AFRIQUE DU NORD

 Page proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire
Pour commander
Retour à la page des listes thématiques

Nouvelle(s) entrée(s)

 

HUGOT (Henri J.) — Maroc millénaire. Photos : Maximilien Bruggmann. Paris, Bibliothèque des Arts, 1988. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 224 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, exemplaire en parfait état, épuisé.
Sur la jaquette :
   « Parmi les plus beaux pays du monde, il en est un où la lumière est si riche, les ombres si fraîches ou si chaudes, les parfums si sensuels et si violents que, si vous avez au cœur cette rage de vivre qu'éprouvent les âmes fortes, il vous faut y aller au plus vite, avant que l'étreinte mortelle du progrès n'en défigure à jamais la beauté précieuse, les riches paysages et la sereine dignité. Car le Maroc est cette terre de lumière où les plus étonnants contrastes s'offrent à l'esprit du voyageur. Pays méditerranéen, l'empire chérifien a vaste façade sur l'Atlantique. Saharien au sud, le Maroc est si tempéré au nord que ses hivers n'« ignorent » pas tous la neige. À vrai dire, c'est un finistère et les Anciens déjà y situaient l'une des colonnes d'Hercule, tant est frappante l'idée d'une porte gardant l'accès de l'Atlantique. Un finistère et aussi un isolat, au sens le plus rigoureux du terme, car c'est l'un des pays d'Afrique les plus difficiles à pénétrer pour qui, par le Continent, vient de l'Est. En effet, les chaînes de l'Atlas prennent le Maroc en écharpe depuis la frontière algérienne, à son extrême nord, et vont buter en oblique, dans le sud lointain, sur les rives de l'oued Draa. Et quelles chaînes ! Il leur arrive de dépasser quatre mille mètres.
   Pays d'art et de beauté, pays de légende et de tradition, pays où la race est belle, les hommes fiers et l'amitié profonde, le Maroc est aussi un creuset où se sont fondues de multiples et subtiles influences. Il a su en faire une culture originale. L'islam a une part éclatante, les influences de l'Orient sont partout visibles. Mais, pour autant, il garde un aspect universel résultant de la vieille souche berbère et des héritages spirituels et culturels qu'il a su accepter.
   Ainsi le Maroc s'apprête à entrer dans le XXIe siècle avec toutes les chances d'un pays où l'esprit souffle au-dessus du progrès. Les images qu'en rapportent ceux qui ont la chance de le parcourir sont une part de cet esprit. Si l'on veut bien comprendre le Maroc, il ne faut pas oublier que les choses sont ici pauvres avec grandeur, belles avec élégance, sobres avec faste. Une nuit de mars sous les orangers en fleur de Marrakech, à l'heure où le ciel est cloué de mille étoiles d'argent et qu'un vent doux à peine perceptible ajoute aux frais parfums de l'orangeraie les odeurs d'ambre venues du sud, est l'un de ces sortilèges dont le Maroc est riche. »

20 euros (code de commande : 31253 - vendu).

 

Dans les mises à jour précédentes :

 

LEIBOVICI (Sarah) Chroniques des Juifs de Tétouan (1860-1896). Préface par J.B. Vilar. Paris, Maisonneuve et Larose, 1984. In-8° broché sous couverture à rabats, 327 p., illustrations hors texte, index, très bon exemplaire, rare.
En quatrième de couverture :
   Tétouan l'obsède et la séduit. Tétouan, il y a cent ans, du temps de ses grands-parents. Boire à la source, telle est aujourd’hui sa passion. Remonter au moins jusque-là et remettre en marche le temps dans nos infidèles mémoires, par un regain de volonté, de dévotion...
   Sarah Leibovici nous raconte cette Chronique des Juifs de Tétouan en nous restituant dans ses moindres détails – grâce notamment aux inestimables Archives de l'Alliance Israélite Universelle – la vie quotidienne de cette communauté juive du nord du Maroc, traditionaliste, séfarade et hispanophone, à une époque capitale de son histoire. C’est le temps de la misère, mais aussi celui de l’espoir ; le temps de l’ouverture à l'Occident, de la mutation et du vertigineux courant d’émigration...
Plan de l'ouvrage :
   
1. La guerre d'Afrique et l'occupation de Tétouan (1859-1862).
   2. L'espoir : l'Alliance de Paris et le Board de Londres (1862-1871).
   3. Pour les Droits de l'Homme (1871-1882).
   4. Dans l'amour de l'Éternel (1882-1889).
   5. Quand le siècle finissait (1889-1896).
   - Annexes.
   - Glossaire.
   - Index.

60 euros (code de commande : 30324).

 

Pour être informé des mises à jour de cette page


 

 

 

BERNUS (Edmond) et DUROU (Jean-Marc) Touaregs un peuple du désert. Préface de Théodore Monod. Paris, Laffont, 1996. Fort in-4° sous reliure, jaquette et étui d'éditeur, 331 p., très belles reproductions en couleurs, exemplaire à l'état de neuf.
Sur la jaquette :
   Que connaît-on de ces Touaregs que l'on a autrefois rencontrés sans trop y croire dans les romans de Pierre Benoit et de Jules Verne, et que l'on a aperçus depuis à la télévision ou dans la presse, voilés de bleu et la kalachnikov à la main, au volant d'un véhicule tout-terrain ?
   L'intense beauté des paysages presque immobiles depuis l'aube des temps, et ces images du passé qui nous collent à la mémoire cachent une réalité plus complexe. Les Touaregs exploitent depuis des siècles un milieu aride, mais plus contrasté que celui du désert absolu toujours évoqué. D'ailleurs, la grande majorité d'entre eux ne vit pas dans le désert, mais dans les montagnes ou dans les régions sud-sahariennes, là où des arbres variés s'obstinent à pousser, là où des prairies d'herbes annuelles se lèvent en saison des pluies et où les mares occupent les bas-fonds plusieurs mois en saison sèche.
   Cet ouvrage, abondamment illustré de photos splendides, relate l'histoire de cette civilisation touarègue en l'abordant à travers différents thèmes qui s'entrecroisent et s'enchaînent : explorations et conquêtes, élevage et agriculture, art et culture, relations sociales, artisanat, diversités géographiques, révoltes et affrontements du passé au présent, témoignages récents et poèmes gravés à tout jamais sur la pierre...

60 euros (code de commande : 23950).

 

 

BOLLARDIÈRE (Général Jacques Pâris de) Bataille d'Alger, bataille de l'homme. 2e édition, 15e mille. S.l., Desclée de Brouwer, 1972. In-8° broché, 167 p.
En quatrième de couverture :
   En 1956, le général Jacques Pâris de Bollardière, commandant du secteur Est de l'Atlas blidéen, croit à la possibilité d'une politique de pacification. Comme tel, il refuse le recours à la torture, s'oppose au général Massu et demande à être relevé de son commandement. Ayant exposé publiquement sa position, il est condamné à soixante jours de forteresse. On se souvient de ce qu'on a appelé « l'affaire Bollardière ». En 1962, le putsch d'Alger le décide à quitter l'Armée. Depuis, il se consacre aux problèmes de la formation permanente des adultes.
   Son livre est la réponse d'un homme de guerre, d'un soldat de pure tradition, d'un esprit libre, à ceux qui pensent qu'il n'est pas de limites à la raison d'État, comme à ceux qui, sous tous les régimes, participent à ce mal de notre époque : la dévaluation de l'humain.

9 euros (code de commande : 11313).

 

Débarquement de l'armée française en Afrique. (14 juin 1830). Gravure d'Édouard-Henri Girardet d'après Denis-Auguste-Marie Raffet, extraite du Musée de Versailles ou Tableaux de l'histoire de France (Paris, Furne, 1858), quelques rousseurs.
Dimensions :
   - Image : 221 x 155 mm.
   - Feuille : 297 x 221 mm.

Texte accompagnant la gravure :
   Le dey d'Alger, dans sa colère au sujet d'une réclamation pécuniaire à laquelle on n'avait pas fait droit assez promptement, s'était emporté jusqu'à insulter la France dans la personne de son consul, en frappant cet agent d'un coup de chasse-mouches. Ce fut là le prétexte ; il en fallait un et la gloire même devait être de complicité dans le projet que le roi Charles avait conçu sous l'inspiration malheureuse de ses idées rétrogrades.
   La France arma en 1830 contre Alger, et bientôt une expédition formidable, montée par trente-cinq mille hommes de troupes et abondamment pourvue de tout ce qui est nécessaire à des attaques par terre et par mer, mit à la voile du port de Toulon. L'amiral Duperré commandait la flotte ; le comte de Bourmont, ministre de la guerre, prit le commandement général. L'expédition entra le 13 juin dans la rade de Sidi Ferruch, à vingt kilomètres d'Alger, Hussein dey d'Alger, se tenait prêt à défendre sa capitale, mais ne fit rien pour empêcher le débarquement des troupes françaises, qui commença, le lendemain, à Torre-Chica.
   Le 19, l'armée française emporta à la baïonnette le camp de Staouëli. Le 24, on se battit à Sidi-Kalef, et cinq jours après, lorsque toute l'artillerie eut été débarquée, nos soldats enlevèrent les batteries érigées sur les hauteurs de Sidi-Benati. De là on se porta sur Alger. Des redoutes furent bientôt établies pour battre le fort l'Empereur. Dès lors rien ne pouvait soustraire Alger au sort qui l'attendait. Les habitants, au désespoir, envoyèrent, le 3 juillet, un parlementaire à M. de Bourmont ; mais il leur fut répondu que si la ville ne se rendait pas, on allait la réduire en cendres. Cependant les travaux continuaient avec la plus grande activité ; ils furent terminés dans la nuit du 3 au 4, et, dès trois heures et demie du matin, nos batteries, démasquées simultanément, commencèrent à bombarder le fort.
   « La nuit était belle, l'air agité seulement par une légère brise. Tout à coup la détonation de quelques fusées à la Congrève donne le signal de l'attaque. Toutes nos batteries éclatent à la fois ; le fort répond par le feu des siennes. Des nuages de fumée s'élèvent au-dessus de la forteresse et l'environnent de toutes parts, mais à chaque instant des masses de feu viennent en percer l'obscurité. De tous les points du cercle formé par notre artillerie partent des éclairs et des détonations dont la force égale celle de la foudre. Des lignes de feux paraboliques marquent le passage de nos bombes et vont toutes converger vers le même point. Mais le soleil se lève ; alors la scène change, et bientôt on ne peut plus distinguer que la fumée qui s'élève et se condense.
   « À dix heures, une épouvantable explosion se fait entendre, et, en jetant les yeux du côté du fort, on voit un nuage immense de fumée et de poussière poussé lentement vers le sud. C'était le fort l'Empereur que les Turcs ne pouvaient défendre et qu'ils avaient eux-mêmes fait sauter. »
   Hussein-Dey, n'attendant plus rien de la résistance, conclut une capitulation par laquelle il consentait à livrer aux Français, dans la même matinée, la citadelle de la Casauba, les autres forts et le port d'Alger, et à se retirer, avec son trésor particulier, dans la résidence qu'il choisirait. Il stipula que les propriétés des habitants et des soldats turcs seraient respectées, ainsi que la liberté de tous les individus et l'exercice du culte musulman. Peu d'heures après, les Français étaient maîtres de la ville et comptaient un maréchal de plus, dont le nom, placé entre deux grands souvenirs, ne fit point oublier Waterloo par la prise d'Alger.

12 euros (code de commande : 25628).

 

[FOUCAULD (Charles-Eugène de)]. BAZIN (René) — Charles de Foucauld. Explorateur du Maroc, ermite au Sahara. Paris, Plon, 1923. In-8° demi-maroquin beige à coins, dos à 5 nerfs orné de fers dorés formant des caissons décorés de motifs mosaïqués (vert et rouge), filets-doubles dorés sur les plats, tête dorée, couverture conservée (reliure de Charles de Samblanx), 478 p., un portrait, un fac-similé d'autographe à déplier et une carte à déplier, exemplaire sur papier de fil, en très bel état.
Table des matières :
   Chapitre I : Jeunesse.
   Chapitre II : Les préliminaires du voyage.
      1. Le déguisement et les premiers pas.
      2. Histoire de Mardochée Abi Serour.
   Chapitre III : L'explorateur.
   Chapitre IV : La conversion.
   Chapitre V : Le trappiste.
   Chapitre VI : Nazareth et Jérusalem.
   Chapitre VII : Charles de Foucauld, prêtre.
   Chapitre VIII : Beni-Abbès.
   Chapitre IX : Les tournées d'apprivoisement.
   Chapitre X : L'établissement au Hoggar.
   Chapitre XI : Poésies et proverbes.
   Chapitre XII : Tamanrasset.

   
Reliure et marque du relieur.

200 euros (code de commande : 18000).

 

GAUTIER (R.) Écologie et éthologie des reptiles du Sahara nord-occidental (région de Béni-Abbès). Tervuren, Musée Royal de l'Afrique Centrale, 1967. In-8° broché, 83 p., planches hors texte, (collection « Annales, Série in-8°, Sciences Zoologiques », n° 155).
Avant-propos :
   Béni-Abbès est une oasis du Sud-Oranais, située sur l'Oued Saoura, à 230 km au Sud de Colomb-Béchar. Elle est adossée au Grand Erg Occidental, dont les premières dunes s'étendent à proximité. L'Oued Saoura, formé à 45 km en amont (Igli) par la jonction du Guir et de la Zousfana, longe la palmeraie et coule entre l'Erg et la Hamada du Guir. Il se perd finalement dans la Sebkha el Melah, à 220 km au Sud.
   À 70 km de la palmeraie se rencontrent les formations primaires des Djebels d'Ougarta, plissements parallèles orientés Nord-Ouest - Sud-Est, qui offrent un aspect bien particulier du paysage saharien.
   Le groupement sur une étendue relativement restreinte des différents faciès de terrains : Erg, Oued, Hamada, Djebels et Palmeraie, est évidemment intéressant puisqu'il permet d'étudier facilement et dans des conditions homogènes tous les biotopes sahariens.
   Les observations que nous avons réunies sur la faune herpétologique ont été effectuées sur le terrain, au cours de sorties pratiquées en toutes saisons, soit encore sur des animaux en captivité, grâce à des élevages conduits au Centre de Recherches Sahariennes de Béni-Abbès.

7 euros (code de commande : 05371).

 

GERSI (Douchan) — La dernière grande aventure des Touareg. Expédition Tassili - Hoggar - Tombouctou. Paris, Laffont, 1975. In-8° broché, 277 p., illustrations hors texte, bel exemplaire.
En quatrième de couverture :
   Le Sahara, oublié de l'Europe et de l'Afrique pendant des millénaires, comme immobilisé dans ses sables et dans son mystère, a été le témoin de civilisations fabuleuses. Une, par miracle, a subsisté, protégée par les rochers hallucinants, la fournaise et le désert : les Touareg. Aujourd'hui, l'industrialisation condamne impitoyablement ces derniers seigneurs des sables. Avec eux, une culture millénaire, un style de vie vont disparaître à jamais...
   Après neuf mois d'une expédition harassante et exaltante, 44000 kilomètres en Land Rover ou à chameau dans le pays de la soif, du vent et de toutes les souffrances, Douchan Gersi a rapporté du Sahara un grand film (Tombouctou et la dernière grande aventure des Touareg du Hoggar) et ce livre – où se découvre un peuple à l'agonie trop fier pour s'adapter, trop fier aussi pour pleurer et mendier.

9 euros (code de commande : 17522).

 

JURQUET (Jacques) — La révolution nationale algérienne et le Parti communiste français. Tome 1. Positions du mouvement ouvrier français et international sur les questions coloniales et l'Algérie avant la naissance du Parti communiste français (1847-1920). Paris, Éditions du Centenaire, 1973. In-8° broché, 238 p.
Table des matières :
   - Introduction.
   Chapitre I. Karl Marx et Friedrich Engels sur les questions coloniales et sur l'Algérie.
   Chapitre II. La Deuxième Internationale devant la question coloniale dans le monde et en Algérie.
   Chapitre III. Lénine et Staline sur les questions nationale et coloniale (jusqu'à la date de fondation du Parti communiste français)
   - Notes.
   - Bibliographe.

13 euros (code de commande : 27516).

 

LECONTE (J.R.)[Avec l'Armée française.] Les officiers belges en Algérie (1840-1851). Bruxelles, Ministère de la Défense Nationale - Service d'Éducation à l'Armée, 1948. In-8° agrafé, 36 p., illustrations hors texte, une carte à déplier, (collection « Les Belges à l'Étranger »), envoi de l'auteur.
   Il s'agit du n° 14 de la revue de La Nation, daté mars 1948.
Extrait :
   Combien de nos compatriotes savent-ils que des Belges, au cours du siècle dernier, s'illustrèrent à l'étranger ? Parle-t-on encore de nos jours des combats auxquels participèrent nos nationaux en Italie, au Mexique, sur le Rio-Nunez (Afrique) ou ailleurs ? Notre pays ignore l'histoire de ses héros qui, en terre lointaine, lui firent honneur. L'oubli s'est fait.
   Rejetons le voile cachant un passé glorieux et suivons ces vingt-quatre officiers de notre armée qui allèrent avec l'assentiment de Léopold 1er affronter les tribus sauvages du Nord de l'Afrique et surent forcer l'admiration de leurs collègues français fort avares cependant de louanges.

15 euros (code de commande : 21830).

 

LE RUMEUR (Guy) — Le Sahara avant le pétrole. Paris, Société Continentale d'Éditions Modernes Illustrées, 1964. In-8° sous reliure d'éditeur, 332 p., illustrations en héliogravures et planches en couleurs (ces dernières hors texte), (collection « Connaissance de l'Afrique »).
Table des matières :
   Avant-propos.
   Première partie : Le Sahara.
      - Les limites du Sahara.
      - Aspects physiques du Sahara : Le sable et les dunes - Le relief montagneux - Hydrographie - Singularités et légendes.
      - Les pauvres richesses : Le dattier - Le sel - Le chameau - Le captif - Autres facteurs de l'économie.

   Deuxième partie : Les populations.
      - La préhistoire.
      - Les grands mouvements de populations : Le peuplement du Sahara septentrional.
      - Les races : Les Chaamba - Les Maures - Les Touareg - Les Toubous - Les femmes du Sahara.
      - La vie sous la tente et dans les ksour : La tente arabe - La tente touarègue - La case des Toubous - Les ksour -
L'habillement - La parure - L'artisanat.

   Troisième partie : Connaissance historique.
      - Les Arabes.
      - Les explorateurs.
      - Les missions sahariennes : Les missions Flattera - La mission Monteil - La mission Foureau-Lamy - Les liaisons transsahariennes.
      - L'ère du moteur : L'automobile - L'avion.

   Quatrième partie : La vie méhariste.
      - Les rezzou.
      - Les guides.
      - La vie méhariste.
      - Deux Sahariens d'élection : Charles de Foucauld - Ernest Psichari.

   Cinquième partie : La pénétration française.
      - Les adversaires.
      - Les méharistes algériens.
      - Les méharistes mauritaniens.
      - Les méharistes soudanais.
      - Les méharistes nigériens.
      - Les méharistes tchadiens : Aspects méharistes de l'épopée Leclerc.

   Sixième partie : L'avenir du Sahara.
      - Origine de l'organisation actuelle.
      - Les richesses du Sahara : Les minerais, les hydrocarbures.
      - L'homme.

   Bibliographie.

10 euros (code de commande : 17518).

 

LHOTE (Henri) — À la découverte des fresques du Tassili. Paris, Arthaud, 1973. In-8° broché, 261 p., illustrations reproduites en héliogravure (collection « Signes des Temps », n° 3), bon exemplaire.
Sur la couverture :
   On savait que le Sahara n'avait pas toujours été un désert, mais qui eût soupçonné que les rochers du Tassili recelaient les plus vastes ensembles de gravures et de peintures préhistoriques du monde ? Henri Lhote avait rapporté en 1957 plusieurs centaines de relevés des premières fresques retrouvées. L'exposition qui en fut faite en 1958, l'ouvrage, publié par nos soins, firent sensation. Ce n'était qu'un début. Depuis lors, Henri Lhote et ses équipes ont découvert de nombreux autres sites dont certaines peintures comptent parmi les plus belles léguées par la préhistoire. Leur intérêt archéologique et ethnologique dépasse encore leur intérêt artistique. Grâce à leur témoignage, s'éclaire peu à peu la vie des populations pastorales qui nomadisaient dans un Sahara encore humide entre 5000 et 2500 avant notre ère. Révélation prodigieuse, dont la préhistoire, de la Méditerranée au Soudan, va sortir renouvelée. L'Égypte naissante n'aurait-elle pas subi l'influence de ces antiques habitants du désert ?
   Dans cette édition revue et complétée, Henri Lhote lève le voile sur ses nouvelles découvertes au Tassili, transformé aujourd'hui en Parc national.

20 euros (code de commande : 20236).

 

RUBINSTEIN (Katia) — Mémoire illettrée d'une fillette d'Afrique du Nord à l'époque coloniale. Paris, Stock, 1979. In-8° collé, 310 p., (collection « Voix de Femmes / Stock 2 »), exemplaire en très bel état, peu courant.
En quatrième de couverture :
   Tunis à l'époque coloniale, vue par une petite fille du quartier du Port.
   Ses déambulations dans les différents lieux de sa vie quotidienne, maison, quartier, école, ville, où se mêlent, intenses et multiformes, couleurs, odeurs, sons : une fête pour ses sens, un appétit de vivre exacerbé.
   Parallèlement pourtant, le fait colonial et son cortège de misères, le puritanisme de son éducation lui inoculent le virus de la honte et de la culpabilité ; la voilà ballotée d'un extrême à l'autre jusqu'à son adolescence où, révoltée, elle n'a plus qu'à rêver à Paris, cet Ailleurs mythique où tout ne serait qu'Amour, Connaissance et Liberté. Avec l'Indépendance de la Tunisie, c'est l'émigration à Paris : confronté à la réalité le mythe s'écroule et laisse brutalement l'adolescente déracinée face au néant.
   Errant dans les rues de la Capitale, elle y découvre d'étranges correspondances où, fascinée, elle croit pouvoir déchiffrer l'image de sa propre errance.
   L'écriture restitue le creuset linguistique où s'élabore un parler fait de bribes de français populaire et argotique, d'arabe, d'italien, de sicilien, de judéo-espagnol... Des coupures de presse, des chansons, évoquent le climat social, politique et culturel de l'époque. Un voyage poétique au Pays de la Mémoire où l'écriture, aux mains d'une fillette, redevient jeu et musique.

20 euros (code de commande : 28063).

 

SÈBE (Alain) — Tikatoutine. 6000 ans d'art rupestre saharien. Vidauban, Alain Sèbe, 1991. In-4° sous reliure toilée et jaquette d'éditeur, [220] p., cartes, (collection « Tagoulmoust »).
Magnifique album dont l'auteur nous explique la genèse :
   
Lorsqu'en 1979 paraissait mon premier livre de la collection Tagoulmoust, l'idée d'un cinquième tome sur l'art rupestre ne m'avait pas effleuré. Pour être franc, bien que reconnaissant sa valeur picturale dès mon premier reportage saharien de 1970, je n'avais alors pas ressenti l'urgence de l'aborder.
   Comment ne pas être fasciné dans mes longues marches sur les plateaux par cette richesse toute de finesse, de sensibilité, laissée là depuis des millénaires par une société dont le mode de vie a totalement disparu ? La nature a tout gardé. Quelle chance !
   L'approche de ce recueil photos est différente, tant par son aspect visuel et historique que par la variété des périodes artistiques qui se sont succédé dans cette longue évolution. Il n'était plus question de présenter uniquement le Sahara et tes « Hommes Bleus », mais également de donner un aperçu, grâce au témoignage des peintures et des gravures, de la vie quotidienne d'il y a 3, 5 ou même 8000 ans.
   Pour ce qui est des paysages où ces peintures s'inscrivent, j'ai opté systématiquement pour le « grand écran », qui permet de restituer ces immensités dans leur fabuleuse dimension. Leurs dédales impressionnants cachent encore des milliers de trésors inconnus : la richesse de l'art rupestre saharien est immense et reste encore en grande partie à découvrir.
   Tikatoutine, comme les autres livres de la collection ne se veut pas exhaustif sur un thème ou une région. Il est la succession des chocs visuels qui m'ont le plus marqué au cours de mes reportages.
   J'essaie, en toute simplicité, de faire partager mon enthousiasme.

80 euros (code de commande : 20823).

 

[VIEUCHANGE (Michel)]. DE MEAUX (Antoine) — L'ultime désert. Vie et mort de Michel Vieuchange. Paris, Phébus, 2004. In-8° broché, 262 p., (collection « D'Ailleurs »), exemplaire en très bel état, épuisé dans ce grand format.
En quatrième de couverture :
   Nombreux sont aujourd'hui ceux qui considèrent Smara (1932) de Michel Vieuchange comme « LE » livre parmi ceux qui ont été écrits sur le désert. Un livre pour ainsi dire arraché à la fournaise et aux sables par un garçon de vingt-six ans parti se brûler les ailes dans la zone interdite de l'El-Gaada mauritanien. Un livre qui fascina des esprits aussi divers que Claudel, Massignon, Cocteau, Paul Bowles ou Théodore Monod.
   Mais sur l'auteur de ce livre, Michel Vieuchange (1904-1930), avouons qu'on savait peu de chose. Antoine de Meaux, dont ce sont ici les débuts en littérature, se garde bien – tant mieux – de re-raconter l'incroyable aventure de Vieuchange au désert (Smara suffit à cela). Ayant eu accès aux archives de la famille et à nombre de documents étonnants, il parvient à nous faire revivre comme de l'intérieur l'itinéraire de ce garçon de bonne famille, promis à ce qu'on appelle un bel avenir, et qui choisit délibérément de se soumettre à l'épreuve du pire. Car les photos sont là : en l'espace de quelques saisons, le jeune homme bien élevé, cravaté, plein de santé, se transmue d'impossible façon en une sorte de démon ou d'archange, ravagé par l'incendie intérieur, dardant sur le monde un regard de foudre... D'une image à l'autre, que s'était-il donc passé ?
   C'est à cette question qu'a voulu répondre le livre d'Antoine de Meaux : « J'ai souhaité rassembler, précise-t-il, les éléments épars de cette vie, tâcher de comprendre ce que Michel avait tenté de nous dire en allant se perdre au désert. J'ai été au Maroc, au cimetière d'Agadir où il repose, et jusqu'à Smara. Ma biographie est en fait une sorte de pèlerinage, entre quête et enquête, un cheminement vers ce prodigieux visage de la fin que le temps risquait d'effacer de nos mémoires, et dont j'étais convaincu qu'il avait un secret à révéler. »

12 euros (code de commande : 27913).

 

Retour au début


Si vous souhaitez recevoir les avis de mise à jour de la page
Afrique du Nord
indiquez ci-dessous vos références :
prénom et nom :
adresse électronique :
pays de résidence :
et cliquez sur

La fréquence de mise à jour est bien évidemment aléatoire et dépend des achats que nous réalisons...

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

 

Retour au début

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un ouvrage présenté sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (virement bancaire, chèque, carte, ...).

 CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.

Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN).

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.

Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre numéro de T.V.A. : BE0619836631.