égypte par Cambyse.
   Conclusion.
   Appendice : Les résultats des dernières fouilles et des dernières recherches (1989-1937).
   Supplément bibliographique - Index.

15 euros (code de commande : 16147).

 

Quelques abbayes cisterciennes. Étude héraldique. Marcinelle, I.E.I.A.S, 2005. In-4° en photocopié, 176 p., nombreuses illustrations en couleurs.
Cette publication réalisée par un groupe d'amateurs passionnés présente les armoieries de chaque abbaye (une septantaine à travers la France, l'Allemagne, la Belgique, L'Angleterre, l'Espagne et Portugal, Israël)accompagnées d'une notice historique.

20 euros (code de commande : Heraldus).

 

Raisonnement et démarches de l'historien. Publié par Chaïm Perelman professeur à l'Université Libre de Bruxelles. Bruxelles, Institut de Sociologie - Université Libre de Bruxelles, 1963. In-8° broché, 151 p., (collection « Travaux du Centre National de Recherches de Logique »), couverture plastifiée, marque manuscrite d'appartenance du professeur Jean-Jacques Hoebanx à la page de garde.
Avant-propos :
   En l'espace de trois ans, le Centre National de Recherches de Logique a consacré neuf séances à l'examen du raisonnement et des démarches de l'historien. Le présent recueil contient l'ensemble des communications présentées, à l'exception du texte de M. H. Haag (Université de Louvain).
   L'accord, au départ, s'était fait sur l'observation que, en histoire, plus que dans toute autre discipline, l'importance attribuée à certains faits ou types de faits est extrêmement variable. Comment se fait-il que, sur ce point notamment, les historiens ne parviennent pas à s'entendre ? À quels multiples niveaux leurs divergences se situent-elles ? Si elles sont dues à ce que l'on attribue aux mêmes événements une importance différente, existe-t-il des critères grâce auxquels une histoire plus objective pourrait être élaborée ? Y a-t-il moyen d'atteindre à l'objectivité en histoire en remplaçant des méthodes impressionnistes par des techniques statistiques permettant, grâce à la quantification, de transformer l'histoire en une science sociale ? Pourquoi l'histoire doit-elle être récrite par chaque génération d'historiens ? Dans quelle mesure l'œuvre de l'historien présuppose-t-elle une philosophie de l'histoire, tout au moins implicite ?
   Les essais qui sont réunis dans ce volume avaient pour but d'engager la discussion, d'une manière aussi concrète que possible, conformément aux habitudes du Centre. Ils sont tous, sauf le dernier, l'œuvre d'historiens de profession et examinent les problèmes en faisant état d'une expérience acquise dans l'étude d'époques différentes et à l'aide de techniques fort dissemblables. Nous espérons que leur juxtaposition, par la diversité des points de vue exposés, contribuera à alimenter la réflexion sur les problèmes essentiels de la méthodologie historique.
Table des matières :
   - Unité ou diversité de la critique historique, par J. Stengers.
   - Structure et quantification. Réflexions sur la science historique, par P. Lebrun.
   - Méthodes et problèmes actuels de la recherche historique, particulièrement dans le domaine de l'histoire du Moyen Âge, par R. Van Caenegem.
   - La notion d'« importance » à la lumière de l'histoire moderne, par J. Craeybeckx.
   - Histoire et reconstitution du passé, par J. Dhondt.
   - Qu'est-ce qui est important dans l'histoire ? Une approche sociologique, par J. Kruithof.
   - L'objectivité en histoire, par A. Simon.
   - Objectivité et intelligibilité dans la connaissance historique, par Ch. Perelman.

13 euros (code de commande : 15277).

 

RAMSEY (Winston G.) — The War in the Channel Islands Then and Now. London, Battle of Britain Prints International, 1981. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 254 p., très nombreuses illustrations, bel exemplaire.
En quatrième de couverture :
   In the established format of the quarterly magazine After the Battle, its Editor, Winston G. Ramsey, looks at the wartime story of the Channel Islands from a « then and now » perspective, illustrated with comparison photographs taken some forty years after the enemy were shown the door.
   Many people will be aware that the Islands were the only British territory occupied by the Germans in the Second World War but it is, perhaps, less generally known that they were fortified out of all proportion to their size, forming as they did a cornerstone of Hitler's Atlantic Wall.
   In this book Alderney, Guernsey, Jersey and Sark are visited and the legacy of their occupation explored. Throughout the chapter on the post-war period, the boom of blasting and crackle of acetylene cutters echoes across the pages, and – lamentably – reverberates still in the account of the Islands as they are today. Holiday-makers with a sense of history (and a comparable sense of hearing) may also catch some intriguing sounds as they discover the uses to which the Islands' hotels were put by their German guests during their five-year stay.
   The book brings together for the first time first-hand accounts of all seven Commando raids in the Channel Islands, for which enthusiasm was not entirely unanimous at the time. There is a complete listing of every military grave in the Islands commemorating the dead of both sides of the First and Second World Wars, and a review of the war museums provides useful information on the variety of relics that enthusiasts have had the foresight to preserve.
   Double-page, annotated aerial photographs form a fascinating visual aspect of the book – among them unique pictures of Sark for which exceptional permission was granted to enter the island's inviolable airspace. Other photographs were only recently discovered and have never been published before.
   As with all After the Battle publications, the location of every comparison photograph has been matched exactly – linking the past with the present and offering a fresh perception of the occupation years with a return to the sites and scenes that were their backdrop.

15 euros (code de commande : 19554).

 

Les Relations financières internationales facteurs de solidarités ou de rivalités. Colloque des 1, 2 et 3 décembre 1977 [par le Centre d'Études Européennes de Waterloo]. Bruxelles, Bruylant, 1979. In-8° broché, 187 p.
Table des matières :
   - Introduction, par J. H. Pirenne.
   - Les relations financières internationales, facteurs de solidarités ou de rivalités, par G. Kurgan-Van Hentenryk.
   - L'internationalisation des structures bancaires, facteur de solidarité ?, par R. Henrion.
   - Une banque privée dans les relations financières de la Belgique au XIXe siècle, par Y. Delannoy.
   - Les relations financières internationales dans l'organisation de la paix aux XIXe et XXe siècles, par J. H. Pirenne.
   - Le rôle de l'arme financière dans la politique extérieure de la France au début du XXe siècle, par R. Poidevin.
   - L'influence des milieux financiers sur la politique extérieure de la France dans les années 1920, par J. N. Jeanneney.
   - Les relations financières de la Pologne entre les deux guerres mondiales (1919-1939), par J. Bardach.
   - Les Pays-Bas et les Indes Néerlandaises, un cas à part, par H. Baudet.
   - L'Europe centrale et orientale dans la stratégie des hommes d'affaires et des diplomates français, par R. Girault.
   - Solidarité entre organismes publics et privés dans le règlement des paiements pétroliers, par H. Willeaume.
   - L'endettement international aujourd'hui : manifestation de solidarité ou menace de conflits, par J. Denizet.
   - Le développement de la coopération entre banques centrales dans les relations monétaires internationales, par J. J. Rey.
   - Deux thèmes de réflexions, par J. Bouvier.
   - En relisant les communications...., par J. Gilissen.

12 euros (code de commande : 16058).

 

REMY (pseudonyme de Gilbert Renault, dit Colonel) — Les mains jointes (1944). Préface de Francis Pickens Miller. Suite des Mémoires d'un agent secret de la France libre. Monte-Carlo, Solar, 1949. In-8° broché, 277 p., illustrations hors texte, bon exemplaire en grande partie non coupé.
Table des matières :
   Introduction.
   Préface, par le colonel Francis Pickens Miller.
   Chapitre I. Londres, décembre 1943. Je me vois interdire par mes chefs mon retour en France. On me confie la direction française du plan tripartite Sussex. Je fais accepter le principe de la mission préparatoire Pathfinder, qui sera dirigée par le commandant Saubestre, assisté de Jeannette et de Lucien. La discrétion anglo-saxonne, mauvais tour qu'elle manque de me jouer. Je pars pour Alger afin d'y recruter des volontaires dans le cadre de notre plan. Alger au mois de janvier 1944. Visite au général de Gaulle.
   Chapitre II. Retour à Londres. Les Pathfinders sont partis. Récit de Jeannette. Fin héroïque de trois de nos équipes Sussex. Ayant achevé sa mission, mon ami Pierre Binet, dit Lucien, meurt pour la France avec trois de ses camarades, suivi dans son sacrifice, à quelques mois de distance, par son ami Claude-Yves de la Bruchollerie.
   Chapitre III. Le secteur Alsace-Lorraine du réseau C.N.D. Richard Cœur de Lion, Adrien Sadoul et Jean Bertin. Le colonel Andlauer. Magnifique conduite de Jean-Paul Lacour. Intervention de la Gestapo, arrestation de Richard, fuite des deux Kléber. Sadoul devient chef de maquis, tandis que Bertin fait partie du comité directeur du mouvement « Prisonniers ». Son arrestation, son supplice. Départ pour l'Allemagne.
   Chapitre IV. Extraordinaires aventures de Roger Hérissé, dit Dutertre, de Louis Prache, dit Debey, et de Claude Thierry-Mieg, dite Janine. Superbe conduite de celle-ci.
   Chapitre V. Ma mère, mes sœurs, mon frère à Compiègne. Retour à Romainville, libération inopinée de ma mère, d'Hélène, de Jacqueline et de Madeleine, tandis que les Allemands gardent Maisie, Isabelle et Philippe.
   Chapitre VI. Au retour d'une mission aérienne sur la France, notre ami Livry-Level nous apprend la disparition de Charles Pickard, l'un des plus célèbres héros de la R.A.F. Cette mission consistait à pratiquer une brèche dans les murs de la prison d'Amiens afin de libérer les patriotes qui s'y trouvaient enfermés. C'est la fameuse opération « Jéricho », préparée par notre camarade Ponchardier, et exécutée par les Mosquitos de Pickard, qui trouvera la mort après avoir magnifiquement exécuté son plan. Récit du Docteur Odile Regnault.
   Chapitre VII. Arrestation et mort de notre ami le colonel Touny, dit Langlois, chef de l'O.C.M.
   Chapitre VIII. Arrestation de notre ami Albert Carraz, de sa femme et de sa fille. Supplice de notre camarade.
   Chapitre IX. Notre ami Marcel Hébert, dit Simon Grivel, au camp d'extermination de Neue-Bremm. Son transfert à Buchenwaid.
   Chapitre X. Vie de notre vaillant René Carval, patron du « Papillon des Vagues », au camp de Mauthausen.
   Chapitre XI. Un résistant: le docteur Jamart.
   Chapitre XII. Création dé l'escadrille Sussex, dont mon ami Joseph Kessel prend la tête. Le général Kœnig. Quelques considérations nécessaires. Hommage du général Bedell Smith au travail accompli par les réseaux de renseignements.
   Chapitre XIII. Le débarquement. Visite d.u général de Gaulle en Normandie, le 14 juin 1944. Quelques mises au point. Bayeux, Isigny. Les Civil Affairs et le général de Gaulle.
   Chapitre XIV. Mon départ pour la France. La belle histoire des frères Jahaa. Inoubliable spectacle offert par la Manche, devenue un tapis roulant.
   Chapitre XV. Bayeux, juin 1944. Valognes, Canisy. Admirable histoire de la famille Franck.
   Chapitre XVI. Jean-Marie Heyrend et notre ami Alif. Fantastique manifestation du 14 juillet 1944 à la prison de la Santé.
   Chapitre XVII. Les Pères Oblats de La Brosse-Montceaux et la Résistance. Effrayantes tortures du Frère Gilbert Thibeaut capturé par Masuy. Yves Masiée. Son arrestation chez le général Lelong, à Montgeron. Sa fuite. Le 14 juillet 1944 au couvent de La Brosse-Montceaux. Où l'on voit apparaître Joanovici.
   Chapitre XVIII. Le lundi 24 juillet 1944 : sublime et terrible épisode du martyre de cinq religieux à La Brosse-Montceaux. Admirable fin des R.P. Gilbert et Piat, des Frères Cuny, Périer et Nio. William Korf, de la Gestapo. Un festin allemand.
   Chapitre XIX. Arrestation d'Yves Masiée et de ses camarades. Leur fin héroïque, digne en tous points de celle des cinq religieux, leurs amis. La Marseillaise.
   Chapitre XX. La percée d'Avranches. Les F.F.I. d'Antrain. Une Marseillaise à Rennes. Étonnante histoire de Sylvio et de ses compagnons. Hommage sur la tombe de Mme de Gaulle à Paimpont.
   Chapitre XXI. Je retrouve les miens à Vannes. Touchant testament de Madeleine. Les F.F.I. et le préfet du Morbihan. Maisie et Isabelle à Romainville. Le transport du 15 août. Une magnifique famille de résistants : les de Beaufort.
   Chapitre XXII. Jean Sciou, dit Faucon, à Buchenwald. Il est transféré ea France pour complément d'interrogatoire. Son évasion. Hommage au colonel Wachenheim.
   Chapitre XXIII. Libération de Nantes. Des fonctionnaires de Vichy. La montée vers Paris. La Task-Force. L'arrivée dans la capitale.

10 euros (code de commande : 18654).

 

REMY (pseudonyme de Gilbert Renault, dit Colonel) — Une affaire de trahison. Suite des Mémoires d'un agent secret. Avec un poème de Jean Cayrol. Monte-Carlo, Solar, 1947. In-8° broché, 384, [16 (table)] p., illustrations hors texte, exemplaire non coupé et en bon état malgré la couverture partiellement insolée.
Extrait de l'avertissement au lecteur :
   On se souvient que la trahison du misérable Capri avait, en juin 1942, à Bordeaux et ailleurs, mutilé gravement notre réseau. Celui-ci avait continué de vivre, presque moribond pendant plusieurs semaines puis, ses blessures pansées, vivifié par un sang nouveau, s'était relevé plus viril et plus actif que jamais.
   Un individu surnommé Guide, dont le misérable Capri tirait peut-être les ficelles, s'introduisit au printemps 1943 dans le groupe de Bordeaux encore mal reconstitué. Dès le mois d'août, il le trahissait. La cellule de Bordeaux fut rayée de la carte du réseau, notre vieille C. N. D. vacilla une fois de plus sur ses bases, mais elle aurait sans doute retrouvé son équilibre si, au mois de novembre, la traîtrise d'un Tilden n'avait fait ce que Capri n'avait pu achever pour sa part. Notre réseau, fruit de tant de peines, de soins patients, de sacrifices et de renoncements, de joies aussi, et des plus pures, fut détruit de fond en comble en quelques semaines. Cet anéantissement fait l'objet de mon livre.

10 euros (code de commande : 25116).

 

RICHARDOT (Hubert) — Histoire des faits économiques jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Avec la collaboration de Bernard Schnapper. Paris, Dalloz, 1963. In-12° broché, 448 p., (collection « Précis Dalloz »).

8 euros (code de commande : 237/65).

 

RICHARDS (Frank) — Old Soldier Sahib. Introduction by Robert Graves. Uckfield, The Naval & Military Press, 2003. In-8° collé, 310 p., exemplaire en parfait état.
Présentation de l'éditeur :
   Frank Richards is well known for his Old Soldiers Never Die, probably the best account of the Great War as seen through the eyes of a private soldier. Richards served in the trenches from August 1914 to the end in the 2nd Battalion Royal Welch Fusiliers (RWF). Born in 1884 he enlisted in the RWF at Brecon in April 1901, just three months after the death of Queen Victoria. Brecon was the home of the South Wales Borderers (SWB) and the recruiting sergeant there did his best to persuade the new recruit to join the SWB (Rorke’s Drift and all that) but all in vain. What attracted Richards to the RWF was the fact that they had a battalion in China and another in S Africa, and they were the only regiment in the Army privileged to wear the flash – a smart bunch of five black ribbons sewn in a fan shape on the back of the tunic collar. This was a reminder of the days when soldiers wore their hair long, tied at the back in a queue or pig-tail.This is a marvellous book, full of nostalgia as it takes you back to the days of the Empire before the outbreak of the Great War, to that great little army that died on the Western front in 1914 ; it is in fact a prequel to Old Soldiers Never Die. Richards served in India and in Burma and his descriptions of the soldier’s life in those countries in those far off days and his anecdotes make wonderful reading. Kipling described east of Suez as « the place where there ain’t no ten commandments ». For the soldier the prime virtues were courage, honesty, loyalty to friends and a pride in the regiment. In his inimitable style Richards is down to earth though never having to use the four-letter language that is de rigueur today nor was the soldiers’ attitude to the natives very politically correct. As one of his fellow reservists said when they mobilised for war in August 1914 : « There’s only one way to treat foreigners from Hong Kong to France, and that is to knock hell out of them. » Some of his yarns are for the broad minded – witness the « magnificently built » prostitute who chose the date of the Delhi Durbar of 1903 to announce her forthcoming retirement. To celebrate the occasion and as an act of loyalty to the Crown she decided on her final appearance to make herself freely available to all soldiers between the hours of 6 p.m. and 11 p.m. with preference given to old customers; a notice to this effect was pinned on her door. But life in the army wasn’t all bad; Richards served eight years with the colours, nearly all of them in India and Burma, and in those eight years he grew three inches in height and put on three stone in weight. As a reservist he was recalled to the Colours in August 1914 and in the war that followed he was awarded the DCM and MM. This is a superb book !

10 euros (code de commande : 19811).

 

Le rôle des capitaux publics dans le financement de l'industrie en Europe occidentale aux XIXe et XXe siècles. Colloque des 29 et 30 novembre et 1er décembre 1979. Bruxelles, Bruylant, 1981. In-8° broché, 214 p., (collection « Recueil du Centre d'Études Européennes de Waterloo », n° 2).
Table des matières :
   1. Le rôle des capitaux publics dans le financement de l'industrie en Europe Occidentale aux XIXe et XXe siècles, par W. Struys.
   2. Élargissement international de la vocation des entreprises publiques, par H. Neuman.
   3. Les formes juridiques de l'initiative économique publique en Belgique au XIXe siècle, par J. Le Brun.
   4. Capitaux privés et capitaux publics dans l'industrialisation de la Belgique au XIXe siècle. Premiers résultats des recherches, par P. Lebrun, M. Laffut, J. Pirard.
   5. Public capital and heavy inditstry : two Dutch cases of the beginning of twentieth century, par R. W. J. M. Bos.
   6. Financement public et re-démarrage industriel en France, 1944-1950 : une prise de relais ambiguë pour l'investissement, par J. Bouvier.
   7. Le rôle de l'État dans le financement de l'industrie automobile en France, par J. P. Fridenson.
   8. The structure and role of public institutions in the European Community specialising in crédit for indiistrial investment, par D. G. McCleland.
   9. L'influence des capitaux publics et privés dans le développement de l'industrie électrique en Allemagne, par P. Oberlack.
   10. L'entreprise publique en France, au XXe siècle, par M. Gabet.
   11. Mrs. Thatcher's attempt to reduce the role of the state, par W. Keegan.
   12. La complémentarité des capitaux publics et privés, par L. Monnier.
   13. Conclusions, par J.-H. Pirenne.

20 euros (code de commande : 15448).

 

ROMEIN (J.M.) — Apparaat voor de studie der geschiedenis. Nieuwe uitgave door J. Haak met medewerking van W.H. Roobol. Groningen, Wolters, 1964. In-8° sous cartonnage d'éditeur, 176 p., ex-libris manuscrit du professeur Jean-Jacques Hoebanx.
Extrait de l'introduction :
   In het Apparaat heeft Prof. Romein datgene aan de Nederlandse geschiedenisstudenten gebracht, wat hij zelf in zijn studietijd gemist had: de systematiek. Geheel afgezien nog van zijn andere verdiensten voor de geschiedbeoefening verdient zijn naam alleen al vanwege dit initiatief in dankbare herinnering voort te leven bij de velen binnen en buiten de universiteit, die hij hiermee de weg gewezen heeft door het uitgestrekte terrein van de studie in de geschiedenis.
   De tamelijk ingrijpende wijzigingen in de opzet, die de nieuwe uitgave nu vertoont, veranderen niets aan het feit, dat dit boekje het Apparaat van Romein blijft. Ten dele is tot de veranderingen nog in overleg met hem besloten, nadat hij in 1960 de verdere zorg voor het Apparaat aan mij overgedragen had. Ook verder kreeg de nieuwe bewerker volledige vrijheid om datgene te doen, wat hij voor de verhoging van de praktische bruikbaarheid nuttig achtte.
   Het nieuwe in de nieuwe uitgave schuilt voornamelijk in de volgende punten :
      1. Geografische verruiming : alle delen van Europa en alle werelddelen hebben nu een plaats gekregen, zij het een bescheidener plaats dan Nederland, België, Duitsland, Engeland en Frankrijk.
      2. Afdeling I en II bevatten de gebruikelijke rubrieken voor de algemene geschiedenis en de takken van geschiedenis, maar afdeling in brengt deze rubrieken nu ook per land of per werelddeel.
      3. Binnen de rubrieken is door middel van aantekeningen in de marge de aandacht gevestigd op de grote perioden in de geschiedenis : Prehistorie - Oudheid (beide summier; niettemin ook dit een vernieuwing) - Middeleeuwen - Nieuwe Tijd - 20e eeuw (zo nodig).
      4. De aangrenzende wetenschappen hebben moeten wijken voor de sterke uitbreidingen op het gebied van de geschiedwetenschap en haar vele vertakkingen zelf.
      5. De toelichting is onmiddellijk bij de titel geplaatst ; de nummering is doorlopend.

10 euros (code de commande : 16126).

 

ROUX-LAVERGNE — La philosophie de l'Histoire. Paris, La Bibliothèque Nouvelle, 1850. In-12 broché, XX + 328 p., rousseurs, couverture salie, cachet sec d'appartenance.

10 euros (code de commande : 21/63).

 

ROY (Léon) — Dictionnaire de généalogie. Préface de Michel Dorban. Bruxelles, Labor, 2001. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, 711 p., exemplaire en très bel état.
Sur la jaquette :
    D'où vient notre nom ? Avec qui sommes-nous parents ? Nous sommes nombreux à nous poser les mêmes questions. La généalogie permet de rechercher pratiquement tous les membres de notre famille jusqu'au XVIIe siècle et de déterminer les liens exacts de parenté qui nous unissent à chacun d'eux. Cependant, le généalogiste amateur sera souvent amené à lire et à déchiffrer de nombreuses archives. Ce Dictionnaire de Généalogie lui sera un outil efficace et indispensable pour se lancer dans sa recherche. Cet ouvrage rassemble et explique les termes le plus souvent rencontrés. Plus de 15000 termes et locutions utilisés principalement en Belgique et dans les pays limitrophes facilitent la tâche du chercheur. Des définitions en rapport avec la famille, la parenté, la naissance, le baptême, le mariage, le décès, les métiers, les héritages, la vie sociale et politique permettent d'obtenir une multitude de renseignements. Ce dictionnaire sera sans aucun doute d'une aide précieuse pour tous les généalogistes, amateurs ou chevronnés, en quête de leur passé familial.

18 euros (code de commande : 24040).

 

RUCQUOY (A.) — Note sur les fouilles faites en août 1879 dans la caverne de la Bêche-aux-Roches près de Spy. Bruxelles, Hayez, 1887. In-8° broché, 10 p., 2 planches dépliantes, manques à la couverture, hommage de l'auteur.
   Extrait du tome V, 1886-1887 du Bulletin de la Société d'Anthropologie de Bruxelles.
Extrait :
   
À propos de la communication que nous a faite M. le Secrétaire à la dernière séance, relativement aux découvertes effectuées dans la caverne quaternaire de Spy par MM. Lhoest et de Puydt, je crois pouvoir intéresser les membres de la Société en leur montrant les résultats d'une première série de fouilles que j'ai exécutées dans cette même grotte à partir du mois d'août 1879. Ces résultats sont, comme vous le verrez, d'une certaine importance.
   Quelques années auparavant j'avais déjà reconnu dans la caverne de Spy la présence d'ossements et de silex, en y pratiquant quelques sondages ; mais ça n'est qu'au mois d'août 1879 que j'obtins de M. le comte de Beaufort l'autorisation de faire des recherches sérieuses, et c'est le résultat de mes fouilles que j'ai l'honneur de soumettre à l'appréciation des membres de la Société.
   Le nom de la caverne n'est pas « la Biche-au-Bois », comme cela a été dit par erreur, mais bien « la Bèche-aux-Roches », du mot wallon bèche qui signifie bec, parce que, de loin, le rocher où se trouve la caverne a la configuration d'un bec.
   Cette caverne, située dans la pittoresque vallée de l'Orneau (affluent de la Sambre), est située à une vingtaine de mètres au-dessus du niveau de la rivière.

8 euros (code de commande : 14702).

 

SALA-MOLINS (Louis) — Le Code Noir ou le calvaire de Canaan. Paris, Presses Universitaires de France, 1987. In-8° broché, 292 p.

10 euros (code de commande : 260/60).

 

SAPPER (K.) L'alimentation de l'humanité. Son économie - Sa répartition - Ses possibilités. Traduit de l'allemand par George Montandon. Paris, Payot, 1942. In-8° broché, 217 p., (collection « Bibliothèque Scientifique »), exemplaire non coupé.

13 euros (code de commande : 233/69).

 

SCHNAPPER (Bernard) — Les Rentes au XVI siècle. Histoire d'un instrument de crédit. Paris, S.E.V.P.E.N., 1957. In-8° broché, 309 p., (collection « École Pratique des Hautes Études - VIe Section. Centre de Recherches Historiques - Affaires et Gens d'Affaires », n° II), couverture soigneusement plastifiée, exemplaire provenant de la bibliothèque du professeur Jean-Jacques Hoebanx.
Avant-propos :
   
Les instruments de crédit devraient avoir une place éminente dans toute l'histoire économique de l'Ancien régime. Leur nécessité est impérieuse. Ils sont seuls à remédier à la pénurie monétaire dont le Moyen Âge avait cruellement souffert et qui existe encore dans les économies plus actives des XVIIe et XVIIIe siècles. À cette époque encore les plus grands seigneurs, les plus riches personnages n'ont jamais une trésorerie aisée. Pourtant l'épanouissement des instruments de crédit n'était pas sans danger. L'Église s'en était si bien rendue compte qu'elle avait formulé à leur sujet une de ses plus fermes leçons, la prohibition de l'usure. Par elle, l'instrument de crédit par excellence, le prêt à intérêt était interdit. Force était à chacun de remédier au mieux de ses besoins à la prohibition.
   Le prêt sans intérêt, le prêt entre amis, celui que conseillait l'Église, correspondait de moins en moins bien aux besoins d'une économie où l'argent prenait une place croissante. Les marchands avaient un instrument de crédit commode, la lettre de change, qui est maintenant bien connue surtout depuis les travaux de Messieurs Henri Lévy-Bruhl et Raymond de Roover. Mais la lettre de change n'était utilisée que par les marchands. Pour les autres, un seul instrument de crédit restait possible : la rente.
   La rente dont le capital n'est plus exigible a une place à part : elle veut être un instrument de crédit, mais elle ne peut pénétrer dans le monde des affaires. Elle est très fréquente, très pratiquée mais ce n'est pas sur elle que repose le grand commerce.
   Cette institution si nécessaire a eu une singulière infortune, elle a pâti de l'éclat de la lettre de change, du prestige des grandes affaires, elle a été traitée en parent pauvre par les historiens, négligée par eux. C'est une mésaventure bien imméritée qu'il nous a paru urgent de réparer dans la mesure de nos forces.
   Nous ne pouvions songer à étudier sérieusement toute l'histoire des rentes qui ont une ancienneté vénérable. Il nous a paru fructueux d'en considérer la nature juridique et le rôle économique au XVIe siècle parce que cette époque a une importance capitale. Elle est marquée, non seulement par un renouveau économique que les historiens ne se lassent pas de considérer mais encore par un bouillonnement de pensée qui remettait en question tout l'enseignement scolastique. Or les rentes étaient comme les autres instruments de crédit, non seulement un soutien essentiel de l'économie mais encore un centre d'intérêt pour les canonistes. Il était donc inévitable qu'elles subissent une transformation juridique et économique qui sera l'objet propre de ce travail.
   L'évolution juridique des rentes est en rapport étroit avec leur mode d'utilisation pratique, d'où la nécessité d'étudier simultanément ces évolutions parallèles en ayant recours à des sources aussi variées que possible.
   En d'autres termes, il est toujours gravement erroné, et il le serait surtout ici, de séparer l'histoire des institutions de l'histoire économique et sociale. C'est pourquoi nous avons utilisé non seulement des sources officielles, actes royaux, décisions judiciaires, mais aussi les minutes de notaires. Les premières permettent de fixer le cadre légal de l'institution, les autres d'apprécier le rôle des rentes dans la vie économique. Sans doute les unes et les autres sont-elles trompeuses : les sources officielles, parce qu'il y a souvent un hiatus entre la doctrine officielle et la pratique et que les problèmes soumis aux tribunaux ne sont pas ceux qui préoccupent les praticiens, les minutes de notaires parce qu'elles contiennent souvent des clauses de style conservées dans les formulaires par routine, non par nécessité. Seule est fructueuse la difficile confrontation des renseignements fournis par ces sources diverses.
   L'étendue du sujet, la richesse des sources, nous ont obligé à faire quelques sacrifices. Les seules sources judiciaires utilisées directement ont été celles du Parlement de Paris. Heureusement l'étendue du ressort permet d'attribuer à ses décisions une importance primordiale. Quant aux minutes notariales nous n'avons exploité systématiquement que des minutes de notaires au Châtelet de Paris, et nous nous sommes bornés à faire quelques sondages dans des minutes de province à titre de contrôle.
   Plus graves sont peut-être les limitations que nous avons dû apporter à l'objet même de cette étude. Nous n'étudierons les rentes que sous l'angle de leur utilisation par les gens du XVIe siècle et c'est sous cet angle que nous traiterons des rentes de l'Hôtel de Ville. Qu'on ne s'attende pas à trouver ici une étude sur l'utilisation de ces rentes par les finances royales. Quant aux rentes proprement privées nous nous attacherons surtout aux rentes perpétuelles provenant d'un bail d'héritage ou d'une aliénation à prix d'argent. Nous traiterons de manière incidente seulement des rentes viagères et des rentes créées par donation qui jouent dans la vie économique de ce siècle un rôle négligeable.
   Sur cette base nous pourrons cependant généraliser les résultats obtenus. Paris, en effet, a juridiquement comme politiquement, un rôle directeur, et, d'ailleurs, l'évolution des rentes ne se fait pas sous l'influence de facteurs coutumiers et locaux mais sous la contrainte de facteurs économiques et sociaux plus ou moins communs à toute la France.

20 euros (code de commande : 15053).

 

SCHŒLCHER (Victor) — Esclavage et colonisation. Avant-propos par Ch.-A. Julien. Introduction par Aimé Césaire. Textes choisis et annotés par Émile Tersen. Paris, Presses Universitaires de France, 1948. In-8° broché, XI, 218 p., (collection « Colonies et Empires - Collection Internationale de Documentation Coloniale », Deuxième Série : « Les Classiques de la Colonisation », n° 11), couverture défraîchie, rousseurs.
En quatrième de couverture :
   - Avant-propos.
   - Introduction.
   Chapitre I. Les prises de position.
      I. Des noirs.
      II. Pourquoi il faut abolir l'esclavage.
   Chapitre II. La condition servile.
      I. De la traite.
      II. Les ventes d'esclaves.
      III. Les châtiments corporels.
      IV. Pouvoirs discrétionnaires des planteurs.
      V. Un drame de l'esclavage.
      VI. Les conséquences de l'esclavage (1. L'immoralité - 2. Le marronnage. 3. Les révoltes d'esclaves).
   Chapitre III. L'attaque contre l'esclavage.
      I. Il faut détruire le préjugé de couleur.
      II. Une justification de l'esclavage : paresse et barbarie des noirs.
      III. L'Afrique n'est pas dépourvue de toute civilisation (1. Antériorité de la civilisation éthiopienne - 2. Le témoignage des voyageurs européens en Afrique).
      IV. Le problème du travail (1. Les blancs peuvent cultiver les îles - 2. Le travail libre).
      V. Le point de vue religieux.
      VI. L'esclavage, injure à la dignité humaine.
      VII. Périssent les colonies plutôt qu'un principe.
      VIII. Conclusion.
   Chapitre IV. La lutte contre le réformisme.
      I. Impuissance de l'émancipation progressive.
      II. Projet de loi sur l'amélioration du régime des esclaves.
      III. De l'instruction élémentaire et religieuse des esclaves.
      IV. Le clergé colonial et l'esclavage.
      V. La réaction esclavagiste.
      VI. Le problème de l'indemnité.
      VII. La prudence conseille l'abolition.
      VIII. La pétition du 30 août 1847.

   
Chapitre V. L'abolition.
      I. Le décret préparatoire (4 mars 1848).
      II. Rapport de la Commission.
      III. Le décret d'abolition (27 avril 1848).
      IV. Schœlcher justifie les décrets d'abolition.
      V. L'organisation du travail, forme seconde de l'esclavage.
      VI. L'octroi du suffrage universel.
   Chapitre VI. La réaction impériale.
      I. Passeport à l'intérieur.
      II. Fermage et colonage.
      III. Survivance du préjugé de couleur.
   Chapitre VII. Les séquelles de l'esclavage.
      I. Contre le préjugé de couleur.
      II. Le droit de représentation des colonies.
      III. Le droit à l'instruction.
      IV. Progrès intellectuels des Antilles.
   - Bibliographie.
   - Index.

13 euros (code de commande : 22845).

 

[SCHŒLCHER (Victor)]. ALEXANDRE-DEBRAY (Janine) — Victor Schœlcher ou la Mystique d'un athée. Paris, Perrin, 1983. In-8° broché, 360 p., illustrations hors texte.
En quatrième de couverture :
   « L'Histoire, ou plutôt la mémoire oublieuse des hommes, est bien injuste à l'égard de Victor Schœlcher, grande figure trop discrète de notre Panthéon. Quand l'hommage d'une rose présidentielle vint, il y a peu, le tirer de l'ombre, nombre de Français se demandèrent qui se cachait derrière ce nom. Le beau portrait que trace ici Janine Alexandre-Debray rend enfin son vrai visage à celui qui incarna la passion de la Justice. Car Victor Schœlcher fut à la pointe des combats de son siècle contre toutes les injustices. Victor Hugo, dont il était l'ami, disait qu'il était « de cristal ». Homme de courage et de cœur, proscrit sous le second Empire, il ne cessa de dénoncer la plaie de tous les racismes. Toute sa vie, la générosité, les aspirations de son idéal socialiste, son sens de l'homme l'entraînèrent dans d'ardentes croisades pour le respect et l'extension des Droits de l'homme. Il a lutté contre la peine de mort, il a été féministe avant l'heure et, surtout, son nom est lié à jamais à l'abolition de l'esclavage. Après des années de recherches, Janine Alexandre-Debray a écrit, avec une sympathie vivante égale à sa connaissance de l'époque, la grande biographie de ce modeste, trop modeste, et irremplaçable croisé de la Justice. »

13 euros (code de commande : 14127).

 

SCHWARZ (Ernst) — Germanische Stammeskunde. Heidelberg, Carl Winter, 1956. In-8° broché, 248 p., illustrations, (collection « Germanische Bibliothek »), bel exemplaire.
Vorwort :
   « Dieses Buch beabsichtigt, eine Einführung in die germanische Stammeskunde zu geben. Nicht die politische Geschichte steht im Vordergrund, sondern die Herausarbeitung der wichtigsten Tatsachen und die Fragen, die sich nach der Heimat der einzelnen Stämme, ihren Wanderungen, dem Entstehen von Stammesbünden und Reichen ergeben. Es handelt sich um die Stammeszeit, die dem Deutschen Reiche, England und den skandinavischen Staaten vorausliegt. Das politische Schicksal wird soweit gestreift, als es zum Gesamtverständnis notwendig ist. Das Buch soll nicht nur den jetzigen Stand unseres Wissens angeben, sondern auch zu den vielen noch bestehenden Problemen kritisch Stellung nehmen oder sie wenigstens kennzeichnen. Es wird getrachtet, den Blick über die einzelnen Stämme hinweg auf die großen Zusammenhänge des Raumes zu richten.
Über die Stammeszeit des Festlandes hinaus werden noch die Wikingerfahrten und das Eindringen der Slawen nach Mitteleuropa kurz behandelt. Sprachliche und namenkundliche Fragen werden berücksichtigt. Die Fachliteratur wird in den Anmerkungen sparsam genannt, bringt aber das neueste Schrifttum, und es soll dadurch ermöglicht werden, sich in bestimmte Fragen weiter einzuarbeiten. Die Zeittafel soll dazu helfen, die zeitlichen Zusammenhänge schnell zu überblicken. Die Abbildungen dienen dazu, die räumlichen Beziehungen zu veranschaulichen. »

12 euros (code de commande : 13127).

 

[SCUFFLAIRE (Andrée)]. Miscellanea Andrée Scufflaire. Bruxelles, Archives et Bibliothèques de Belgique, 1987. In-8° broché, 371 p., illustrations, (tome LVIII, n° 1-2 de la revue Archives et Bibliothèques de Belgique).
Table des matières :
   - Notice biographique, par M. Soenen.
   - The genealogical Society of Utah's Tribute to Andrée Scufflaire on thé occasion of her retirement, par T. Powell, M. E. Bell et F. Brouwer
   - Bibliographie d'Andrée Scufflaire.
   - L'utilisation des sceaux dans la chancellerie « judicum curiae regiae » en Hongrie aux XIIIe-XIVe siècles, par I. Bertenyi.
   - The importance of containers for the preservation of paper archives, par A. R. Calmes.
   - El sello en las Cancillerias medievales espanolas segun las Partidas de Alfonso X el Sabio y las Ordenaciones de Pedro IV et Ceremonioso, par C. Crespo Nogueira.
   - Ambition et administration de Charles VII avant son avènement à travers ses sceaux (1417-1422), par M. Dalas-Garrigues.
   - Das grosse Siegel des Kanonissenstiftes St. Ursula zu Köln, par T. Diederich
   - Le colmatage des lacunes des papiers anciens aux Archives Nationales – Automatisation du calcul de la quantité de pâte à papier à utiliser, par L. Favier.
   - Massenrestaurierung – Das Beispiel Bückeburg und die zukünftige Entwicklung, par W. Feindt.
   - Méthodes mécaniques utilisées en France pour la restauration du papier (désacidification, colmatage, doublage), par F. Flieder.
   - Domesday conserved and rebound, 1986, par H. Forde.
   - The application of statistical analysis in evaluation of changes in some properties of aged papers, par J. Hanus et M. Komornikova.
   - Konservierung von Spezialpapieren, par D. Konrad.
   - Les problèmes de la garantie de l'intégrité des documents dans les Archives de l'URSS, par K. V. Krestovskaya.
   - Famous collectors, book collections and the state of the art of preservation of library materials in South Africa, par J. Maree et A. Marais.
   - A proposito del numéro dei sigilli d'oro dell'Archivio Segreto Vaticano, par A. Martini.
   - Il avait trouvé le « moulage inoffensif ». À propos de Henri Gomand (1817-1857), par G. MAY.
   - Measures of control and hygiene of records in repositories, par F. Oprea.
   - L'archivage sur microfilm à codes-à-barres au Parlement européen. La Base ARCO (ARchives Courrier Officiel), par J. Schouller, S. Filling et D. Batazzi.
   - Micrographie et archivistique : vingt ans de coopération internationale, par G. Weill.
   - A guide to the preservation and storage of microfilm, par W. D. Wheeler.

25 euros (code de commande : 16560).

 

SEE (Henri) — Matérialisme historique et interprétation économique de l'Histoire. Paris, Félix Alcan, [1927?]. In-12 broché, 136 p., (collection « Études Économiques et Sociales », n° XXVI).
Avant-propos :
   « Ce n'est pas une histoire détaillée de la doctrine marxiste et de son évolution que l'on trouvera dans ce petit volume. Nous nous sommes seulement proposé de décrire la genèse de la conception matérialiste de l'histoire, d'en déterminer le caractère, de la confronter avec les faits contemporains et avec les données de l'histoire. Ne se heurte-t-elle pas à la réalité, telle que la critique historique nous la fait connaître ? Et dans quelle mesure ? Telles sont les questions essentielles que nous avons examinées. En toute impartialité, de la façon la plus objective possible, nous avons tenté d'évaluer la force et la faiblesse d'un e doctrine, qui non seulement a agité pratiquement les masses, mais qui a exercé une grande influence sur l'histoire, l'économie politique et sociale, la sociologie.
   C'est dire que nous nous sommes placé résolument, sinon au-dessus, tout au moins en dehors de tout parti-pris politique ou social. Notre exposé froissera peut-être des convictions sincères et peut-être aussi les adversaires du socialisme chercheront-ils à faire état de certaines de nos critiques, qui ne visent d'ailleurs en aucune façon l'ensemble de la doctrine socialiste. Nous n'avons pas à nous en préoccuper ; nous pensons simplement que les investigations historiques ou philosophiques n'ont à tenir compte d'aucun dogme, quelle qu'en soit la couleur.
   C'est précisément l'attitude que nous avons prise qui donnera peut-être quelque valeur à cet essai. Trop souvent les études consacrées au matérialisme historique ont figure d'apologies ou de diatribes. Il est vrai qu'il a fait l'objet aussi de bons exposés scientifiques, comme ceux de L. Woltmann, E. Seligman, W. G. Simkhovitch, C. Barbagallo. Mais, quel que soit le grand mérite de ces auteurs, aucun n'a entrepris d'étudier la doctrine en. fonction du problème de la connaissance historique. Nous devons cependant beaucoup à nos prédécesseurs, qui ont singulièrement facilité nos propres recherches, et nous avons trouvé aussi un guide précieux dans le pénétrant ouvrage d'Ed. Bernstein (Die Vorattssetzungen des Sozialismus), qui, bien que l'œuvre d'un homme d'action, d'un militant socialiste, est animé d'un remarquable esprit scientifique. »

12 euros (code de commande : 12545).

 

Le Servage. Société Jean Bodin. Réunions des 16, 17 et 18 octobre 1936. Bruxelles. Bruxelles, Falk Fils, 1937. In-8° broché, 332 p.
@ Ce volume publié à l'initiative de l'Institut de Sociologie Solvay, à l'Université Libre de Bruxelles, contient : Le servage dans l'Égypte ancienne sous les XXIe-XXVe dynasties, par Jacques Pirenne ; Les modalités de l'attache à la glèbe dans l'Égypte grecque et romaine, par Claire Préaux ; Le type dorien du servage, par Werner Kamps ; Le colonat dans l'Empire romain, par Paul Collinet ; Paysannerie et grands domaines dans l'Empire byzantin, par Ernest Stein ; L'aspect iranien du servage, par Nicolas Adontz ; L'évolution du servage dans la France coutumière du XIe au XIVe siècle, par Pierre Petot ; La condition des populations rurales dans l'Espagne médiévale, par Charles Verlinden ; Le vilainage anglais et le servage réel et personnel dans la période 1066-1485, par F. Jouon des Longrais ; L'asservissement du paysan russe, par Alexandre Eck ; Les régimes fonciers en Chine, par Henri Maspero ; Le servage dans l'Empire du Japon, par André Gonthier et La notion du servage à la lumière de la méthode comparative, par Alexandre Eck.

30 euros (code de commande : 11046).

 

SHIPLER (David K.) — L'Étoile et le Croissant. Nouvelle édition revue et augmentée. Traduction d'Anita Portier. Paris, Presses de la Cité, 2002. In-8° collé, 636 p., (collection « Document »), exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
   L'Étoile et le Croissant, publié par les Presses de la Cité en 1988 et couronné à l'époque par le prestigieux prix Pulitzer, est aujourd'hui mis à jour par son auteur, David Shipler, l'une des très grandes plumes du journalisme américain.
   Correspondant du New York Times à Jérusalem de 1979 à 1984, David Shipler brossait un tableau fidèle, et aussi proche que possible de l'objectivité, de la situation au Proche-Orient. À l'américaine, autrement dit en mettant l'accent sur les faits, avec de nombreux témoignages à l'appui : ceux des ténors des deux camps mais également – et surtout – d'Israéliens et de Palestiniens « de base ». Les conclusions de ce tour d'horizon n'étaient alors guère optimistes...
   De retour sur le terrain quinze ans plus tard, Shipler a retrouvé ses interlocuteurs d'antan. Ceux-ci lui ont confirmé que le formidable espoir suscité par l'engagement du processus de paix avait cédé la place à un sentiment de « colère personnelle », de « trahison intime », d'un côté comme de l'autre. Et que la montée parallèle des fondamentalismes islamique et juif semblait irrésistible.
   La constatation de l'auteur est à la fois simple et tragique : au lieu de s'améliorer et de tendre vers une situation acceptable pour les deux parties, la situation n'a fait qu'empirer. Dramatiquement et sans solution apparente...
   De 1973 à 1975, David Shipler a couvert la fin de la guerre du Vietnam pour le New York Times. En poste à Moscou de 1977 à 1979, puis à Jérusalem au début des années quatre-vingt, il a suivi pour son journal l'actualité diplomatique depuis Washington jusqu'en 1988. Loin d'être obsolète, son livre demeure d'une actualité brûlante.

10 euros (code de commande : 19772).

 

SILVAIN (Gérard) — Images et Traditions juives. Un millier de cartes postales (1897-1917) pour servir à l'histoire de la diaspora. Préface d'Alain Poher. Paris, Eddl, 2001. In-4° sous cartonnage et jaquette d'éditeur, 476 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, bel exemplaire.
Avant-propos :
   Un livre de plus sur les Juifs ? Si, au fond, cet ouvrage effleure les multiples facettes du fait juif que des milliers de publications ont analysé chacune par le détail, la forme, par contre, en est résolument originale.
   La carte postale est un document. D'un format standard, elle a véhiculé par l'image et le texte tous les aspects du Judaïsme. Elle a permis la plupart du temps à des non-Juif s, au hasard d'un achat non motivé, de faire connaître à leurs proches les communautés dispersées à travers le monde. Elle a ainsi révélé et préservé les particularismes inconnus de la Diaspora.
   Images et Traditions juives a été réalisé à partir de cartes postales publiées entre 1897 et 1917 à l'exclusion de tous autres documents.
   Ces dates, je ne les ai pas choisies, elles m'ont été imposées par l'histoire.
   1897 - Révision du procès intenté par l'armée à l'un des siens, le capitaine Alfred Dreyfus, accusé et condamné injustement, parce que Juif, d'avoir trahi son pays, la France, qu'il aimait passionnément.
   Ouverture du premier congrès sioniste à Bâle, première manifestation d'une démarche obstinée qui conduira vingt ans plus tard à la Déclaration Balfour.
   Création en Lithuanie russe de l'Algemeyer Yidisher Arbeter Bund, parti socialiste juif antisioniste.
   1917 - Entrée des troupes britanniques à Jérusalem, prélude à l'effondrement de l'Empire ottoman.
   Le lecteur sera donc parfois surpris de ne point trouver à leur place alphabétique les nations d'aujourd'hui, alors partagées ou annexées. En effet, j'ai voulu les replacer dans les limites géographiques imposées par l'histoire.
   Pour chaque pays, j'ai adopté le classement suivant : lieux géographiques ; tours, rues, ghettos, mellahs, etc. ; synagogues ; cimetières ; écoles, hôpitaux, maisons de retraite, etc. ; petits métiers ; scènes et types ; territoires annexés ; guerre de 1914-1918, arts, musique, célébrités, etc. ; antijudaïsme ; pogroms. Il va sans dire que les circonstances font que ce cadre n'a pu être toujours systématiquement rempli.
   Chacun des chapitres est précédé d'une introduction que je dois à l'amitié de grandes signatures. Que ces auteurs trouvent d'abord ici l'expression de mes remerciements, ainsi que Jean-François Sauphar, Alain Zilbering, le docteur Jean Kohn et Francine Szapiro qui ont bien voulu guider mes recherches ou m'honorer de leurs conseils. Sans l'aide amicale de la galerie Saphir, bien des noms prestigieux ne figureraient pas dans ce livre. De très nombreux renseignements ont été puisés aux sources de l'Encyclopédia Judaïca.
   « Je ne doute pas – a bien voulu m'écrire le Président Alain Poher – que les lecteurs de ce recueil ne découvrent ou ne redécouvrent avec intérêt, sous une forme particulièrement parlante, une matière qu'ils peuvent mal connaître ou même ignorer. »
   Comment manifester un autre souhait après celui formulé par le second personnage de l'État ?
Table des matières :
   - Le Juif errant.
   - L'Espéranto.
   - Les Communautés dans la Diaspora : Abyssynie, Allemagne, Autriche-Hongrie, Belgique, Bulgarie, Espagne, Maroc du Nord, États-Unis, France, Algérie, Maroc, Tunisie, Côte française des Somalis, Grande-Bretagne, Canada, Gibraltar, Égypte, Les Indes, Nouvelle-Zélande, Transvaal, Grèce, Italie, Lybie, Luxembourg, Pays-Bas, Curaçao, Perse, Roumanie, Russie, Suisse, Turquie et Empire Ottoman, Irak, Liban, Syrie, Yemen.
   - La vie religieuse.
   - Le sionisme.

25 euros (code de commande : 24938).

 

La Société juive à travers l'Histoire. Sous la direction de Shmuel Trigano. Tomes I et II (sur 4). Paris, Fayard, 1992. Deux volumes in-8° sous reliures d'éditeur, 782 et 632 p.
En quatrième de couverture :
   Comment peut-on écrire l'histoire d'un peuple dépourvu si longtemps d'assise territoriale, de langue commune et de pouvoir central ? Et pourtant, il n'y a pas de doute que, en dépit de leur dispersion, se sont tissés et maintenus entre des communautés établies sur l'ensemble de la planète, au cœur des nations et des empires dans toutes les aires de civilisation, de solides liens. Cette unité a engendré des structures collectives et des institutions d'une fermeté et d'une souplesse qui ont défié le temps et les épreuves : les conflits, les schismes, les tensions propres à toute vie sociale, les persécutions n'en sont jamais venus à bout. Le « peuple du Livre » a en effet inventé un système où la parole délivrée au Sinaï à Moïse s'est accommodée de situations d'une extrême variété.
   C'est à travers une histoire non plus événementielle – qui a été faite souvent – mais plutôt sociale, culturelle et institutionnelle, confiée à des spécialistes venus de disciplines multiples et originaires de trois continents que l'honnête homme d'aujourd'hui trouvera un chemin dans les arcanes d'un monde à la fois familier et largement méconnu. Au long de quatre volumes d'une richesse et d'une diversité inégalées, soixante auteurs composent une fresque grandiose qui éclaire trente siècles d'une histoire à nulle autre pareille.
   Le tome premier évoque, depuis la Babylonie médiévale jusqu'à l'Allemagne des Lumières en passant par la Pologne du Congrès et la société israélienne d'aujourd'hui, le caractère central du Livre dans la vie des Juifs comme peuple et les acteurs sociaux qui ont pris part à cette histoire.
   Le tome second (Les Liens de l'Alliance) traite des cadres institutionnels (le droit, le pouvoir, l'espace, la famille...) dans lesquels s'est déployée la vie des communautés juives ; l'Alliance en constitue le modèle le plus fort.
Tables des matières :
   Tome I :
   - Avertissement.
   - Avant-propos : Une sociologie historique du judaïsme, par Shmuel Trigano.
   1. Les pouvoirs du texte :
      - Texte et société : histoire du texte révélé, par José Faur.
      - Le savoir et le pouvoir : pour une histoire du rabbinat à l'époque pré-moderne, par Robert Bonfil.
      - La classe intellectuelle :
         - Deux écoles piétistes : les hasidei Ashkenaz et les soufis juifs d'Égypte, par Paul Fenton.
         - La controverse maïmonidienne : deux figures de l'intellectuel juif, par Shmuel Trigano.
         - L'intellectuel juif moderne, par Paul Mendes-Flohr.
      - Crises et mouvements messianiques, par Stephen Sharot.
   2. Configurations sociales :
      - La société israélite à l'époque biblique jusqu'à la destruction du premier Temple, par Hanokh Reviv.
      - La société juive à l'époque du second Temple : prêtrise et autres classes, par Menahem Stern.
      - Dimensions socio-politiques des origines et du développement du karaïsme, par Martin A. Cohen.
      - La société juive en terre d'islam aux VIIe-XIIe siècles, par Menahem Ben Sasson.
      - La structure sociale du judaïsme allemand au Moyen Âge, par Abraham Grossman.
      - Le mouvement hassidique à ses débuts : aspects sociaux, par Emmanuel Etkes.
      - La fin de la kehila. Forces sociales dans la société juive d'Europe centrale et orientale aux XVIIe et XVIIIe siècles, par Lionel Kochan.
      - Processus de modernisation en terre sépharade, par Esther Benbassa.
      - La société juive nord-africaine en système colonial du XIXe au XXe siècle, par Michel Abitbol.
      - La société juive dans le royaume de la Pologne du Congrès (1860-1914), par Gershom Bacon.
      - La société israélienne contemporaine : une société révolutionnaire en transition, par Samuel Eisenstadt.
   Tome II :
   1. Les liens de la Constitution :
      - Fondements de la politie juive, par Daniel J. Elazar.
      - La halakha comme norme socio-constitutionnelle, par Gerald J. Blidstein.
      - Les figures du pouvoir, par Stuart A. Cohen.
   2. Les formes de l'institution :
      - Le second Temple comme institution économique, sociale et politique, par Jackie Feldman.
      - Les institutions sociales médiévales : les logiques de la charité collective et de l'association, par Yom Tov Assis.
      - Défense, assistance, continuité, fondation : les institutions sociales modernes, par Evyatar Friesel.
      - Les institutions économiques d'avant la modernité, par Yom Tov Assis.
      - Les yeshivot dans la société juive traditionnelle, par Mordekhai Breuer.
      - L'éducation juive moderne de l'époque de la Haskala à la fondation de l'État d'Israël, par Yaakov Iram.
   3. Les liens de l'amour :
      - Mariage et vie conjugale à la fin du Moyen Âge, par Jacob Katz.
      - Amour et famille en Europe centrale, par Jean Baumgarten.
      - L'amour et la famille chez les Juifs d'Europe orientale à l'époque moderne, par Shaul Stampfer.
      - La famille sépharade dans la diaspora du XXe siècle, par Joëlle Bahloul.
   4. Le cadre de la socialité :
      - Le quartier juif : comparaisons européennes, par Agnès Vince.

Les deux volumes : 30 euros (code de commande : 16445).

 

SORIA (Georges) — La parole a été donnée au peuple. Yougoslavie 1945. Paris, La Bibliothèque Française, 1946. In-8° broché, 268 p.
@ L'historien Georges Soria fut un fervent promoteur des relations franco-soviétiques ; c'est en tant que correspondant du journal Ce Soir qu'il fut invité par les autorités yougoslaves à se joindre à un groupe de journalistes internationaux pour une visite de la jeune république auréolée de sa lutte contre l'occupation nazie.
Avant-propos :
   « Ce livre ne prétend pas être une étude approfondie sur la Yougoslavie. Pour dire ce qu'est la Yougoslavie nouvelle il faudrait tout d'abord pouvoir retracer l'épopée légendaire de son peuple de 1941 à 1945. Or l'histoire de la résistance yougoslave ferait à elle seule l'objet de plusieurs livres.
   Aussi ces pages n'ont-elles que l'ambition d'introduire la Yougoslavie nouvelle, je précise bien la Yougoslavie d'après la Libération, au lecteur pour qui ce pays n'est qu'un vaste point d'interrogation et un objet d'admiration. Ce livre n'est pas non plus une étude politique sur les formes nouvelles que la démocratie a prises en Yougoslavie ; j'ai essayé tout simplement de dire dans ces pages comment le peuple yougoslave fait face à son destin. Dans quel état les dévastations opérées par les Allemands ont-elles laissé la Yougoslavie ? Comment le peuple yougoslave envisage-t-il la question de ses frontières ? Quelles sont ses aspirations au point de vue social ?
   Si d'aventure mes collègues qui ont fait avec moi ce voyage recueillaient leurs notes dans un livre, l'on y trouverait les mêmes scènes, les mêmes faits. Certes, les conclusions auxquelles chacun de nous arriverait ne seraient pas identiques : tous les hommes ne sont pas faits de la même pâte, tous les hommes n'ont pas le même fond d'idées commun. Mais je crois qu'il se dégagerait de ce même respect que, les uns et les autres, si différents par nos goûts, par notre formation, par nos aspirations, avons éprouvé pour le peuple yougoslave au cours de notre séjour en Yougoslavie. Il est bien entendu que ce que je dis là ne constitue et ne prétend constituer un endossement par mes collègues de ma manière de voir une certaine réalité. Je reste ce que je suis : c'est-à-dire un homme passionnément intéressé à l'éclosion de nouvelles synthèses sociales et nationales et pour qui le goût de la liberté et de l'enthousiasme populaire, créateur, vivifiant est l'une des raisons d'espérer en un monde meilleur. C'est dans cet esprit que j'ai écrit ces pages, et c'est dans cet esprit que je les livre au lecteur.
   Qu'il me soit encore permis de remercier ici les autorités yougoslaves et à leur tête le Maréchal Tito, pour l'hospitalité généreuse, l'hospitalité si typiquement slave qu'ils nous ont offerte tout au long de notre voyage. »

9 euros (code de commande : 11735).

 

Splendeurs d'Espagne et les villes belges 1500-1700. Tomes I et II. Bruxelles, Crédit Communal, 1985. Deux tomes en un volume sous reliure et jaquette d'éditeur, 694 p., très nombreuses illustrations en noir et en couleurs, très bel exemplaire du tirage de luxe.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Palais des Beaux-Arts, à Bruxelles, du 25 septembre au 22 décembre 1985, dans le cadre des manifestations « Europalia 85 España ».
Table des matières :

   - Préface, par Luis Gonzales Seara et Herman Liebaers.
   - Préface, par François Narmon.
   - Aperçus historiques et artistiques sur l'Espagne et les Pays-Bas méridionaux aux XVIe-XVIIe siècles.

   - La Belgique, l'Espagne et l'Europe, par Luis Diez del Corral.
   - Le cadre géographique et institutionnel de l'Espagne, par Francisco Tomas y Valiente et José Luis Bermejo Cabrero.
   - Le cadre géographique et institutionnel des Pays-Bas espagnols, par Léon Voet.
   - Histoire politique de l'Espagne et des Pays-Bas méridionaux aux XVIe et XVIIe siècles, par Manuel Fernández Alvarez.
   - Espagne et « Provinces belgiques » : deux siècles d'histoire commune, par Alain Lottin.
   - L'économie espagnole aux XVIe et XVIIe siècles, par Gonzalo Anes y Alvarez de Castrillón.
   - L'économie citadine dans les Pays-Bas méridionaux et dans la principauté épiscopale de Liège aux XVIe et XVIIe siècles, par Herman Van der Wee.
   - La sensibilité religieuse en Espagne au Siècle d'Or, par Antonio Dominguez Ortiz.
   - Le sentiment religieux et son impact sur l'art des Pays-Bas méridionaux, 1500-1700, par Frans Baudouin.
   - Les fêtes espagnoles et leur rythme, par Julio Caro Baroja.
   - Fêtes, cortèges et réjouissances aux Pays-Bas méridionaux. Cérémonial de cour et traditions urbaines, par Jean-Marc Dupluvrez.
   - L'humanisme, les Pays-Bas et l'Espagne, par Jozef IJsewijn.
   - Littérature espagnole et néerlandaise : les influences mutuelles, par Simon Anselmus Vosters.
   - L'activité scientifique et technique dans l'Espagne du XVIe siècle, par José M
a López Piñero.
   - Sciences et techniques dans les Pays-Bas à l'époque espagnole, par Antoine De Smet.
   - Mécénat espagnol et art flamand au XVIe siècle, par Jan Karel Steppe.
   - Mécénat espagnol et art flamand au XVIIe siècle, par Arnout Balis.
   - L'art des Pays-Bas méridionaux et de l'Espagne aux XVIe et XVIIe siècles. Influences et relations, par Matías Díaz Padrón.
   - Musique flamande et musique espagnole en Espagne, 1450-1550, par José López-Calo.
   - La musique dans les Pays-Bas espagnols, par Paul Becquart.
   - Catalogue :
         - Regard sur l'exposition
         - Auteurs des notices de catalogue.
         - Le territoire.
         - La politique.
         - La religion.
         - Vie de cour et vie des gens.

   Bibliographie.

30 euros (code de commande : 15568).

 

Stedenspiegel. Den Haag, Gemeentemuseum, 1964. In-8° oblong broché, 150 p., 72 planches hors texte, couverture un peu défraîchie.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition organisée pour le 50e anniversaire de la Bank voor Nederlandsche Gemeenten.
Table des matières :
   - Ten geleide, par A. Vogel.
   - Nederland - Stedenland, par G.J. de Voogd.
   - Stedelijke cultuur in de Romeinse tijd, par A.N. Zadoks-Josephus Jitta.
   - De handel in de middeleeuwen, par C.J. Du Ry.
   - De Bisschopsstad, par J.E.A.L. Struick.
   - De grafelijke stad, par H.P.H. Jansen.
   - Op eigen kracht naar macht, par T.R. Mulder.
   - Bloei en neergang. 17e en 18e eeuw, par L.J.F. Wijsenbeek.
   - Van stad tot gemeente, par D.H. Couvée.
   - Op zoek naar een nieuwe vorm, par K. Wiekart.

10 euros (code de commande : 21972).

 

STOREY (Neil R.) — The Royal Norfolk Regiment. Stroude, Sutton, 1997. In-8° collé, 159 p., très nombreuses illustrations, (collection « Britain in Old Photographs »), exemplaire en très bel état, épuisé au catalogue de l'éditeur.
En quatrième de couverture :
   The Royal Norfolk Regiment in Old Photographs is an intriguing photographic portrait of one of the country's finest old county regiments. Most of the photographs are from the author's own unique collection, and many have never been published before. They offer a fascinating insight into the life of the Regiment, from its origins in the seventeenth century to its involvement in the Second World War, Korea, and with more recent peacekeeping duties in Cyprus. All aspects of military life are recorded: weapons, equipment and uniforms, as well as details of manoeuvres, training and tactics.
   The outstanding gallantry and service of the Regiment is recalled, including the stories and photographs of the five men awarded the Victoria Cross for bravery displayed during the Second World War – more than any other regiment. Also remembered is the diversity of the units which have featured in the Regiment's history, from the Militia to the Volunteers, Territorials to Regulars, as well as the all too often forgotten National Servicemen.
   Complemented by an informative and well-researched text by one of the foremost authorities on the Regiment, this photographic collection stands not only as a unique history in honour of a beloved county regiment, but also as a tribute to it and to all who served with it.

25 euros (code de commande : 21208).

 

Studia Diplomatica. Vol. XLVI : 1993, n° 1. Bruxelles, Institut Royal des Relations Internationales, 1993. In-8° broché, 96 p., pli à la couverture.
Ce volume contient :
   - Current Conditions of German Monetary Policy and the Steps toward European Monetary Union, par Helmut Schlesinger.
   - Sécurité et droits de l'Homme dans la Baltique, par Romain Yakemtchouk.
   - The Peace Process. Israel's Vision for Regional Peace, par Josi Beilin.
   - De Belgische ontwikkelingssamenwerking, par Erik Derycke.
   - Les destins du Caucase, par J.-H. Pirenne.

10 euros (code de commande : 16092).

 

Taschenbuch der Zeitrechnung des Deutschen Mittelalters und der Neuzeit. Entworfen von Dr. H. Grotefend. Achte verbesserte auflage. Herausgegeben von Dr. O. Grotefend. Hannover, Hahnsche Buchhandlung, 1948. In-8° sous cartonnage d'éditeur, 216 p., couverture plastifiée, ex-libris manuscrit du professeur Jean-Jacques Hoebanx.
Table des matières :
   1. Systematischer Teil : Grundlagen der Zeitrechnung - Festrechnung - Jahresbezeichnung - Jahresanfang - Jahresteilung - Tagesbezeichnung - Tagesteilung - Kalenderverbesserung - Revolutionskalender.
   2. Alphabetisches Verzeichnis.
   3. Regierungsjahre der deutschen Könige und Kaiser.
   4. Regierungsjahre der französischen Könige und Kaiser.
   5. Regierungsjahre der englischen Könige.
   6. Pontifikatsjahre der Päpste.
   7. Anweisung zur Datenberechnung.
   8. Titeln : Sonntagsbuchataben - Wochentage - Goldene Zahlen - Cyklische Neumonde alten Stils - Ostertag - Ostergrenzen, Claves, Regularen, Epakten alten Stils - Ostergrenzen neuen Stils bis 2299 - Indiktion - Römischer Kalender - Revolutionskalender, Jahresübersicht - Revolutionskalender, Monatstage - Die 35 Kalender - Übersicht der Festzahlen alten Stils - Featzahlen, 84 jähriger Cyklus 550-723 - Festzahlen, alter Stil, 550-1699 - Featzahlen, England (Julianische) und Schweden 1700-1752 - Festzahlen, neuer Stil, 1582-2099 - Römischer Kalender (Wiederholung).

12 euros (code de commande : 16088).

 

[TAVERNIER (Lodoïs)]. TAVERNIER (André) — L'idée de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l'acier) de par sa nécessité. Lodoïs Tavernier, un père de l'Europe oublié. Préface de Francis Balace. Waterloo, Avant-Propos, 2014. In-8° collé, 233 p., illustrations.
   Lodoïs Tavernier est né à Nimy en 1892, il fait ses humanités au Collège Saint-Stanislas à Mons et ses études d'ingénieur civil des Mines à l'École Polytechnique de Mons. Après la Première Guerre mondiale, il est ingénieur des mines aux charbonnages des Hamendes à Jumet et Deschassis à Lodelinsart jusqu'en 1925. Il continue sa carrière au Portugal pour revenir en Belgique où il exercera aux Société des Produits chimiques Coignet, Gélatines Hasselt et Vilvorde et Gélatines d'Hyon jusqu'en 1953. Son décès survient en 1957, il travaillait alors au Centre d'Études de l'énergie nucléaire.
   Son petit-fils retrace ici son itinéraire à travers de nombreux documents.
En quatrième de couverture :
   Un ingénieur, Lodoïs Tavernier, avait compris, dès le début de la Seconde Guerre mondiale, le rôle primordial joué par le charbon dans la force de frappe allemande. Début 1944, il devint président du Comité des experts du charbon pour le Comité interallié. Cinq mois plus tard, il remit son rapport officiel aux Alliés, expliquant l'importance de la maîtrise du réservoir potentiel énorme de charbon que constitue la Ruhr allemande pour éviter tout nouveau conflit futur. À ses yeux, l'unique solution viable était de mettre sur pied une Régie de contrôle des productions de charbon, chapeautée par l'Union des pays y participant. Il s'agissait de la CECA, la Communauté européenne du charbon et de l'acier, dont l'idée sera reprise en 1950 par Monnet et Schuman.
   De 1945 à 1947, il se battit pour cette idée, multipliant les conférences et envoyant des tirés à part à des chefs d'État, des ministres, des industriels et des scientifiques, communiquant sur les radios belge et française. De nombreux articles de presse en parlèrent. Toutes les archives d'époque qui en attestent sont présentées dans cet ouvrage. Par son idée et son combat, Lodoïs Tavernier apparaît comme le véritable Père de la CECA, instrument d'entente et d'unité qui valut à l'Union européenne le prix Nobel de la Paix en 2012.

24,95 euros (code de commande : 21922).

 

TAYLOR (A.J.P.) — English History 1914-1945. Oxford, The Clarendon Press, 1965. In-8° sous reliure d'éditeur, XXVII, 709 p., (collection « The Oxford History of England », n° XV), couverture un peu défraîchie.
Préface :
   When the Oxford History of England was launched a generation ago, « England » was still an all-embracing word. It meant indiscriminately England and Wales ; Great Britain ; the United Kingdom ; and even the British Empire. Foreigners used it as the name of a Great Power and indeed continue to do so. Bonar Law, a Scotch Canadian, was not ashamed to describe himself as « Prime Minister of England », as Disraeli, a Jew by birth, had done before him. One volume in this history treats Scotch universities under the head of English education ; others treat the internal affairs of the colonies as part of English history. Now terms have become more rigorous. The use of « England » except for a geographic area brings protests, especially from the Scotch. They seek to impose « Britain » – the name of a Roman province which perished in the fifth century and which included none of Scotland nor, indeed, all of England. I never use this incorrect term, though it is sometimes slipped past me by sub-editors. « Great Britain » is correct and has been since 1707. It is not, however, synonymous with the United Kingdom, as the Scotch, forgetting the Irish (or, since 1922, the Northern Irish), seem to think. Again, the United Kingdom does not cover the Commonwealth, the colonial empire, or India. Whatever word we use lands us in a tangle.
   I have tried to stick to my assignment, which is English history. Where the Welsh, the Scotch, the Irish, or the British overseas have the same history as the English, my book includes them also ; where they have a different history, it does not. For instance, Wales is an integral part of the English administrative and legal system, but it has (since 1919) no established church. Scotland has a different established church, a different legal and administrative system, and a largely autonomous administration. Northern Ireland since 1922 is more autonomous still. None of these things is my concern. On the other hand, it would be impossible to discover a specifically English foreign policy, and foolish, though not impossible, to discover the specifically English contribution to British budgets or to British overseas trade. It is, however, reasonable, I think, to talk about English feelings or English patterns of life. At any rate, this book is about thirty years in the history of the English people, and others come in only if they made a stir in English politics or aroused English interest in other ways. Thus, I discuss the impact of events in India on English politics and do not attempt to narrate India's political history. Similarly, I have passed over developments in Africa which were significant for Africa, but not, at the time, for England.
   My book begins precisely on the day, 4 August 1914, almost at the hour, 11 p.m., when the volume by Sir Robert Ensor in this history ends. Its own ending is more ragged. There was much unfinished business : the reordering of Europe, the American loan, the establishment of the welfare state and of Indian independence. The new patterns were much clearer in 1951 than in 1945. However, I had to stop somewhere. I have written in the form of a continuous narrative, though with occasional pauses for refreshment. Most themes chose themselves. For ten of the thirty-one years which this volume covers the English people were involved in great wars ; for nineteen they lived in the shadow of mass unemployment. When I had dealt with these subjects, and with the politics which sprang from them, there was not much room left. Some omissions are excused only by ignorance. There were, for instance, advances in science of the greatest importance : beneficent as with vitamins, potentially catastrophic as with nuclear explosions. I do not understand the internal-combustion engine, let alone the atomic bomb, and any discussion of scientific topics was beyond me. Nor could I have made much sense of modern philosophy. At any rate, I chose the subjects which seemed most urgent, most interesting, and with which I was most competent to deal.
I have followed Sir Robert Ensor's example and have treated all those mentioned in this book, living or dead, as historical figures – I hope without offence. The biographical notes are designed only for the period covered by the book, though they occasionally stray beyond it. I have received information and ideas from many people and taken them from many books.
   The bibliography especially could not have been compiled without assistance from individual historians and the authorities of various institutions. I am deeply grateful for all this help, so generously given, and hope that those who gave it will feel free to criticize the results.
   My colleague, Kenneth Tite, Fellow of Magdalen College, read my entire manuscript twice. He saved me from many mistakes, questioned many of my judgements, and tempered the dogmatism of my style. He must take part of the blame if the word « probably » occurs too often. Sir George Clark, the general editor, honoured me by his invitation to write this book and sustained me when I was slighted in my profession. He has read my manuscript with critical care and reinforced it at many points. One other historian gave me inspiration and guidance. I had hoped to place this book in his hands. Now I set down in bereavement the name of Max Aitken, Lord Beaverbrook, my beloved friend.

8 euros (code de commande : 15443).

 

[TCHEKHOVA (Olga)]. BEEVOR (Antony) — Le mystère Olga Tchekhova. [Titre original : The Mystery of Olga Chekhova.] Traduit de l'anglais par Jean-François Sené. Paris, Calmann-Lévy, 2005. In-8° collé, 312 p., illustrations, exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   Jeune et belle comédienne de théâtre, Olga Tchekhova, la nièce d'Anton Tchékhov, eut un destin aussi énigmatique qu'exceptionnel. En 1920, fuyant la misère et les persécutions communistes avec pour tout bagage une bague en diamant, elle quitte la Russie et se réfugie en Allemagne, où le prestige de son nom lui ouvre bien des portes. Un rôle de figurante dans un film muet aux studios de Babelsberg, puis un autre, et la voilà lancée. Actrice de talent, belle, distinguée, elle ne tarde pas à devenir une star du cinéma allemand des années trente, l'actrice préférée de Hitler. Elle est aussi pragmatique, et ce pragmatisme l'amène très vite à fréquenter les plus hauts dirigeants nazis, fascinés par le cinéma et les arts du spectacle en général.
   Son frère Lev Knipper, un ancien officier russe blanc, l'a accompagnée en Allemagne, mais lors d'un séjour en URSS en 1921, le piège s'est refermé sur lui. Forcé de devenir un informateur de la Guépéou, il a été renvoyé en Allemagne par ses agents traitants avec pour mission d'être l'œil de Moscou auprès de la communauté russe émigrée de Berlin. Quant à sa sœur, la belle Olga, ses hautes relations en feront plus tard une recrue de choix... En pleine Seconde Guerre mondiale, les services secrets russes échafaudent même des plans pour faire de la sœur et du frère des kamikazes au cœur du régime nazi.
   Le Mystère Olga Tchekhova est la saga dramatique d'une famille prise entre les deux feux totalitaires du XXe siècle, pour qui jouer la comédie n'est pas seulement une activité professionnelle, mais aussi une question de survie. Courage et lâcheté, idéalisme et opportunisme s'affrontent constamment dans ce récit, souvent dans le cœur même des protagonistes.

10 euros (code de commande : 17148).

 

TOCQUEVILLE (Alexis de) L'ancien régime et la Révolution. Préface d'Emmanuel Berl. Paris, Club Français du Livre, 1964. In-8° sous reliure d'éditeur et composé d'après les maquettes de R. Herman, XIII, 297 p., (collection « Essais », n° 20), exemplaire numéroté (n° 497) en bel état.
Extrait de la préface :
   L'ancien régime et la Révolution est un ouvrage inachevé. Il devait avoir au moins deux tomes ; Tocqueville a publié le premier en 1856 ; la maladie, puis la mort l'ont empêché de terminer celui ou ceux qui devaient suivre. C'est quand même son œuvre maîtresse et, avec l'Esprit des Lois, l'ouvrage de synthèse historique dont la France semble le mieux fondée à s'enorgueillir.
   En un sens, Tocqueville y a travaillé toute sa vie. S'il a étudié la « Démocratie en Amérique », c'était pour se faire une idée plus nette des sociétés dont la chute de l'ancien régime avait bouleversé les structures. Son action, ses méditations politiques tournent autour du problème que l'ancien régime et la Révolution pose : comment conserver la liberté dans un monde où tous les pouvoirs se concentrent, où les hommes se soucient principalement de l'égalité ?
   Mais il rédige quand même son livre dans les années 50 ; après son bref passage au pouvoir, après sa rupture avec le prince-président, après l'installation définitive du second empire, il a plus de quarante-cinq ans, sa santé est déjà mauvaise, ses lettres montrent qu'elle était déjà gravement atteinte en 1853. Il reporte dans l'œuvre à laquelle il consacre désormais les forces qui lui restent, ses ambitions déçues, son expérience de la chose publique ; il l'étaye par la masse considérable de faits que ses recherches d'archives accumulent. En effet, il ne tient guère compte des livres – déjà innombrables – qui traitent de la Révolution ; mais il dépouille les actes de vente des biens nationaux, il prend « des peines infinies pour reconstruire en quelque sorte le cadastre de l'ancien régime ».

15 euros (code de commande : 18535).

 

[TOISON D'OR]. Trésors de la Toison d'Or. [Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, 1987. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 209 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, exemplaire en très bel état.
   
Ouvrage édité à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Palais des Beaux Arts, à Bruxelles, du 16 septembre au 16 décembre 1987, dans le cadre des manifestions « Europalia 87 Österreich ».
Table des matières :
   - Préface du Souverain de l'Ordre de la Toison d'Or, Dr. Otto von Habsburg.
   - Avant-propos, par Renilde Hammacher-vanden Brande.
   - Introduction - Le trésor de la Toison d'Or, par Hermann Fillitz.
   - Catalogue :
      1. Les souverains de l'Ordre.
      2. Les chapitres et les cérémonies de l'Ordre.
      3. Le Trésor de l'Ordre, ses insignes.
   - Index : Chefs et souverains de l'Ordre de la Toison d'Or - Index des artistes - Bibliographies. 

35 euros (code de commande : 24037).

 

TOLLEBEEK (Jo)Writing the Inquisition in Europe and America. The correspondence between Henry Charles Lea and Paul Fredericq (1888-1908). Bruxelles, Palais des Académies, 2004. In-8° broché, CXXXVIII, 116 p., quelques illustrations, index des lieux et des noms, (collection « Commission Royale d'Histoire »).
Résumé de l'éditeur :
   
Lea, professeur à Philadelphie, et Fredericq, professeur à l'université de Gand, sont deux spécialistes, l'un de l'inquisition principalement espagnole, l'autre du même mouvement dans les Pays-Bas. Leur échange de correspondance (76 lettres) témoigne tout particulièrement de la manière dont l'histoire était entendue et pratiquée par des historiens de la fin du XIXe siècle. Ils remodèlent le passé à la lumière de leurs croyances, en l'occurrence un fond rationnel et libéral. Les faits, souvent choquants, qu'ils établissent scientifiquement, deviennent d'ailleurs rapidement une arme dans les mains intéressées de leurs amis politiques. L'accès aux sources se heurte à des obstacles matériels consécutifs à leur éloignement. Le recours à des copistes est fréquent. Dresser une bibliographie complète du sujet n'est pas un travail exempt de difficultés et trouver tous les ouvrages qui y sont mentionnés l'est plus encore. Publier ne va pas de soi.
   Les deux historiens, qui ne se sont jamais rencontrés – ils ont échangé des photographies – partagent la même vision de l'histoire, la même passion pour leur sujet, un même protestantisme, un même rejet du catholicisme. Néanmoins leurs écrits respectifs permettent aussi de déceler d'intéressantes différences culturelles.
   La large introduction qui précède l'édition replace ces deux savants et leurs ouvres dans un cadre plus large qui, en dehors de l'Amérique et de la Belgique, couvre également la France, l'Allemagne et les Pays-Bas. J. Tollebeek livre donc une contribution importante à l'histoire culturelle et politique à la charnière des XIXe et XXe siècles.

25 euros (code de commande : 20813).

 

Transactions of the Sixth International Congress on the Enlightenment. Actes du Sixième Congrès international des Lumières. Brussels July 1983 / Bruxelles, juillet 1983. Oxford, The Voltaire Foundation, 1983. In-8° broché, XX, 473 p.
Table des matières :
  I. Counter-revolutionary and antiphilosophical literature / Littérature anti-philosophique et contre-révolutionnaire.

      - Antiphilosophie dans les Poésies sacrées de Le Franc de Pompignan, par Theodore E. D. Braun.
      -  Notes et écrits anti-philosophiques du p. Desbillons (1711-1789), par Peter Brockmeier.
      -  La polémique contre les Lumières et contre le rationalisme dans un journal peu connu de Gasparo Gozzi, par Michel Cataudella.
      -  Prophecy against reason : Ireland and the Apocalypse, par Maurice Colgan.
      -  Le roman anti-révolutionnaire en France à l'époque de la Révolution (1789-1800), par Henri Goulet.
      -  L'Essai sur la faiblesse des esprits-forts du comte Joseph Teleki, par Dora Csanak.
      -  Inchworm's antecedents : caricatures of the Enlightenment in the English novel of the eighteenth century, par Denis Douglas.
      -  Les ennemis hongrois des Lumières avant et après la Révolution, par Laszlo Ferenczi.
      -  José Gerardo de Hervás and his Salira contra los malos escritores de este siglo, par Wayne H. Finke.
      - Edmund Burke vu par Joseph de Maistre, par Michel Fuchs.
      -  The impact of counter-revolutionary literature in late eighteenth-century Portugal, par David Higgs.
      -  An examination of the notes de lecture of Louis de Bonald : at the origins of the ideology of the radical right in France, par David M. Klinck.
      -  Un aspect de la pensée contre-révolutionnaire : la pensée antimaçonnique (1785-1805), par Jacques Lemaire.
      -  Démonologie tératologique et Lumières : un aspect de l'imaginaire fantastique et de l'anti-philosophie au dix-huitième siècle, par Nadia Minerva.
      - Textual and political recentralisation in Möser and Rivarol, par Virgil Nemoianu.
      - The radical conservatism of Swift's Irish pamphlets, par David Nokes.
      -  Buffon vu par Berthier, Feller et les Nouvelles ecclésiastiques, par John Pappas.
      - La polémique antiphilosophique dans la prédication des ordres religieux de la seconde moitié du dix-huitième siècle en Italie du Nord, par Carla Pellandra Cazzoli.
      - Propagande anti-philosophique dans les gazettes de Montréal et de Québec après la fin du régime français, par C. Rouben.
      - La pensée anti-philosophique et contre-révolutionnaire de la hiérarchie ecclésiastique espagnole, par Lluis Roura I Aulinas.
      - De l'illuminisme cévenol aux réactions antiphilosophiques des protestants, par B. Soubeyran.
      - Le discours contre-révolutionnaire dans la presse française 1789-1799, par Louis Trenard.
      - Restoration tragedy and after : the theatre of trauma, par J. Peter Verdurmen.
      - Louis-Mayeul Chaudon against the philosophes, par R.E.A. Waller.
   II. Sécularisation / Sécularisation.
      - Illuminisme et franc-maçonnerie mystique au dix-huitième siècle, par Robert Amadou.
      - Masonry and Enlightenment at the beginning of the eighteenth century and its development from England to Germany, par Giulia Bernardini.
      - César Chesneau Du Marsais entre gallicanisme et « philosophie » : l'Exposition de la doctrine de l'Église gallicane par rapport aux prétentions de la cour de Rome (1757), par Silvia Berti.
      -  La sécularisation dans le judaïsme prussien dans la période post-mendelssohnienne, par Dominique Bourel.
      - English Socinianism around Newton and Whiston, par E.R. Briggs.
      - Quelques aspects sociologiques de la sécularisation dans les Pays-Bas septentrionaux pendant la seconde moitié du dix-huitième siècle : une approche singulière, par J.W. Buisman.
      - De vrijmetselarij in de Oosterrijkse Nederlanden, par Hugo de Schampheleire.
      - Secularisation in Moses Mendelssohn's thinking : harmony between the world of Judaism and Enlightenment ?, par David Dowdey.
      - Sécularisation, langue et structure familiale : la figure du père dans le théâtre de Lessing et de Diderot, par Verena Ehrlich-Haefeli.
      - Diderot et le frère Ange, par Blake T. Hanna.
      - The reaction to enthusiasm and the secularisation of religions sensibilities in the early eighteenth century, par Michael Heyd.
      - Austriacus perfectus : the ideal man of the Austrian literature of the Enlightenment, par Peter Horwath.
      - Changes in English law, learning and finance, 1650-1750 : time and secularisation, par Edward M. Jennings.
      - La sécularisation des rituels maçonniques en France au dix-huitième siècle, par Daniel Ligou.
      - La sécularisation de la pensée chez les moralistes du dix-huitième siècle, par Henri Mydlarski.
      - Jansenists and philosophes 1760-1790, par Charles H. O'Brien.
      - Un aspect mal connu de la sécularisation de la société du dix-huitième siècle : la transition du clergé populaire au clergé bourgeois. Le cas du midi de l'Italie, par Augusto Placanica.
      - Échec a la sécularisation des Lumières : la religion comme lien social, par Bernard Plongeron.
      - Sur l'étude des prémisses théoriques de la pensée dialectique au sein des doctrines sociales en France au siècle des Lumières : remarques de méthode, par Hernâni A. Resende.
      - La sécularisation au Portugal, par Manuel Augusto Rodrigues.
      - The concept of burcaucracy in the Enlightenment, par G. L. Seidler.
      -  The sacred genealogy of a Voltairean polemic : the development of critical hypotheses regarding the composition of the canonical and apocryphal gospels, par Bertram Eugene Schwarzbach.
      - Tolerance in four Dutch periodicals 1714-1771 : La Bibliothèque ancienne et moderne, Amsterdam 1714-1726, par H. Bots et J. De Vet ; Le Journal britannique, The Hague 1750-1755, par U. Janssens ; Nederlandsche Letter-courant, Leyden 1759-1763, par H. Stouten ; Vaderlandsche Letter-oefeningen, Amsterdam 1761-1771, par W. Van Den Berg.
      - 
Secularisation of Russian literature in the eighteenth ccntury, par Valerie A. Tumins.
      - An « inconvenience » of anthropomorphism, par Stanley Tweyman.
      - The reformed pastors of Languedoc face the movement of dechristianisation 1793-1794, par John D. Woodbridge.
   III. The European and the discovery of the Other / L'Européen et la découverte de l'autre.
      - L'Européen et la découverte du grec moderne, par Alkis Anghelou.
      - The coloniser's viewpoint : Louisiana Indians as seen by the French, par Mathé Allain.
      - L'image des langues américaines au dix-huitième siècle, par Julie Andersen.
      - Mandéens et sabéens dans la pensée nouvelle, par MichelBastiaensen.
      - L'Afrique des « philosophes » : lieu mythique, terre d'hommes ou entrepôt de marchandises ?, par Carminella Biondi.
      - Visiteurs du pacifique en Europe au siècle des Lumières, par Urs Bitterli.
      - European man encounters the New World native in the French novel 1751-1800, par Townsend W. Bowling.
      - Diderot and the image of the other (woman), par Daniel Brewer.
      - Rameau and the Indians : the popularity of Les Sauvages, par Howard Brofsky.
      - A curious attraction : missionary zeal and tribal androgyny in Jesuit and American Indian relations during the Enlightenment, par Michael Cartwright.
      - L'autre et la découverte de l'Europe ou des suites de la non-synchronisation des développements culturels entre l'Ouest et le Sud-est de l'Europe au dix-huitième siècle, par Paul Cornea.
      - Musique primitive et musique extra-européenne chez quelques écrivains du dix-huitième siècle, par Béatrice Didier.
      - Le Grand Turc est-il européen ? Démarcation de l'Europe du dix-huitième siècle, par Alexandru Dutu.
      - Du bon usage du récit de voyage : l'exemple de la Chine, par Merete Grevlund.
      - European travellers' impressions of the Mascarenes and southern Africa in the eighteenth century, par Ahmad Gunny.
      - The ape in Dutch linguistics of the 18th century, par Camiel Hamans.
      - Some observations on French contacts with aboriginal Society (1801-1803), par C. P. Hanlon.
      - L'Européen à la rencontre du noir-esclave des États-Unis d'Amérique d'après les Voyages du marquis de Chastellux, par Marie-Thérèse Isaac.
      - À la découverte du Mato Grosso au siècle des Lumières, par Léopold Jobim.
      - Les catégories de la civilisation dans la description des sauvages américains au dix-huitième siècle, par Giovanni Marchetti.
      - La femme et les voyageurs en Grande-Bretagne au dix-huitième siècle, par Michèle Plaisant.
      - France's children discover the other : Mme de Genlis's tales of travel and instruction, par J. G. Reish.
      - Linguistique et ethnologie chez Johann Christoph Adelung, par Ulrich Ricken.
      - The European and the discovery of the other in the théâtre de la foire, par Roseann Runte.
      - Western Europe discovers Russia : foreign travellers in the reign of Catherine the Great, par Daniel L. Schlafly jr.
      - Thomas Blackwell and the study of classical mythology, par K. K. Simonsuuri.
      - Robertson's History of America : the Enlightenment's exploration of the Other, par Jeffrey Smitten.
      - Du sauvage au colon anglais : l'Américain au dix-huitième siècle, par Philip Steawart.
      - From « l'histoire naturelle de l'homme » to the natural history of mankind, par Ann Thomson.
      - Pierre Potier, jésuite belge chez les Hurons du Détroit (1744-1781) : les chemins d'un espace nouveau à explorer, par Robert Toupin.
      - La découverte des Indiens du Canada et des Esquimaux au début du dix-huitième siècle par Antoine Raudot, par Françoise Weil.
   IV. Art : neo-classical and neo-gothic trends / Art néo-classique et néo-gothique.
      - Le néo-classique et le néo-gothique dans la reconstruction des monastères à la fin de l'âge des lumières : art et spiritualité, par Edouard Bene.
      - Art et imitation à l'époque néo-classique : les techniques de reproduction du « Panorama », par Silvia Bordini.
      - Illusion in late baroque painting and complex perspective in Enlightenment satire, par Thomas R. Cleary.
      - Blake, classicism, gothicism, and nationalism, par Seymour Howard.
      - Death in the landscape : the neo-classic tomb, par David Irwin.
      - Symbolising a new era : some architectural projects under the Constituent and Legislative assemblies, par James A. Leith.
      - Goya and l'abbé Bordelon, par George Levitine.
      - Ledoux et Boullée : une écriture monumentale, par Monique Nemer.
      - A répudiation of baroque extravagance : cardinal Pietro Ottoboni's project for the tomb of Alexander VIII in St Peter's, par Edward J. Olszewski.
      - Aux sources du néo-gothique français : la représentation du Moyen Âge au dix-huitième siècle, par François Pupil.
      - Néo-classicisme et Révolution : l'influence du mythe antique sur les conceptions littéraires dans la période révolutionnaire, par Marc Régaldo.
      - L'architettura del neoclassicismo e i sui rapporti con le preesistenze gotiche a Milano nella seconda meta del '700, par Giuliana Ricci.
      - The so-called « Charakterköpfe » (characteristic heads) of Franz Xaver Messerschmidt (1736-1783), par Gerhard Charles Rump.
      - Les encyclopédistes et la peinture d'histoire, par Marc Sandoz.
      - Lo scienziato Paolo Frisi e la polemica sulla guglia del duomo di Milano : origine di un contrasto, par Maria Grazia Sandri.
      - The moment of truth and evidence of sterility within neoclassical art and aesthetic theory of the later Enlightenment, par Calvin Seerveld.
      - Les églises néo-classiques de Wallonie, par Philippe Stiennon.
      - The revival of classical themes in painting and the academic style at the Court of Madrid in the 18th century, par Edward J. Sullivan.
      - Néo-classicisme et lumières : Parini, par Pierre Van Bever.
      - The Chapelle royale of Versailles, an early neo-gothic building, par Guy Walton.
      - La naissance du néo-classicisme dans la critique des salons sous l'ancien régime, par Helena Zmijewska.
   V. The ideologies of the nobility / Les idéologies de la noblesse.
      - Enlightened Hungarian noblemen for and against the enlightened absolutism/despotism of Joseph II, par Janos Barta.
      - The tutor/governess between nobility and bourgeoisie : some considerations with reference to an essay of 1734 by Justus van Effen, par P. J. Buijnsters.
      - Peut-on parler d'une idéologie nobiliaire en Russie ?, par Maurice Colin.
      - Patterns for a princely préparation : the duke Carl August's enlightened curriculum, par Charlotte M. Craig.
      - La réaction de la noblesse et la défense de ses privilèges dans la principauté de Liège au début du dix-huitième siècle, par . Demoulin.
      - La réaction nobiliaire et la révolution des notables de 1787-1789 en Flandre, par Luc Dhondt.
      - L'idéologie de la noblesse dans le débat sur le luxe (1699-1756), par R. Galliani.
      - La sensibilité comme idéologie de substitution de la noblesse dans Aline et Valcour, par Jean Garagnon.
      - The Phanariotes : the political ideology of a Balkan aristocracy, par V. Georgescu.
      - L'idéologie du sang chez Boulainvilliers et sa réception au dix-huitième siècle, par G. Gerhardi.
      - La thalimanie, par Léa et Arié Gilon.
      - From consensus to conflict : the elite, equality and representation, 1787-1788, par Vivian R. Gruder.
      - L'influence sur le continent du modèle aristocratique britannique au dix-huitième siècle, par Paul Janssens.
      - L'idéologie politique du marquis d'Argenson, d'après ses œuvres inédites, par N. Johnson.
      - The myth of Germanic origins of free institutions in France and England, par Anna Maria Martellone.
      - The ideologies of the nobility in eighteenth-century Russia, par L. Nemeti-Charguina.
      - J. M. v. Loen and A. Freihcrr Knigge : bourgeois ideals in the writings of German aristocrats, par Joachim Schmitt-Sasse.
   VI. The search for equality / La recherche de l'égalité.
      - « L'Effet Mably » et le problème de l'égalité dans le roman dialogué Des droits et des devoirs du citoyen, par Wolfang Asholt.
      - L'égalitarisme de dom Deschamps, par G. Barthel.
      - Robespierre critique de la notion bourgeoise d'égalité, par A.M. Battista.
      - Voltaire, la nature et l'égalité, par Marc Buffat.
      - The search for equality of Lesage's picaresque heroes, par Glen Campbell.
      - Dom Pernety polémiste humanitaire, par Renata Carocci.
      - L'égalité à table, par Béatrice Fink.
      - De Mably a Robespierre: un programme économique égalitaire 1775-1793, par Florence Gauthier.
      - Sade et la Révolution, par Horst Albert Glaser.
      - Égalité populaire et égalité bourgeoise a Genève au temps de la Révolution, par Éric Golay.
      - Equality and the structure of needs in eightcenth-century Scottish political economy, par Istvan Hont.
      - Women and men as equals in German comedy of the Enlightenment, par David G. John.
      - Madame de Puisieux et Diderot : de l'égalité entre les sexes, par Alice M. Laborde.
      - The breakdown of hierarchial concepts in 18th-century French socicty, literature, and art, par Paul H. Meyer.
      - The theme of equality in Trenchard's and Gordon's Cato's letters, par Enrico Nuzzo.
      - La recherche de l'égalité dans le monde scolaire masculin de la seconde moitié du 18e siècle français, par Yves Poutet.
      - Les Réflexions philosophiques sur l'égalité par Necker : un mythe aussi fallacieux que ruineux, par Corrado Rosso.
      - Le rôle de la femme dans la société utopique de Restif de La Bretonne, par Charline Sacks.
      - Egalitarian and elitist implications of sensibility, par G. A. Starr.
      - François Boissel et ses principes de l'égalité en 1789, par Makoto Takahashi.
      - Equality in sexual and familial relations in 18th-century England : the cases of London and the aristocracy, par Randolph Trumbach.
      - The equal right to health care, par Dora B. Weiner.
      - Lafayette's emancipation experiment in French Guyana 1786-1792, par Lily Willens.
      -  La démocratisation de l'idée de l'honneur dans le Manuscrit trouvé à Saragosse de Jean Potocki, par Maria Evelina Zoltowska.
   VII. Communication through the printed word / La communication par l'imprimé.
      - Le roman de colportage au 18e siècle : évolution et analyse de contenu, par Lise Andries.
      - Le livre annoté : un moyen de communication souvent négligé entre auteur, éditeur et lecteur, par C. Berkvens-Stevelinck et A. Nieuweboer.
      - L'organisation de l'édition à la Société typographique de Bouillon, par G. Biart.
      - La diffusion du livre dans la société bruxelloise (1750-I796), par C. Bruneel.
      - L'annonce des livres nouveaux au 18e siècle, par Jean-Daniel Candaux.
      - Traduction de livres dans l'Espagne du dix-huitième siècle, par José Miguel Caso Gonzales.
      - Publish and languish : the fate of Nikolai Ivanovich Novikov (1743-1818), propagator of the Enlightenment under Catherine II, par Kenneth Craven.
      - Women communicating : eighteenth-century German journals edited by women, par Ruth P. Dawson.
      - La correspondance politique secrète sur la cour de France : 1er juillet 1774 - 22 décembre 1779, par Cécile Douxchamps-Lefèvre.
      - La diffusion du roman francophone au dix-huitième siècle : relevé provisoire de quelques collections en Europe centrale, par Richard L. Frautschi.
      - The Journal des dames and the frondeur press in the ancien régime, par Nina Gelbert.
      - Competitive British shorthand Systems : or, the case of the battling brachygraphers, par Joel J. Gold.
      - La presse hongroise et les Lumières, 1764-1795, par Domokos Kosary.
      - La Gazette du Parme, véhicule de diffusion de la culture française en Italie dans la deuxième moitié du 18e siècle, par Marie-José Latil Ferromi.
      - Les collections de livres en France au 18e siècle, par Michel Marion.
      - Horizon livresque des Lumières dans les bibliothèques roumaines de Transylvanie depuis le milieu du 18e siècle jusqu'aux premières décennies du 19e, par Iacob Mârza.
      - The art of reading and the goals of the German Enlightenment, par J.A. McCarthy.
      - Les journalistes de langue française dans l'Allemagne des Lumières : essai de typologie, par François Moureau.
      - Helvétius dans le Giornale enciclopedico ou les difficultés de la presse éclairée à Venise, par Franco Piva.
      - « Hail, printing ! » : the Commonwealthman's salute to the printed word in eighteenth-century England, par Betty Rizzo.
      - La presse provinciale et les Lumières, par Jean Sgard.
      - Les Lettres d'une Péruvienne : composition, publication, suites, par English Showalter.
      - J. H. S. Formey, assiduous journalist and discreet propagandist of new scientific discoveries and philosophical trends, par Maragarete G. Smith.
      - Print culture and the developing audience in England : the periodicals, par Calhoun Winton.
      - Print culture and the developing audience in England : fiction, par P. Hunter.
      - Print culture and the developing audience in England : Dramatic literature, par Shirley Strum Kenny.
   VIII. Controversies about the physiocrats / Controverses autour des physiocrates.
      - Les sources du conte L'Homme aux quarante écus, par Larissa L. Albina.
      - Physiocrates et pseudophysiocrates dans la Hongrie des Lumières, par Eva H. Balazs.
      - La notion d'évidence : Le Mercier de La Rivière, Diderot, Mably, par S. Baudiffier.
      - The internationalisation of physiocracy, par Elizabeth Fox-Genovese.
      - Progrès et développement économique dans la réflexion de Turgot, par V. Gioia.
      - Quesnay or Hume : Beccaria between France and Britain, par Seizo Hotta.
      - La ville dans les débats entre encyclopédistes et économistes, par Siegfried Jüttner.
      - The influence of the physiocrats on the development of liberal political theory in Germany, par Diethelm Klippel.
      - Physiocratie et renouveau à l'Assemblée constituante 1789-1791, par Edna Hindie Lemay.
      - The physiocrat tax reform of Joseph II : the challenge of modernisation in the Habsburg empire, 1780-1790, par Helen Liebel-Weckowicz.
      - Mably, Linguet et les physiocrates : une querelle sur l'ordre naturel, par Bruno Miglio.
      - Objectifs et instruments de la politique économique et sociale de la physiocratie, par J. Nagels.
      - The physiocrats and Adam Smith, par Ian Ross.
      - Les physiocrates et une tentative de réalisation de leur doctrine en Allemagne (d'après les correspondances de Mirabeau et de Du Pont de Nemours avec le margrave de Bade), par Jochen Schlobach.
      -  The Physiocrats, the people and public economic policy : debates for and against a non-interventionist state, par Janis Spurlock.
   IX. The philosophies of the sciences / Les philosophies de la science.
      - La physique cartésienne comme néoscolastique : l'exemple de Fortunat de Brescia, par J.-F. Armogathe.
      - Quelques jalons dans la préhistoire de la cénesthésie, par François Azouvi.
      - Linné et Buffon : deux images différentes de la nature et de l'histoire naturelle, par Giulio Barsanti.
      - Entre le mythe et la science : Benoît de Maillet et l'origine des êtres dans la mer, par Miguel Benitez.
      - The impossibility of a theory of evolution in eighteenth-century French thought, par Geoffrey Bremmer.
      - Technology as play : the case of Vaucanson, par Michael Cardy.
      - L'épistémologie de Maupertuis entre Leibniz et Newton, par François Duchesneau.
      - Analyse d'un mémoire inédit de 1774 intitulé « Essai sur la langue philosophique », par J. Guillerme.
      - La théorie de l'homme dans la Medicina rationalis systematica de Friedrich Hoffmann, par Paul Hoffmann.
      - Médecine et chirurgie : concepts et méthodologie : leur évolution au 18e siècle, par M. Imbault-Huart.
      - La musique comme thérapie des maladies de nerfs à travers des ouvrages de vulgarisation et des traités médicaux de la seconde moitié du 18e siècle, par Carmelina Imbroscio.
      - La philosophie des sciences dans l'œuvre de Diderot, par V. N. Kouznetsov.
      - Capturer l'invisible : pour une (pré-) histoire de la psychologie au 18e siècle, par Sergio Moravia.
      - Énergie et différence : visions savantes de la fin du monde au 18e siècle, par Walter Moser.
      - Albrecht von Haller's philosophy of physiology, par John Neubauer.
      - Fontenelle et la science de son temps, par Alain Niderst.
      - Kant: critique du « Cosmologisme » et fin des Lumières, par Alain-Marc Rieu.
      - Le problème de l'homme dans l'œuvre d'Alexandre Radichtchev, par Igor Smirnov.
      - Notes sur le cartésianisme dans l'Encyclopédie, par Mariafranca Spallanzani.
      - The idea of teleology and the theory of scientific progress at the beginning of the eighteenth century, par Marie-Luise Spieckermann.
      - Mort apparente et procédés de « ressuscitation » dans la littérature médicale du 18e siècle (Bruhier, Louis, Réaumur, Menuret de Chambaud), par Paola Vecchi.
   X. Morality and virtue / Morale et vertu.
      - Mme de Condorcet et la philosophie de la « sympathie », par Takaho Ando.
      - « The unpardonable sin » : changing perceptions of guilt and shame in 18th-century America, par Julia Bader.
      - A debt to Antiquity : stoic elements in Voltaire's « morale sociale » and natural law doctrine, par J. Anne Bassett-Sleem.
      - Knowledge as a source of virtue : changes and contrasts in ideas concerning the education of boys and girls in eighteenth-century France, par Jean H. Bloch.
      - « Passions égoïstes » et « passions altruistes » chez David Hume (avarice, ambition, bienveillance), par Nadia Boccara Postigliola.
      - La Religieuse de Diderot : métaphorisation spatiale d'une situation morale, par Valentini Brady.
      - Formes de l'irresponsabilité dans l'œuvre de Diderot, par Jean Dagen.
      - Morality, virtue, and children's theatre in eighteenth-century France, par James H. Davis.
      - Homo sum, humani nihil a me alienum puto : sur le vers de Térence comme devise des Lumières, par Michel Delon.
      - La « vertu » dans l'œuvre de Adriaan Beverland, par Willem Elias.
      - Libertinage et « surcompensation » dans les rapports entre les sexes au dix-huitième siècle, d'après Laclos, Diderot et Crébillon fils, par Jeannette Geffriaud Rosso.
      - Vertu et morale : Saint-Evremond en Espagne : Jaime Sicre, par Alberto Gil Novales.
      - Morale et vertu: histoire parallèle du costume et de la cosmétique, par Anne-Marie Jaton.
      - Marivaux moraliste, ou l'immoralité de Marivaux, par Jacques Lacant.
      - Saint-Lambert, moralist : philosophy at second hand ; Enlightenment among the titled, par J. Robert Loy.
      - Humanisme et surhumanisme dans Ardinghello und die glückseligen Inseln de Wilhelm Heinse, par Jean-François Migaud.
      - Morale et vertu dans la tragédie jacobine en Italie (I796-I799), par Milena Montanile.
      - L'idée de vertu chez Beaumarchais et la morale implicite dans ses pièces de théâtre, par R. Niklaus.
      - « Virgins are like The Fair Flower in its Lustre » : the fortunes of one text in the Augustan âge, par Yvonne Noble.
      - Caractère et position sociale des personnages de quelques romans français, 1699-1742, par Margaret Ostman.
      - Patriarchy and sexuality : Restif and the peasant family, par Mark Poster.
      - Vertu et bonheur à la cour de Vienne : les livrets d'Apostolo Zeno et Pietro Metastasio, par Elena Sala Di Felice.
      - Maxims in Rousseau's major autobiographical works, par Timothy Scanlan.
      - Figures de la vertu mondaine dans le roman français de la première moitié du dix-huitième siècle, par Andrzej Siemek.
      - L'Année des dames nationales ou les contes moraux de Rétif de La Bretonne, par Pierre Testud.
      - The problem of guilt in the French Enlightenment : La Mettrie and Rousseau, par Aram Vatanian.
      - Pragmatic lesson and romantic tale : moral perspective in Schiller's Der Verbrecher ans verlorener Ehre (1786) and Tieck's Der blonde Eckbert (1797), par Erdmann Waniek.
      - Philosophie des sciences et morale « matérialiste » : le troisième dialogue du Rêve de d'Alembert, par Ursula Winter.
      - « Die unvcrgnügte Seele » : mélancolie et idylle dans le siècle des lumières, par Wolf Wucherpfennig.
   XI. Good citizenship, patriotism, and national feeling / Civisme, patriotisme et sentiment national.
      - Patriotisme et sentiment national en Grèce au temps des Lumières, par Roxane Argyropoulos.
      - Civisme et vandalisme, par Bronislaw Baczko.
      - National culture and political legitimacy : Herder and Rousseau, par F.M. Barnard.
      - La conscience politique de l'Aufklärung : les philosophes allemands au service de l'État, par Hans Erich Bödeker.
      - Patriotisme et sentiment national dans les Betrachtungen und Gedanken (1803-1805) de F. M. Klinger, un représentant des lumières allemandes à la cour russe, par Giulia Cantarutti.
      - Sentiment national et exigence révolutionnaire dans la Publiaistik du Club de Mayence (1790-1792), par Carla Consolini.
      - The idea of nationalism in late eighteenth-century Ireland : the case of Belfast, par Simon Davies.
      - The philosophes as militarists, par Hubert C. Johnson.
      -  Patriotism and the opposition to war and expansion among the Russian nobility during the second half of the eighteenth century, par Robert E. Jones.
      - L'éveil de la conscience nationale et les idées du siècle des Lumières dans la littérature slovène de la deuxième moitié du dix-huitième siècle, par Joze Koruza.
      - Les Lumières et l'orientation nationale de la culture Roumaine, par N. Liu.
      - Patrotism and progress : the role of the German patriotic and economie societies in the promotion of science and technology, par Henry Lowood.
      - Three phases of American enlightenment poetry : from the literature of anxiety to visionary poetics, par Jay Martin.
      - Recherches sur les Gaulois et sentiment national en France au dix-huitième siècle (1700-1789), par Raymond Mas.
      - L'Apologie de l'Espagne de Forner et la polémique autour de l'article « Espagne » de la nouvelle Encyclopédie (1782), par D. Mimoso-Ruiz.
      - Le mouvement insurrectionnel en Pologne jugé par les écrivains français du 18e siècle, par Claire Nicolas-Lelièvre.
      - Poetry and patriotism in Great Britain, 1760-1780, par Joan Pittock.
      - The ethos of productivity : citizenship and national feeling in the eighteenth-century English novel, par Mona Scheuermann.
      - The French citizen's catechism : a philosophe's moral vision in 1793, par Joyce Seltzer.
      - Culture des Lumières et art national : l'expérience hongroise, par Hedvig Szabolsci.
      - Le Rousseauisme dans l'Histoire du peuple bulgare de Paissi Hilendarski, par Hristo Todorov.
      - Jean Potocki et l'indépendance nationale pendant la Grande Diète polonaise (1788-1792), par Dominique Triaire.
      - Nationale Eigenheiten der europäischen Völker : die Einschätzung der anderen in Berichten, Spott und Schimpfnamen, par Georg Wacha.
      - Charles O'Conor : historian, reformer, patriot, par Robert and Catherine Ward.
   XII. The refraction of Enlightenment in the nineteenth century / La réfraction des Lumières au 19e siècle.
      - Réception et critique de la linguistique des Lumières chez les auteurs français du dix-neuvième siècle, par Sylvain Auroux.
      - Ernest Renan et l'héritage des Lumières, par Jean Balcou.
      - Carlyle versus the Enlightenment : the curious case of Lessing, par John Boening.
      - Rococo versus Enlightenment : a view from naturalism, par Patrick Brady.
      - Lumières et révolution dans la pensée historique du risorgimento italien entre V. Cuoco et F. De Sanctis, par Marina Caffiero.
      - Hegel et les Lumières, par Jacques D'Hondt.
      - Les Lumières dans la presse milanaise du 19e siècle (Il Conciliatore 1818-1819, Il Politecnico 1839-1845, 1860-1865) : réception et débat, par Stella Gargantini Rabbi.
      - State, society and the purposes of politics : David Ricardo's theory of economic policy and its origins, par Marco Guidi.
      - A monstrous proposition : the Church stands in need of reform, par Oscar A. Haag.
      - The Rousseauistic self and Stendhal's autobiographical dilemma, par Gita May.
      - Adam Smith and Benjamin Constant, par Hiroshi Mizuta.
      - Des lumières et de leur influence en Belgique à la veille de la Révolution de 1830, par A. Namazova.
      - Ambiguïtés de la philosophie de Voltaire : sa réception par Pierre Leroux, par Charles Porset.
      - La réception des idées pédagogiques de la Révolution française par le premier libéralisme portugais (1820-1823), par Luis Reis Torgal et Isabel Nobre Vargues.
      - Humane ironies : the enlightenment novel and nineteenth-century realism in Germany, par Michael Ritterson.
      - La célébrité des soupers d'Ermenonville, par J. Roussel.
      - Le dix-huitième siècle de Paul Bourget, par Rémy Saisselin.
      - The prize contests in moral and political sciences, par Martin Staum.
      - Enlightenment ideas and authors in the culture of young Karl Marx, par Francesco S. Trincia.
      - Illuminisme et Lumières : impact sur les idées sociales de George Sand, par Ute Van Runset.
      - Le dix-huitième siècle de Villemain, par Nicolas Wagner.
   XIII. Literatures in different countries : relations and exchanges / Littératures nationales : relations et échanges.
      - L'apport de la culture vénitienne à Jean-Jacques Rousseau, par William Acher.
      - Quelques échos en France de la pensée d'Antonio Genovesi, par Mario Agrimi.
      - Les concepts des Lumières dans le discours libéral suisse, 1800-1830, par Gérald Arlettaz et Françoise Nicod.
      - « Les morts vont vite » or the European success of Bürger's ballad Lenore, par PeterBoerner;
      - Robinson Crusoe and the Low Countries, par Ton Broos.
      - Baretti travels to Spain and Moratin travels to Italy, par Paolo Cherchi.
      - The desert and the rock : G. B. Vico's New science vis-à-vis eighteenth-century European culture, par Gustavo Costa.
      - La fortune des lettres allemandes à l'étranger au 18e siècle, par Jörg-Ulrich Fechner.
      - Prévost's Le Doyen de Killerine : the career of an imperfect mentor, par James P. Gilroy.
      - Supercheries plus que littéraires : ouvrages et observateurs dits « anglais » en France, 1740-1789, par Joséphine Grieder.
      - Les traductions anglaises des œuvres de Diderot au dix-huitième siècle, par Diana Guiragossian Carr.
      - Nature et signification des Sujets de plusieurs comédies italiennes, par Philip Koch.
      - Les doctrines littéraires dans la Pologne des « lumières » et leurs relations avec l'esthétique française, par Teresa Kostkiewiczowa.
      - Lumières, littérature nationale et cosmopolitisme, par A. Marino.
      - Lessing and the European Enlightenment : problems and perspective, par Steven D. Martinson.
      - Jean Paul et les philosophes, par alain Montandon.
      - À propos d'une traduction polonaise du Temple de Gnide, par Ewa Rzadkowska.
      - The Dutch translations of Pope's Essay on Man, par C. W. Schoneveld.
      - The Warton forgeries and the concept of Preromanticism, par Arthur H. Scouten.
      - Pope cartésien ? 'L'Essay on Man traduit, faussé, et propagé à travers l'Europe par l'abbé Du Resnel, par Jürgen Von Stackelberg.
      - Le Nouveau Théâtre anglais ou la « liberté dans la diction », par Joan Hinde Stewart.
      - The presentation of Dutch literary work in the Journal encyclopédique (1759-1793), par Peter Altena, Hans Groot et Hanna Stouten.
      - Situation de la littérature francophone en Suisse entre 1685 et 1789, par Madeleine Therrien.
      - Les tergiversations d'un déraciné : Stjepan Zanovic, écrivain d'aventure, par Gabrijela Vidan.

20 euros (code de commande : 15052).

 

VANDERLINDEN (J[acques]) — Le concept de code en Europe occidentale du XIIIe au XIXe siècle. Essai de définition. Bruxelles, Université Libre de Bruxelles - Institut de Sociologie, 1967. In-8° broché, 500 p., (collection « Études d'Histoire et d'Ethnologie Juridiques »).

20 euros (code de commande : 274/63).

 

[VAN DER WEE (Herman)]. Entrepreneurship and the Transformation of the Economy (10th-20th Centuries). Essays in Honour of Herman Van der Wee. Editors Paul Klep and Eddy Van Cauwenberghe. Editorial Assistant Lucie Verachten. Leuven, Leuven University Press, 1994. In-8° broché, 693 p.
Table des matières :
   Preface, par Luc Van Den Brande.
   Acknowledgements :
      - En avant toujours Herman Van der Wee au large, par Pierre Jeannin.
      - Brief an Herman, par Jurgen Kuczynski.
   Bibliography of Herman Van der Wee, par Erik Aerts.
   Entrepreneurship and the Transformation of the Economy : an Introduction, par Paul M.M. Klep.
   Reviews of Scolarly Interest in Entrepreneurship :
      - Entrepreneurs in Economics, History and Psychology, par Patrick O'Brien.
      - Comparative Social History. Theory and Practice, par F.M.L. Thompson.
      - « Riabilitare la Rivoluzione Industriale » (E, in parte, un « Cane Morto »...). Alcune Osservazioni ni sui nuovi/Vecchi Orientamenti nelle discussioni piu' recenti (1981-1992), par Giorgio Mori.
      - Die Unternehmungsgeschichtliche Forschung in der Bundesrepublik Deutschland seit 1945, par Hans Pohl.
   Mechanisms Suppressing the Supply of Entrepreneurship :
      - The Development and the Crisis of the Manorial System based on Serf Labour: A Tentative Explanation, par Jerzy Topolski.
      - La sociologie du pouvoir dans une ville de Hongrie à la fin du Moyen Âge, par Gyorgy Granasztoi.
      - Embourgeoisement or Ennoblissement? The Problem of the Lack of Capital in Hungary (Sixteenth and Seventeenth Centuries), par Zsigmond, P. Pach.
      - Seigneurial Economies in Sixteenth and Seventeenth Century Spain. Economic Rationality or Political and Social Management ?, par Bartolomé Yun.
      - Economic Entrepreneurship: A Scarce Factor in Spain : The Banking Sector, 1782-1914, par Gabriel Tortella.
      - L'Exploitation agricole du regard de la legislation Frangaise, du Code Civil (1804) à la Loi d'Orientation Agricole (1980) ; un retard Français ?, par Joseph Goy.
      - The Political Entrepreneur : the Case of the German Banker Emil Georg von Stauss, par Harold James.
   Entrepreneurship, Economic Backwardness and the State :
      - The State as Entrepreneur in Early Modern Europe, par Mark Steele.
      - New Financial Institutions in Gdansk in the Fifteenth Century, par Henryk Samsonowicz.
      - Les incertitudes de l'investissement. Les chemins de fer en France dans les années 1830, par François Caron.
      - Ironmasters and Iron Production during the Belgian Industrial Revolution : the « Enquête » of 1828, par R. Fremdling et B. Gales.
      - European Industrialisation. The Perspective from the East and from the West : A Story of two Economic Historians, par William N. Parker.
      - Public and Private Affairs of K.A. Skal'kovskii (as seen from his personal papers), par Alexander A. Fursenko.
      - The Role of Enterprise in the Economic Development of Central and Eastern Europe : some Issues of the Past and the Present, par Marvin Jackson.
      - The Wealth and Poverty of Nations. Some Reflections on Theory and Practice, par David S. Landes.
   Sources of Entrepreneurial Capacity :
      - À la recherche des acteurs de la croissance économique du Haut Moyen Âge, par Yoshiki Morimoto.
      - Confessional Migration and Social Change. The Case of the Dutch Refugees of the Sixteenth Century, par Heinz Schilling.
      - Migrants as Entrepreneurs : Irish Emigration, 1820-1900, par Lynn Hollen Lees.
      - Dynasties de Maîtres de Forges, par Francis Crouzet.
      - A Transforming European Society, 1870-1945. The Social Background of Post World War II Economic Growth, par Ivan T. Berend.
   Responding to Evolving Economic Opportunity Structures :
      - Industrial Entrepreneurship in the Late-Medieval Low Countries : Urban Draperies, Fullers, and the Art of Survival, par John H. Munro.
      - Some Remarks on the Genesis of the Lombard Entrepreneur, par Aldo De Maddalena.
      - The Merchant as Entrepreneur, par Charles P. Kindleberger.
      - Bankers as Entrepreneurs, par Rondo Cameron.
      - On Entrepreneurship in Dutch Banking History. 1800-1930, par Johan De Vries.
      - The Rise and Fall of the German-Type Bank in Italy. 1894-1934, par Gianni Toniolo.
   Managing the Market :
      - Raising Funds for a Prankish Cathedral : The Appeal of Bishop Radulph of Sebaste, par Benjamin Z. Kedar.
      - Élevage alpin et marchés urbains au Moyen Âge. Où sont les entrepreneurs ?, par Jean-François Bergier.
      - Los Hombres de Negocios de Burgos (S. XIV-XVI), Ejemplo de Mentalidad Emprendedora, par Valentin Vazquez de Prada.
      - Le gentilhomme et le Marché agricole en Pologne du XVIe siècle, par Andrzej Wyczanski.
      - Thomas Gresham. A Sixteenth-Century English Entrepeneur ?, par Peter Ramsey.
      - Interest Rates in Antwerp, 1664-1787, par James C. Riley.
      - George Middleton : John Law's Goldsmith-Banker, 1727-1729, par Larry Neal.
      - La Société Générale de Belgique, la Société Cockerill et le projet d'un Trust Métallurgique Russe, par Valeri Bovykine.
   The End of the Comprehensive Entrepreneur :
      - Managerial Entreprise and the Entrepeneurial Function, par Alfred D. Chandler Jr.
      - Entrepreneurs as Scientists. Scientists as Entrepeneurs, par Wolfram Fischer.
      - Jacobsen of Carlsberg. Brewer and Philanthropist, par Kristoff Glamann.
      - Ownership and Control in Swedish Business during the Early Phase of Industrialisation, par Lennart Jorberg.
      - The Education of Italian Businessman 1911-1936 : Some New Evidence, par Vera Zamagni.
   Quantitative Methods and the Study of Entrepreneurship :
      - Entrepreneurship, Elites and English Small Town during the Industrial Revolution, par Peter Clark.
      - Natural Monopoly and Brand Differentiation in Free Banking: Portugal, 1860-1890, par Jaime Reis.
      - La Belgique dans le commerce international. 1830-1990, par Paul Bairoch.
      - Danish Export Performance 1954-1973, par Hans Chr. Johansen.

25 euros (code de commande : 18049).

 

VARGA (Lucie) — Les autorités invisibles. Une historienne autrichienne aux Annales dans les années trente. Textes présentés et édités par Peter Schöttler. Paris, Éditions du Cerf, 1991. In-8° broché, 252 p.

10 euros (code de commande : 6753).

 

VAUTHIER (Maurice)Le gouvernement local de l'Angleterre. Paris, Arthur Rousseau, 1895. In-8° demi-toile grise, XII, 446 p., rousseurs, rare.
Table des matières :
   Préface.
   Chapitre I. Le comté (les origines).
   Chapitre II. Le comté (les juges de paix).
   Chapitre III. Le comté (le conseil de comté).
   Chapitre IV. Le bourg.
   Chapitre V. La paroisse (l'assistance publique et la loi des pauvres).
   Chapitre VI. La paroisse (le conseil de paroisse et le « parish meeting »).
   Chapitre VII. La santé publique et les conseils de district.
   Chapitre VIII. Les voies de communication.
   Chapitre IX. L'enseignement primaire.
   Chapitre X. La métropole.

50 euros (code de commande : 21419).

 

VENDRYES (J.) — Le langage. Introduction linguistique à l’Histoire. Avec un nouvel appendice bibliographique. Paris, Albin Michel, 1939. In-8° broché, XXVIII + 455 p., (collection « L’Évolution de l’Humanité »).

7,50 euros (code de commande : 1656).

 

[VERLINDEN]. Miscellanea offerts à Charles Verlinden à l'occasion de ses trente ans de professorat. Gent, 1975. In-8° broché, LIV, 669 p., illustrations hors texte.
Table des matières :
   - Charles Verlinden, Directeur de l'Academia Belgica, par J.A. van Houtte.
   - Charles Verlinden, médiéviste, par R. van Caenegem.
   - Charles Verlinden. Historien des découvertes géographiques et de l'expansion coloniale, par W. Brulez.
   - Charles Verlinden. Historien de l'économie des temps modernes, par E. Scholliers.
   - Charles Verlinden, par J. Everaert.
   - Bibliographie.
   - De la traite aux chiourmes : la fin de l'esclavage dans la Sicile moderne, par Maurice Aymard.
   - Notes d'iconographie romaine, par Janine et Jean Ch. Balty.
   - La « Historia general del Peru » de Fr. Martin de Murua. Hallazgo y estudio de su original, par Manuel Ballesteros Gaibrois.
   - « Madeleine renonçant aux biens terrestres » par Pierre-Paul Rubens, par Didier Bodar.
   - Marchands italiens dans le commerce américain au XVIe siècle, par W. Brulez.
   - Navigation et trafic sur l'Ebre au milieu du XVe siècle, par Claude Carrère.
   - François Annat S.J. et la condamnation des cinq proposition à Rome (1649-1652), par L. Ceyssens.
   - Algunas ideas sobre la esclavitud y su investigación, par Vicenta Cortés Alonso.
   - Frans Van de Kasteele : quelques attributions et un document, par Nicole Dacos.
   - Le Portugal, son économie et son trafic d'outre-mer vers 1600, vus par le Florentin Raffael Fantoni, par Louis Demoulin.
   - Crise financière, crise économique et crise sociale : le royaume de Naples et la dernière phase de la Guerre de Trente ans (1630-1644), par Luigi de Rosa.
   - Une enquête à développer : le problème de la propriété des mines en Afrique de l'Ouest du VIIIe au XVIe siècle, par J. Devisse.
   - Bartolomeo Camerario, commissaire de l'armée et préfet de l'annonce sous Paul IV (1556-1558), par Charles-Martial de Witte.
   - L'implantation de manufactures textiles flamandes en Espagne à la fin du XVIIe siècle, par J. Everaert.
   - Charlemagne et la revision du texte latin de la Bible, par François L. Ganshof.
   - Sobre la retenencia de castillos en la Castilla Medieval, par Hilda Grassotti.
   - Érasme entre François Ier et Charles-Quint, par L.-E. Halkin.
   - Die Sklavenfamilie im kolonialen Hispanoamerika, par Richard Konetzke.
   - Du nouveau sur Simon Danzer, par Henri Lapeyre.
   - Foreigners in Byzantium, par Robert S. Lopez.
   - La piccola plastica fittile della Daunia, par Katrien Maes.
   - Le voyage en Italie du Comte de Clairmont, par Monique Marchal-Verdoodt.
   - L'Université lusitaine entre 1506 et 1516, par Antonio Marongiu.
   - Deux monuments d'époque médiévale à Ordona (Apulie), par J. Mertens.
   - Some Comparative Remarks on Colonial Silver Mining in Lapland and Spanish America during the 17th Century, par Magnus Mörner.
   - Les pays de l'Océan Indien dans les Archives romaines de la Congrégation pour l'Évangélisation des Peuples, par Michel Mollat.
   - La imagen de España y Sevilla en los viajeros del siglo XIX, par Francisco Morales Padrón.
   - La cuestion del Algarbe (1246-1267), par Florentino Perez-Embid.
   - Einige Bemerkungen zum Ledergewerbe im kolonialen Puebla, par Hans Pohl.
   - La méthode iconologique et l'interprétation de représentations antiques, par Arnold Provoost.
   - An Anglo-French « Voyage of Discovery » to North America in 1604-5, and its Sequel, par D.B. Quinn.
   - Notes sur la traite portugaise à la fin du XVe siècle et le Florentin Bartolomeo di Domenico Marchionni, par Virginia Rau.
   - Sur le « Purgatoire de saint Patrice » : Montalbán et Feijoo, par Robert Ricard.
   - Sobre una epistola del Papa Juan IX a Alfonso III de Asturias, par Claudio Sánchez-Albornoz.
   - Gens des Pays-Bas en Amérique Espagnole aux premiers siècles de la colonisation, par Eddy Stols.
   - Die Schwarzmeer- und Levante-Politik Sigismunds von Luxemburg und der Schwarzmeer-Handel oberdeutscher und hansischer Handelshäuser 1385-1453, par Wolfgang von Stromer.
   - À la recherche de ressources fiscales au cœur de la crise économique des Pays-Bas espagnols : Les projets de Christophe Prevost (1586), par J.A. van Houtte.
   - Note sulla topografia e l'urbanistica di Corfinium, par Frank Van Wonterghem.
   - Esclavitud indigena en los comienzos de la colonización del Rio de la Plata, par Silvio Zavala.
   - La liberté toulousaine, par Philippe Wolff.

35 euros (code de commande : 14037).

 

VEYNE (Paul) — Comment on écrit l'Histoire. Essai d'épistémologie. Paris, Seuil, 1971. In-8° broché, 349 p., (collection « L'Univers Historique »), couverture plastifiée, ex-libris du professeur Jean-Jacques Hoebanx à la page de garde.
En quatrième de couverture :
   L'histoire n'existe pas : il n'existe que des « histoires de ... ». L'histoire n'a pas de méthode : mais elle a une critique et surtout une topique. Les « faits » n'existent pas : il n'existe que des intrigues. Au moins, les documents existent-ils ? Non, ils sont eux-mêmes des événements. Tout événement historique est-il singulier ? Non, il est spécifique. Le subjectivisme de l'historien... – Vous voulez dire le nominalisme historique ? L'histoire n'explique pas. – Non, mais elle explicite. Doit-elle devenir davantage scientifique ? Non, mais expliciter toujours davantage le non-événementiel. Y a-t-il des lois de l'histoire ? Non, tout au plus des lois en histoire. Peut-il y avoir une explication scientifique de la Révolution française ? Non, ou à peu près autant que du département du Loir-et-Cher. Sartre, Toynbee, Spengler, l'historicisme allemand ? Non, mais Aristote, Max Weber, l'économie néo-classique ou le néo-positivisme. Les sciences humaines existent-elles ? Oui, résolument oui, mais ce sont des praxéologies. La sociologie en est-elle une ? Non, c'est une histoire de la civilisation contemporaine sur le mode ampoulé. L'histoire est-elle une science ? Non, c'est une activité intellectuelle. Est-elle alors une existence, conscience historique ou historienne ? Non, elle est connaissance.

13 euros (code de commande : 16121).


[VICTORIA]. LONGFORD (Elizabeth) — Victoria. [Reine d'Angleterre. Impératrice des Indes.] Traduit de l’anglais par Denise Van Moppes. Paris, Fayard, 1966. In-8° broché, 607 p., couverture un peu défraîchie.
Sur la couverture :
   Par des traits de caractère aussi complexes que contradictoires, Victoria, Reine de Grande-Bretagne, Impératrice des Indes, intéresse autant le psychologue que l'historien. Rarement, en effet, vie privée et vie politique se seront autant mêlées et éclairées l'une l'autre, rarement une telle confusion se sera établie entre la conduite de l'État et le gouvernement d'une grande famille.
   Autoritaire, emportée (jusqu'à l'hystérie parfois), pétrie de complexes, timide et explosive tour à tour, obsédée par l'idée de la mort, Victoria est loin d'être un personnage de tout repos. Petite princesse à l'enfance malheureuse, devenue en une nuit reine d'un grand État, elle fait presque aussitôt un mariage d'amour et d'amour partagé. Et ce n'est pas l'amour seul qui entre dans sa vie avec le Prince Albert, son cousin, mais un élément directeur et pondérateur dont elle avait grand besoin. Pendant vingt-deux ans, elle vivra en adoration devant lui, le harcelant de sa passion, de lettres envoyées d'une chambre à une autre, de disputes et de réconciliations. « J'étais faite pour être une simple femme d'intérieur », dira-t-elle souvent ; et plus tard : « Tous les jours, j'ai prié pour que nous mourions ensemble ». On comprend aisément le véritable choc qu'elle subit au moment de la mort de son époux. (On a longtemps craint autour de la Reine les manifestations d'une folie qui pouvait être héréditaire).
   Il a fallu des années pour que la Reine, qui s'était confinée dans une retraite obstinée et croyait-on définitive, reprenne une vie publique et les rênes de l'État. Au cours des quarante années de règne qui suivirent, elle imposa au monde cette figure devenue légendaire d'une grosse petite femme, « la grand-mère des cours royales d'Europe » et la plus puissante impératrice du siècle. Encore plus que par des qualités politiques, elle imposera à l'Angleterre de cette seconde moitié du XIXe siècle un style de vie, deviendra le symbole du constitutionnalisme, des vertus bourgeoises et familiales.
   Elisabeth Longford nous donne avec La Reine Victoria, une biographie extrêmement fouillée et complète de la grande reine. L'auteur a eu le privilège de puiser à de multiples sources peu connues, d'avoir une complète liberté d'accès aux Archives Royales et de pouvoir consulter les pages inédites du journal intime de la Reine Victoria. E. Longford a eu ainsi toutes les données pour nous présenter son modèle, dont la vie restait par bien des côtés faussée par la légende, sous le double aspect de femme et de souveraine. Des personnalités aussi controversées que Disraeli, Gladstone, le Kaiser ou Lord Salisbury, apparaissent dans un nouvel éclairage. Elle nous explique aussi le comportement de la Reine envers John Brown qui a défrayé si souvent la chronique de son temps. Le livre d'E. Longford n'est pas seulement une biographie d'une haute portée historique, mais la chronique vivante d'un siècle de politique mondiale.

13 euros (code de commande : 16123*).

 

VON KŒNIGSWALD (G.H.R.) — Les premiers hommes sur la terre. Traduit de l'allemand par Paul Stephano. Paris, Denoël, 1956. In-8° broché, 261 p., illustrations in et hors texte, (collection « Présence du Passé », n° 3), exemplaire non coupé.

10 euros (code de commande : 280/63).

 

VULLIEZ (Albert) — Les 20 derniers jours de la flotte. Paris, Presses de la Cité, 1963. In-8° sous reliure d'éditeur, 285 p., illustrations in et hors texte, il manque la jaquette.
Extrait de l'avant-propos :
   Si j'ai écrit ce livre, c'est sur l'amicale insistance d'un grand nombre de mes camarades de la Marine qui ont travaillé longtemps à me persuader que j'étais le seul à pouvoir reconstituer l'histoire du sabordage de la Flotte en toute objectivité.
   Leurs arguments étaient les suivants :
   Je connaissais personnellement tous les acteurs du drame.
   J'avais été embarqué assez longtemps dans l'escadre de Toulon pour bien connaître l'atmosphère qui y régnait.
   J'avais passé les derniers mois précédant le sabordage au cabinet du secrétaire d'Etat à la Marine, circonstance qui m'avait permis de suivre de très près l'arrière-plan politique indispensable à la compréhension des événements.
   Enfin, m'étant consacré depuis ma retraite à étudier l'histoire de la guerre et à la raconter, j'étais – disaient-ils – plus qualifié qu'un autre pour entreprendre une œuvre aussi complexe et traiter un sujet aussi délicat.
   J'ai longtemps refusé d'admettre ces raisons – la dernière plus que les autres.
   N'avait-on pas tout dit sur cette journée du 27 novembre 42 qui a sonné le glas de la flotte française ? N'avait-on pas épuisé ce sujet sinistre tant dans les débats des procès de la Haute Cour que dans les livres de polémique ? Que pouvais-je ajouter de neuf à cette littérature ?
   Puis le temps a passé et l'on m'a apporté un jour un nouvel argument plus valable : un à un, les témoins disparaissent. Ceux qui restent auront bientôt perdu le souvenir des détails et des à-côtés qui aident à rétablir l'histoire qui, quoi qu'on en dise, ne vit pas que de documents. Nos héritiers n'auront, pour s'en faire une idée, que des textes passionnés où la monotonie de faits que personne ne conteste n'est relevée que par des interprétations diamétralement opposées. Il leur sera impossible de se faire une opinion.
   C'est à cet argument que j'ai cédé.

10 euros (code de commande : 19810).

 

WAXWEILER (Émile) — Recueil de Textes Sociologiques d'Émile Waxweiler 1906-1914. Introduction par F. Vanlangenhove. Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1974. In-8° broché, 680 p., illustrations hors texte, (collection « Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiques - Fondation Émile Waxweiler »), couverture un peu défraîchie.
Table des matières :
   Préface.
   Introduction : Waxweiler, homme de science et homme d'action, par F. Vanlangenhove.
   Première partie : Textes de portée générale.
      - La vie dans les phénomènes sociaux.
      - La vie sociale.
      - Archives sociologiques : Avant-propos.
      - Essai de présentation systématique des contributions publiées dans les « Archives Sociologiques » au cours des deux premières années.
   Deuxième partie : Introduction à la Sociologie humaine.
      Chapitre I : Énergétique et biologie générale dans leurs rapports avec la sociologie.
      Chapitre II : Éthologie des rapports interindividuels chez les êtres vivants autres que les hommes.
      Chapitre III : Physiologie et psychologie humaines et comparées dans leurs rapports avec la sociologie.
   Troisième partie : Sociologie humaine.
      Chapitre I : L'accommodation sociale.
      Chapitre II : L'organisation sociale.
      Chapitre III : Doctrine et méthode.
   Quatrième partie : Élaboration sociale de l'écriture.
      Introduction, par Georges Smets.
      Chapitre I : La théorie pictographique et le mirage de l'évolution.
      Chapitre II : L'écriture comme institution sociale.
      Chapitre III : Tracés figuratifs et fonctions sociales dans les organisations primitives.
         A. Les fonctions sociales auxquelles répond l'écriture.
      Chapitre IV : Tracés figuratifs et fonctions sociales dans les organisations primitives.
         B. Les fonctions sociales auxquelles ne répond pas l'écriture.
      Chapitre V : L'emprunt de l'écriture comme institution par certaines populations primitives.
      Chapitre VI : Le chaînon manquant de l'évolution.
   Index.

18 euros (code de commande : 13264).

 

WEST (Nigel) — Unreliable Witness. Espionage Myths of the Second World War. London, Weidenfeld and Nicolson, 1984. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, 166 p., illustrations hors texte.
Sur la jaquette :
   Nigel West is widely acknowledged as having some of the best contacts in the intelligence community. In this controversial study of literary detective work, he has used these and other sources to pursue the truth behind more than a dozen wartime myths.
   Did Churchill condemn Coventry to mass destruction in order to protect his « most secret source » ? Did Roosevelt have advance warning that Pearl Harbor was to be the target of a surprise Japanese air attack ? Was the Dieppe raid deliberately betrayed to enhance the reputation of a British double agent ? Who was the Soviet agent at the top of the German High Command supplying Moscow with plans of Hitler's offensives ? Was the notorious spy CICERO really a German agent or part of an Allied plot to mislead the Axis ?
   All these compelling questions are answered, with help from intelligence officers and their agents, who were themselves involved in the secret operations described, and recently declassified documents.

8 euros (code de commande : 22857).

 

YOUNG (Georges)Constantinople depuis les origines jusqu'à nos jours. L'empire romain - L'empire byzantin - L'empire osmanli - L'empire ottoman - La nation turque. Paris, Payot, 1948. In-8° broché, 323 p., un plan, (collection « Bibliothèque Historique »).

15 euros (code de commande : 237/64).


Retour au début


Si vous souhaitez recevoir les avis de mise à jour de la page
Histoire
indiquez ci-dessous vos références :
prénom et nom :
adresse électronique :
pays de résidence :
et cliquez sur

La fréquence de mise à jour est bien évidemment aléatoire et dépend des achats que nous réalisons...

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

Retour au début

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un ouvrage présenté sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (virement bancaire, chèque, carte, ...).

CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.

Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN).

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.

Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre numéro de T.V.A. : BE0619836631.