Edmund HUSSERL

 Page proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire

Pour commander
Retour à la page des listes thématiques

Nouvelle(s) entrée(s)

 

[HUSSERL (Edmund)]. STEINMETZ (Rudy) — L'esthétique phénoménologique de Husserl. Une approche contrastée. Paris, Kimé, 2011. In-8° collé, 223 p., (collection « Philosophie en Cours »), exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
   Les pages que Husserl a consacrées à l'art et à la conscience esthétique sont rares et éparses. Il n'en reste pas moins que la théorie qui y voit le jour fait preuve d'une grande systématicité. L'œuvre d'art, comme elle le sera plus tard chez Sartre, y est invariablement désignée au titre d'objet irréel. Non qu'elle ne possède une effectivité matérielle qui en assure la présence dans le champ de la perception et en constitue le soubassement physique, mais, bien plutôt, qu'elle soit illocalisable dans ce champ et irréductible à ce soubassement. La raison en étant que l'objet d'art est un objet imaginaire qui ne trouve dans la réalité dont il est fait que le moyen de s'y objectiver et non celui de s'y individualiser. Son irréalité, il la reçoit du regard « désintéressé », au sens kantien du terme, qu'il appelle, de la visée intentionnelle particulière qui lui donne d'apparaître en tant que « néant » ou « rien », comme se plaît à le répéter Husserl. C'est à retracer la genèse de cette conception dématérialisée de l'œuvre artistique et du type de conscience qui l'appréhende que s'attache ce livre, non moins qu'à en cerner les enjeux théoriques. Deux voies d'investigation ont été privilégiées à cet égard. L'une, interne, s'efforce d'en dégager la provenance et d'en saisir le statut au sein même de la phénoménologie husserlienne. L'autre, externe, la confronte à des théories esthétiques rivales et à la production artistique dont elle a à rendre compte afin, par contraste, d'en faire jaillir et d'en apprécier la véritable portée heuristique. Le résultat est que les catégories conceptuelles élaborées par Husserl pour fonder son approche du phénomène de l'art et de l'intention qui en prend acte s'avèrent, en définitive, sujettes à la critique.
   Rudy Steinmetz enseigne l'esthétique et la philosophie de l'art à l'Université de Liège. Il est secrétaire du Groupe de recherches « Esthétique et philosophie de l'art » du F.N.R.S. Il a publié Les styles de Derrida et est co-auteur de Esthétique et philosophie de l'art. Repères historiques et thématiques.

13 euros (code de commande : 29359 - vendu).

 

Pour être informé des mises à jour de cette page

 

 

HUSSERL (Edmund) — Sur l'intersubjectivité. Traduction, introduction, postface et index par Natalie Depraz. Tomes I et II. Paris, Presses Universitaires de France, 2001. Deux volumes in-8° brochés, 420 et 590 p., (collection « Épiméthée »), exemplaires à l'état de neuf, épuisés.
En quatrième de couverture :
   « Cet ouvrage intitulé Sur l'intersubjectivité est la traduction partielle de Zur Phänomenologie der Intersubjektivität, trois volumes (I. 1905-1920 ; II. 1921-1928 ; III, 1929-1935) qui ont été édités par Iso Kern et publiés en 1973 à La Haye par Martinus Nijhoff dans les Husserliana, tomes XIII, XIV et XV. Étant donné le nombre considérable de textes retenus (quelque 800 pages sur 1800 environ dans l'édition allemande), la traduction française se présente en deux tomes : Sur l'intersubjectivité I et Sur l'intersubjectivité II.
   La problématique husserlienne de l'intersubjectivité apparaît beaucoup plus différenciée, à la fois plus ramifiée et plus radicale que dans les textes publiés auparavant : elle s'y articule avec précision à la question de la corporéité primordiale, du temps, de l'imagination, de la communauté, de l'histoire, du langage, de la normalité, de la générativité et de l'individuation. En revanche, dans les textes publiés jusqu'ici, elle est souvent présentée soit de façon aporétique (Méditations cartésiennes), soit dans son extension d'emblée communautaire (Idées directrices II) ou historique (Krisis), en tout cas selon l'alternative trop simple de la constitution monadologique de l'égologie ou de la donation immédiate des autres dans le monde.
   Le premier tome de l'édition française s'organise autour de 2 thèmes : 1 / la constitution primordiale du corps et de l'espace dans son articulation avec la constitution d'autrui, et 2 / l'expérience empathique en tant que vécu analogisant dans sa discussion critique avec les problématiques psychologiques de l'époque. Une introduction détaillée ouvre le volume et présente les différentes figures de l'intersubjectivité en liaison avec la problématique des voies d'accès à la réduction ; une postface s'explique sur le choix de la traduction retenue pour le terme Leib, et déploie la complexité historique et structurelle de son sens.
   Le second tome de l'édition française s'organise autour des 3 thèmes vecteurs : 1 / le dédoublement égoïque homologue à l'œuvre dans l'expérience empathique et dans les expériences du souvenir et de l'imagination, mais aussi de la différence fondamentale qui existe entre ces expériences intrasubjectives d'altérité interne qui offrent des structures constitutives de la conscience égoïque altérée, et l'expérience d'autrui qui en est le résultat constitutif, 2 / l'intersubjectivité anthropologique, communautaire, historique et langagière, avec un accent particulier porté sur la problématique de la normalité et de la générativité dans sa relation descriptive aux anomalies et à leur genèse : l'animal, l'enfant, le fou, le primitif sont des autres qui élargissent mon expérience normale du monde, 3 / l'individuation, de la facticité et de l'intermonadisation, dans sa relation avec l'horizon d'une métaphysique phénoménologique. »

Les deux volumes : 60 euros (code de commande : 12215).

 

 SUR HUSSERL

 

[HUSSERL (Edmund)]. BENOIST (Jocelyn) — Phénoménologie, sémantique, ontologie. Husserl et la tradition logique autrichienne. Paris, PUF, 1997. In-8° broché, 306 p., (collection « Épiméthée »), exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
   Dans le débat ouvert aujourd'hui entre les deux grandes traditions philosophiques de notre époque, la philosophie analytique et la phénoménologie, l'œuvre du premier Husserl (jusqu'aux Recherches logiques comprises) devrait occuper une position centrale. L'interrogation qui anime les Recherches demeure en effet profondément enracinée dans une littérature logique et psychologique qui donnera précisément son départ à ce qui est connu sous le nom de philosophie analytique. Le présent travail a voulu d'abord resituer l'œuvre husserlienne dans ce contexte encore souvent trop mal connu, et l'aborder en conséquence dans la perspective, encore largement en friche, de son rapport à ladite philosophie analytique, prise non dans ses développements contemporains, mais dans son origine.
   Reste que Husserl, dès les Recherches, n'est certainement pas un philosophe proto-analytique comme un autre. C'est cette spécificité de la phénoménologie, dès le départ, dans sa version non encore explicitement transcendantale, qui a été mise ici au centre de l'examen. Qu'est-ce qui, par rapport au maître, Brentano, comme aux contemporains, tel Meinong, fait l'originalité du Husserl des Recherches, inventant la phénoménologie ? Tout nous a paru ici tourner autour du statut de la signification dans les Recherches, statut auquel se mesurent, à notre sens, l'inscription de la pensée de Husserl dans la philosophie de la connaissance de son temps comme son irréductibilité à elle.

20 euros (code de commande : 22626 - vendu).

 

[HUSSERL (Edmund)]. DUCROS (Paul) — Husserl et le géostatisme. Perspectives phénoménologiques et éthiques. Paris, Éditions du Cerf, 2011. In-8° collé, 445 p., (collection « La Nuit Surveillée »), exemplaire en très bon état.
En quatrième de couverture :
   Nous vivons, spirituellement, dans un monde désormais façonné par les représentations héritées de la science moderne. Depuis Copernic et Galilée, nous savons, selon un savoir objectif, que la Terre n'est qu'un corps spatial parmi les autres, en mouvement comme eux. La pensée phénoménologique, par son exigence hyperrationnelle, nous a appris que ces représentations de la science étaient oublieuses de dimensions essentielles et que persiste, irréductiblement, l’expérience subjective du monde de la vie.
   Husserl rappelle que, dans nos vécus primordiaux – et par conséquent indépassables –, nous ne cessons d'éprouver que l'arche-originaire Terre ne se meut pas : à chacun de nos pas, la Terre que nous foulons se révèle selon son immobilité essentielle. Ainsi se dessine une théorie pure du géostatisme qu’il ne faut confondre avec aucun géocentrisme.
  Cette Terre immobile, qu’il s'agit de décrire phénoménologiquement en reprenant et en amplifiant les analyses de Husserl, est toujours au-dessous de nos pas et en deçà de nos prises. Elle se révèle donc indisponible et inappropriable pour l’homme, car son désir d'emprise bute sur elle. Le sens phénoménologique de la Terre s'enrichit alors d’une portée éthique dont il faut dégager les conditions pour en faire apparaître les linéaments.
   À l'heure où l’homme s'enivre de ses propres pouvoirs jusqu'à risquer de tout perdre, la pensée phénoménologico-éthique de la Terre immobile n'a jamais été aussi actuelle ni aussi urgente. Si elle limite la puissance de l’homme, elle n'abandonne pas, bien au contraire, le sens absolument subjectif de notre vie.

20 euros (code de commande : 29184).

 

BENOIST (Jocelyn) — Phénoménologie, sémantique, ontologie. Husserl et la tradition logique autrichienne. Paris, PUF, 1997. In-8° broché, 306 p., (collection « Épiméthée »), cachet d'appartenance.

13 euros (code de commande : Hus18 - vendu).


REVUE

Recherches husserliennes. Éditées par le centre de recherches phénoménologiques des Facultés universitaires Saint-Louis.1994-2000. 14 numéros (jusqu'à ce jour) in-8° brochés contenant de 94 à 200 pages.

La série : 75 euros (code de commande : Hus24 - vendu).



Retour au début


Si vous souhaitez recevoir les avis de mise à jour de la page
Edmund Husserl
indiquez ci-dessous vos références :
prénom et nom :
adresse électronique :
pays de résidence :
et cliquez sur

La fréquence de mise à jour est bien évidemment aléatoire et dépend des achats que nous réalisons...

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

Retour au début

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un des ouvrages présentés sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (chèque, carte de crédit, versement bancaire...).

 
CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire et les ouvrages voyagent aux risques et périls de celui-ci.
Pour nos clients résidant en Belgique, les factures seront réglées par virement bancaire.
Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit ("Visa" ou "Eurocard"). Il est également possible d'utiliser le mandat postal international ou le virement postal international ; dans ce cas,
nous rappelons que nous ne pouvons pas nous permettre d'assumer les éventuels frais réclamés par la poste ou par les banques et que ceux-ci sont pris en charge par le client (en règle générale, la commission retenue par les banques est de 4,54 euros).
Nos clients français pourront également (et sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

Notre adresse :
Librairie L'Oiseau-Lire,
rue du Hautbois 36,
B-7000 MONS (Belgique)

Téléphone et télécopie : (32) (0)65 31 28 73.



20