Marguerite
YOURCENAR

 Page proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire

Pour commander
Retour à la page des listes thématiques

 

NOUVELLES ENTRÉES

[FLEXNER (Hortense)]. Présentation critique d'Hortense Flexner suivie d'un choix de poèmes. Édition bilingue. Traduit de l'américain par Marguerite Yourcenar. Paris, Gallimard, 1979. In-8° broché, 118 p.
Note :

   Sauf This Stubborn Root, inclus par Hortense Flexner dans le recueil de ce nom, paru chez Macmillan, New York, 1930, et In a Laboratory et In This Way Going, inédits, tous les poèmes figurant dans la première partie du présent recueil sont tirés et traduits des Selected Poems d'Hortense Flexner, Hutchinson of London, 1963.
   Cinq des Poèmes écrits pour Sutton sont tirés et traduits d'un minuscule volume de Poems d'Hortense Flexner, The Now and Then Press, New York, 1961, édition non mise dans le commerce. Death of a Sea-Bird a paru dans l'Atlantic Monthly, en mars 1956, sous le titre Messenger, Les sept autres sont publiés ici pour la première fois.
   Des trente-six traductions françaises de ces mêmes poèmes contenues dans le présent volume, dix-neuf, ainsi qu'une version plus brève de la préface, ont paru dans La Nouvelle Revue Française du 1er février 1964.

15 euros (code de commande : MY039).

Pour être informé des mises à jour de cette page

 

ŒUVRES
DE MARGUERITE YOURCENAR

Anna Soror... Paris, Gallimard, 1981. In-8° broché, 158 p., exemplaire du tirage courant de l'édition originale.

10 euros (code de commande : your033).


Archives du Nord. Le labyrinthe du monde, II. Paris, Gallimard, 1977. In-8° broché, 376 p., jaquette défraîchie, exemplaire du tirage courant de l'édition originale.
En quatrième de couverture :
   
Dans le premier volume du diptyque entrepris par l'auteur afin de raconter ses origines, elle remontait le temps à partir de sa naissance. Le second volume procède d'une démarche inverse. À travers une évocation d'abord géologique et géographique, elle situe les terres, les dunes et les forêts, vierges encore de toute humanité, qui seront défrichées au Moyen Âge et deviendront un jour la Flandre française, berceau de ses ancêtres. S'appuyant ensuite sur la complexité infinie d'archives historiques, elle situe les lieux, entre Bailleul et Cassel, où sa famille naquit au début du XVIe siècle.
   L'ouvrage se fait de plus en plus opulent et précis à mesure qu'il descend vers nous, lecteurs d'aujourd'hui. Car l'Histoire, ici, devient comparable à une immense circulation sanguine dont l'écrivain serait le cœur toujours battant. S'abandonner à ce système romanesque créé par le Temps, c'est découvrir comme une femme d'aujourd'hui a su pénétrer le secret des siècles refermés sur eux-mêmes pour en réveiller les destins singuliers, avec leurs passions, leurs amours, leur noblesse.

10 euros (code de commande : your001*).


Conte bleu. Le premier soir. Maléfice. Préface de Josyane Savigneau. Paris, Gallimard, 1993. In-8° broché, 87 p., exemplaire du tirage courant de l'édition originale de ces trois contes inédits publiés post-mortem, peu courant.

9 euros (code de commande : your034).


La Couronne et la Lyre. Poèmes traduits du grec. Paris, Gallimard, 1980. In-8° broché, 481 p., jaquette jaunie, épuisé sous cette forme au catalogue de l'éditeur.
Sur la jaquette :
   
Les traductions de poèmes grecs anciens qu'on va lire ont été composées en grande partie pour mon plaisir, au sens le plus strict du mot, c'est-à-dire sans aucun souci de publication. Il en est de même des notices, brèves ou longues, qui les précèdent, et ont été d'abord des informations assemblées ou des évaluations tentées pour moi seule. En traduisant ces poèmes, ou fragments de poèmes, ma démarche ne différait en rien de celle des peintres d'autrefois, dessinant d'après l'antique ou brossant une esquisse d'après des peintures de maîtres antérieurs à eux, pour mieux se pénétrer des secrets de leur art, ou encore de celle du compositeur retravaillant de temps à autre un passage de Bach ou de Mozart pour en jouir et s'enrichir de lui.
   Le choix qui suit s'ouvre sur l'aubade merveilleuse (dans l'original s'entend) des poètes ioniens du VIIe et du VIe siècle, bruyant et harmonieux chant d'oiseau. Il s'achève sur quelques poètes de l'époque de Justinien. Doutant de mes forces, au lieu d'essayer de traduire assez d'Homère et d'Hésiode pour donner au moins une idée de leurs œuvres, j'ai préféré n'en offrir, en guise de prélude, que quelques phrases isolées, enrichies, comme d'une précieuse patine, de l'émotion et du respect avec lesquels elles ont été redites au cours des siècles suivants, espèces de leitmotive de la sensibilité grecque jusqu'à la fin du monde antique. En guise d'épilogue, j'ai mis de même, à la fin du livre, deux douzaines environ d'épigrammes chrétiennes s'échelonnant du VIe siècle au Xe de notre ère. Entre le prélude et l'épilogue, douze siècles plus ou moins, qui vont à peu près de la construction du premier Parthénon archaïque à l'érection de Sainte-Sophie, quelque trente-six générations bougeantes et changeantes, mais durant lesquelles s'établit tant bien que mal un équilibre instable entre le chant et la poésie écrite, entre la nature et la cité, la foi aux dieux et le scepticisme, entre le goût passionné de la vie et l'interrogation amère sur la vie.

10 euros (code de commande : your003).


Mémoires d' Hadrien. Paris, Plon, 1951. In-8° broché, 319 p., couverture un peu défraîchie, exemplaire du tirage courant de l'édition originale, peu courant.

13 euros (code de commande : your007 - vendu).


Le mystère d'Alceste suivi de Qui n'a pas son Minotaure ? Théâtre. Paris, Plon, 1963. In-8° broché, 277 p., ex-libris manuscrit à la page de faux titre, exemplaire du tirage courant de l'édition originale, couverture défraîchie, peu courant.
En quatrième de couverture :
   
Le Mystère d''Alceste et Qui n'a pas son Minotaure ? qu'on trouvera sous cette même couverture, constituent avec Électre ou la Chute des Masques (Plon, 1954) un groupe de pièces inspirées par la légende grecque, écrites, et parfois re-écrites, par Marguerite Yourcenar entre 1942 et nos jours. Le Mystère d'Alceste, consacré à l'émouvante aventure d'Alceste sacrifiant sa vie par amour conjugal et ramenée d'entre les morts par Hercule, suit dans ses grandes lignes le vieux mythe grec, mais en insistant d'une part sur les aspects tragi-comiques de la légende, sur la ronde grotesque des importuns et des indifférents autour de la morte et du jeune veuf en proie à son deuil, de l'autre, sur les côtés sacrés de ce récit mythique, par lesquels il s'apparente à nos mystères du Moyen Âge, sur le drame de la mort et le miracle de la résurrection.
   Qui n'a pas son Minotaure ? Divertissement allégorique, satirique parfois, s'inspire librement de l'aventure bien connue de Thésée au Labyrinthe. Les thèmes de l'imposture et de l'erreur, du destin et du salut s'entrecroisent dans cette comédie au cours de laquelle Thésée aux prises avec le Minotaure combat sans le savoir avec soi-même, et où Ariane finit par rencontrer un étrange personnage appelé Bacchus-Dieu.
   L'auteur a placé en tête de ses deux pièces deux essais critiques, Examen d'Alceste et Thésée : aspects d'une légende, qui analysent les transformations successives de ces personnages, pour Alceste, d'Euripide à Gluck, en passant par un projet de pièce jamais réalisé par Racine, pour Thésée, de Sophocle à André Gide, sans oublier les peintres de vases grecs et les Minotauromachies de Picasso.

15 euros (code de commande : your031 - vendu).



La Nouvelle Eurydice. Paris, Grasset, 1931. In-12 broché, 240 p., collection (« Pour mon Plaisir »), 2e série, IV), exemplaire numéroté sur Alfa, bel exemplaire.


40 euros (code de commande : your029 - vendu).


Souvenirs pieux. Le labyrinthe du monde, I. Paris, Gallimard, 1974. In-8° broché, 302 p., jaquette, exemplaire du tirage courant de l'édition originale.
Sur la jaquette :
   
Le livre de Marguerite Yourcenar commence par le récit d'une naissance : la sienne. De ce point de départ elle s'interroge. D'où vient-elle ? Qui fut sa mère, morte presque aussitôt ? Qui fut son père ? Ces deux familles dont elle est issue, que peut-elle en savoir, à travers les épaisseurs du temps ? Les souvenirs qui se transmettent de vive voix, les portraits et les albums de photos, les documents d'état civil et les archives de notaires, les mémoires et les lettres, les coffrets retrouvés dans les greniers, les pèlerinages aux lieux d'avant sa vie, mais où vécurent les siens, tout cela pourrait être vague ou banal ; Marguerite Yourcenar le trie, l'ordonne, l'interprète, le rassemble en un tableau singulier et saisissant. Toute la famille de sa mère, tous ces petits aristocrates terriens du Hainaut, « gens de lignage », serviteurs des princes-évêques de Liège, châtelains entre Sambre et Meuse, actionnaires de charbonnages, les voici du lointain XIVe siècle arrivés jusqu'à cette jolie Fernande qui n'était pas mariée à vingt-huit ans, et vivait à Bruxelles chez une sœur infirme. Voici maintenant le charmant Michel ; lui n'était plus jeune – quarante-six ans – il était veuf, il avait une mère tyrannique et riche, un fils de quinze ans, et il était Français. Tous deux se rencontrent – on les fait se rencontrer – sur une plage de la mer du Nord, chez une vieille dame un peu marieuse. Fernande accepte de son prétendant qui ne lui déplaît pas une étrange proposition, du moins pour l'époque : un voyage de fiançailles en Allemagne, sous le chaperonnage de la digne Fraulein qui l'avait élevée, elle et ses sept frères et sœurs. Le voyage réussit, puisque Fernande et Michel se marient au retour. Ils furent peut-être heureux, et peut-être non : Fernande mourante souhaitait que sa petite fille échappe au monde, et entre au couvent.

7,50 euros (code de commande : your011*).


La voix des choses. Textes recueillis par Marguerite Yourcenar. Photographies de Jerry Wilson. Paris, Gallimard, 1987. In-8° broché, 101 p., photographies contrecollées en couleurs, exemplaire du tirage courant de l'édition originale, bel exemplaire.
Avant-propos :
   Le 3 octobre ou le 4, me trouvant à l'hôpital de Bangor, dans le Maine, où j'étais hospitalisée depuis deux jours, et ayant subi ce matin-là un angiogramme, Jerry Wilson, arrivé de Paris deux ou trois jours plus tôt pour me soigner, et lui-même malade, me mit entre les mains l'admirable plaque de malachite que j'avais marchandée à plusieurs reprises, en 1983 et 1985 à New Delhi, pour la lui offrir, et finalement donnée le 22 mars précédent, pour son anniversaire, quand il était lui-même hospitalisé dans le Maine. Elle ne l'avait pas quitté depuis. Mais sans doute mes mains étaient faibles, ou moi-même un peu assoupie, car j'ai senti glisser quelque chose, un bruit léger, fatal, irréparable, me réveilla de mon sommeil. J'étais bouleversée d'avoir ainsi détruit à jamais cet objet qui avait tant compté pour nous, cette plaque de minéral au dessin parfait à peu près aussi antique que la terre. De quel dépôt cent fois millénaire était-elle venue pour nous attendre deux ans chez un bijoutier hindou, puis pour passer et repasser deux fois l'Atlantique, aux mains d'un ami qui n'avait peut-être plus longtemps à vivre ? De quel Himalaya, de quel Pamir ? Mais le son même de sa fin avait été beau... « Oui, me dit-il, la voix des choses. » J'aurais voulu retourner en Inde pour lui retrouver une autre plaque aussi belle que celle-là. Mais j'ai décidé d'appeler La Voix des choses ce petit livre – où rien à peu près n'est de moi, sauf quelques traductions – mais qui m'a servi de livre de chevet et de livre de voyage pendant tant d'années et parfois de provision de courage.

30 euros (code de commande : your035).


 

À PROPOS DE MARGUERITE YOURCENAR

 

Les yeux ouverts. Entretiens avec Matthieu Galley. Paris, Éditions du Centurion, 1980. In-8° broché, 336 p., illustrations hors texte, (collection « Les Interviews »).
Sur le rabat de la couverture :

   Admirée d'un vaste public depuis la parution de Mémoires d'Hadrien, en 1951, Marguerite Yourcenar est aujourd'hui la plus célèbre des romancières françaises, ainsi que l'unique « académicienne » de notre histoire. En dépit de cette gloire officielle, qui peut se vanter de la connaître ? Même quand ils sont consacrés à sa famille, comme Souvenirs pieux ou Archives du Nord, elle n'apparaît jamais en personne dans ses ouvrages ; ni son caractère, ni sa morale ne l'incitent aux confidences, et encore moins au culte du moi, cher à tant d'écrivains. Pour la première fois, l'auteur de L'Œuvre au noir nous donne ici le livre-clé qu'on attendait pour la comprendre au plus profond et au plus clair de sa pensée. Sans réticence, avec la simplicité d'une âme sereine, intéressée par tous les aspects du monde où nous sommes, elle le contemple « les yeux ouverts », et nous dit ce qu'elle croit, ce qu'elle voit, ce qu'elle a vécu.
   De son enfance flamande, avant la guerre de 1914, auprès d'un père d'exception, jusqu'à sa présente retraite dans l'île de Mont-Désert, sur la côte est des États-Unis, c'est tout l'itinéraire d'une existence voyageuse et mouvementée qui se dessine, à travers la genèse d'une œuvre et les hasards d'une vie. Indissociables l'une de l'autre, elles finissent par former la trame d'un portrait beaucoup plus profond qu'une banale autobiographie. Même au cœur du quotidien, puisqu'elle fait aussi bien son pain que des romans, Marguerite Yourcenar a le don d'élever toujours le débat, replaçant les êtres, les événements, les circonstances dans une perspective à la mesure de l'Homme.
   En prise directe sur les grands courants de l'histoire et des idées, sans jamais négliger la nature ni les humbles tâches de chaque jour, sa vie apparaît comme le reflet intelligent de notre époque. Aucune des questions essentielles qu'elle nous pose ne lui sont étrangères, et si l'on a tendance à imaginer les écrivains retranchés dans leur fameuse tour d'ivoire, on sera surpris de découvrir, grâce à l'attentive complicité de Matthieu Galey, une femme qui ressent, qui regarde, qui agit, autant qu'elle juge ou réfléchit, et qui se révèle sans doute, dans cette sagesse conquise, exemplaire, une de nos contemporaines capitales.

13 euros (code de commande : your013).


BLOT (Jean) — Marguerite Yourcenar. Paris, Seghers, 1980. In-8° broché, 179 p.
En quatrième de couverture :
   
De quoi parle Marguerite Yourcenar 
   À peine posée la question, le vertige nous saisit.
   Elle a traduit et commenté Cavafy, mais elle en a fait autant pour Henry James (Ce que savait Maisie) situé à l'autre bout du monde et sur un horizon esthétique diamétralement opposé. Quel rapport établir entre les Negro Spirituals et Virginia Woolf auxquels elle prêta également son talent de traductrice ? Pourquoi Piranèse ? Par quelle voie les Prisons imaginaires de celui-ci communiquent-elles avec les chants des Noirs américains, ceux-ci avec la prose la plus savante de l'Amérique ou avec le style le plus sensible de l'Angleterre moderne ? Quel chemin conduit de la Grèce de Pindare et de La Couronne et la Lyre aux Flandres de Souvenirs pieux ou d'Archives du Nord ? La trajectoire de l'auteur des Mémoires d'Hadrien et du Coup de Grâce est l'une des plus impressionnantes de la littérature française d'aujourd'hui. Romancier et essayiste, Jean Blot nous en dévoile les arcanes.

10 euros (code de commande : your014).


JACQUEMIN (Georges) — Marguerite Yourcenar, qui êtes-vous ? Paris, L Manufacture, 1989. In-8° collé, 255 p., exemplaire en très bel état, épuisé au catalogue de l'éditeur.
En quatrième de couverture :
   « Je considère un livre, même le plus personnel, comme une œuvre en partie collective : tout ce qui est en nous y entre, mais aussi tout ce que nous avons entrevu ou deviné, les livres lus et les voyages faits, l'observation d'autrui autant que les expériences traversées par l'écrivain lui-même, les notes marginales du correcteur d'épreuves, les lecteurs, amis ou hostiles. Nous sommes tous trop pauvres pour vivre uniquement des produits de ce lopin d'abord inculte que nous appelons moi. » Cette œuvre de haute exigence est un retour à l'essentiel : l'humain. Elle s'accommode d'un peu d'austérité, de dépouillement ; elle s'enrichit de culture et de réflexion. Elle sollicite, et s'édifie sur le refus de la médiocrité, de la lâcheté de nos limites et faiblesses. Comment ne pas entendre sa haute voix ?

15 euros (code de commande : your038 - vendu).


SAVIGNEAU (Josyane) Marguerite Yourcenar. L'invention d'une vie. [Paris], Le Grand Livre du Moins, 1990. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, 541 p., un cahier d'illustrations hors texte.
Sur la jaquette :
   Préfaces à des rééditions ou à de nouvelles éditions, consécration d'un volume de la Pléiade du vivant de l'auteur, trilogie autobiographique du Labyrinthe du Monde, tout laissait accroire aux lecteurs de Marguerite Yourcenar qu'ils pourraient reconstituer, grâce à elle, les grandes lignes de son existence. D'autant que Marguerite Yourcenar a, par des dispositions testamentaires, organisé ses archives pour la postérité.
   Aussi écrire la biographie de Marguerite Yourcenar n'est-ce pas uniquement restituer les événements réels et les dates exactes d'une vie dont l'héroïne n'a cessé de dresser l'éphéméride. C'est d'abord tracer le cours d'une liberté buissonnière échappant, dans sa traversée du siècle, à toutes les conventions – sociales, familiales et littéraires ; et, retraçant cette étonnante existence, c'est éclairer d'une lumière tout à fait nouvelle – celle de l'emprunt déguisé comme de la mise à distance – la genèse d'une œuvre unique dans la littérature contemporaine. Jusqu'au bout, Marguerite Yourcenar aura tenu le rôle-titre d'un grand roman qu'elle aura inventé : sa vie.
   C'est ce roman inédit de Marguerite Yourcenar que Josyane Savigneau a écrit.

12 euros (code de commande : 15607 - vendu).


Retour au début


Si vous souhaitez recevoir les avis de mise à jour de la page
Marguerite Yourcenar
indiquez ci-dessous vos références :
prénom et nom :
adresse électronique :
pays de résidence :
et cliquez sur

La fréquence de mise à jour est bien évidemment aléatoire et dépend des achats que nous réalisons...

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

Retour au début

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un des ouvrages présentés sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (chèque, carte de crédit, versement bancaire...).

 CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.

Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN).

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.

Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre numéro de T.V.A. : BE0619836631.

Retour au début

(011).