Page proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire
Pour commander
Retour à la page des listes thématiques

Nouvelle(s) entrée(s)

 

BARRAU (Jacques) — Les hommes et leurs aliments. Esquisse d'une histoire écologique et ethnologique de l'alimentation humaine. Paris, Messidor - Temps Actuels, 1983. In-4° sous reliure toilée et jaquette illustrée (petites déchirures et pliures sans perte) d'éditeur, 378 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, bon exemplaire.
Sur la jaquette :
   Lieu privilégié des relations entre les hommes et le reste du monde vivant, végétal et animal, l'alimentation humaine doit être envisagée au double point de vue de l'écologie et de l'ethnologie. La dimension biologique et écologique de cette alimentation ne saurait en effet éclipser l'importance de ses aspects sociaux, économiques et idéologiques, les hommes se nourrissant autant d'aliments végétaux et animaux que d'imaginaire !
   Envisager l'histoire de l'alimentation humaine conduit donc et nécessairement à prendre en compte à la fois le biologique et le social, leurs transformations et leurs interactions, dans l'histoire des sociétés humaines. Ces dernières se sont ajustées de façons les plus diverses aux contraintes vivrières auxquelles elles ont dû faire face depuis les temps anciens de la cueillette et de la chasse jusqu'aux réussites et méfaits de l'agronomie moderne. C'est d'ailleurs en maîtrisant ainsi, au moins en partie, la nature nourricière que ces sociétés et les hommes qui les composent se sont faits eux-mêmes.
   Cette alimentation humaine a été et est encore le théâtre de constantes transformations dont il faut aussi rendre compte pour comprendre les problèmes alimentaires et gastronomiques de l'heure.
   C'est le propos de l'ouvrage de Jacques Barrau, les Hommes et leurs aliments, conçu comme une esquisse d'une histoire écologique et ethnologique de cette alimentation humaine.
   Après avoir brossé à grands traits les aspects écologiques de celle-ci, l'auteur insiste sur l'importance de la « révolution culinaire » dans l'histoire de l'humanité, « révolution » ayant précédé, et de loin, celle de la domestication des plantes et des bêtes nourricières. Cette domestication fait d'ailleurs de sa part l'objet d'une discussion quant à ses processus et ses effets.
   Puis Jacques Barrau envisage tour à tour l'histoire de diverses catégories d'aliments végétaux et animaux, leurs avatars et leurs voyages.
   Après s'être interrogé sur les idées que les hommes se font de leurs aliments et sur les comportements que cela entraîne, l'auteur considère, à la lumière de l'actuelle économie alimentaire du globe, la grave question de l'« arme alimentaire », moyen de conquête et de domination dans un monde en crise.
   Il s'interroge enfin sur les perspectives biologiques, sociales et culturelles de notre alimentation avec ses alternatives de « grande bouffe » et de « fast food », d'opulence, de famine, de désarroi alimentaire et d'émergence de nouvelles gastronomies...
   Les Hommes et leurs aliments de Jacques Barrau est un essai voulant inciter le lecteur à réfléchir sur l'importance qu'a eu et continue d'avoir l'alimentation dans l'histoire de l'humanité, des rapports entre les hommes, des rapports entre ces hommes et la nature dont ils font partie.

25 euros (code de commande : 25838).

 

TOUSSAINT-SAMAT (Maguelonne) — Histoire naturelle & morale de la nourriture. Paris, Bordas, 1987. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, 590 p., illustrations in et hors texte, (collection « Cultures »), rousseurs sur les tranches, épuisé sous cette forme reliée.
Sur la jaquette :
   À l'origine était la faim ; le miel, les racines, le gibier furent les premiers aliments de nos ancêtres. La cuisine est née de la domestication du feu, et la civilisation de l'élevage du bétail et de la culture des céréales.
   L'ouvrage de Maguelonne Toussaint-Samat est une histoire naturelle : savez-vous que le bananier n'est pas un arbre, mais une herbe dont la fleur stérile se transforme en une « main » de bananes qui peut compter des centaines d'individus (qui ne sont pas des fruits) ? Maguelonne Toussaint-Samat vous raconte l'histoire de tous les fruits européens et exotiques, la passion de Louis XI pour la poire et celle de Louis XIV pour les fraises. Savez-vous que pour fournir un caviar excellent, l'esturgeon doit n'éprouver aucune frayeur avant sa mort ? Et que Louis XV recracha du caviar offert par Pierre le Grand ?
   Mais cet ouvrage est aussi une histoire morale : il étudie les mœurs, les comportements, les modes que la nourriture fait naître, les mythes et les symboles qui s'y rattachent. Athéna, dit la légende, donna l'olivier à la Grèce ; tout le bassin méditerranéen utilisa l'huile, tandis qu'au nord s'étendaient les « pays du beurre ». Et Luther s'enflamma contre le trafic des indulgences qui permettaient de manger du beurre durant le carême !
   C'est enfin une histoire du monde entier : le chocolat fut d'abord la boisson des dieux aztèques avant de devenir celle des marquises du XVIIe siècle. Et le café, découvert par des chèvres en Arabie, devint la richesse des Antilles et de l'Amérique du Sud lorsque l'Europe s'en enticha.
   Guerres, trafics en tous genres, de produits mais aussi d'hommes – seul l'esclavage permit de rentabiliser la culture du café et de la canne à sucre – ont développé la circulation de produits de plus en plus nombreux.
   L'immense roman à épisodes que retrace l'Histoire naturelle et morale de la nourriture n'est cependant pas un roman noir. La gourmandise des puissants comme parfois celle des humbles nous donne souvent à sourire, et le plaisir de conter et de rire se conjugue au plaisir d'apprendre, dans ce livre où la langue rivalise avec le palais pour nous rassasier. Et si cette histoire se termine sur la perspective d'une meilleure gestion tant des productions que des habitudes alimentaires, il nous fait espérer que l'humanité parviendra un jour à mettre un terme aux « maux de la faim ».

30 euros (code de commande : 25840).

Pour être informé des mises à jour de cette page

 

 

 

[ALIMENTATION]. XXIVe semaine sociale universitaire sur l'alimentation du 18 au 23 octobre 1954. Bruxelles, Institut de Sociologie Solvay, 1955. In-8° broché, 337 p., couverture tachée et partiellement insolée.
Table des matières :
   - Introduction, par H. Janne.
   - Les aspects actuels des problèmes de la nutrition et l'alimentation de l'humanité, par E.-J. Bigwood.
   - Importance physiologique, sociale et psychologique de l'alimentation, par G. Jacquemyns.
   - L'alimentation vue sous l'aspect historique, par M.-A. Arnould.
   - Ethnologie et problèmes d'alimentation, par A. Dorsinfangs-Smets.
   - Conservation des ressources naturelles et alimentation, par J.-P. Harroy.
   - Le progrès technique et l'évolution de la consommation alimentaire dans les différentes classes sociales, par J. Fourastié.
   - Les dépenses de consommation alimentaire en Belgique, par J. Poelmans.
   - La fluorisation des eaux, par J.-P. Dustin.
   - L'agriculture belge, par M. Hespel.
   - Les industries alimentaires, par A. Bourgaux.
   - La productivité dans l'industrie alimentaire, par A. Ceuppens.
   - Coopératives de production agricole, par A. Conix.
   - Coopératives de distribution, par E. Dutilleul.
   - Les problèmes de la distribution commerciale, par E. Dassel.
   - Un moyen d'améliorer l'alimentation des familles peu aisées : le recours à la terre, par R. Marique.
   - La maison, dernière étape de la production alimentaire, par Mme Goldschmidt-Clermont.
   - Le problème de l'alimentation dans les collectivités scolaires, par M. Coulon.
   - Rôle de l'enseignement ménager dans l'éducation alimentaire, par R. Joffroy.
   - L'alimentation dans la politique économique, par E.-S. Kirschen.
   - Les repas en commun, par L. Servais.
   - Le Laboratoire intercommunal de Chimie et de Bactériologie de l'agglomération bruxelloise, par R. Pinguair.
   - Les écoles du C.E.R.I.A., par F. Doms.
   - Le service de recherches du C.E.R.I.A., par J. Wiame.
   - Essai de synthèse et de conclusion, par H. Janne.

20 euros (code de commande : 23417).

 

ANDROUET (Pierre)Guide du fromage. Avec la collaboration de N. Roche et G. Lambert. Paris, Stock, 1971. Fort in-8° étroit sous cartonnage illustré et rhodoïd d'éditeur, 589 p., illustrations en noir.
Table des matières :
   
1. Lettre à ma fille.
   2. Suite à la « Lettre à ma fille ».
   3. Quelques conseils.
   4. Tableau des sept saveurs que l'on trouve par saison.
   5. Quel fromage acheter aujourd'hui ?
   6. Repas de fromages mois par mois.
   7. Tableaux climatiques et carte des pâturages.
   8. Dictionnaire des fromages.
   9. Fromages spéciaux et étrangers.
   10. Tour de France des petits fromages.
   11. Le bon usage des fromages.
   12. Si vous allez à l'étranger ou les fromages de vos vacances.
   13. Petit lexique des termes de fromage.
   Table des fromages du dictionnaire.

15 euros (code de commande : 21180).

 

Au temps des vendanges. Prenez le temps de vivre l'automne. Paris, Solar, 1998. In-4° sous cartonnage d'éditeur, 119 p., nombreuses illustrations en couleurs.
En quatrième de couverture :
   « C'est l'automne, qui couvre la nature de ses tons fauves et lumineux ! C'est le temps des vendanges et de la cueilette des champignons ! Pour que chaque journée soit une fête du goût, vous découvrirez dans ce livre les traditionnelles recettes de terrines de gibier ou de légumes, ainsi que celles d'irrésistibles confitures et de liqueurs.
   Côté maison, vous apprendrez à dresser une table de ban des vendanges, à graver des bouteilles ou encore à fabriquer des meubles surprenants à partir de caisses de vin.
   Vous pourrez aussi peindre de la vaisselle à la manière des pointillistes, broder une nappe pour fêter Halloween ou confectionner carnets de notes, albums de photos et herbiers pour recueillir vos souvenirs.
   Passez un automne douillet et cheleureux... »

13 euros (code de commande : 5988).

 

BINNEMANS (Charles-Louis) — Histoire d'un grand négoce. Vins & spiritueux en Belgique. Bruxelles, Glénat, 1992. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 143 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs.
Préface de Henry Stroobant :
   « Comme le dit dans son introduction, Charles-Louis Binnemans : « écrire aujourd'hui un livre sur le vin et sur l'armorial des produits qui l'entourent, tient quelque peu de la gageure ; avec cette réflexion à la clef. Tiens ! un livre sur le vin : un de plus !
   Lorsque Paul Miesse, Président de 1'« Affinité Vins » de notre Fédération, m'a demandé de préfacer cet ouvrage, c'est un peu la première impression qui me vint à l'esprit. J'en ai alors abordé la lecture et l'ai poursuivie d'une seule traite. Car, l'auteur, tout en donnant au vin, en toile de fond toujours présente, la majesté et l'opulence qui lui revient, a mis l'accent, à travers son récit, sur le caractère humain qui, nécessairement, se veut présider à toute épopée.
   Dans ce contexte d'un produit si chevillé au cœur des hommes, le rôle et la contribution de ces derniers n'est pas peu de chose. D'avoir mis cet aphorisme en lumière, c'est, à mon avis, ce qui fait le mérite et l'intérêt du travail sous revue.
   Dans une première partie, ce dernier nous retrace le cheminement des activités multiples, nous décrit la place importante qu'à toujours représenté le vin, au travers des préoccupations des habitants de nos régions, depuis les temps les plus reculés de la Gaule Romaine jusqu'à l'organisation de marché, telle qu'elle se présente aujourd'hui pour ce produit. Ce panorama, il le dresse dans une langue nerveuse, colorée, incisive où l'humour conserve tous ses droits et où l'ironie et l'affection pour son sujet font bon ménage.
   Dans une seconde partie, Charles-Louis Binnemans évoque ce que j'appellerai : « la galerie des personnages », les hommes qu'il a connus en fréquentant ce négoce si diversifié ; des hommes compétents, amoureux et soucieux de l'excellence du nectar qu'ils commercialisent et même parfois produisent. Cette peinture vient à son heure car le temps passe et les données de l'histoire, de la grande comme de la petite histoire, se bousculent sous nos yeux, qui s'accoutument sans plus les remarquer aux fiévreuses mouvances de la vie économique et culturelle d'aujourd'hui.
   Ces événements sont tellement loin des silences et de la pénombre dans lesquels dort le vin qui, au fond des celliers, opère sa mutation magique, avec la complicité de l'œnologue inspiré et la protection du bienveillant saint Vincent.
   C'est pourquoi, il est bon que, de temps à autre, soient ainsi remis à l'honneur, tant de science accumulée, tant de talents apparents ou cachés, tant d'amour d'un métier auquel personne ne conteste l'humanisme et la sociabilité.
   Ce livre constitue un hommage, mérité et fervent, à tous ces acteurs de l'histoire vinicole de notre pays, évoquée par la plume diserte de l'auteur. Cependant, si nombreux soient-ils, ils ne sont pas les seuls à avoir participé à cette saga, il y en a d'autres encore, demeurés dans l'anonymat, d'autres que la fuite du temps, l'accumulation de contingences diverses n'ont pas permis à notre ami d'évoquer.
   Nous en avons tous connus et c'est en pensant à eux aussi, que je veux, avec Charles-Louis Binnemans, rendre hommage à la profession tout entière. Dans une dernière partie, l'auteur évoque le futur de notre secteur d'activités. À l'aube des bouleversements que le Marché commun, devenant peu à peu réalité, ne manquera pas de susciter encore, il importe que le gouvernail de la profession soit fermement tenu. Il l'est, j'en suis convaincu.
   Chaque année, la Gilde de Saint-Vincent nous ressource à cette convivialité de la profession, si humaine et si enrichissante ; cette convivialité qui se doit de présider aux rapports sociaux de collègues réunis dans une même éthique : « du Bon et du Beau ».
   Il en fut ainsi dans le passé et il se doit qu'il en soit encore ainsi demain. C'est là, le vif souhait que me donne l'occasion de formuler, la lecture de l'ouvrage que je recommande.
   Que Charles-Louis Binnemans soit chaleureusement remercié pour ce travail où il a mis avec tant de talent, la science de son écriture, la recherche approfondie des sources de sa documentation, apparemment inépuisable et surtout son cœur qui est plein de ferveur pour son sujet. »

13 euros (code de commande : 4555).

 

[CHARLEROI - CARTE PORCELAINE]. Au Cheval Blanc, J. Rousselle, Aubergiste-Restaurant Place Verte N° 26 Charleroi. Carte-porcelaine (100 x 63 mm.) en couleurs imprimée par le lithographe Alphonse Deghistelle, à Charleroi, petit pli.

18 euros (code de commande : 25814).

 

 

Chocolat. De la boisson élitaire au bâton populaire. XVIe-XXe siècle. Bruxelles, C.G.E.R., 1996. In-4° broché, 275 p., nombreuses illustrations en noir et en couleur, exemplaire en très bel état.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à la Galerie CGER, à Bruxelles, du 23 février au 2 juin 1996.
Table des matières :

   Avant-propos, par Herman Verwilst.
   - De l'optimisme en bâton, par Emmanuel Collet.
   Chapitre 1 : Le cacao, boisson des rois dans le Nouveau Monde, par Françoise Fontaine.
   Chapitre 2 : Le cacao : le sang voluptueux du Nouveau Monde, par Eddy Stols.
   Chapitre 3 : La Flandre et le chocolat, par Lutgarde Swaelen.
   Chapitre 4 : La consommation du chocolat dans les Pays-Bas autrichiens, par Marc Libert.
   Chapitre 5 : Est- il moral de boire du chocolat ?, par Bruno Bernard.
   Chapitre 6 : Le cacao du côté de la science, par Carmélia Opsomer.
   Chapitre 7 : Le cacao dans l'économie tropicale, de 1800 à 1940, par William G. Clarence-Smith.
   Chapitre 8 : Le cacao dans l'économie politique de l'ancien Congo belge, par Jean-Luc Vellut.
   Chapitre 9 : La culture du cacao au Mayombe (Congo belge) 1885-1914, par Leen Vantieghem.
   Chapitre10 : De la boisson élitaire à la barre populaire, par Peter Scholliers.
   Chapitre 11 : L'innovation chocolatière en Belgique 1850-1950, par Paul Servais et Françoise De Bruyne.
   Chapitre 12 : Le moule à chocolat et l'imagerie populaire, par Henry Dorchy.
   Chapitre 13 : Médecine, diététique et chocolat au XIXe siècle, par Paul Servais.
   Chapitre 14 : Le chocolat dans la littérature française et européenne des XIXe et XXe siècles, par Jean-Claude Bologne.
   Chapitre 15 : Médecine et chocolat au XXe siècle, par Paul Servais et André Geubel.
   Chapitre 16 : Un goût résolument unique, par Louis Willems.
   Chapitre 17 : Le cacaoyer :
         - La plante, par Freddy Maes.
         - Le cacao, par Freddy Maes.
         - Son passé et son avenir, par Freddy Maes et Jean-Paul Rousseau.
   Chapitre 18 : La vision Tiers-Mondiste.
   Notes et bibliographie.

35 euros (code de commande : 25357).

 

[CHOCOLAT]. Le livre du chocolat. Préface de Jeanne Bourin. Paris, Flammarion, 1995. In-4° sous cartonnage et jaquette d'éditeur, 216 p., nombreuses illustrations en couleurs.
Sommaire :
   - Chocolat, mon doux péché !, par Jeanne Bourin.
   - Au cœur des plantations. Entre tropiques du Capricorne et du Cancer, en Amérique latine, en Afrique ou en Asie, croissent les cacaoyers, arbres fragiles aux fruits colorés, par John Feltwell, avec la collaboration de Nathalie Bailleux.
   - Les aventures du cacao. Du cacao, boisson épicée des Aztèques, au breuvage sucré et reconstituant qui séduit la bonne société et devint au XVIIIe siècle tablettes et folle gourmandise des libertins, par Pierre Labanne.
   - Les maîtres chocolatiers. Un tour du monde des meilleurs chocolatiers : chocolat au lait suisse, gianduja italien, « pralines » belges, petits déjeuners hollandais, pâtisseries autrichiennes..., par Odile Perrard, Mariarosa Schiaffino, Régine Kopp, Cristina Pauly, Corby Kummer.
   - Le goût du chocolat. Tablettes, bonbons, gâteaux : chocolat noir ou au lat... Le mariage du chocolat avec le café, l'orange ou les épices. Une dégustation irrésistible accompagnée de quelques recettes, par Hervé Bizeul.
   - Le guide de l'amateur. Où acheter mes meilleurs chocolats ? Déguster un chocolat chaud à l'ancienne ? Les meilleures adresses d'Europe et des États-Unis.

20 euros (code de commande : 21305).

DELATTRE (Dr Louis) — Bonne chère, bon remède. Rixensart, Les Éditions de Belgique, 1950. In-12 broché, 145 p., quelques pages mal découpées.
Table des matières :
Le pot-au-feu
Le jambon
Tripes et boudins
La tête de veau
Le vinaigre de vin
Le mouton
Les hors d' œuvre
Le hareng.

12 euros (code de commande : gastro002).

 

Essais simples et pratiques des principales substances alimentaires. Paris, Poulenc Frères, [1912]. In-12 broché, 180 p., illustrations et, in fine, un cahier illustré présentant les établissements Poulenc Frères, bon exemplaire de peu courant ouvrage.
Table des matières :
   Analyse des apéritifs et des liqueurs de table.
      1° Absinthe.
      2° Amers.
      3° Liqueurs de table.
   Analyse des matières sucrées.
      1° Étude des diverses méthodes de dosage des sucres.
      2° Analyse proprement dite.
         1. Sucres proprements dits.
         2. Les sirops.
      Appendice aux matières sucrées : miel, chocolat.
   Analyse des conserves alimentaires.
      1° Conserves de viande et de poisson.
      2° Conserves de légumes.
      3° Confitures et gelées.
   Analyse des matières féculentes.
      1° Farine de froment.
      2° Fécule de pomme de terre.
      3° Pain.
      4° Semoules et pâtes alimentaires.
   Analyse des huiles comestibles.
   Analyse des aliments stimulants et des condiments.
      1° Café (café vert, café torréfié en grains).
      2° Thé.
      3° Cacao.
      4° Sel de cuisine.
      5° Poivre.

10 euros (code de commande : 12489).

 

FERET (Edouard)Dictionnaire-Manuel du Maître de Chai. Ouvrage extrait du Dictionnaire-Manuel du Négociant en Vins et Spiritueux et du maître de chai accompagné de 300 vignettes par Edouard Feret Auteur de « Bordeaux et ses Vins classés par ordre de Mérite ». Ouvrage honoré d'une Médaille d'or de la Société d'Agriculture de la Gironde. Bordeaux - Paris, Feret et Fils - Libraires Associés, 1896. [Bordeaux / Feret et Fils, Éditeurs / 15, cours de l'Intendance. / Paris / Libraires Associés, Éditeurs / 13, rue de Buci. / 1896] In-12 sous cartonnage lie-de-vin d'éditeur, VII, 473, [21] p., illustrations, exemplaire peu courant et en bel état.
Extrait de la préface :
   Cet ouvrage est un extrait du Dictionnaire-Manuel du Négociant en Vins et Spiritueux et du Maître de Chai qui a été commencé, il y a plusieurs années, avec le désir d'être utile aux personnes qui, débutant dans le commerce des vins et spiritueux ou dans le cellier du propriétaire-viticulteur, ont besoin, au comptoir, au chai ou au cuvier, de trouver rapidement le conseil, l'enseignement sommaire qu'elles cherchent, pour comprendre un mot technique ou effectuer un travail quelconque, connaître un outil ou un vin français ou étranger.
   Pour atteindre ce but, nous nous sommes entouré de l'expérience, des conseils et de la science de praticiens ou de savants bordelais qui s'occupent spécialement des vins et spiritueux, et nous espérons, grâce à leur concours, avoir fait un ouvrage qui formera le pendant ou la suite de Bordeaux et ses Vins classés par ordre de mérite, qui en est à sa sixième édition et qui a été traduit en anglais, en allemand.

150 euros (code de commande : 23237).

 

GANDON (Yves) — Champagne. Photographies de Gérald Maurois et Augustin Dumage. Neuchâtel, À la Baconnière, 1958. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, nombreuses illustrations en héliogravure et quelques illustrations hors texte en couleurs.

15 euros (code de commande : 12502).

 

 

GÉRARD PÈRE ET FILS (Vahé) — L'univers du Havane. Photographies Matthieu Prier. Paris, Solar, 1995. In-4° sous cartonnage illustré d'éditeur, 143 p., nombreuses illustrations en couleurs.
Avant-propos :
   Plus qu'un monde, le Havane est un univers. Un univers d'une telle richesse que, comme tout ce qui touche à l'art de vivre et aux produits de bouche, il exige un tant soit peu d'attention et de culture pour être pleinement savouré.
   C'est pourquoi nous avons voulu prolonger le travail accompli il y a quelques années avec Le Guide de l'amateur de Havane. Car, si ce premier ouvrage s'attachait plus particulièrement à l'aspect technique, il nous a semblé que l'objet cigare méritait que l'on rendît davantage hommage à son esthétique – incomparable.
   Première exigence, donc : donner tout son poids au regard, qui caresse le Havane. C'est ainsi que l'amateur pourra découvrir, du moins dans les pages de présentation des gammes de chaque marque, les cigares en taille réelle.
   Deuxième exigence : bannir tout jargon technique, afin que le néophyte puisse, autant que l'amateur confirmé, s'y retrouver... On nous pardonnera seulement d'avoir eu recours, dans l'évocation de l'évolution du goût d'un cigare au cours de la combustion, aux termes foin pour le premier tiers, divin pour le deuxième, purin pour le dernier. Ce sont là métaphores courantes entre Havanophiles.
   Enfin, rappelons que les appréciations que nous donnons ne sauraient s'entendre que parlant de cigares conservés avec le plus grand soin et, surtout, ayant bénéficié en amont de conditions optimales d'élevage, de maturation et d'acheminement à la qualité.
   Et maintenant, laissons-nous pénétrer par les généreux effluves de notre sujet....

20 euros (code de commande : 25802).

 

 

GRUBER (Alain) — L'argenterie de maison du XVIe au XIXe siècle. Fribourg, Office du Livre, 1982. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 303 p., très nombreuses illustrations en noir et en couleurs, exemplaire en très bel état.
Sur la jaquette :
   Le présent ouvrage illustre l'évolution de l'argenterie de maison dans les pays de tradition européenne sous un angle inédit. En effet, notre but est de retracer une typologie et une histoire de l'orfèvrerie civile de la fin de la Renaissance à l'aube du XXe siècle à partir de la fonction pratique qui revient à chaque type d'objet. Nous poursuivons l'évolution des formes, les éventuelles transformations, les adaptations à des usages nouveaux, les passages d'un pays à l'autre à travers la reconstitution des emplois auxquels ces objets étaient primitivement destinés.
   En reproduisant des tableaux, des gravures et des dessins originaux peu connus et jamais examinés sous cet angle informatif où apparaissent des pièces d'orfèvrerie telles qu'elles étaient utilisées dans leur environnement d'époque, nous estimons que l'argenterie ancienne peut non seulement être appréciée à sa juste valeur, mais que des usages oubliés depuis longtemps peuvent conférer leur sens à des formes souvent inexplicables.
   L'étude de l'orfèvrerie sous cet aspect inédit permet une meilleure compréhension artistique et historique d'objets enfin replacés dans leur contexte culturel. Trop d'objets sont aujourd'hui rabaissés au rôle de tristes témoins du passé, dénués de toute vie, par le simple oubli de l'usage auquel ils avaient dû leur destination première. Alain Gruber répare brillamment cet oubli au cours de ces quelque 300 pages abondamment illustrées.

80 euros (code de commande : 16304).

 

HALOCHE (Laurence) Bénédictine. Histoire d'une liqueur. Lausanne, Edita /Conti, 1991. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 139 p., nombreuses illustrations en couleurs.

20 euros (code de commande : 13905).

 

JOHNSON (Hugh) — Guide de poche du vin 1999. Nouvelle édition mise à jour. Paris, Laffont, 1999. In-8° sous reliure d'éditeur, 318 p.
En quatrième de couverture :
   Le Guide de pochedu vin, c'est l'ouvrage de référence le plus pratique par le spécialiste le plus écouté dans le monde. Une véritable « micro-encyclopédie » attendue chaque anné par trente mille fidèles.
   On y trouve :
      - plus de 6000 références entièrement révisées et complétées ;
      - Des vins issus de 32 pays ou régions productrices, de la France (le grand chapitre sur les Châteaux de Bordeaux) à la Hongrie, et de l'Italie à la Tasmanie ;
      - Tout ce que le connaisseur et l'amateur débutant doivent savoir sur les cépages, les millésimes, les crus, les appellations, les producteurs vinicoles en 1999 ;
      - Pour chaque terroir, des sélections nouvelles, l'indication des vins à leur apogées, les meilleurs rapports qualité/prix.
   Bref, le Guide du vin 1999 est le livre clé pour choisir, acheter, conserver et déguster les meilleurs vins... sans se tromper. »

6 euros (code de commande : 4565).

 

LANNOY (Josine) — Savoir se bien nourrir. Illustrations de Moni Behaeghel. S.l., Femmes d'Aujourd'hui, 1963. In-8° sous cartonnage illustré d'éditeur, 310 p., illustrations, exemplaire en très bel état.
Avant-propos :
   « Les artichauts sont bons pour le foie... Les carottes donnent un joli teint... Les nourrices doivent manger des lentilles... » Nos mères avaient bien de la chance ! Leurs notions de diététique – mot encore inconnu – se résumaient à quelques préceptes, parfois exacts et parfois fantaisistes, empiriquement transmis de génération en génération.
   Il leur suffisait de mijoter de bons petits plats, de ne pas trop dépenser, pour remplir leur rôle à la cuisine. Puis, en vingt ans, la révolution s'est opérée. Aujourd'hui, à l'art culinaire, à l'économie ménagère, s'ajoute une science nouvelle. Vitamines, sels minéraux, protéines... Ces mots créés par les chimistes passent du laboratoire aux fourneaux. On vous demande de composer des repas rationnels, d'équilibrer vos menus, de satisfaire des besoins différents selon qu'il s'agit de vos enfants, de votre mari ou de vous-même.
   Mais additionner les calories, combiner les aliments, peser les rations, vous semble bien fastidieux ! Les chiffres, les tableaux vous étourdissent, le jargon hermétique vous décourage. Vous renoncez vite à naviguer entre une balance et une règle à calculer !
   Il faut, cependant, vivre avec son temps. La diététique vous aide à vous nourrir sainement. Vous n'avez pas le droit de l'ignorer.
   Reprenez le problème. Il est plus simple que vous ne le pensez. Peut-être avez-vous voulu trop bien faire ? Ne vous noyez pas dans les détails. En ce domaine comme en tous autres, le bon sens reste le meilleur guide. Quelques idées générales sur les aliments, les moyennes à observer, les exigences de l'organisme selon l'âge et l'activité, et vous nourrirez votre maisonnée sans vous mettre martel en tête. Ce livre souhaite vous y aider.
   Faites le petit effort d'apprendre une demi-douzaine de termes nouveaux. Ne vous hypnotisez pas sur les chiffres que nous vous citerons : ils vous donnent des ordres de grandeur, rien de plus. Abandonnez vos instruments de précision, et vos cas de conscience.
   En peu de temps, vous parviendrez à établir, sans y penser, des menus, et à préparer une cuisine, où la santé et la gourmandise trouveront également leur compte. »

6 euros (code de commande : 12493).

 

MADEMOISELLE ROSE — Cent façons de préparer les œufs. Paris, Flammarion, [ca 1925]. In-12 broché, 89 p., (collection « Cent Façons de Préparer... »), bon exemplaire peu courant.
Extrait :
   L'œuf est un aliment très nutritif, qu'on mange quotidiennement, mais dont peu de personnes savent varier l'apparence ; c'est pourquoi nous avons publié ce recueil, afin que nos lectrices puissent faire cent plats différents d'un aliment unique.
   Nos lectrices en trouveront davantage, chaque manière désignée aux œufs pochés pouvant s'appliquer aux œufs durs et mollets, et vice versa ; de même tout ce qui se combine avec l'omelette pouvant se mélanger avec les œufs brouillés.
Un potage est toujours meilleur quand on r ajoute une liaison.
   L'usage quotidien d'une liaison dans du bouillon ou du lait est un reconstituant énergique.
   Les œufs doivent être du jour quand on les emploie à la coque, pochés, dans une crème ou un soufflé.
   La fraîcheur des œufs se reconnaît à la rugosité de la coque; plus la coque est lisse, plus l'œuf est vieux. L'œuf manque de fraîcheur s'il se produit un léger bruit quand on le secoue, et si la pointe de l'œuf paraît chaude au contact de la langue. L'œuf est frais si la pointe paraît froide.
   On ne doit employer que les œufs frais. L'œuf pourri dégage une très mauvaise odeur ; avant d'arriver à ce degré de décomposition, il est déjà immangeable quand il a une teinte verdâtre et que le blanc est liquide. On doit alors le jeter sans hésitation.
   L'air étant la cause de la décomposition des œufs, on doit, après les avoir enduits d'un liquide gras ou d'un vernis, les serrer dans une caisse remplie de son ou de sciure de bois, qu'on met dans un endroit sec. On peut ainsi les conserver un temps considérable.

20 euros (code de commande : 22865).

 

MOINE (Marie-Pierre) — Déjeuners gourmands. Avec la collaboration pour l'édition française de Claude Dovaz. Photographies de Linda Burgess. Paris, Gründ, 1994. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 127 p., illustrations en couleurs, (collection « Gourmandises »), exemplaire à l'état de neuf.
Sur la jaquette :
   « Béni soit le ciel pour ces déjeuners gourmands qui réunissent à la maison aussi bien les amis que la famille, et dont la tradition persiste malgré les esprits chagrins qui prônent les déjeuners solitaires cuits au four à micro-ondes ou qui prétendent qu'on ne peut plus inviter ses amis qu'au restaurant. Toutefois, ces repas gourmands n'ont rien de commun avec les banquets dont on ne se remet qu'au bout de huit jours.
Marie-Pierre Moine, française fixée en Grande-Bretagne, mère de famille et cordon-bleu, a réuni pour vous, dans ces Déjeuners gourmands, 16 menus faciles à réaliser et dont les recettes sont conçues pour satisfaire tous les goûts et toutes les générations, comme par exemple le poulet à la marocaine, la côte de bœuf rôtie, les brocolis au beurre de raifort ou le bar au fenouil braisé. L'ouvrage compte plus de 150 recettes – amuse-gueule, hors-d'œuvre, plats de résistance, garnitures et desserts –, ainsi que des suggestions pour pique-nique ou buffet froid. Pour chaque menu, l'auteur indique comment organiser son temps et conseille les boissons. En outre, elle suggère comment adapter ou enrichir les menus si l'on reçoit d'éventuels convives végétariens.
   L'envie de préparer les délicieux « petits plats » que nous propose ici Marie-Pierre Moine est encore exaltée par les magnifiques photographies de Linda Burgess dont la simple vue nous fait littéralement venir l'eau à la bouche. »

12 euros (code de commande : 12499).

       

NIETLISPACH (F.)Plats aux œufs, pâtes, farine, lait et fromage. Avec illustrations en couleurs de 60 mets. IVme édition corrigée. Olten, Otto Walter S.A., s.d. In-8° sous reliure d'éditeur et jaquette, 64 p., illustrations hors texte en noir et en couleurs.

7,50 euros (code de commande : 4547).

 

PARKER (Robert) — Guide Parker des vins de France. Nouvelle édition. Paris, Solar, 1997. Fort in-8° sous cartonnage d'éditeur, 1101 p.
En quatrième de couverture :
   « On ne présente plus Robert Parker, si ce n'est pour rappeler que, depuis maintenant plus de vingt ans, cet Américain, dégustateur inégalé, parfaitement indépendant, initie ses compatriotes – et les autres – aux innombrables facettes de l'univers viticole français – Bordelais, Bourgogne, Beaujolais, Champagne, vallée de la Loire, Provence, Languedoc-Roussillon, Corse, vallée du Rhône, etc.
   Mais qu'a donc de plus cet Américain ? Au-delà des polémiques, disons que c'est une méthode qui a fait la réputation de Robert Parker : des dégustations répétées, des milliers de pages de commentaires, des comparaisons incessantes, des vérifications permanentes, et ce souci profond, omniprésent, de l'intérêt du consommateur, qui jamais ne doit être volé. Cela a abouti à une mise en forme qui se décline ainsi  présentation de la région concernée – histoire de démêler le vrai du faux, la légende des réalités –, analyse des millésimes – des plus anciens aux plus récents, soit, dans la présente édition, 1995, parfois même 1996 pour certaines régions –, évaluation des producteurs et de leurs vins année par année, estimation des prix, du niveau des crus – grâce à la fameuse notation sur 100 – et de leur longévité.
   Une mine d'informations de première qualité, dont la rigueur est le fil conducteur et qui font de ce nouveau Guide Parker des vins de France un ouvrage tout à fait unique. »

19 euros (code de commande : 12485).

PARKER (Robert) — Les vins de Bordeaux. Nouvelle édition. Paris, Solar, 1999. Fort in-8° sous cartonnage d'éditeur, 1190 p., illustrations.
En quatrième de couverture :
   « Région viticole bénie des dieux, le Bordelais est aussi l'une des plus variées et des plus complexes du monde. L'amateur, si averti soit-il, a donc bien besoin qu'un guide de la qualité de Robert Parker l'accompagne dans les méandres de la route des Vins, des plus prestigieux châteaux aux plus méconnus crus bourgeois.
   Critique impartial, dégustateur hors pair, celui qui a fait connaître à l'Amérique les vins français nous offre une nouvelle édition de ses Vins de Bordeaux, entièrement revue, actualisée, augmentée, fourmillant d'informations et de conseils. Les domaines présentés le sont en détail, chaque millésime (de 1998 à 1961, quand ce n'est pas au-delà) étant analysé avec rigueur et précision – sans parler de la désormais célèbre notation sur 100.
   Un ouvrage complet, remarquablement documenté, enrichi d'un long chapitre analysant les spécificités de chaque millésime, d'un commentaire éclairant la « méthode Parker » et son barème de notation, et d'un glossaire.
   Entrez dans le secret et la magie des Vins de Bordeaux. »

19 euros (code de commande : 12484).

 

PIVOT (Bernard) — Dictionnaire amoureux du vin. Dessins d'Alain Bouldouyre. Paris, Plon, 2006. In-8° collé, 476 p., illustrations, exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   Je n'évoque dans ce Dictionnaire amoureux du Vin que ce que je connais, j'aime et qui me passionne. Il y a de l'autobiographie, des lectures, des souvenirs de cuvage, de cave, de table... Voici cependant l'essentiel : le vin, c'est de la culture. La culture de la vigne, mais aussi de la culture pour l'esprit. C'est cette vertu d'un produit universel de consommation que ce livre a l'ambition de rappeler, dans un temps où le vin n'est pas bien considéré.
   Peut-être s'étonnera-t-on que je parle souvent avec légèreté et amusement d'un sujet qui humecte notre bouche et notre âme ? C'est ma manière de le prendre au sérieux. J'ai le vin gai. Pourquoi mon encre serait-elle acide, revêche ou épaisse ?
   Il existe une expression qui traduit bien le rôle social du vin dans notre pays : « vin d'honneur ». Ce Dictionnaire amoureux voudrait être un joyeux vin d'honneur.

13 euros (code de commande : 23962).

 

Préparer autrement le porc. Par les rédacteurs des éditions Time-Life. Amsterdam, Time-Life, 1990. In-4° sous cartonnage illustré d'éditeur, 144 p., nombreuses illustrations en couleurs, (collection « La Bonne Cuisine Santé »), très bel exemplaire.

10 euros (code de commande : 12503).

 

RENARD (Philippe) — Cuisine & Chocolat. Plus de 100 recettes salées et sucrées. Photographies de Philippe Saenen. Loverval, Labor, 2005. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 278 p., très nombreuses illustrations en couleurs, (collection « Belges Cuisines »), exemplaire en très bel état.
Sur la jaquette :
   Prononcer le mot « chocolat », c'est comme donner le mot de passé qui mène tout droit au plaisir des sens gustatifs.
   Si les recettes sucrées au chocolat ravissent les palais depuis bien longtemps, l'utilisation du chocolat dans les recettes salées est moins connue or elle réserve de subtiles surprises gastronomiques.
   Ainsi, le cacao pur et le chocolat noir interviennent telles des épices dans les recettes de poisson et de viande. Le chocolat au lait et le chocolat blanc apportent quant à eux douceur dans les préparations.
   Philippe Renard propose plus de 100 recettes salées et sucrées dont le propos est de trouver un juste équilibre entre les saveurs.

30 euros (code de commande : 15103*).

 

Les routes de la treille. Bruxelles, CGER, 1990. In-4° broché, 336 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, bel exemplaire.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à la Galerie CGER, à Bruxelles, du 16 mars au 10 juin 1990.
Table des matières :

   - Avant-propos, par Étienne Van Driessche.
   Prémices :
      - La vigne et le vin dans l'antiquité, par Albert Deman.
   Production :
      - Combien de peine, de sueur et de soleil cuisant, par Emmanuel Collet.
      - Images de la viticulture médiévale, par Jean-Pierre Sosson.
      - La viticulture dans le duché de Brabant, par Raymond Van Uytven.
      - L'ancien vignoble en Wallonie, par Maurice-A. Arnould.
      - La viticulture dans l'économie domaniale, par Jean-Pierre Devroey.
      - Les moines et le vin, par Daniel Misonne.
      - La viticulture à Gand selon Idrisi, par Daniel Lievois.
   Acheminement :
      - Quand vers toi mes désirs partent en caravane, par Emmanuel Collet.
      - Nivelles et ses vins, par Jean-Jacques Hoebanx.
      - Les vins des comtes de Hainaut, par Gérard Sivéry.
      - Le comté de Flandre et le vin, par Jan Craeybeckx.
      - Le transport du vin du Rhin vers le Brabant, par Raymond Van Uytven.
      - Winages, tonlieux et étapes du vin dans nos régions au Moyen Âge, par Claire Billen.
      - Les grues, par Jacques Mertens et Gustaaf Asaert.
      - Un grand axe d'importation du vin : la Meuse, par Marc Suttor et Étienne Hélin.
      - De la côte ouest de la France aux Pays-Bas, par Jan Craeybeckx.
      - Les routes septentrionales des vins de Champagne, par Jean-Pierre Devroey.
      - Mesures et jauges, par Jean-Jacques Hoebanx.
      - Le manuel du parfait jaugeur, par Jacques Mertens.
      - Un langage universel, par Jean-Jacques Hoebanx.
   Échange :
      - Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles, par Emmanuel Collet.
      - Les professions du vin à la fin du Moyen Âge, par André Vandewalle.
      - Vins et finances communales, par Jean-Pierre Sosson.
      - Le vin et la fiscalité des villes, par Raymond Van Uytven.
      - Pouvoirs publics et commerce du vin, par Raymond Van Uytven et Jan Craeybeckx.
      - Bruxelles, plaque tournante du commerce du vin avec l'Europe du Nord ?, par Michèle Galand.
      - L'art de vendre le vin, par Catherine Keustermans.
   Consommation :
      - En toi je tomberai, végétale ambroisie, par Emmanuel Collet.
      - De la boisson des fêtes au symbole social, par Raymond Van Uytven.
      - Le pot-de-vin, par Maurice-A. Arnould.
      - Du bon usage du vin en médecine, par Claire Dickstein-Bernard.
      - Le goût du vin dans la littérature d'oïl, par Albert Henry.
      - Une révolution : la bouteille à vin, par Stéphane Vandenberghe.
      - Vin et industrialisation, par Daniel Lievois.
   Ouvrages cités - Orientation bibliographique.

25 euros (code de commande : 15496).

 

 

ROUX (Michel)Desserts. La passion d'une vie. Traduction et adaptation française de Patrick Delperdange, photographies de Martin Brigdale. Tournai, Casterman, 1995. In-4° sous cartonnage et jaquette d'éditeur, 192 p., illustrations en couleurs, très bon exemplaire peu courant.
En quatrième de couverture :
   La création de fantastiques desserts et de pâtisseries non moins fabuleuses est la grande passion de Michel Roux. Cet ouvrage est le sommet de ses trente-cinq ans de carrière, il présente ses 150 desserts favoris, des recettes les plus simples de salades de fruits, telle l'Assiette de baies rouges aux pustules d'oranges mi-confites, aux splendides entremets réservés aux occasions particulières, comme le Diamant de fruits, mousse de citron vert. Certains, à l'instar du Soufflé à la menthe marbré au chocolat, sont des versions améliorées de desserts classiques, tandis que d'autres sont de réelles créations originales, comme les Puits d'amour aux perles de groseilles. Mais tous sont régulièrement inscrits au menu du Waterside Inn, le restaurant de Michel Roux à Bray en Angleterre, distingué par les trois étoiles Michelin.
   Michel Roux fait partager son talent sans égal dans l'art de la préparation des desserts et révèle quelques-uns de ses secrets professionnels, qui permettront à l'amateur de parvenir à de belles réussites. Chacune des recettes de cet ouvrage est présentée de la manière la plus claire et la plus simple, en fournissant tous les détails nécessaires concernant les ingrédients et les ustensiles, ainsi qu'une description détaillée du chemin à suivre jusqu'au résultat final. Les techniques essentielles sont elles aussi présentées en détail. Ce recueil de desserts qui est déjà incontournable et essentiel, pour tous les amateurs, est aussi un ouvrage de référence pour les aspirants-pâtissiers.
   Après une inestimable introduction concernant les équipements essentiels et les ingrédients, l'ouvrage s'ouvre sur une série de recettes de base, de pâtes, meringues et biscuits. Les recettes s'enchaînent alors, réparties dans les chapitres suivants : Crèmes, bavaroises, mousses et parfaits ; Coulis, sauces, confitures et gelées ; Desserts froids; Desserts chauds ; Gâteaux et entremets ; Tartes et tartelettes; Glaces et sorbets ; Le chocolat ; Les petits fours ; pour se terminer par le travail du sucre et les décors.

35 euros (code de commande : 21304).

 

SAINT-ANGE (E.) — La bonne cuisine de Mme E. Saint-Ange. Paris, Larousse, 1994. Fort in-8° sous cartonnage d'éditeur, 1375 p., quelques illustrations, exemplaire en parfait état, un grand classique qui n'a plus été réédité depuis 2005.
Avertissement :
   Ce livre est le méthodique ensemble des connaissances culinaires acquises par une maîtresse de maison ayant longtemps, comme l'on dit, « mis la main à la pâte », et dont, d'autre part, l'expérience s'est complétée par l'étude de la cuisine professionnelle : cela au cours d'une longue collaboration avec des praticiens émérites, dans une revue spéciale. Ce sont donc la pratique et les principes rationnels de notre vraie bonne cuisine française qui sont ici mis à la portée de tous : aussi bien en ce qui concerne les plus simples plats de ménage que les préparations plus savantes de notre répertoire culinaire. Cela avec tous les développements que réclame l'inexpérience présumée du lecteur.
   Les non-initiés seraient peut-être portés à trouver parfois ces développements fastidieux ; mais, à les mieux scruter, on reconnaîtra qu'ils sont indispensables, portant sur les principes fondamentaux qui régissent indistinctement toute recette. Sous la forme donc de généralités, de considérations, de méthodes, procédés, etc., ils serviront d'abord, si l'on se les assimile bien, à parfaitement réussir la recette entreprise; puis à comprendre, à juger toutes autres recettes de provenance quelconque; et enfin à en improviser soi-même, d'après des règles sûres. Pour l'utile usage de cet ouvrage, nous recommandons de se pénétrer avant tout de ces aperçus primordiaux : formulés de vive voix dans un cours, ils s'imposeraient forcément à l'attention, alors qu'à la lecture on peut être tenté de les négliger. Nous insisterons donc sur ce point sans craindre l'excès.
   Enfin, disons qu'on ne doit jamais aborder l'exécution d'une recette nouvelle sans l'avoir à l'avance étudiée : les professionnels les plus réputés le font pour eux-mêmes. Ne point non plus se figurer qu'il est indifférent de modifier à son gré des proportions, des procédés, le temps de cuisson, etc. : le succès, en ce cas, ne saurait être garanti.
   Toutefois, si la quantité totale est jugée trop faible pour le nombre des convives, elle pourra être augmentée mais en respectant scrupuleusement le rapport entre les éléments qui la composent.
   Dernier mot, celui-ci personnel : en ce livre, nous avons condensé le résultat de plus de trente années de pratique et d'étude appliquées à l'enseignement culinaire ; ce long effort nous permet d'avoir un juste espoir en l'utilité de notre œuvre.

50 euros (code de commande : 23317).

 

Saveurs de Paradis. Les routes des épices. Bruxelles, CGER, 1992. In-4° broché, 288 p., feuillet volant d'errata, nombreuses illustrations en noir et en couleurs, bel exemplaire.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à la galerie CGER, à Bruxelles, du 24 mars au 14 juin 1992.
Table des matières :
   - Avant-propos, par Étienne Van Driessche.
   - Saveurs de Paradis.
      - À la recherche de saveurs perdues, par Emmanuel Collet.
   - Les épices au quotidien.
      - Du domaine lointain au domaine divin, par Christian Cannuyer.
      - Des mots épicés, par André Goosse.
      - La pharmacie du Paradis, par Carmélia Opsomer.
      - Les épices des maîtres queux, par Bruno Laurioux.
      - Comptes de gîte et pourvances, par Jean-Pierre Sosson.
      - Herbes et épices dans les villes des Pays-Bas du Sud, par Raymond van Uytven.
      - De bonnes épices au bon poids, par Jacques Mertens.
      - Les épices des juges, par Philippe Godding.
   - Les routes des épices.
      - Les épices des pharaons, par Frédéric Colin.
      - De Muziris à la Via Biberatica, par Albert Deman.
      - Le temps de la Méditerranée : le Moyen Âge, par Charles Verlinden.
      - Le temps de l'Atlantique : le Portugal, par Charles Verlinden.
      - L'heure d'Anvers, marché des épices portugaises, par Jan Materné.
      - L'apport des voyages : de Jacob van Maerlant à Jan van Linschoten, par Ria Jansen-Sieben.
      - Les compagnies des Indes orientales, par John G. Everaert.
      - La compagnie d'Ostende, par Jan Parmentier.
      - Le temps du bilan : épices et colonisation selon Raynal, par Pol P. Gossiaux.
      - Le renouveau, par Dirk de Prins.
   - Catalogue.
   - Bibliographie.

30 euros (code de commande : 25482).

 

 

SCHIAFFINO (Mariarosa) — L'heure du café. Avec une préface de Philippe Jobin. [Traduction : Louis Lecomte.] Paris, Gentleman Éditeur, 1987. In-8° sous reliure et jaquette d'éditeur, 107 p., illustrations en noir et en couleurs, (collection « Les Petits Plaisirs »), exemplaire en très bel état.
Sur la jaquette :
   « Vitamine de l'esprit, concentré d'énergie, nectar vivifiant, le café occupe en valeur l'un des premiers rangs dans les échanges commerciaux internationaux. Le pétrole, bien sûr, le dépasse très nettement, mais il arrive à égalité avec le thé ou le minerai de fer, loin devant le coton ou la viande bovine. Comment expliquer un tel succès ? Pourquoi le café, en apparence si superflu, a-t-il à travers le monde tant d'adeptes prêts à le déclarer indispensable ? Il en est ainsi depuis qu'un inconnu, quelque part aux abords de la mer Rouge, a « inventé » le café, puis l'a fait connaître et apprécier autour de lui. Il en est ainsi depuis que l'Arabie, puis l'empire Ottoman et l'Europe ont à leur tour été saisis par cette vogue. L'histoire du café est remplie de personnages et d'aventures étonnants : des têtes couronnées comme Louis XIV ou Gustave-Adolphe de Suède, des « têtes brûlées » comme les aventuriers qui en répandirent la culture en Asie, des hommes de devoir comme le capitaine de Clieu et des révolutionnaires comme Robespierre, des musiciens comme J. S. Bach et des écrivains comme Voltaire ou Balzac...
   Dans les lieux dédiés au café, toutes sortes d'histoires sont nées et parfois l'Histoire s'y est faite. Des amours, des idées, des projets ont pris corps devant les tasses fumantes. Il n'est donc pas inutile de chercher à comprendre comment les graines de cette plante des pays chauds se sont infiltrées dans notre vie quotidienne, comment leur préparation est devenue l'objet d'un véritable rituel qui, s'il varie d'un pays à l'autre, se caractérise toujours par la préparation et la rigueur des prescriptions.
   L'histoire du café et de son usage forme vraiment un pan de notre Histoire, une facette de notre vie : c'est elle qui est racontée ici, avec ce livre. »

10 euros (code de commande : 12488).

 

SCHOONMAKER (Frank) — Le Livre d'or du Vin. (Encyclopedia of wine). Verviers, Marabout, 1976. In-8° sous reliure toilée et jaquette d'éditeur, 334 p., illustrations.
Sur la jaquette :
   « Parmi les nombreux ouvrages consacrés à la vigne et au vin, ce livre d'or encyclopédique présente des caractères bien distincts et des qualités bien à lui, qui en font un texte fondamental pour le connaisseur comme pour le profane. Classés alphabétiquement, grands et petis vins de France, d'Allemagne, d'Italie, d'Espagne et d'ailleurs sont décrits avec franchise et simplicité. L'auteur aide le lecteur à choisir, à goûter, à apprécier, à différencier les millésimes. Les particularités de goût, les terroirs, les modes de production, les appellations, les garanties, tous ces renseignements sont fournis pour tout vin que l'on a des chances de trouver chez le marchand le mieux fourni. Mais ce n'est pas tout. Le Livre d'or du Vin est aussi un abrégé de science œnologique. On y trouvera l'histoire des vins anciens et des vignobles les plus fameux, les noms des principaux cépages, les techniques de la vendange et de la vinification, ainsi que des indications sur la mise en bouteille, le vieillissement, le service à table et la concordance des vins avec les mets. Bref, que l'amateur se rende chez le marchand de vin ou au restaurant, qu'il parte en voyage dans le pays du vin, il souhaitera consulter le livre de Frank Schoonmaker. »

10 euros (code de commande : 6745).

 

[SEB]. 300 recepten Seb. Gids voor de goede franse keuken. [Dijon]. [Seb], [1980]. In-12 broché, 220 p., illustrations en noir et en couleurs.
Table des matières :
   - Soepen.
   - Vissen.
   - Rundvlees.
   - Schapevlees.
   - Varkensvlees.
   - Kalfsvlees.
   - Gevogelte.
   - Wild.
   - Groenten.
   - Rijst.
   - Warme sausen.
   - Koude sausen.
   - Nagerechten.
   - Het steriliseren.
   - Regionale gerechten.
   - Exotische gerechten.
   - Pick nick.
   - Specerijen.
   - Wijn. 

3 euros (code de commande : 12490).

 

Tea for 2. Les rituels du thé dans le monde. Bruxelles, Crédit communal, 1999. In-4° sous reliure toilée et jaquette d'éditeur, 270 p., illustrations en couleurs, bel exemplaire.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Passage 44, à Bruxelles, du 7 octobre 1999 au 30 janvier 2000.
Table des matières :

   - Avant-propos, par François Narmon.
   - Introduction, par Cees Nooteboom.
   - Histoires du thé.
      - Catarina de Bragança, The Tea Drinking Queen ?, par Jorge Tavares da Silva.
      - La Compagnie des Indes orientales et le thé, par Antony Wild.
      - La brève histoire de la Compagnie d'Ostende, par Diane Hennebert.
      - L'héritage d'une famille, par Sam. H.G. Twining.
      - L'art français du thé, par Kitti Cha Sangmanee.
      - Le thé aux Açores, par Jorge Tavares da Silva.
   - L'art de boire le thé.
      - Les trois mondes de Maître Tseng, par Dominique T. Pasqualini.
      - Le chanoyu, l'art du thé au Japon, par Gretchen Mittwer.
      - Itinéraires du thé à la menthe, par Abdelahad Sebti.
      - L'heure du thé, par Carlo R. Chapelle.
      - Un art de vivre méconnu : le thé en Amérique latine, par Virginie de Borchgrave.
   - Les objets du thé.
      - La redécouverte des théières de Yixing, par Patrice Valfré.
      - Histoire de la théière et du thé en Grande-Bretagne, par Christopher Garibaldi.
      - L'orfèvrerie et le thé, par Bernard de Leye.
      - L'art de voyager grâce à Louis Vuitton.
      - L'élan du design autrichien.
   - Annexes.
      - Quelques repères de l'histoire du thé.
      - Bibliographie.
      - Biographies des auteurs.

40 euros (code de commande : 24521).

 

TEYSSANDIER (Bernard) — Connaître les fromages de France. Du terroir à la table. S.l., Éditions Jean-Paul Gisserot, 1994. In-8° sous cartonnage d'éditeur, 156 p., illustrations, cartes, couverture en partie insolée.
En quatrième de couverture :
   « La France est le pays du fromage. Ce guide est une invitation au plaisir de découvrir ces nombreux et excellents fromages, pour mieux les savourer. Dans un langage enfin clair, il explique leur fabrication. Il raconte leur histoire, indique leurs origines, leur composition, révèle les traditions dont ils sont issus.
   Les régions françaises défilent une à une. Ce livre propose un véritable tour de France gourmet des fromages en s'appuyant sur des cartes précises.
   La découpe et le service, l'accompagnement et la conservation : rien n'est négligé.
   Connaître les fromages de France ne cesse de célébrer la merveilleuse diversité d'un mets que la France a su porter, comme elle l'a fait pour le vin, au plus haut niveau de raffinement.
   Bernard Teyssandier est agrégé des Lettres Modernes. Il a pu constater dans son métier d'enseignant combien les traditions françaises, nombreuses et diverses, étaient pourtant méconnues. Son livre contribuera certainement à mieux faire connaître les fromages. Il n'est pas étonnant que ce fils et petit-fils de viticulteurs Lot-et-garonnais, lui-même amateur de bonne chère, nourrisse une passion toute particulière pour l'art de la table. »

7 euros (code de commande : 6740).

 

 

Une vie de pain. Faire, penser et dire le pain en Europe. Sous la direction de Claude Macherel et Renaud Zeebroek. Bruxelles, Crédit Communal, 1994. In-4° sous cartonnage illustré d'éditeur, 123 p., riche iconographie en noir et en couleurs, exemplaire à l'état de neuf.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à la Galerie du Crédit Communal, à Bruxelles, du 16 décembre 1994 au 19 février 1995.
Sommaire :
   - Avant-propos, par François Narmon.
   - D'une réflexion de Boisguillebert sur les « bleds » aux fondements de l'économie politique, par Jacques Nagels.
   - Le pain était leur corps, par Claude Macherel et Renaud Zeebroek.
   - Villages et blés sauvages. L'origine des civilisations paysannes d'Occident, par Claude Macherel.
   - Archéologie du pain: découvertes récentes.
      - Galettes et pains archéologiques découverts en France, par Philippe Marinval.
      - Pains préhistoriques suédois, par Ann-Marie Hansson.
   - Expansion et recul des céréales cultivées dans la longue durée, par Jean-Pierre Devroey.
   - Les servitudes du blé. les techniques de l'agriculture céréaliers, par Jean-Jacques Van Mol, avec la collaboration de Roy Brigden, Razvan Ciuca, Ted Collms, José Luis Mingote Calderon, Cristina Papa, François Sigaut et Renaud Zeebroek.
   - Un pain alpin, par Claude Macherel.
   - Mur de terre, voûte de fer. le pain domestique au Liban, par Aïda Kanafani-Zahar.
   - Du feu Saint-Antoine au L.S.D. Effets et méfaits de l'ergot de seigle, par Claire Billen et Renaud Zeebroek, avec la collaboration de Michèle Populer.
   - Pain et inégalités sociales aux XIXe et XXe siècles, par Peter Scholliers, avec la collaboration de Jean Puissant, Geert Van Goethem et Guy Vanschoenbeek.

30 euros (code de commande : 25481).

 

 


 

Retour au début


Si vous souhaitez recevoir les avis de mise à jour de la page
Gastronomie - Arts de la table
indiquez ci-dessous vos références :
prénom et nom :
adresse électronique :
pays de résidence :
et cliquez sur

La fréquence de mise à jour est bien évidemment aléatoire et dépend des achats que nous réalisons...

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

 

Retour au début

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un des ouvrages présentés sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (chèque, carte de crédit, versement bancaire...).

 CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.

Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN).

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.

Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre numéro de T.V.A. : BE0619836631.