LITTÉRATURE FRANÇAISE

 Page de la section "Littérature française"
proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire
Pour commander
Retour à la page d'accueil de la littérature
Aller à la page "Poésie"

Cette page contient les ouvrages des auteurs dont le nom commence par les lettres
« T », « U », « V », « W », « X », « Y » et « Z ».
Les ouvrages sont classés par ordre alphabétique de nom d'auteur.
Les biographies sont classées au nom de l'auteur étudié.

 A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S
T
U - V - W - X - Y - Z

La Table Ronde. Cahiers. Été 1973. Paris, La Table Ronde, 1973. In-8° broché, 99 p., exemplaire numéroté et en parfait état.
Ce volume contient :
   - Le voyage, par Jean Blot.
   - Fac-similé, par Anne Carpentier.
   - Le charme de mourir, par Jean Curtelin.
   - Monsieur Joseph, par Jacques Laurent.
   - Le concept démocratique, par Thomas Molnar.
   - La dame à la péniche, par Michel Mourlet.
   - Analyse spectrale de l'Essonne du Sud, par Jean Plumyène.
   - La fête de Charité, par Claude Pradet.
   - Rencontre de Hyde Park, par Pierre-Jean Rémy.
   - Journal 1940, par François Sentein.

10 euros (code de commande : 12547).

La Table Ronde. Cahiers. Hiver 1973. Paris, La Table Ronde, 1973. In-8° broché, 100 p., exemplaire numéroté et en parfait état.
Ce volume contient :
   - Cinoche, par Alphonse Boudard.
   - La fête est morte, par Jean Cau.
   - Une conversation de Why, par Jean Curtelin.
   - La casse, par Christian Dedet.
   - Bière et vin, par Ernst Jünger.
   - Jaune, par Jacques Laurent.
   - La souffrance s'est tue, par Gabriel Matzneff.
   - Cavalier seul (air final pour un opéra imaginaire), par Jean Moal.
   - Le bonheur du jour, par François Salvat.
   - Journal 1940, par François Sentein.

10 euros (code de commande : 12549).

 

La Table Ronde. Cahiers. Automne 1974. Paris, La Table Ronde, 1974. In-8° broché, 102 p., exemplaire numéroté et en parfait état.
Ce volume contient :
   - Une balle perdue, par Marcel Achard.
   - Aimerais-je Laure ?, par Christian Dedet.
   - Le duc Rollon, par Georges Laffly.
   - L'école du milieu, par Jacques Laurent.
   - L'Ève bretonne, par Philippe Lefrançois.
   - Au tennis avec Galtier-Boissière, par Henry Muller.
   - Chambre 37, par François Salvat.
   - Le miracle des cerises, par Pierre-Jean Vaillard.
   - Journal 1941, par François Sentein.

10 euros (code de commande : 12551).


TAPIE (Jean-Paul)Le fils de Jean. Roman.Paris, Gallimard, 1999. In-8° broché, 195 p.
En quatrième de couverture :
« Jean est le plus bel homme que j'aie jamais vu. Grand, blond, sportif, rieur, entouré d'amis, toujours prêt à mesurer sa force, à la lutte ou à la course sur les plages désertes de l'Océan.
Comment, après l'avoir côtoyé pendant des années, pourrais-je ne pas aimer les hommes ? Mais aussi, hélas, comment pourrais-je en aimer un autre ?
Il le faudra bien, pourtant, puisque Jean est mon père. »

6 euros (code de commande : 9557).

TAPIE (Jean-Paul)Un goûter d'anniversaire. Montréal, Stanké, 2000. In-8° broché, 207 p., (collection « L'Heure de la Sortie »).

6 euros (code de commande : 9556).


TASMA-ANARGYROS (Sophie)Désolation et destruction. Paris, Éditions del'Olivier, 1997. In-8° broché, 142 p., envoi de l'auteur.
En quatrième de couverture :
« — Je t'adore, toi, tu es très raisonnable, tu es charmante, on ne sait pas du tout ce que tu pense, tu es petite encore. Mais tu as l'air sincère comme fille. Tu as de la chance de ne pas avoir de morts dans ta famille. Tu es vierge ?
Je rougis. Je ne dis rien.
— Bon, c'est pas grave. Maintenant, je suis là pour veiller sur toi.
Je respire un grand coup. Il va falloir que je m'accroche. »
La vie recluse, secrète et obstinément enfantine d'Emma vole en éclats avec l'arrivée d'Hélène. Hantée par sa mère disparue, Hélène s'achemine vers la folie, entraînant dans son sillage tous ceux qui l'entourent. Emma avance désarmée dans un présent de plus en plus incertain. Autour de Virgile — l'unique ami d'Emma —, une bataille souterraine et presque mortelle s'engage entre elles.
Dépourvu de tout sentimentalisme, ce roman intense est avant tout un double portrait. Celui de deux jeunes filles d'aujourd'hui. »

6 euros (code de commande : 9555).


Tel Quel. Littérature - Philosophie - Science - Politique. N° 62 - Été 1975. Paris, Seuil, 1975. In-8° broché, 103 p.
Table des matières :
   - Paradis, par Philippe Sollers.
   - À la mère, par Marcelin Pleynet.
   - D'une identité l'autre (le sujet du « langage poétique »), par Julia Kristeva.
   - Regard sur Kafka ou « Je voulais toujours vous faire admirer mon jeûne », par Philip Roth.
   - Le féminisme utopique de Ch. Fourier, par Catherine Francblin.
   - Tu te laisses tomber..., par Victoria Therame.
   - En pièce, par Huguette Champroux.
   - Entretien sur la philosophie (18 août 1964), par Mao Tsé-toung.

10 euros (code de commande : 17155).


TEMKINE (Raymonde)Paul et Isabelle. Roman. Paris, Laffont, 1960. In-8° broché, 177 p., exemplaire en partie non coupé.

4 euros (code de commande : 9554).


TERENCE (Mathieu)Fiasco. Roman. Paris, Phébus, 1997. In-8° broché, 121 p., (collection « D'Aujourd'hui »), exemplaire à l'état de neuf.
En quatrième de couverture :
« Qui peut se vanter d'avoir gâché sa vie de A à Z ? » C'est la question que se pose non sans orgueil le héros de Fiasco. N'ayant pas su devenir quelqu'un, il va concentrer toutes ses énergies à cette unique tâche, moins aisée qu'on ne croit : n'être rien. Si l'on ne peut faire de sa vie quelque chose d'inouï, nous prévient-il, mieux vaut oeuvrer à la rater, pourvu que ce soit avec panache, c'est-à-dire en pleine connaissance de cause. S'employer par exemple à décevoir les filles, à désespérer les honnêtes gens, à détruire sa propre identité (« J'aime m'identifier à des personnages célèbres : j'ai tellement de mal à diriger ma vie qu'il vaut mieux que d'autres s'en chargent. »)
Ici n'est pas le lieu d'évoquer les épisodes de cette réjouissante dégringolade, prétexte offert au héros de s'adresser à soi-même un lot de vacheries particulièrement senties — les autres n'en auront pas moins leur part d'éclaboussures. Les titres des cinq chapitres de ce roman qui claque comme une gifle sont à eux seuls un programme : « Portrait de l'artiste en loser », « Les inimitiés sélectives », « Le métier de perdre », « Self torture », « Le triomphe modeste ».
Les livres qui s'efforcent d'enseigner à leurs lecteurs les chemins du succès sont légion, et tous également inutiles. On a peu écrit sur l'art de perdre — qui intéresse pourtant tous les mortels. Le fiasco serait-il la chose du monde la mieux partagée ? »

7,50 euros (code de commande : 9553).


TERRADE (Jean-Louis)La Limousine noire. Roman. Paris, Gallimard, 1979. In-8° broché, 219 p., exemplaire du Service de Presse, dédicacé par l'auteur et à l'état de neuf.

7,50 euros (code de commande : 9552).


TEULÉ (Jean)Darling. Roman. Paris, Julliard, 1998. In-8° broché, 242 p., exemplaire à l'état de neuf.

9 euros (code de commande : 9552).

 

[RIMBAUD (Arthur)]. TEULÉ (Jean) — Rainbow pour Rimbaud. Paris, Julliard, 2005. In-8° collé, 204 p., cachet ex-libris et date manuscrite sur la page de garde, bel exemplaire.
En quatrième de couverture :
   J'ai aimé passionnément ce livre pour l'esprit de liberté qui le guide. C'est comme si Jean Teulé avait joué l'alphabet-blues des voyelles de Rimbaud sur la trompinette de Boris Vian. À chaque chapitre s'ajoute une couleur. La poésie est une angoisse fondue qui tourne parfois au fou rire.
   Robert se prend pour Rimbaud. Il a trente-six ans. Des yeux de porcelaine. C'est un type dans les deux mètres, avec des cheveux copeaux sur la tête. Il a toujours habité Charleville-Mézières, une maison de silence. Il a appris à respirer l'air du large, enfermé dans une armoire. Au cœur du bois il a gravé le mot « bateau ». Isabelle est standardiste à la SNCF. Elle se prend pour un buisson d'aubépines. Entre eux s'embrase le feu bactérien. Même un borgne appellerait cela l'amour. La jeune fille essaie d'apprendre au puceau les mains et les corps qui se donnent en réponse. Robert, ses voix sont ailleurs, sorties des pages d'un volume de la Pléiade. Impérieusement, c'est Rimbaud qui commande. Sous un soleil de feu, ivres zigzags au travers d'une Afrique non conforme, Isabelle le suit jusqu'à l'heure extrême de la mort arc-en-ciel. (Jean Vautrin.)

10 euros (code de commande : 19003).


THARAUD (Jérôme et Jean)


 

THÉÂTRE. L'Avant-Scène. N° 642 - 15 janvier 1979. Paris, L'Avant-Scène, 1979. Grand in-8° agrafé, 42 p., illustrations.
Sommaire :
   - Baudelaire à Bruxelles : une ombre traquée par la mort, par Jean Toreur.
   - Un rêve éveillé, par Patrick Roegiers.
   - Pauvre B... ! texte intégral, par Patrick Roegiers, d'après Charles Baudelaire.
   - Le Terrain vague, texte intégral, par Roland Hourez.
   - Le nouveau théâtre belge :
      - Profil de quatre mousquetaires, par Jacques De Decker.
      - Qu'avaient-ils en commun ?, par Jean-Marie Piemme.
      - Théâtre Provisoire.
      - Théâtre de l'Atelier.
      - Théâtre du Crépuscule.
      - Ensemble théâtral mobile.

10 euros (code de commande : 23921).


THÉRIVE (André) Le Charbon ardent. Paris, Grasset, 1929. In-8° broché, 287 p., (collection « Les Cahiers Verts », n° 4), exemplaire numéroté sur Alfa.

12 euros (code de commande : 9548).

THÉRIVE (André) Galerie de ce temps. Paris, La Nouvelle Revue Critique, 1931. In-12 broché, 227 p., (collection « Essais Critiques, Artistiques, Philosophiques et Littéraires », n° 26).
@ Ce numéro contient des textes sur Colette, Julien Benda, André Gide, Henri Béraud, Henry de Montherlant, Pierre Mille, Georges Bernanos, Julien Green, Léon Lemonnier, Emmanuel Bove, Charles-Ferdiand Ramuz et Henri Duvernois.

6 euros (code de commande : 9547).

THÉRIVE (André) — Lettres parisiennes sur les divertissements et l’amour. Paris, Crès, 1930. In-8° broché, 243 p., (collection « Maîtres et Jeunes d’Aujourd’hui »), exemplaire numéroté.

15 euros (code de commande : LF/3129).

THÉRIVE (André) Noir et Or. Paris, Grasset, 1930. In-8° broché, 261 p., (collection « Pour mon Plaisir », n° VIII), exemplaire numéroté sur Alfa en très bel état.

10 euros (code de commande : 9546).

THÉRIVE (André) Le plus grand péché. Paris, Grasset, 1924. In-8° broché, 314 p., (collection « Les Cahiers Verts », n° 36), exemplaire numéroté sur vergé bouffant.

8 euros (code de commande : 9549).


THEURIET (André)Sauvageonne. Dix-neuvième édition. Paris, Ollendorff, 1900. In-12 demi-percaline, 311 p.

13 euros (code de commande : LF/5449).


THIERRIN (Paul) — Buffet froid. Paris, La Table Ronde, 1979. In-8° broché, 182 p.

10 euros (code de commande : 134/65).

THIERRIN (Paul) — Les limonaires. Illustrations de Roberto Bort. Bienne, Éditions Panorama, 1978. In-8° broché, 93 p.

9 euros (code de commande : 135/65).


THIRAULT (Philippe) Lucy. Roman. Paris, Le Serpent à Plumes, 1997. In-8° broché, 200 p., exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
« Quelque part dans la Sierra californienne, en 1851, Alex Harrisson se meurt — de soif et d'épuisement, terrassé par la fièvre de l'or —, dans les bras de son ami d'enfance Clyde Morgan, lequel a fait route depuis Boston pour le retrouver. Clyde, a qui ne reste que la rumeur d'un filon miraculeux qu'aurait trouvé Alex, va se laisser gagner à son tour par la fièvre étrange des chercheurs d'or, et connaître les affres des placers stériles, et des parties de poker truquées.
Ne lui parviennent plus, dans ce monde sans foi ni loi où l'on s'entretue pour un âne, que les lettre pleines d'amour d'une mystérieuse Lucy, adressées à son ami mort. Clyde y répond en se faisant passer pour Alex, par compassion un peu lâche tout d'abord, et peu à peu captivé par le lyrisme passionnée de la jeune femme, devenue son seul lien avec le monde « réel » et dont il va s'éprendre éperdument.
Jonglant avec une causticité réjouissante entre roman noir et fleurs bleues, Philippe Thirault nous offre un premier roman étonnant et totalement atypique, digne des meilleurs westerns. »

9 euros (code de commande : 9537).


THOMAS (Henri) Le Promontoire. Roman. Paris, Gallimard, 1961. Petit in-8° broché, 192 p.
En quatrième de couverture :
« S'il existe parmi nous des hommes, des femmes, pour qui la vie et la mort ne sont pas ce qu'elles sont pour nous, des êtres à qui manque, si l'on veut, notre sens de la mort et de la vie, ou qui possèdent un autre sens, tout aussi peu définissable que le nôtre, sinon que là où nous ressentons menace, vertige, négation, ils sont aussi loin de nous qu'un arbre ou qu'une pierre, qu'adviendra-t-il à celui qui, n'étant pas entièrement comme ceux-là, ne peut ni les fuir s'il les rencontre, ni les rejoindre tout à fait dans leur tranquillité sans nom ? L'homme qui dit je dans Le promontoire tombe en ce qui pourrait sembler un piège infernal, si tout n'était si simple, si élémentaire à la fin. Rien qui ne s'explique, rien qu'un berger ivrogne ne puisse raconter sans faute, et à travers tout cela, évidente comme le soleil sur la mer, la vision d'un monde qui nous libère — qui nous libère de nous-mêmes. »

4 euros (code de commande : 9536).

 

THOMAS (Henri) — Sainte jeunesse. Nouvelles. Paris, Gallimard, 1972. In-12 broché, couverture rempliée, 164 p., exemplaire en bel état.
Sur les rabats de la couverture :
   Ce recueil 6e compose de six nouvelles, d'une pièce et d'un court dialogue. Il met en lumière les facettes du talent d'Henri Thomas. Chaque texte décrit très simplement une réalité et débouche inopinément sur le fantastique et la rêverie, entraînant le lecteur vers des profondeurs où se cache l'insaisissable secret des personnages. L'aventure est-elle celle du narrateur, de l'auteur ou celle des protagonistes ?
   Les deux premières nouvelles ont pour cadre les Vosges : Le Vosgien est-il né dans une ferme ou dans une école ? Les deux bâtiments se superposent sans véritablement se confondre dans le souvenir du narrateur. Le Prophète, ainsi surnommé parce qu'il porte des jugements définitifs, fait le malheur de sa famille.
   Dans Les Charbonnages du Tonkin, le narrateur, qui semble s'être détaché de son propre destin, évoque ses peines de cœur... et il en a encore malgré sa résignation.
   Le Bon Vent, pièce à quatre personnages, se déroule dans un milieu d'artistes anglais : une jeune femme peintre, son mari céramiste, un autre jeune céramiste et un journaliste vivent ensemble. La jeune femme quitte la maison, le mari retourne en Irlande, le jeune homme a trouvé un embarquement pour le Japon où il veut apprendre son métier, l'ami reste désemparé avec la perruche morte. Aucun des personnages n'est vraiment dupe du rôle qu'il joue ni des raisons qui les ont poussés à se séparer.
   Le recueil s'achève sur Pépiement des ombres : deux amis d'enfance se retrouvent après une longue séparation. Sainte Jeunesse, qui donne son titre au recueil, est une suite d'images poétiques, chaudes et colorées.

8 euros (code de commande : 24914).


THUILLIER (Jean) La Vierge du Cap. Paris, Rivages, 1996. In-8° broché, 239 p., (collection Écrits Noirs »), exemplaire du Service de Presse en parfait état.

10 euros (code de commande : 9538).


TILLINAC (Denis) Don Juan. Roman. Paris, Laffont, 1998. In-8° broché, 138 p., exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
« Don Juan me hante depuis longtemps. Je le vois un peu égaré dans notre époque avec cette innocence qui le rapproche de Casanova.
Il drague en ingénu faussement libertin : sa sincérité les désarme toutes. Le fait est qu'il les aime toutes : Claire (son épouse), Aude (sa belle-sœur), Bérénice (sa cousine). Il aime encore Laure, l'égérie de sa jeunesse. Il aime Clarisse et Véronique, il aimera Laurence. Il ose même aimer celle qui...
L'action est à Paris et en Auvergne, avec des escales dans les entrelacs des souvenirs et des maris soupçonneux, dont la fatuité incarne le Mal. Don Juan est l'ami de Dieu, le chantre de la féminité, le contempteur de la sottise.
L'été s'achève, les désirs ont mûri au soleil. Rideau... »

7,50 euros (code de commande : 9533).

TILLINAC (Denis) Les masques de l'épéhmère. Paris, La Table Ronde, 1999. In-8° broché, 263 p., exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
« Ces aubes qui me faussent compagnie sont l'allégorie d'une dépossession sans équivalent dans les temps historiques. Nous habitons les ruines d'un monde révolu et nous portons les deuils de tous ses héritages. J'écris pour signifier aux civilisations défuntes ma gratitude éplorée. Rien ne survivra des architectures mentales dont les vestiges nous émeuvent encore mais n'ont plus le pouvoir d'armer nos illusions. J'écris dans une mélancolie sans fond la chronique de l'irréparable. Elle indisposera ceux qui tiennent le monde « moderne » pour un prolongement des autres. On aimerait croire qu'au prix de métamorphoses l'ancien continuera de célébrer avec le nouveau ses noces d'antan. Cette crédulité n'est plus de mise : l'homme s'embarque sans boussole, sur un esquif qui prend l'eau, vers un rivage dont l'existence même est douteuse. »

10 euros (code de commande : 9534).

TILLINAC (Denis) Le rêveur d'Amériques. Roman. Paris, Laffont, 1980. In-8° broché, 191 p., ouvrage « actuellement épuisé » chez l'éditeur, bon exemplaire.

7 euros (code de commande : 9535).


TILLIER (Claude) — De l'Espagne. Introduction de Marius Gerin. Paris, Les Cahiers de Paris, 1925. In-8° broché, 88 p., (collection « Cahier », première série, n° 5), exemplaire numéroté sur vélin d'Alfa des papeteries Lafuma (n° 1046).
Préface :
   Le bienveillant accueil fait par la presse nivernaise à notre première série d'Études sur Claude Tillier nous a valu la révélation d'un manuscrit inédit où Tillier, sous forme de souvenirs personnels, raconte un curieux épisode de la guerre d'Espagne en 1823. Qu'on nous permette de rappeler ce que nous disions à ce sujet :
   « Il (Tillier) avait même rédigé un commencement de journal de l'expédition, aujourd'hui perdu. Cette perte est d'autant plus regrettable que la guerre d'Espagne, si impopulaire en France, entreprise contre les libéraux pour rétablir Ferdinand VII dans l'exercice du pouvoir absolu, devait donner à Tillier l'occasion de manifester son libéralisme. »
   Cette supposition est aujourd'hui vérifiée, grâce à la générosité d'un de nos compatriotes.
   M. C. Febvre, ancien notaire à Tannay, a découvert, dans une liasse de papiers concernant Tillier, le manuscrit que l'on croyait perdu, et il nous l'a gracieusement offert. Nous lui en exprimons ici nos bien vifs remerciements.
   Aucun doute ne saurait exister sur l'authenticité de cette œuvre inédite, qui porte la signature de Tillier.
   L'écriture, quoique plus rapide et. plus négligée, est semblable à celle du manuscrit des Lettres au Système, conservé à la bibliothèque municipale de Nevers.
   Le manuscrit a pour titre : De l'Espagne. Il forme un cahier de 34 pages, d'une écriture assez fine et serrée (format 0,192 x 0,135) sur fort papier à la main. Les ratures sont peu nombreuses ; en revanche, des paragraphes entiers sont biffés et refaits.
   Malgré l'aspect régulier de l'ensemble, la lecture du détail est assez malaisée, en raison du peu d'intervalle laissé entre les mots et entre les lignes. On pourrait croire que Félix Pyat, qui put jadis consulter ce soi-disant journal, quand il écrivit sa préface pour les œuvres de Tillier en quatre volumes, fut rebuté par les difficultés de la lecture. Il s'est contenté de dire : « Il (Tillier) fait la campagne de 1823 comme sous-officier dans le train d'artillerie et il a laissé un commencement de journal manuscrit de cette expédition. » (Préface de l'Éditeur, p. XII.)
   Nous ignorons la date du manuscrit. Cependant le paraphe de la signature de Tillier est le même que celui de la signature qu'il a apposée sur son acte de mariage, le 29 juillet 1828. Ces souvenirs ont sans doute été écrits entre 1828 et 1830. En dépit de certaines négligences d'expression, ils font pressentir le romancier.
   Nous pouvons maintenant dire avec certitude qu'« en somme, cette vie à l'armée, ce voyage en Espagne et dans le sud de la France, en l'obligeant à sortir de sa province, développèrent chez Tillier l'esprit d'observation, le sentiment poétique et contribuèrent à colorer son style. »

13 euros (code de commande : 19311).


TILLOL (Jean-Baptiste) Chan. Roman. Paris, Seuil, 1992. In-8° broché, 314 p., exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
« La nuit de ses trente ans, le narrateur est réveillé en sursaut par un rêve : un perron sous la lune, un portail entrouvert, un dragon de pierre... En cherchant, sans succès, le sens de cette vision, il s'aperçoit bientôt qu'une amnésie étrange lui vole sa mémoire. Rue Lolveg, Elanoïs, Hôtel Excelsior. Inverness. Manhattan : cinq lieux pour comprendre, cinq foyers magiques pour remonter le temps. Il y a Taby, la blonde au chignon instable, et surtout Chan, la brune, teint pâle, regard bridé, bleu, la Chinoise disparue depuis bientôt dix ans. Puis le docteur Konsky, gynécologue réputé, psychanalyste à ses moments perdus et voyeur insatiable. Enfin, la terrible Xana.
Les souvenirs s'enroulent dans une spirale vertigineuse. Un collier grec, la baie de Naples, une écharpe jaune, les pépins noirs d'un fruit sont les indices d'une vérité brûlante que dévoilent peu à peu les errances de l'amant. Un premier roman d'une construction subtile, une quête, une renaissance pleine de secret et de sensualité. »

7 euros (code de commande : 9532).


TOPIN (Tito) Le Transsaharien. Roman. Paris, Grasset, 1994. In-8° broché, 278 p., jaquette, exemplaire en parfait état.

10 euros (code de commande : 9530).


TOPOR — Four roses for Lucienne. Paris, Bourgois, 1967. In-8° broché, 253 p., exemplaire du tirage courant de l'édition originale.

20 euros (code de commande :116 /70).


TOULET (P.-J.)


TOURNIER (Michel) Gaspard, Melchior & Balthazar. [Roman.] Paris, Gallimard, 1980. In-8° broché, 271 p.

7 euros (code de commande : 9527).

TOURNIER (Michel) — Journal extime. Paris, La Musardine, 2002. In-8° collé, 236 p., exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   Les douze mois de l'année jalonnés par quelque quatre cents notules, observations, gloses, citations et autres historiettes.
   Michel Tournier, habitué aux récits de longue haleine – Vendredi, Les Météores, Les Rois mages, etc. –, s'essaie ici dans l'instantané. Cela va des abeilles de son jardin à un assassinat commis à Central Park (New York), du violoncelle de Pablo Casais à la philosophie du fouet.
   Mais le rire et la mort sont rarement absents de ces pages.

10 euros (code de commande : 22875).

TOURNIER (Michel) Le médianoche amoureux. Contes et nouvelles. [Paris], Le Grand Livre du Mois, 1989. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, 268 p.

4 euros (code de commande : 9526).

TOURNIER (Michel) Les Météores. [Roman.] Paris, Gallimard, 1980. In-8° broché, 544 p.

8 euros (code de commande : 9528).


TOUSSAINT (Franz) — Le jardin des caresses. Édition définitive. Paris, Piazza, 1929. Cent-treizième édition. In-12 broché, 148 p., frontispice illustré par Léon Carré, (collection « Ex Oriente Lux »).

   
Couverture et frontispice.

15 euros (code de commande : 15918).

TOUSSAINT (Franz)Sakountalâ. D'après l'œuvre indienne de Kalidasa. Paris, Piazza, 1922. Cinquième édition. In-12 broché, 173 p., frontispice illustré par A. Touchet, (collection « Ex Oriente Lux », n° 4), pli à la couverture.

   
Couverture et frontispice.

13 euros (code de commande : 16994).

TOUSSAINT (Franz) Le voyage du Khalife. Conte des «et un jours ». Paris, Tallandier, 1927. In-8° broché, 155 p., couverture un peu usagée.

7 euros (code de commande : LF/5237).


TRAZ (Robert de) Dépaysements. Quinze jours à Vienne. En Hongrie. Cinq jours à Berlin. Suède ou le pourquoi d'une mélancolie. Paris, Grasset, 1923. In-8° broché, XI + 195 p., (collection « Les Cahiers Verts », n° 29), exemplaire numéroté.

6 euros (code de commande : 9525).


TREIZE (Alexandre) Le couteau vert. Paris, Gallimard, 1963. In-8° broché, 237 p., exemplaire du service de Presse.

6 euros (code de commande : 9523).


TRILLARD (Marc) Cabotage. À l'écoute du chant des îles Cap-Vert, 1993. Paris, Phébus, 1996. In-8° broché, 165 p.
En quatrième de couverture :
« Un écrivain ami des mauvais chemins part à la découverte d'un archipel peu fréquenté : les îles du Cap-Vert, au beau milieu de l'Atlantique. Il est rejoint en route par sa femme, une métisse originaire de l'archipel, qui a perdu de vue sa mère — et ses îles — à l'âge de trois ans. C'est donc pour elle un retour aux sources. Et pour eux deux un temps démarré ponctué d'escales, rythmé surtout par la musique... seule ressource de ce lieu déshérité.
Le parcours se révélera fertile en drôles de rencontres, car les voyages ont une façon à eux de vous mener en bateau. Comme l'auteur, on en revient doucement chaviré. Convertis nous aussi aux joies subtiles du cabotage, cette navigation peu hasardeuse qui finit par apprivoiser l'errance et propose à ses adeptes une vie tout ensemble nomade et casanière. Un joli programme que les humains déboussolés devraient bien songer à acclimater ailleurs.
Un récit de voyage nimbé de musique — et de fine tristesse. Et la confirmation du talent de Marc Trillard, l'auteur d'Eldorado 51 (prix Interallié 1994). »

6 euros (code de commande : 9522).


TRINTZIUS (René) Voyageurs des ténèbres. Liège, Maréchal, 1946. In-8° broché, 197 p., (collection « Edgar Poe »).

5 euros (code de commande : 9521).


TRIOLET (Elsa) Le cheval blanc. Orné de huit dessins de Frans Sébastien. S.l., Éditions Lumière, 1945. In-8° broché, 425 p., les illustrations sont dans le texte, (collection « Corona », n° 2).

7 euros (code de commande : 9520).

TRIOLET (Elsa) Écoutez-voir. Paris, Gallimard, 1968. In-8° broché, 350 p., illustrations, exemplaire du tirage courant de l'édition originale sur vélin ivoiré.

15 euros (code de commande : 126/68).

TRIOLET (Elsa) — La mise en mots. Genève, Skira, 1969. In-8° collé, 137 p., illustrations en noir et en couleurs, (collection « Les Sentiers de la Création », n° 2), le pelliculage mat se décolle en quatrième de couverture sinon bon exemplaire.
Sur la couverture :
   
Les mots sont ces quelques feuilles qui créent l'illusion d'un arbre avec toutes ses feuilles, l'illusion de tout dire, non seulement l'arbre mais encore sa fraîcheur, l'ombre, l'abri, l'âme. La convention des mots, toile peinte, maquillage, rend ambigu leur sens incomplet. Les textes de lois, tracts, publicité, qui exigent un comportement précis de ceux à qui ils s'adressent, se gardent bien du vague, mais les lois s'interprètent comme les tracts, la publicité rate souvent son coup, et même les simples interdictions manquent de netteté : à l'Interdit de fumer, on a pu ajouter, même une Gitane. Voilà qui est plus clair. Exemple d'une interdiction et d'une publicité également précises. L'art de dire tout l'arbre. Il suffit de prononcer arbre pour en avoir idée, chacun sait nommer une chose, un sentiment, un fait – j'ai faim, j'aime, je souffre – pour en dire plus, faut un don particulier. Tout le monde marche, tout le monde ne peut pas être acrobate ou danseuse. Convention, création... La terre entière résonne d'un gazouillis articulé. L'humanité entière parle, le créateur romance, ses mots-feuilles fleurissent sur le faux-semblant d'un arbre.

25 euros (code de commande : 20849b).


 

TRISTAN (Frédérick) — Méduse. [Paris], Lettres Vives, 1985. In-8° broché, 76 p., (collection « Entre 4 Yeux », n° 7), exemplaire dédicacé par l'auteur.
En quatrième de couverture :
   Et maintenant, voici : les choses vont au mieux. Ma mère est malade. Elle ne mourra pas. Elle ne peut pas mourir. Mais elle a besoin de moi. Alors, j'en profite ou, du moins – soyons sincère – je tente d'en profiter et, en effet, il m'arrive d'en profiter, quelquefois. J'espère que bientôt elle sera paralysée, ou quelque chose comme cela, de façon que je puisse enfin emprunter son rôle, la mener selon mon plaisir. Elle sera mon enfant. Je serai son père, sa mère ; oui, son père et sa mère, tout ensemble. (Mon impatience est grande, je l'avoue.) Je souhaite seulement que sa maladie soit indolore. Je ne pourrais la voir souffrir. Ou bien qu'elle souffre un peu mais pas trop, tout juste assez pour attendre de moi une consolation que, bien entendu, je lui promettrais sans cesse mais qu'elle ne connaîtrait jamais, jamais. Et surtout, que sa maladie ne déforme ni son corps ni son visage ! Elle est si belle...

13 euros (code de commande : 23757).

TRISTAN (Frédérick) — Les tribulations héroïques de Balthasar Kober. Postface de Michel Waldberg. Paris, Balland, 1980. In-8° broché, 230 p.
En quatrième de couverture :
   Balthasar Kober, jeune garçon de quinze ans, orphelin, sans autre attache avec le monde que sa remarquable imagination, voyage à travers l'Allemagne des années 1590 à la suite de l'illustre kabbaliste et alchimiste Friedrich Cammerschulze.
   De Dresde à Venise, en passant par Nuremberg et Tübingen, les deux voyageurs sont confrontés aux luttes religieuses, sans cesse menacés par le sectarisme, constamment protégés par la Confrérie des Galopins dont ils font partie, rencontrant sur leur route les personnages les plus caractéristiques de l'époque : compagnons charpentiers, mercelots, imprimeurs, évêques, recteurs, philosophes, brigands et étudiants, témoins de cette fin du monde que ponctuera l'exécution de Giordano Bruno en 1600.
   Toutefois ce voyage dans l'espace est également vécu par Balthasar Kober comme un voyage dans un ailleurs qui est sans doute aussi son propre imaginaire. Ainsi le roman picaresque se change-t-il comme à son insu en la description intérieure d'un passionné de lumière et de vérité, d'un de ces fous de Dieu perdu dans le chaos du monde, sans cesse abattu, aussitôt renaissant, frère de toute la misère des hommes dont il se sent responsable.
   Roman d'aventure et d'amour, Les Tribulations héroïques de Balthasar Kober est également une vivante réflexion sur l'être humain en proie à un monde « plein de bruit et de fureur » – monde qui n'est sans doute guère différent du nôtre.

10 euros (code de commande : 24448).

TRISTAN (Frédérick) — Un monde comme ça. Paris, Seghers, 1992. In-8° broché, 214 p., (collection « Mots »), exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   La multiplication des espèces de rosés, le mystérieux couloir Saknussemm, la société des Houng, rien n'a de secret pour le singulier professeur Salvat dont Frederick Tristan réunit les carnets.
   Érudit, fantasque, drôle, il accumule les notations curieuses où le mensonge trame la vérité. Volontiers savant, il nous embarque dans un voyage que l'on croit sautillant et qui pourtant nous offre le tour du monde.

10 euros (code de commande : 23594).

 



TRISTAN L’HERMITE — Le page disgracié. Préface de Marcel Arland. Paris, Stock, 1946. In-12 broché, 323 p., en grande partie non coupé, (collection « À la Promenade », n° 6).

9 euros (code de commande : 33/60).

 

TRISTAN L'HERMITE Le promenoir des deux amans. Orné de quatre dessins de Valentine Hugo. Paris, GLM, 1949. In-4° broché, [24] p., un des 9 exemplaires numérotés sur Vellum (n°3), couverture à rabats insolée, quelques rousseurs éparses, rare.
   
Le tirage a été limité à 560 exemplaires qui se répartissent comme suit : 9 sur Vellum, 468 sur Marais, 25 sur Marais (chiffrés en romain) signés par l'éditeur et 60 exemplaires hors commerce sur vélin.

 

80 euros (code de commande : 25104).


TROYAT (Henri) Le jugement de Dieu. Paris, Plon, 1941 (mention d'édition). In-12 broché, 241 p., exemplaire non coupé.

9 euros (code de commande : 83/69).

TROYAT (Henri) La lumière des justes. La Barynia. Roman. [Cent-cinquantième mille.] Paris, Flammarion, 1961. In-8° broché, 346 p., exemplaire en grande partie non coupé.

5 euros (code de commande : 9499).


TUBEUF (André) Damiel ou les Indifférents. Roman. Paris, Albin Michel, 1999. In-8° broché, 380 p., exemplaire en parfait état.

10 euros (code de commande : 9497).

 


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T
U
V - W - X - Y - Z

Octave UZANNE  


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U
V
W - X - Y - Z

 

VAILLAND (Roger) La loi. Roman. 235e édition. Paris, Gallimard, 1957. In-8° broché, 313 p., exemplaire non coupé.

6 euros (code de commande : 9495).

VAILLAND (Roger) La truite. Roman. Paris, Gallimard, 1964. In-8° broché, 247 p., exemplaire du tirage courant de l'édition originale.

5 euros (code de commande : 9496).


VALENÇON (Jean-Michel) Noces d'ombre. Nouvelles. La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube, 1994. In-8° broché, 199 p., exemplaire en parafait état.

6 euros (code de commande : 9493).


Paul VALÉRY

 


VALLAEYS (Anne) La mémoire du papillon. Paris, Flammarion, 1997. In-8° broché, 213 p., (collection « Gulliver »).
En quatrième de couverture :
« En Guyanne, au temps du bagne de Saint-Laurent-du-Maroni...
Pierre Le Vigan, un médecin, a été condamné aux travaux forcés pour meurtre. Guillaume Tranchant, ingénieur, est féru d'insectes et collectionne les papillons. Agnès Gauthier, jeune coléoptériste du Muséum, est en mission.
Ces trois personnages s'affrontent dans la sylve irréelle de la jungle amazonienne. Chacun a son obsession : le bagnard se demande comment la beauté du papillon peut-elle naître de l'ordure ; l'ingénieur accumule les insectes morts ; la scientifique cherche à comprendre les mécanismes de l'infiniment petit.
À tout cela se mêlent les passions humaines, le désir de capture et de possession, sur fond de nature implacable. »

9 euros (code de commande : 9492).


VALLÈS (Jules) Le bachelier. Bois gravés de Barthélemy. Paris, Mornay, 1921. Voir la page des Éditions Mornay.
VALLÈS (Jules) L’insurgé. Bois gravés de Barthélemy. Paris, Mornay, 1923. Voir la page des Éditions Mornay.

[VALLES (Jules)]. Les Amis de Jules Vallès. Revue d'Études vallésiennes. N° 23 - janvier 1997. Saint-Étienne, Association des amis de Jules Vallès, 1997. In-8° broché, 112 p., exemplaire du Service de Presse avec une lettre du secrétaire de l'association.

5 euros (code de commande : 9491).


VALORBE (François) Napoléon et Paris. [Paris], Le Terrain Vague, 1959. In-8° broché, 235 p.
@ François Valorbe est le pseudonyme utilisé par le Vicomte De Vibraye.

10 euros (code de commande : 9489).


VAN DER MEERSCH (Maxence) — Corps et Âmes. Roman. Tomes I et II (complet). Dessins de René Michaud. Annemasse, Édition du Madrigal, 1949. Deux volumes in-8° broché, 417 et 372 p., 42 bois gravés (bandeaux de tête de chapitre).

Les deux volumes : 25 euros (code de commande : 15987).

VAN DER MEERSCH (Maxence) L'élu. Paris, Albin Michel, 1937. in-12 broché, 253 p.

5 euros (code de commande : 9486).


VAN NIEUWENBORGH (Marcel) — À Bruxelles. Traduit et adapté du néerlandais par Marie-Françoise Dispa. Bruxelles, Hatier, 1990. In-8° broché, 161 p., illustrations et cartes, (collection « Itinéraires »), exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   Bruxelles n'est pas de ces villes que le lecteur associe spontanément à la littérature internationale. Rares sont d'ailleurs les romans qui se déroulent dans la capitale belge. Mais nombre d'auteurs aujourd'hui classiques y ont vécu une période plus ou moins longue, et ils n'ont pas manqué d'exprimer, dans leurs écrits, les sentiments que ce séjour leur avait inspirés.
   Au XIXe siècle, beaucoup de jeunes écrivains, que des impératifs politiques ou financiers avaient obligés à fuir leur propre pays, trouvèrent dans la capitale du jeune État belge, liberté et sécurité. Pour Arthur Rimbaud et Paul Verlaine, la Belgique marqua en outre, un tournant, tant dans leur relation que dans leur carrière littéraire.
   Bruxelles pourtant, malgré son provincialisme serein, son manque de théâtralité et l'absence d'un grand fleuve comme à Paris ou à Londres, fascine Hugo et Baudelaire, Scott et Byron, Mirbeau et Joyce, Marx même. La Grand Place, la place Royale, la place des Barricades, mais aussi Waterloo depuis 1815 – bien qu'à l'extérieur de Bruxelles. Tous ces espaces architecturaux aux qualités scéniques incontestables serviront l'imagination de gens de lettres qui avaient alors besoin de correspondances spatiales.
   Ce guide littéraire, en douze itinéraires illustrés de cartes et de gravures, truffés de citations extraites de leurs écrits, retrace le séjour de ces grands écrivains étrangers à Bruxelles.
Table des matières :
   - De Casanova à Joyce.
      Itinéraire 1. Charles Baudelaire. Le ballon captif.
      Itinéraire 2. Victor Hugo. Le rossignol de la place des Barricades.
      Itinéraire 3. Rimbaud et Verlaine. L'énigme de la religieuse flamande.
      Itinéraire 4. Alexandre Dumas. Les nègres du mulâtre.
      Itinéraire 5. Honoré de Balzac. L'escroc et les contrefacteurs.
      Itinéraire 6. Marx et Engels. Des rires dans la nuit.
      Itinéraire 7. Charlotte Brontë. Une Anglaise au pensionnat.
      Itinéraire 8. Lord Byron. Le bal de la comtesse.
      Itinéraire 9. Octave Mirbeau. Quatre pneus pour un fou rire.
      Itinéraire 10. Léon Daudet. Les belles du Bois de la Cambre.
      Itinéraire 11 J.-K. Huysmans. À vau-la Senne.
      Itinéraire 12. Claudel, Auden et James Joyce. Les saisons de Bruxelles.
   - Bibliographie.
   - Index.

13 euros (code de commande : 24887).


VARDA (Agnès) — Cléo de 5 à 7. [Scénario.] Paris, Gallimard, 1962. In-8° broché, 114 p., illustrations hors texte, jaquette, rousseurs.
En quatrième de couverture :
   « Cléo de 5 à 7, c'est un portrait de femme inscrit dans un documentaire sur Paris, mais c'est aussi un documentaire sur une femme et l'esquisse d'un portrait de Paris.
   À la lecture, le film devient le roman d'une jeune femme malade, saisie par l'idée de sa mort possible.
   C'est une chanteuse de petit renom, avec accessoires classiques d'une autre époque : déshabillé à plumes, amant distingué, servante-confidente, pianiste-artiste ; elle est toute entourée de miroirs. Mais un jour elle voit la mort. Elle a peur et son regard affolé découvre un monde inhabituel (pour elle) mais tellement normal. Dans la rue, dans les cafés, elle regarde les gens. Elle prend «un bain de multitude ».
   Puis elle va voir son amie qui est modèle, puis elle va se promener dans un parc et y rencontre un jeune homme tranquille.
   De la superstition à la peur, de la rue de Rivoli au café du Dôme, de la coquetterie à l'angoisse, de Vavin à la Gare du Maine, de l'apparence à la nudité, du parc Montsouris à la Salpêtrière, Cléo découvre, un peu avant de mourir, la couleur étrange du premier jour d'été, où la vie lui devient possible.
 »

20 euros (code de commande : 13934).


VAUTRIN (Jean) La vie Ripolin. Paris, Mazarine, 1986. In-8° broché, 241 p., hommage de l'auteur.

10 euros (code de commande : 85/69).


[VAUVENARGUES]. Noblesse de Vauvenargues. Choix de textes et présentation par S. De Sacy. Paris, Club des Libraires de France, 1956. In-8° sous reliure et Rhodoïd d'éditeur, 374 p., (collection « Livres de Sagesse », n° 4), exemplaire numéroté, en parfait état.

20 euros (code de commande : 150/71).


VEDRÈS (Nicole)La fin de septembre. Roman. Paris, Gallimard, 1962. In-8° broché, 235 p.

5 euros (code de commande : 9484).


VÉDERINES (Jean)Château perdu. Roman. Paris, Éditions de la Différence, 1997. In-8° broché, 263 p., (collection « Littérature »).

10 euros (code de commande : 9483).


VEILLETET (Pierre)Bords d'eaux. Paris, Arléa, 1989. In-8° broché, 166 p., (collection « Lieux Dits »).

5 euros (code de commande : 9482).


VERCEL (Roger) Du Guesclin. Paris, Albin Michel, 1941. In-12 broché, 316 p., (collection « Les Vies Authentiques »), exemplaire non coupé.

9 euros (code de commande : LF/27).

VERCEL (Roger) Le roman d'Agrippine. Paris, Cercle du Nouveau Livre, 1965. In-8° sous reliure et Rhodoïd d'éditeur, 255 p., exemplaire numéroté.

10 euros (code de commande : 138/61).


VERCORS

 

 

VERLAINE (Paul)Histoires comme ça suivi de Les mémoires d'un veuf. Préface de Yves-Robert Viala. S.l., Safrat, 1991. In-8° broché, 171 p., exemplaire en parfait état.

6 euros (code de commande : 9477).

 

VERLAINE (Paul)Œuvres libres. Agrémenté de 50 pointes sèches et eaux fortes par Roger Descombes. Sans lieu, (Sous le nom du licencié Pablo de Herlagnez à Segovia = 1868) ni date [1975]. In-8° collé, 120 p., illustrations, bel exemplaire.
   
Ce volume réunit : Les Amies, Femmes et Hombres.
   En appendice, Sonnet du trou du cul, par Verlaine et Rimbaud.


18 euros (code de commande : 21765).

 

VERLAINE (Paul) — Poèmes saturniens. La bonne chanson. Cinq compositions originales en couleurs de A. Brouet reproduites en Héliogravure. Paris, Rombaldi, 1936. In-8° broché, 130 p., illustrations en couleurs hors texte, (collection « Les Contemporains », n° 6), exemplaire numéroté sur vergé de Voiron (n° 2128), dos frotté.


Couverture et une des cinq illustrations.

20 euros (code de commande : 24973 - vendu).

 

[VERLAINE]. BOUHIER (Jean) — Verlaine et l'amour. Bruxelles - Périgueux, Éditions de l'Avenue - Fanlac, 1946. In-8° broché, 97 p., exemplaire numéroté (n° VII) sur vélin supérieur, couverture un peu défraîchie.
Préambule :
   IL nous faut, au seuil de ce livre, prévenir quelques malentendus. Nous aimons trop la liberté pour ne pas la rendre immédiatement à tous les esprits chagrins qui confondent l'amour et la licence, la sensualité et la grivoiserie et qui se voilent la face publiquement pour mieux goûter les plaisirs frelatés des débauches cachées. On connaît l'histoire de ces peintures lubriques dont parle Théophile Gautier dans la préface de Mademoiselle de Maupin, « et qui feraient rougir les capitaines de dragons ». Mais Th. Gautier ajoute, non sans ironie « la virginité des capitaines de dragons est après la découverte de l'Amérique, la plus belle découverte que l'on ait faite depuis longtemps. »
   II y a dans les mœurs, de ces attitudes que l'on défend pour mieux en assurer la présence, alors que le silence suffirait à en faire oublier l'existence.
   Nous avons fort heureusement perdu ce sens des « convenances » qui faisait condamner judiciairement, parmi tant d'autres chefs-d'œuvre, aussi bien Les Fleurs du Mal que Les Amies. La pudeur a des cruautés bien proches d'une sorte de sadisme furieux. Les autodafés de livres ont été de toutes les époques et sous mille prétextes fallacieux. Sachons voir clair et ne pas nous précipiter sur les choses avec une joie malsaine. Nous trouvons toujours des lecteurs plus salaces que l'auteur. Ceci explique le succès de toute une littérature spéciale, pornographique même. « S'il y a quelque nudité, disait Th. Gautier, dans un tableau ou dans un livre, ils y vont droit comme le porc à la fange, et ne s'inquiètent pas des fleurs épanouies ni des beaux fruits dorés qui pendent de toutes parts. » Nous ne saurions nous adresser à ces hommes pour qui une femme nue est un objet de débauche intellectuelle et non une chose belle en soi. Pourquoi détourner le regard de tout ce qui non seulement est humain mais fait toute la grandeur, toute la noblesse de l'homme ? L'amour, avec tout ce qu'il apporte de joie, de détresses, de jeux, de passions et de plaisir est la personnification même de la présence de l'homme sur la terre. Nier sa réalité, ses causes, ses besoins et ses buts, c'est nier l'homme lui-même, au bénéfice d'on ne sait quelle entité qui reste, qu'on le veuille ou non, le fruit du cerveau d'un être certes pensant, mais d'un être de chair.
   Nous disons « arrière » aux lecteurs pervers et libidineux, ou aux collégiens en rupture de virginité, sans même oser les renvoyer à cette poignée de livres eux aussi condamnés en un siècle de pudibonderie et qui constituent l'enfer de la Bibliothèque Nationale, à ces livres... « desquels une douzaine dépasse les bornes de l'extrême licence et dont le reste est bizarrement composé de recueils gaillards... toutes choses, enfin, qu'un honnête homme peut posséder parmi ses collections, au vu de son entourage, sans être taxé d'infamie ». (Préface de L'Enfer de la B. N., par Guillaume Apollinaire, Fernand Fleuret et Louis Perceau).
   « Penser une chose, en écrire une autre, cela arrive tous les jours surtout aux gens vertueux », disait encore Th. Gautier qui ajoutait : « Les livres sont les fruits des mœurs ».
   C'est sans doute pourquoi Verlaine qui était assurément peu vertueux, écrivait ce qu'il pensait, mieux, ce qu'il sentait.

13 euros (code de commande : 15398).



Jules VERNE


VÉRY (Pierre)Les trois Claude. [23e édition.] Paris, Gallimard, s.d. [© 1936]. In-12 broché, 248 p., (collection « Pierre Véry - Nouvelle série »), couverture défraîchie.

4 euros (code de commande : 9476).


VESCHAMBRE (Christiane) — Les Mots pauvres. Le Chambon-sur-Lignon, Cheyne, 1996. In-8° broché, 105 p., (collection « Grands Fonds »), jaquette.
En quatrième de couverture :
« Se réveiller un matin muette, et donc soudain exclue du cours familier des choses, et arrachée pour une grande part au commerce des autres, telle est l'expérience limite que vit la narratrice des Mots pauvres.
Or, loin de l'anéantir, l'événement la renvoie à une solitude essentielle, et comme primitive, au cours de laquelle elle renaît à elle-même, libérée des pièges de l'amour-propre et des masques où l'enfermait jusque-là le souci de paraître, s'ouvrant enfin à un rapport juste et confiant avec le monde. C'est pour elle une véritable initiation, dont elle témoigne au jour le jour dans une sorte de journal intime qu'éclaire la discrète présence de l'homme qu'elle aime, et à qui elle s'adresse en secret. Dans ce livre tout intérieur, Christiane Veschambre évite la séduction d'une écriture savante et contournée, privilégiant les mots simples d'une confidence pudique. »

10 euros (code de commande : 10041).


VIALAR (Paul) La mort est un commencement. Tome I : Le bal des sauvages. Roman. [70e édition.] Paris, Domat, 1946. In-8° broché, 238 p., exemplaire non coupé et en parfait état.

5 euros (code de commande : 9469).

VIALAR (Paul) La mort est un commencement. Le bal des sauvages. Paris, Arthème Fayard, 1953. In-8° sous reliure souple d'éditeur, 160 p., (collection « Le Livre de Demain »).

4 euros (code de commande : 9467).

VIALAR (Paul) La mort est un commencement. Tome II : Le clos des trois maisons. Roman. [70e édition.] Paris, Domat, 1946. In-8° broché, 332 p., exemplaire non coupé et en parfait état.

5 euros (code de commande : 9470).

VIALAR (Paul) La mort est un commencement. Tome III : Le petit jour. Roman. Paris, Domat, 1947. In-8° broché, 446 p., petit manque au coin inférieur du second feuillet de couverture.

5 euros (code de commande : 9471).

VIALAR (Paul) La mort est un commencement. Les morts vivants. Paris, Arthème Fayard, 1956. In-8° sous reliure souple et jaquette d'éditeur, 287 p., (collection « Le Livre de Demain »).

5 euros (code de commande : 9468).

VIALAR (Paul) La mort est un commencement. Tome VII : Dansons la capucine. Roman. Paris, Domat, 1950. In-8° broché, 279 p., exemplaire non coupé et en parfait état.

5 euros (code de commande : 9474).

VIALAR (Paul) La mort est un commencement. Tome VIII : La haute mort. Roman. Paris, Domat, 1951. In-8° broché, 361 p., exemplaire non coupé et en parfait état.

5 euros (code de commande : 9475).

 

VIALAR (Paul)Plumes dans le vent. Illustrations de Henri de Linarès. Paris, Amiot-Dumont, 1951. In-4° en feuillets sous chemise rigide, jaquette rempliée illustrée en couleurs, 89 p., 11 illustrations dont deux gravées sur cuivre et mises en couleurs au pochoir et neuf tirées en offset noir deux tons, bon exemplaire numéroté (n° 660).
Ce volume contient onze petits récits sur :
   - Le perdreau gris.
   - Les bécassines.
   - La grive.
   - La bécasse.
   - Le perdreau rouge.
   - le col vert.
   - La pie de mer (l'huitrier).
   - La caille.
   - La sarcelle d'été.
   - Le chevalier gambette.
   - Le coucou.

95 euros (code de commande : 22734TA).

VIALAR (Paul) Le rose de la mer. Roman. [21e édition.] Paris, Denoël, 1939. In-8° broché, 214 p., exemplaire non coupé et en parfait état.

6 euros (code de commande : 9465).


 

VIAN (Boris) — Théâtre inédit. Tête de méduse - Série blême - Le chasseur français. Textes établis par Noël Arnaud. Paris, Bourgois, 1970. In-8° broché, 377 p., édition originale.
En quatrième de couverture :
   Un vaudeville d'épouvante, une tragédie d'abattoir (en alexandrins et en argot), une comédie musicale pour agrégés de philosophie (dont un cheval), trois pièces – et de taille – qui achèvent d'inscrire Boris Vian parmi les dramaturges les plus inventifs et complets de ce temps.

20 euros (code de commande : 23211).


 

VICAIRE (Gabriel) et BEAUCLAIR (Henri) — Les Déliquescences. Poèmes décadents d'Adoré Floupette. Paris, Crès, 1911. In-12 plein maroquin rouge, dos à 5 nerfs marqués de pointillés dorés, entrenerfs à filets et pointillés dorés mosaïqués de petits rectangles de basane beige, auteurs et titre dorés dans les deuxième et troisième entrenerfs, date dorée en queue, plats encadrés d'un filet triple doré, filet doré sur les coupes, chasses ornées de filets et de motifs de feuillage dorés, tête dorée, couverture de papier gris-vert conservée (reliure signée Dubois d'Egnhien), 82 p., (collection « Les Maîtres du Livre », n° 1), un des 20 exemplaires numérotés sur Japon (n° 1), rare et en parfait état.
   Un succès équivoque :
   Le 2 mai 1885, paraît une mince plaquette de dix-huit poèmes, tirée à cent dix exemplaires : Les Déliquescences attribuées à un certain Adoré Floupette. Malgré ce caractère confidentiel, les réactions dans la presse sont immédiates et nombreuses, à tel point que les vrais auteurs, Gabriel Vicaire et Henri Beauclair, semblèrent s'en inquiéter, et parlèrent du « succès extravagant » de leur « bambochinade sans prétention ». Dès le 17 mai, dans les colonnes de deux grands quotidiens, le Gil Blas et Le XIXe Siècle, Paul Arène et Gabriel d'Encre donnent des avis opposés. D'autres articles se succèdent jusqu'à la fin de l'année. La cacophonie des opinions, l'âpreté de la polémique surprennent. En fait, le recueil semble avoir fourni à des questions encore latentes, à des conflits sous-jacents, l'occasion de se cristalliser.
   En schématisant, on peut regrouper les avis exprimés sur Les Déliquescences en quatre catégories. Certains n'ont pas clairement distingué la parodie, et ironisent sur ce nouveau représentant des « modernistes » ou autres « sensationnistes ». D'autres au contraire, comme E. Rod, critiquent ce qu'ils estiment être une charge visant les créateurs nouveaux. D'aucuns apprécient une illustration amusée du décadentisme. Restent ceux qui, à l'instar de Champsaur, se félicitent d'une parodie réglant leur compte aux décadents.
   À dire vrai, peu de critiques s'y trompèrent. Le grave Gabriel d'Encre, du XIXe Siècle, a dut se mordre les doigts d'avoir pris la plaisanterie au sérieux et traité Floupette de « fanfaron d'abrutissement », de « poseur pour la névrose ». Mais on sent chez lui une hésitation ; pris d'un soupçon in extremis, il tente de se couvrir des mauvaises surprises et glisse à la fin de son article : « à moins que le blagueur ne se double d'un parodiste, et que Les Déliquescences soient pour les impressionnistes ce que Le Parnassiculet fut pour les parnassiens ? »
   Cette équivoque, on la retrouve partout à propos des Déliquescences : Lutèce, la revue qui a lancé et défendu la parodie, soutient Verlaine mais éreinte Mallarmé, publie Laforgue tout en le critiquant sévèrement, bref maugrée contre les audaces de la poésie nouvelle en même temps qu'elle lui donne la parole. Vicaire est le poète bien traditionnel des Émaux bressans, le chantre de la campagne franc-comtoise, c'est aussi l'un des plus fidèles amis de Verlaine. On peut donc s'interroger sur les intentions exactes qui ont présidé à la rédaction des Déliquescences, et par suite sur leur statut : pastiche, parodie, création à part entière ?
   Le mieux pour y voir clair est d'examiner les déclarations des auteurs, qui ont tenté à plusieurs reprises de préciser leurs intentions. Ils estiment avoir été parfaitement compris par Paul Arène, lui-même parodiste, qui parlait dans le Gil Blas d'« une imitation savante » pour laquelle « il est nécessaire d'aimer un peu ce qu'on raille. » Ils répliquent à Édouard Rod, qui leur reproche d'avoir ridiculisé les novateurs de la poésie, que « tout en conservant une estime profonde pour les vrais artistes qui cherchent, sans trouver toujours, Floupette a cru pouvoir blaguer légèrement, en bon camarade, ce qui chez eux lui semblait un tantinet ridicule. » Position délicate à tenir, dont l'ambiguïté est bien illustrée par le statut imprécis de leur créature : Floupette est un personnage, un poète décadent, sujet de la parodie. Mais c'est en tant que parodiste qu'il prend la parole pour défendre le recueil. On le charge de représenter en même temps le railleur et sa victime.
Bibliographie :
   - Jourde (Pierre), « Les Déliquescences » d'Adoré Floupette, ou l'imitation crée le modèle, dans Romantisme, 1992, volume 22, n° 75, pp. 13-20.

280 euros (code de commande : 25600).

.

VIGÉE (Claude) — Aurore souterraine. Paris, Seghers, 1952. In-12 agrafé, 40 p., (collection « P.S. », 179), envoi de l'auteur.

9 euros (code de commande : 141/65).

VIGÉE (Claude) — Un Panier de houblon. Tome I : La verte enfance du monde. Tome II : L'arrachement. Paris, Lattès, 1995. Deux volumes in-8° brochés, 455 et 399 p.

Les deux volumes : 20 euros (code de commande : 9462).

[VIGÉE (Claude)]. Colloque de Cerisy. La terre et le souffle. Rencontre autour de Claude Vigée. 22-29 août 1988. Sous la direction d'Hélène Péras et Michèle Finck. Paris, Albin Michel, 1992. In-8° broché, 409 p., (collection « Bibliothèque Albin Michel - Idées »), ouvrage « définitivement indisponible » au catalogue de l'éditeur, exemplaire en très bel état.

15 euros (code de commande : 9461).


VIGNEAUX (Jean) — Branque-Iliade. Roman. Paris, Robert Laffont, 1982. In-8° broché, 278 p.

5 euros (code de commande : 9460).


VILA (Thierry) — L'oiseau silencieux. Roman. Paris, Balland, 1988. In-8° broché, 187 p, exemplaire en très bel état.

6 euros (code de commande : 9459).


VILDRAC (Charles) — Découvertes. (12me édition.) Paris, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1923. In-8° broché, 166 p., long ex-dono au crayon aux pages de garde et de faux-titre, bel exemplaire.

7 euros (code de commande : 9457).

VILDRAC (Charles) — L'île rose. Illustré par Edy Legrand. Paris, Albin Michel, 1947. In-8° broché, 242 p., exemplaire un peu défraîchi.
@ Une mention imprimée au verso de la page de garde précise : « Les dessins d'Edy Legrand, exécutés en 1928, sont, à la demande de lartiste, reproduits ici pour la dernière fois. »

10 euros (code de commande : 9458).


[VILLON]. FAVIER (Jean) — François Villon. Paris, Fayard, 1982. In-8° broché, 540 p., illustrations hors texte.
Sur la couverture :
   « Un homme comme les autres, dans le futur quartier Latin des années 1450. Il ressemble à quelques milliers d'écoliers plus riches d'illusions que de bagage ou d'emploi. En ce temps de dynamisme retrouvé au sortir de la guerre, il y a des places à prendre, mais la société, déjà, se défend des nouvelles ambitions: beaucoup de places sont prises, ou réservées.
   Clerc et célibataire par opportunité, amoureux par tempérament et misogyne par résignation, il hésite entre les femmes et les filles. Il n'hésite pas moins entre l'école et la taverne. Sa science est courte, tout juste propre à fournir les références indispensables en une époque où mieux vaut s'appuyer sur les autorités que faire preuve d'originalité.
   Le malheur fond sur l'écolier sans emploi. Il tue, il vole, il s'essaie à la vie de cour et se retrouve sur les grands chemins. On veut le prendre. Est-il un bandit ? Est-il un amuseur qui joue au truand ?
   Villon est en tout cas le témoin passionné d'un temps et d'un monde. Un historien ne pouvait qu'être tenté de l'interroger. Comprendre Villon, c'est comprendre ceux qu'il a côtoyés, entrevus, jalousés. Pourquoi ne pas écouter un poète lorsqu'il parle de lui et des autres, lorsqu'il règle son compte avec la société et avec son propre personnage ?
   Des écoles aux tavernes, du port en Grève au cimetière des Innocents, de la cour chevaleresque du roi René au bouge de la Grosse Margot, les véritables héros de ce livre sont la vie et la mort, Dieu et la Fortune, l'amour et la haine, la justice et la misère. Mais l'œil du poète est malicieux, et il a cent facettes. »

12 euros (code de commande : 13592 - vendu).


VINCENOT (Henri) — Mémoire d'un enfant du rail. Le Rempart de la Miséricorde. Paris, Hachette, 1980. In-8° sous reliure et jaquette de la collection « Le Grand Livre du Mois », 392 p., (collection « Hachette Littérature »).

7 euros (code de commande : 9456).


VINCENT (Raymonde) — Campagne. S.l, [Club Mondial du Livre], s.d. In-8° sous reliure et Rhodoïd d'éditeur, 290 p.

10 euros (code de commande : 88/67).

VINCENT (Raymonde) Blanche. Roman. Paris, Stock, 1939. In-12 broché, 285 p., édition originale, un des 300 exemplaires numérotés sur Alfa bouffant, non coupé.

20 euros (code de commande : 139/61).


VIRCONDELET (Alain) — La maison devant le monde. Le désir du bonheur. Paris, Desclée de Brouwer, 2000. In-8° broché, 108 p., (collection « Littérature Ouverte »), exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
« C'est peut-être cela vocation des maisons, apaiser les exils, aider à retrouver sa place, à connaître le bonheur de se caler dans son espace, d'y éprouver une curieuse solitude, celle d'une mémoire ancienne, sauvage, qui permet cependant de se rassembler, de se ramasser, d'être dans un état natif où s'effacent les douleurs.
C'est dans cette simplification des choses et des êtres, dans cet apparent appauvrissement que peut alors s'effectuer le travail des charnières. Charnières entre le ciel et la terre, pour que le paysage et soi-même atteignent à l'icône : le paysage en Dieu, l'être en Dieu. Il y a des lieux où s'écartent les tentures qui obscurcissent le monde, où Dieu, comme disent les théologiens, « sort en quelque sorte de lui-même » et fait accéder à l'apparition »

6 euros (code de commande : 9455).


VISAGE (Bertrand) — Chercher le monstre. Essai. Préface de Severo Sarduy. Paris, Hachette, 1978. In-8° broché, 136 p., (collection « Hachette - Littérature »), soulignements et traits marginaux.

3 euros (code de commande : 9454).


VITOUX (Frédéric) Clarisse. Paris, Fayard, 2008. In-8° collé sous jaquette, 243 p., exemplaire à l'état de neuf.
En quatrième de couverture :
   
« Je m'étais toujours promis d'écrire un livre sur Clarisse. Bien avant qu'elle ne meure. Un livre à sa mémoire. Sur sa mémoire aussi. Sa passion pour ma grand-mère. Ce qu'elle me racontait de son enfance, de ses souvenirs, de sa famille -jusqu'à son arrière grand-mère, épouse d'un armurier de la Grande Armée, qui avait survécu à la retraite de Russie. Je lui avais même fait part de ce projet.
   – Un livre sur moi ? Quelle idée !
   Elle riait. Sa modestie ou, mieux, son humilité n'y trouvaient pas leur compte. Pourtant, ce que je lui disais ne lui déplaisait pas non plus. Du moment que cette idée restait une idée. La simple preuve de l'affection que j'éprouvais pour elle... »
   Mais si, un souvenir en appelant un autre, l'histoire d'une vie proche aidait à reconstituer une part secrète de la sienne propre ?

12 euros (code de commande : 17057).

 


VOIGNIER (Hubert) — Paysages. [Paris], Deyrolle, 1994. In-8° broché, 97 p, exemplaire en très bel état.

7 euros (code de commande : 9453).


VOISENON — Contes de l’abbé de Voisenon de l’Académie française. Avec une Notice bio-bibliographique par Octave Uzanne. Paris, Quantin, 1878. Voir la page Octave Uzanne.


[VOITURE]. MAGNE (Émile) — Voiture et l'hôtel de Rambouillet. Les années de gloire 1635-1648. Portraits et documents inédits. Nouvelle édition, corrigée et augmentée de documents inédits. [Huitième édition.] Paris, Émile-Paul, 1930. In-8° broché, VIII + 403 p., illustrations hors texte, exemplaire non coupé et en très bel état.

13 euros (code de commande : 9453).


VOLKOFF (Vladimir) — Du Roi. Paris, Julliard / L'Âged'Homme, 1987. In-8° broché, 93 p., exemplaire du Service de Presse.

4 euros (code de commande : 9451).

VOLKOFF (Vladimir) — Le Montage. Paris, Julliard / L'Âged'Homme, 1982. In-8° broché, 348 p.

5 euros (code de commande : 9452).


VOLLARD (Ambroise) — Le père Ubu à la guerre. Dessins de Jean Puy. Paris, Crès, 1920. In-8° broché à grande marges, 116 p., 3 illustrations (une à la couverture, une vignette de titre, une à pleine page), un des 500 exemplaires numérotés sur Hollande (n° 131), la couverture rempliée qui a bruni les marges des premiers et derniers feuillets, exemplaire non coupé.

   
Couverture et page de titre.

100 euros (code de commande : 15574).

VOLLARD (Ambroise) — Les réincarnations du père Ubu. Paris, Le Divan, 1925. In-12 broché, 240 p.

15 euros (code de commande : LF/3139).

 

[VOLTAIRE]. Voltaire. Paris, Paris-Match, 1969. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, 134 p., illustrations en noir et en couleurs, (collection « Les Géants »).

6 euros (code de commande : 9450).

[VOLTAIRE]. CONDAMIN (Albert) Le « Grand Homme » de M. Albert Bayet. Voltaire. Paris, Spes, 1936. In-12 broché, 106 p.

2,50 euros (code de commande : 9449).

 

[VOLTAIRE (François Marie Arouet, dit)]. JOVICEVICH (Alexandre) — Les Lettres d'Amabed de Voltaire. Édition critique et commentée. Paris, Éditions Universitaires, 1961. In-8° broché sous jaquette (défraîchie), LXXVIII, 87 p., (collection « Encyclopédie Universitaire »).
Préface :
   Que savons-nous aujourd'hui des Lettres d'Amabed ? Rien, sinon l'année de publication et à peu près le nombre d'éditions. Certains critiques voltairiens mentionnent l'œuvre en passant, lui attribuant une ressemblance de forme avec les Lettres persanes. Outre cette similitude de forme, ne peut-on pas apparenter certaines parties des deux romans épistolaires ? N'a-t-on pas apprécié trop ces dernières alors qu'on a complètement méprisé les autres ? Avant de répondre à ces questions, il faut procéder à une critique serrée des deux textes. On situe les Lettres d'Amabed dans l'ensemble de l'œuvre de Voltaire parmi ses Romans et contes, mais comme un conte qui, paraît-il, ne mérite pas d'être étudié, bien qu'on ait poussé les recherches sur Voltaire dans toutes les directions où sa curiosité insatiable s'était acheminée.
   Personne ne s'est encore demandé quelle est la valeur intrinsèque de l'ouvrage, du point de vue historique ou esthétique. Aussi incroyable que cela puisse paraître, personne de nos jours, du moins que nous sachions, n'a trouvé un passage de ce conte qui puisse illustrer un aspect de la pensée voltairienne ; ou un document éclairant la recherche des influences étrangères dont il s'est inspiré, qui puisse nous donner une leçon sur sa philosophie; ou bien une source de sa critique religieuse (l'origine du christianisme, la papauté, le célibat des prêtres). Il a paru même un article sur l'Indianisme de Voltaire, qui ne se reporte pas une seule fois à cette collection de 34 lettres qui précisément, parce qu'elles posent le problème de l'antiquité des civilisations, touchent directement ce domaine. D'ailleurs, le titre Sources de l'indianisme de Voltaire conviendrait beaucoup mieux à cette étude, qui s'intéresse uniquement aux sources et constitue à cet égard un excellent travail.
   Que les Lettres d'Amabed soient une œuvre d'art, vivante, qu'elles aient une unité organique, leur raison d'être et leur signification, ces faits n'ont jamais intéressé personne, ce nous semble, personne ne s'étant jamais livré à une recherche approfondie sur ces sujets. Ce sont ces problèmes que nous allons aborder. Mais, pour suivre le développement de la pensée de Voltaire, l'essentiel n'est pas tant de savoir à quel moment l'œuvre a été publiée que celui où elle fut composée.

13 euros (code de commande : 17378).


VRIGNY (Roger) — Les cœurs sensibles. Arban - Lauréna - Norbert. Roman. Paris, Gallimard, 1990. In-8° broché, 549 p., envoi de l'auteur.

12 euros (code de commande : 9448).

 


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V
W
X - Y - Z

 

WAJSBROT (Cécile) — Mariane Klinger. Cadeilhan, Zulma, 1996. In-8° broché, 211 p.

9 euros (code de commande : 9447).

WAJSBROT (Cécile) — Le Tour du lac. Cadeilhan, Zulma, 2004. In-8° broché, 156 p.

9 euros (code de commande : 9445).

WAJSBROT (Cécile) — La Trahison. Cadeilhan, Zulma, 1997. In-8° broché, 189 p., exemplaire du Service de Presse.

9 euros (code de commande : 9446).


WALLER (Bernard) — La brume du matin. Roman. Paris, Gallmiard, 1978. In-8° broché, 152 p., exemplaire du Service de Presse.

9 euros (code de commande : 9443).


WALTER (Anne) — Le Cœur continu. Roman. Arles, Actes Sud, 1991. In-8° broché, 85 p.

5 euros (code de commande : 9442).

WALTER (Anne) — L'herbe ne pousse pas sur les mots. Roman. Arles, Actes Sud, 1994. In-8° broché, 109 p., exemplaire du Service de Presse.
En quatrième de couverture :
« Anne Walter imagine que son éditeur lui a proposé de traduire les poèmes d'Emily Dickinson, et qu'elle y a cédé. En vérité, l'idée ne lui a pas été soufflée, et elle n'a pas traduit. Mais cette vérité-là est de peu d'importance au regard de celle requise par l'imagination. Car nous voilà mêlés par la romancière, au fil des petites phrases dont elle a le secret — phrases légères, transparentes, porteuses de tant de présages ou de menaces —, à un même destin où, de la poétesse (réelle) et de sa traductrice (imaginaire), s'échangent les rôles, les vies, les rêves. Il apparaît bientôt que les mots par lesquels le miroir du récit renvoie leurs interrogations à ces deux femmes qu'un siècle pourtant sépare ne peuvent être que lumière ou obscurité. Par quoi l'on comprend peu à peu que l'herbe ne pousse pas sur les mots. »

6 euros (code de commande : 9441).


WALTER (Georges) — Chronique des trois pâles fainéants. Roman. Paris, Grasset, 1987. In-8° broché, 323 p.
En quatrième de couverture :
« Que Jérôme, à dix-huit ans, règne sur les jours et les nuits blanches d'une cohorte subjuguée a de quoi exalter la rumeur dans une ville du Sud ombrageuse. Entre le vieux palais Gonsalvi et les palaces du littoral, une insolente tribu d'enfants prodigues, chercheurs d'inespéré, frères des exilés bizarres, a fait de sa jeunesse un royaume. N'est-ce pas assez pour qu'on les qualifie de Pâles Fainéants ? Dans le désert, disait Jérôme, se trouve le centre des choses. Va-t-il, à la fin de la guerre, rejoindre le mystérieux nègre Janvier qui, à Paris, rue du Moulin-d'Auvergne, lavait son chien dans le ruisseau avant de retourner vers ses palais de sable ? Mais si le Sahara n'était qu'un ultime trompe-l'oeil ? Et Jérôme, un homme de nulle part ? »

9 euros (code de commande : 9440).

WALTER (Georges) — Sous le règne de Magog 1939-1945. Récit. Paris, Denoël, 2005. In-8° collé, 489 p., jaquette.
En quatrième de couverture :
« À Nice entre 1939 et 1945, des mélomanes échappés d'Europe centrale utilisent entre eux le nom de code MAGOG pour désigner secrètement l'empire du mal et son roi Schiklgruber, également appelé Adolf Hitler. Écouter Mozart tous les mardis sur la grande corniche leur permet d'oublier que la Gestapo investit la Riviera.
Piétinée par le Reich, la brillante Europe a sombré dans un louche crépuscule, une hébétude générale. Ici, la promotion de la pègre va de pair avec la noble folie des idéalistes. Parce que les millions du casino continuent de remplir les caisses des Grimaldi, tandis que sur le monde s'étend une nappe de sang, la jeune Léna Fedorova, pianiste de génie, ne veut jouer à Monaco que devant une salle vide. Son père, le Dr Fedorov, Russe orthodoxe exilé, poursuit le rêve chimérique de convertir le pape Pie XII à la résistance antinazie. On croisera Jérôme, Boris et Franck, jeunes aventuriers bientôt recherchés par les Allemands, qui n'attendent leur salut que des sables d'Afrique. Mais l'on découvrira aussi – alors que Schiklgruber se marie et se tue le même jour dans son bunker de Berlin – le calmar géant Architheutis dux, tranquille dans les profondeurs marines, parmi les carcasses des cuirassés.
Sous le règne de Magog a le sombre éclat d'un conte fantastique, saugrenu et sanglant. Une fresque baroque de l'Occupation sur la Côte d'Azur, où l'imaginaire transcende la mémoire autobiographique de l'auteur. »

12 euros (code de commande : 11328).


WARREN (Raoul de) — Les portes de l'Enfer. Paris, L'Herne, 1991. In-8° broché, 215 p., (collection « Les Livres Noirs - Roman »).
En quatrième de couverture :
« Insolite aventure, en vérité, que celle de Jacques et Isabelle Chevert, venus passer de courtes vacances dans cette île inconnue, près de la côte française, dans la forêt de la Hague. Ils y rencontrent une étrange créature dont le nom change chaque jour, de même que la couleur de sa chevelure. Elle se dit fille d'Akiba, de religion juive et âgée de 214 ans. Cette rencontre va les amener à découvrir la triste histoire du peuple d'Israël tout au cours des siècles.
Né à Lyon en 1905, l'auteur, issu d'une famille irlandaise venue s'enraciner en France au XVIIe siècle, est connu dans les milieux de spécialistes comme un historien de grande classe dont les travaux sur les anciennes institutions irlandaises et surtout sur les souches dynastiques de la monarchie française font autorité. La dernière édition de son ouvrage Les prétendants au Trône de France est une référence obligée pour tous ceux que ces questions passionnent. Ses livres sont aujourd'hui tenus pour autant de signes, d'appels chiffrés en provenance de cet au-delà des temps et de l'histoire. Son dernier roman n'y fait pas exception puisqu'il nous introduit dans le monde mystérieux des arcanes de la Kabbale. »

9 euros (code de commande : 7345).


WEIL (Sylvie)Le hareng et le saxophone. Paris, Buchet-Chastel, 2013. In-8° collé, 493 p., bel exemplaire dédicacé par l'auteur.
En quatrième de couverture :
   « Je suis mariée depuis ce matin à un homme que je connais à peine, un gars de Brooklyn dont la famille a jadis débarqué d'Ukraine. » Drôle d'histoire, celle d'une tribu dominée par le fantôme d'un grand-père passionné de catch et amoureux de son nouveau pays, l'Amérique, et par l'ombre d'un aïeul qui fit fortune dans le hareng. La narratrice, en victime amusée, se laisse aussi envahir par les vivants: une redoutable belle-mère, un beau-père qui ne pense qu'à sa carrière ratée de saxophoniste. Bisbilles, trous de mémoire, petits secrets... Une saga originale et divertissante, en musique et avec poissons.
   On se souvient du précédent livre de Sylvie Weil, Chez les Weil, déjà un exercice de célébration ironique. Son père et sa tante, deux génies, en sortaient plus vivants et plus mystérieux. Ici encore, un monde palpite avec ses travers et ses bénédictions.
   Sylvie Weil est la fille d'André Weil et la nièce de Simone Weil. Elle a enseigné la littérature française dans plusieurs universités américaines. Écrivain, elle a publié des nouvelles et des romans.

12 euros (code de commande : 21323).


WIAZEMSKY (Anne) Une poignée de gens. Paris, Galllimard, 1998. In-8° broché, 242 p.

6,50 euros (code de commande : LF/4590).


WIESEL (Elie) — Le mendiant de Jérusalem. Récit. Paris, Seuil, 1968. In-8° collé, 187 p.
En quatrième de couverture :
   Enracinant cette fois-ci ses personnages dans le présent – la guerre des « Six Jours » – Elie Wiesel leur donne tout leur poids de réalité. Récit d'un témoin oculaire de la prise de Jérusalem, récits de l'Holocauste, de la tradition hassidique, histoires et légendes, ce roman est une somme où revivent tous les thèmes et tous les héros qui hantent l'univers d'Elie Wiesel. Jérusalem en est certes le pôle essentiel. Chacun y vient en mendiant. Chacun en repart plus riche d'une foi et d'une histoire éternelle. Elie Wiesel a voulu que tous ses personnages soient avec lui au pied du Mur des Lamentations, présents ou rêvés.

8 euros (code de commande : 22827).

 


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W
X
Y - Z

XENAKIS (Françoise) Zut, on a encore oublié madame Freud... Paris, Lattès, 1985. In-8° broché, 279 p.

5 euros (code de commande : 9398).


XÉXÈS Si la Sainte Vierge en avait. Paris, Éditions du Square, 1976. In-8° broché, 158 p., illustration de couverture par Reiser, (collection « Série Bête et Méchante », n° 44).

10 euros (code de commande : 9397).


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X
Y
Z

 


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y
Z

 

ZOLA (Émile) — Les Rougon-Macquart. Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire. [VIII.] Une page d'amour par Émile Zola. Cinquante-sixième mille. Paris, Charpentier, [1887]. [Paris / G. Charpentier et Cie, Éditeurs / 11, rue de Grenelle, 11. Tous droits réservés.] In-12 demi-chagrin rouge, dos à 5 nerfs, titre doré, coupes frottées, VII, [1 bl.], 406 p., bien complet de l'arbre généalogique à déplier.
   
L'édition originale a paru en 1878.
   Vicaire, Manuel de l'amateur de livres du XIXe siècle, tome VII, col. 1206.

   

50 euros (code de commande : 21918).

ZOLA (Émile) — Les Rougon-Macquart. Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire. [IX.] Nana. Par Émile Zola. Quatre-vingt-troisième édition. Paris, Charpentier et Cie, 1880. [Paris. G. Charpentier, Éditeur. 13, rue de Grenell-Saint-Germain, 13. 1880. Tous droits réservés.] In-12 demi-chagrin brun, dos à 4 nerfs soulignés de pointillés dorés, [3 (faux-titre, liste des ouvrages d'Émile Zola, titre)], [1 bl.], 524 p.
   
Vicaire, Manuel de l'amateur de livres du XIXe siècle, tome VII, col. 1207.

   

60 euros (code de commande : 21740).

 

ZOLA (Émile) — Les Rougon-Macquart. Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire. [X.] Pot-Bouille par Émile Zola. Trente neuvième mille. Paris, Charpentier, 1882. [Paris. G. Charpentier, Éditeur. 13, rue de Grenell-Saint-Germain, 13. 1882. Tous droits réservés.] In-12 demi-percaline chagrinée rouge, [3 (faux-titre, liste des ouvrages d'Émile Zola, titre)], [1 bl.], 495, [1 bl.] p., rousseurs.
   
Vicaire, Manuel de l'amateur de livres du XIXe siècle, tome VII, col. 1208.

   

50 euros (code de commande : 21916).

 

ZOLA (Émile) Les trois villes. Lourdes. Tomes I et II (complet). Paris, Bibliothèque-Charpentier, 1923. Deux volumes in 12 brochés, 302 et 296 p., rousseurs.

Les deux volumes : 5 euros (code de commande : 9397).

ZOLA (Émile) — Les trois villes. Rome. Par Émile Zola. Paris, Charpentier, 1896. [Paris. Bibliothèque-Charpentier. G. Charpentier et E. Fasquelle, Éditeurs. 11, rue de Grenelle, 11. 1896. Tous droits réservés.] In-12 demi-chagrin rouge, dos à 5 nerfs (reliure de M. Dasset, à Bruxelles), [3 (faux-titre, liste des ouvrages d'Émile Zola, titre)], [1 bl.], 751, [1 bl.] p., exemplaire du tirage courant de l'édition originale.

   

100 euros (code de commande : 21652).

ZOLA (Émile) Les quatre Évangiles. Vérité. Notes et commentaires de Maurice Le Blond. Texte de l'édition d'Eugène Fasquelle. Tomes I et II. Paris, Bernouard, 1928. Deux volumes in-8° demi-chagrin brun à coins, dos ornés de fleurons et festons dorés, plats supérieurs décorés de festons dorés, têtes dorées, 690 p., (« Collection des œuvres complètes d'Émile Zola »), couvertures conservées.

Les deux volumes : 35 euros (code de commande : 140/61).

 

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K
L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z



Retour au début


Si vous souhaitez recevoir les avis de mise à jour de la page
Littérature française
indiquez ci-dessous vos références :
prénom et nom :
adresse électronique :
pays de résidence :
et cliquez sur

La fréquence de mise à jour est bien évidemment aléatoire et dépend des achats que nous réalisons...

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.


Retour au début

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un ouvrage présenté sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (virement bancaire, chèque, carte, ...).

 

CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.

Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN).

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.

Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre numéro de T.V.A. : BE0619836631.

Retour au début