Enfantina
livres et albums illustrés pour la jeunesse

 Page proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire

Retour à la page des listes thématiques
Pour commander

 

Nouvelle(s) entrée(s)

 

Le Roman du Renard. Illustrations de Auguste Vimar. Adaptation pour la jeunesse. Introduction de Louis Tarsot. Paris, Librairie Renouard - Henri Laurens, 1933. In-4° sous cartonnage polychrome d'éditeur, tête dorée, 120 p., illustrations en noir et quelques-unes en couleurs, (collection « Les Chefs-d'Œuvre à l'Usage de la Jeunesse »), traces anciennes d'humidité au bas des pages, coins émoussés.
Introduction :
   À Mademoiselle Suzanne Longhais, ma nièce.
   Je ne sais trop, ma chère Suzanne, si le Roman du Renard (les savants écrivent Roman de Renart) te fut connu, même de titre, avant que tu lises l'adaptation que je te dédie. Ce poème, qui fut si populaire, n'est pas entré dans la littérature enfantine. Il reste objet de dissertations pour les doctes : un chapitre qui vient à sa place dans les histoires de la littérature, grandes et petites. Les candidats au baccalauréat apprennent que l’auteur en reste inconnu, qu’il fut traduit avec des variantes innombrables dans tous les dialectes de toutes les provinces françaises, que sa fortune fut européenne et que le grand Gœthe lui a fait l'honneur de le rajeunir en le coordonnant et de lui rendre de l'autre côté du Rhin les lecteurs qu’il avait perdus dans son pays d'origine. Ils savent ou à peu près que le Moyen Âge y a inséré la fleur du trésor international des recueils de fables que l'Orient a commencés et que les peuples d'Europe ont tour à tour enrichis, qu'on y trouve la satire aussi véhémente que malicieuse de toutes les classes de la société et de leurs représentants, et que le pape comme l'empereur, les rois comme les princes, les bourgeois comme les vilains, y font parfois piteuse figure et y sont souvent en fâcheuse posture.
   Peut-être a-t-on déjà pris la peine de te dire cela. Mais ce que tu ignores et ce qui te frappera certainement à la lecture, c’est la vie intense qui anime tous les personnages de cette étrange épopée. À cet égard, ils sont égaux aux acteurs de la « Comédie aux cent actes divers », que nous devons à La Fontaine. Et notons, en passant, que le bonhomme était nourri de la littérature populaire du Moyen Âge et qu’il doit à cette circonstance, si exceptionnelle au XVIIe siècle, une grande part de son charme original. Dans le Roman du Renard, les animaux sont conçus à la manière de ceux que les fables t'ont rendu familiers. Chacun d'eux est le type représentatif d’une classe de la société ou d’une fonction sociale ; par exemple, Noble, le lion, le roi par excellence ; ou bien encore il est devenu le symbole d’un caractère moral comme, chez Molière, Harpagon, Tartuffe, ou M. Jourdain : Blin, c’est la sottise naïve avec une nuance de fatuité ; Brun, la brute stupide, la dupe prédestinée à toutes les avanies : Isengrin, le balourd imprudent et cependant cauteleux dont Renard se moque et se sert à son gré...
   Mais que te dirai-je du héros de notre livre ? Celui-ci devint en son temps à tel point populaire que son nom se substitua à celui de l'animal qu’il représente et que le Goupil devint et est resté le Renard. Pourrait-on indiquer une preuve plus frappante de la vulgarisation universelle du vieux poème ? Quel fourbe que ce Renard, mais aussi quelle bête... j'allais dire quel homme d'esprit ! lien a tant, d'esprit, qu’il arrive à nous rendre indulgents à ses plus vilains tours. Écoute ce que dit à ce sujet, M. Lanson, un des maîtres de la critique contemporaine : « L’esprit, sous toutes ses formes, dans tous ses emplois, industrie, adresse, ruse, mensonge, charlatanisme, hypocrisie, sophisme, que sais-je encore ? l’esprit des grandes critiques et l’esprit des sottes brimades, l’esprit plus fort que la force, voilà le spectacle qui se déploie dans le Roman du Renard, voilà sur quoi l'on s'arrête et l'on ramène toujours nos regards. Voilà ce qui obtient toute la sympathie des conteurs et qui prétend obtenir la nôtre...
   « La marque sensible de la sympathie qu'inspire Renard à ses biographes, c’est qu'ils n'ont pas su donner de véritable et profonde indignation aux victimes mêmes de ses méfaits. On se plaint, parce qu'on a pâti ; c’est un moyen de reprendre l'avantage. Au fond, on ne s'étonne pas des méchants tours de Renard ; il est naturel qu’il se serve de l’esprit que la nature lui a donné. Aussi, voyez ses rapports avec Isengrin. Avant de se nuire l'un à l'autre, ils s'accordent pour nuire à autrui. Quand les deux compères, maintes fois, se mettent en route pour chercher fortune ensemble, c’est-à-dire une dupe et une proie, il me semble voir Robert Macaire avec Bertrand ; le bandit rusé s'amuse aux dépens du bandit naïf, et c’est une tentation trop forte pour lui que de mal faire, fût-ce à un associé, surtout à lui, car la confiance légitime de la dupe, la trahison de l'amitié ou de la foi jurée, ce sont ragoûts délicats pour un raffiné trompeur. »
   Impossible de mieux dire et plus juste. Mais cela t'apprend, ma chère Suzanne, qu’il ne faut pas t'attendre à trouver de la moralité dans le Roman du Renard. N'y cherche qu'un amusement, sans plus, j'espère que tu le rencontreras. Je ne tenterai même pas de te dire que l'excuse de Renard, c’est qu’il fait triompher la ruse, c’est-à-dire l’esprit, aux dépens de la force- La ruse de Renard ne me semble pas plus recommandable que la force de Brun et d’Isengrin, et lorsqu'à la fin du poème, je vois l'ingénieuse fourberie de Renard avoir raison de la vigueur d’Isengrin, je m'en amuse assurément, mais je ne serais pas autrement choqué si cette canaille de Renard recevait le châtiment de ses méfaits. Et je suis persuadé que tu penseras comme moi.
   J’ai, atténué, autant que j’ai pu, dans mon adaptation, les intentions satiriques du poème, parce qu'elles sont vraiment trop spéciales et qu'elles visent une société disparue et des meurs que tu n'es vraiment pas forcée de connaître. Tu n'as pas à souffrir des abus de la féodalité et de l'intolérance, n'est-ce pas ? Les lecteurs du vieux temps trouvaient plaisir et vengeance à en rire, parce qu'ils avaient parfois à en pleurer. Qu’il te suffise de savoir que la satire des Grands et du Clergé tient une place importante dans les vingt-sept branches du Roman du Renard.
   Ces branches (tel est le nom adopté par les copistes du Moyen Âge) forment aucune un épisode de cette vaste épopée animale. Leur ensemble présente parois des redites et même des contradictions. Il semble bien que c'est en France qu'elles ont toutes pris naissance. Mais c'est en Allemagne, puis dans les Flandres, qu'on a eu l'idée de les coordonner pour en faire une œuvre logique avec un début, un enchaînement et une conclusion. C'est sous cette forme que l'œuvre est entrée dans la postérité, grâce à Gœthe, et que je te la présente aujourd'hui. Tu me diras si j'ai eu raison.

20 euros (code de commande : 29927 - vendu).

Pour être informé des mises à jour de cette page

BADINTER (Élisabeth) — Les passions d'Émilie. La marquise du Châtelet, une femme d'exception. Mise en images par Jacqueline Duhême. Paris, Gallimard, 2006. In-8° cartonné d'éditeur, 37 p., en très bon état.

8 euros (code de commande : eft3).


COLOMBINI MONTI (Jolanda) — Le grand ami. Illustrations de Mariapia. Milan, Éditions Piccoli, 1956 (copyright). In-4° cartonné d'éditeur, 16 p., ( "Série Feuillages"), étiquette "Distribution des Prix"., un peu insolé.

13 euros (code de commande : eft9).


 

CREMNITZ (Marguerite, dite Parrhisia) — La petite marquise. Histoire de quatre enfants au XVIIIe siècle. Illustrations en couleurs et en noir de Léonce Burret. Paris, Société d'Édition et de Publications, 1910. In-4° sous cartonnage polychrome d'éditeur portant la mention « Librairie Félix Juven », tranches dorées, 240 p., illustrations en noir dans le texte et 8 planches en couleurs hors texte, exemplaire en bel état.

 
Couverture et À la Comédie française, en regard de la p. 92.

25 euros (code de commande : 25980).


CURTIL (Sophie) — N'tchak. Un pagne de fête au pays des Kuba. Paris, Dapper, 1991. In-4° carré sous cartonnage d'éditeur, [32] p., nombreuses illustrations en couleurs, (collection « Kitadi »), bel exemplaire, épuisé.
En quatrième de couverture :
   La collection Kitadi invite les enfants à découvrir le patrimoine artistique des peuples de l'Afrique noire.
   Grâce à une mise en scène pleine de surprises, un étonnant n'tchak, pagne de danse des femmes kuba, se déroule et s'anime sous les yeux du lecteur.

13 euros (code de commande : 21825).


 

DAUDET (Alphonse) — Le Secret de Maître Cornille. Suivi de Les Étoiles et de Installation. Illustrés par Janicotte. Tournai, Casterman, 1962. In-4° sous cartonnage d'éditeur, 32 p., illustrations en couleurs, (collection « Les Albums de l'Âge d'Or »), exemplaire en bel état.

 
Couverture et première illustration pour Les Étoiles.

18 euros (code de commande : 21382).


De quelles couleurs...? Des images choisies par Marie Houblon. Paris, Tourbillon, 2003. In-8° cartonné d'éditeur, 45 p.

13 euros (code de commande : eft12).


 

DESNOS (Robert) — Chantefables et Chantefleurs à chanter sur n'importe quel air. Illustrations de Ludmila Jirincova. Introduction par Pierre-André Touttain. Quatrième édition. Paris, Gründ, 1977. Petit in-4° sous cartonnage illustré d'éditeur, 62 p., illustrations en couleurs.
Extrait de l'introduction :
   Un autre aspect du talent poétique de Robert Desnos se doit d'être rappelé ici : les délicieux et inimitables poèmes qu'il composa pour les enfants. Pour le fils et la fille de Lise Deharme, il écrivit : la Ménagerie de Tristan et le Parterre d'Hyacinthe, puis quelques autres pour Daniel Milhaud (le fils du grand compositeur) ; il illustra lui-même ses poèmes. En 1944, l'année de son arrestation, il porta à l'éditeur Michel Gründ un manuscrit de trente Chantefables à chanter sur n'importe quel air : ces textes furent acceptés avec enthousiasme par l'éditeur, mais hélas ! le poète ne vit jamais ses textes imprimés. En 1952, le même éditeur publia les Chantefleurs précédées des Chantefables : soixante poèmes au total, présentés dans une édition illustrée à tirage limité.
   Enfin, en 1955, parut l'édition définitive des Chantefables et Chantefleurs, augmentée de vingt « chantefleurs » retrouvées. Le succès de ces poésies ne s'est jamais démenti : tous les enfants de France ont appris à l'école, puis pour leur plaisir, ces textes dans lesquels ils « entrent » immédiatement et qui appartiennent désormais à leur univers merveilleux et inviolable. Mais les adultes ont réservé le même accueil enthousiaste et émerveillé à ces poèmes, et plusieurs compositeurs les ont mis en musique.
   Cette nouvelle édition, illustrée de fraîches et poétiques compositions de Ludmila Jirincova, nous prouve, une fois encore, que ces poésies séduisent toujours les artistes sensibles et imaginatifs : plus que des illustrations, ce sont des variations graphiques et poétiques que cette illustratrice nous propose ici.

8 euros (code de commande : 28131).


 

EWING (Juliana) — Perronet. Traduit de l'anglais par Alice Richard. Illustrations de Josette Boland. Bruges, Desclée de Brouwer, 1949. In-8° sous cartonnage d'éditeur, 33 p., 10 illustrations en couleurs hors texte, rousseurs sur la couverture et un griffonnage en quatrième de couverture.

   
Couverture et illustration en regard de la p. 32.

13 euros (code de commande : 25979).


Fillette. 22e année. Paris, Fillette, 1930. 47 fascicules de 16 p. en un volume in-4° demi-toile rouge, [752] p., illustrations en noir et en couleurs.
   Ce volume contient les n° 1138 du 12 janvier 1930 à 1188 du 28 décembre 1930, les n° 1164, 1168, 1183 et 1187 n'ont pas été reliés dans ce volume.
   La revue Fillette commença à paraître en 1909 sous la direction des frères Offenstadt qui créèrent également les magazines L'Épatant et L'Intrépide.

20 euros (code de commande : 21158).


 

FONTANES (Catherine) — Douce-Fleur. Illustrations de Guy Sabran. Paris, G.P., 1954. In-4° sous cartonnage illustré d'éditeur, 62 p., (collection « Bibliothèque Rouge et Bleue », n° 7), exemplaire en bon état.

   

10 euros (code de commande : 29304).


 

FOUINET (Ernest) — Gerson ou Le Manuscrit aux enluminures, par M. Ernest Fouinet. Tours, Mame et Cie, 1843. [Tours, / Ad Mame et Cie, Imprimeurs-Libraires. / 1843] In-12 sous cartonnage rouge d'époque, dos passé, [3 (titre de la collection, avis de propriété, titre avec une vignette)], [1 bl.], 282 p., 3 gravures hors texte dont le titre-frontispice, (collection « Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne »).
   La première édition fut imprimée en 1842.
Préface :
   « Venez à moi en toute confiance, venez à moi. Nous ferons l'échange de nos biens spirituels : je vous donnerai la science, vous me donnerez la prière. Doux échange, embrassements de pieuse grâce, ils nous consoleront dans les misères de l'époque présente. Nous prierons les uns pour les autres et nous réjouirons nos anges. » Telles sont les douces paroles qu'il y a plus de quatre siècles adressait aux enfants l'illustre Gerson, chancelier de l'Église et de l'Université de Paris. Suaves exhortations, elles étaient l'écho de celles de Jésus disant : Laissez les petits enfants venir à moi ; et Gerson, à l'exemple de son maître, faisait descendre sur ces innocentes créatures les bénédictions les plus puissantes en leur enseignant à être bons, pieux, honnêtes à toute épreuve. Pour leur donner cette éducation salutaire, il n'avait qu'à vivre sous leurs yeux. Cette éloquente leçon de l'exemple que leur offrait sa vie de haute et courageuse vertu, nous avons espéré qu'il nous serait possible de la renouveler pour la génération actuelle, en essayant de ranimer Gerson et de le montrer grand et humble, savant et modeste, doux et fort ; de le montrer tel qu'il fut aux enfants de nos jours.
   Difficile résurrection des jours écoulés, quelque imparfaite que soit notre œuvre, elle aura du moins le bon résultat de faire voir et sentir partout la main de la Providence, qui n'abandonne jamais le monde, même à l'heure des plus rudes épreuves. Ces épreuves, la France en éprouva-t-elle jamais de plus amères que sous le déplorable règne de Charles VI ? Eh bien ! au milieu des hommes fous, égoïstes, ignorants, ambitieux, pervers, il sera consolant de voir un homme pur, honnête, éclairé, levant sa tête calme et sereine, comme un phare au milieu d'une mer troublée par plus d'une tempête. Phare admirable, immobile au milieu du danger, ainsi que le fanal dont aucune rafale ne peut éteindre la clarté qui sauve, il bravera tout pour faire son devoir, éclairer ces vagues qu'a soulevées l'orage, montrer le droit chemin et dire la vérité aux hommes.
   Prêtre pieux, grand consolateur, à tel point que les générations saluent en lui l'auteur de l'Imitation, puissant médecin des Maladies de l'âme, ainsi que le qualifie un de ses innombrables panégyristes, Gerson, dans un siècle où le clergé était frappé de plus d'une cause de discorde et de dissolution, brille comme l'astre précurseur de ces jours où nous voyons l'Église si dégagée du siècle, si lumineuse, si grande par sa pureté. La peinture des époques mauvaises et les rapprochements que de tels tableaux appellent à faire avec des temps plus beaux qui ont succédé, ont, ce nous semble, quelque chose d'utile, de salutaire, de bienfaisant pour l'âme, quelque chose qui console du passé et donne foi dans l'avenir : tel puisse être l'effet de la lecture de ce livre. Il sera doux peut-être d'y suivre le cours de la vie de Gerson, coulant calme, toujours reflétant le ciel, au milieu des écueils de la vie publique, ou de ceux de la vie privée. Fleuve majestueux, il traversera, sans y prendre de souillures, les sombres événements de l'histoire ; il versera, en passant, les fraîches eaux de la charité sur les cuisantes douleurs de la famille, et ira enfin, toujours plus transparent, toujours éclairé d'un reflet plus divin, se répandre, mais non se perdre dans l'océan de l'éternité. Remontons ces ondes magnifiques jusqu'à leur source ombreuse : voyons d'abord le grand homme enfant.

10 euros (code de commande : 29694).


KALMAN (Maira) — Max rafle la mise. Paris, Seuil Jeunesse, 2000. In-4° sous cartonnage illustré d'éditeur, 32 p., illustrations en couleurs, exemplaire en parfait état.

7 euros (code de commande : 12642).

 


LAGRANGE (Christian) — La chenille. Bruxelles, Labor, 2005. In-8° cartonné d'éditeur, 29 p., (collection "A l'abordage").

7 euros (code de commande : eft25).

 


 

LESAGE (M.F.)Histoire de la poste aux lettres et du timbre-poste. Illustrations de Henri Dimpre. Paris, Gründ. 1947. In-4° sous cartonnage d'éditeur, 57 p., coupes frottées sinon bon exemplaire.

   

13 euros (code de commande : 22801).

COLLECTION
LES LIVRES ROSES POUR LA JEUNESSE

Publiés à Paris, par les éditions Larousse, les volumes de cette collection sont au format in-8° (120 × 180 mm.) agrafé.

N° 169. GUYON (Charles) — Les Canadiens héroïques. 1916. 47 p., illustrations de A. Bonamy, défraîchi.


                                2 euros (code de commande : 11223 ).

       

 


 

MACAULAY (David) — Naissance d'un château fort. Paris, Éditions des Deux Coqs d'Or, 1978. In-4° sous cartonnage illustré d'éditeur, [80] p., très nombreuses illustrations, (collection "Adieu au passé")
En quatrième de couverture :
   Remparts massifs et formidables dressés à même le roc, gardiens redoutables d’un confluent ou sentinelles avancées d'un prince conquérant, les châteaux forts du Moyen Âge témoignent aujourd’hui encore d’un fabuleux passé de mystère, d'aventure et de combats. C’est l’histoire de leur construction, pierre par pierre, mais aussi celle des hommes qui les ont édifiés, que David Macaulay fait revivre pour nous, avec toute la puissance d’une civilisation dont nous sommes les héritiers directs.
   Le château de Lord Kevin est imaginaire mais sa conception, les phases de sa construction, son aspect matériel sont inspirés par plusieurs châteaux bâtis lors de la conquête du Pays de Galles entre 1277 et 1305. Leur construction est l’aboutissement de plus de deux siècles d’architecture militaire en Europe et en Terre sainte.
   La ville d’Aberwyvern est aussi imaginaire mais sa conception et son aspect matériel sont inspirés par les villes qui furent fondées en liaison avec ces châteaux pendant la même période de 28 ans. Dans ce programme militaire combinant ville et château fort se manifestent bien la supériorité stratégique et l’intelligence indispensables pour la réussite de la conquête.

13 euros (code de commande : 28856).


McCULLY (Emily Arnold) — Juliette et Bellini. Traduit de l'américain par Élisabeth Duval. S.l., Kaléidoscope, 1994. In-4° sous cartonnage d'éditeur, [32] p.

6 euros (code de commande : 10458).

 


 

SAVIGNAC (Alida de) — Le génie des bonnes pensées par Madame Alida de Savignac. Avec vingt-deux belles gravures lithographiées. Paris, Eymery, [1840]. [Paris, / A la Bibliothèque d'Éducation de Mademoiselle Désirée Eymery, / Quai Voltaire, 15.] In-8° oblong sous une modeste reliure cartonnée, [1 (titre)], [1 bl.], 112 p., 20 lithographies de Louis Edward May, mouillures et salissures, ouvrage rare.
   Le titre indique la présence vingt-deux lithographies ; notre exemplaire en comporte vingt : le titre gravé et une illustrant chacun des dix-neuf chapitres (La piété - La charité - La bienfaisance - La philanthropie - La clémence - L'amour fraternel - Vertu chrétienne - Amitié - Amour conjugal - Magnanimité - L'honneur - L'équité - Amour filial - La bonté - Le courage militaire - La probité - Dévouement - La présence d'esprit - La miséricorde). Cette édition semble bien complète et est identique à celle conservée à la Bibliothèque Nationale de France et numérisée sur le site Gallica.
   Le peintre et lithographe Louis Edward May (Paris, 1807 - Angoulème, 1881) fut un élève de Léon Cogniet avec qui il réalisa les voussures du plafond du Louvre représentant l'Expédition d'Égypte ; on lui doit également de nombreux dessins et chromolithographies pour l'ouvrage le Moyen Âge et la Renaissance. Il signait ses composition « Edwarmay » ; il est notamment connu pour sa célèbre Nature Morte au Verre d'Absinthe.
Introduction :

   Le génie des bonnes pensées est naturellement celui des bonnes actions. Malheur a qui laisserait salir son imagination sous le prétexte que ses pensées ne nuisent a personne et qu'il suffit dans le monde de bien agir pour être estimable. Un jour viendra où la perversité secrète surgira sur la conduite extérieure et laissera voir l'homme dans toute sa laideur ; d'ailleurs, quand on parviendrait ii tromper la société, à la satisfaire avec ce qu'on montre de soi-même, peut-on espérer tromper Dieu ? Ne sait-on pas qu'il pèse les cœurs plus rigoureusement encore que les actions ?
   Notre génie, a nous, celui qui préside à ce recueil, n'est pas le génie des méditations intérieures : c'est ce bel ange, colporteur des inspirations d'en haut, qui, dans une circonstance difficile, suggère ce qu'il y a de mieux à la mère, a l'épouse, a la fille, au serviteur, au soldat ; c'est le guide de ces élans du cœur qui préservent d'une faute, d'un malheur ou conseillent une action héroïque. Notre petit livre est donc une lointaine imitation de celui de Plutarque. Au lieu de raconter la vie des héros et des sages dont la place est marquée dans l'histoire, nous avons réuni les hauts faits des personnages obscurs, d'enfans, de jeunes filles, nous les ayons placés à côté de noms historiques. Tous les temps, tous les pays, tous les états, tous les âges nous ont fourni des traits touchans ou sublimes, car le génie des bonnes pensées souffle toujours et sur tous ; il ne manque pas une occasion de nous offrir ses conseils et son soutien : c'est notre faute s'il parvient si rarement à nous les faire accepter.
   Lisez-nous donc, enfans, et puissiez-vous être saisis d'une noble émulation en voyant combien il est doux et facile de faire le bien !
Extrait de La Mode :
   Nous croyons devoir recommander à nos lecteurs la librairie de mademoiselle d'Eymery, spécialement consacrée à ces livres d'éducation, dont la morale et l'instruction sont éminemment utiles.
   Mademoiselle Eymery publie une Bibliothèque d'éducation, déjà connue et estimée qui se divise en deux séries : l'Enfance et l'Adolescence. M. Desaines, auteur lui-même d'un grand nombre de bons livres pour la jeunesse, a présidé à cette entreprise qui lui doit plusieurs volumes religieux et instructifs fort appréciés.
   On trouve en outre chez mademoiselle Eymery, pour les étrennes, une grande quantité de jolis album, dans tous les formats et dans tous les prix, parmi lesquels nous avons remarqué le Génie des bonnes Pensées et les Douze-Mois de madame de Savignac.
Bibliographie :
   - Journal général de la littérature de France. Année 1840, p. 155.
   - Bibliographie de la France, n° 36 - septembre 1840, p. 496.
   - La Mode, 1841, p. 31.
   - Biais (Émile), Peintures murales des églises de Torsac et de Bouteville (Charente), dans Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des Départements, 35e session, pp. 148-149.

95 euros (code de commande : 26378).

 


TORSETER (Oyvind) — Mister Random. Rodez, Éditions du Rouergue, 2002. In-8° broché, 16 feuillets, ("Toutazimute", 16).

4 euros (code de commande : eft40).


YVES (Georges) — Les mémoires d'un linot. Illustrations de L. Blanchet-Magon. Épinal, Imagerie Pellerin, [1898]. In-4° broché, [36] p., 19 illustrations dont 16 en couleurs, couverture défraîchie, papier jauni.

   
Couverture et p. 25.

25 euros (code de commande : 15260).

 

 

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un des ouvrages présentés sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (chèque, carte de crédit, versement bancaire...).

Retour au début

 CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.

Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN).

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.

Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre numéro de T.V.A. : BE0619836631.

 

Retour au début


Si vous souhaitez recevoir les avis de mise à jour de la page
Enfantina
indiquez ci-dessous vos références :
prénom et nom :
adresse électronique :
pays de résidence :
et cliquez sur

La fréquence de mise à jour est bien évidemment aléatoire et dépend des achats que nous réalisons...

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

Retour au début