, par L. Brouhon.

Nouvelles entrées sur le site

 Page proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire
Pour commander

    Afin d'éviter la répétition de la consultation systématique de toutes les pages du catalogue pour y découvrir les nouvelles entrées, nous vous proposons une liste de nouveautés le 1er et le 15 de chaque mois. A chaque nouvelle mise à jour, les ouvrages invendus sont intégrés dans le catalogue général et les autres sont retirés.

   Si vous le souhaitez, nous pouvons vous avertir de la réalisation de chaque nouvelle mise à jour ; il vous suffit d'adresser un message à courrier@loiseaulire.com (en cas de problème de communication : loiseaulire@hotmail.com) en y indiquant : abonnement à la liste de nouveautés ou de compléter et de nous renvoyer le formulaire ci-dessous :

Cliquez sur l'image pour effectuer
une visite virtuelle de la librairie

prénom et nom :
pays de résidence :
adresse électronique :
et cliquez sur

Pour commander


MISE À JOUR DU
MARDI 18 SEPTEMBRE 2018


Comme l'année dernière,
nous espérons avoir le plaisir
de vous rencontrer au château d'Havré,
ce dimanche 23 septembre, de 9 à 18 heures,
pour la deuxième édition
de cette manifestation.

 

VIENT DE PARAÎTRE

BUCQUOY (Jan) et TITO — Une année en enfer. Une enquête de Daniel Jaunes. Préface de Jean-Pierre Dionnet. Mons, Désastre Immobile, 2018. Grand in-8° sous cartonnage et jaquette d'éditeur, 107 p., illustrations en couleurs.
En quatrième de couverture :
   Fin de partie pour Daniel Jaunes, il échoue à la police judiciaire de Mons après s'être enlisé dans les grandes affaires criminelles belges des années 80 et 90. Il descend du train et est accueilli par la belle inspectrice Bernadette Lerouge un certain samedi de mars 97, le jour même où huit sacs contenant des restes humains sont trouvés à Cuesmes.
   L'affaire du Dépeceur de Mons vient de naître.
   Bien malgré lui, Daniel Jaunes sera happé par la part sombre de la ville et y croisera ses propres fantasmes.
   Une année en enfer.
   Après trente ans d'absence, Jan Bucquoy et Tito font revivre Daniel Jaunes, flic dépressif et mélancolique, anti-héros qui subit plus qu'il ne mène des enquêtes où son histoire personnelle se mêle à celle de la Belgique des années sombres.

20 euros (code de commande : 27335).

 

L'Ami du lettré. Année littéraire & artistique pour 1928. Paris, Grasset, 1928. In-8° broché, [8], 312 p.
Table des matières :
   - Calendrier.
   - Les lettres.
      - La saison littéraire.
         - France, par J. Valmy-Baysse.
         - Belgique, par P.-O. Graillet.
      - L'inflation théâtrale, par Paul Lombard.
      - Polémiques et scandales, par Pierre Bonardi.
         - Mauvaise année pour les fruits. - Bonne année pour les feuilles. - Batailles à la chinoise. - Orient-Occident. - Armandy contre Armandy. - Armandy contre Beucler.- Charles Derennes contre Albin Michel et contre-offensive. - Mme Aurore Sand contre Jacques Boulenger. - Jean-Jacques Brousson contre Mme Kolb-Danvin. - Roland Marcel vainqueur. - Lucie Delarue-Mardrus furieuse. - Divers.
      - Grandes enquêtes et grands articles de la saison, par Gaston Picard.
      - Consécrations.
         - Georges Courteline à l'Académie Goncourt, par Léon Deffoux.
         - Henri Deberly, par André Rousseaux.
         - Charles Silvestre, par Jean Morienval.
         - Joseph de Pesquidoux, par André Rousseaux.
         - Paul Chack, par Henri Mariol.
         - Germaine Acremant, par Fernand Divoire.
         - Maurice Brillant, par Jean Morienval.
         - Armand Lunel, par Gaston Picard.
         - J. Valmy-Baysse et les grands magasins, par Pierre Bonardi.
         - Georges Bernanos, par André Rousseaux.
      - De 1527 à 1937.
         - Il y a quatre cents ans, trois cents ans, deux cents ans, et cent ans, par Paul Lesourd.
         - 1837-1927, par Fernand Divoire.
         - 1828, par Émile Henriot.
         - Le centenaire de Taine, par Jean Morienval.
      - Le Romantisme.
         - Le centenaire du Cromwel de Victor Hugo, par Guillot de Saix.
         - Des pages oubliées de Victor Hugo, Alfred de Musset, Honoré de Balzac, par Gaston Picard.
         - Les vignettes romantiques, par André Warnod.
         - Aloïsius Bertrand, par Paul Jamati.
      - Commémorations.
         - Le vingtième anniversairevde J.-K. Huysmans, par Léon Deffoux.
      - Les disparus.
         - Jean Richepin, par Ernest Prévost.
         - Robert de Flers, par Jacques Patin.
         - Émile Blémont, par Ernest Prévost.
         - Achille Millien, par Gaston Picard.
         - Xavier Privas, par Gabriel Reuillard.
         - Pierre Decourcelle, par Claudine Decourcelles.
         - Gaston Leroux, par Gaston Picard.
         - Georges Spitzmuller, par Georges Bergner.
         - Adolphe Van Bever, par Léon Deffoux.
         - Étienne Martel, par Henri Mariol.
         - Paul Harel, par Jean Morienval.
         - Charles Foix, par Fernand Divoire.
         - Georges Dubosc, par Léon Deffoux.
         - Francis Vareddes, par Gaston Picard.
         - Jérôme K. Jérôme, par Maurice Beerblok.
         - Souvenir sur Israël Zangwil, par José Germain.
         - Rainer Maria Rilke, par Paul Jamati.
      - L'érudition.
         - Académies, Universités, Sociétés.
         - L'année académique, par André Rousseaux.
         - Les grandes conférences, par Gaston Picard.
         - Les dix commandements du conférencier populaire, par José Germain.
         - L'école de l'apéritif, par Louis de Gonzague Frick.
         - Les Moins de Trente Ans, par Raymond Cogniat.
         - L'histoire littéraire, par Jean Morienval.
         - L'Histoire et les histoires, par Paul Lombard.
         - Phitosophies, par Jacques Robertfrance.
         - Les beaux voyages, par Albert Ackremant.
         - Gazettes littéraires. Bulletin des naissances, par Pierre Bonardi.
         - L'écrivain au cinéma, par Fernand Divoire.
         - Littérature pour enfants, par Paul Jamati.
         - Les lettres régionalistes.
            - Les lettres septentrionales, par Albert Ackremant.
            - Lyon et les Lyonnais, par Raymond Cogniat.
         - Les lettres étrangères.
            - Les lettres espagnoles, par Adolphe Falgairolle.
            - Les lettres en Amérique latine, par Guillot de Saix.
      - Le livre.
         - Le livre moderne, par André Warnod.
         - Figures de libraires.
            - M. Chiraut, par Albert Ackremant.
            - Complément au tableau de la librairie à Paris, par louis Chéronnet.
         - Les grands prix littéraires et leurs lauréats depuis la fondation.
         - Membres de l'Association des courriéristes littéraires des journaux quotidiens.

15 euros (code de commande : 27304).

 

BEACH (Sylvia)« Shakespeare and Company ». Traduit de l'anglais par George Adam. Paris, Mercure de France, 1962. In-8° broché, 240 p., quelques photographies hors texte, tirage courant de édition originale de la traduction, bon exemplaire, peu courant.
Table des matières :
   ChapitreI. [Jeunesse aux États-Unis].
   Chapitre II. La petite librairie grise d'Adrienne Monnier.
   Chapître III. Une librairie à moi. Installation d'une boutique. « Shakespeare and Company » ouvre ses portes.
   Chapitre IV. Des pèlerins d'Amérique. Deux clientes de la rue de Fleurus.
   Chapitre V. Ulysse à Paris. James Joyce c/o « Shakespeare and Company ».
   Chapitre VI. « Shakespeare and Company » fait œuvre de sauvetage. Darantiere de Dijon.
   Chapitre VII. Valéry Larbaud. 12, rue de l'Odéon. Bleu grec et Circé.
   Chapitre VIII. Les yeux de Joyce. Chez Larbaud. De l'ail dans une éponge. Joyce et George Moore. La Lecture chez A. Monnier. Sainte Harriet.
   Chapitre IX. Mon meilleur client.
   Chapitre X. Premiers exemplaires d'« Ulysse ». Minerve-Hemingway. Une photographie de M. Bloom. « Ces gribouillages de ma main ». Avec les regrets de « Shakespeare and Company »... Deuxième édition. « Ulysse » se fixe.
   Chapitre XI. Bryher.
   Chapitre XII. Variétés. Visiteurs et amis. « La Bande ».
   Chapitre XIII. Fitzgerald, Chamson et Prévost. Archibald MacLeish. Ballet mécanique.
   Chapitre XIV. Le Navire d'Argent. Whitman à Paris. Jack Kahane. Les Crosby. Plain Edition. Gargoyle et Transatlantic. Ernest Walsh et This Quarter. Transition. Commerce. Notre ami Stuart Gilbert.
   Chapitre XV. Jules Romains et les « Copains ». Un Shakespearien français. Jean Schlumberger. Léon-Paul Fargue. Raymonde.
   Chapitre XVI. « Notre cher Gide ». Mon ami Paul Valéry.
   Chapitre XVII. « Exiles ». « A. L. P. » Deux disques.
   Chapitre XVIII. Pomes penyeach. Notre Exag. Les pirates.
   Chapitre XIX. Le successeur d'Ulysse. James et deux Jones.
   Chapitre XX. Au loin, au loin... Comment vivait Joyce.
   Chapitre XXI. Ulysse part pour l'Amérique. Les années 30. Les amis de « Shakespeare and Company ». « Expo 1937 ».
   Chapitre XXII. La guerre et l'occupation. « Shakespeare and Company » disparaît.
   Chapitre XXIII. La, Libération. Hemingway libère la rue de l'Odéon.

15 euros (code de commande : 27297 - vendu).

 

BERTINETTI (Marcello) — Vu du ciel, Venise. Photographies de Marcello Bertinetti, texte de Simona Stoppa et traduction de Denis-Armand Canal. Vercelli, White Star, 2012. In-4° sous cartonnage et jaquette d'éditeur, 192 p., nombreuses reproductions en couleurs pleine page, bel exemplaire.
Sur la jaquette :
   
Magique et rêveuse, Venise occupe un archipel de cent dix-huit îlots séparés par d'innombrables canaux. Reine des mers et des arts, la ville a été, pendant plus d'un millénaire, la capitale de la République vénète ; et, en 1987, l'Unesco l'a inscrite sur la Liste du patrimoine mondial. Vue du ciel, Venise a la forme d'un gros poisson posé sur l'eau de la lagune, marqué en son centre par le sillon du Grand Canal, qui déroule ses sinuosités entre les sestieri de Castello, Cannaregio, Dorsoduro, San Marco, San Polo et Santa Croce. Impressionnante envolée au-dessus de l'une des plus belles villes du monde, cet ouvrage invite à la flânerie le long des calli ou au fil des canaux bordés de somptueux palais, et révèle ainsi la beauté et le mystère de ce lieu unique qui ne cesse de fasciner.
Sommaire :
   - Introduction.
   - Histoire.
   - Le quartier San Marco.
   - Le cœur de Venise.
   - La Grande Venise.
   - La Lagune et les îles.

20 euros (code de commande : 27308).

 

BOUFFLERS (Stanislas de) — Contes du Chevalier De Boufflers de l’Académie française. Avec une Notice bio-bibliographique par Octave Uzanne. Paris, Quantin, 1878. [Paris / A.Quantin, Imprimeur-Editeur / 7, rue Saint-Benoit / 1878] In-8° (150 ´ 213 mm.) broché, [2 bl.], [3 (faux-titre, mention de tirage, titre)], [1 bl.], LXXIV, [1 (titre)], [1 bl.], 253, [1 bl.], [1 (table], [1 bl.], [1 (colophon)], [1 bl.] p., un bandeau gravé par Mongin et une lettrine en tête de page de la notice, bandeaux et culs-de-lampes, deux gravures hors texte (portrait de Boufflers gravé par Lalauze en frontispice et une gravure de Gaujean), un fac-similé dépliant d'autographe de Boufflers, (collection « Petits Conteurs du XVIIIe Siècle »), « titrage à petit nombre » sur papier vergé, quelques rousseurs, dos passé.
Table des matières :
   - Notice.
   - La Reine de Golconde.
   - Tamara.
   - Le Derviche.
   - Ah ! Si...
Bibliographie :
   Vicaire (Georges), Manuel de l'amateur de livres du XIXe siècle, t. II, col. 954.

25 euros (code de commande : 27328).

 

[BRUXELLES]. Bruxelles. Sixième édition. Bruxelles, Pierre Anspach, [post 1943]. In-8° broché, 553 p., (collection « Les Guides Pierre Anspach »), bel exemplaire.
   
La liste des rues est établie alphabétiquement. Complétée en fin de volume par une table alphabétique des noms, des noms périmés, liste des petites voies, impasse, galeries, allées.
Note de l'éditeur :
   
L'utilité de votre guide. - Petit commentaire.
   S'il est un problème fréquent, important, qui figure en bonne place parmi les routines nécessaires et toujours présentes de la vie quotidienne, c'est bien celui de retrouver en ville l'emplacement de telle ou telle rue peu ou point connue et d'établir le meilleur moyen de s'y rendre. C'est là un petit travail, un petit rébus, auquel on pourrait dire que nul n'échappe. Tout le monde le connait ; c'est le travail de presque tous les habitants d'une ville. Pour d'innombrables personnes : chauffeurs de taxis, agents de police, voyageurs de commerce les plus divers, garçons de livraison, gardes de tram, c'est une question professionnelle constante. essentielle. - C'est ce problème que nous résolvons pour vous.
Voici un exemple de description :
   450[mètres] boulev. de l'Abattoir. Place de Ninove, située contre le canal, * Institut des Arts et Métiers de la Ville de Bruxelles, au 50.
   * Porte d'Anderlecht, station des trams 9, 15, 46. (Les abattoirs de Cureghem Anderlecht sont situés rue Ropsy Chaudron. Voyez cet article.)
   Note descriptive. L'Institut des Arts et Métiers de la Ville de Bruxelles est un grand bloc dans les tonalités grisaille. Lignes anguleuses. Sur la façade se détachent une dizaine de piliers, sortes de longs contreforts qui prennent toute la hauteur de l'édifice jusqu'à l'arête supérieure. Par l'effet de la perspective ils ont même l'air de la dépasser un peu, lui donnant ainsi un aspect hérissé, et marquant tout cet ensemble – comme nous le disions – d'un cachet anguleux. Aspect très moderne. La pierre bleue et des briques hollandaises jaunâtres forment une association de tonalités assez peu heureuse semble-t-il – ou en tous cas peu riante. Architecte, Alexis Dumont. Ingénieur, Eugène François. Édification, 1928-1929.

15 euros (code de commande : 27321 - vendu).

 

[CATHERINE DE MÉDICIS]. CLOULAS (Ivan) — Catherine de Médicis. Paris, Fayard, 1997. Fort in-8° collé sous reliure souple, 728 p.un cahier d'illustrations hors texte, bel exemplaire.
En quatrième de couverture :
   « Une femme extraordinaire », « un grand roi » : c'est le jugement de Balzac sur Catherine de Médicis.
   Le destin de la triste orpheline italienne est prodigieux : fille de banquiers, nièce de pape, reine de France pendant douze ans, puis, sous le règne de ses trois fils, pendant trente ans, véritable maîtresse du pouvoir.
   L'époque ? Sang et or : huit guerres civiles, le massacre de la Saint-Barthélemy, le meurtre des Guise, une cour brillante, dames galantes et mignons, astrologues et magiciens... De toutes parts, un combat de Titans oppose catholiques et protestants, Rome et Genève, l'Espagne et l'Angleterre. Les rapports sociaux sont bouleversés et les relations économiques perturbées par l'arrivée en Europe des trésors d'Amérique.
   Catherine, dans cette crise multiforme, tente l'impossible: rétablir l'ordre, imposer la tolérance, réaliser la coexistence des religions et des partis. Elle parvient tout au plus – et c'est miracle – à maintenir la cohésion de l'État.
   Jamais souveraine ne fut plus proche de ses sujets, ni ceux-ci plus écoutés : états-généraux, assemblées, colloques se succèdent. Autour d'elle gravitent Ronsard, Ambroise Paré, Bernard Palissy, Germain Pilon, Philibert de Lorme. La politique n'éclipse pas la princesse amie du luxe et des bâtiments, la femme dévote et superstitieuse. Des centaines de voyages, près de sept mille lettres attestent l'activité, l'intuition, le savoir-faire de celle qui fut, en des temps tragiques, l'une des femmes exemplaires de l'histoire de France.

20 euros (code de commande : 27292).

 

[CHARLEROI]. Documents et Rapports de la Société Paléontologique et Archéologique de l'Arrondissement Judiciaire de Charleroi. Tome VI. Mons, Manceaux, 1873. In-8° broché (dos cassé), XVI, 507 p., planches hors texte dont certaines à déplier, rare.
Table des matières :
   - Tableau des membres de la Société.
   - Sociétés, commissions cl publications avec lesquelles la société échange ses Documents et Rapports.
   - Assemblées générales :
      - Assemblée générale où fut constituée la Société le 27 novembre 1863. - Circulaire préalable à la fondation de la Société.
      - Convocation à la première assemblée.
      - Procès-verbal de la première assemblée.
      - Procès-verbal du 5 février 1872.
      - Procès-verbal du 15 avril 1872.
      - Procès-verbal du 5 août 1872.
   - Rapports et correspondance :
      - Circulaire du 21 janvier 1864 aux autorités locales.
      - Rapport de la fouille pratiquée clans le but de retrouver la première pierre de la forteresse de Charleroi et les objets qu'elle cachait, lu à l'assemblée du 5 février 1872, par D.-A. Van Bastelaer.
      - Rapport sur la découverte d'une ville belgo-romaine à Arquennes, lu à l'assemblée du 5 février 1872, par N. Cloquet.
      - Communication du collège échevinal de Charleroi à la Société, le 1er mars 1872.
      - Lettre du collège échevinal de Charleroi a la Société, le 2 mars 1872.
      - Réponse à la lettre précédente, le 4 mars.
      - Circulaire convoquant l'assemblée extraordinaire du 15 avril 1872 pour aviser à trouver un nouveau local social.
      - Circulaire de convocation pour l'excursion et la conférence relatives au lieu du combat sur la Sambre des Nerviens contre César ; les 10 et 11 juin.
      - Lettre de M. Hauzeur, le 14 juin 1872.
      - Rapport annuel sur les travaux de la Société lu à l'assemblée du 5 août 1872.
      - Lettre de M. Vander Elst le 1er septembre 1872.
      - Lettre du même le 30 septembre 1872.
   - Documents et analectes :
      - Notes et documents pour l'histoire de Fleurus, par A. Quirini et J. Bayet.
      - Note sur les copies de la Charte de Jumet, par C. V. D. E.
      - Règlement du 3 décembre 1703 concernant la communauté de Couillet.
      - Les fêtes et l'éloquence républicaines à Libre-sur-Sambre. Pièces officielles propres à constater l'état de l'espril républicain dans le canton de Charleroi à la fin du siècle dernier, par D.-A. Van Bastelaer.
      - Combat de César contre les Nerviens sur les bords de la Sambre, reproduction du père J.-B. Lambiez, par D.-A. Van Bastelaer.
      - Histoire et archéologie du canton de Binche, par Th. Lejeune.
         - Notions générales.
         - Anderlues.
         - Battignies.
         - Binche.
         - Buvrinnes.
         - Carnières.
         - Épinois.
         - Estinnes-au-Mont.
         - Haine-Saint-Pierre.
         - Haulchin.
         - Leval-Trahegnies.
         - Mont-Sainte-Aldegonde.
         - Mont-Sainte-Geneviève.
         - Morlanwelz.
         - Abbaye de l'Olive.
         - Ressaix.
         - Vellereille-le-Brayeux.
         - Abbaye de Bonne-Espérance.
         - Waudrez.
   - Mélanges paléontologiques, archéologiques et historiques :
      - Souvenirs de l'ancien esclavage révélés par les records, par P.-C. Vander Elst.
      - Notice historique sur la ville de Charleroi, édition posthume publiée d'après le manuscrit de Théod. Jos. Prunieau, maire de cette ville en 1817, précédée de la biographie de l'auteur, par D.-A. Van Bastelaer.
      - Notice biographique sur Paul Desorbay, par T.-A. Bernier.
   - Variétés et extraits :
      - Nécrologie des membres de la Société :
         - Alexandre-Joseph-Ghislain-Désiré Bivort.
         - Alexandre-Pierre-Joseph Brichard.
         - Nicolas Hauzeur.
         - Fernand Pirmez.
         - Jules Borgnet.
         - Camille Lemaigre.
         - Louis Lebrun.
      - Seigneurs du Brabant-Wallon en 1771, par D.-A. Van Bastelaer.
      - Préservatifs employés contre les maléfices des sorciers, par A. Q.
      - Les Gilles de Binche. - Légende et carnaval, par Delmée.
      - Étymologie des noms de localités terminés en gny ou gnies, par J.-B. Lambiez.
      - Le château de Solre-sur-Sambre, un des plus anciens de l'arrondissement de Charleroi, par De Cloet.
      - Les industries du Hainaut en 1870, par E. Stainier.
      - Notice sur les premières machines à vapeur établies dansle district de Charleroi, par E. Stainier.
      - Verreries de Charleroi en 1870, par E. Stainier.
      - Académie d'archéologie de Belgique. - Programme du concours de 1874.
      - Société des sciences, des arts et des lettres du Hainaut. - Extrait du programme du concours de 1875.
      - Suite du catalogue des livres de la bibliothèque.
      - Errata et addenda.

40 euros (code de commande : 27320).

 

CHRISTE (Yves) — Jugements derniers. La Pierre-qui-Vire, Zodiaque, 1999. In-4° sous reliure et jaquette illustrée d'éditeur, 371 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, (collection « Les Formes de la Nuit », n° 12), exemplaire en très bel état, peu courant.
Table des matières :
   - Introduction.
   1. Les débuts.
   2. Le Jugement dernier dans l'art byzantin.
   3. Apocalypse et Jugement dernier.
   4. L'adoration des Vivants et des Vieillards.
   5. Le Jugement dernier et le psautier.
   6. Le Jugement dernier en Occident.
      - Introduction.
      - La France.
         - Les origines et le mode roman.
         - Le monde gothique.
      - L'Espagne.
      - L'Allemagne.
      - L'Angleterre.
      - L'Italie.
   7. Quelques thèmes épars.
      - Le Jugement, conclusion de l'œuvre des six jours.
      - Les ivoires parisiens du XIIIe siècle.
      - Une image gyrovague : le don de vêtements aux justes et aux élus.
   - Conclusion.
   - Bibliographie.
   - Index général.

70 euros (code de commande : 27309 - vendu).

 

CIANI (P.) — Les monnaies royales françaises de Hugues Capet à Louis XVI avec indication de leur valeur actuelle. Paris, Florange - Ciani, 1926. Grand in-8° broché, 502 p., nombreuses illustrations, rousseurs à la couverture.
Extrait de l'introduction :
   L'étude de notre numismatique nationale a donné lieu, dès le XVIIe siècle à de savantes recherches dont les résultats ont été consignés dans quelques traités en tête desquels nous citerons ceux de Ducange, de Leblanc et de Combrousse. Ces ouvrages dont on ne peut nier la valeur documentaire étaient malgré leurs nombreuses lacunes, les seuls guides des numismatistes, quand, en 1878, l'un de nos experts les plus éclairés, H. Hoffmann, publia ses Monnaies Royales de France.
   Se dégageant de l'influence de ses devanciers, Hoffmann alla droit aux sources originales, faisant exécuter avec soin les dessins de toutes les monnaies qu'il avait patiemment relevées dans les diverses collections publiques et privées. Ce n'est qu'après avoir obtenu ainsi la figuration de toutes les pièces alors connues, qu'il eut recours pour la classification aux sources manuscrites et imprimées. Ainsi réalisé, le travail de M. Hoffmann présentait comme une rénovation complète des bases de notre numismatique et donnait un essor nouveau à l'étude des monnaies royales.
   Le monde des numismatistes, applaudit avec raison à cette œuvre dont l'autorité n'a cessé de s'affirmer jusqu'à nos jours.
   Depuis la publication des Monnaies Royales de France de nombreuses découvertes ont été faites. De plus, les études médiévales ont été soumises à l'esprit critique qui caractérise les recherches historiques modernes. D'importantes archives ont maintenant livré leurs secrets longtemps enfouis sous la poussière des dépôts publics, permettant à nos érudits contemporains de dresser un tableau raisonné des phases traversées par la monnaie française, travail que M. Dieudonné nous a présenté en 1916 dans son Manuel de Numismatique où une méthode sévère est jointe à une parfaite clarté des faits.
   Pour ces diverses raisons, une révision du catalogue général des monnaies françaises s'imposait ; c'est le but que nous nous sommes proposés, ce travail contenant les descriptions données par Hoffmann, augmentées de celles des pièces découvertes depuis 1878 ; à ces descriptions ont été ajoutées les différentes variétés d'émissions, avec, le plus souvent, l'indication de leur date.
   Certaines pièces qui avaient été fautivement attribuées, ont été restituées aux Princes qui en ont ordonné la frappe. Enfin, la dénomination des espèces émises a été donnée d'après les appellations que portent les manuscrits contemporains.
   En tête de chaque règne on trouvera la liste des ateliers ayant ouvré sur l'ordre du Roi, avec indication de leurs différents, et toutes les fois qu'il a été possible, les noms des maîtres chargés des émissions, avec les symboles qu'ils ont choisi pour se différencier.
   Toutes les collections formées depuis près d'un demi siècle, ayant pris pour référence l'ouvrage de M. Hoffmann, il a paru nécessaire d'indiquer le numérotage adopté par cet auteur ; on le trouvera à la suite de chaque description. De même, l'ancienne estimation donnée par Hoffmann a été conservée et mise en regard de la valeur actuelle de chaque monnaie établie d'après les principales ventes publiques.
   Nous devons faire remarquer que cet ouvrage étant sous presse depuis 1919 la valeur actuelle que nous avons fixée aux monnaies a subi la dépréciation du franc pendant toute la durée du travail, c'est-à-dire de 1919 à 1926.
   Les prix ainsi fixés se trouvent donc anormaux, et pour y remédier nous nous proposons à l'avenir d'établir une liste donnant la valeur de chaque numéro en francs or.
   Notre désir a été de mettre entre les mains de tous les numismatistes, sous une forme pratique, un recueil complet destiné à leur servir de guide dans leurs recherches et leurs classements, et de faire connaître, comprendre et apprécier les monnaies émises en France sous le gouvernement des rois Capétiens, de l'an 987 à 1793.

80 euros (code de commande : 27326 - vendu).

 

CLESSE (Antoine) — Au Peintre Alfred Busiau. Manuscrit d'alexandrins, sous encadrement d'époque (265 x 322 mm.), daté de mars 1885 et signé, traces des plis et rousseurs.
Texte :
   Au peintre Alfred Busiau.

   Dans son cadre, au foyer, lorsque, pieux usage,
   On montre de l'aïeul le portrait réussi,
   Le vivant souvenir d'un corps et d'un visage
   Semble dire à chacun : Vous m'aimez, me voici !

   Dans un tableau parfait vous m'offrez mon image.
   Van Ysendyck, Piot, Dauriac, Portaels aussi
   À ma chère famille ont fait pareil hommage ;
   À tous, du fond du cœur, je dis encor : Merci !

   Par un art merveilleux Dieu permet qu'on renaisse.
   Dans les traits du vieillard on sent votre jeunesse :
   Un magique pinceau s'agitait sous vos doigts.

   En admirant la toile où, grâce à vous, j'existe,
   Je dis avec fierté : C'est l'œuvre d'un artiste !
   Je dis avec bonheur : C'est l'œuvre d'un Montois !

   Mons mars 1885. Antoine Clesse.

180 euros (code de commande : 27312).

 

CLOCHE (Maurice) — 60 aspects de l'Exposition coloniale. Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1931. In-4° en ff. sous couverture illustrée (petit manque à la tête), 60 p présentant chacune une reproduction en héliogravure, ex-libris de l'éditeur bruxellois Willy Godenne, peu courant.

   

40 euros (code de commande : 27307).

 

[CONSTANT (Benjamin)]. DRUMONT (Édouard) — Benjamin Constant. Paris, Baschet, [1877]. In- f°, 4 p., deux reproductions de dessins (dont un à pleine page), un portrait de l'artiste en photoglyptie (85 x 119 mm.) collé à la p. 1, une planche hors texte (cliché de Goupil (222 x 177 mm.) reproduisant le tableau Janissaire et eunuque, (collection « Galerie Contemporaine Littéraire Artistique », 1re série - n° 42), exemplaire en très bel état.
Extrait :
   
Un nom inconnu ne vaut-il pas mieux pour un artiste qu'un de ces noms déjà retentissants que la foule s'est habituée à prononcer ? J'inclinerai volontiers à cet avis. Créer un nom c'est mettre une statue à côté d'une autre statue ; illustrer une seconde fois un nom, c'est, en quelque sorte, vouloir mettre une statue sur une autre.
   Quoiqu'il en soit, l'artiste dont nous parlons, déjà célèbre à un âge où beaucoup cherchent encore leur voie, n'a nulle envie de répudier le nom glorieux qu'il porte, sans descendre cependant en ligne directe de l'homme politique. Les Constant, ennoblis au XVe siècle, se divisèrent en deux branches, les Constant de Rebecque, et les Constant de Saligné. L'une préféra l'hérésie à sa patrie et émigra au moment de la révocation de l'édit de Nantes ; l'autre resta française. Par un contraste qui n'est pas sans intérêt pour ceux qui s'occupent de l'histoire des races, la branche protestante a produit un grand homme plus genevois que français, rationnaliste, dialecticien, désenchanté et sceptique comme un véritable doctrinaire. La branche catholique et française nous donne un artiste enthousiaste, épris de lumière, curieux de l'Orient. Une partie de la famille va se perdre dans les brouillards allemands ; l'autre, par une réaction contraire, se jette en plein soleil, au milieu des enivrants spectacles du Midi...

45 euros (code de commande : 27319).

 

CORTI (José)Souvenirs désordonnés (...-1965). Paris, Corti, 1983. In-8° broché, 234 p., reproductions photographiques de dessins de l'auteur hors texte, édition originale, bel exemplaire non coupé.
On joint : Provisoirement définitif. Préface de Bertrand Fillaudeau. Paris, Corti, 1992. In-12 broché, 133 p., quelques feuillets grossièrement découpés, édition originale.
En quatrième de couverture de Provisoirement définitif :
   Que le lecteur ne cherche pas ici une suite aux Souvenirs désordonnés.
   Lorsqu'il en entreprit la rédaction, au début de 1984, José Corti ne cherchait aucunement à prêter son concours à la triste mode du commerce des retours : son épouse venait de mourir, il désirait et attendait sereinement de la rejoindre. Avant de disparaître, il caressa l'espoir d'éclairer sa peinture en constituant un dyptique. Si, dans les Souvenirs, il s'agissait avant tout de la mémoire d'un demi-siècle d'édition, il pouvait maintenant laisser parler aussi l'homme José Corti, donner ainsi à l'ensemble plus de gravité, de profondeur et, comme on le verra, un aspect plus personnel.

Les deux volumes : 20 euros (code de commande : 27299).

 

CROUZET-PAVAN (Élisabeth) — Venise triomphante. Les horizons d'un mythe. Paris, Albin-Michel, 1999. In-8° collé, 428 p., (collection « Bibliothèque Albin Michel Histoire »), dos et couverture en partie insolés, épuisé sous cette forme au catalogue de l'éditeur.
En quatrième de couverture :
   Faire l'histoire de Venise, c'est retracer l'aventure unique d'une communauté humaine redoutée et conquérante, toujours âpre et dure, parfois haïe et combattue pour ses violences et son orgueil.
   Élisabeth Crouzet-Pavan s'attache dans cet ouvrage à expliquer comment, en maîtrisant des espaces proches aussi bien que lointains, en cultivant le mythe d'une élection divine, Venise a pu devenir le centre d'un monde.
   Aux temps obscurs et précaires, la ville surgit lentement, au milieu d'une eau saumâtre, protectrice comme une muraille. Cette ville, par un effort de tous les jours, les hommes ne cessèrent de la construire et de la reconstruire, de l'embellir et de l'orner, de l'aménager et de la préserver, jusqu'à en faire une image de gloire. Sur tous les théâtres de son histoire, Venise triomphante est alors regardée : l'empire maritime et la Terre Ferme qu'elle contrôle et exploite ; le port, le marché et les ateliers où s'affaire une humanité cosmopolite ; les lieux de pouvoir où les élites façonnent l'ordre et la grandeur de la République ; les maisons, les cours, les ruelles où vivent et meurent hommes et femmes.
   Ainsi naît Venise, au croisement de l'imaginaire et de l'histoire : imaginaire de fragilité suscitant un intense attachement à la vie et à la puissance, histoire d'une cité dont la longue geste, dans un conscient défi au temps, est demeurée inscrite dans un dernier espace de palais et d'églises...

13 euros (code de commande : 27291 - vendu).

 

DAUZAT (Albert) — Les Argots. Caractères - Évolution - Influence. Huitième édition. Paris, Delagrave, 1939. In-8° broché, 189 p., index, (collection « Bibliothèque des Chercheurs et des Curieux »), cachet humide ex-libris sur la couverture et à la page de titre.
Table des matières :
   - Introduction.
      1. Caractères de l'argot.
      2. L'étude des argots.
   Chapitre I. Les différents argots français ; leur évolution.
   Chapitre II. Le renouvellement du vocabulaire. Les emprunts.
   Chapitre III. Les changements de forme. Altérations et déformations.
   Chapitre IV. Les changements de sens.
   Chapitre V. La pénétration de l'argot en français, dans les langages de métiers et des patois.
   - Bibliographie.
   - Index.

12 euros (code de commande : 27303 - vendu).

 

DAUZAT (Albert) — Les Noms de lieux. Origine et évolution. Ville et villages - Pays - Cours d'eau - Montagnes - Lieux-dits. Onzième mille. Paris, Delagrave, 1939. In-8° broché, VIII, 264 p., (collection « Bibliothèque des Chercheurs et des Curieux »), cachet humide ex-libris sur la couverture et à la page de titre.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   - Introduction.
      I. Caractères des noms de lieux, leur intérêt.
      II. Travaux et documents.
   Première partie. Phénomènes généraux.
      Chapitre I. Désignation originaire des noms de lieux.
         I. Désignations spontanées.
         II. Désignations systématiques.
      Chapitre II. Substitutions (changements de nom).
      Chapitre III. Transformations.
         I. Transformations à l'intérieur d'une même langue.
         II. Transformations d'une langue à l'autre.
   Deuxième partie. Catégories et couches historiques.
      Chapitre I. Les noms de localités.
         I. Formations préceltiques.
         II. Formations gauloises.
         III. Formations de l'époque romaines (Ier-Ve siècles).
         IV. Formations de l'époque franque (VIe-Xe siècles).
         V. Formations de l'époque féodale (XIe-XVe siècles).
         VI. Formations modernes (XVIe-XXe siècles).
         VII. Régions non romanes.
      Chapitre II. Noms de lieux divers.
         I. Noms de territoires et noms d'habitants.
         II. Noms de cours d'eau.
         III. Noms relatifs au relief.
         IV. Noms de lieux dits.
   - Bibliographie.
   - Table des cartes.
   - Index.

13 euros (code de commande : 27302 - vendu).

 

DAYE (Pierre)L'empire colonial belge. Bruxelles-Paris, Éditions du Soir - Berger-Levrault, 1923. Fort in-8° broché, 669 p., complet des trois cartes et douze planches, couverture défraîchie, peu courant.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   Première partie. La formation du Congo. Son histoire. La politique coloniale de Léopold II. La guerre.
      Chapitre I. Le Congo dans le passé.
      Chapitre II. Léopold Ier et les tentatives belges de colonisation.
      Chapitre III. Léopold II fait naître un monde.
      Chapitre IV. Vers un empire pharaonique.
      Chapitre V. D l'État Indépendant à la Colonie.
      Chapitre VI. Le couronnement de l'œuvre léopoldienne.
      Chapitre VII. Le problème des Colonies africaines et les ambitions allemandes.
      Chapitre VIII. La guerre au Congo (1914-1918).
   Deuxième partie. Le Congo tel qu'il est. Un voyage d'enquête à travers la Colonie belge, en 1922.
      Chapitre IX. Anvers-Boma.
      Chapitre X. Borna, la capitale que l'on abandonne.
      Chapitre XI. À travers le Mayumbe
      Chapitre XII. Le port de Matadi.
      Chapitre XIII. Le chemin de fer du Bas-Congo.
      Chapitre XIV. Un type de grande mission : Kisantu.
      Chapitre XV. La future capitale : Léopoldville-Kinshasa.
      Chapitre XVI. Une excursion en Afrique Équatoriale française : Brazzaville.
      Chapitre XVII. Quelques impressions du Bas-Congo.
      Chapitre XVIII. Considérations économiques sur le Bas-Congo.
      Chapitre XIX. Coquilhatville et les jardins d'Éala.
      Chapitre XX. La montée du Fleuve.
      Chapitre XXI. Les « Quart de civilisés » et le mouvement pan-nègre.
      Chapitre XXII. Dans la province de l'Équateur : quelques considérations sur sa situation politique.
      Chapitre XXIII. Une grande entreprise : les Huileries du Congo Belge.
      Chapitre XXIV. Stanleyville.
      Chapitre XXV. La question militaire au Congo : la Force Publique.
      Chapitre XXVI. Un voyage de Bumba à Buta.
      Chapitre XXVII. Au pays de l'ivoire et du coton (l'Uele).
      Chapitre XXVIII. Une expérience : les transports par autos dans le Bas-Uele.
      Chapitre XXIX. De la politique indigène.
      Chapitre XXX. En caravane.
      Chapitre XXXI. À travers les richesses du Haut-Uele.
      Chapitre XXXII. Aux mines d'or de Moto.
      Chapitre XXXIII. Les mines d'or et les voisins du Congo.
      Chapitre XXXIV. Les mines d'or de Kilo.
      Chapitre XXXV. La main-d'œuvre.
      Chapitre XXXVI. L'agriculture : les colons de lTturi.
      Chapitre XXXVII. Des maladies et des médecins.
      Chapitre XXXVIII. La Province Orientale.
      Chapitre XXXIX. Dans la colonie de nos voisins britanniques : l'Uganda et le Kenya.
      Chapitre XL. La mentalité coloniale belge.
      Chapitre XLI. L'administration du Congo.
      Chapitre XLII. L'organisation judiciaire.
      Chapitre XLIII. Dans les territoires occupés : le Ruanda et l'Urundi.
      Chapitre XLIV. Le roi Musinga et ses Watusi.
      Chapitre XLV. La paix et les conquêtes mutilées d'Afrique.
      Chapitre XLVI. Les communications orientales : la voie vers l'océan Indien.
      Chapitre XLVII. Un pèlerinage à Tabora.
      Chapitre XLVIII. La question islamique.
      Chapitre XLIX. Le Tanganyka-Moero et le Lomami.
      Chapitre L. Le chemin de fer des Grands-Lacs.
      Chapitre LI. Le chemin de fer du Bas-Congo au Katanga.
      Chapitre LII. Le peuplement blanc et les étrangers.
      Chapitre LIII. Un coup d'œil vers le Kasaï : le pays du diamant.
      Chapitre LIV. Les missions et l'enseignement.
      Chapitre LV. Vers le sud : le C. F. K.
      Chapitre LVI. Quelques croquis d'Élisabethville.
      Chapitre LVII. Le Katanga politique et économique.
      Chapitre LVIII. Au pays du cuivre, du radium, de l'étain et du cobalt : les Usines de l'Union Minière du Haut-Katanga.
      Chapitre LIX. Le Beuguela Railway.
      Chapitre LX. La politique extérieure et la défense du Congo.
      Chapitre LXI. La situation et l'avenir économiques du Congo.
      Chapitre LXII. Le Congo et l'impérialisme sud-africain : les idées du général Smuts.
      Chapitre LXIII. Conclusion.

20 euros (code de commande : 27332 - vendu).

 

DEBERGH (François) et GAILLARD (André) — 1918. Les chemins de l'Armistice. Paris, France-Empire, 1998. In-8° collé, 275 p., un cahier d'illustrations hors texte, bon exemplaire.
En quatrième de couverture :
   Lorsque le 11 novembre 1918, à 11 heures du matin, le clairon Delaluque sonne l'armistice, c'est quatre longues et douloureuses années de guerre qui s'achèvent. Quatre années de boucherie qui donnent à ta victoire un goût amer. La France ravagée pleure ses 1 400 000 morts (8 millions au total !).
   Quatre-vingts ans plus tard, François Debergh et André Gaillard nous entraînent sur les chemins de l'armistice, qui passent entre Yser et Champagne, dans les derniers mois de la guerre, alors que rien n'est encore joué, alors que le Kaiser Guillaume II, qui croit sauver son Empire par un coup de dés, lance ses armées décimées dans trois offensives (Picardie, Flandres, Marne). Foch réplique le 18 août avec sa contre-offensive générale et reconquiert le terrain perdu. Rien n'arrêtera plus les Alliés qui bousculent enfin le front d'origine demeuré immuable depuis quatre ans.
   Ce livre rassemble les témoignages de ceux qui sont passés par ces chemins tragiques des Flandres, de Picardie, du Tardenois, de la Thiérache : généraux français, barons allemands, petit peuple des civils affamés en deçà et au-delà du Rhin. Tous ceux qui ont vécu les dernières heures de la Grande Guerre se souviennent...

10 euros (code de commande : 27293 - vendu).

 

DEGROUVE (J.)Trazegnies. Histoire et géographie locale. Recueil documentaire à l'usage des familles et des écoles. La Louvière, Labor, 1929. In-12 broché, 108 p., planches hors texte, exemplaire défraîchi.
Table des matières :
   Première partie. Histoire locale.
      Chapitre I. Trasegnies. - Ancienne juridiction.
         1. Étymologie du nom Trazegnies.
         2. Historique du château-fort.
         3. Description de l'ancien château.
      Chapitre II. Période de 1815 à 1830.
      Chapitre III. 1830 à 1914.
         1. 1830.
         2. 1870.
      Chapitre IV. 1914 à nos jours.
         1. 1914-1918.
         2. Martyrologe.
         3. Occupation allemande.
         4. Conclusion.
      Chapitre V. Une page de patriotisme. Trois dates mémorables.
         1. a) Le 28 septembre 1924, Trazegnies honore ses héros - b) Description du monument élevé à la gloire des combattants de la commune.
         2. a) Le 27 mai 1927 - b) Description de la crypte - c) Chant : Vaillants soldats.
         3. Le 11 novembre 1928.
   Deuxième partie. Étude parallèle de l'histoire et de la géographie locales.
      - Carte. - Bornes, relief du sol, cours d'eau.
      Chapitre I. Étude générale.
         1. Situation.
         2. Étendue.
         3. Population : Répartition - Densité : concentration.
         4. Le milieu humain : Historique de l'industrie cloutière locale - De l'industrie régionale mécanique.
         5. Évolution économique.
         6. Renseignements administratifs.
      Chapitre II. Géographie physique.
         1. Relief.
         2. Nature du sol.
         3. Climat.
         4. Hydrographie : Les rivières - Distribution d'eau - Projet.
      Chapitre III. Nos ressources.
         I. Provenant de la nature du sol.
            1. Autrefois.
            2. Aujourd'hui.
            3. Situation actuelle de notre agriculture, de la vie végétale et animale.
         II. Provenant de l'exploitation du sous-sol.
            A. Le charbon.
               1. Autrefois.
               2. Aujourd'hui. Charbonnages.
               3. Comparaisons et statistiques.
               4. Valeur du charbon.
               5. Salaires.
               6. Ouvriers.
               7. Lecture. Sainte Barbe.
            B. L'argile.
               1. Autrefois.
               2. Aujourd'hui. Briqueterie mécanique.
         III. Industries dérivées et connexes.
            1. La métallurgie : Atelier de Trazegnies - Atelier du Piéton - Autres ateliers.
            2. Sidérurgie. La fonderie.
            3. Lecture. Saint Éloi.
         IV. Les industries du bois.
            1. Établissements Léon Dubois.
            2. Menuiserie, charronnage.
         V. Papeterie.
         VI. Nos anciens métiers.
         VII. Nos ressources provenant des moyens de communications.
            1. La chaussée.
            2. Nos routes : Voyage il y a cent ans de Trazegnies à Bruxelles - Carte.
            3. Tramways.
            4. Chemins de fer.
            5. La poste.
      Chapitre IV. Nos habitants.
         A. Le confort.
            1. Historique de l'habitation.
            2. Historique du chauffage.
            3. Historique de l'éclairage.
            4. Historique du vêtement.
         B. Les mœurs. Coutumes, caractère.
      Chapitre V. Le commerce.
         1. Autrefois. La foire, le marché.
         2. Aujourd'hui.
   Troisième partie. Éducation civique.
      Chapitre I. Les autorités et l'enseignement.
         1. Les autorités communales de 1830 à nos jours.
         2. Fonctionnaires communaux. La police.
         3. Historique de l'enseignement.
      Chapitre II. Les bâtiments communaux.
         1. L'hôtel de ville.
         2. La Maison de Tous.
         3. L'église.
      Chapitre III. Personnalités marquantes.
   Quatrième partie. Conclusion : Notre village.

12 euros (code de commande : 27301 - vendu).

 

DESGUIN (Hadelin) — La ville de Mons pendant l'occupation des Barbares. Guillaume II rétablit l'esclavage. La prise des déportés à Mons & dans la région. Mons, Les Presses Réunies, [ca 1918-1920]. In-8° broché, 72 p., bon exemplaire, rare.
   Hadelin Desguin, avocat comme son frère Camille, et directeur du journal le Hainaut fondé par son père fournit un récit d'après ses notes consignées à partir de 1916 jusqu'à la libération de la ville par les Canadiens.
Conclusion de l'auteur :
   Nous sommes arrivés à la fin des notes que nous avons écrites au cours de la guerre. Il en manque dans les récits qui précèdent; nous avons gardé le souvenir d'articles que nous avons écrits, notamment sur les réquisitions de logements.
   Aux temps critiques et dangereux nous avons caché ces pages, il nous a été impossible de les retrouver. Au premier jour, et sans que nous y songions, nous remettrons la main sur ces notes et nous les publierons ; elles sont enfermées dans quelque livre.
   Notre travail est assurément incomplet ; nous eussions voulu y ajouter des notes sur les réfugiés qui nous vinrent l'an dernier fuyant devant la retraite des Barbares, obligés, sous la pression des armées alliées de reculer toujours.[...].
   Il manque aussi à ce récit l'histoire des derniers jours de l'oppression barbare, lorsque nous fumes relégués dans nos caves et obligés d'y vivre cachés[...]

20 euros (code de commande : 27323 - vendu).

 

[DÜRER (Albrecht)]. ANZELEWSKY (Fedja) — Dürer. Vie et œuvre. Fribourg, Office du Livre, 1980. In-4° sous reliure, jaquette et étui d'éditeur, 275 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, exemplaire en très bel état.
Table des matières :
   I. Nuremberg.
      - Patriciens - marchands - humanistes - artisans - artistes.
   II. Les débuts jusqu'en 1489.
      - Famille - jeunesse - formation.
   III. Le tour de compagnonnage 1490-1495.
      - Rhin inférieur - Rhin supérieur - Italie.
   IV. Ouverture de l'atelier 1495-1499.
      - Arts graphiques - commandes de tableaux - l'Apocalypse.
   V. L'accession à la maîtrise 1500-1505.
      - L'image de Dieu - les bases théoriques - le néo-platonisme.
   VI. L'Italie 1505-1507.
      - Venise - Bologne - Florence - Rome.
   VII. La maîtrise 1507-1512.
      - L'apogée de la peinture - les honneurs de la société - le Livre du peintre.
   VIII. L'empereur Maximilien 1512-1517.
      - L'Arc de Triomphe et le Livre de prières - chefs-d'œuvre de la gravure et expériences graphiques.
   IX. Sur de nouvelles voies 1518-1520.
      - Les portraits - les voyages - la Réforme.
   X. Le voyage aux Pays-Bas 1520-1521.
      - L'apogée de la célébrité - maladie - projets.
   XI. Les dernières années 1521-1528.
      - La Réforme à Nuremberg - prépondérance de la peinture - les Livres.
   XII. Dürer.
      - L'homme - son œuvre - son importance.
   - Notes.
   - Bibliographie.
   - Index des œuvres citées.
   - Index des noms.

45 euros (code de commande : 27310).

 

[ÉROTISME]. Le Magasin érotique. N° 1. Nyons, Presses de Baronnies, 1993. In-8° broché sous couverture rempliée, 80 p., illustrations, exemplaire en bel état.
Sommaire :
   - Thérèse philosophe (extrait), par le Marquis d'Argens.
   - Gamiani, par Alfred de Musset.
   - Miss Mary (extrait), par Tap-Tap.
   - Histoire de Jeanne, anonyme.
   - Dialogues de courtisanes, par Pierre Louÿs.
   - Hic-et-Haec (extrait), par le Comte de Mirabeau.

8 euros (code de commande : 27284).

 

FARMER (Philip José) — Le faiseur d'univers. [Titre original : The Maker of Universes.] Traduit par Michel Deutsch. Paris, Opta, 1973. In-8° broché sous une couverture rempliée illustrée par Barthélémy, 269 p., (collection « Anti-Mondes »), dos insolé.
En quatrième de couverture :
   Cette trompe étrange que Robert Wolff découvre dans une maison vide, c'est la clé d'un univers étranger. Il lui suffit d'en tirer quelques notes pour ouvrir une porte dans l'espace et le temps et pénétrer dans un cosmos dont les lois n'ont ri en de commun avec celles de notre univers d'étoiles et de planètes. Un cosmos où les mondes sont comme autant de plateaux empilés sur un formidable pic montagneux. Et la trompe d'argent permet de passer de l'un à l'autre, de création en création, jusqu'au sommet de la montagne, jusqu'à la retraite du Seigneur créateur, le Faiseur d'Univers.
   Mais celui-ci est-il un fou ? Un imposteur ? Ou un superbe criminel fuyant la colère d'êtres qui lui sont encore supérieurs ?
   Philip José Farmer s'est imposé en 10 ans comme l'un des Grands de la science-fiction moderne.
   Il fut le premier à chasser les traces de conformisme et de puritanisme qui subsistaient dans le genre avec Les amants étrangers où il décrivait avec passion et lyrisme les rapports sexuels entre les astronautes terriens et des créatures femelles, humanoïdes et ovipares.
   Avec Le faiseur d'univers il s'impose comme un véritable démiurge façonnant avec minutie mondes et créatures, mêlant intimement la science et le rêve.

10 euros (code de commande : 27305).

 

FRANK (Anne) — Contes. Traduit du hollandais par Nelly Weinstein. Illustrations de Dominique Rolin. Paris, Calmann-Lévy, 1959. Grand in-8° broché, 96 p., 23 vignettes dans le texte et 6 illustrations à pleine page.
Ce recueil contient :
   - Blury l'explorateur.
   - Riek.
   - Katrientje.
   - Kaatje.
   - Le sage lutin.
   - La marchande de fleurs.
   - Le rêve d'Eva.
   - L'ange gardien.

15 euros (code de commande : 27306 - vendu).

 

[GODDERIS (Jack)]. VAN HOOGENBEMT (Albert) — Jack Godderis. Traduction française de François Maret. Bruxelles, Elsevier, 1961. In-8° sous reliure et Rhodoïd d'éditeur, 16 p., un frontispice en couleurs, un portrait de l'artiste et 24 planches hors texte, (collection « Monographies de l'Art Belge »), exemplaire numéroté (n° 170) en bel état.
Extrait :
  La personnalité de Godderis s'affirme dès sa première exposition : l'impression le frappe, et aussitôt le mécanisme pictural entre en action. Il voit la couleur dominante, il sent la transition des teintes, il saisit le mouvement. Cela le tient, il faut désormais qu'il peigne. D'autre fois cela lui revient après un temps, comme pour la branche de Stendhal, que parent les cristaux de sa nature de peintre. Les tableaux donnent déjà la preuve évidente de sa personnalité : une main alerte, exercée, une nature hypersensible aux impressions sensorielles, un tempérament dont l'intense vitalité est comme « possédée » par la couleur, la passion de ne voir les choses qu'en fonction de la peinture, en un mot une intuition toute plastique.
   Il y a près de vingt ans que Godderis peint : la façon dont son art a évolué se dégage aujourd'hui mieux que jamais.

10 euros (code de commande : 27313).

 

[HAINAUT]. Chartes-lois en Hainaut (XIIe-XIVe siècle). Édition et traduction. Publié sous la direction de Jean-Marie Cauchies et Françoise Thomas. Mons, Hannonia, 2005. In-8° broché, 558 p., (collection « Analectes d'Histoire du Hainaut », tome IX), bel exemplaire.
Table des matières :
   - Préface, par Laurent Honnoré.
   - Introduction, par Jean-Marie Cauchies.
   - Bibliographie générale.
   - Tables (chronologique des textes et alphabétique des localités).
   - Anor (1196), par Jean-Pierre Gerzaguet.
   - Avesnes (février 1200 ou 1201, n. st.), par Françoise Thomas.
   - Berelles (31 août 1292), par Daniel Dereck.
   - Bruille-lez-Marchiennes (juillet 1239), par Bernard Delmaire.
   - Busigny (mars 1202 ou 1202, n. st.), par Françoise Thomas.
   - Castre (avril 1217), par Luc Delporte.
   - Chièvres (1194), par Jean-Marie Cauchies.
   - Courrière-lez-Ville (mars 1229, n. st.), par Willy Steurs.
   - Dechy et Ferin (1205), par Bernard Delmaire.
   - Elesmes (3 juillet 1280), par Françoise Thomas.
   - Escaudain (1162), par Bernard Delmaire.
   - Estinnes et Bray (mars 1291, n. st.), par Jean-Marie Cauchies.
   - Fleurus (28 septembre 1155), par Françoise Thomas.
   - Fontaine-l'Évêque (1212), par Christophe Gignon et Jean-Marie Cauchies.
   - Frasnes-lez-Gosselies (1160), par Willy Steurs.
   - Gammerages (17 juin 1330), par Luc Delporte.
   - Hal (1225), par Bernard Roobaert.
   - Haspres (1176 et 1184), par Bernard Delmaire.
   - Henripont (novembre 1228), par Luc Delporte.
   - Herchies (décembre 1275), par Reine Mantou.
   - Hergnies (1196 et [1er-7] novembre 1286), par Bernard Delmaire.
   - Hérinnes ([octobre] 1211 et 24 août 1338), par Luc Delporte.
   - La Flamengrie (26 mars 1268, n. st. et 8 septembre 1293), par Daniel Dereck.
   - Lallaing (26 avril 1300), par Bernard Delmaire.
   - Landrecies (1196 ?), par Jean-Pierre Gerzaguet.
   - Le Favril (1174), par Jean-Pierre Gerzaguet.
   - Le Plouy (30 juin 1327), par Jean-Marie Cauchies.
   - Le Quesnoy (avant 1180), par Jean-Marie Cauchies.
   - Maroilles (décembre 1245), par Jean-Pierre Gerzaguet.
   - Montignies-sur-Sambre (1253), par Rose-Marie Allard.
   - Ogy et Isières (avril 1234), par Jean Dugnoille.
   - Onnaing et Quarouble (février 1248, n. st.), par Jean-Marie Cauchies.
   - Prisches (1158), par Philippe Baes.
   - Quiévy (octobre 1291), par Françoise Thomas.
   - Ramousies (1193), par Jean-Pierre Gerzaguet.
   - Saintes (1173), par Luc Delporte.
   - Salesches (21 mai 1202), par Jean-Pierre Gerzaguet.
   - Soignies (1142 - 5 avril 1200), par Jacques Nazet et Jean-Marie Cauchies.
   - Solesmes ([1152/62] et mai 1202), par Bernard Delmaire.
   - Somain ([7-30] avril 1219), par Bernard Delmaire.
   - Trélon (1162), par Jean-Pierre Gerzaguet.
   - Vicq et Escautpont (16 octobre 1238), par Christophe Gigon et Jean-Marie Cauchies.
   - Villers-Saint-Amand (1er février 1220, n. st.), par Jean Dugnoille.
   - Wargnies-le-Petit (mai 1245), par Jean-Marie Cauchies.

25 euros (code de commande : 27324 - vendu).

 

HARCOURT (Raoul d') — L'Amérique avant Colomb. Paris, Stock, 1925. In-12 broché, 152 p., illustrations, (collection « La Culture Moderne » - « Les Civilisations Disparues », I), couverture un peu défraîchie.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   - Introduction.
      - Le peuplement de l'Amérique. La race indienne. La densité des autochtones. Les grandes civilisations américaines : les Mexicains, les Mayas, les Chibchas, les Quéchuas.
   Chapitre I. L'organisation sociale et politique.
      - Le. clan primitif. Les institutions politiques et sociales chez les Aztèques et chez, les Quéchuas.
   Chapitre II. La religion.
      - Le totémisme américain. Les grands dieux du Mexique : les sacrifices humains. Le culte solaire des Incas. Le calendrier des Quéchuas, des Aztèques et des Mayas.
   Chapitre III. La vie intellectuelle et artistique.
      - Le kipu péruvien ; l'écriture chez les Mexicains et les Mayas ; les manuscrits. Le théâtre ; les œuvres dramatiques ; les poésies ; la danse ; la musique et les instruments musicaux.
   Chapitre IV. L'architecture.
      - Les monuments des Pueblos et des Cliff-Dwellers. L'architecture civile et religieuse chez les Mexicains et les Mayas ; la pyramide. Les monuments au Pérou, sur la côte et dans la montagne ; l'appareillage des pierres. Les routes et les ponts.
   Chapitre V. Les industries et les arts appliqués.
      - La céramique. Le tissage. La métallurgie.
   Chapitre VI. L'agriculture et l'élevage.
      - Les procédés de culture et les produits agricoles. L'élevage. La chasse. La cuisine.
   - Conclusion.

8 euros (code de commande : 27288 - vendu).

 

HUSARSKI (Vaslav) — Le style romantique. Paris, Éditions du Trianon, 1931. In-8° demi-maroquin brun à coins, dos à 5 nerfs, couverture conservée (reliure de G. Anderson, à Liège), dos passé, 153 p., LXII héliogravures hors texte, exemplaire numéroté (n° 685).
Table des matières :
   - Introduction.
      - Le mystère du Romantisme : Eloa ou Lélia ?
      - L'énigme du style romantique : Pendule à la cathédrale ou les Massacres de Scio ?
      - Tentative d'explication.
   Chapitre I. Préliminaires.
      - L'évolution des styles depuis la fin du Moyen Âge jusqu'à la moitié du XVIIIe siècle.
   Chapitre II. Origines.
      - Principaux courants artistiques avant la Révolution.
         I. Classicisme et gothicisme.
            A. Le classicisme et ses différents aspects.
               - Le retour à l'antique.
               - L'influence de la Renaissance et de l'art classique du XVIIe siècle.
            B. Le culte de l'antique et le goût du gothique. Leurs traits communs. Leur fond romantique.
            C. Premières manifestations du néo-gothique.
         II. Persistance de la conception baroque et rococo.
            - L'architecture et l'art décoratif.
            - La peinture et la sculpture.
            - Le fond romantique du mouvement.
         III. Les deux romantismes.
   Chapitre III. Intermède.
      - Le règne du classicisme.
         I. Première période. Le style Directoire.
         II. Deuxième période. Le style Empire.
         III. Troisième période. Le style Restauration.
  Chapitre IV. Époque du premier romantisme ou de l'idéalisme.
      I. Les dernières phases du classicisme.
      II. Le style du premier Romantisme : entre le classicisme et le gothicisme.
         A. Le goût troubadour.
         B. La mode à la cathédrale.
         C. Le genre renaissance.
      III. L'ensemble. Les intérieurs La mode.
   Chapitre V. L'époque du deuxième romantisme.
      - Le style du deuxième romantisme : le retour à la conception baroque et rococo
         A. La peinture et la sculpture.
         B. L'art décoratif.
            - L'ameublement.
               - Les sièges. - Les lits.
               - Les tables.
                - Meubles fermants. - Meubles divers.
            - Le décor intérieur. - Les objets d'art.
                - Les tapis.
                - Les tentures.
                - Les pendules.
                - Le luminaire.
                - La verrerie et la porcelaine.
                - Le décor du livre.
            - La parure.
         C. L'architecture extérieure.
         D. L'installation des intérieurs.
      - Le caractère général de l'époque.
   - Conclusion.
      - Bibliographie sommaire.
      - Table alphabétique des noms.
      - Table des illustrations.

20 euros (code de commande : 27329).

 

[JACQUEMOTTE (Joseph)]. Une grande figure du mouvement ouvrier belge. Joseph Jacquemotte. Articles et interpellations parlementaires 1912-1936. Bruxelles, Société Populaire d'Éditions, 1961. In-8° broché, 239 p.
En quatrième de couverture :
   L'ensemble de ses articles et de ses discours remplirait plusieurs volumes.
   Dans ses écrits pour la presse syndicale et politique, dans ses interventions à la Chambre des Représentants, Joseph Jacquemotte a abordé tous les événements sociaux qui ont marqué plus d'un quart de siècle.
   Il n'était pas facile d'opérer un choix dans cette vaste matière, de retenir les pages essentielles parmi cette extraordinaire richesse de thèmes abordés au cours d'une vie militante prodigieusement active.
   Les quelque soixante documents que nous présentons aujourd''hui donneront pourtant une idée assez claire de ce que fut le combat des travailleurs, de Joseph Jacquemotte et de ses amis, à la veille de la première guerre mondiale et entre les deux guerres.
   Ce sont autant de témoignages qui ont subi l'épreuve des années, le verdict de l'Histoire.
   Qu'on relise ces articles sur les luttes ouvrières pour le suffrage universel, sur la résistance aux décrets-lois, les jugements prophétiques sur le péril hitlérien, les propositions de Paix de l'Union Soviétique, la trahison des intérêts ouvriers par la collaboration de classe, et même cet article de 1927 qui fustige parmi les faillis du marxisme, le futur hitlérien Henri De Man.
   Il n'y a rien à rectifier.
   Mais le lecteur ne retirerait pas tout le profit de ce livre, s'il n'y voyait qu'un témoignage.
   Car Joseph Jacquemotte n'est pas seulement un témoin de son temps. Il est aussi et avant tout l'homme dont l'action s'inscrit dans les événements, dans les luttes ouvrières, et qui les influence.

12 euros (code de commande : 27330).

 

[JOYCE (James)]. MERCANTON (Jacques)Les Heures de James Joyce. Lausanne, L'Âge d'Homme, 1967. In-8° broché sous couverture rempliée, 96 p., (collection « La Merveilleuse Collection »), édition originale, un des 1500 exemplaires numérotés (n° 1273), non coupé et en très bel état.
   Jacques Mercanton, écrivain suisse né en 1910, nous raconte ses rencontres ponctuelles avec le James Joyce des dernières années. Joyce achevait Finnegans Wake qui parut en 1939. L'auteur le rencontra jusqu'à la fin de 1940. Joyce devait revenir à Lausanne mais mourut à Zurich le 13 janvier 1941.

15 euros (code de commande : 27298).

 

[LANDUYT (Octave)]. Octave Landuyt. Textes de Jean Dypréau et A.L.J. Van de Walle. Gent, Stadsbestuur van Gent, 1973. Grand in-4° carré (343 x 367 mm.) sous cartonnage illustré d'éditeur, [44] p., illustrations en noir, édition trilingue (néerlandais, français, anglais), exemplaire en parfait état.
   Cet ouvrage a été édité à l'occasion de l'exposition organisée au Centrum voor Kunst en Kultuur gewezen St-Pietersabdij, à Gand, du 21 juin au 16 septembre 1973.
Extrait du texte de Jean Dypréau :
   Il est rare que l'on se souvienne vingt ans plus tard de la toile d'un jeune peintre entrevue lors d'une exposition d'ensemble, de son emplacement précis sur la cimaise, comme de tous les détails de sa composition. Je suis convaincu cependant que je ne suis pas le seul dans ce cas : il s'agit en l'occurrence de l'envoi que fit Octave Landuyt en 1953 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles pour le Prix de la Jeune Peinture.
   Je n'ai pas oublié non plus le commentaire élogieux que m'en fit un peintre qui était déjà engagé dans une voie toute différente de la sienne, celle de l'abstraction. À ce moment-là, les mots « angoisse existentielle » n'étaient pas encore galvaudés par un usage abusif et ils définissaient avec pertinence le sentiment que cette toile nous faisait ressentir. Inquiétude physique et inquiétude métaphysique conjuguaient leurs maléfices dans ces visages de visionnaires transis. Dans leurs regards apeurés qui interrogeaient le ciel, on trouve un écho du grand effroi qu'éprouva l'humanité après les explosions nucléaires de Nagasaki et d'Hiroshima. On y trouve aussi la quête pitoyable de ces êtres difformes sur la cause de leur damnation.
   L'anxiété, l'épouvante, l'horreur, resteront les thèmes favoris d'un peintre qui n'acceptera d'en atténuer l'expression qu'en créant entre eux et nous cette distance que la luxuriance, voir la séduction du matériau, parvient à conférer à ses plus tragiques apparitions.
   Son but ultime ne serait-il pas de nous proposer des manières de totems chargés de conjurer le sort, d'éloigner le malheur par la projection de son image et par la personnification d'un destin inexorable, de tromper le ciel au profit de ses victimes désignées ?
   Alors que pour beaucoup d'artistes, l'abstraction fut un itinéraire de fuite devant une réalité qu'ils redoutaient d'affronter, Octave Landuyt, comme l'Oreste de Sartre dans « Les Mouches », tente peut-être à sa façon de libérer la cité de la colère des dieux.
   Car, au-delà des faces monstrueuses et des incicatrisables cancers, sont évoqués le luxe, le calme et la volupté.

25 euros (code de commande : 27325).

 

LE BLANC (François) — Traité historique des monnoies de France depuis le commencement de la Monarchie jusques a present. Par Mr le Blanc. [Paris], [Boudot], [1690]. Petit in-4° demi-basane brune, dos à 4 nerfs orné de motifs à froid, pièce de titre rouge, tranches dorées, [1 (titre gravé)], [1 bl.], [16 (préface, privilège, errata)], [2 (titre des prolégomènes et mention de chapitre)], LII, 419, [1], [16 (table des matières)] p., nombreuses figures dans le texte, dont un beau bandeau, gravées par Franz Ertinger (notons que la planche de titre ne porte pas de signature), 58 planches hors texte in fine.
Texte de la Bibliothèque historique de la France :
   Cet ouvrage est précédé d'une Introduction qui contient en abrégé l'évaluation des différentes espèces de Monnoies d'or, d'argent & de billon, dans différens temps. Le corps du Livre contient une suite historique des Monnoies depuis Clovis, Règne par Règne, jusqu'en 1690, avec les Empreintes gravées. Sous chaque Roi sont rapportés les changemens qu'il y a faits, soit par l'alliage, en altérant plus ou moins le titre du métal, soit par surhaussement ou abaissement de la valeur, soit enfin par la différence des Empreintes ; ce qui est suivi d'une Table contenant année par année, le prix du Marc d'or & d'argent depuis l'an 1144, le nom des Espèces, leur Poids & leur Valeur.
   Ce livre est assez connu pour se dispenser d'en faire l'éloge. Il est écrit d'un style tel que le demandoit une pareille Histoire, avec beaucoup de méthode, avec science & profondeur. Il a fallu bien des recherches pour tirer cette Histoire de l'obscurité où elle étoit jusqu'au Règne de Philippe-le-Bel. Ce n'est que sous ce Prince, & la huitième année, c'est-à-dire, l'an 1293, que commencent les Registres de la Cour des Monnoies. M. le Blanc a travaillé après MM. Bouteroue, Poullain, Constant, Peteau & Peiresc, qui lui ont été d'un grand secours, ainsi qu'il l'avoue dans sa Préface.
Bibliographie :
   - Lelong (Jacques), Bibliothèque historique de la France, éd. 1771, n° 33980.
   - Debure (Guillaume-François), Bibliographie instructive ou Traité de la connoissance des livres rares et singuliers, n° 5455.

250 euros (code de commande : 27300).

 

LE HALLE (Guy) — Les fortifications de Paris. Le Coteau, Horvath, 1986. In-8° broché sous couverture rempliée, 271 p., nombreuses illustrations en noir, exemplaire en bel état.
En quatrième de couverture :
   Depuis 1852, l'Histoire des Fortifications de Paris était en quête d'auteur.
   Il était donc normal qu'un spécialiste chevronné de cet art, comme Guy Le Halle, vienne combler cette lacune.
   Parisien de cœur, et d'adoption depuis 1957, ce Verdunois, né en 1932 (son père natif de Douaumont, a vu édifier le célèbre fort, aux travaux duquel participa son grand-père) s'est toujours passionné pour les vieux quartiers de Paris, persuadé que leur histoire commence à leurs fortifications. Pour bien les connaître, il en chercha des exemples, de toutes les époques, tant en France qu'à l'étranger. Il consigna le résultat de ses observations dans un ouvrage général « Le Précis de la Fortification ».
   Ce guide, sans précédent, reçu l'année de sa parution, 1983, le Grand prix du Syndicat des Journalistes et Écrivains.
   Aujourd'hui, il rend hommage à la capitale en lui donnant une Histoire de plus. Mais celle-là est bien différente.
   Nous vous proposons cet extraordinaire voyage à travers... 2200 ans de fortifications Parisiennes...

20 euros (code de commande : 27327).

 

LÉONARD (Henri) — La ville de Mons en 1550. Essai de reconstitution en vue perspective et textes à l'appui. Mons, Cercle Archéologique de Mons, 1959. In-8° broché, [156] p., bien complet des 24 planches hors texte et du calque in fine.
   Extrait des du tome 63 des Annales du Cercle archéologique de Mons, pp.137-292.
Introduction de l'auteur :
   On peut quelquefois entreprendre des choses bien difficiles, voire impossibles ! Ce fut certes mon cas, lorsqu'un beau jour, j'eus la fantaisie d'essayer, par l'image, une reconstitution de la ville de Mons au milieu du XVIe siècle.
   En 1872, dans le tome XI de ses Annales, le Cercle archéologique de Mons a publié une copie du plan de la cité, dressé par Jacques van Deventer, au début de la seconde moitié du XVIe siècle.
   Bien souvent, on a dû se complaire à l'examen de tous ses intéressants détails. C'est que cette copie a été l'occasion, pour Léon Dolez, Félix Hachez et Charles Rousselle, de rendre beaucoup plus clair et de compléter heureusement le travail du célèbre géographe. Il suffit d'ailleurs de confronter le fac-similé du dessin de ce dernier, publié par l'Institut national de géographie, sous la direction de Ch. Ruelens, la lithographie couverte d'identifications de nombreux édifices, dues à Léon Dolez, et le plan publié par le Cercle archéologique, pour se rendre compte de l'excellence de la besogne accomplie par ces chercheurs montois.
   Cependant, ces documents topographiques ne révèlent pas l'aspect de la ville, tel l'habitant de l'époque le connaissait, tel, par exemple, l'avaient aperçu les frères de Surhon, orfèvres et cartographes, le sculpteur-architecte Jacques Dubrœucq ou plus simplement Beaurau, le crieur public.
   Ayant vu la reproduction d'un plan de la ville de Lyon au XVIe siècle, dessiné en vue perspective, mon désir de « voir » Mons de la même façon s'accrut davantage... et c'est alors que je passai à l'action.
   C'est alors aussi que surgirent les difficultés, car les éléments descriptifs des immeubles sont loin de comprendre les détails indispensables à la réalisation d'un dessin précis.
   Certes, les documents d'archives sont nombreux, mais pour le dessinateur, ils demeurent incomplets. On s'en rendra compte à la lecture des pièces à l'appui de mes images.
   J'ai donc usé d'invention,... sinon je devais renoncer à mon projet.
   Il faut croire que le dessin exerce certaines séductions et peut même rendre muets les adeptes de la plus scrupuleuse exactitude objective. Personne ne m'a détourné de mon travail; bien au contraire, de bons amis m'y ont encouragé.
   Et si aujourd'hui, je puis le présenter, c'est grâce à l'intérêt que le Cercle archéologique de Mons a bien voulu lui accorder, nonobstant ce caractère de fantaisie qu'il revêt forcément.
J   'ai cependant l'espoir que ces images pourront servir de point de départ aux modifications et compléments qu'il conviendra de leur apporter.
En attendant, à ceux qui aiment s'attarder au passé de la bonne ville de Mons, puissent-elles susciter quelques suggestions quant à sa physionomie pittoresque, puissent-elles aussi les entraîner, à ma suite, dans une voie qui oublie la vérité absolue, pour s'égarer dans le rêve... Tant pis, si cela est coupable... vis-à-vis de la science archéologique, mais n'est-ce pas un brin de poésie qu'ils introduiront dans la petite histoire de Mons ?

20 euros (code de commande : 27322 - vendu).

 

LEYS (Simon) — Les idées des autres. Idiosycratiquement compilées par Simon Leys. Pour l'amusement des lecteurs oisifs. Paris, Plon, 2005. In-8° broché, 134 p., exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
   « La plupart des gens sont d'autres gens », disait Oscar Wilde. « Leurs pensées sont les opinions de quelqu'un d'autre ; leur vie est une imitation ; leurs passions, une citation. Il n'y a qu'une façon de réaliser sa propre âme, et c'est de se débarrasser de la culture. »
  En effet, beaucoup de florilèges me rappellent un assez morne personnage de ma connaissance ; il avait noté une collection de plaisanteries dans un petit carnet, et chaque fois qu'on l'invitait quelque part, avant de se mettre en route, il commençait par mémoriser une douzaine d'anecdotes et de bons mots, dans l'espoir d'éblouir ses hôtes avec les feux d'artifice de son esprit. Toutefois, un florilège n'est pas nécessairement inspiré par un pathétique désir d'impressionner autrui au moyen de ce vernis d'emprunt que Wilde avait raison de railler. Il peut aussi refléter une réalité qu'avait bien saisie Alexandre Vialatte : « Le plus grand service que nous rendent les grands artistes, ce n'est pas de nous donner leur vérité, mais la nôtre. »
   Un florilège qui rassemblerait des citations choisies seulement pour leur éloquence, leur profondeur, leur esprit ou leur beauté risquerait d'être tout à la fois fastidieux, interminable et incohérent. Il ne peut tirer son unité interne que de la personnalité et des goûts du compilateur lui-même, dont il présente une sorte de miroir.

10 euros (code de commande : 27286).

 

MATTHIEU (Ernest) — Histoire de l'enseignement primaire en Hainaut. Mons, Dequesne-Masquillier, 1897. In-8° sous pleine toile bleue muette, couverture conservée, 492 p., index, très bon exemplaire, peu courant.
   Ce volume constitue le tome 6 de la Ve série des Mémoire et Publications de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut.
Table des matières :
   - Partie générale.
      Chapitre I. Coup d'œil général sur les institutions scolaires.
         - Les écoles en Gaule. - Le christianisme. - Les établissements monastiques. - Charlemagne. - École collégiale de Tournai. - École abbatiale de Lobbes. - Écoles collégiales du Hainaut. - Écoles paroissiales ou communales. - Chambres de rhétorique. - Prescriptions des conciles. - Écoles dominicales. - Sources de notre étude.
      Chapitre II. Les écoles.
         - Leur création. - Liberté de l'enseignement. - Obligation pour chaque paroisse d'avoir une école. - Statistique. - Notes sur la fréquentation. - Séparation des sexes. - Écoles spéciales de filles. - Période scolaire. - Heures de classe. - Corrections. - Encouragements. - Congés. - Patron des écoliers. - Évêque de saint Nicolas. -Locaux. - Dénomination. - Propreté, hygiène. - Inspection. - Écoles dominicales, écoles d'adultes.
      Chapitre III. Les maîtres d'école.
         - Les clercs paroissiaux dirigeaient d'ordinaire l'école, parfois des chapelains ou des maîtres libres. - Maîtresses. - Mode de nomination. - Examen. - Concours. - Renouvellement annuel. - Révocation. - Choix de suppléants. - Serment. - Position matérielle : traitement, casuel, écolage des pauvres, logement. - Retraite. - Position sociale. - Recrutement.
      Chapitre IV. L'enseignement.
         - Programme : enseignement religieux, lecture, écriture, arithmétique, musique, civilité. - Enseignement professionnel. - Langue. - Méthodes. - Exercices dramatiques. - Classiques. - Grammairiens montois. - Traités d'arithmétique. - Pensionnats. - Langue vivante.
      Chapitre V. L'enseignement primaire en Hainaut depuis 1794.
         - Législation scolaire, son application en Hainaut sous le régime républicain, sous Napoléon. - Régime hollandais, jury d'instruction, école normale, écoles modèles. - Révolution de 1830. - Développement des écoles libres. - La loi de 1842 et ses conséquences. - Lois de 1879 et de 1884.
   - Partie spéciale. Notes sur l'organisation scolaire dans les communes.
      - Arrondissement judiciaire de Mons.
      - Arrondissement judiciaire de Charleroi.
      - Arrondissement judiciaire de Tournai.
   - Annexes.
      - Tableau de la situation scolaire en Hainaut, en 1794.
      - Errata et addenda.
      - Table onomastique.

35 euros (code de commande : 27296 - vendu).

 

MATVEJEVITCH (Predag) — L'Autre Venise. [Titre original : Druga Venecija.] Traduit du croate par Mireille Robin et l'auteur. Paris, Fayard, 2004. In-8° broché, 154 p., illustrations en noir, épuisé au catalogue de l'éditeur.
En quatrième de couverture :
   Loin des clichés sur la « belle endormie », l'auteur du Bréviaire méditerranéen se fait tour à tour géographe, historien, anthropologue, mythographe, cartographe, philologue pour évoquer des aspects de Venise jusque-là délaissés par les écrivains et les peintres : les herbes folles, les puits des petites places, les bittes d'amarrage des bateaux, les sculptures murales, les ponts, les plantes, les cartes anonymes ou imaginaires, les rivières, les crépuscules, la rouille et la patine, les auberges, etc.
   L'écriture sobre et poétique de Predrag Matvejevitch s'attarde sur la face cachée de Venise et montre que, au-delà de ses fastes, l'invisible et le silence constituent sa substance secrète.

20 euros (code de commande : 27290 - vendu) .

 

Le Mongol fier. Hors série. L'humour noir toujours. Sélection : Tristan Maya. Équarissage : Denis Chollet. Nice, Denis Chollet, [1984]. A5 agrafé, 90 p.
   Ce rare fanzine contient des textes de Jean Anglade, Noël Arnaud, Christian Arthaud, Marcel Béalu, Pierre-Valentin Berthier, André Blavier, Boileau-Narcejac, Robert Boudet, François Caradec, Gaston Chaissac, Denis Chollet, Michel Dansel, Patrice Delbourg, Jean-Marie Dunoyer, Jean Duperray, Jean Fougère, Jean Gaudry, Bernard Haller, Théodore Koenig, Jean L'Anselme, Pierre Louki, Marcel Mariën, Marjan, Gabrielle Marquet, Tristan Maya, Colette Nys-Mazure, Yolande Paris, Alain Paucard, Yak Rivais, André Ruellan, Joël Sadeler, Louis Scutenaire, Paul Thierrin, Pierre-Jean Vaillard et Boris Vian.
Extrait de l'introduction par Denis Chollet :
   On ne voit guère d'anthologies d'humour que tous les dix ou quinze ans. Et encore ! La dernière à avoir fait date (pour qui ?) est peut-être celle que concoctèrent Tristan Maya et Jacques Sternberg  : « les chefs-d'oeuvre de l'humour noir » (Planète,1970) pour faire suite au mémorable florilège donné bien plus tôt par André Breton. Depuis, les sceptiques et les curieux guettent les numéros spéciaux de revues confidentielles (Verticale 12, Phréatique...) ou contrôlent leur connaissance des auteurs grâce à des recueils de phrases choisies, pour des livres moins confidentiels heureusement ! Ceux de Jean-Pol Lacroix par exemple.
   C'est dire que j'ai accepté volontiers de reprendre cette nouvelle sélection opérée par Tristan Maya, laquelle tardait à voir le jour ailleurs, Tristan Maya dont il faut louer les efforts constants en la matière, exerçant sa vigilance un peu partout, encourageant les membres du jury des Grands Prix de l'Humour Noir (fondés par lui) à couronner annuellement un auteur isolé ou un perturbateur du moment, un cri dans le vide ou un spectacle dérangeant. Je suis moi-même intervenu dans cette première sélection – réduite à près de 90 pages – pour donner quelques coups de sécateur,écarter les textes de citations d'auteurs, donner parfois la préférence à certains écrivains moins chevronnés – les aînés me comprendront. Bref, si comme le suggère André Ruellan, « l'humour noir est une prise de judo à 1'angoisse », disons que j'ai fait le judoka (imaginaire) avec des écrivains d'humour noir. J'espère qu'ils n'auront pas trop mal.

12 euros (code de commande : 27316 - vendu).

 

[NAPOLÉON Ier]. BEAUTERNE (Robert-Augustin Antoine de) — Sentiment de Napoléon sur le christianisme, conversations religieuses recueillies à Sainte-Hélène par M. le général comte de Montholon, par M. le Cher de Beauterne. 4e édition, revue et corrigée avec soin. Bruxelles, Société des Bonnes Lectures, 1844. [Bruxelles, / Société des Bonnes Lectures, / rue du Commerce, 15. / 1844] In-12 demi-basane verte, dos lisse orné de fers dorés et à froid, tranches mouchetées, XIV, XX, 349, [1 (imprimatur)] p., une gravure en frontispice, ex-libris, rousseurs sinon bel exemplaire.
Extrait de l'avant-propos :
   Le règne de Napoléon fut celui de l'intelligence et de la volonté, et son triomphe le triomphe de la société et du christianisme. Quel beau sujet de réflexion et d'étude ! En ne se lassant pas de creuser au fond de l'âme de ce grand homme, on doit y trouver certainement le secret de l'origine de sa puissance. D'ailleurs, peut-on négliger celui dont le nom tient une si grande place dans notre histoire ? Ses revers, noblement supportés, lui ont mérité une popularité nouvelle, celle qui naît du malheur. De longtemps, on ne connaîtra d'autre modèle ; et quelle imitation dangereuse, s'il n'y avait un correctif à l'ambition, si les qualités d'un grand caractère, les croyances d'une intelligence supérieure, enfin si les principes n'étaient là pour dominer le tableau de l'imagination, et pour imprimer dans les esprits l'idée d'une gloire supérieure à celle de la guerre et des conquêtes... Les livres ne font connaître que le capitaine fameux, ici l'on connaîtra l'esprit, la conscience du héros... J'ose dire qu'on lira l'histoire de son âme, puisque la pensée religieuse révèle l'âme elle-même.
   Tel est le but de ce recueil, que j'offre surtout à la jeunesse de nos écoles, si le libéralisme ne s'y oppose. Sous la restauration, on ne refusait l'approbation universitaire qu'à un livre immoral ou contraire à la religion. Maintenant nous vivons sous un régime de liberté, et nos prétendus libéraux refusent l'approbation même aux livres religieux, sous prétexte qu'ils sont trop religieux, ce qui faisait dire à M. Sainte-Beuve : « Ils voudraient aussi une religion juste-milieu. »
   Les documens que je publie contiennent la pensée intime de Napoléon sur le christianisme, et spécialement sur la divinité de l'Homme-Dieu. Ces révélations, émanées de lui, sont le faîte de l'édifice de sa vie et le couronnement de son caractère historique ; on peut en fixer désormais la proportion définitive, parce qu'on en connaît toute l'élévation.

35 euros (code de commande : 27287).

 

[ORTELIUS (Abraham)]. Abraham Ortelius (1527-1598). Cartographe et humaniste. Turnhout, Brepols, 1998. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 207 p., nombreuses illustrations en noir, un cahier en couleurs, bon exemplaire de cet excellent ouvrage de référence.
   Publication réalisée en co-édition avec le Musée Plantin-Moretus et la Bibliothèque Royale à l'occasion de la commémoration du quatre-centième anniversaire de la mort d'Abraham Ortelius.
Table des matières :
   - Abraham Ortelius, une introduction, par R.W. Karrow Jr.
   - La naissance d'un concept : le Theatrum Orbis Terrarum d'Ortelius, par H. Elkhadem.
   - Abraham Ortelius comme cartographe, par P.H. Meurer.
   - Coup d'œil sur les cartes d'atlas d'Ortelius, par L. Danckaert.
   - Le monde sur une surface plane : cartographe mathématique à l'époque d'Abraham Ortelius, par A. Meskens.
   - Un atlas historique : le Parergon d'Ortelius, par L. Wellens-De Donder.
   - La signification providentielle du Theatrum orbis terrarum, par G. Mangani.
   - Mythe, cartes et histoire : l'utilisation par Ortelius de l'Atlantide dans le développement de la théorie de la dérive des continents, par J. Romm.
   - Le cercle d'amis et de correspondants autour d'Abraham Ortelius, par J. Depuydt.
   - Abraham Ortelius et Juste Lipse, par J. De Landtsheer.
   - Abraham Ortelius et Peeter Heyns, par H. Meeus.
   - Abraham Ortelius et la poésie politique de Jacques van Baerle, par G. Tournoy.
   - Abraham Ortelius comme collectionneur, par N. Büttner.
   - Abraham Ortelius : numismate, par C.E. Dekesel.
   - Abraham Ortelius et Jean I Moretus : la production et la vente des œuvres d'Ortelius par l'Officine Plantinienne de 1589 à 1610, par D. Imhof.
   - Bibliographie.

25 euros (code de commande : 27314 - vendu).

 

Paris-Bruxelles, Bruxelles-Paris. Réalisme - Impressionnisme - Symbolisme - Art nouveau. Les relations artistiques entre la France et la Belgique 1848-1914. Anvers-Paris, Fonds Mercator-Réunions des Musées Nationaux, 1997. Fort in-4° sous reliure, jaquette et étui d'éditeur, 539 p., nombreuses illustrations, épuisé au catalogue de l'éditeur.
Sur la jaquette :
   Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, la France entretint des liens particulièrement étroits avec la Belgique, ce jeune État plus proche de Paris que bien des provinces françaises. Cet ouvrage présente les échanges artistiques multiples et féconds qui ravivèrent leurs traditions communes, historiques, linguistiques et littéraires.
   La Belgique libérale ouvrit ses portes aux proscrits et exilés français comme aux voyageurs, de Baudelaire à Mirbeau, venus découvrir les richesses d'une culture imprégnée de l'esprit du Moyen Âge, de la Renaissance et de l'âge baroque. L'École de Barbizon, le réalisme de Courbet, puis l'impressionnisme de Manet ou de Monet, relayé en Belgique par les groupes des XX et de la Libre Esthétique, trouvèrent chez Rops, Stevens ou Ensor un écho évident. Au néo-impressionnisme de Seurat et de Signac répondit celui de Lemmen et de Van Rysselberghe. Le foyer artistique belge, creuset des avant-gardes à la fin du siècle, vint à son tour influencer en profondeur l'art français : en Belgique, cœur du symbolisme littéraire et artistique, se rencontrèrent Mallarmé, Verlaine, Maeterlinck et Verhaeren. L'Art nouveau, point d'orgue d'un demi-siècle de correspondances, se développa de part et d'autre de la frontière : architecture, mobilier, art graphique et arts décoratifs en offrent de magnifiques témoignages.
Publié à l'occasion de l'exposition présentée aux Galeries nationales du Grand Palais, à Paris, et au Musée des Beaux-Arts de Gand, cet ouvrage est rédigé par trente conservateurs et historiens d'art français et belges, sous la direction d'Anne Pingeot, conservateur général au musée d'Orsay, et de Robert Hoozee, conservateur du musée des Beaux-Arts de Gand.
   Les 450 œuvres exposées, qui appartiennent à toutes les disciplines artistiques, sont analysées dans des essais abondamment illustrés, complétés par une chronologie et des biographies des figures majeures de cette histoire à deux voix.

70 euros (code de commande : 27311).

 

['PATAPHYSIQUE]. Monitoires du Cymbalum Pataphysicum. N° 25. Rilly-la-Montagne, Cymbalum Pataphysicum, 1992. In-8° collé, 82 p., illustrations, exemplaire revêtu de l'infamant escargot et en parfait état.
   Ce volume, consacré aux vies des saints du calendrier pataphysique (du 4 au 29 tatane).
Sommaire :
   - Ascension du Mouchard, statisticien, psychiatre et policier / Saint Glé, neurologue-aliéniste.
   - Saint Arsouille, patricien.
   - Saints Robot et Cornard, citoyens.
   - Saint Biribi, taulier.
   - Susception du Croc à merdre.
   - Saints Écrase-Merdre, sectateurs.
   - Saints Pieds-nickelés, trinité.
   - Saintes Canicule et Canule, jouvencelles / Saints Cannibales, philanthropes.
   - Saint Dada, prophète.
   - Sainte Anne, pèlerine, énergumène.
   - Procession aux Phynances.
   - Transfiguration de Saint Vincent Van Gogh, transmutateur.
   - Sainte Flamberge, voyante / Saint Trou, chauffeur.
   - Sainte Taloche, matrone.
   - Sainte Tiberge, frère prêcheur.
   - Saint Catoblepas, lord / Saint Anoblepas.
   - Ubu ès-liens.
   - Saint Pissembock, oncle / Saint Pissedoux, caporal des Hommes libres.
   - Saint Panurge, moraliste.
   - Saint Pistolet à merdre, jubilaire.
   - Nativité de Saint Bruggle.
   - Le Soleil, solide froid.
   - Exploites & monitions :
      - Calendriers potentiels.
      - La philatélie antiphtisique, par Pascal Bouché.
      - Contrepet du temps, par Jacques Antel.
      - En revue.
      - Belles lettres.

10 euros (code de commande : 27317 - vendu).

 

[PEETERS (Joseph)]. LOMBARD (Laurent) — L'héroïque curé de Comblain-au-Pont. Liège, Vox Patriae, 1946. In-12 broché, 315 p., illustrations hors texte, (collection « Cœurs Belges »), exemplaire en bon état.
Table des matières :
   I. Sauvé par un acte de contrition.
   II. Un homme dynamique.
   III. Avec le sourire.
   IV. Cœur ouvert et main tendue.
   V. Sous le signe de l'enthousiasme.
   VI. Un vrai soldat.
   VII. Deuils.
   VIII. Au pays des carriers.
   IX. Bonus servus.
   X. Dans le feu de l'apostolat.
   XI. Maturité conquérante.
   XII. Super fîumina Babylonis.
   XIII. Dans l'aventure périlleuse de la résistance.
   XIV, Excelsior ! Générosité totale.
   XV, Dans le traquenard de Remouchamps.
   XVI. Je ne refuse ni la passion ni la mort.
   XVII. À la prison de Saint-Gilles.
   XVIII. Condamné à mort.
   XIX. Le couloir de la mort.
   XX. Par la vertu du sourire.
   XXI. Toujours sourire.
   XXII. Le triomphe du sourire.

13 euros (code de commande : 27294 - vendu).

 

[PREMIÈRE GUERRE MONDIALE]. La Belgique et la guerre. Tome I : La vie matérielle de la Belgique durant la Guerre mondiale, par Georges Rency (Albert Stassart). Préface par Henry Carton de Wiart. Tome II : L'invasion allemande, par Joseph Cuvelier. Préface par Henri Pirenne. Tome III : Les opérations militaires, par le colonel Tasnier et le major R. Van Overstraeten. Tome IV : Histoire diplomatique 1914-1918, par Alfred de Ridder. Préface du baron Beyens. Bruxelles, Henri Bertels, 1920-1921-1923-1922. Quatre volumes in-4° sous cartonnage d'éditeur (reliure de Meersmans d'après la maquette de Paul Souze), tome I : XI, 390 p., tome II : VIII, 407 p., tome III : 406 p., tome IV : VII, 390 p., nombreuses illustrations en noir dans le texte et quelques-unes hors texte en noir et en couleurs, bon exemplaire.
Tables des matières :
   Tome I :
      Préface.
      Introduction.
      Première partie :
      Chapitre I : Avant l'orage. - L'attentat de Sarajevo. - Les journées de juillet 1914. Le procès Caillaux. - Le procès Wilmart. - Les premiers symptômes de la tourmente. - L'assassinat de Jaurès. - Ironie des choses : une réunion a Paris pour la réconciliation franco-allemande. - La fièvre et l'angoisse à leur paroxysme.
      Chapitre II : La mobilisation en Belgique. - Scènes aux abords des casernes. - Les réquisitions. - L'orage se rapproche. - Le vote du Conseil communal de Bruxelles. - Alternatives d'espoir et de désespoir. - Optimistes et pessimistes.
      Chapitre III : L'ultimatum et la déclaration de guerre. - Aspect de la vie publique pendant ces journées mémorables.
      Chapitre IV : La panique financière. - Assignats et billets de banque. - Les files devant la Banque Nationale. - Les pièces de cent sous. - Pénurie de monnaie.
      Chapitre V : La panique alimentaire. - Nos ménagères. - Les provisions. - Assaut des épiceries. - Premiers accaparements. - Nos marchés. - Psychologie de l'acheteur et du vendeur.
      Chapitre VI : La capitale. Physionomie spéciale de Bruxelles. - Les réfugiés. - Les ambulances. - Les premiers blessés. - La gare du Nord. - Le rôle utile de la garde civique et de la garde bourgeoise.
      Chapitre VII : Les derniers jours. - Les derniers trains.
      Chapitre VIII : Le 20 août 1914. - Les troupes allemandes à Bruxelles. - Le bourgmestre Max.
      Chapitre IX : La fièvre obsidionale. - Les paniques. - Les bruits fantaisistes.
      Chapitre X : La terreur. - La « Kommandantur ». - Premiers procès politiques. - Miss Cavell. - L'héroïsme civil. - La Fête nationale en 1915.
      Chapitre XI : La Belgique a des loisirs. - Cours pour chômeurs ; jeux en plein air. - États-majors de quartiers. - Bibliothèques publiques.
      Chapitre XII : Les déportations. - La traite des blancs.
      Chapitre XIII : Les réquisitions. - Les laines. - Le cuivre.
      Chapitre XIV : L'activisme. - Les traîtres.
      Chapitre XV : La presse pendant l'occupation.
      Chapitre XVI : L'élan de charité. - Les comités d'entraide à l'œuvre. - Le groupement des initiatives éparses. - Interpénétration des classes. - Rapprochement social.
   Deuxième partie :
      Chapitre I : Un peu d'histoire économique. - Nos importations en temps de paix. - Provenance des denrées importées. - Anvers et son rôle en temps normal. - Situation de nos grands centres dès les premiers jours de la guerre.
      Chapitre II : Première tentative de ravitaillement officiel.
      Chapitre III : Création du Comité National.
      Chapitre IV : Les ministres protecteurs.
      Chapitre V : Les caractères du Comité National.
      Chapitre VI : Organisation du Comité National.
      Chapitre VII : L'organisation financière du Comité National.
      Chapitre VIII : Organisation provinciale du Comité National.
      Chapitre IX : La Commission for Relief in Belgium.
      Chapitre X : Les accords internationaux.
      Chapitre XI : Les relations du Comité National avec les autorités allemandes.
      Chapitre XII : Les « Secours ». - Principes et méthodes.
      Chapitre XIII : Le fonctionnement du département « Secours ». - Ses finances.
      Chapitre XIV : Le droit au secours.
      Chapitre XV : Le secours alimentaire.
      Chapitre XVI : Le vêtement. - Le chauffage.
      Chapitre XVII : Les œuvres de l'enfance.
      Chapitre XVIII : Le service de renseignements et de contrôle. - Les œuvres de secours aux soldats.
      Chapitre XIX : Les Restaurants économiques. - Cantines bourgeoises. - La coopérative « Les Magasins Communaux ».
      Chapitre XX : Œuvres de solidarité sociale.
      Chapitre XXI : La section agricole du Comité National.
      Chapitre XXII : L'alimentation et le Comité Hispano-Néerlandais. - Composition du Comité National de Secours et d'Alimentation de Belgique.
      Chapitre XXIII : Les réfugiés belges chez les alliés et chez les neutres.
   Troisième partie :
      Chapitre I : Les derniers jours de guerre. - L'offensive. - Les événements d'Allemagne. - Fuite des civils allemands. Le coup de théâtre du 10 novembre 1918. - L'évacuation. - La délivrance. - Journée triomphale du 22 novembre 1918.
      Chapitre II : Le gouvernement de l'Union nationale. - La vie chère. - Les syndicats La question des salaires. - Les fonctionnaires. - Le Comité National passe ses pouvoirs et ses fonctions au Ministre de l'industrie et du travail. - Prix des marchandises après quinze mois de paix. - Le change. - La reprise et la reconstruction.
      Chapitre III : La Conférence de la Paix. - Ce qu'obtient la Belgique.
      Chapitre IV : Études et travaux de restauration économique de la Belgique.
      Chapitre V : La Belgique ruinée par les Allemands.
      Chapitre VI : Les leçons de la guerre.      
   Tome II :
      Préface.
      Chapitre I : État des esprits en Belgique avant la guerre.
      Chapitre II : État des esprits en Allemagne avant la guerre.
      Chapitre III : Les francs-tireurs.
      Chapitre IV : Le gouvernement belge.
      Chapitre V : L'invasion de la province de Liége.
      Chapitre VI : L'invasion dans le Luxembourg.
      Chapitre VII : L'invasion dans le Limbourg.
      Chapitre VIII : L'invasion dans la province de Namur.
      Chapitre IX : L'invasion dans le Brabant.
      Chapitre X : L'invasion dans le Hainaut.
      Chapitre XI : L'invasion dans la province d'Anvers.
      Chapitre XII : L'invasion dans la Flandre orientale.
      Chapitre XIII : L'invasion dans la Flandre occidentale.
      Chapitre XIV : Conclusion.
   Tome III :
      Avant-propos.
      Introduction : La Belgique dans l'Europe en armes.
      Titre premier : L'armée belge isolée en face de la masse décisive des armées allemandes.
         Chapitre I : Les armées en présence, leurs forces, leurs plans.
         Chapitre II : Liége.
         Chapitre III : L'armée sur la Gette.
         Chapitre IV : Namur.
      Titre deuxième : Les opérations sous Anvers.
         Chapitre I : Anvers pivot d'opérations.
         Chapitre II : La défense d'Anvers.
      Titre troisième : La jonction de l'armée belge avec les armées des puissances garantes.
         Chapitre I : La veillée de l'Yser.
         Chapitre II : La bataille de l'Yser.
      Titre quatrième : La guerre d'attente sur le front retranché.
         Chapitre I : La guerre mondiale pendant les années 1915-16-17.
         Chapitre II : L'activité de l'armée belge.
         Chapitre III : Le front de l'Yser.
         Chapitre IV : La vie au front.
         Chapitre V : L'organisation des arrières.
      Titre cinquième : La campagne d'Afrique.
      Titre sixième : L'année de la victoire.
         Chapitre I : La campagne défensive de 1918.
         Chapitre II : L'offensive de la délivrance. 
   Tome IV :
      Préface.
      Introduction : La Belgique, la Prusse, la France et l'Angleterre de 1830 à 1914.
      Chapitre I : Les causes de la guerre.
      Chapitre II : Le jeu des alliances et les neutralités.
      Chapitre III : La violation de la neutralité belge.
      Chapitre IV : L'extension de la guerre et le second ultimatum allemand. La guerre au Congo. L'offensive calomniatrice.
      Chapitre V : Le pacte de Londres et la déclaration de Sainte-Adresse.
      Chapitre VI : L'entrée en guerre de l'Italie, de la Roumanie, de la Bulgarie, de la Grèce et du Portugal.
      Chapitre VII : Les propositions de paix de 1916.
      Chapitre VIII : L'intervention des États-Unis de l'Amérique du Nord.
      Chapitre IX : Paix séparées : tentatives et réalisations. L'intervention pontificale.
      Chapitre X : L'armistice et la paix.

Les quatre volumes : 80 euros (code de commande : 27331).

 

[QUENEAU (Raymond)]. Cahiers Raymond Queneau. N° 26-27. Études Les Ziaux et L'Instant fatal. Levallois-Perret, Association des Amis de Valentin Brû, 1993. In-8° broché, 63 p., couverture partiellement insolée.
Sommaire :
   - Avant-propos, par Claude Debon.
   - Les poèmes de 1924 et 1925 dans Les Ziaux et L'Instant fatal de Raymond Queneau, par Daniel Delbreil.
   - De « Grande banlieue » à « Tulé » : Les poèmes de 1924-1925 dans Les Ziaux, par Gerhard Dörr.
   - Les couleurs dans Les Ziaux, par Françoise Dininman.
   - Une nuit d'Idumée façon Queneau, par Jean Burgos.

12 euros (code de commande : 27318 - vendu).

 

RUSKIN (John)La Bible d'Amiens. Traduction, notes et préface par Marcel Proust. Huitième édition. Paris, Mercure de France, s.d. In-12 demi-simili rouge, 347 p., exemplaire numéroté (n° 7732), en bon état.
Table des matières :
   - Préface du traducteur.
      I. Avant-propos.
      II. Notre-Dame d'Amiens selon Ruskin.
      III. John Ruskin.
      IV. Post-scriptum.
   - La Bible d'Amiens.
      - Préface.
      I. Au bord des courants d'eau vive (et notes du chapitre I).
      II. Sous le Drachenfels.
      III. Le dompteur de lions.
      IV. Interprétations.
   - Appendice I.
      - Liste chronologique des principaux événements dont il est fait mention dans « La Bible d'Amiens ».
   - Appendice II.
      - Plan général de « nos pères nous ont dit ».

20 euros (code de commande : 27295 - vendu).

 

STEKEL (Wilhelm) — L'homme impuissant. [Titre original : Die impotens des mannes.] Traduit de l'allemand par Gracia Ascoli. Paris, Gallimard, 1950. In-8° broché, 500 p., (collection « Psychologie », n° 10), exemplaire du Service de Presse, dédicacé par la traductrice, couverture un peu défraîchie.
Table des matières :
   I. L'homme et la femme.
   II. Profession et sexualité.
   III. Un chapitre physiologique.
   IV. Conditions particulières de la puissance masculine.
   V. Onanisme et puissance sexuelle.
   VI. Amour inconscient et haine inconsciente.
   VII. Acétisme, hypocondrie, esclavage familial.
   VIII. Impuissance et mariage (première partie).
   IX. Impuissance et mariage (deuxième partie).
   X. Impuissance et religion.
   XI. Les comportements du névrotique par rapport au temps.
   XII. La psychologie et l'éjaculation précoce.
   XIII. L'impuissance paralysante.
   XIV. Les troubles de l'orgasme chez l'homme (première partie).
   XV. Les troubles de l'orgasme (deuxième partie).
   XVI. La guerre et l'impuissance.
   XVII. Impuissance et criminalité.
   XVIII. Regards en arrière et perspectives.

12 euros (code de commande : 27285).

 

Titien, Tintoret, Véronèse... Rivalités à Venise. Sous la direction de Vincent Delieuvin et Jean Habert. Paris, Musée du Louvre, 2009. In-4° sous cartonnage d'éditeur, 479 p., nombreuses illustrations en couleurs, exemplaire en très bel état.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Musée du Louvre, à Paris, du 17 septembre 2009 au 4 janvier 2010.
Sommaire :
   - Préface, par Henri Loyrette et Malcolm Rogers.
   - Avant-propos, par Vincent Delieuvin et Jean Habert.
   - La peinture vénitienne au temps des rivalités, par Frederick Ilchman.
   - Les concours de peinture à Venise au XVIe siècle, par Vincent Delieuvin et Jean Habert.
   - Là où l'argent coule à flots. Le mécénat dans la Venise du XVIe siècle, par Patricia Fortini Brown.
   Catalogue.
   - Rivalités naissantes.
      - Les nouveaux rivaux de Titien, par Robert Echols, Frederick Ilchman et John Marciari.
   - Le portrait.
      - La fiction du portrait. Patriciens et patriciennes en représentation, par Jérémie Koering.
      - L'art en personne, par Jérémie Koering.
      - Les portraits de Jacopo et Ottavio Strada par Titien et Tintoret, par Duncan Bull, Dirk Jacob Jansen et Willem de Ridder.
   - Reflets.
      - Le reflet et l'éclat. Jeux de l'envers dans la peinture vénitienne du XVIe siècle, par Diane H. Bodart.
   - Entre sacré et profane.
      - Les Pèlerins d'Emmaüs et la fête biblique, par Robert Echols et Frederick Ilchman.
      - Parents et enfants, par John Garton.
      - Des « tableaux de chiens » ou l'essor de la peinture animalière à Venise au XVIe siècle, par Vincent Delieuvin.
   - La femme désirée.
      - La femme offerte. Peintures érotiques à Venise, par Arturo Galansino.
      - La femme en péril, par Jonathan Unglaub.
      - Petits tableaux décoratifs à sujet féminin, par Benjamin Couilleaux.
   - Nocturnes sacrés.
      - Des nocturnes dans la peinture vénitienne du XVIe siècle, par Arturo Galansino.
      - Vers la mort (et au-delà), par Guillaume Cassegrain.
   - Notes - Bibliographie - Index.

35 euros (code de commande : 27315).

 

[UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES]. 25 novembre 1941. L'Université Libre de Bruxelles ferme ses portes. Édité par Andrée Despy-Meyer, Alain Dierkens et Frank Scheelings. Bruxelles, Archives de l'U.L.B., 1991. In-8° broché, 221 p., illustrations, exemplaire en parfait état.
   Ouvrage édité à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à l'Université Libre de Bruxelles, du 23 novembre au 11 décembre 1991.
En quatrième de couverture :
   Novembre 1991 : cinquante ans après, l'U.L.B. et la V.U.B. se souviennent. Dès octobre 1940, l'Université était placée sous commissariat allemand : elle comptait à ce moment près de trois mille professeurs et étudiants. Que devinrent-ils quand la Maison décida, le 25 novembre 1941, de fermer ses portes pour protester contre les mesures imposées par l'occupant ? Pour les étudiants, des choix à faire: suivre des cours clandestins avant de se présenter au Jury Central, se diriger vers d'autres Universités du pays, arrêter leurs études définitivement ou provisoirement jusqu'à la réouverture de l'U.L.B., participer ou non à des mouvements de résistance. Pour les enseignants aussi, des engagements à prendre: envers les étudiants, envers l'institution, envers le pays. Tous ces événements eurent une influence déterminante sur le déroulement de leur vie.
   Si les professeurs ont presque tous disparu, quelques assistants d'alors sont encore là pour nous livrer leurs souvenirs et surtout beaucoup d'étudiants qui ont répondu à notre appel. C'est à travers leurs témoignages et de nombreux documents d'archives que nous avons tenté de retracer ces années d'exception où l'histoire de la seconde guerre mondiale et l'histoire des Universités se trouvèrent confondues.

20 euros (code de commande : 27289).

 

VAN DEN BERGHE (Gie) — Getuigen een case-study over ego-documenten. Bibliografie van ego-documenten over de nationaal-socialistische kampen en gevangenissen, geschreven of getekend door « Belgische » (ex-)gevangenen : Belgen, personen die in België gedomicilieerd waren of verbleven, en andere uit België gedeporteerde personen. Tomes I et II (complet). Brussel, Navorsings- en Studiecentrum voor de Geschiedenis van de Tweede Wereldoorlog, 1995. Deux volumes in-8° collés, 331 et 439 p., exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   Ooggetuigeverslagen van gewone mensen spreken gewone mensen sterk aan. Egodocumenten, bronnen vanuit en over het ik, maken inleving en herkenning mogelijk. Ze brengen de geschiedenis zoals ze ervaren werd dichter bij ons. Geschiedkundigen hebben doorgaans weinig belangstelling voor die ervaringsgeschiedenis. Wat ervaren werd is per definitie subjectgebonden en historici vallen liever terug op minder subjectieve bronnen. Dat verklaart dat er tot op heden in geen enkel land een uitvoerige, wetenschappelijk verantwoorde lijst bestond van de talloze ego-documenten over gebeurtenissen en ervaringen in de nazi-kampen.
   Die lijst werd nu voor België samengesteld. Vier jaar onderzoek leverde om en bij de 1.600 ooggetuigeverslagen op : boeken en brochures, tekeningen, manuscripten en getuigenissen in sluikbladen, bundels, tijdschriften en kranten.
   Om meer aan de weet te komen over de getuigenisproduktie en haar evolutie – wie schreef, wanneer, waarover, hoe en waarom ? – werden de ooggetuigeverslagen ingedeeld in verscheidene vormelijke, inhoudelijke en biografische categorieën. Deze methode om ego-documenten geschiedkundig en sociologisch door te lichten en bruikbaar te maken wordt in het eerste deel uiteengezet. Daar worden ook enkele van de vele telresultaten in kaart gebracht, uitgediept en getoetst aan de geschiedkundige werkelijkheid, in zoverre die bekend is.

Les deux volumes : 30 euros (code de commande : 27283).

 

La prochaine mise à jour de cette page aura lieu le
mardi 2 octobre 2018.

Retour au début


Quelques ouvrages de la mise à jour précédente
(4 septembre 2018)

 

BATAILLE (Georges) — Œuvres complètes. Tome III. Œuvres littéraires. Madame Edwarda - Le Petit - L'Archangélique - L'Impossible - La Scissiparité - L'Abbé C. - L'Être indifférencié n'est rien - Le Bleu du Ciel. Paris, Gallimard, 2002. In-8° broché, 566 p., exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   Tous les récits et poèmes de Georges Bataille publiés de son vivant sont réunis ici, à une exception près : Histoire de l'œil. C'était son premier livre et il était légitime qu'il figurât dans le premier tome de ces Œuvres complètes.
   Les œuvres littéraires que l'on a groupées dans ce volume expriment la même exigence que les œuvres théoriques de Bataille. Il s'agit là aussi d'une « expérience intérieure », une expérience de la vérité qui est d'abord ce cri : « Nous n'avons de possibilité que l'impossible. »
   La poésie (L'Archangélique, L'Orestie, L'Être indifférencié) se veut « haine de la poésie », allant « au bout de la possibilité misérable des mots ». Elle est le lieu où l'expérience se vit et se communique à la fois. Quant aux fictions, où « l'érotisme envisagé gravement, tragiquement, représente un singulier renversement », elles donnent de l'édifice « la clé lubrique ». Ainsi Madame Edwarda et Le Petit mènent Dieu au bordel ; Histoire de rais et Dianus (ces deux récits qui, avec les poèmes de L'Orestie, composent L'Impossible, et dont La Scissiparité semble être un fragment avorté) lient lourdement les fièvres du désir aux fièvres de l'agonie ; L'Abbé C. met en scène un prêtre égaré par les débordements de son frère jumeau ; Le Bleu du ciel, enfin, est le plus beau roman d'amour, situé sous un ciel trop pur où déjà grondait l'orage des guerres.

25 euros (code de commande : 27233).

 

[BINCHE]. Annales de la Société d'Archéologie de Binche. Tome 3. Fayt-lez-Manage, Deltenre, 1924. Petit in-8° broché, 72 p., illustrations hors texte, bon exemplaire.
Table des matières :
   - Chronique de la Société.
   - Visite de la ville de Mons.
   - Nivelles. Excursion du 23 juillet 1923.
   - Visite des châteaux d'Écaussines le jeudi 13 septembre 1923.
   - L'ancienne abbaye de l'Olive (1218-1796). Contribution à son histoire, par L. Mahy.
   - Le R.P. Baudouin Willot S.J., de Binche ; publiciste (1585-1663), par Paul-Clovis Meurisse.
   - Notes de folklore, par Paul-Clovis Meurisse.
   - Les château et palais de Binche, par Paul-Clovis Meurisse.
   - Le drapeau des volontaires binchois (1790), par Paul-Clovis Meurisse.

13 euros (code de commande : 27235).

 

BROYELLE (Claudie), BROYELLE (Jacques) et TSCHIRHART (Evelyne) — Deuxième retour de Chine. Paris, Seuil, 1977. In-8° broché, 331 p., (collection « Combats »).
En quatrième de couverture :
   À l'enfer du socialisme à la soviétique (que les Partis communistes occidentaux eux-mêmes ne défendent plus guère), on a longtemps voulu opposer le paradis maoïste de l'initiative des masses, du dévouement à la cause collective, de la fraternité enfin conquise. Que de voyageurs (nos auteurs n'échappent pas à la règle) ont chanté, après quinze jours de tourisme organisé, les louanges de la nouvelle patrie du socialisme...
   Ce Deuxième Retour de Chine est écrit par trois Français qui ont travaillé deux ans comme experts étrangers aux Éditions de Pékin et à l'Institut n° 2 de langues étrangères. Cherchant à se plonger parmi les Chinois pour mieux comprendre toutes les vertus du régime, ils ont été bien étonnés de se heurter à la muraille du Parti. Juste méfiance à l'égard des étrangers, ont-ils pensé tout d'abord, pour s'apercevoir bientôt que c'étaient plutôt les Chinois eux-mêmes que cette muraille enfermait. Toute la perspective alors bascule. Les ombres envahissent le tableau tout entier, et les habituelles anecdotes censées démontrer la toute-puissance des masses chinoises ne sont plus qu'images pieuses.
   La grande trilogie marxiste-léniniste (Parti unique, idéologie unique, monopole d'État) apparaît la même, au fond, qu'en URSS. Le Parti est devenu le rapport de production dominant, qui gouverne non seulement « la superstructure » (enseignement, justice, mœurs, etc.) mais toute la vie quotidienne des Chinois, par l'intermédiaire de leurs « unités de travail » (danwei). Des différences existent, certes. Mais les ressemblances prédominent entre l'URSS et la Chine, et c'est l'illusion la plus dangereuse, en Occident aussi, que de brandir l'« exemple » chinois comme une preuve de l'excellence du marxisme-léninisme.

8 euros (code de commande : 27255).

 

[CHARLES QUINT]. TRITSCH (Walther) — Charles-Quint. Empereur d'Occident. Paris, La Table Ronde, 1947. In-8° broché, 415 p., couverture défraîchie.
Extrait de la préface :
   Ce livre est-il une biographie de Charles-Quint ou une histoire de son règne, de son temps ?
   J'y ai décrit son hérédité, raconté son enfance, suivi le développement d'abord lent, enfin brusque de son caractère si calme et en même temps si passionné, j'y ai retracé les étranges méandres de son destin toujours instable. J'y ai dévoilé quelques-uns de ses secrets intimes, quelques rencontres qui ont fait vibrer son cœur si difficile à atteindre, quelques énigmes de sa vie intérieure. Ce qu'il a dit, écrit, répondu, demandé et pensé nous est connu par tant de sources abondantes qui viennent d'être mises à jour depuis 1938, que cela m'a permis de le montrer en monologues intérieurs qui sont cependant strictement de l'Histoire. Mais je n'ai pas suivi sa vie intérieure d'étape en étape, là où sa personnalité n'y a plus trouvé ou subi de changement.
   Les actes de son règne et ceux de ses lieutenants sont analysés, leurs caractères sont décrits en ce livre, même ceux de ses adversaires, du moins autant que leurs décisions pouvaient influencer les siennes. Grâce à ces détails, le lecteur pourra se faire une idée sommaire et même peut-être une image de ce qu'ont été le Saint-Empire, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et surtout les « Dix-sept Provinces », les Pays-Bas du temps de Charles-Quint. Le splendide héritage de cette grande civilisation bourguignonne s'étale devant nous, cette merveilleuse culture si hautement novatrice dont la France n'a pas voulu et qu'elle ignore encore aujourd'hui, et qui a cependant bien contribué au développement de l'Humanisme et de la vraie Renaissance, peut-être autant que les œuvres des Italiens, et peut-être même plus encore.
   Mais le thème véritable de ce livre n'est pas là, ni dans la Biographie, ni dans l'Histoire, quoiqu'il contienne beaucoup d'éléments de ces deux genres.
   Ce que j'ai voulu montrer, c'est un phénomène tant personnel que social qui peut sembler aujourd'hui de grande actualité : comment l'échelle commune des valeurs humaines s'est brisée à une époque de notre histoire, et combien, dès lors, la compréhension, la sagesse, l'habileté, le génie, le dévouement... et l'honnêteté des hommes sont devenus vains.
   Cela ne peut et ne doit atténuer ni la responsabilité de ceux qui gouvernèrent au XVIe siècle, ni celle des malheureux équilibristes de nos jours. Mais cela pourra peut-être servir à entrevoir la véritable grandeur des uns et les bassesses de certains autres, et à reconnaître que nous pouvons compter Charles-Quint parmi les meilleurs : parmi ceux, toujours rares, qui ont vraiment vu, et qui se sont ensuite dépensés généreusement, sans pensées égoïstes et sans défaillance.

13 euros (code de commande : 27266).

 

DESART (Robert) et QUIEVREUX (Louis) — Folklore et joyaux des communes belges. Bruxelles, Desart, 1972. In-4° collé, 152 p., illustrations, exemplaire numéroté (n° 64) en très bel état.
Table des matières :
   - Les fruits d'une collaboration.
   - Bruxelles et environs.
   - Province.
   - Anvers - Buzenol, Brunehaut, Bouillon, Beaumont, Bruges, Bois-Seigneur-lsaac, Beauvoorde - Celles, Crupet, Cuesmes, Crèvecœur, Chaudfontaine, Corroy-le-Château, Courtrai - Dixmude, Diest - Frasnes, Écaussinnes-la-Follie - Gand, Grimbergen, Gembloux, Goyck - Harzé, Heverlee, Houx - Jehay-Bodegnée - Kruishoutem - Lavaux-Sainte-Anne, La Roche, Lierre, Liège, Louvain, Leefdaal, Laerne, Logne, Léau, Lompret - Malines, Montignies-Saint-Christophe, Moriensart, Mielmont - Overijse, Oydonck, Onoz Romsée, Rumbeke - Sint-Ulrik-Kapelle, Sombreffe, Steenockerzeel, Saintes - Trazegnies, Tongres, Thuin, Tournai - Walhain-Saint-Paul, Waleffes, Weris, Westerloo.

20 euros (code de commande : 27274 - vendu).

 

FLAUBERT (Gustave)Voyage en Égypte. Édition intégrale du manuscrit original établie et présentée par Pierre-Marc de Biasi. Paris, Grasset, 1991. In-8° collé, 462 p., cartes, cachet humide ex-libris sur la page de titre.
En quatrième de couverture :
   C'est entre juin et septembre 1851, juste avant de se lancer dans la rédaction de Madame Bovary, que Gustave Flaubert mit toute son énergie à écrire le récit du voyage en Orient qu'il venait de faire, quelques mois plus tôt, avec Maxime Du Camp : un texte direct, sauvage, parfois éblouissant, toujours surprenant de vérité, où le jeune écrivain, encore inconnu, se faisait à lui-même le pari de « tout dire » et d'enregistrer tels quels les souvenirs de cette traversée de l'Égypte qui avait été pour lui une expérience décisive.
   Or ce Voyage que Flaubert considérait comme un monument de mémoire personnel, et dont les réminiscences se retrouvent partout dans son œuvre de romancier, ne fut publié qu'après sa mort, dans une version reconstituée de toutes pièces par son héritière Caroline Franklin-Grout qui fournit à l'éditeur une copie « aménagée », souvent fautive, et largement expurgée de tout ce qui risquait de heurter la bienséance. Depuis lors, faute de pouvoir accéder au manuscrit original, toutes les éditions de cet ouvrage n'ont cessé de reproduire un texte remanié et lacunaire d'où avaient disparu, hélas, des fragments entiers, des péripéties par trop inconvenantes et, bien sûr, quelques détails « osés » de la vie érotique de Flaubert...
   Par chance, l'histoire a voulu que ce manuscrit, dont on avait perdu la trace depuis la mort de Caroline en 1930, revînt à la surface tout récemment. Et c'est à partir de ce document – une liasse de cent quatre-vingt-sept grandes pages autographes – qu'a pu être établie, pour la première fois, l'édition complète qui est ici présentée. Il aura donc fallu attendre plus d'un siècle après la disparition de l'auteur pour que les flaubertiens disposent, enfin, de ce texte essentiel à la connaissance de l'homme et de l'œuvre.

15 euros (code de commande : 27242).

 

GREEN (Julien)Sud. Pièce en trois actes. Quatre illustrations de Charles Shoup. Paris, Plon, 1953. In-8° broché, 245 p., exemplaire numéroté sur Alfa (n° 514), édition originale, pli à la couverture.
Avant-propos :
   J'ai écrit cette pièce en réaction contre une littérature de qualité inégale dont les origines remontent aux environs de 1925 et qui gâtait à mes yeux un grave et noble sujet en le situant presque tout entier sur le plan charnel. Résumé en peu de mots, voici le thème principal de Sud :
   À la veille de la guerre de Sécession, un lieutenant américain a la révélation de sa nature profonde et de l'amour le plus impérieux en voyant paraître un jeune homme qu'il ne connaissait que de nom. Il est pris alors d'une peur en quelque sorte panique, mais qu'il réussit à dominer. Cherchant à fuir son destin, il demande la main d'une jeune fille, Angelina, à qui il n'avait prêté jusqu'alors que fort peu d'attention ; cependant, il apparaît trop clairement qu'il n'est pas amoureux d'elle, et trois personnes le lui disent, chacune à sa manière : Angelina d'abord, puis le père de celle-ci et enfin Jimmy, un garçon de quatorze ans dont la candeur parle sans détours. Le lieutenant Wiczewski essaiera d'avouer sa passion à celui qui en est l'objet, mais il n'y parviendra pas tout à fait et, renouvelant le geste d'un de ses ancêtres dans une circonstance analogue, il tentera de tuer Erik Mac Clure. Pour le provoquer en duel, il l'insulte et il le gifle ; toutefois, au moment du combat singulier, il s'offre en victime à l'homme dont il a fait son ennemi et meurt de sa main.
   Il va de soi que ce drame serait impossible en 1953, mais nous sommes en 1861, au milieu d'un siècle où pesait sur des passions de ce genre un silence écrasant. Le péché de lan Wiczewski n'est pas d'avoir aimé Erik Mac Clure, mais bien d'avoir cruellement fait souffrir une femme à qui il demandera pardon. Il n'a en aucune manière le sentiment d'être un paria ou un lépreux. Comme il le dira lui-même une heure avant de se faire tuer : « Je n'ai pas honte, mais je me sens seul. »
   Afin de conserver à cette pièce toute la gravité inhérente aux problèmes qu'elle soulève, j'ai voulu lui donner la ligne générale d'une tragédie. On m'a fait remarquer que, sur la scène, mes personnages échangeaient des confidences à cinq mètres l'un de l'autre. C'est là, très exactement, le ton que je cherchais.

15 euros (code de commande : 27252).

 

MILLOT (Bernard) — La guerre du Pacifique. 1. Le déferlement japonais. Décembre 1941 - Septembre 1943. 2. Le raz de marée américain. Octobre 1943 - Septembre 1945. Paris, Laffont, 1968. Deux volumes in-8 brochés, 446 et 400 p., deux cahiers hors texte d'illustrations pour le tome 1, un pour le tome 2, cartes, (collection « L'Histoire que nous Vivons »), bel exemplaire.
En quatrième de couverture, tome 1 :
   L'Europe est presque entièrement occupée par Hitler. Les armées nazies viennent d'être stoppées à 30 km à peine de Moscou. Rommel menace Suez. C'est alors que l'autre moitié du monde prend feu. Pearl Harbour. L'agression japonaise. La flotte américaine du Pacifique hors de combat. En trois mois, le Japon devient maître de Singapour, de Hong-Kong, de Manille, de Sumatra, comme il l'était déjà de presque toute la Chine. C'est le déferlement japonais sur l'Asie, comparable au déferlement allemand sur l'Occident. Qui pourrait empêcher les Nippons de dominer la moitié du monde ? Or, un miracle se produit dès mai 1942 : c'est la bataille de Midway, le premier grand choc aéronaval de l'histoire universelle où deux armadas géantes de bateaux et d'avions s'affrontent à égalité ; le sursaut américain « casse » l'expansion japonaise.
   Alors commence la plus grande lutte jamais vécue sur la surface d'un océan : le duel des Titans qui devait aboutir à la défaite japonaise. Pour la première fois, un Français en fait à la fois le récit et la synthèse. Ici, nous assistons à la première manche, gagnée par Tokyo, mais déjà compromise au bout de six mois.
En quatrième de couverture, tome 2 :
   ... Alors les États-Unis, après le choc terrible de Pearl-Harbour et la perte de leurs bases, commencèrent à remonter la pente. Voici, dans le second volume de cette somme historique sur la plus gigantesque guerre aéronavale de l'Histoire universelle, le récit de la grande revanche contre le Japon. Mac Arthur et Nimitz mènent la reconquête du Pacifique. Le grand bond vers l'Ouest, conception d'une audace calculée, entraîne une série de batailles dont chacune aurait suffi à passionner le monde entier si l'Europe, en ces deux années-là, n'avait pas vécu son propre drame. Bernard Millot nous restitue enfin tous les événements, les coups de théâtre, les tragédies de cette guerre parallèle à la nôtre et que les Français connaissent si mal. Le retour aux Philippines ; les holocaustes d'Iwo-Jima et d'Okinawa, les assauts des Kamikaze, les raids sur Tokyo, les convulsions intérieures du Japon, la bombe d'Hiroshima, la capitulation...
   Soixante cartes et de nombreux hors-texte achèvent de rendre claire et vivante la lecture de cet ouvrage qui fera date dans les publications sur la dernière guerre mondiale.

Les deux volumes : 30 euros (code de commande : 27260).

 

[PATTEY (Henry-Jacques)]. HARDY (Joseph) Le « célèbre Général Pattey ». Né et mort à Mons (1657-1722). Gouverneur de Charleroi. Liège, La Vie Wallonne, 1954. In-8° agrafé, 35 p., quelques illustrations, cachet « rayé » de bibliothèque à la page de titre et à la p. 1.
   Extrait de La Vie Wallonne, t. XXVIII, 1954, pp. 147-180.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   1. Les sources.
   2. À Mons.
   3. À Vienne (1683).
   4. En Hongrie (1684-1699).
   5. En Italie (1701-1707).
   6. En Espagne (1711-1712).
   7. De nouveau contre les Turcs (1716-1718).
   8. À Mons, à Charleroi (1718-1722).

13 euros (code de commande : 27241 - vendu).

 

PEILLARD (Léonce) — La Bataille de l'Atlantique. 1. La Kriegsmarine à son apogée. (1939-1942). Préface de l'amiral Karl Dönitz. 2. La victoire des « chasseurs ». (1942-1945). Préface de l'amiral Peter Gretton. Paris, Laffont, 1974. Deux volumes in-8° brochés, 371 et 349 p., un cahier hors texte d'illustrations pour chaque volume, (collection « L'Histoire que nous Vivons »), bel exemplaire.
En quatrième de couverture, tome 1 :
   La mer, les hommes, la guerre : Léonce Peillard a réuni pour cette magistrale histoire de la bataille de l'Atlantique tous les éléments du grand drame qui s'est joué dans l'Océan de 1939 à 1942. De la mer il a une connaissance personnelle. Les hommes, il les a interrogés – et le grand-amiral Dönitz donne une préface à l'ouvrage. La guerre, il l'a étudiée dans des documents inédits et dans des travaux personnels qui trouvent ici leur couronnement.
   Car cette bataille, de 1939 à 1942, est bien le centre des conflits sur mer qui ont décidé pour une large part du sort de la guerre mondiale. Nous suivons ici l'action méthodique et audacieuse de la Kriegsmarine. Elle lance un défi à la Royal Navy : avec les U-Boote, les cuirassés de poche – qui ne se souvient du Graf Spee ? – les « raiders ». Et de 1939 à 1942 elle gagne, mettant en pièces les convois, isolant l'Angleterre des États-Unis.
   Léonce Peillard nous donne à voir les navires, les péripéties de la bataille, les hommes au, combat. Vie et précision sont les qualités maîtresses de cet ouvrage où s'annonce, alors que s'achève l'année 1942, la revanche implacable des marines alliées.
En quatrième de couverture, tome 2 :
   C'est la revanche des marines alliées que Léonce Peillard raconte dans ce second tome de sa magistrale Bataille de l'Atlantique.
   L'Histoire a tourné. Dès la fin de l'année 1942, les sous-marins de Dönitz deviennent des « loups » traqués par les « chasseurs ». La Royal Navy a fourbi ses armes : navires plus rapides, moyens de détection perfectionnés, surveillance aérienne accrue de l'Atlantique. Les U-Boote sont, malgré leur plus grand rayon d'action, tenus en échec. Et les convois passent. La maîtrise de la mer est de nouveau aux mains des Alliés malgré les efforts et les exploits des marins allemands. Quant aux « readers » allemands, ils sont écrasés sous les bombes dans les fjords ou les ports où ils se cachent. C'est la fin de la marine de guerre allemande.
   Léonce Peillard a utilisé de nombreux documents inédits. Il raconte, il explique. Le premier volume était préfacé par le grand amiral Karl Dönitz. Celui-ci est précédé d'un texte de l'amiral britannique Sir Peter Gretton. Ainsi, symboliquement, Léonce Peillard a-t-il voulu marquer les deux visages de la bataille de l'Atlantique, épisode décisif de la Deuxième Guerre mondiale.

Les deux volumes : 25 euros (code de commande : 27261).

 

POINSINET DE SIVRY (Louis) — Nouvelles recherches sur la science des médailles, inscriptions, et hiéroglyphes antiques. Par M. Poinsinet de Sivry, de la Société Royale des Sciences & Belles-Lettres de Lorraine. Maastricht, Dufour et Roux, 1778. [A Maestricht, / Chez Jean-Edme Dufour & Philippe Roux, / Imprimeurs-Libraire, associés. / M. DCC. LXXVIII.] Petit in-4° sous une modeste reliure demi-toile noire à coins, VI (le feuillet de faux-titre manque), 191 p., exemplaire bien complet des douze planches (six d’alphabets dont cinq comprises dans la pagination (2 à déplier) et une à déplier hors texte et six hors-texte gravés par Tardieu dont une à déplier.
Table des chapitres :
   I. Que la majeure partie des médailles antiques, sur-tout les romaines, ne sont point des monnoies, mais de vraies médailles ; & qu'il ne faut mettre au nombre des monnoies, que celles qui ont effectivement le caractere, le poids, & les autres marques monétaires.
   II. De l'origine commune des monnoies & des médailles chez le peuples, & de la plus ancienne date des monnoies que l'on connoisse. Nouvelles preuve que nous n'avons aucune monnoie romaine à effigies de particuliers, ni à effigies d'empereurs, avant l'âge d'Alexandre-Sévere, & que toutes ces prétendues monnoies sont des médailles.
   III. Explication nouvelle de quelques médailles. Nouvelle théorie d'explication. Réfutation de l'ancienne théorie.
   IV. Suite de l'explication de quelques médailles.
   V. Symboles onomatiques, ou analogues au nom.
   VI. Des amulettes, pierres & anneaux constellés, & autres talismans chargés de gravures magiques & superstitieuses.
   VII. Examen & explication de deux inscriptions antiques : l'une grecque, trouvée sur le tombeau d'Homere ; l'autre égyptienne ou hiéroglyphique, trouvée sur le monument qu'on est convenu de nommer l'Isis de Turin, quoique ce ne soit point une Isis, mais une Herm' Alethe, c'est-à-dire la Sagesse Véridique.
   VIII. Tableau de divers alphabets curieux, propres à la coinnoissance des antiques.
Bibliographie :
   - Brunet (Jacques-Charles), Manuel du libraire et de l'amateur de livres, n° 29688.
   - Quérard (Joseph-Marie), La France littéraire, t. VII, pp. 235-236.

125 euros (code de commande : 27257).

 

POIVRE D'ARVOR (Olivier et Patrick) — Coureurs des mers. Les découvreurs. Paris, Mengès, 2003. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 237 p., nombreuses illustrations en couleurs, exemplaire en très bel état.
Sur la jaquette :
   Ils sont explorateurs, aventuriers, commerçants en quête de soie, d'épices, de porcelaine ou d'or, géographes, illuminés, fils de grandes familles ou orphelins démunis. Mais aussi corsaires, pirates ou flibustiers, découvreurs de nouveaux mondes, amateurs de records autant que de solitude, portés par des défis incroyables. Ils sont Vénitiens, Génois, Asiatiques ou Arabes, Hollandais, Anglais, Espagnols, Portugais et Français bien sûr.
   Leurs odyssées font encore rêver et souvent encore peur. Ce sont des marins, des capitaines, des coureurs des mers. Ils partagent une folie, celle d'aller plus loin. Sur les océans, sur des routes inconnues, mal assurées, d'où l'on ne revient pas toujours. Leurs routes sont commerciales, scientifiques, intellectuelles, diplomatiques ou religieuses : ils tracent, sur leurs embarcations archaïques ou sophistiquées, les cartes du monde nouveau. Ils écument les mers, repoussent les limites de l'univers connu, franchissent des caps, découvrent des continents, établissent des comptoirs ou des colonies. La foi, l'or, la gloire, le savoir les animent.
   Parmi ces coureurs des mers, les plus fous se distinguent : Erik le Rouge, prince des Vikings, l'amiral Zheng He, Marco Polo, Henri le Navigateur, Christophe Colomb, Vasco de Gama, Fernand de Magellan, Jacques Cartier et d'autres, moins connus mais tout aussi grands marins. Ils sont d'une famille dont la lignée, autour du monde, n'est pas près de s'éteindre.
   Dans cet ouvrage, premier volume d'une série consacrée aux navigateurs, Olivier et Patrick Poivre d'Arvor, amoureux de bateaux et de haute mer, font revivre cette histoire peuplée de légendes, d'actes héroïques et d'aventures humaines.

15 euros (code de commande : 27245).

 

[POURBUS (Pierre)]. HUVENNE (Paul) Pierre Pourbus. Peintre brugeois 1524-1584. Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, 1984. In-4° broché, 335 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs.
   
Catalogue de l'exposition organisée au musée Memling (Hôpital Saint-Jean) à Bruges du 29 juin au 30 septembre 1984.
Table des matières :
   - Avant-propos de F. Van Acker.
   - Introduction de F. Narmon.
   - Avertissement de V. Vermeersch.
   - La renommée de Pourbus. Vie et œuvres.
      - Les premières années.
      - Le succès.
      - Les années soixante : les années de la « Grande Carte ».
      - Les années soixante-dix jusqu'à la prise de pouvoir des calvinistes en 1578.
      - Les dernières années.
   - Conception de vie d'un rhétoriqueur.
      - L'Allégorie de l'Amour fidèle.
      - La « scène » du Franc de Bruges.
      - L'Allégorie de l'École Bogaerden.
      - Le peintre de la bourgeoisie brugeoise.
   - Le style de Pourbus.
      - Tradition et renouvellement.
      - Premières œuvres.
      - Évolution d'un style.
      - Pourbus et les idées de son époque sur les théories de l'art.
      - La marginalité de son style.
   - Catalogue.
      - Œuvres religieuses.
      - Portraits pour le salon.
      - Dessins et projets.
      - Cartes et plans.
      - Repères chronologiques.
      - Liste des exposition, bibliographie, documents...

25 euros (code de commande : 27272).

 

SCHOPENHAUER (Arthur)Aphorismes sur la sagesse dans la vie, traduit en français pour la première fois par J.-A. Canacuzène. Deuxième édition. Paris, Alcan, 1888. [Paris / Ancienne librairie Germer Baillière et Cie / Félix Alcan, Éditeur / 108, boulevard Saint-Germain, 108 / 1884 / Tous droits réservés.] In-8° sous cartonnage pleine percaline bordeaux, VII, [1 bl.], 300, [1 (table)], [1 bl.] p., cachet humide ex-libris sur la page de titre, bon exemplaire.
Introduction :
   Je prends ici la notion de la sagesse dans la vie dans son acception immanente, c'est-à-dire que j'entends par là l'art de rendre la vie aussi agréable et aussi heureuse que possible. Cette étude pourrait s'appeler également l'Eudémonologie ; ce serait donc un traité de la vie heureuse. Celle-ci pourrait à son tour être définie une existence qui, considérée au point de vue purement extérieur ou plutôt (comme il s'agit ici d'une appréciation subjective) qui, après froide et mûre réflexion, est préférable à la non-existence. La vie heureuse, ainsi définie, nous attacherait à elle par elle-même et pas seulement par la crainte de la mort ; il en résulterait en outre que nous désirerions la voir durer indéfiniment. Si la vie humaine correspond ou peut seulement correspondre à la notion d'une pareille existence, c'est là une question à laquelle on sait que j'ai répondu par la négative dans ma Philosophie ; l'eudémonologie, au contraire, présuppose une réponse affirmative. Celle-ci, en effet, repose sur cette erreur innée que j'ai combattue au commencement du chapitre XLIX, vol. II, de mon grand ouvrage. Par conséquent, pour pouvoir néanmoins traiter la question, j'ai dû m'éloigner entièrement du point de vue élevé, métaphysique et moral auquel conduit ma véritable philosophie. Tous les développements qui vont suivre sont donc fondés, dans une certaine mesure, sur un accommodement, en ce sens qu'ils se placent au point de vue habituel, empirique et en conservent l'erreur. Leur valeur aussi ne peut être que conditionnelle, du moment que le mot d'eudémonologie n'est lui-même qu'un euphémisme. Ils n'ont en outre aucune prétention à être complets, soit parce que le thème est inépuisable, soit parce que j'aurais dû répéter ce que d'autres ont déjà dit.
   Je ne me rappelle que le livre de Cardan : De utilitate ex adversis capienda, ouvrage digne d'être lu, qui traite de la môme matière que les présents aphorismes ; il pourra servir à compléter ce que j'offre ici. Aristote, il est vrai, a intercalé une courte eudémonologie dans le chapitre V du livre I de sa Rhétorique ; mais il n'a produit qu'une œuvre bien maigre. Je n'ai pas eu recours à ces devanciers ; compiler n'est pas mon fait ; d'autant moins l'ai-je fait que l'on perd par là cette unité de vue qui est l'âme des œuvres de cette espèce. En somme, certainement les sages de tous les temps ont toujours dit la même chose, et les sots, c'est-à-dire l'incommensurable majorité de tous les temps, ont toujours fait la même chose, savoir le contraire, et il en sera toujours ainsi. Aussi Voltaire dit-il : Nous laisserons ce monde-ci aussi sot et aussi méchant que nous l'avons trouvé en y arrivant.

15 euros (code de commande : 27262 - vendu).

 

SIMON (Roger Lichtenberg) — Le Grand soir. [Titre original : The Big Fix.] Traduit de l'américain par Michel et Jacqueline Lederer. Paris, Williams-Alta, 1979. In-8° collé, 211 p., couverture illustrée par Romain Slocombe, exemplaire en très bon état.
   
Fils de médecin, [Roger L. Simon, New York, 1943] fait ses études au Darmouth Collège d'Hanover, New Hampshire, puis à l'école dramatique de l'Université de Yale, à New Haven, Connecticut. Il se fixe à Los Angeles et devient scénariste. Il fait ses débuts de romancier avec Heir (1968). Deux ans plus tard, il publie Les Marionnettes (The Marna Tass Manifeste) [...]
   Avec Le Grand soir (The Bix Fix, 1973), nominé pour l'Edgar, Roger Simon inaugure une série consacrée au détective privé Mose Wine. Père de deux garçons, divorcé et sans le sou, ce personnage d'une trentaine d'années, moitié hippie, moitié radical, incarne le contestataire de la génération des sixties dont il a conservé l'allure : cheveux longs et chemises à fleurs. Consommateur de marijuana, cet ancien gauchiste se réclame du marxisme. Il s'est opposé à la guerre du Vietnam, a lutté pour les droits de l'homme et des idéaux auxquels, malgré ses désillusions, il entend rester fidèle. Dans cette première enquête, tonique et pleine d'humour, Mose Wine est engagé par son ancienne petite amie (à l'époque militante comme lui sur le campus de l'Université de Berkeley) pour empêcher le sabotage de la campagne électorale d'un sénateur démocrate. Au cours de cette affaire mouvementée, il croise d'anciens leaders du mouvement hippie, les membres d'une secte satanique, un fasciste milliardaire et une femme fatale.
Bibliographie :
   - Claude Mesplède, Dictionnaire des littératures policières (éd. 2003), t. 2, pp. 675-676.

13 euros (code de commande : 27246).

 

SIMON (Roger Lichtenberg) — Cul-sec. [Titre original : Wild Turkey.] Traduit de l'américain par Rosine Fitzgerald. Paris, Williams-Alta, 1980. In-8° collé, 218 p., couverture illustrée par Romain Slocombe, exemplaire en très bon bel état.
   
Fils de médecin, [Roger L. Simon, New York, 1943] fait ses études au Darmouth Collège d'Hanover, New Hampshire, puis à l'école dramatique de l'Université de Yale, à New Haven, Connecticut. Il se fixe à Los Angeles et devient scénariste. Il fait ses débuts de romancier avec Heir (1968). Deux ans plus tard, il publie Les Marionnettes (The Marna Tass Manifeste) [...]
   Cul sec (Wild Turkey, 1975), qui fait suite [au Grand soir], est de la même veine. Wine enquête cette fois sur le meurtre d'une star de télévision, tuée par un célèbre écrivain qui préparait un ouvrage sur la vie sexuelle en Amérique et qui s'est suicidé. Là encore, le privé est confronté à nombre de déjantés, notamment à ceux d'un gang de Cubains anticastristes et ceux d'une ligue pour la libération sexuelle.
Bibliographie :
   - Claude Mesplède, Dictionnaire des littératures policières (éd. 2003), t. 2, pp. 675-676.

13 euros (code de commande : 27247).

 

SIMON (Roger Lichtenberg) — Le Canard laqué. [Titre original : Peking Duck.] Traduit de l'américain par Liliane Sztajn. Paris, Lattès - Williams-Alta, 1979. In-8° collé, 261 p., couverture illustrée par Romain Slocombe, exemplaire en très bon état.
   
Fils de médecin, [Roger L. Simon, New York, 1943] fait ses études au Darmouth Collège d'Hanover, New Hampshire, puis à l'école dramatique de l'Université de Yale, à New Haven, Connecticut. Il se fixe à Los Angeles et devient scénariste. Il fait ses débuts de romancier avec Heir (1968). Deux ans plus tard, il publie Les Marionnettes (The Marna Tass Manifeste) [...]
   [...] Le Canard laqué (Peking Duck, 1979) se déroule en Chine où Wine a été entraîné par sa tante Sonya (incollable sur Léon Trotski) dans le cadre d'un voyage organisé par la Société des Amitiés Chinoises. Le vol d'un objet d'art dans un musée va le conduire à rechercher le voleur pour éviter au groupe d'avoir des ennuis avec les autorités locales.
Bibliographie :
   - Claude Mesplède, Dictionnaire des littératures policières (éd. 2003), t. 2, pp. 675-676.

13 euros (code de commande : 27248).

 

[TIEPOLO (Giambattista)]. PEDROCCO (Filippo) — Giambattista Tiepolo. Traduit de l'italien par Odile Menegaux. Paris, Flammarion, 2002. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 342 p., très nombreuses illustrations en noir et en couleurs, exemplaire en parfait état.
Sur la jaquette :
   Peintre, décorateur, dessinateur et graveur, Giambattista Tiepolo est né à Venise en 1696 et mort à Madrid en 1770. Il s'affirme très tôt comme le plus grand peintre de son siècle et reçoit de nombreuses commandes : tableaux religieux à l'huile, cycles et fresques à sujets bibliques, mythologiques ou allégoriques. Il a travaillé notamment à Venise au palais Dolfin, à la Scuola dei Carmini, au palais Labbia ; à Udine, en Allemagne et en Espagne à partir de 1750. Admirateur de Véronèse, à qui il emprunte ses vastes architectures et ses types féminins, il élabore un style très personnel, aérien et tout en mouvement. Les couleurs claires, bleu, rose, jaune dominent sa palette sensuelle.
   De la formation aux grandes œuvres de la maturité, des fresques de Würzburg à Madrid : la virtuosité et la grande fantaisie décorative de Giambattista Tiepolo sont présentées dans un essai amplement illustré. Cet ouvrage est complété d'un catalogue exhaustif des œuvres de l'artiste, sur la base des dernières études critiques qui ont suivies les grandes expositions de Venise et de New York en 1996.

60 euros (code de commande : 27243).

 

YOURCENAR (Marguerite)La Voix des choses. La voix des choses. Textes recueillis par Marguerite Yourcenar. Photographies de Jerry Wilson. Paris, Gallimard, 1987. In-8° broché, 101 p., photographies contrecollées en couleurs, exemplaire du tirage courant de l'édition originale, bel exemplaire.
Avant-propos :
   Le 3 octobre ou le 4, me trouvant à l'hôpital de Bangor, dans le Maine, où j'étais hospitalisée depuis deux jours, et ayant subi ce matin-là un angiogramme, Jerry Wilson, arrivé de Paris deux ou trois jours plus tôt pour me soigner, et lui-même malade, me mit entre les mains l'admirable plaque de malachite que j'avais marchandée à plusieurs reprises, en 1983 et 1985 à New Delhi, pour la lui offrir, et finalement donnée le 22 mars précédent, pour son anniversaire, quand il était lui-même hospitalisé dans le Maine. Elle ne l'avait pas quitté depuis. Mais sans doute mes mains étaient faibles, ou moi-même un peu assoupie, car j'ai senti glisser quelque chose, un bruit léger, fatal, irréparable, me réveilla de mon sommeil. J'étais bouleversée d'avoir ainsi détruit à jamais cet objet qui avait tant compté pour nous, cette plaque de minéral au dessin parfait à peu près aussi antique que la terre. De quel dépôt cent fois millénaire était-elle venue pour nous attendre deux ans chez un bijoutier hindou, puis pour passer et repasser deux fois l'Atlantique, aux mains d'un ami qui n'avait peut-être plus longtemps à vivre ? De quel Himalaya, de quel Pamir ? Mais le son même de sa fin avait été beau... « Oui, me dit-il, la voix des choses. » J'aurais voulu retourner en Inde pour lui retrouver une autre plaque aussi belle que celle-là. Mais j'ai décidé d'appeler La Voix des choses ce petit livre – où rien à peu près n'est de moi, sauf quelques traductions – mais qui m'a servi de livre de chevet et de livre de voyage pendant tant d'années et parfois de provision de courage.

30 euros (code de commande : 27267).

 

ZACHARY (Dominique)La patrouille des enfants juifs. Jamoigne1943-1945. Préface de Louis Malle. Bruxelles, Racine, 1994. In-8° sous cartonnage et jaquette d'éditeur, 198 p., illustrations, très bon exemplaire.
Sur le rabat de la jaquette :
   Le fil du récit est l'histoire d'un jeune Anversois de douze ans, Michel Goldberg, voué à subir le même sort que sa famille à Auschwitz, s'il n'avait pu bénéficier de l'intervention in extremis de la Reine Élisabeth. Traversant la Belgique du nord au sud, d'un home à l'autre, Michel aboutit au château de Faing à Jamoigne. Il y connaîtra les plus belles heures de son enfance, au contact de la Gaume buissonnière et des patrouilles scoutes. Mais à l'aube d'une matinée de juillet 1943, les SS font irruption au château. Il s'en fallut de très peu que Michel et ses camarades soient arrêtés comme leurs parents, victimes des rafles un an plus tôt.
   Jamoigne est le cas le plus exemplatif de sauvetage d'enfants juifs pendant la guerre en Belgique. Cinquante ans après les événements, ce livre est le premier à en raconter l'extraordinaire aventure.

12 euros (code de commande : 27279).

 

ZAMBRANO (Maria)L'homme et le divin. [Titre original : El hombre y el divino.] Traduit de l'espagnol par Jacques Ancet. Paris, Corti, 2006. In-8° broché, 426 p., (collection « Ibériques »), bon exemplaire.
En quatrième de couverture :
   L'homme et le divin est un livre central dans l'œuvre de Maria Zambrano : il est ce moment charnière où tout un passé de tâtonnements et de recherches se cristallise pour ouvrir au futur d'une étape finale qui représente pour son auteur le plein épanouissement de sa pensée et de son écriture.
   Commencé en 1948 et terminé, pour sa première édition, en 1951, le livre se présente comme une suite d'essais articulés autour d'un thème central : celui des rapports de l'homme au sacré et au divin dont la perte progressive, jusqu'à aujourd'hui ne nous a laissé que son absence.
   Qu'est-ce que le divin ? Pour le comprendre, il faut recourir à une sorte de fable qui nous est racontée dans le premier chapitre du livre, « La naissance des dieux ». À l'origine, l'homme se trouve jeté dans un espace non pas vide mais plein parce que peuplé de forces obscures dont il se sent la proie. Les choses n'existent pas encore, ni la nature, ni le monde, mais un grouillant, un obsédant « il y a ». Cet univers de la nuit et de la terreur originaires, où tout est en quelque sorte imbriqué, où l'espace et le temps n'existent pas encore, Maria Zambrano l'appelle le sacré.
   Ce livre est, indissolublement, une grande aventure d'écriture et de pensée. Puisque écrire et penser sont inséparables. « ... On ne peut être grand philosophe ou philosophe sans être un grand écrivain » écrit Maria Zambrano de Max Scheler, la remarque vaut également pour elle. Les œuvres véritables n'étant pas soumises au temps puisqu'elles créent leur propre temps à partir de l'événement de leur apparition, on souhaite que L'homme et le divin puisse enfin avoir en France l'accueil qu'il mérite et que son auteur aurait souhaité plus précoce et que Camus, Char comme Cioran avaient appelé de leurs vœux.

13 euros (code de commande : 27251).

Retour au début

 

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un ouvrage présenté sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com
(en cas de problème de communication :
loiseaulire@hotmail.com) ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (virement bancaire, chèque, carte, ...).

 CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.

Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN).

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.

Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre numéro de T.V.A. : BE0619836631.