NUMISMATIQUE

 Page de la section "Histoire"
proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire
Retour à la page d'accueil de la section Histoire

Pour commander

 

Nouvelle(s) entrée(s)

 

DUPRIEZ (Charles) — Monnaies et médailles du VIIe siècle avant J.-C. jusqu'à nos jours. [Du but, de l'intérêt et de la façon de collectionner. De l'authenticité des pièces.] Bruxelles, [Chez l'Auteur], 1928. In-8° broché, 32 p., illustrations hors texte in fine, ex-libris manuscrit sur la couverture et la page de titre.
Avertissement de l'auteur :
   Notre précédente brochure, tirée à 5.000 exemplaires en 1927, a provoqué de nombreuses demandes de renseignements sur les moyens de discerner les pièces fausses des originales.
   Comme cette question est à peine effleurée dans les manuels de numismatique, nous publions aujourd'hui, pour répondre aux demandes qui nous ont été faites, une seconde édition donnant, en sus du texte et des planches contenus dans la première, un aperçu des caractères généraux des pièces fausses et les preuves de l'authenticité des autres.

15 euros (code de commande : 27860 - vendu).

Pour être informé des mises à jour de cette page

 

 

 

 

BÓGAERT (Abraham) — A. Bógaerts Roomsche Monarchy, Vertoont in de Levens, Bedryven, Muntbeelden, en Gedenk-penningen der Westersche en Oostersche Keizeren, van Julius Cezar af tot op Karel den VI. De tweede druk. Amsterdam, Oosterwyk, 1718. [T'Amsterdam, By Joannes Oosterwyk, CIC IC CCXVIII.] In-8° (138 x 209 mm.) plein parchemin d'époque, tranches rouges, [1(faux-titre)], [1 (explication du titre frontispice)], [1 (titre frontispice de A. Houbraken gravé par Pool)], [1 (titre en rouge et noir avec une belle vignette gravée)], [1 bl.], [20 (dédicace et préface)], 441, [5 (table, errata et avis au relieur)] p., un bandeau (armes de Charles VI et une belle vignette gravée par Schynvoet), 20 planches hors texte (dont 2 à déplier), très bel exemplaire.
   Abraham Bogaert (Amsterdam, 1663-1727) voyagea à plusieurs reprises, comme chirurgien et marchand, aux Indes néerlandaises et ce n'est qu'en 1706 qu'il s'établit définitivement à Amsterdam.
   Son ouvrage a pour but de retracer l'histoire des empereurs romains à travers la production monétaire. La première édition de cette œuvre parut en 1697 mais Bogaert en fut assez mécontent, déçu par la qualité de son propre travail mais aussi par celui de l'imprimeur. Il s'en explique dans la « première seconde édition » améliorée qui fut publiée chez Hendrik Blank, en 1716. L'ouvrage présenté ici est donc un exemplaire de la « deuxième seconde édition » dont la réussite typographique et iconographique est manifeste.
Bibliographie :
   Nieuw Nederlansch Biografisch Woordenboeck, t. III, col. 131-133.


Titre frontispice et son explication.


Une des planches à déplier (De sleep of renstaatsy), en regard de la p. 85.


Planche en regard de la p. 127 (Trajanus).

280 euros (code de commande : 25283).


 

BOIZARD (Jean) — Traité des monoyes, de leurs circonstances & dépendances. Par Monsieur J. Boizard, Conseiller en la Cour des Monoyes. Nouvelle edition. Augmentée de l'Explication des termes qui sont en usage dans les Monoyes, & d'un Traité pour l'instruction des Monoyeurs & des Negocians en Matières d'or & d'argent. Tomes I et II (complet). Paris, Le Febvre, 1711. [A Paris, / Chez Jacques le Febvre, ruë S. Severin / à la Pomme d'or ; & dans la Grand'-Salle / du Palais vis-à-vis la Cour des Aydes. / M. D C. C X I. / Avec privilege du roy.] In-12 plein veau d'époque, dos à 5 nerfs, tranches rouges, reliure frottée et usagée, mors fragiles, [1 (titre-frontispice)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], [46 (Avertissement, Table, Explication par ordre alphabetique de tous les termes qui sont en usage dans les Monoyes, approbation et privilège)], 504, [18 (table)], [1 (titre du tome II)], [1 bl.], 100 p., 5 gravures hors texte, ex-libris manuscrit de Guillaume Marquart in fine et ex-libris gravé au premier contreplat.
   Guillaume-François Debure nous apprend que « Cette édition est assez recherchée, & les exemplaires en sont devenus actuellement assez rares, parce que ce Livre n'a point été imprimé depuis. L'on en trouve cependant qui sont datés de 1714 ; mais les uns & les autres sont d'une seule & même édition ; & la différence ne consiste que dans le seul feuillet de l'Intitulé.
   Il y a eu des défenses de le réimprimer, parce qu'il renferme un Traité de l'alliage & de la fabrication de la Monnoye d'or & d'argent ; dangereux par le mauvais usage qu'on en a déjà fait, & qu'on pourroit en faire encore. Ce Traité ne se trouve point dans l'édition donnée à Paris en 1692. »
  Quant à Louis André, il écrit : « Pour composer cet ouvrage, Broizard, conseiller à la Cour des monnaies, s'est servi des livres de ses prédécesseurs, en particulier de Bouteroue, que, parfois, il copie simplement. Il a divisé son traité en trois parties : il explique les termes, les variétés des monnaies et les procédés de leur fabrication : il parle des généraux et maîtres des monnaies, de la cour, des fonctionnaires, des peines à infliger, surtout aux faux monnayeurs : il renseigne sur la qualité, le poids et le titre des monnaies, jurisprudence de la Cour, ordonnances et règlements. »
   Le propriétaire de cet ouvrage, Guillaume Marquart, orfèvre bruxellois, fut nommé, le 16 septembre 1726, essayeur général de la Monnaie de la ville de Bruxelles.
   La gravure tenant lieu d'ex-libris collée au premier contreplat ne contient aucune information ; on trouve une gravure de ce blason de la famille Marquart, de Bohême-Silésie (de gueules à un cheval naissant d'argent mouvant d'une couronne d'or) que l'on peut dater du XVIIe siècle.
Bibliographie :
   - Debure (Guillaume-François), Bibliographie instructive. Volume de la Jurisprudence et des Sciences et arts, n° 1368.
   - André (Louis), Les sources de l'histoire de France. XVIIe siècle (1610-1715), n° 6607.
   - De Witte (Alphonse), Jean-Baptiste Chrysogome Marquart essayeur général, waradin de la Monnaie de Bruxelles, dans Revue belge de numismatique et de sigillographie, 1913 - 69e année, p.53-54.
   - Rietstap (Jean-Baptiste), Armorial général, t. II, p. 160.

   
À gauche, l'ex-libris figurant dans l'ouvrage,
à droite, « Die Marquart » gravure sur cuivre, coloriée et semblant dater du XVIIe siècle.

280 euros (code de commande : 26960).


 

[CATALOGUE DE VENTE]. Monnaies antiques gauloises et grecques. Monnaies consulaires. Monnaies romaines et byzantines. Monnaies mérovingiennes. Vente aux enchères publiques à Paris, Hôtel des commissaires-priseurs, 9, rue Drouot salle n° 10. Samedi 11 mars 1933 à deux heures précises. Paris, Tixier - Ratto, 1933. In-8° broché, 28 p., VII planches hors texte, bel exemplaire.
Sommaire :
   - Monnaies grecques (n° 1-115).
   - Monnaies consulaires (n° 116-164).
   - Monnaies romaines (n° 165-310).
   - Monnaies byzantine (n° 311-333).
   - Monnaies mérovingiennes (n° 334-342).

15 euros (code de commande : 27734).


 

Catalogue 249. Coins and Medals. The Low Countries - Brandenburg-Preussen - Spain, Portugal and their Colonies - Historical- and Renaissance Medals - Numismatic Literature. The Auction Sale will be held in the Carlton Hotel, Amsterdam, from Tuesday March 25th till Thursday March 28 th. Amsterdam, Schulman, 1969. In-4° broché, 119 p., 72 planches hors texte.
Catalogue proposant 2043 lots répartis comme suit :
   N° 1- 486. Nederlandse munten.
   N° 487-541. Historie- en Familiepenningen.
   N° 542-548. Decoraties - Decorations.
   N° 549-787. Les Pays-Bas méridionaux.
   N° 788-841. Römisch-Deutsches Reich.
   N° 842-923. Deutschland.
   N° 924-1475. Brendenburg-Preussen.
   N° 1476-1508. The Balkans.
   N° 1509-1531. France.
   N° 1532-1544. Great Britain.
   N° 1545-1612. Italia.
   N° 1613-1640. Portugal.
   N° 1641-1694. Portugese Colonies.
   N° 1695-1741. Russia.
   N° 1742-1753. Scandinavia, Latvia.
   N° 1754-1813. Spain.
   N° 1814-1830. Switzerland.
   N° 1831-1869. Asia.
   N° 1870-1898. Africa.
   N° 1899-1903. U.S.A.
   N° 1904. Hawaii.
   N° 1905-1996. Latin America.
   N° 1997. Varia.
   N° 1998-2042. Numismatic Literature.

12 euros (code de commande : 27427).

 

Catalogue 255. Coins and Medals. Veiling - Auction Sale 20-23 november 1972 in the Carlton Hotel, Amsterdam. Amsterdam, Schulman, 1972. In-4° broché, 133 p., 48 planches hors texte.
Catalogue proposant 2389 lots répartis comme suit :
   20 novembre :
      N° 1- 200. Gelderland, Holland, West-Friesland, Zeeland, Utrecht.
      N° 201-504. Utrecht, Friesland, Overijssel, Groningen ; Leeuwendaalders (Gelderland - Utrecht).
   21 novembre :
      N° 505-703. Leeuwendaalders (Friesland, Overijssel), Bataafse Republiek, Lod. Napoleon, Napoleon, Willem I.
      N° 704-997. Willem I, Willem II, Willem III, Wilhelmina, Juliana, Nederlands Oost- en West-Indië.
   22 novembre :
      N° 998-1278. Historie penningen (Historical medals - médailles historiques).
      N° 1297-1387. Les Pays-Bas Méridionaux.
      N° 2344-2389. Boeken - Bücher - Books - Livres.
      N° 1388-1606. Römisch-Deutsches-Reich, Deutschland Mittelalter, Neuzeit (Aachen - Pfalz).
   23 novembre :
      N° 1607-1903. Deutschland (Pfalz - Reichsmiinzen), Renaissance Medaillen, The Balkans, France.
      N° 1904-2343. Great Britain, Italia, Malta, Poland, Baltic countries, Portugal, Russia, Scandinavia, Spain, Switzerland, Asia, Africa, U.S.A., Latin America, West-Indies, Australia-Oceania, Varia-lots.

12 euros (code de commande : 27024).

 

Catalogue 258. Coins and Medals including Roman and Byzantine Coins. Veiling - Auction Sale 10-13 june 1974 in the Carlton Hotel, Amsterdam. Amsterdam, Schulman, 1974. In-4° broché, 116 p., 48 planches hors texte.
Catalogue proposant 2205 lots répartis comme suit :
   N° 1- 530. Nederlandse munten.
   N° 531-593. Historie- en Familiepenningen.
   N° 594-626. Decoraties en militaire medailles.
   N° 627-755. De Zuidelijke Nederlanden (Les Pays-Bas méridionaux).
   N° 756-776. Römisch-Deutsches Reich.
   N° 777-937. Deutschland.
   N° 938-940. Renaissance medaillen.
   N° 941. Balcan.
   N° 942-1314. France.
   N° 1315-1330. Great Britain.
   N° 1331-1352. Italia.
   N° 1353-1366. Polen.
   N° 1367. Portugal.
   N° 1368-1374. Russia.
   N° 1375-1384. Scandinavia.
   N° 1385-1390. Spain.
   N° 1391-1394. Switzerland.
   N° 1395-1396. Asia.
   N° 1397-1435. India-Ceylon.
   N° 1436-1437. Africa.
   N° 1438-1465. U.S.A. - Canada - Latin America.
   N° 1466-1472. Varia.
   N° 1473-2082. Roman Coins.  
   N° 2083-2102. Byzntine Coins.
   N° 2103. Vandals.
   N° 2104-2160. General lots.
   N° 2161-2205. Numismatische boeken.

12 euros (code de commande : 27130).


 

[CHALON (Renier)]. Collection de Feu M. Renier Chalon, Ancien Président de la Société royale de Numismatique. Deuxième partie. Bibliothèque numismatique dont la vente aura lieu les 18, 19, 20 et 21 novembre 1889 rue des Minimes, 10 Salle de Ventes, Librairie Larcier à Bruxelles à 10 h. du matin & à 2 h. de l'après-midi. Bruxelles - Paris, Cortvrindt - Van Peteghem, 1889. In-8° broché, [4 (faux-titre, conditions de la vente, titre, mention d'imprimeur)], 102, [1 (illustration)], [1 bl.] p., exemplaire non coupé, couverture partiellement insolée, très rare.
Répartition de la collection :
   - Traités généraux.
   - Numismatique romaine & grecque.
   - Angleterre.
   - Belgique.
   - Espagne & Portugal.
   - France.
   - Nederlande.
   - Italie.
   - Orient, Russie, Hongrie, Pologne, Suède.
   - Suisse.
   - Placards & Ordonnances sur les monnaies, tarifs.
   - Publications périodiques.
   - Brochures.
   - Collections de médailles & monnaies, catalogues.
   - Supplément.

85 euros (code de commande : 22635).

 

CHEVALIER (Nicolas) — Histoire de Guillaume III. Roy d'Angleterre, d'Ecosse, de France, et d'Irlande, Prince d'Orange, &c. Contenant ses actions les plus memorables, depuis sa naissance jusques à son elevation sur le trône, & ce qui s'est passé depuis jusques à l'entiere reduction du Royaume d'Irlande. Par medailles, inscriptions, arcs de triomphe, & autres monumens publics, recueillis par N. Chevalier. Amsterdam, s.n., 1692. [A Amsterdam. / M. DC. XCII. / Avec privilege.] In-4° plein veau brun d'époque, dos à 6 nerfs orné de fleurons et de fers dorés, mors partiellement fendus, [1 (titre-frontispice d'Ardriaan Schoonebeek)], [1 bl.], [1 (titre-frontispice de Romeyn de Hooghe)], [1 bl.], [1 (titre en rouge et noir avec une vignette gravée)], [1 bl.], [2 (épître dédicatoire)], 232 p., 138 gravures (2 titres-frontispice, 1 vignette de titre, 2 vignettes (épître dédicatoire et en tête du texte, p. 1), 2 lettrines, 119 médailles (avers et revers) dans le texte, 12 arcs de triomphe et entrées de villes (signées par R. de Hooghe) à pleine page), exemplaire en bon état malgré quelques rousseurs.
Texte de l'épître dédicatoire :
   Sire,
   Voyant qu'on celebre Vos Vertus & Vos Actions Heroiques en plusieurs manieres, comme j'ay quelque connoissance des Medailles, j'ay crû que je ne pouvois mieux employer mon étude qu'à recueillir celles que l'on a fait fraper à vôtre honneur, les ranger selon l'ordre des temps, & y ajoûter des reflexions pour les rendre intelligibles à tout le monde. Ainsi j'en ay fait un Corps d'Histoire Metallique que j'ay crû devoir donner au Public. J'avouë, Sire, que si une main plus habile que la mienne eut entrepris cét Ouvrage, il seroit écrit avec plus de justeffe & de politesse. Neanmoins j'ose dire que si Votre Majesté daigne y jetter les yeux, elle y trouvera des choses dignes de son attention, puisqu'Elle s'y verra dans toutes les pages, & qu'Elle y lira ses Grandes Actions qui Luy ont attiré l'admiration & l'amour de toute l'Europe, & l'estime même de ses plus grands Ennemis. C'est cela aussi uniquement qui m'a fait prendre la hardiesse de presenter cét Ouvrage à Votre Majesté. Je m'estimeray toûjours fort heureux d'avoir donné un témoignage public du zele & du tres-profond respect avec lequel je suis, Sire, de Vôtre Majesté le trés-humble & trés-obéïssant Serviteur.
   Nicolas Chevalier.

   
À gauche, le titre-frontispice d'Adriaan Schonebeek ; à droite, celui de Romeyn de Hooghe.

À propos de l'auteur :
   Le numismate et collectionneur Nicolas Chevalier naquit à Sedan et y fut baptisé le 1er juin 1661. Après la Révocation de l'édit de Nantes, il s'exila à Amsterdam où il exerça le métier de marchand d'antiquités, de curiosités et surtout de médailles. Reçu bourgeois d'Amsterdam en 1685, il annonça, douze ans plus tard, qu'il dispose aussi de tout le matériel pour frapper de nouvelles médailles, avec privilège pour ce faire.
   L'édition de son Histoire métalique de Guillaume III présentée ici sortit de presses en 1692 ; il en assura une partie de la vente.
   C'est en 1700 qu'il fut reçu dans la guilde des libraires d'Amsterdam, publia de nombreuses études numismatiques, puis s'installa à Utrecht où il exerça la frappe des monnaies jusqu'en 1717, année durant laquelle il revint à Amsterdam où il poursuivit ses activités d'imprimeur et de libraire.
   Il mourut en 1720 et ses riches collections furent vendues le 5 février et 2 avril 1721.

   
À gauche, la page 113 ; à droite, la gravure de la page 187.

450 euros (code de commande : 27055).

 

DEWISMES (Adolphe) — Numismatique artésienne. Catalogue raisonné des monnaies du comté d'Artois faisant partie du cabinet monétaire d'Adolphe Dewismes à Saint-Omer. Saint-Omer, Fleury-Lemaire, 1866. [Saint-Omer / Imprimerie Fleury-Lemaire, rue de Wissocq. / 1866.] In-8° demi-veau brun à coins, dos à 5 nerfs muet, [2 bl.], [1 (faux-titre)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], [1 (introduction)], [1 bl.], VIII, 399 [1 bl.], 4 (compte-rendu, par G. Fleury), frontispice à déplier, une carte à déplier, quelques illustrations dans le texte dont certaines à pleine page, XIV planches hors texte, exemplaire en bel état, rare.
Compte-rendu :
   Notre concitoyen M. Adolphe Dewismes, cédant au désir manifesté depuis plusieurs années par des collectionneurs de ses amis, fait paraître aujourd'hui un travail plein d'intérêt sur sa collection artésienne, sous le titre : Catalogue raisonné des monnaies du comté d'Artois, collection que ce zélé numismate a recueillie depuis plus de vingt-cinq ans, et qui est considérée comme la plus complète qui soit connue. Nous pensons que cette publication sera accueillie favorablement par les amateurs de médailles et aussi par les hommes d'étude qui s'occupent de cette partie de notre archéologie locale.
   Ce catalogue s'ouvre par la description des Monnaies Gauloises qui sont généralement attribuées aux Atrébates et aux Morins. Les emblèmes représentés sur ces pièces qui remontent, selon toute apparence, au IIIe siècle avant notre ère, sont, tour à tour, empruntés aux mœurs guerrières de nos ancêtres et au culte des Druides. Un denier de Comius, roi des Atrébates, commence la série si longue et si variée des monnaies d'Artois. L'époque Mérovingienne est représentée par les rares sols d'or de Boulogne-sur-Mer, de Saint-Omer et de l'antique cité de Térouanne. Les rois Carovingiens y figurent depuis Pepin-le-Bref jusqu'à Hugues-Gapet, dont une monnaie d'Arras clôture la suite des premières pièces royales frappées dans l'Artois, pour faire place au monnayage des grands vassaux. Dans cette catégorie sont comprises les monnaies émises par les villes d'Arras, Lens, Saint-Omer et Térouanne. Puis les monnaies des comtes de Flandre ; celles d'Aire, de Saint-Omer et de Saint-Venant, M. Dewismes décrit aussi les pièces battues dans notre province par le roi de France Philippe-Auguste et pour son fils Louis VIII. – Mais c'est surtout le monnayage de Saint-Omer qui mérite une attention spéciale. Qui eût pensé qu'une seule ville pût offrir, à une même époque, trois monnayages différents. C'est à l'aide de monnaies, en grande partie inconnues jusqu'ici et qu'il a eu la bonne fortune de retrouver, que ce glaneur persévérant a pu établir, d'une manière irrécusable, l'existence simultanée -d'une série comtale, communale et abbatiale à Saint-Omer, pendant les XIe et XIIe siècles.
   Dans la série comtale, M. Dewismes nous fait connaître un denier, de fabrique audomaroise, qu'il attribue au règne de Guillaume-Gliton ou de Normandie. La description de cette pièce est accompagnée d'intéressantes remarques historiques et numismatiques. Le monnayage communal est aussi une page curieuse, même pour l'histoire générale de notre pays, d'autant plus qu'aucune autre ville ne nous offre une série monétaire aussi nombreuse et aussi variée. On y remarque parmi tant d'autres, les curieux deniers au type d'un ou de deux mayeurs avec les attributs de leurs fonctions, frappés par la commune audomaroise. La série abbatiale nous offre les rares monnaies de la célèbre abbaye de Saint-Bertin. Viennent ensuite les monnaies, non moins intéressantes, des comtes d'Artois. Puis les pièces féodales des seigneurs de Béthune, des comtes de Fauquembergue et de Saint-Pol.
   On le voit, le monnayage de Saint-Omer est amplement représenté dans ce beau médaillier ; c'est que M. Dewismes est un de ces collectionneurs ardents et désintéressés, qui ne s'est épargné ni peines ni sacrifices afin de se procurer des séries assez complètes pour que sa publication puisse intéresser les numismates et principalement ceux de l'ancienne Flandre et de l'Artois. Ses découvertes numismatiques justifient la haute importance dont la ville de Saint-Omer jouissait déjà dans les temps anciens.
   En effet, l'auteur rappelle, clans son intéressant travail, le grand rôle que joue Saint-Omer dans les premiers temps de l'histoire politique de la Flandre. Son importance se manifeste dès le XIIe siècle. Les relations commerciales qu'eut cette ville avec la Grande-Bretagne furent consolidées par son agrégation à la hanse de Londres. Pendant l'époque qu'elle fit partie de ce comté, c'est-à-dire jusqu'à la cession définitive à Philippe-Auguste, en 1211, elle doit être considérée comme une des communes les plus riches et les plus puissantes. Ce fut elle qui, en 1127, obtint de Guillaume de Normandie, une charte modèle pour toutes les villes de la Flandre et la plus ancienne qui nous soit parvenue. Les annales monétaires de Saint-Omer ne sauraient donc être sans intérêt pour ceux qui s'occupent de l'archéologie de notre pays.
   Dans la seconde partie de son catalogue, M. Dewismes a compris une suite nombreuse de monnaies frappées à Arras par les rois d'Espagne Philippe II et Philippe IV, comme souverains de l'Artois. Il nous donne aussi la connaissance de celles que les rois de France, Louis XIII et Louis XIV firent également frapper dans la capitale de l'Artois, et qui, chose étonnante, avaient complètement échappé aux investigations de ses devanciers. Il termine son attachante publication par la description des monnaies obsidionales ou de nécessité qui ont été battues pendant les différents sièges de Saint-Omer, d'Aire et de Saint-Venant. Les récits assez étendus qu'il donne sur les sièges de notre ville, eu 1477 et 1638, sont d'un grand intérêt pour notre histoire locale.
   Il résulte de cette courte analyse que la ville de Saint-Omer, se trouve maintenant placée au premier rang de la numismatique du Moyen Âge. Nous devons aussi dire que M. Dewismes, par ses longues et patientes recherches a largement contribué à établir d'une manière certaine l'importance du monnayage audomarois pour cette époque reculée.
   La reproduction exacte de ses monnaies a été de sa part l'objet d'une sérieuse attention. Il croit que le premier mérite d'une publication numismatique consiste dans le soin apporté à la confection des planches. La gravure en est due au burin exercé de M. Ch. Lagache, lithographe à Saint-Omer, et il nous semble qu'il s'est acquitté avec talent du travail qui lui a été confié.
   Le frontispice nous paraît d'un goût heureux. Il nous représente une vue des ruines encore existantes de l'abbaye de Saint-Bertin et celle de notre belle Cathédrale.

220 euros (code de commande : 27685).

 

LA TOUR (Henri de) — Atlas of the Ancient Coins of France (Atlas de Monnaies gauloises). With an introduction to the coinage of ancient France by Barclay V. Head. Chaicago, Ares Publishers, 1976. In-4° sous cartonnage rouge d'éditeur, 8, 12 p., LV planches.
   Il s'agit de la réimpression de l'Atlas des Monnaies gauloises préparé par la commission de topographie des gaules et publié sous les auspices du ministère de l'Instruction publique, Paris, 1892.

25 euros (code de commande : 19933).

 

MARTINI-BERLIN (Adolf) — Sammlung des Herrn Adolf Martini-Berlin. Antike Münzen. Versteigerung vom 22.-24. Februar 1904 im Lokale und unter Leitung des Experten Adolph E. Cahn. Frankfurt am Main, 1904. In-8° agrafé, 52 p., une planche hors texte, cachet ex-libris sur la couverture.
Les 1345 pièces de cette vente sont réparties comme suit :
   Griechische Münzen (Hispania - Gallia - Italia - Sicilia - Moesia superior - Moesia inferior - Thracia - Paeonia - Macedonia - Thessalia - Illyria - Epirus - Acarnanien - Aetolia - Locris - Boeotia - Attica - Peloponnesus - Creta - Pontus-Bithynia - Bithynia - Troas - Ionia - Caria - Mysia - Lydia - Phrygia - Lycia - Pamphylia - Pisidia - Cilicia - Cappadocia - Syria - Könige von Syrien - Phoenicia - Judaea - Mesopotamia - Persia - Bactria et India - Aegyptus).
   Römische Münzen (Consulares - Kaisermünzen).

10 euros (code de commande : 21386).

 

SERRURE (Raymond) — Dictionnaire géographique de l'histoire monétaire belge. Bruxelles, Chez l'Auteur, 1880. In-8° débroché, 340 p., 6 planches hors texte, quelques annotations manuscrites, exemplaire bien complet mais à relier.
Avant-propos :
   Lorsqu'en 1835, Lelewel fit paraître la célèbre Numismatique du moyen-âge considérée sous le rapport du type, rien, pour ainsi dire, n'était connu de nos antiquités monétaires. Le livre du savant polonais attira l'attention des archéologues sur notre monnayage belge. On abandonna l'étude tant choyée, jusqu'alors des médailles grecques et romaines, pour se livrer de tout cœur à la recherche des souvenirs numismatiques nationaux.
   La Revue de numismatique belge fut créée. Ses premiers directeurs, Chalon, Decoster et C. P. Serrure surent lui faire acquérir un rang parmi les publications archéologiques les plus estimées de l'Europe.
   Les monographies monétaires des différentes provinces, les articles au sujet de questions spéciales se sont succédés, grâce aux recherches de savants archéologues parmi lesquels nous devons surtout citer, pour la génération actuelle, MM. Picquê et C. A. Serrure.
   Bref, la connaissance de nos anciennes monnaies en est arrivée aujourd'hui à l'état de science. Malheureusement cette science si belle, si intéressante est restée la propriété de quelques hommes, et, dira-t-on, l'apanage exclusif de quelques familles. Cela se comprend, du reste. Il manquait un ouvrage d'ensemble, où la numismatique traitée parallèlement avec l'histoire fut mise à la portée de tous. C'est cette lacune que notre Dictionnaire est appelé à faire disparaître.

25 euros (code de commande : 26689).

 

SERRURE (Raymond) — Essai de numismatique luxembourgeoise. Paris, Serrure, 1893. [Paris / Raymond Serrure & Cie / Experts en Médailles / 53, rue de Richelieu, 53 / 1893] In-8° demi chagrin vert à coins, dos à 4 nerfs, [3 (titre, justification du tirage, dédicace)], [1 bl.], 226 p., illustrations, tirage limité à 115 exemplaires numéroté (n° 115), mors frottés sinon bel exemplaire, rare
   Tirage à part de l'Annuaire de la Société de Numismatique, années 1892 et 1893.
Table des matières :
   - Introduction.
   - Frédéric (998-1019).
   - Henri IV (1136-1196).
   - Ermesinde (1196-1246).
   - Henri V le Blondel (1246-1281).
   - Henri VI (1281-1288).
   - Henri VII (1288-1309).
   - Jean l'Aveugle (1309-1346).
   - Charles IV (1346-1356 ?).
   - Wenceslas I (1356 ?-1383).
   - Wenceslas II, 1re période (1383-88).
   - Josse de Moravie (1388-1402).
   - Louis, duc d'Orléans (1402-1407).
   - Wenceslas II, 2e période (1407-1410).
   - Antoine de Bourgogne (1410-1415).
   - Elisabeth de Görlitz, 1re période (1415-1418).
   - Jean de Bavière (1418-1424).
   - Elisabeth de Görliz, 2e période (1424-1444).
   - Philippe le Bon (1443-1467).
   - Philippe le Beau, minorité (1482-1494).
   - Philippe le Beau, majorité (1494-1506).
   - Charles Quint (1506-1555).
   - Philippe II d'Espagne (1555-1598).
   - Albert et Isabelle (1598-1621).
   - Philippe IV d'Espagne (1621-1665).
   - Charles II d'Espagne (1665-1700).
   - Marie Thérèse d'Autriche (1740-1780).
   - Joseph II d'Autriche (1780-1790).
   - Léopold II d'Autriche (1790-1792).
   - François II d'Autriche (1792-1795).
   - Guillaume III de Nassau (1840-1890).
   - Errata et addenda.

150 euros (code de commande : 27618).

 

VANDENPEEREBOOM (Alphonse) — Essai de numismatique yproise, par Alp. Vandenpeereboom. Bruxelles, Gobbaerts, 1877. [Bruxelles / Fr. Gobbaerts, imprimeur du Roi, successeur d'Emm. Devroye / rue de la Limite, 21 / 1877] In-8° demi-veau brun à coins, dos muet à 5 nerfs, [1 (faux-titre)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], 378 p., 42 planches in fine, très bon exemplaire, rare.
Avant-propos :
   Il y a un siècle, les cabinets de médailles grecques et romaines n'étaient pas rares à Ypres ; on en voyait dans presque toutes les « bonnes maisons », et les familles notables, qui comptaient parmi leurs ancêtres des magistrats de la ville ou de la châtellenie, conservaient avec le plus grand soin, dans de belles bourses de velours, des séries de jetons scabinaux que leur avaient légués leurs aïeux.
   Ces collections de médailles et de jetons, après le décès du chef de la famille, devenaient, par droit de primogéniture, le patrimoine de messire son fils aîné ; elles restaient donc entières et se complétaient même de génération en génération.
   Mais, après l'abolition des droits d'aînesse, ces collections séculaires furent promptement dispersées ; on les partagea comme tous les autres biens composant les successions paternelles ; aussi vit-on vendre bientôt à Ypres, en paquets varia, des pièces « de vil métal » nommées mitrailles, « au temps de l'empire guerroyant ». Quant aux « vieilles pièces d'or et d'argent hors d'usage », médailles grecques et romaines, médailles modernes, monnaies et médailles yproises même, etc., on les échangea contre des napoléons et des écus de cinq francs. C'était, à cette époque, l'âge d'or pour les orfèvres d'Ypres.
   Mais, grâce à l'esprit de famille et à des traditions de « l'ancien régime », un assez grand nombre de jetons d'argent échappa au creuset. Ces séries de pièces étaient considérées comme des espèces de titres de noblesse : ne rappelaient-elles pas les honorables charges de magistrature remplies par des ancêtres ? Quelques familles d'Ypres conservèrent donc ces jetons avec soin et les firent longtemps briller, non sans une certaine vanité, sur des tables de boston ou de whist, quand, il y a quelques années encore, elles « donnaient une grande assemblée » ; c'est alors seulement que ces « vieux jetons » sortaient du tiroir d'un vieux meuble, où d'ordinaire ils reposaient pêle-mêle, sans être classés et sans qu'on y attachât, à part un souvenir de famille, la moindre importance historique ou numismatique.
   Il y a quarante ans, il ne restait pas à Ypres un seul cabinet de médailles, et l'on ignorait même généralement que l'ancienne chef-ville de la West-Flandre avait, elle aussi, sa numismatique locale.
   Que les temps sont changés... heureusement... depuis ! Vers 1840, « des amateurs d'antiquités, d'objets d'art et de curiosités se constituent en société, dans le but de rechercher et de réunir... spécialement tout ce qui peut présenter quelque intérêt pour le passé et l'histoire de la ville d'Ypres » ; les mailles, médailles et jetons yprois sont dès lors recherchés ; d'autres collections se forment bientôt aussi, et, comme la commune a patronné la société naissante, celle-ci fait don de ses collections à la ville.
   Celle-ci a, dès lors, son musée communal. Son Cabinet de numismatique yproise s'enrichit peu à peu, comme ceux qu'ont formés, vers cette époque, divers amateurs.
   Les médailles grecques et romaines seules fixaient l'attention de nos pères. Nos collections spéciales de numismatique locale sont donc, pour ainsi dire, nées d'hier, et cependant, bien qu'incomplètes encore, elles méritent déjà de fixer l'attention et permettent de tenter, dès aujourd'hui, un « essai de numismatique yproise », qui plus tard pourra être revu, corrigé et peut-être considérablement augmenté.
   En classant, sous un numéro spécial, des pièces du même type, mais de métal différent, il est possible, en effet, d'en décrire ou d'en mentionner plus de deux cent cinquante se rattachant à l'histoire d'Ypres.
   Nos mailles, monnaies et médailles ne sont, en général, pas inédites, comme la plupart des variétés de nos jetons scabinaux ; elles ont, au contraire, presque toutes été décrites déjà, mais dans des publications diverses. Quant à nos médailles modernes ou contemporaines, elles rappellent des événements qui se sont passés sous nos yeux. Il a paru utile cependant de mentionner et de cataloguer dans cet essai les unes et les autres. Les premières n'ont jamais fait jusqu'ici l'objet de recherches historiques dans un travail d'ensemble ; notre essai permettra, sans consulter des ouvrages nombreux, spéciaux et parfois rares, de connaître toutes les pièces yproises qu'il a été possible de retrouver et d'indiquer les circonstances dans lesquelles elles ont été frappées.
   Les secondes rappellent, il est vrai, des événements contemporains, connus aujourd'hui de tous ; mais les années se précipitent, les générations passent, on oublie promptement, les médailles vieillissent vite et leur origine devient bientôt un mystère que des savants s'efforcent laborieusement de pénétrer plus tard. Notre essai épargnera peut-être de longues recherches aux numismates yprois de l'avenir.
   En citant les auteurs auxquels nos descriptions, etc., sont en partie empruntées, nous préviendrons le reproche de les avoir plagiés.
   Nous avons essayé de donner un intérêt historique à notre travail, en désignant, autant que possible, quand, par qui et dans quelles circonstances nos médailles et notamment nos jetons scabinaux ont été frappés. Ces renseignements, en partie inédits, ont été puisés presque tous dans les archives de la ville et de la châtellenie d'Ypres, et nous sommes heureux de trouver ici l'occasion de remercier le savant et laborieux archiviste de notre ville, M. I. Diegerick, et notre érudit confrère, M. de Schodt, d'avoir bien voulu nous les fournir.
   Ces notes sont nombreuses, trop nombreuses peut-être, car on pourra nous reprocher d'avoir donné à notre essai des développements historiques exagérés et peu en rapport avec l'intérêt assez secondaire que peut présenter la numismatique d'une ville bien modeste aujourd'hui. Mais, qu'il soit permis de le rappeler, Ypres fut jadis une puissante et riche cité ; son histoire occupe de nombreuses et glorieuses pages dans les annales de la vieille Flandre et même de la Belgique.
   D'ailleurs, en entreprenant nos recherches, notre unique désir était de rappeler à nos compatriotes yprois que notre ville natale avait, elle aussi, sa numismatique particulière ; à ce point de vue, des détails d'histoire locale s'expliquent et se justifient peut-être –  C'est donc plus spécialement pour nos « co-bourgeois » que nous avons écrit notre « Essai de numismatique yproise », et nous n'aurions certes osé ambitionner alors l'honneur de le voir paraître dans la Revue de la numismatique belge ; s'il obtient aujourd'hui cette faveur, – qui mérite toute notre gratitude et nos sincères remercîments, – il la doit, avant tout, à l'amicale indulgence des directeurs de cette savante publication.
   Les pièces décrites dont le métal n'est pas désigné sont toutes d'argent.

180 euros (code de commande : 27733).


Retour au début


Si vous souhaitez recevoir les avis de mise à jour de la page
Numismatique
indiquez ci-dessous vos références :
prénom et nom :
adresse électronique :
pays de résidence :
et cliquez sur

La fréquence de mise à jour est bien évidemment aléatoire et dépend des achats que nous réalisons...

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.


Retour au début

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un ouvrage présenté sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (virement bancaire, chèque, carte, ...).

 
CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN). Il est également possible d'utiliser le mandat postal international ou le virement postal international ; dans ce cas, nous rappelons que nous ne pouvons pas nous permettre d'assumer les éventuels frais réclamés par la poste ou par les banques et que ceux-ci sont pris en charge par le client.

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre adresse postale : Librairie L'Oiseau-Lire, rue du Hautbois 36, B-7000 Mons (Belgique).
Téléphone et fax : +32 (0) 65 31 28 73.
Notre numéro d'inscription au Registre du Commerce : R.C.M. 98.525.
Notre numéro de T.V.A. : BE-619.836.631.
Notre numéro de compte à la banque I.N.G. : 370-0295773-10.
IBAN à l'ordre de notre librairie : BE41370029577310 (code BIC : BBRUBEBB).
Notre numéro de C.C.P. en Belgique : 000-1512114-78.

Notre numéro de C.C.P. en France : 12 155 61 G 026.

C.C.P. en France : Relevé d'Identité Postal

 Établissement

 Guichet

 Numéro du compte

Clé

 20041

 01005

1215561G026

 12