Nouvelles entrées sur le site

 Page proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire
Pour commander

   Afin d'éviter la répétition de la consultation systématique de toutes les pages du catalogue pour y découvrir les nouvelles entrées, nous vous proposons une liste de nouveautés le 1er et le 15 de chaque mois. A chaque nouvelle mise à jour, les ouvrages invendus sont intégrés dans le catalogue général et les autres sont retirés.

   Si vous le souhaitez, nous pouvons vous avertir de la réalisation de chaque nouvelle mise à jour ; il vous suffit d'adresser un message à courrier@loiseaulire.com (en cas de problème de communication : loiseaulire@hotmail.com) en y indiquant : abonnement à la liste de nouveautés ou de compléter et de nous renvoyer le formulaire ci-dessous :

 

prénom et nom :
pays de résidence :
adresse électronique :
et cliquez sur

Pour commander


MISE À JOUR DU
MARDI 18 AVRIL 2017

 

Une réédition bienvenue :

 

OEHLER (Dolf) — Juin 1848. Le spleen contre l'oubli. Baudelaire, Flaubert, Heine, Herzen, Marx. Traduit de l'allemand par Guy Petitdemange et Patrick Charbonneau. Paris, La Fabrique, 2017. In-8° collé, 404 p., un cahier d'illustrations hors texte.
En quatrième de couverture :
   « Je ne suis pas mort, mais j'ai vieilli, je dois me remettre des journées de Juin comme d'une maladie grave », écrit l'émigré russe Alexandre Herzen. Cette maladie grave est précisément le sujet de ce livre. Elle frappe Baudelaire et son pauvre Cygne qui « sur le sol raboteux traînait son blanc plumage » comme elle atteint Flaubert, ébranlé par tant de bêtise dans la férocité bourgeoise. Et Heine, sur son grabat-tombeau, qui imagine l'épicier faisant des cornets de son Livre des chants pour y « verser du café et du tabac à priser pour les vieilles femmes de l'avenir ».
   Si les journées de Juin et leur répression inouïe n'apparaissent chez ces écrivains que sous forme ironique ou métaphorique, Dolf Oehler montre qu'il s'agit du refoulement de la terrible fracture de Juin entre les deux classes de la société moderne. « Ce n'est absolument pas un hasard si les écrivains les plus significatifs du second Empire sont justement ceux qui ont réfléchi le plus profondément sur la portée des événements de Juin, qui ont intégré Juin dans la texture même de ce qu'ils écrivaient. » Il peut arriver que cette « intégration » soit des plus claires, comme le coup de fusil que le père Roque tire à travers les barreaux sur un prisonnier qui demande du pain, ou chez Baudelaire évoquant cette « voix affaiblie » qui
      Semble le râle épais d'un blessé qu'on oublie
      Au bord d'un lac de sang, sous un grand tas de morts,
      Et qui meurt, sans bouger, dans d'immenses efforts.
   Il revient à Marx d'avoir tiré à chaud les leçons de la défaite : « La révolution de Juin est la révolution haïssable, la révolution répugnante, parce que la chose prend la place du mot, parce que la République découvre la face du monstre en brisant la couronne qui le couvrait et le cachait. »
   Un grand livre sur juin 1848, une magistrale démonstration du lien entre littérature et politique.

28 euros (code de commande : 25420).

 

À l'épreuve de la Révolution. L'Église en Luxembourg de 1795 à 1802. Bastogne, Musée en Piconrue, 1996. In-4° broché, 240 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, (collection « Art religieux et croyances populaires en Ardenne et Luxembourg », n° 11).
   
Cet ouvrage a été publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Musée en Piconrue, à Bastogne, en 1996.
Table des matières :
   - Introduction, par André Neuberg.
   - Prologue. Le Luxembourg : un duché réfractaire ?, par G. Trausch.
   I.  L'Église au Siècle des Lumières : une hégémonie contestée.
      - Crépuscule baroque au Siècle des Lumières, par F. Vanhoorne.
      - La réception de l'athéisme, par F. Vanhoorne.
      - La plume et le glaive. La résistance intellectuelle de François-Xavier de Feller et Henri-Ignace Brosius, par J.-M. Kreins.
      - Lumières, pouvoir et religion, par L. Demoulin.
      - Remacle Lissoir, un Bouillonnais traducteur de Fébronius, par L. Demoulin.
      - La procession dansante d'Echternach à la fin du XVIIle siècle : interdiction et restriction, par A. Langini.
      - La suppression des processions de l'Octave, par A. Langini.
   II. La Révolution : une Église ébranlée.
      - Les institutions françaises dans le duché de Luxembourg, par L. Lejeune.
      L'Église et l'État : la fracture.

      - Politique religieuse de la Révolution française, par L. Demoulin.
      - Jurer ou ne pas jurer : l'attitude de la hiérarchie catholique de l'archidiocèse de Trêves, par M. Schmitt.
      - Les autorités de l'Évêché de Liège et la Révolution, par L. Demoulin.
      - Un prêtre jureur était-il si terrible ?, par L. Demoulin.
      - Frontière et clergé lorrain à l'époque de la Révolution, par M. Noël.
      - Églises et chapelles en détresse, par P. Margue.
      - L'introduction du calendrier républicain et la réaction des couches populaires, par F. Emmel.
      - Les fêtes républicaines en province de Luxembourg, par Ch. Moïs.
      Les ordres monastiques : tourments et suppressions.
      - Destin de religieuses à la fin de l'Ancien Régime, par M.-E. Henneau.
      - La suppression des ordres religieux masculins dans le département des Forêts, par P. Majerus.
      - Orval. De l'opulence à la fournaise, ruine et résurrection, par J. Kelecom.
      - Une abbaye aux marges du duché : Notre-Dame de Saint Remy, à Rochefort, par A. Fourneau.
      - L'assassinat de la célèbre abbaye de Saint-Hubert, ange gardien et phare de l'Ardenne pendant onze siècles (687-1797), par J. Charneux.
      - Le village d'Hatrival rachète ses charges seigneuriales, par J.-M. Duvosquel.
      - La bibliothèque de l'ancienne abbaye bénédictine de Saint-Hubert et sa dispersion lors de la Révolution française, par L. Knapen.
      - La fin de l'abbaye Saint-Willibrord d'Echternach, par A. Langini.
      - La dispersion des biens de l'abbaye de Munster, par A. Langini.
      - La suppression des petits couvents masculins dans le Luxembourg, par P. Hannick.
      Le clergé paroissial face à la Révolution.
      - Le clergé du département des Forêts et la Révolution française, par J. Malget.
      - Clergé et Révolution française dans quelques localités de Sambre-et-Meuse, par J. Hockay.
      - Selon le goût de la République... Le ministère pastoral des curés luxembourgeois au temps de la clandestinité (1797-1802), par Th. Scholtes.
      - Acteurs et témoins, par Th. Scholtes.
      - Le facteur religieux dans les soulèvements paysans de 1798, par G. Trausch.
      - La Justice républicaine et l'Église, par M.-S. Dupont-Bouchat.
      - Les arrestations mouvementées de trois prêtres du canton d'Étalle. 1797-1799, par R. Yande.
   III. L'apaisement.
      - Le Concordat de 1801 et son application, par M. Schmitt.
      - L'absence de création artistique, par M. Schmitt.
      - Les stévenistes luxembourgeois, par E. Hector.
   IV. Le souvenir.
      - La Révolution française dans la mémoire collective des Luxembourgeois, par J.-M. Doucet.
      - Quelques épitaphes témoins de la Révolution, par C. Kockerols.
   V. Bibliographie.
      - La Révolution française et le Concordat vécus en Luxembourg, par J.-C. Muller.
      - Bibliographie alphabétique autour du département des Forêts et du Klëppelkrich.

25 euros (code de commande : 25448).

 

L'Almanach des vieux Ardennais. Traditions et saints de l'été. Bruxelles, Crédit Communal, 1994. In-4° broché, 263 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, (publication du Musée en Piconrue (Bastogne), « Art religieux et croyances populaires en Ardenne et Luxembourg », n° 9), bel exemplaire.
   
@ Cet ouvrage a été publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Musée en Piconrue, à Bastogne, en 1994.
Table des matières :
   - Introduction, par André Neuberg.
   1. L'Almanach.
      - L'Almanach de Luxembourg entre cultures traditionnelles et réalités modernes, par Daniel Droixhe et Nadine Vanwelkenhuysen.
      - Le calendrier des saints et saintes dans les almanachs de Liège et Luxembourg (de la fin du XVIII e à 1830), par Paul Lafontaine.
   2. L'été ardennais.
      - Les travaux et les jours d'été. Le Luxembourg rural de 1850 à 1950, par Jacques Charneux.
      - Les fêtes du Seigneur et de ses saints dans la météorologie estivale, par Raymond Mouzon.
      - Des Saints et des plantes, par Anicet Fraselle.
   3. Saints et coutumes de l'été.
      - Juin, juillet, août, septembre par Thierry Scholtes, Paul Bertrand, Louis Demoulin, Mieke De Jonghe, François De Vriendt, Albert Doppagne, Louis Lejeune, Léon Marquet, Antoinette Reuter, Isabelle Gillet.
   4. Catalogue.
      - Visage de la sainteté. Les saints dans l'imagerie religieuse, par Michel Boisdequin.
   Index des saints de l'été honorés dans la province de Luxembourg.
   Index des localités.

30 euros (code de commande : 25446).

 

Annales. Économies - Sociétés - Civilisations. 18e année - N° 3 - Mai-Juin 1963. Paris, Armand Colin, 1963. In-8° broché, [208 (pp. 417-624)], XVI (publicité) p., illustrations in et hors texte
Sommaire :
   - Études.
      - À Rome pendant la seconde guerre punique : techniques financières et manipulations monétaires, par Claude Nicolet.
      - En Nivernais au XIXe siècle : pour une histoire monétaire régionale, par Guy Thuillier.
   - Chronique des sciences sociales.
      - Pour une définition des classes inférieures à l'époque moderne, par François Furet.
   - Débats et combats.
      - Pour ou contre une politicologie scientifique, par Pierre Renouvin, Bertrand de Jouvenel et Alain Touraine et la réponse de Raymond Aron.
   - Travaux en cours.
      - Dans l'ancien Iran, les techniques de l'eau et la grande Histoire, par Henri Goblot.
   - Enquêtes ouvertes.
      - Vie matérielle et comportements biologiques, bulletin n° 10, par Michel Morineau et Lui Lisanti.
   - Notes critiques.
      - Pour une Histoire sérielle : Séville et l'Atlantique (1504-1650), par Fernand Braudel.
      - La fausse conscience est-elle un concept opératoire ?, par Robert Paris.
      - Aux États-Unis : « frontière » et nouvelle « frontière », par Louis Dermigny.
      - La première grandeur du crédit lyonnais (1863-1882), par Pierre Léon.
   - Comptes rendus.
      - Égypte antique (André Chastagnol, C.-M. Beaucour, Henry de Morant).
      - De la Guerre de Cent ans aux nouvelles monarchies (Jean Glénisson, Henri Dubois, Jean Imbert, Edouard Perroy, Ruggiero Romano).
      - Europe centrale et balkanique (Barisa Krekic, Eugène Lozavan, Marcel Emerit, ïraian Stoianovich, Pierre-Paul Sagave, Jean Sigmann).
   - Nécrologie.
      - Gabriel Esquer (1876-1961), par Fernand Braudel.
      - Henri Baulig (1877-1962), par Édouard Will et Paul Leuilliot.
   - Correspondance.
   - Livres reçus.
   - Publicité.

13 euros (code de commande : 25438 - vendu).

 

Art bouddhique japonais. Sculptures et peintures de la préfecture de Hyogo (VIIème-XIXème siècle). Bruxelles, BBL, 1989. In-4° broché, 169 p., illustrations en noir et en couleurs, édition bilingue (français - néerlandais).
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à la Banque Bruxelles Lambert, à Bruxelles, du 28 septembre au 26 novembre 1989, à l'occasion du festival « Europalia 89 Japan in Belgium ».
Extrait de l'avant-propos :
   Le bouddhisme a été introduit au Japon au VIe siècle. Ses idées ont eu une influence importante sur l'esprit et la culture du Japon et se sont introduites dans la vie des Japonais à bien des égards. Ce mouvement a fait naître l'art bouddhique, riche en peintures, sculptures, etc.
   La préfecture de Hyogo, qui se situe à proximité des anciennes capitales du Japon, Nara et Kyoto, ainsi que le bouddhisme, a toujours été sous l'influence du gouvernement de l'époque. C'est la raison pour laquelle l'art bouddhique de la préfecture de Hyogo n'est certainement pas inférieure à celle de Kyoto et de Nara. Dans le courant de sa longue histoire, d'innombrables œuvres artistiques possédant des caractéristiques des différentes régions dans la préfecture se sont développées.
   L'exposition contient à la fois des œuvres d'art de toutes les différentes régions de la préfecture de Hyogo, couvrant une période allant du VIIe siècle jusqu'au XIXe siècle, ainsi que divers objets d'art appartenant aux différentes sectes de la région. La présence de l'élément religieux confère à l'exposition un aspect très intéressant. L'exposition constitue non seulement une représentation de l'art bouddhique dans la préfecture de Hyôgo, mais peut aussi être considérée comme un reflet de l'art bouddhique japonais en général.
Table des matières :
   - Hyogo, par Toshitami Kaibara.
   - Introduction, par M.A. Shigekazu Kimura.
   - Le bouddhisme en marche vers l'Est, par Hubert Durt.
   - Les arts bouddhiques dans la préfecture de Hyogo, par Robert Duquenne.
   - Catalogue.
   - Iconographie, techniques.
   - Cartes.
   - Chronologie.
    - Bibliographie.

25 euros (code de commande : 25455).

 

BACON (Francis) — Francis Bacon. Edited by Rudy Chiappini. Milan, Electa, 1993. In-4° broché, 180 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, certaines à déplier, dos et couverture partiellement insolés.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Museo d'Arte Moderna della Città di Lugano - Villa Malpensata, à Lugano, du 7 mars au 30 mai 1993.
Table des matières :
   - Francis Bacon's Place in Twentieth-Century Art, par Ronald Alley.
   - The Screaming Pope : Past Art and Présent Reality, par Hugh M. Davies.
   - A Vision Fulfilled, par Michael Peppiatt.
   - A Desperate and Splendid Painting, par Rudy Chiappini.
   - Catalogue, par Jill Lloyd et Michael Peppiatt.
   - Biography, par Michael Peppiatt.
   - One-man Exhibitions.
   - Main Group Exhibitions.
   - Select Bibliography.

30 euros (code de commande : 25463).

 

[BASTIN (Mireille)]. PONZI (Jacques)Mireille Bastin. Introduction par Jean Verame. Bruxelles, Editions d'Art Laconti, 1988. In-4° sous cartonnage et jaquette (accrocs) d'éditeur, 95 p., nombreuses illustrations en couleur.
   Ce volume contient des textes de Christian Bussy, Paul Caso, Philippe Cruysmans, Jean Pigeon, Stéphane Rey, Roger-Pierre Turine et Alain Viray.
Texte d'Alain Viray :

   Mireille Bastin, pertinence et impertinence.
   Mireille Bastin, artiste naïve, suivant le langage plastique qui se croit obligé de mettre une étiquette (commode) sur toutes les formes d'art, est un romanesque bout de femme bourré d'esprit et de talent. Et si elle met en place avec humour et tendresse des petites filles qui ne sont pas toujours modèles et des couples savoureux, qui ne le sont pas toujours d'avantage, elle a une intrigante nature pour le faire. Intrigante, car il y a des courants d'air quelque peu pervers dans ses œuvres et une maturité certaine, parce qu'il est nécessaire d'être pleinement adulte pour jouer avec autant d'esprit sur le mode mineur et majeur des affres du cœur.

13 euros (code de commande : 25461).

 

BERNAERTS (Aimé) et KERVYN DE MARCKE TEN DRIESSCHE (Roger) — Les noms de rues à Bruxelles. Leur histoire - Leur signification - Leur sort. Bruxelles, De Visscher, 1951. In-8° broché, 280 p., table onomastique, très bon exemplaire.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   I. Origine des noms de rues.
      - Origine du nom des rues.
      - Les traductions erronées et les confusions.
      - Noms des habitants - Leurs occupations.
      - Noms inspirés par l'histoire.
      - Souvenirs des anciennes auberges.
      - Présence d'un édifice.
      - Noms de communautés religieuses.
      - Les noms de saints et de saintes.
      - Les légendes.
      - Noms tirés de particularités folkloriques locales.
      - Les propriétaires de terrains.
      - Encore des particularités locales.
      - Noms inspirés par la gastronomie.
      - Les prénoms.
      - Les artistes.
      - Les savants.
      - Les bourgmestres et autres personnalités.
      - Les mois, les saisons, la mythologie, etc.
      - Les villes, les pays et les cours d'eau.
      - Les qualificatifs.
      - Les termes abstraits.
      - Les activités humaines.
      - Quelques noms évocateurs.
      - Les animaux.
      - Les termes de botanique.
      - Confusions provoquées par les noms identiques.
      - Les dénominations flamandes non traduites.
      - Désignations primitives.
      - Changements d'appellation.
      - Noms malencontreux.
      - Les effets du hasard ou de la politique.
      - Les épidémies de changements de dénomination.
      - Dénominations disparues.
      - Les impasses.
      - Les changements après 1914-1918.
      - Les gaietés de la toponymie.
      - Les squares.
   II. Les communes.
      - Les communes.
      - Saint-Gilles, Ixelles, Saint-Josse-ten-Noode, Schaerbeek, Evere, Jette, Molenbeek, Koekelberg, Anderlecht, Forest, Uccle, Etterbeek, Boitsfort, Auderghem.
   III. Bruxelles - IIème district (Laeken, etc.).
   IV. Jeu de massacre.
      - Noms officiels et noms populaires.
      - Les changements récents d'appellation.
   - Appendice.
   - Ouvrages consultés.
   - Table onomastique des noms des voies publiques.

18 euros (code de commande : 25452 - vendu).

 

CARSON (Rachel) — Printemps silencieux. [Titre original : Silent Spring.] Traduit de l'anglais par Jean-François Gravrand. Préface de Roger Heim. Paris, Plon, 1963 In-8° sous reliure toilée et jaquette d'éditeur, 283 p., exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   Ce nouvel ouvrage de l'auteur de Cette mer qui nous entoure nous arrive des États-Unis accompagné d'un bruit et d'une fureur comme rarement livre en a suscités. Il a déclenché là-bas une puissante contre-offensive des industries chimiques mises en accusation par l'auteur, mais celle-ci a seulement réussi à en élargir le succès puisque Printemps silencieux n'a cessé pendant six mois de s'inscrire premier ou second sur la liste des best-sellers américains. Et M. William Douglas, membre de la Cour Suprême des États-Unis, a pu écrire que c'est « le document le plus important de ce siècle pour l'avenir de la race humaine ».
   Chaque année, la flore et la faune de nos régions subissent du fait de l'homme des destructions profondes et irréparables. Nos fleuves, nos rivières et nos lacs charrient des eaux empoisonnées par les déjections industrielles dans lesquelles, souvent, aucun poisson ne saurait proliférer, ni même survivre. Les insecticides répandus aveuglément par milliers de tonnes entraînent la disparition d'espèces d'insectes indispensables à l'équilibre biologique du milieu. Avec l'insecte meurt l'oiseau qui s'en nourrissait, et aussi la fleur dont celui-ci véhiculait le pollen. La question n'est plus de savoir si l'homme a décidé de vivre au milieu d'un désert silencieux et stérile, mais plus simplement s'il veut continuer à vivre. Car notre solidarité avec la nature est un fait qu'aucun « miracle » de la technique ne doit nous faire oublier. Les sels toxiques, les substances cancérigènes et les particules radioactives dispersées autour de nous ont rendez-vous au sein de notre organisme – dans notre foie en premier lieu. Ils l'envahissent par l'air que nous respirons, les liquides que nous buvons, les légumes, les fruits et les viandes que nous mangeons.
   Que la menace ne pèse pas seulement sur les États-Unis et le Canada, pays auxquels ce livre emprunte l'essentiel de sa documentation, mais qu'elle soit à l'ordre du jour dans nos régions, c'est ce qu'a tenu à souligner dans sa préface le professeur Roger Heim, président de l'Académie des Sciences et directeur du Muséum national d'Histoire naturelle, comme l'a fait en Grande-Bretagne sir Julian Huxley. L'hommage qu'ils rendent à Rachel Carson sur le plan scientifique est sans réticence. Et cette femme si remarquable est en même temps un écrivain d'une grande séduction, plein d'émotion et de poésie.

20 euros (code de commande : 25429).

 

[CHARLEROI]. Documents & rapports de la Société Royale d'Archéologie et de Paléontologie de l'Arrondissement Judiciaire de Charleroi. Tome LIII. 1967-1968. Thuin, Huaux, 1968. In-8° broché, VI, 426 p., illustrations, exemplaire en très bel état.
Table des matières :
   - Les monuments religieux de Thuin et leur mobilier, par Léonce Deltenre.
      
Chapitre I. Les caractères généraux.
      Chapitre II. L'église de Notre-Dame-du-Val.
      Chapitre III. La collégiale de Saint-Théodard.
      Chapitre IV. L'église de Notre-Dame-des-Carmes.
      Chapitre V. Le couvent des Sœurs grises.
      Chapitre VI. Le couvent des Capucins.
      Chapitre VII. Le collège des pères de l'Oratoire.
      Chapitre VIII. Les refuges abbatiaux.
      Chapitre IX. Les monuments disparus.
      Chapitre X. Les grandes chapelles sous toit.
      Chapitre XI. Les petites chapelles votives.
      - Errata, tables, index.

30 euros (code de commande : 25440).

 

[CHINE]. Visiteurs de l'Empire céleste. Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1994. Grand in-8° carré broché, 211 p., nombreuses illustrations en couleurs, exemplaire en bel état.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition organisée du Musée national des Arts asiatiques-Guimet, à Paris, du 18 mai au 29 aout 1994.
En quatrième de couverture :
   
« La Chine, fort longtemps, nous fut une planète séparée », écrivait Valéry. Pourtant les Grecs, les Romains parlaient déjà des Sères et de leur soie mystérieuse, tandis que les Chinois rêvaient d'acquérir les célèbres coursiers venus de l'Ouest.
   Au Moyen Âge, les pèlerins ouvrent la voie aux marchands ; Marco Polo devient fonctionnaire à Pékin, Saint Louis y envoie ses ambassadeurs, les grands Khan adressent des missives à Philippe le Bel. En 1513, le Portugais Jorge Alvares débarque à Canton et en 1688 Louis XIV écrit à l'empereur Kangxi. En 1792, Lord Macartney conduit pour l'Angleterre la plus célèbre mission diplomatique de l'Histoire.
   Ce sont quelques-unes de ces péripéties étonnantes qui se sont tissées entre la Chine et l'Occident que racontent les Visiteurs de l'Empire céleste.
Table des matières :
   - Préface, par Édouard Balladur.
   - Inaccessible Chine, par Alain Peyrefitte.
   - Atteindre Thina, le pays des Sères, par Jean-Paul Desroches.
   - La terre du Bouddha, Jérusalem, Rome et le Grand Khan, par Jean-Paul Desroches.
   - Macao, Pékin et l'Empereur de Chine, par Jean-Paul Desroches.
   - L'ambassade Macartney, par Alain Peyrefitte.
   - Annexes :
     - Voyageurs et ambassadeurs qui se sont rendus en Chine.
      - English Abstract.
      - Chronologie.
      - Bibliographie.

20 euros (code de commande : 25423 - vendu).

 

DUPÂQUIER (Jacques) — La population française aux XVIIe et XVIIIe siècles. Paris, Presses Universitaires de France, 19789. In-12 broché, 127 p., (collection « Que Sais-je ? », n° 1786), hommage de l'auteur au professeur Maurice-A. Arnould, exemplaire en bel état.
Table des matières :
   - Introduction.
   Chapitre I. Protohistoire de la population française (1600-1669).
      I. Rôles de tailles et registres de catholicité.
      II. Le peuplement.
      III. Le mouvement de la population.
      IV. Les grandes mortalités.
      V. Le régime démographique.
   Chapitre II. La période classique (1670-1739).
      I. Le pouvoir royal et la statistique démographique.
      II. Le peuplement
      III. Le mouvement de la population
      IV. La fécondité légitime.
      V. La nuptialité.
      VI. La mortalité.
      VII. Un système démographique autorégulé.
   Chapitre III. Les prémisses de la révolution démographique (1740-1815).
      I. Démographie et statistique.
      II. La croissance.
      III. Le mouvement de la population.
      IV. Le recul de la mortalité.
      V. Le freinage de la natalité.
      VI. Les conceptions hors mariage.
      VII. Le tournant démographique.
   - Bibliographie sommaire.

10 euros (code de commande : 25421 - vendu).

 

ENGELS (Friedrich) — Pour comprendre « Le Capital ». Suivi de deux études de Franz Mehring et Rosa Luxembourg sur le « Capital ». Paris, Bureau d'Éditions, 1936. In-8° broché, 126 p., (collection « Les Éléments du Communisme »), couverture un peu défraîchie.
Note de l'éditeur :
   L'étude du Capital de Marx présente de nombreuses difficultés. L'imprévu de la méthode, la profondeur de l'analyse, la multiplicité des points de vue nouveaux déroulent et, parfois, découragent le lecteur.
   Il est préférable de commencer l'élude de la science marxiste par des ouvrages plus accessibles, mais, même pour ceux qui possèdent les premiers éléments de cette science, la lecture du Capital n'est pas des plus faciles. Comment la rendre plus aisée, sinon en prenant tout d'abord connaissance des commentaires autorisés que nous devons au co-fondateur de la doctrine, à Engels lui-même.
   La collection « les Eléments du communisme » notamment, qui a déjà donné tant de textes classiques de Marx et d'Engels, se devait de faciliter aux étudiants du marxisme l'étude de son ouvrage essentiel. C'est dans ce but que nous avons réuni en une seule brochure quatre travaux d'Engels se rapportant à l'étude du Capital :
   1° L'article Le Capital de Marx inédit en français, paru, les 21 et 28 mars 1868, dans la Demokratischen Wochenblatt de Leipzig, qui constitue une magistrale exposition du premier livre du Capital.
   2° Un « Extrait de la préface au deuxième livre du Capital », consacré spécialement à la découverte de la plus-value.
   3° Le « Résumé du Capital » traduit pour la première fois en français, où Engels, chapitre par chapitre, résume et commente la plus grande partie du livre premier du Capital. La rédaction de ce travail, enrichi de nombreuses notes explicatives, a été effectuée par tes soins de l'Institut Marx-Engels-Lénine de Moscou.
   4° Le « Complément et Supplément au troisième livre du Capital », paru en 1895 dans le Devenir social et qui est introuvable aujourd'hui.
   Nous en donnons une nouvelle version soigneusement revue et améliorée. Ce travail constitue l'introduction indispensable à l'étude du troisième livre ;
   5° Vient ensuite une élude sur « La Bourse ». Elle consiste en des remarques complémentaires sur le troisième livre du Capital.
   Nous donnons ce travail, également inédit en français, d'après la copie photographique de l'Institut Marx-Engels-Lénine.
   Nous avons cru utile d'ajouter en annexe un extrait de l'ouvrage classique de Franz Mehring : Karl Marx : Geschichte seines Lebens (Karl Marx, histoire de sa vie), où le grand publiciste expose la genèse du Capital et en analyse le premier livre, et quelques passages du même ouvrage, dus à la plume de Rosa Luxembourg et dans lesquels la célèbre théoricienne, avec sa clarté coutumière, nous donne la substance des deuxième et troisième livres du Capital.
   Nous avons la conviction que, ainsi composé, ce petit ouvrage pourra rendre de réels services à tous ceux qui désirent entreprendre l'étude sérieuse du Capital.

12 euros (code de commande : 25439 - vendu).

 

En Syrie aux origines de l'écriture. Avant-propos de Charles Bertin. Turnhout, Brepols, 1997. In-4° broché, XVI, 302 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, bel exemplaire, épuisé au catalogue de l'éditeur.
   Cette publication a été réalisée à l'occasion de l'exposition éponyme qui s'est tenue à la Société Générale à Bruxelles, du 26 décembre 1997 au 31 mars 1998, à l'occasion de son 175e anniversaire.
En quatrième de couverture :
   La télévision, les magazines et les journaux ont familiarisé l'homme moderne avec les nombreuses écritures en usage dans le monde. Des caractères japonais sur les composants informatiques ou des lettres arabes sur les prospectus des agences de voyage ne nous étonnent plus. Mais d'où proviennent ces diverses écritures ? Pourquoi ont-elles été inventées et comment ont-elles évolué ? Ces questions évoqueront bien, chez certains d'entre nous, l'image de l'alphabet grec ou des hiéroglyphes égyptiens qui décorent les murs des temples. Mais qui songerait à ce Sumérien anonyme qui, vers 3.200 av. J.C., traça dans l'argile les premiers signes cunéiformes à l'aide de son stylet, sans se rendre compte qu'il allait ainsi conditionner l'histoire du monde pendant les cinq millénaires suivants ?
   Lorsque l'idée d'une exposition sur les origines de l'écriture prit forme et que nous nous sommes penchés sur la question du catalogue, il nous est clairement apparu que nous abordions là un sujet avec lequel le grand public n'est pas familiarisé. Un thème aussi complexe ne pouvait être traité que par des spécialistes. Nos collègues étrangers coopérèrent avec enthousiasme à l'entreprise et, grâce à eux, nous pouvons offrir aujourd'hui un ouvrage qui présente les derniers résultats de la recherche.
   L'apparition et le développement de l'écriture ont été stimulés par une série de conditions sociales, économiques et intellectuelles. Une exposition sur les origines de l'écriture ne peut donc éviter de traiter également du « milieu » antique. La découverte récente et extraordinaire, en Syrie, de plaquettes gravées de signes étranges qui remontent au Xème-XIème millénaires av. J.C. permet de faire le lien avec la préhistoire. C'est pourquoi nous avons tenu à évoquer également les recherches archéologiques syriennes et européennes, depuis la préhistoire jusqu'à l'époque où apparut l'écriture.
   Ce catalogue est conçu en trois parties. La première concerne l'apparition et le développement de l'écriture cunéiforme. La seconde partie illustre l'archéologie et la reconstitution de l'environnement ancien. Dans la troisième partie, les participants au projet Tell Beydar apportent une contribution en exposant les recherches archéologiques et interdisciplinaires en cours sur ce site. Enfin l'ouvrage se termine par la présentation de toutes les pièces exposées.

35 euros (code de commande : 25449 - vendu).

 

[GRAVURE - PAYS-BAS]. Het Huis van Nieuwburg te Ryswyk, alwaar, in 't jaar 1697, de Vrede geslooten is. Illustration extraite de l'édition de 1770 de l'ouvrage de Wagenaar : Vaderlandsche Historie, vervattende de Geschiedenissen der nu Vereenigde Nederlanden...
Dimensions :
   - Dessin : 259 x 170 mm.
   - Cuvette : 266 x 185 mm.
   - Feuille : 283 x 200 mm.

   C'est dans ce palais que furent signés, les 20 et 21 septembre 1697, les Traités de Ryswick qui mirent fin à la guerre de la Ligue d'Augsbourg.
   La ville de Ryswick est située dans la banlieue de La Haye ; la gravure montre, à l'arrière-plan, le profil de la ville voisine de Delft.

12 euros (code de commande : 25422).

 

[HAINAUT]. Albums de Croÿ. Tome V : Comté de Hainaut II : Généralités : Officiers Héréditaires, pairies, bannerets et villes. Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, 1987. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 286 p., illustrations en noir et en couleurs dont 83 planches à pleine page, plans, cartes, bel exemplaire.
Table des matières :
   - Les Albums du duc Charles de Croÿ, par Jean-Marie Duvosquel.
   - Les offices héréditaires du comté de Hainaut, par Marinette Bruwier.
   - Pairs et bannerets du comté de Hainaut, par Maurice-A. Arnould.
   - Les villes en Hainaut, des origines à la fin du XVIe siècle, par Léon Zylbergeld.
   - Historique et description des Albums publiés, par Eva Irblich.
   Planches :
   Commentaires par Gérard Bavay, Jacques Buchin, Jean Dugnoille, Cécile Dumont, Philippe Jacquet, Luc Lowagie, Jacques Nazet, Christiane Piérard, Gaston Renson, Edmond Rustin, Jacques Thiébaut, Christiane Van den Bergen-Pantens et Michel de Waha : 1. Page de titre annonçant les six officiers héréditaires du comté de Hainaut. Verchain - 2. Houdeng-Aimeries - 3. Beaurieux - 4. Péruwelz - 5. Raismes - 6. Berlaimont - 7. Page de titre annonçant les douze pairies du comté de Hainaut - 8. Armes des Croÿ - 9. Armes des douze pairies du comté de Hainaut - 10. Armes des douze pairies du comté de Hainaut (suite) - 11. Avesnes - 12. Chimay - 13. Barbençon - 14. Chièvres - 15. Lens-en-Hainaut - 16. Le Rœulx - 17. Baudour - 18. Walincourt - 19. La Longueville - 20. Silly - 21. Quévy-le-Petit - 22. Rebaix - 23. Page de titre annonçant la fin des douze pairies et le début des vingt-deux bannerets du comté de Hainaut - 24. Armes des vingt-deux bannerets du comté de Hainaut - 25. Enghien - 26. Havré - 27. Antoing - 28. Fontaine-Valmont - 29. Quiévrain - 30. Leuze - 31. Ligne - 32. Verchain - 33. Lahamaide 34. Berlaimont - 35. Ville-Pommerœul - 36. Gommegnies - 37. Montignies-Saint-Christophe - 38. Lallaing - 39. Condé-sur-1'Escaut - 40. Hordain - 41. Belœil - 42. Fagnolle - 43. Bousies - 44. Roisin - 45. Fresnes - 46. Harchies - 47. Page de titre annonçant les villes du comté de Hainaut - 48. Armes des villes du comté de Hainaut - 49. Mons - 50. Valenciennes - 51. Ath - 52. Maubeuge - 53. Binche - 54. Le Quesnoy - 55. Braine-le-Comte - 56. Enghien - 57. Beaumont - 58. Bouchain - 59. Avesnes - 60. Bavay - 61. Le Rœulx - 62. Chièvres - 63. Condé-sur-1'Escaut - 64. Hal - 65. Chimay - 66. Soignies - 67. Landrecies - 68. Lessines - 69. Leuze - 70. Saint-Ghislain - 71. Pecquencourt - 72. Page de titre annonçant les villes de Mariembourg et Philippeville - 73. Mariembourg - 74. Philippeville - 75. Page de titre annonçant la ville de Fontaine-l'Évêque - 76. Armes de Fontaine-l'Évêque - 77. Fontaine-l'Évêque - 78. Description des environs de Fontaine-l'Evêque - 79. Mariembourg - 80. Planche finale - Annexes - 81. Chièvres - 82. Le Rœulx.
   - Index des noms de lieux.
   - Table de concordance.

80 euros (code de commande : 25464).

 

Recueil d'Études d'histoire hainuyère offertes à M.-A. Arnould Édité par Jean-Marie Cauchies et Jean-Marie Duvosquel. Tomes I et II (complet). Mons, 1983. Deux forts in-8° brochés, 796 et 541 p., tableaux, illustrations (collection « Analectes d'Histoire du Hainaut »), exemplaire en très bel état.
Table des matières :
   Tome I
   Avant-propos, par J.-M. Cauchies et J.-M. Duvosquel
.
   L'œuvre de Maurice Arnould, par Ph. Moureaux.
   Le Hainaut. Évolution historique d'un concept géographique, par M.-A. Arnould.
   1. Archéologie.
      - Les âges de la pierre en Hainaut, par D. Cahen.
      - L'exploitation du silex en Hainaut, par L. Letocart.
      - La fin des âges des métaux en Hainaut, par A. Cahen-Delhaye.
      - Tumulus à tambour dans les anciennes cités des Nerviens et des Trévires, par M. Amand et H. Lambert.
      - La cité des Nerviens à la fin de l'époque romaine. Remarques méthodologiques, par R. Brulet.
      - L'apparition de fortifications seigneuriales à enceinte en Hainaut belge aux XIIe et XIIIe siècles, par M. De Waha.
   2. Histoire urbaine.
      - Les villes en Hainaut au Moyen Âge. Origines et premiers développements (XIIe- XIIIe siècles), par L. Zylbergeld.
      - L'urbanisme en Hainaut et à Tournai au bas Moyen Âge et au début des temps modernes : problèmes, sources et méthodes, par Ch. Dury.
      - Les fortifications médiévales des villes du Hainaut, par Ch. Piérard.
      - Les finances de la commune de Tournai de 1188 à 1522. Perspectives de recherches, par G. Preud'homme.
      - L'incendie d'Ath de 1435 et le problème de la reconstruction des villes en Hainaut à la fin du Moyen Âge, par J. Dugnoille.
      - Artisanat et industrie à Mons au XVIIIe siècle, par J.-J. Heirwegh.
      - Aspects de l'histoire économique et sociale d'Enghien (1830-1914), par J. Mignon.
   3. Histoire rurale.
      - L'architecture de terre en Hainaut. Typologie et économie, par G. Bavay.
      - Les pratiques agraires dans le Hainaut belge. La diffusion de l'assolement triennal, par J. Dupont.
      - Les waréchaix de Pâturages, une survivance médiévale au XXe siècle, par P. Ruelle.
      - L'évangélisation de la Belgique seconde du IIIe au VIe siècle. État de la question, par J. Dumoulin et J. Pycke.
      - Crises et réformes dans les abbayes hainuyères du IXe au début du XIIe siècle, par J. Nazet.
      - Les paroisses rurales en Hainaut au Moyen Âge d'après les archives de l'abbaye de Saint-Ghislain, par D. Van Overstraeten.
      - Lépreux et léproseries dans le comté de Hainaut au Moyen Âge, par W. De Keyzer.
      - Le développement du protestantisme en Hainaut (1802-1980), par E.M. Braekman.
   5. Histoire économique et sociale.
      - La monnaie des comtes de Hainaut jusque sous la maison d'Avesnes, par J. Ghyssens.
      - La noblesse dans le comté de Hainaut du XIe au XIIIe siècle. Aperçu général, par D. Dreck.
      - L'admission à la bourgeoisie à Valenciennes au XIVe siècle d'après les « Registres des Choses Communes », par J. Cossé.
      - La crise de 1693 d'après la mercuriale de la ville de Mons, par L. Hannecart.
      - La situation matérielle des médecins hainuyers au XIXe siècle, par R. Darquenne.
      - L'industrie de la pierre en Hainaut au XIXe siècle, par J.-P. Ducastelle.
      Recherche de l'emplacement d'anciennes carrières aux Écaussinnes par la méthode généalogique, par L. Baguet.
      - Le Nord-Ouest de la France de 1835 à 1865 : un marché charbonnier en pleine évolution pour le bassin du Couchant de Mons, par P. Lefèvre.
      - L'exportation du charbon belge en Hollande de 1815 à 1860. Analyse du commerce du bassin du Borinage, par M. Bruwier.
      - Panorama des banques hainuyères de la seconde moitié du XIXe siècle, par J. Lebrun.
      - Le Hainaut troublé de la fin du XIXe siècle, vu de France, par J. Michel et J. Puissant.
      - Contribution à l'histoire des ouvriers saisonniers du Hainaut occidental au XIXe siècle (1830-1914), par J.-P. Delhaye.
Tome II
   6. Histoire du droit et des institutions.
      - Coutume et législation en Hainaut du XIIe au XVIe siècle, par J.-M. Cauchies.
      Les sceaux des princes territoriaux belges des origines au début de XIIIe siècle. III. Les comtes de Hainaut, par R. Laurent.
      - Les nobles hainuyers à la Croisade contre les Albigeois, par G. Despy.
      - Terre, pouvoir, revenus. La formation dé la châtellenie de Chimay, IXe-XIIIe siècles, par C. Billen.
      - Les officiers de justice des comtes de Hainaut avant Philippe le Bon, par Ph. Cullus.
      - Hiérarchie féodale et droit de justice dans la châtellenie d'Ath au XVe siècle. À propos de la seigneurie de Ligne, par A. Scufflaire.
      - Les États et l'accession de Philippe le Bon au gouvernement du comté de Hainaut, par R. Wellens.
      - La presse politique en Hainaut des origines à 1940, par M. Arnould.
      - L'abbé Mahieu, fondateur du Parti wallon indépendant (1939), par H. Hasquin.
   7. Démographie historique.
      - La population de la Thudinie liégeoise au milieu du XVIIIe siècle, par P. Bauwens.
      - Enfants en nourrice et mortalité infantile à Mons à la fin de l'ancien régime (1779-1795), par J.-P. Bougard et A. Lequeu-Bourgueil.
      - Les déficiences de l'état civil, dans le département de Jemappes, par C. Dumont.
   8. Histoire de l'enseignement.
      - Contre-Réforme et instruction des pauvres. Le rôle des écoles dominicales vu à travers les initiatives hainuyères et lilloises, par A. Lottin.
      - La laïcisation de l'enseignement en Hainaut au XIXe siècle et au début du XXe siècle, par A. Uyttebrouck.
      - La province de Hainaut et l'Université Libre de Bruxelles. Professeurs et étudiants hainuyers de 1834 à 1914, par A. Despy-Meyer.
   9. Géographie historique.
      La géographie historique. Méthode d'étude de l'évolution d'un terroir hainuyer : aux sources de la Trouille, par R. Desreumaux et R. Sevrin.
      - La fortune foncière du duc Charles de Croÿ et les Albums de Croÿ, par J.-M. Duvosquel.
      - La cartographie de la vallée de la Haine (1650-1814), par C. Lemoine-Isabeau.
   10. Histoire de l'art.
      - Sculptures des années 1400-1450 en Hainaut, par R. Didier.
      - La sculpture figurée du XVe siècle à l'hôtel de ville de Mons, par L. Tondreau.
      - Clefs de voûte et consoles sculptées de la collégiale Sainte-Waudru à Mons, par J. Huvelle.
      - Bilan et synthèse sur les orfèvreries répertoriées dans le Hainaut oriental, par J.-M. Lequeux.
      - Le succès des faïences et des porcelaines de la manufacture de Tournai au XVIIIe siècle, par M. Jottrand.
      - Apports des tendances néo-médiévales au patrimoine du Hainaut occidental, par S. Le Bailly de Tilleghem.
   11. Étude des sources.
      - Mes années à Mons (1910-1912). Souvenirs d'un archiviste, par F. Rousseau.
      - Souvenirs d'un archiviste-paléographe, conservateur des Archives de l'État à Mons, 1932-1954, par A. Louant.
   12. Arts et traditions populaires.
      - Morts violentes et croix d'occis en Hainaut, par E. Carlier.
      - Contribution à l'étude de la chanson politique et sociale dans la province de Hainaut aux XIXe et XXe siècles, par R. Pinon.
   Index et tables.

Les deux volumes : 35 euros (code de commande : 25465).

 

HARTUNG (Hans) — Un monde ignoré vu par Hans Hartung. Poèmes et légendes de Jean Tardieu. Genève, Skira, 1974. Grand in-4° (361 x 360 mm.) broché, [64] p, 39 reproductions photographiques contrecollées, exemplaire numéroté (n° 282), en très bel état.
Préface :
   L'idée de ces photographies ma été donnée, au début des années cinquante, par ma femme Anna Eva Bergman, lorsque nous passions nos vacances au bord d'une plage de la Méditerranée.
   Tous les jours nous ramassions des galets. Anna Eva collectionnait des têtes de monstres qui semblaient venus tout droit du monde légendaire de son enfance nordique.
   Moi, de mon côté, dans ma recherche de pureté abstraite et correspondant à mon goût de perfection, je ramassais obstinément les pierres les plus belles, ovales et rondes.
   Je reprochais à ma femme sa faiblesse pour le morbide. Bientôt je commençai à m'ennuyer. Puis à la longue nous avons renversé les rôles, j'ai été lamentablement contaminé par son penchant figuratif et me voilà devenu grand amateur de Trolls et autres Apollons.
   Étant plus doué quelle pour cette technique, c'est moi qui ai fixé l'image de ces drôles d'êtres. Plus tard, Albert Skira a bien voulu les imprimer et Jean Tardieu les commenter, en vers et en prose.

135 euros (code de commande : 25460).

 

JOURET (Georges) — Histoire de l'occupation allemande en Belgique. Préface de Fulgence Masson. Mons, La Province, [1927]. In-8° sous demi-reliure toilée à coins, pièce de titre en basane rouge, couverture restaurée conservée, 207 p., ex-libris, bel exemplaire dédicacé par l'auteur à Jules Blasse : À mon ancien élève / Monsieur Jules Blasse / hommage de très cordiale / sympathie /G Jouret / Mons, le 18 février 1927.
Préface de Fulgence Masson:
   Encore une histoire de l'occupation allemande ?
   Était-il opportun de l'écrire ? N'eût-il pas mieux valu ensevelir dans l'oubli ces mauvais souvenirs ?
   Ainsi parleront sans doute certains partisans fervents de l'esprit de Locarno.
   Nous leur répondrons : faut-il laisser le monde dans l'ignorance des excès et des crimes gui furent les épisodes quotidiens de l'effroyable tragédie ? Devons-nous les taire à nos propres enfants ? L'historien peut-il, sans trahir son devoir, fermer les yeux sur de pareils événements ? N'est-ce pas en conjurer le retour que d'en dévoiler l'horreur et de susciter leur réprobation dans la conscience de l'humanité ?
   En écrivant les annales de notre pays durant les sombres journées d'une domination orgueilleuse et intolérable, M. Jouret a fait œuvre de moraliste autant que d'historien. Il n'a pas obéi à un vain sentiment de colère, ni de rancune ; il a voulu apporter un témoignage réfléchi, circonstancié, au grand procès qui fera l'objet de longs débats entre les descendants de ceux qui y ont été mêlés.
   La mémoire des hommes est bien fragile ; le souvenir des événements les plus graves s'évanouit, en peu de temps, ou se confond dans les légendes à travers lesquelles il devient souvent malaisé de discerner la vérité.
   On lira avec intérêt ces pages émouvantes dans lesquelles M. Jouret a. décrit avec une sincérité et une loyauté qui défient toute contradiction les aspects divers de la vie d'une petite nation, insouciante, fière et indépendante, livrée tout à coup sans défense à une puissance d'orgueil et de domination. Quelle fertilité d'imagination dans l'emploi des moyens mis en œuvre par le vainqueur pour nous assujettir, quel optimisme et quelle force de résistance chez le peuple vaincu ! Que d'incidents et de mesures tracassières nous avons subis ! À quelles menées dissolvantes nous avons été livrés ! Se peut-il que la barbarie voisine de si près la civilisation et que la loi du plus fort garde un tel empire, en dépit des traités les plus solennels ?
   Les qualités qui distinguent la manière de G. Jouret et qui l'ont classé parmi nos bons historiens se retrouvent dans cet ouvrage.
   On peut dire, de ses premiers essais qu'ils ont rénové les études historiques en nous introduisant dans la vie civile de notre pays aux époques les plus lointaines et les plus obscures, en nous faisant assister à la lente évolution économique et sociale d'un peuple essentiellement paisible et laborieux.
   L'histoire des quatre années d'occupation est inspirée de la même méthode ; la tâche de l'écrivain a été plus aisée, les événements étant tout proches de lui ; il a pu les observer et les juger par ses propres moyens.
   Pour ceux qui ont échappé aux conflits avec l'autorité allemande ou qui ont ignoré l'organisation du ravitaillement de la population el ses difficultés, ces pages seront instructives.
   À tous, elles apprendront en une série de tableaux impressionnants et vivants le spectacle de la vie tourmentée d'un peuple aux prises avec un maître qui ne comprenait, ni ses aspirations, ni son loyalisme.

25 euros (code de commande : 25425 - vendu).

 

KRAFFT-POURRAT (Claire) Le colporteur et la mercière. Récit et enquête. Préface par Laurent Theis. Paris, Denoël, 1982. In-8° broché, 325 p., un cahier d'illustrations hors texte, couverture légèrement défraîchie.
En quatrième de couverture :
   « Qui frappe à la chaumière du pauvre Jean le Gueux ? – Pitié, c'est Jean Misère plus que toi malheureux... »
   Ce fragment d'une complainte chantée il n'y a pas si longtemps peut introduire à la tournée des colporteurs. Ils affrontent les hasards du chemin et de la saison ; ils ploient sous le poids de leur charge (certains portent sur le dos, jusqu'aux talons, une armoire) ; dans les foires et sur les marchés, les voilà confrontés entre eux, mais plus encore avec les marchands sédentaires qui ont pignon sur rue. En toile de fond, les lois et règlements, qu'ils ont souvent bravés, entravent leur activité.
   Tour à tour ou à la fois mercier, libraire ou « canardier », le colporteur a pris, suivant les âges ou les régions, les noms de gagne-petit, de porteballe, d'ambulant, de truqueur, de mercelot, de margoulin, de bisoard, de chineur, de gascon, de coesme... Il est à l'image du Juif errant et, à l'échelon le plus bas du commerce, l'intouchable de la caste. Pourtant, pourchassé par la police, quand celle-ci ne l'utilise pas comme agent de renseignement, victime des tracasseries administratives, vilipendé par les prêtres, traqué par la censure, le colporteur répand les nouvelles – mais parfois aussi les épidémies – distribue les almanachs, et relie l'un à l'autre le hameau ou la province. Car, avant d'être ruiné par les progrès de l'alphabétisation, les chemins de fer et les bibliothèques des gares (sans parler de la vente par abonnement ni des grands magasins), le colporteur a tenu le rôle d'une véritable gazette orale.
   À partir de témoignages familiaux, Claire Krafift Pourrat nous propose d'abord un récit qui redonne vie et voix à ces minuscules revendeurs abolis mais encore à portée de mémoire ; enfin, sur un ton différent permettant d'autres investigations, l'auteur se livre à une enquête sur les avatars du colportage dans le temps et dans l'espace.
   Préfacé par Laurent Theis, l'ouvrage comprend en annexe une liste des auteurs de canards au XIXe siècle, ainsi qu'un relevé des noms et surnoms des colporteurs.

12 euros (code de commande : 25436).

 

[LANDUYT (Octave)]. Octave Landuyt. Textes de Jean Dypréau et A.L.J. Van de Walle. Gent, Stadsbestuur van Gent, 1973. Grand in-4° carré (343 x 367 mm.) sous cartonnage illustré d'éditeur, [44] p., illustrations en noir, édition trilingue (néerlandais, français, anglais),
   Cet ouvrage a été édité à l'occasion de l'exposition organisée au Centrum voor Kunst en Kultuur gewezen St-Pietersabdij, à Gand, du 21 juin au 16 septembre 1973.
Extrait du texte de Jean Dypréau :
   Il est rare que l'on se souvienne vingt ans plus tard de la toile d'un jeune peintre entrevue lors d'une exposition d'ensemble, de son emplacement précis sur la cimaise, comme de tous les détails de sa composition. Je suis convaincu cependant que je ne suis pas le seul dans ce cas : il s'agit en l'occurrence de l'envoi que fit Octave Landuyt en 1953 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles pour le Prix de la Jeune Peinture.
   Je n'ai pas oublié non plus le commentaire élogieux que m'en fit un peintre qui était déjà engagé dans une voie toute différente de la sienne, celle de l'abstraction. À ce moment-là, les mots « angoisse existentielle » n'étaient pas encore galvaudés par un usage abusif et ils définissaient avec pertinence le sentiment que cette toile nous faisait ressentir. Inquiétude physique et inquiétude métaphysique conjuguaient leurs maléfices dans ces visages de visionnaires transis. Dans leurs regards apeurés qui interrogeaient le ciel, on trouve un écho du grand effroi qu'éprouva l'humanité après les explosions nucléaires de Nagasaki et d'Hiroshima. On y trouve aussi la quête pitoyable de ces êtres difformes sur la cause de leur damnation.
   L'anxiété, l'épouvante, l'horreur, resteront les thèmes favoris d'un peintre qui n'acceptera d'en atténuer l'expression qu'en créant entre eux et nous cette distance que la luxuriance, voir la séduction du matériau, parvient à conférer à ses plus tragiques apparitions.
   Son but ultime ne serait-il pas de nous proposer des manières de totems chargés de conjurer le sort, d'éloigner le malheur par la projection de son image et par la personnification d'un destin inexorable, de tromper le ciel au profit de ses victimes désignées ?
   Alors que pour beaucoup d'artistes, l'abstraction fut un itinéraire de fuite devant une réalité qu'ils redoutaient d'affronter, Octave Landuyt, comme l'Oreste de Sartre dans « Les Mouches », tente peut-être à sa façon de libérer la cité de la colère des dieux.
   Car, au-delà des faces monstrueuses et des incicatrisables cancers, sont évoqués le luxe, le calme et la volupté.
Signature de l'artiste à la page de titre.

20 euros (code de commande : 25459).

 

[LASSUS (Roland de)]. MATHIEU (Adolphe) — Roland de Lattre, sa vie, ses ouvrages, par Adolphe Mathieu, Chef de la section des manuscrits (ancienne librairie de bourgogne) à la Bibliothèque royale ; Prof.-agrégé à l'Université de Liège ; Chevalier de l'Ordre de Léopold et décoré de la Croix de Fer ; Correspondant de l'Académie royale de Belgique, Membre de la Société royale des Beaux-Arts et de Littérature de Gand ; Ancien vice-président, secrétaire perpétuel de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut, Membre de la Société des Bibliophiles Belges, de l'Académie d'Archéologie de Belgique, de la Société numismatique belge, de la Société historique d'Utrecht, etc., etc. Gand, De Dusscher Frères, [1851]. [Gand, / Imprimerie et Lithographie de De Busscher Frères, / rue Savaen, 42.] In-8° broché, 84 p., quelques vignettes dans le texte et un portrait hors texte, bon exemplaire.
   Cet ouvrage a été publié l'année de la pose de la première pierre du monument en l'honneur de Roland de Lattre, à Mons (le 8 septembre).

30 euros (code de commande : 25457 - vendu).

 

LEPOUTRE (Gérard) — Étudiants... pour quoi faire ? Des enseignants s'interrogent. Préface de René Rémond. Bruxelles, De Boeck, 1978. In-8° collé, 155 p., (collection « Univers des Sciences Humaines », n° 14).
En quatrième de couverture :
   Le Centre Interdisciplinaire de Réflexion Chrétienne compte sept équipes d'enseignants de la Fédération Universitaire et Polytechnique de Lille. Il se préoccupe d'opérer une médiation entre les sciences (au sens le plus large) et la foi.
   L'une des équipes s'attache à la pédagogie universitaire et entreprend de rendre leur vérité aux rapports entre enseignants et étudiants. Elle est animée par Gérard Lepoutre, physicochimiste, professeur à la Faculté libre des Sciences de Lille et directeur d'un Laboratoire associé au CNRS.
   Ce livre s'adresse à tous les partenaires de l'entreprise universitaire : étudiants, enseignants, professionnels, parents, professeurs du second degré, grand public cultivé...
   Des enseignants s'interrogent sur la signification humaine et sociale de leurs activités. Cette interrogation a d'abord été l'objet d'un Colloque, tenu à Lille en avril 1977. Une équipe interdisciplinaire a repris les actes du Colloque pour en faire ce livre.
   Ce n'est pas un ouvrage de haute érudition. C'est le fruit d'une riche expérience et d'une solide réflexion sur cette expérience. C'est un instrument pour l'action.

8 euros (code de commande : 25428).

 

MASSIN (Brigitte et Jean) — Histoire de la musique occidentale. Nouvelle édition revue et augmentée. Paris, Fayard, 2009. Fort in-8° collé, 1312 p., (collection « Les Indispensables de la Musique »), exemplaire en bel état.
En quatrième de couverture :
   Il existe aujourd'hui de nombreux et excellents dictionnaires et encyclopédies de la Musique où trouver les renseignements les plus variés, mais plus rarement sans doute, conduite jusqu'à nos jours, une véritable histoire de cet art, dans sa merveilleuse trajectoire au travers des siècles, ses rencontres, ses développements, les apparitions des hommes qui n'ont pas cessé de l'inventer et de la réinventer.
   Nous avons voulu ici retracer une histoire de la pratique et de l'esthétique musicales, de ses instruments et de ses règles toujours variables, de ses compositeurs surtout auxquels il est consacré, pour les plus grands de ces génies créateurs, de vastes chapitres.
   Mais nous avons souhaité également que cette Histoire de la musique « occidentale », avec ses évolutions et même ses révolutions spécifiques, ne soit pas dissociée de l'Histoire générale : Histoire politique, socio-économique, culturelle et religieuse, nous attachant ainsi à mettre en lumière les situations socio-historiques de la musique à travers les siècles.
   Destinée à tous les lecteurs, à tous ceux qui se sont épris de la musique, la pratiquent ou l'écoutent, à tous ceux qui veulent en savoir plus, cette histoire s'ouvre, avant que ne commence le récit, sur un « Lexique musical raisonné », un peu comme on livre une usine « clés en main ».
   Œuvre collective, fruit de la participation d'une vingtaine d'éminents collaborateurs, chacun apportant l'originalité de son regard le plus contemporain dans les domaines qui lui sont les plus familiers, le récit s'enrichit ainsi des connaissances de tous au meilleur niveau, faisant de ce livre un ouvrage qui se veut aussi passionnant à lire qu'enrichissant à consulter.

18 euros (code de commande : 25456 - vendu).

 

[MONS - GHLIN]. Le château des Blancs Marais. Photographie au format carte-postale (148 x 105 mm.), au verso cachet du Service Photographique du Musée de la Vie Wallonne.
   L'étude de Michel Wautelet et Marie-France Debacker nous apprend que cet immeuble était « situé à l'angle des rues du Marais à Chardons et de la Barrière. »
   « Le château des Blancs Marais a probablement été construit au XVIIIe siècle. Il semble exister sur la carte de Ferraris, établie vers 1770-1780.
   En 1789, trois familles s'y seraient déjà succédé : un général français, la famille Fontaine du Joncquoy (de Mons) et la baronne d'Ergis. On raconte que lors de la Révolution française un prêtre, l'abbé Courtin, y est caché et célèbre la messe clandestinement. Le général Dumouriez y aurait séjourné, comme un plaque sur la façade le commémorait : C'est ici que le 6 novembre 1792, le Général Dumouriez a passé la revue de ses troupes qui se rendaient à la bataille de Jemappes. L'historicité de cet épisode est contestée.
   Ensuite, le château est habité par Pepin de Popelimont, puis est transmis aux Behault de Warelles. Vers 1860-1865, Charles de Behault de Warelles en est propriétaire. [...]
   De 1864 à 1868, la demeure est louée aux Pères Jésuites de Mons, comme maison de campagne. Elle passe ensuite à la famille Bouillart, jusque fin décembre 1913. [...]
   Albert-Théodore-Marie Périn [...] du château de la Barrière, acquiert la propriété vers 1914, en même temps que la prairie juste en face [...]
   Pendant la guerre 1940-1945, le château est réquisitionné par les Allemands. Après la guerre, les aveugles viennent assister à la messe dans la chapelle et on leur offre le goûter.
   La dernière propriétaire, Marie-Antoinette Delherbe [...] vend le château aux « Amis des Aveugles » après 1978. Le bâtiment est détruit en 1983 pour permettre l'expansion du complexe du côté de la rue de la Barrière. »
Bibliographie :
   - Wautelet (Michel) et Debacker (Marie-France), Des joyaux à découvrir. Les châteaux de Ghlin, pp. 31-33

13 euros (code de commande : 25416 - vendu).

 

[MONS - HÔPITAL DE SAINT-NICOLAS]. Chy s'ensieult l'ordonnance & regle des povres filles servans & administrans aux povres malades en l'hopital & maison Dieu & Monsieur saint Nicolas, en la ruë de Havrech de c'est Ville de Mons. [Mons], s.n., [1662]. In-8° broché, 21, [3 bl.] p., très rare.
   La première des trois pages blanches in fine contient le manuscrit : Ceremonies pour la veture d'une sœur hospitaillere.
Bibliographie :
   - Federinov (Bertrand), Quatre siècles d'imprimerie à Mons, p. 82.
   - Ghiste (Serge), L'hôpital de Saint-Nicolas en la rue d'Havré à Mons.

50 euros (code de commande : 25418 - vendu).

 

[MORAZÉ (Charles)]. Mélanges en l'honneur de Charles Morazé. Culture, science et développement. Contribution à une histoire de l'homme. Toulouse, Privat, 1979. In-8° sous reliure et Rhodoïd d'éditeur, 544 p., illustrations.
Table des matières :
   - Charles Morazé : essai de biographie, par Pierre Grappin et Philippe Wolff.
   - Bibliographie des écrits de Charles Morazé.
   - Témoignages, de Maurice Béjart, Yehudi Ménuhin, Paul Mus et Laurent Schwartz.
   1. Esprit, Économie et Société.
      - Nobles sauvages, par Claude Lévi-Strauss.
      - Manger au pays du soleil, par Jean-Pierre Vernant.
      - Athéna invisible. Iconologie de l'Acropole, par Michael Skovgaard-Hansen.
      - Avatars musulmans de quatre personnages d'un portail de Vézelay, par Germaine Tillion.
      - La Femme et l'Amour dans l'Iran traditionnel, par Aly Mazahéri.
      - Guerriers et bourgeois conquérants. L'image de la ville dans la littérature française du XIIe siècle, par Jacques Le Goff.
      - What is « the Renaissance » ?, par John Nef.
      - Malherbe et la théorie des parallélismes en poésie, par Nicolas Ruwet.
      - Sur l'art de notre temps, par Jean Fourastié.
      - An introduction to the East-West encounter in literature, par Faiz Ahmed Faiz.
   2. Logique de l'Histoire.
      - Has history a logic ?, par Wïlson O. Cloug.
      - Des mouvements séculaires, par Fernand Braudel.
      - Remarques sur l'historisme-herméneutique, par Raymond Aron.
      - Confidences du Génie de l'Histoire, par Jacques de Bourbon-Busset.
      - Pathologie des systèmes de communication, par Pierre Schaeffer.
      - Théorie de la communication et théorie de la graphique, par Jacques Berlin.
      - Vers un schématisme de la structure, par Jacques Petitot-Cocorda.
      - Gibbon et le sens de l'Histoire, par François Furet.
      - Réflexions sur une conception néo-malthusienne de l'histoire rurale de l'Occident, par Emmanuel Le Roy Ladurie.
      - « Partisanship » and the sciences, par E.J. Hobsbawm.
   3. Histoire et science.
      - Calendrier grégorien, calendrier maya, par Geneviève Guitel.
      - Eau-de-Vie logique et « Banqueroutiers du Saint-Esprit », par Suzanne Colnort-Bodet.
      - La courbure et son apparition chez Descartes, par Pierre Costabel.
      - Un épisode significatif de l'histoire de l'optique au XVIIIe siècle : la querelle de l'achromatisme, par René Taton.
      - Des contre-révolutions scientifiques, par Serge Moscovici.
   4. Histoire et politique.
      - Faut-il remplacer la sociologie par la science politique du changement ?, par Alain Touraine.
      - Les systèmes économiques mixtes : une nouvelle « synthèse républicaine », par Philippe J. Bernard.
      - Instincts/Institutions : note d'introduction à une étude du consensus, par Marc Ferro.
      - Sixto Camara, un socialista espanol responde a Thiers, par José Antonio Maravall.
      - The Polish Peasant in literature and ideology, par Krzysztof Pomian.
      - The imperial factor in appeasement, par Max Belojf.
      - L'Amérique et les intellectuels français, par Pierre Nora.
      - The Ideology of Indian Nationalism, par Sarvepalli Gopal.
      - Réflexions d'un politiste sur le Gaullisme, par François Goguel.
   5. De l'histoire au développement.
      - Réflexions sur Charles Morazé, le développement économique et l'histoire, par Norbert Beyrard.
      - Développement - Sous-développement. Le cadre conceptuel dans une perspective historique, par Celso Furtado.
      - Brésil XIXe siècle : les précurseurs des sciences sociales, par Maria I. Pereira de Queiroz.
      - Une expérience politique d'inspiration comtienne au Brésil : la première constitution de l'État de Rio Grande do Sul, par Paulo E. de Berrêdo-Carneiro.
      - Des récits de vie aux ethnobiographies, par Jean Poirier.

25 euros (code de commande : 25437 - vendu).

 

MOTTEQUIN (Philippe) — Répertoire de la presse de la province de Luxembourg (1760-1940). Louvain - Paris, Nauwelaerts, 1978. In-8° broché, 357 p., (collection « Centre Interuniversitaire d'Histoire Contemporaine - Cahiers », n° 84).
Introduction :
   Depuis de nombreuses années, le Centre interuniversitaire d'histoire contemporaine a consacré une partie de ses efforts à l'étude de la presse de notre pays afin de faciliter à l'historien l'approche de cette source importante. Dans cette ligne, notre travail consiste en un répertoire de la presse de la province de Luxembourg de 1760 à 1940.
   Cette presse luxembourgeoise avait fait l'objet au siècle dernier des études de J.B. Douret qui a rassemblé une documentation fort précieuse sur les XVIIIe et XIXe siècles. Il faut signaler l'intérêt de cet auteur pour les différentes formes de presse que sont les journaux, les revues ou les tracts électoraux. Ses ouvrages nous furent d'une grande utilité.
   Quelles sont les limites de notre travail ? Au point de vue géographique, nous avons retenu la province de Luxembourg dans son territoire actuel ne tenant pas compte du Grand-Duché de Luxembourg, mais en y incluant par contre le duché de Bouillon. Au niveau chronologique, 1760 est notre point de départ, car c'est l'époque où P. Rousseau vint s'installer dans le duché de Bouillon où il continua la publication de son Journal encyclopédique commencé à Liège en 1756. Le terminus ad quem de notre travail est le 10 mai 1940, début des hostilités entre l'Allemagne et la Belgique, une date charnière, car elle eut pour conséquence de mettre un terme à la parution de nombreux journaux qui ne reprirent pas après la guerre.
   Après un bref aperçu sur la presse luxembourgeoise d'information et une bibliographie, on trouvera la liste des endroits de conservation publics et privés, les explications sur les différents points de notre questionnaire sur la presse, ensuite le répertoire des journaux, des revues et des tracts électoraux. Plusieurs index permettront d'utiliser au maximum les renseignements rassemblés : un index alphabétique général de toutes les publications, une liste par ordre chronologique de parution, un classement des gazettes suivant leur caractère et un index des noms de lieux et de personnes.
   Les journaux et les revues ont été présentés séparément : nous avons considéré comme journal, une publication de périodicité fréquente (au moins bimensuelle) et dont le contenu est axé principalement sur l'information et l'actualité au sens large. La revue sera de périodicité moindre, s'adressant souvent à un groupe restreint et n'ayant pas nécessairement l'actualité comme guide. Bien sûr certaines publications ne correspondent pas parfaitement aux critères donnés ; dans ce cas, l'aspect pratique a prévalu.

13 euros (code de commande : 25441 - vendu).

 

['PATAPHYSIQUE]. Cahiers du Collège de 'Pataphysique. 1. Paris, Collège de 'Pataphysique, [1972]. In-8° agrafé, [52] p., illustrations.
   Fac-similé du premier numéro des Cahiers édité à l'occasion de la fête de la Chandelle Verte 100.
Sommaire :
   - Harangue inaugurale prononcée par Sa Magnificence le Vice-Curateur-Fondateur.
   - Études canoniques.
      - Visions Actuelles et Futures, par Alfred Jarry.
      - IIe Ouverture de Tragédie, par Léon-Paul Fargue.
      - Encore une Infamie, par Le Pelerin.
      - Le Paraclet, par Oxulal Fronçais.
      - Vieux Coppée (avec un vrai), par Germain Nouveau.
      - Proposition Ingénieuse, par Alphonse Allais.
      - Les Beaux Dimanches, par Julien Torma.
      - Avenir, par Guillaume Apollinaire.
      - Femmes Honnêtes et Museaux Roses, par Anaïs Ségalas.
      - Complainte du Libre-Arbitre, par Jules Laforgue.
      - Quelques Remarques Sommaires Relatives aux Propriétés Aérodynamiques de l'Addition, par Raymond Queneau.
      - Le Mystère de Jeanne d'Arc, par Émile Rossignol.
      - Un Brillant Sujet roman, par Jacques Rigaut.
   - Études techniques.
      - Jarry et la Pataphysique (1re partie), par J.-Hugues Sainmont.
      - Les Pionniers : Perspectives Psychotechniques, par Maigret.
      - Tautologie Différentielle et Tautologie différentiale chez M. Heidegger, par Dussow.
      - Une belle victoire de la Pataphysique, par Henri Robillot.
      - Plaisir de Franck, par Nicolas Cromorne.
      - À travers le Monde : Épiphanies.
   - Feuilleton.
      - Les Fils d'Ariane, roman-fleuve-digest (1re partie), par Jean Marvier.
   - Travaux du Collège.
      - Patapéteries Contrephysiques.
   - Partie officielle.
      - Grand Ordre de la Gidouille : Statuts, par Alfred Jarry.
      - La Vie du Collège, par Janvier Mauvoisin.

25 euros (code de commande : 25442).

 

['PATAPHYSIQUE]. L'Ymagier du Père Ubu. [Reims], [Cybalum Pataphysicum], 1980. In-8° carré agréfé, 24 p., illustrations, (collection « Hermès », n° 2).
   Réalisé par la Sous-Commission des Monuments Anhistoriques et Historique pour la Sous-Commission des Incompétences Réalisatrices, ce recueil reproduit des figurations graphiques du Père Ubu par Alfred Jarry, Charles Morin, Pierre Bonnard, Rouault, Max Ernst, Franciszka Themerson, Yves Tanguy, Pablo Picasso, Joan Miró, F'murr et autres artistes.

20 euros (code de commande : 25443).

 

PIRENNE (Henri) et VERCRUYSSE (Jérôme)Les États Belgiques Unis. Histoire de la Révolution belge de 1789-1790. Paris - Louvain-La-Neuve, Duculot, 1992. In-8° broché, 189 p., bel exemplaire, peu courant.
En quatrième de couverture :
   Que la Belgique ait conquis son indépendance en 1830, c'est une chose bien connue, mais qu'elle l'ait déjà fait en 1789 – et de haute lutte –, voilà un événement souvent oublié.
  C'est l'aventure de la Révolution brabançonne et de la confédération des États Belgiques Unis, éphémère préfiguration de la Belgique contemporaine.
   Il faut relire, sous la plume du grand Pirenne, la manière dont ce processus révolutionnaire évolua, explosa et se transforma en la création d'un État qui, malgré le courage de son armée de Patriotes, ne sut ni faire reconnaître son indépendance, ni maintenir l'intégrité du territoire.
   Histoire passionnante d'une belgitude qui se cherche, racontée de façon inégalée par Henri Pirenne, et introduite par une pénétrante analyse du professeur Jérôme Vercruysse, président du Comité Jean-François Vonck 1792-1992.
Table des matières :
   - Introduction, par Jérôme Vercruysse.
      - 1787-1792 : une suite d'étranges révolutions.
      - Chronologie des événements.
      - Bibliographie sommaire.
      - Note sur le texte.
   - La Révolution brabançonne, par Henri Pirenne.
      - Les réformes de Joseph II.
      - La révolution brabançonne.
      - La restauration.
   - Index.

25 euros (code de commande : 25426 - vendu).

 

Planète des Masques. Œuvres majeures de la Communauté française de Belgique & du Musée international du Carnaval et du Masque de Binche. Sous la direction de Marie-France Willaumez et de Michel Revelard. Préface de Claude Lévi-Strauss. [Bruxelles], Communauté Française de Belgique, 1995. In-4° broché, 197 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, exemplaire en très bel état, peu courant.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Musée international du Carnaval et du Masque, à Binche, du 16 juin au 22 décembre 1995.
Table des matières :
   - Avant-propos, par Henry Ingberg.
   - Préface, par Claude Lévi-Strauss.
   - Introduction. L'Europe face à la prise de conscience de l'univers, par Marie-France Willaumez.
   Chapitre I. L'Amérique.
      - Le masque dans le monde amérindien précolombien, par Sergio Purin.
      - Masques Indiens et Inuit d'Amérique du Nord, par Allen Wardwell.
      - Le Mexique et ses masques, par Roland Baumann.
      - Nouveaux visages dans les collections, masques en bois guatémaliens du XIXe siècle, par Marie-France Willaumez.
      - Masques des Caraïbes et d'Amérique du Sud, par Ariane Fradcourt.
      - Les esprits de la forêt - masques d'Amazonie, par Roland Baumann.
   Chapitre II. L'Océanie.
      - Les masques d'Océanie, par Francina Forment.
   Chapitre III. L'Afrique.
      - Carnaval de Binche et traditions masquées africaines, par François Neyt.
   Chapitre IV. L'Asie.
      - Les masques et leur usage dans le théâtre balinais, par Hedi Hinzler.
      - Le théâtre d'ombres en Chine - Les masques en Chine et au Japon, par Jacques Pimpaneau.
   Chapitre V. L'Europe.
      - Les collections du Musée international du Carnaval et du Masque de Binche, par Michel Revelard.
      - Le masque dans la tradition européenne, par Michel Revelard.
      - Le masque en Europe orientale, par Guergana Kostadinova.
   Chapitre VI. Notices du cataloque, par Guergana Kostadinova, Sergio Purin, Michel Revelard et Marie-France Willaumez.

30 euros (code de commande : 25433 - vendu).

 

POIRION (Daniel) et THOMASSET (Claude) — L'Art de vivre au Moyen Âge. Codex Vindobonensis Series Nova 2644 conservé à la Bibliothèque nationale d'Autriche. Paris, Philippe Lebaud - Éditions du Félin, 1995. In-4° sous reliure toilée et jaquette d'éditeur, 326 p., très nombreuses reproductions en noir et en couleurs, bon exemplaire.
Sur la jaquette :
   L'Art de vivre au Moyen Âge reproduit en fac-similé l'intégralité du Tacuinum sanitatis conservé à la Bibliothèque nationale d'Autriche. Ce manuscrit constitue un document d'une exceptionnelle richesse qui a passionné les chercheurs et les historiens d'art.
   Recueil de courts préceptes médicaux concernant les plantes, les aliments, mais aussi les diverses occupations de la vie quotidienne, le Tacuinum est devenu, par le concours inventif de son illustrateur, un véritable art de vivre où le monde et l'homme sont dans une harmonie qui promet santé, beauté et bonheur. En quelque deux cents planches, il donne au lecteur d'aujourd'hui une idée très concrète de la façon dont on vivait, aménageait sa maison et s'habillait dans les villes de l'Italie du Nord à la fin du Moyen Âge.
   Les miniatures de cet extraordinaire témoignage, reproduites à l'identique, apparaissent dans leurs dimensions originales, leur fraîcheur, dans la subtilité des transparences du parchemin, dans toutes les nuances des couleurs soumises à l'alchimie des ans.
   Deux spécialistes du Moyen Âge nous invitent, en commentant ce manuscrit, à nous souvenir d'un certain art de vivre – et de survivre – en ce temps-là : Daniel Poirion, professeur honoraire à la Sorbonne, directeur du programme des études médiévales de l'Université Yale (USA), et Claude Thomasset, professeur de langue française du Moyen Âge à la Sorbonne. Un temps où la foi en la nature faisait office de science, où le bonheur n'était pas une quête frénétique mais une suite de moments, pleinement ressentis, pris au fil des heures et des jours.

30 euros (code de commande : 25450 - vendu).

 

POMIAN (Krzysztof) — L'ordre du temps. Paris, Gallimard, 1984. In-8° broché, XIV, 365 p., (collection « Bibliothèque des Histoires »), exemplaire en parfait état.
En quatrième de couverture :
   Ce que tout historien devrait savoir de sa matière première, le temps, qu'il interroge rarement, et des instruments conceptuels qui lui permettent de le penser, qu'il suppose trop souvent, et à tort, naturels : ainsi pourrait-on définir l'ambition et la fonction de ce livre.
   Événement, cycle, structure : autant de catégories fondamentales, autant de mises en ordre du temps, qui ont elles-mêmes une histoire. Elle est ici ressaisie de concert avec l'histoire la plus concrète de la mesure du temps, comme avec l'histoire la plus abstraite de la réflexion sur la nature du temps. Histoire totale, donc, embrassant aussi bien la Critique de la raison pure que la diversité des calendriers, la production des montres, les effets de la découverte des éléments radioactifs ou les incidences du travail de nuit.
   L'histoire des approches du temps ne se sépare pas enfin d'une interrogation sur le temps même. Le temps n'est pas un, mais plusieurs, est-il démontré. Tantôt continu, tantôt discret, qualitatif ou quantitatif, cyclique ou linéaire : nous le vivons éclaté et contradictoire. La multiplicité de ses registres, de ses faces et de ses strates est irréductible. L'essence du temps, c'est qu'il n'y a que des temps.

20 euros (code de commande : 25434 - vendu).

 

QUIÉVREUX (Louis)Bruxelles. Guide de la Capitale et de ses environs. Nouvelle édition. Bruxelles, De Boeck, [post 1951]. In-8° broché, 211 p., illustrations, plans, bien complet du grand plan volant en couleurs, bon exemplaire.
Table des matières :
   - Abrégé historique.
   - Promenades à Bruxelles (itinéraires).
   - Description détaillée des monuments, curiosités, parcs, musées, églises, etc. (notices historiques, légendes, folklore).
   - Excursion à Tervueren.
   - Excursion au champ de bataille de Waterloo.
   - Horaires des visites de musées et de monuments.
   - Quelques belles excursions aux environs de Bruxelles.
   - Hôtels de première classe.
   - Amusements à Bruxelles : théâtres, music-halls, concerts, divertissements de plein air, courses, clubs sportifs et foires.
   - Tramways et autobus conduisant aux endroits principaux à visiter ou passant à leur proximité.
   - Les tramways bruxellois (terminus et points principaux de l'itinéraire).
   - Chemins de fer vicinaux, autobus.
   - Index alphabétique.

15 euros (code de commande : 25451).

 

[RÉVOLUTION BRABANÇONNE]. Handelingen van het Colloquium over de Brabantse Omwenteling 13-14 oktober 1983. Actes du Colloque sur la Révolution brabançonne 13-14 octobre 1983. Édités sous la direction de J. Lorette, P. Lefevre et P. De Gryse. Bruxelles, Musée Royal de l'Armée, 1984. In-8° broché sous jaquette, 280 p., quelques illustrations, (collection « Centre d'Histoire Militaire - Travaux », n° 8), exemplaire en très bel état.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   - Openingstoespraak - Allocution d'ouverture, par E.-A. Jacobs.
   - La Révolution brabançonne dans le cycle des révolutions de la fin du XVIIIe siècle, par M. Voyelle.
   - De sociaal-economische context van de Brabantse Omwenteling : de Vlaamse regio's. Het fysisch produkt in Vlaanderen op het einde van de 18de-begin 19de eeuw, par Ch. Vandenbroeke.
   - Le contexte socio-économique de la Révolution brabançonne : les régions wallonnes. Une approche, par J.-J. Heirwegh.
   - De Brabantse Omwenteling in haar politieke, religieuze en culturele context, par J. Roegiers.
   - Catholicisme et politique. Justifications religieuses de la Révolution brabançonne, par A. Thion.
   - J. B. C. Verlooy en de Brabantse Omwenteling, par J. Van Den Broeck.
   - Révolution et contre-révolution à Bruxelles, par J.-L. Polasky.
   - L'adhésion populaire à la révolution : les campagnes brabançonnes en 1790, par C. Bruneel.
   - De « Andere Omwenteling » van 1790 : de plattelandsopstand in Zuid-Vlaanderen en de Gentse Collatiebeweging, par L. Dhondt.
   - Le Luxembourg face à la Révolution brabançonne, par G. Trausch.
   - Specifieke kenmerken van de Brabantse Omwenteling te Brugge (1787-1790), par Y. Vanden Berghe.
   - Révolution et contre-révolution brabançonnes dans la région du Centre, par R. Darquenne.
   - Révolution et contre-révolution dans la région de Charleroi, par J.-L. Delaet.
   - Beknopte besluiten - Brèves conclusions, par J. Craeybeckx.

25 euros (code de commande : 25427).

 

[RICHELIEU (Louis François Armand Duplessis, duc de)]. Mémoires du Maréchal Duc de Richelieu, Pair de France, Premier Gentilhomme de la Chambre du Roi, &c. Pour servir à l’Histoire des Cours de Louis XIV, de la Régence du Duc d’Orléans, de Louis XV, & à celle des quatorze premières années du Règne de Louis XVI, Roi des François, & Restaurateur de la liberté. Ouvrage composé dans la Bibliothèque, & sous les yeux du Maréchal de Richelieu, & d’après les Porte-feuilles, Correspondances & Mémoires manuscrits de plusieurs Seigneurs, Ministres & Militaires, ses Contemporains ; Avec des Portraits, des Plans et des Cartes nécessaires à l’intelligence de l’Ouvrage. Tome I à IX (complet). T. I-IV : Londres - Marseille - Paris, Bosse - Mossy - Buisson, 1790. T. V- : Paris - Lyon - Londres, Buisson, Bruyset, Deboffe, 1793. Neuf volumes in-8° plein veau à dos lisses d’époque, reliures usagées (mors fendus, coiffes et queues abîmés, coins émoussés), t. I : [1 (faux-titre)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], 90, 329, [1 bl.] p., t. II : [1 (faux-titre)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], 410 p.. t. III : [1 (faux-titre)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], IV, [404 (erreurs typographiques de pagination à partir de la p. 364], [1 (note sur l’impression)], [1 bl.], un ff. manuscrit placé en regard de la p. 75 expliquant un billet chiffré, t. IV : [1 (faux-titre)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], XVI, 160, 247, [1 bl.] p., t. V : [3 (faux-titre, catalogue des libraires, titre)], [1 bl.], 414 p., 1 tableau dépliant, t. VI : [3 (faux-titre, catalogue des libraires, titre)], [1 bl.], 408 p., t. VII : [1 (titre)], [1 bl.], 395, [1 bl.] p., t. VIII : [3 (faux-titre, catalogue des libraires, titre)], [1 bl.], [410 (la pagination compte 412 p. : une erreur typographique omet les pp. 125-126, sans perte de texte)] p., t. IX : [3 (faux-titre, catalogue des libraires, titre)], [1 bl.], [528 la pagination compte 412 p. : une erreur typographique omet les pp. 365-366, sans perte de texte)] p., 7  illustrations hors texte (portraits et vues dépliantes de Fribourg et du Fort Saint-Philippe à Minorque.
   On doit ces Mémoires à Jean-Louis Giraud Soulavie (Largentière, 1752 - Paris, 1813). Dans la note placée à la fin du tome III, les fautes et erreurs de pagination de l’ouvrage sont justifiées par le fait que « quatre imprimeurs l’ayant mis au jour à la fois dans un temps de trouble, & l’auteur n’ayant point eu le temps de lire les épreuves. »
Extrait de l'avertissement des libraires-éditeurs de l'édition de 1858 :

   
La réputation de l'abbé Soulavie nuit à ses ouvrages. Homme instruit, auteur d'écrits estimés de son temps sur l'histoire naturelle, il était vicaire général du diocèse de Châlons quand la révolution de 89 éclata. Le clergé compta peu de prêtres qui marquassent plus que lui par l'indépendance, pour ne pas dire plus, de leurs opinions politiques : on est forcé d'en convenir ; mais l'esprit de parti a trop légèrement conclu de ses opinions, contre ses publications historiques, et surtout contre les Mémoires de Riclielieu. Il est incontestable (le Moniteur en fournît la preuve) que le maréchal lui confia des pièces et des lettres originales auxquelles ses confidences verbales ajoutèrent encore une grande autorité. L'abbé Soulavie n'a donc pas, dans les premiers volumes, autant inventé qu'on le présume. Plus tard, son apostasie, son mariage, et surtout ses liaisons intimes avec Chabot, Collot d'Herbois, Barrère, Fauchet, Bazire, ouvrirent à ses recherches les dépôts les plus riches en documents. Ainsi nous lui devons la première édition des impérissables Mémoires de Saint-Simon ; ainsi, longtemps avant leur publication, il connaissait les Mémoires du président Hénault ; il en connaissait du moins l'existence. Quel usage a-t-il fait de tant de précieuses communications ? Qu'il y ait mêlé peut-être des particularités moins authentiques et que, sous sa plume toujours prolixe, la diffusion du style nuisît à l'intérêt des faits, rien de plus admissible : c'est précisément la raison qui nous a conduits à réduire les Mémoires de Richelieu a ce qu'ils peuvent avoir d'exact et d'attachant.
Bibliographie :
   - Quérard (Joseph-Marie), Les supercheries littéraires dévoilées, t. III col 424-426.
   - Brunet (Jacques-Charles), Manuel du libraire et de l'amateur de livres, t. VI, n° 23908.
   - Mémoires du maréchal duc de Richelieu, édition de Firmin Didot, 1858, t. I, pp. I-II.

L’ensemble : 250 euros (code de commande : 25444).

 

ROBIN (Régine) — Le réalisme socialiste. Une esthétique impossible. Préface de Léon Robel. Paris, Payot, 1986. In-8° collé, 347 p., (collection « Aux Origines de Notre Temps »), exemplaire en parfait état, peu courant
En quatrième de couverture :
   Qu'est-ce que le réalisme socialiste ? Comment cette esthétique a-t-elle émergé dans la société soviétique des années trente, comment a-t-elle été mise en œuvre dans la littérature ? Est-il vrai que le pouvoir politique, en l'occurrence Staline, l'a imposée aux écrivains par l'intermédiaire de M. Gor'kii ? Si – et c'est l'une des thèses du livre – le réalisme socialiste opère la rencontre de directives du sommet avec ce qui se cherche et provient du tréfonds de la culture soviétique, comment ce syncrétisme se réalise-t-il ?
   Le livre comble une immense lacune car il n'existe pas à ce jour, en français, d'ouvrages de synthèse sur le réalisme socialiste des années trente et son émergence dans la société soviétique. Dans un langage accessible, ce travail se veut à la fois une approche sociologique, sociocritique et sémiologique de la littérature soviétique et de cette esthétique du lisible, de la transparence de la langue et de la représentation.
   Cherchant à la fois les ruptures et les continuités avec les fondements de la critique sociale et esthétique du dix-neuvième siècle russe, il met l'accent sur les réalisations et les apories du réalisme socialiste en littérature, il retrace l'odyssée du héros positif du dix-neuvième siècle à la fin des années trente, de Turgenev à Sholokhov. Le réalisme socialiste se voulait une synthèse entre le grand réalisme du dix-neuvième siècle et le romantisme révolutionnaire, il voulait combiner le souffle épique de la constitution de l'homme nouveau et la prose de la quotidienneté. Le livre s'attache à montrer les difficultés de l'entreprise dans le contexte du stalinisme culturel et l'alliance impossible du didactisme et de la littérarité.

25 euros (code de commande : 25435 - vendu).

 

ROUSSELLE (Hippolyte) — De la charité à Mons. Discours prononcé à la séance anniversaire de la Société des Sciences, des Arts & des Lettres du Hainaut, le 17 avril 1854, par M. Hipolyte Rousselle, Avocat, Vice-Président de cette Société. Mons, Masquillier et Lamir, 1854. [Mons. / Imprimerie de Masquillier et Lamir, / Grand'Rue, 25, / 1854.] In-8° broché, tranches dorées, 27, [3 bl.] p., bon exemplaire.
Extrait :
   L'histoire de la charité à Mons, comme dans toutes les villes do la chrétienté, peut se diviser en trois époques.
   L'aumône individuelle, c'est-à-dire la distribution des secours à domicile, est le caractère distinctif de la première.
   La deuxième se révèle par la centralisation des secours et la création des hôpitaux et des hospices.
   La troisième, qui est la nôtre, se manifeste par une généreuse tendance à l'amélioration des classes souffrantes par des institutions que j'appellerai préventives, car elles sont plutôt de l'ordre moral et intellectuel que de l'ordre physique et matériel.

20 euros (code de commande : 25458).

 

Sérinde, Terre de Bouddha. Dix siècles d'art sur la Route de la Soie. Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1995. In-4° sous cartonnage et jaquette d'éditeur, 430 p., très nombreuses illustrations en noir et en couleurs, cartes, la colle de la reliure a déchargé aux charnières sinon bel exemplaire.
   Catalogue publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée aux Galeries nationales du Grand Palais, à Paris, du 24 octobre 1995 au 19 février 1996.
Sur la jaquette :
   Le nom de Sérinde, forgé sur les mots Inde, et Sères – le géographe grec Pausanias désignait la Chine comme le « pays des Sères » – définit un vaste territoire, entre l'Inde et la Chine, traversé par les « Routes de la Soie », ces antiques voies commerciales.
   C'est par ces voies tracées selon deux parcours, au nord et au sud de l'immense désert du Taklamakan, depuis les monts du Pamir, à l'ouest, jusqu'à la province chinoise du Gansu, à l'est, que le bouddhisme né au nord de l'Inde a progressivement gagné, à partir du Ier siècle de notre ère, l'Extrême-Orient, la Chine d'abord, puis la Corée et le Japon, pour devenir l'une des trois grandes religions au monde.
   Cet ouvrage accompagne l'exposition présentée d'abord à Paris, aux Galeries nationales du Grand Palais, puis à Tokyo, au Musée Métropolitain. Il fait découvrir un magnifique ensemble d'œuvres d'art de cette région de Haute-Asie, réuni autour de celles rapportées, au début du siècle, par la mission de l'archéologue français Paul Pelliot, et que se partagent aujourd'hui le musée national des Arts asiatiques-Guimet et la Bibliothèque nationale de France. Parmi ces œuvres couvrant une période d'environ un millénaire s'imposent les sculptures de terre séchée de la mystérieuse Tumshuq, les peintures murales des sanctuaires rupestres de Kyzyl, Duldur-Âqur et Kumtura, les statues cultuelles de pierre et de bois, de même que les textes sacrés manuscrits, les peintures religieuses sur papier et sur soie retrouvés dans la cachette murée du sanctuaire des « Grottes des Mille Bouddhas », dans l'oasis de Dunhuang... autant de témoignages de la splendeur de cet art bouddhique de la Sérinde.
Sommaire :
   - Introduction, par Jacques Giès et Monique Cohen.
   - La Sérinde et la Route de la Soie.
   - L'échelle des oasis et l'archéologie de la Sérinde.
   - Essai d'iconographie sérindienne.
   - De la Sérinde à l'Extrême-Orient.
   - Bibliographie.
   - Cartes.
   - Table des œuvres exposées.

40 euros (code de commande : 25454).

 

SOBOUL (Albert) — Dictionnaire historique de la Révolution française. Publié sous la direction scientifique de Jean-René Suratteau et François Gendron. Paris, Presses Universitaires de France, 1989. Fort in-8° sous reliure toilée et jaquette (un peu insolée) d'éditeur, XLVII, 1132 p., bel exemplaire de ce grand classique, épuisé au catalogue de l'éditeur sous cette forme reliée.
Sur le rabat de la jaquette :
   Absolutisme, L'Ami du Peuple (journal de Marat), Armée de Sambre et Meuse, Assemblée nationale constituante, Assignats, Gracckus Babeuf, Barras, Bastille, Biens nationaux, Bonaparte, Brumaire, Cadoudal, Cahiers de doléances, Carnot, André Chênier, Chouans, Comité de Salut public, Constitution civile du clergé, Danton, Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, Directoire, Dumouriez, Dupont de Nemours, École polytechnique, Émigrés, États généraux, Fouché, Fouquier-Tinville, Girondins, Joseph Guillotin, Hoche, Jacobins, Jeu de Paume, La Fayette, Lakanal, Louis XVI, Joseph de Maistre, Marseillaise, Massacres de septembre, Mirabeau, Montagnards, Nuit du 4-Août, Privilèges, Robespierre, Saint-Just, Sans-culottes, Sieyès, Système métrique, Terreur, Thermidor, Tiers Etat, Valmy, Vendée, Vendémiaire, Ventôse...
   Autant de mots, de noms, d'événements qui ont forgé pendant des années exceptionnelles la modernité républicaine et démocratique de la France.
   Ce Dictionnaire historique de la Révolution française, qui comprend plus de 1000 entrées, est une mise en forme alphabétique des hommes, des faits, des choses qui, d'une manière ou d'une autre, ont apporté à la Révolution ses audaces, ses enthousiasmes, ses erreurs, ses fautes, ses succès, ses échecs. Le citoyen de 1989, en France et hors de France, y trouvera, au fil des pages, les récits, les explications, les interprétations, les bibliographies, les passions et les raisons, bref une information exhaustive, premier pas vers la connaissance historique.
Sommaire :
   - Liste des auteurs.
   - Présentation.
   - Introduction.
   - Aperçu historiographique.
   - Bibliographie générale.
   - Tableau chronologique synoptique.
   - Corpus des articles.
   - Liste des articles traités par chacun des auteurs.
   - Index nominum.

35 euros (code de commande : 25445 - vendu).

 

[SPILIAERT (Léon)]. TRICOT (Xavier) — Léon Spilliaert, de jaren 1900-1915. Brussel, Gemeentekrediet, 1996. In-4° sous reliure et jaquette d'éditeur, 213 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, (collection « Monografieën over Moderne Kunst »), exemplaire à l'état de neuf, uniquement en flamand, peu courant.
Table des matières :
   - Unheimlichkeit en getranscendeerde werkelijkheid.
   - Biografische schets.
   - De stilistische evolutie van Spilliaert.
   - Spilliaert, de dichters en de literatuur.
   - De zelfportretten : epifanie en introspectie.
   - Vertigo of het visioen van de leegte.
   - Ruimte, perspectief, clair-obscur, arabeske.
   - Allegorieën, karikaturen, figuren, naakten.
   - De religieuze thema's.
   - Documentaire teksten en kritieken.
   - Tentoonstellingen.
   - Bibliografie.
   - Index van de afgebeelde werken.

30 euros (code de commande : 25462).

 

STEINBERG (Maxime)La persécution des Juifs en Belgique (1940-1945). Bruxelles, Éditions Complexe, 2004. In-8° collé, 316 p., index, (collection « Questions à l'Histoire »), bel exemplaire, épuisé au catalogue de l'éditeur.
En quatrième de couverture :
   Cet ouvrage analyse tous les rouages du système qui organise la persécution des Juifs en Belgique entre 1940 et 1945 ; il définit le rôle et les agissements de ses acteurs clés, depuis les premières ordonnances antijuives jusqu'à l'été meurtrier de 1942. En examinant les rôles et la répartition des tâches entre les différents services allemands, l'auteur constate que les effectifs des persécuteurs étaient dérisoires. Dès lors, pour arriver à leurs fins, les nazis auront besoin de relais, belges ou même... juifs, qui exécuteront les mesures antisémites.
   Le livre pose la question des responsabilités en termes d'efficacité de la persécution et d'ampleur de ses ravages, dans un pays qui perd près d'un Juif sur deux au cours de la Seconde Guerre mondiale. Sans négliger pour autant le rôle des « collaborateurs », partisans de l'Ordre nouveau, cette nouvelle étude montre comment l'appareil administratif et policier belge s'accommode plus ou moins des tâches que les Allemands le chargent d'exécuter alors que celles-ci sont contraires aux lois belges et au droit des gens. Car, cette « collaboration administrative » ne procède pas d'un ralliement idéologique à l'occupant, mais de la politique du « moindre mal » des autorités belges. Certes, l'occupant installe un homme de l'Ordre nouveau au poste clé de secrétaire général du ministère de l'Intérieur ; mais, du sommet à la base, ce sont les fonctionnaires belges qui jouent bon gré mal gré le rôle inscrit dans le scénario antijuif des Allemands, notamment en leur fournissant le registre national des Juifs dont ils ont besoin. De même, les personnalités juives nommées par les Allemands à la tête de l'AJB (Association des Juifs en Belgique) acceptent de représenter les « intérêts juifs » face aux SS, les aidant à administrer les persécutés, puis à les rassembler en vue de les déporter.
   Un ouvrage essentiel pour comprendre la « solution finale » en Belgique.

25 euros (code de commande : 25424).

 

TASSO (Torquato) — Jérusalem délivrée. Poëme, traduit de l'italien. Nouvelle édition revue et corrigée ; enrichie de la vie du Tasse. Tomes I et II (complet). Paris, Carez, 1810. [A Paris, / Chez J. Carez, Libraire, rue des Poitevins. N° 2. / 1810.] Deux volumes in-12 sous leur brochage d'époque, t. I : [1 (faux-titre)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], XXIX, [1 bl.], 249, [1 bl.] p., t. II : [1 (faux-titre)], [1 bl.], [1 (titre)], [1 bl.], 246 p., bon exemplaire.

20 euros (code de commande : 25417).

 

VALÉRY (Paul) — La Jeune Parque. Commentée par Alain. Neuvième édition. Paris, Gallimard, 1955. In-8° broché, 137 p., exemplaire non coupé et en parfait état.
Note de l'éditeur :
   Le Commentaire de « Charmes » a paru en 1929 ; c'est sur un exemplaire de Charmes (Gallimard, 1926) prêté par le Professeur Mondor à Alain en 1927 que celui-ci en écrivit le principal.
   Le Commentaire de « la Jeune Parque » est « né, écrit Alain dans une dédicace, d'une lettre de Paul Valéry sur le sujet de Charmes commenté... et en effet dans ce premier Commentaire, je glissais à expliquer la Jeune Parque... »
   La Jeune Parque commentée a paru en 1936 (édition à tirage limité). Elle a été rééditée en édition ordinaire en 1953.

10 euros (code de commande : 25432).

 

VERNANT (Jean-Pierre) — La mort dans les yeux. La mort dans les yeux. Figure de l'Autre en Grèce ancienne. Paris, Hachette, 1985. In-8° broché, 93 p., (collection « Textes du XXe Siècle »), exemplaire en bel état, édition originale.
En quatrième de couverture :
   Pourquoi le masque de la Gorgone doit-il pétrifier celui qui le regarde ? Et pourquoi son expression grotesque et terrible porte-t-elle la mort dans les yeux ? Dans la Grèce antique, certaines puissances divines – Gorgô, mais aussi, Artémis et Dionysos – expriment ainsi l'angoisse qui naît des inquiétantes étrangetés dont s'accompagnent les passages de la civilisation à la sauvagerie, de l'enfance à l'état adulte, de la vie à la mort. C'est, dans cet effroi, que se pose, pour toute une culture, la question de l'autre et de ses métamorphoses.

12 euros (code de commande : 25431).

 

VERNANT (Jean-Pierre) — Mythe et religion en Grèce ancienne. Paris, Seuil, 1990. In-8° broché, couverture rempliée, 119 p., (collection « La Librairie du XXe Siècle »), exemplaire en bel état, édition originale.
Sur la couverture :
   Qu'est-ce qu'une religion sans dieu unique, sans Église, sans clergé, sans dogme ni credo, sans promesse d'immortalité ? Brosser le tableau de la religion civique des Grecs c'est, en s'efforçant de répondre à cette question, s'interroger sur le statut de la croyance dans ce type de commerce avec l'au-delà, sur les rapports du fidèle à ses dieux, sur la place restreinte qu'occupe l'individu dans cette économie du sacré.
   Engagé dans les institutions de la cité, le religieux apparaît orienté vers la vie terrestre : il vise à ménager aux citoyens une existence pleinement humaine ici-bas, non à assurer leur salut dans l'autre monde.
   Ce que la religion laisse en dehors de son champ et que des courants sectaires et marginaux prennent en charge, la philosophie se l'appropriera : élaboration du concept de transcendance, réflexion sur l'âme, sa nature, son destin, recherche d'une union de soi et de dieu en purifiant l'âme de tout ce qui n'est pas en elle apparenté au divin.

10 euros (code de commande : 25430 - vendu).

 

Les vivants et leurs morts. Art, croyances et rites funéraires dans l'Ardenne d'autrefois. Bruxelles - Bastogne, Crédit Communal - Musée en Piconrue, 1989. In-4° broché, 288 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, (collection « Art Religieux et Croyances Populaires en Ardenne », n° 4), bel exemplaire.
   Il s'agit du catalogue de l'exposition éponyme organisée au Musée en Piconrue, à Bastogne, du 25 juin au 15 octobre 1989.
Table des matières :
   - 
Introduction, par André Neuberg.
   - Face à la mort, par Alberl Doppagne.
   - Les rites funéraires du néolithique et de l'âge du bronze ancien dans le Luxembourg belge, par Nicolas Cauwe.
   - Rites funéraires celtiques en Ardenne et Lorraine belge, par Anne Cahen-Delhaye.
   - Les rites funéraires dans la province de Luxembourg à l'époque gallo-romaine, par Claire Massart.
   - Les nécropoles mérovingiennes dans la province de Luxembourg, par Henri Gratia.
   - Les rites funéraires au Moyen Âge révélés par les fouilles d'églises, par Guido Hossey.
   - Le gisant dans la province de Luxembourg. Quelques réflexions, par Étienne et Lucie Van Caster-Guiette.
   - Patrons de la bonne mort, par Guy Philippart de Foy.
   - Les funérailles chrétiennes d'hier et d'aujourd'hui, par André Haquin.
   - Cimetière : champ du repos ?, par José Gennart.
   - Sépultures d'enfants en Luxembourg, par Vincent Dumont.
   - La mort dans le culte israélite, par Christian Moïs en collaboration avec Jean-Claude Jacob.
   - Cimetières ardennais, monuments funéraires en schiste sculpté, par Carlo Kockerols.
   - Regards sur trois croix en fonte, par Éric Anciaux de Faveaux.
   - La tombe d'Ardenne et son langage symbolique, par Jean-Marie Doucet.
   - Quelques croix d'occis en Ardenne, par Louis Lejeune.
   - Les âmes mortes. Morts violentes ou subites en Ardenne au temps des Lumières, par Charles Leestmans.
   - La mort et ses rites funéraires en Ardenne septentrionale, par Léon Marquet.
   - La mort et ses rites en Ardenne méridionale, par Marcel Pignolet.
   - Le deuil extra-humain, par Albert Doppagne.
   - Enquête sur « 1' afûleûre » en Wallonie orientale, par Roger Pinon.
   - Archives, autres traces ou reflets des disparus, du XVI au XIXe siècle, par Jacques Charneux.
   - Le souvenir des défunts durant le XXe siècle dans la province de Luxembourg, par Yves Bastin et Jean Fraikin.
   - La mort à Orval du Moyen Âge à la Révolution, par Louis Demoulin.
   - La mort à Orval au XXe siècle, par Jean Fraikin.
   - L'au-delà, par Jean Fraikin.
   - Monuments de papier. Les souvenirs mortuaires en Ardenne et ailleurs de 1850 à nos jours, par Jean Pirotte.
   - La mort dans le journal, par Gabriel Ringlet en collaboration avec Michel Boisdequin.
   - Finale. « Parlons-en tant qu'il fait beau », par Gabriel Ringlet.

35 euros (code de commande : 25447 - vendu).

 

WARNOTTE (Marie-Louise) — Étude sur la presse à Namur. Louvain - Paris, Nauwelaerts, 1965. In-8° broché, 371 p., (collection « Centre Interuniversitaire d'Histoire Contemporaine - Cahiers », n° 44), couverture un peu défraîchie.
Table des matières :
   - Introduction.
   - Bibliographie.
   - Première partie. Liste chronologique et analytique des journaux et périodiques publiés à Namur de 1794 à 1914.
   - Deuxième partie. Étude des principaux journaux politiques et programme de quelques feuilles publiées à Namur de 1829 à 1914.
   - Évolution générale de la presse namuroise de 1794 à 1914.
   - Graphique, en fonction de la périodicité et de la durée des organes de la presse namuroise avant 1830.
   - Graphique, en fonction de la périodicité et de la durée des feuilles politiques parues à Namur de 1829 à 1914.
   - Index des journaux et périodiques.
   - Index onomastique.

15 euros (code de commande : 25419).

 

WAUTHOZ (Henri-A.) — Une page d'histoire belge. Notice historique sur les Chasseurs-Chasteler en 1830 suivi de l'Exposé de l'histoire du corps des chasseurs-éclaireurs de Bruxelles 1830-1905. Bruxelles, Lebègue, 1905. In-8° modeste demi-simili rouge moderne, couverture conservée, 134 p., illustrations, planches et tableaux hors texte, peu courant.
Avant-propos :
   La Notice Historique qu'on va lire a été écrite à la demande du Régiment des Chasseurs-Éclaireurs de la garde civique de Bruxelles, à l'occasion du soixante-quinzième anniversaire de sa fondation.
   Elle fut rédigée en quelques jours et le lecteur voudra bien, en raison de cette circonstance, excuser et l'insuffisance du fond et l'imperfection de la forme.
   Nous nous sommes cependant attaché à reconstituer l'histoire du Corps des Chasseurs Chasteler avec le plus grand souci de vérité, produisant à l'appui de nos dires des documents d'un intérêt et d'une authenticité incontestable.
   Nous ne considérons pourtant pas notre tâche comme terminée.
   Nous continuerons nos recherches et, de même que nous avons fait de précieuses découvertes dans les Archives du Corps aussi bien que dans celles de la Ville de Bruxelles, nous avons l'espoir que, dans l'avenir, des documents inédits, enfouis dans des dossiers particuliers et précieusement conservés dans les familles des anciens Chasteler de 1830, viendront jeter un jour nouveau sur le corps dont nous avons entre pris d'esquisser la glorieuse histoire.

25 euros (code de commande : 25453).

 

La prochaine mise à jour de cette page aura lieu le
mardi 2 mai 2017.

Retour au début


Quelques ouvrages de la mise à jour précédente
(4 avril 2017)


Vient de paraître :

[HAINAUT]. Hainaut. La terre et les hommes. Mélanges offerts à Jean-Marie Cauchies par Hannonia à l'occasion de son soixante-cinquième anniversaire. Publié sous la direction de Claude Depauw, Philippe Desmette, Laurent Honnoré et Monique Maillard-Luypaert. Mons, Hannonia, 2016. In-8° broché664 p., illustrations en noir et en couleurs, (collection « Analectes d'Histoire du Hainaut », tome XV).
Table des matières :
   - Préface.
   - Liste des auteurs.
   - Jean-Marie Gauchies en Hainaut, par Claude Depauw, Philippe Desmette, Laurent Honnoré et Monique Maillard-Luypaert.
   - Maubeuge et Nivelles à la fin du VIIe siècle. Note sur deux passages de la Vita sanctae Aldegundae prima (BHL 244), par Alain Dierkens.
   - Les clauses militaires de la « notice d'inféodation » du comté de Hainaut à l'évêché de Liège (1071). Droit « régalien » d'ouverture des forteresses ou puissance des châtelains ?, par Michel De Waha.
   - La Guerre des Ronds (1252), histoire et mémoire, par Jean-Pierre Ducastelle.
   - Le cimetière et la chapelle Sainte-Marguerite à Mons. Observations sur l'histoire sociale et la géographie funéraire de la cité (XIIIe-XXe siècle), par François De Vriendt.
   - Chest li déclarations d'aucuns joyaux... Si montent vasselmenches d'argent, de cuisines et de boutillerie et de cambre. Orfèvrerie, joaillerie et argenterie de table à la cour de Hainaut 1356-1417. Leur usage, les commandes, par Ludovic Nys.
   - Delenda est mala domus. La Malmaison, une forteresse mal aimée aux confins du Cambrésis et du Hainaut (fin du XIVe - début du XVe' siècle), par Monique Maillard-Luypaert.
   - Un cas unique d'appel au Parlement de Paris en provenance des Terres de Débat : le recours introduit par l'Office du bailliage de Lessines-Flobecq contre un jugement du Conseil de Flandre favorable à des suborneurs de témoins flobecquois (1433-1438), par Michel Deltenre.
   - Une cour seigneuriale au XVe siècle : la famille de La Clyte au château de Comines, par Jean-Marie Duvosquel.
   - Messieurs du Magistrat de Valenciennes de l'époque bourguignonne au début du règne de Philippe II. Essai d'histoire sérielle sur le renouvellement des oligarchies municipales, par Philippe Guignet.
   - L'assistance aux lépreux en Hainaut du XVe au XVIIe siècle. L'exemple de Saint-Ladre de Soignies, par Walter De Keyzer.
   - Les agents en cour au service de la ville d'Ath, 1613-1788, par Adrien Dupont.
   - Le mausolée de Marie de Namur dans la collégiale Saint-Ursmer à Binche, par Serge Gravet.
   - Vaisselles de table et ustensiles de cuisine du château seigneurial de Mouscron d'après l'inventaire après décès de Guilbert de la Barre († 1592), par Claude Depauw, avec la collaboration d'Anne Debroux.
   - Le service funèbre célébré à Mons pour Philippe II (28 et 29 octobre 1598), par Jean-Paul Hoyois.
   - Les lignes de la Haine, par Bruno Van Mol.
   - « Faire bans, édits et ordonnances. » Le règlement de police de Charleroi de 1779, par Isabelle Parmentier.
   - De 28 à 33 cantons, le département de Jemappes cartographie par les Maillart, par Christine Gobeaux.
   - Le halage le long des canaux de Mons à Condé et de Pommerœul à Antoing dans la première moitié du XIXe siècle. De la réglementation à la libéralisation, par Laurent Honnoré.
   - La vie économique à Battignies au XIXe siècle, par Alain Graux.
   - « Je n'ai qu'à me féliciter de ma troupe et de sa discipline. » La lutte pour le suffrage universel, aperçu d'un événement à travers les rapports de la garde civique de la Ville de Mons lors de la manifestation du 17 avril 1893, par Corentin Rousman.
   - Mais non, le Borinage n'est pas que charbonnages !, par Isabelle Sirjacobs.
   - Autour de la refondation du Carmel de Mons (1837), par Pierre-Jean Niebes.
   - Trois quarts de siècle d'Annales du Cercle archéologique du canton de Soignies (1894-1967), par Philippe Desmette.
   - L'abbé et le bourgeois : les relations entre Edmond Puissant (1860-1934) et Raoul Warocqué (1870-1917), par Bertrand Federinov.
   - Un album d'hommage à Fulgence Masson conservé à la Bibliothèque de l'UMONS, par René Plisnier.
   - L'école des arts et métiers à Saint-Ghislain durant la guerre 14-18, par Marie Arnould.
   - La coopérative « Alimentation du Borinage », à Mons (1916-1919), par Assunta Bianchi.
   - Guerre, coups du sort et politique. L'avocat Louis Delporte (Dour, 1890-1967) dans la tourmente, par Alain Jouret.
   - Liste des souscripteurs.

45 euros (code de commande : 25405).

 

Affaire vous concernant ! ou les Scandales de la R.T.T. Introduction et commentaires de Jean Francis. Bruxelles, Musin, 1974. In-8° broché, 93 p.
En quatrième de couverture :
   « Le 16 avril 1973, l'ingénieur-architecte directeur de la R.T.T., Demaegt Paul, écœuré par les malversations dont il est le témoin, « s'explique » avec le directeur Général Demoustiez, chargé des bâtiments de la R.T.T. L'entretien est orageux. Demaegt, écrit à Demoustîez et envoie copie à tous les membres du personnel sous ses ordres. Il est suspendu de ses fonctions et on lui réduit de moitié son traitement. Demaegt écrit au vice-Premier Ministre Declercq le 11 mai. Le 12 il se rend au Standaard où Hugo De Ridder le reçoit. L'affaire Demaegt qui deviendra l'affaire R.T.T. commence...
   Le 21 mai le Comité Supérieur de Contrôle est saisi. Le 30 mai, MM. Anseele et Daems répondent à des interpellations parlementaires. Le 4 juin, le ministre socialiste Dubois démissionne. Le 22 juin le dossier Baudrin-Equimo est transmis au Parquet. L'affaire Anseele commence...
   Il va falloir attendre le 23 octobre 1973 pour que M. Anseele démissionne sous prétexte de maladie. Entretemps, Baudrin a été suspendu de ses fonctions et Demaegt réintégré. Le 14 novembre, le Comité Supérieur de Contrôle remet son rapport à M. Leburton, Premier Ministre. Après de multiples tergiversations, une commission parlementaire de seize membres est autorisée à se pencher sur le document. Le 3 janvier, la photocopie des principales pages du rapport sont en possession de l'auteur. Le 11 janvier, le livre parait.
   Le voici. Avec ses imperfections dues à la rapidité qu'il fallut adopter. Il vous concerne tous car il montre les mille et une manières dont on cochonne notre démocratie.
   En le lisant, songez à Paul Demaegt, sans le courage de qui, ces messieurs auraient continué leurs petites combines louches. »

12 euros (code de commande : 25402).

 

[ALECHINSKY (Pierre)]. ABADIE (Daniel) et VAN DEN BUSSCHE (Willy) — Pierre Alechinsky. Anvers, Fonds Mercator, 2000. In-4° sous cartonnage d'éditeur, 203 p., très nombreuses illustrations en noir et en couleurs, exemplaire en parfait état.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Musée d'Art moderne, à Ostende, du 14 juillet au 12 novembre 2000.
Table des matières :
   - Un voyage dans l'imaginaire, par Willy Van Den Bussche.
   - Œuvres exposées.
   - Chronologie, par Daniel Abadie.
   - Expositions personnelles.
   - Bibliographie.
   - Index.

40 euros (code de commande : 25371).

 

L'Almanach des vieux Ardennais. Traditions et saints du printemps. Bruxelles, Crédit Communal, 1992. In-4° broché, 174 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, (publication du Musée en Piconrue (Bastogne), « Art religieux et croyances populaires en Ardenne et Luxembourg », n° 7), bel exemplaire.
Table des matières :
   1. Le calendrier.

      - Au rythme du temps. Le calendrier des origines au XIXe siècle, par Benoît-Michel Tock.
      - Les saints du calendrier, hier et aujourd'hui, par André Haquin.
      - Un vénérable « Légendier des Saints » à l'abbaye de Saint-Hubert, par Jacques Charneux.
      - L'almanach des vieux Ardennais, par Jean-Marie Doucet.
   2. Travaux et dictons du printemps.
      - Les travaux et les jours, par Jacques Charneux.
      - Quand faut-il planter ?, par Yves Bastin.
      - Les fêtes du Seigneur et de ses saints dans la météorologie printanière, par Raymond Mouzon.
   3. Saints et coutumes du printemps.
      - Mars, avril, mai, juin, par Thierry Scholtes, Yves Bastin, Colette Muraille, Roger Kauffmann, André Choque, Jean-Luc Duvivier de Fortemps, Julie Evrard, Nelly Legrand-Istace, Jules Borre.
   4. Catalogue.
      - La statuaire des saints de printemps du Luxembourg : évolution stylistique, par Jean-Jacques Bolly et Jean-Marie Lequeux.
      - Le retable de saint Quirin, par Livia Depuydt-Elbaum.
   Index.

25 euros (code de commande : 25400).

 

ANDRÉ (Jean-Marie) et BASLEZ (Marie-Françoise) — Voyager dans l'Antiquité. Paris, Fayard, 1993. In-8° collé, 594 p., index, bel exemplaire.
En quatrième de couverture :
   
« Le voyage donnera la connaissance des peuples », dit Sénèque. Les voyageurs du monde antique ne partageaient pas tous cette vision humaniste du « départ de chez soi ». Mais tous nous ont laissé des témoignages sur leurs périples si bien que l'on peut parler d'une culture voyageuse de l'Antiquité. N'est-ce pas les Grecs qui ont trouvé le mot désignant le voyage « pour voir du pays », préfiguration des « circuits » touristiques d'aujourd'hui ?
   Des pèlerinages – la première forme du tourisme – aux voyages pour découvrir les « délices » des villes du Proche-Orient ou l'Asie, « presque aussi belle que la Grèce », ce livre nous montre toutes les occasions qu'avait l'homme antique de quitter sa patrie, les mille et une difficultés qu'il rencontrait sur sa route, ses peurs, ses émotions et, parfois, ses émerveillements, tel ce Grec qui, devant le sphinx de Gizeh, s'exclame : « Spectacle divin ! Vision effrayante ! Noble apparition ! » C'était déjà l'époque des voyages officiels, des déplacements professionnels, des tournées d'artistes et d'athlètes. Mais d'autres partaient sous la pression de la fatalité, migrants saisonniers ou exilés, pour qui le voyage était rarement d'agrément. Certains allaient même au bout du monde afin de se trouver eux-mêmes ; pour eux, les péripéties du voyage étaient autant d'épreuves initiatiques.
   Au fil des explorations et des conquêtes, tandis que les communications s'améliorent et que les auberges se développent, les mentalités évoluent. Mais le voyage est toujours une expérience différente pour les Grecs et les Romains. Le Grec a naturellement la vocation du voyage, alors que, paradoxalement, le Romain, qui a soumis le monde à sa loi et créé un vaste réseau de routes, reste plus casanier. Grecs et Romains n'ont cependant jamais conçu les voyages comme un nouveau genre de vie. Les hommes de l'Antiquité cherchent à se retrouver entre eux : les hauts lieux du tourisme sont d'abord des espaces de sociabilité.

20 euros (code de commande : 25375).

 

[CAMUS (Albert)]. TODD (Olivier) — Albert Camus. Une vie. Paris, Gallimard, 1996. In-8° collé, 855 p., (collection « Biographies NRF »), dos ridé et couverture légèrement défraîchie.
En quatrième de couverture :
   Une personnalité littéraire a de vrais ennemis pendant sa vie et presque autant de faux amis après sa mort. » À la recherche d'Albert Camus, Olivier Todd, sans gommer ni grossir les qualités ou les défauts de l'homme et de l'écrivain, montre comment l'auteur de L'Étranger et de L'Homme révolté tenta d'accorder sa vie, son œuvre et sa morale.
   Camus fut algérien et algérois, journaliste, essayiste, romancier, dramaturge, metteur en scène, acteur... Avec cette biographie, sa personnalité apparaît dans toute sa complexité, grâce à de nombreux inédits dont sa correspondance. Camus était charmeur et ombrageux, sincère et théâtral, plein de doutes et arrogant. Il voulait être aimé et y parvint souvent. Il cherchait à être compris et n'y parvint pas toujours. Il parla trop de bonheur pour être heureux et serein. Faut-il pour autant l'imaginer malheureux comme Sisyphe ?
   Dans sa vie privée et ses engagements publics, un Camus inattendu – souvent inconnu – surgit à travers ses prises de position politiques ou artistiques, ses amitiés et ses amours. Camus reste inclassable, solitaire et solidaire, un frère ennemi de Sartre... Communiste puis anticommuniste, il connaissait le prix humain des idéologies. Il ne voulait être ni victime ni bourreau. Pour lui, la souffrance n'avait pas de frontière mais les tyrans avaient toujours la carte d'un parti. Déchiré par la guerre d'Algérie, Camus vécut aussi les amères victoires et les fécondes défaites de la justice et de la violence.
   Plus de trente-cinq ans après sa mort, celui qui prétendait ne pas être le Clamence de La Chute – ce juge pénitent qui se vouait à l'enfer ou au purgatoire – redevient un « dangereux classique.

15 euros (code de commande : 253672).

 

[CHARLEROI]. Documents & rapports de la Société Royale Paléontologique & Archéologique de l'Arrondissement Judiciaire de Charleroi. Tome XXXVII. 1922-1926. Gembloux, Duculot, 1926. In-8° broché, XXXII, 280 p., illustrations in et hors texte, une carte à déplier, dos usagé.
Table des matières :
   -
Liste des membres.
   - Sociétés, Commissions, Publications.
   - Assemblées générales et Rapports annuels.
   - Rapport sur les fouilles effectuées en 1904 dans les grottes de Presles, par E. Debaille et L. Foulon.
   - Notice sur le village de Bailièvre, par L. Dardenne.
   - Épitaphier de l'Arrondissement de Charleroi, par E. Bois D'Enghien et L. Foulon (2e partie.
   - Nécrologie.

25 euros (code de commande : 25409).

 

[CHARLEROI]. Documents & rapports de la Société Royale Paléontologique & Archéologique de l'Arrondissement Judiciaire de Charleroi. Tome XXXIX. 1931-1933. Luttre, Léonard-Aurez, 1933. In-8° broché, XXIII, 443 p., illustrations in et hors texte, 7 plans à déplier, couverture défraîchie.
Table des matières :
   -
Documents et Rapports.
   - Liste des membres.
   - Assemblées générales et Rapports.
   - Les Néolithiques sur les bords de la Sambre :
      a) Habitats de Joncret et Lausprelle, par E. Debaille.
      b) Habitats de Marcinelle (La Bruyère), par Lucien Wattez.
   - Bas-Fourneaux de l'âge du fer à Froidchapelle, par Lucien Wattez et E. Debaille.
   - L'église Saint-Martin à Marcinelle, par Simon Brigode.
   - Histoire des institutions politiques de Fontaine-l'Évêque, par Victor Rousseau.
   - Gaule Belgique. Entretiens archéologiques. Voies antiques et voies romaines, par E. Devraux.
   - Livre d'or de la vénérable et noble confrérie du S. Sacrement, à Thuin.
   - Documents pour l'histoire de Viesville, par Léopld Gossiaux.
   - Nécrologie.
   - Addenda :
      - Nouveaux membres.
      - Rapport sur l'activité de la Société en 1931.
      - Rapport sur l'activité de la Société en 1932.
      - Assemblée générale du 11 mai 1933.

30 euros (code de commande : 25410).

 

CHARLES (Jean-Léon) et DASNOY (Philippe) — Les secrétaires généraux. Face à l'occupant. Procès-verbaux des réunions du comité des secrétaires généraux (1940-1944). Bruxelles, De Meyer, 1974. In-8° broché, 309 p., illustrations hors texte, bel exemplaire.
En quatrième de couverture :
   En mai 1940, dès l'instauration du régime d'occupation en Belgique, les Secrétaires généraux, c'est-à-dire les plus hauts fonctionnaires des différents ministères, se trouvèrent placés dans une situation difficile et dangereuse.
   Leur devoir était clairement défini : ils devaient rester à leur poste, limiter autant que possible la mainmise de l'occupant sur l'Administration du pays et défendre au mieux les intérêts de la population.
   De ce devoir, ils avaient pleine conscience, mais quels étaient leurs droits, et quels étaient leurs pouvoirs ?
   Les lois à cet égard étaient vagues et sujettes à interprétation. Confrontés à une situation sans précédent, incertains des limites de leur pouvoir, ces hommes se trouvèrent, du jour au lendemain, seuls face à l'Administration militaire allemande.
   Afin de mieux coordonner leur action, ils transformèrent leur Comité en un organe officieux au sein duquel étaient débattues les questions d'intérêt national.
   Les procès-verbaux des 331 séances du Comité des Secrétaires généraux n'ont jamais été publiés.
   De cette masse de documents du plus haut intérêt, le professeur Jean-Léon Charles et le journaliste Philippe Dasnoy ont sélectionné les extraits les plus significatifs.
   Ces textes révéleront au public bien des aspects inconnus de cette sombre période de notre histoire.

18 euros (code de commande : 25368).

 

FRANCE (Anatole) — Au petit bonheur. Comédie en un acte. 1er juin 1898. S.l., Pierre Dauze, 1898. In-4° (204 x 265 mm.) demi-vélin à coins signée par le relieur Émile Carayon, tête dorée, couverture conservée, un portrait d'Anatole France gravé par Ladislas Loevy en frontispice, 4 ff. n. ch. + 85 planches de fac-similé du manuscrit, chemise en papier marbré, tirage limité à 50 exemplaires, exemplaire numéroté sur Van Gelder (n° 35), envoi d'Anatole France à son ami l'éditeur Édouard Pelletan, très bel exemplaire.
   Cette reproduction autographique du manuscrit d'Anatole France est l'édition originale de la pièce dont la première représentation eut lieu le 1er juin 1898, chez Madame Arman de Caillavet, avec comme comédiens : G. Arman de Caillavet, G. Picot, Robert de Flers et Georges Feydeau.
   Les éditions Calmann-Lévy, publièrent en 1906 la première édition destinée à être diffusée en librairie.

À propos du relieur :
   
La notice de Julien Fléty nous apprend que Émile, Adolphe Carayon, né à Paris en 1843 « fut successivement militaire, peintre-décorateur, puis relieur vers la fin du XIXe siècle, son atelier était situé 10 rue de Nesles, à Paris ; c'est là qu'il œuvra de 1875 jusqu'à son décès, survenu le 26 janvier 1909, alors qu'il était âgé de soixante-cinq ans. La maladie l'immobilisait depuis de longues années déjà, mais il avait conservé toute sa force de production, et ses reliures impeccables de façon faisaient toujours l'admiration des connaisseurs dans les expositions. Ses cartonnages montrent quel parti un véritable artisan relieur peut tirer des matières les plus simples, les plus économiques. Il est vrai que les cartonnages de Carayon sont souvent ornés sur le dos ou sur les plats d'aquarelles originales signées Louis Morin, Henriot, Robaudi, Rudaux, etc. Mais même sans décor les couvertures de parchemin ou de vélin ou même de papier, toujours admirablement choisis, prenaient dans les mains de Carayon un aspect harmonieux. Après sa mort sa fille adoptive, Marie Brisson, formée par lui, continua ses cartonnages et fit en outre des papiers marbrés jusque dans les années qui suivirent la guerre 1914-1918. »
   On ne peut s'empêcher de citer dans son intégralité l'avis du bibliophile Octave Uzanne : « Vers 1875, parut à Paris un relieur de grand talent dans sa manière, M. Carayon, qui, rompant avec tout ce qui avait été fait dans le genre jusqu'alors, se fit véritable cartonnier d’art, et composa des maroquins du Levant à dos uni avec coin, d’un savoir-faire si complet qu’on les pourrait comparer, pour la façon dont ils sont traités, aux plus coquettes reliures pleines des maîtres. – Il ne reste plus rien de la Bradel ici, c’est bien le Cartonnage à la Carayon, un cartonnage joli comme une œuvre de maîtrise, souple, brillant, qu’on tient en main avec non moins de plaisir qu’on le regarde, et qui s’ouvre et se ferme comme l’œil d’une jolie femme amoureuse. – M. Carayon professe pour les livres qu’il cartonne autant de respect que de vénération ; c’est à peine s’il les effleure, il les conserve intacts, à l’état de brochure, avec la couverture, et le dos replié sur le titre ; ils ne sont pas grecqués, cela va sans dire, mais cousus sur rubans et complètement non rognés ; ils conservent, sous leur solide costume, l’aspect même qu’ils avaient au sortir de chez l’éditeur ; de plus, il emploie aussi peu de colle que possible, et tel ou tel de ses livres reliés s’ouvre sur table aussi aisément, au gré du lecteur, qu’un cahier d’études de collégien.
   M. Carayon fait le cartonnage demi-maroquin ou maroquin plein janséniste, en ne dorant que le titre et la date en queue ; mais il ne craint pas de s’écarter des bleus, des rouges et des lavallières classiques ; il sait trouver des maroquins roses, des nuances saumon, des rouges pompéiens, des jaunes vieil or, des « orange cuivré », des verts mourants et des « fraise écrasée » d'une exquise apparence ; les rayons qui reçoivent ses livres n'ont pas l'aspect morne de la plupart des bibliothèques des anciens amateurs ; ils sont pimpants, vifs et radieux.
   En dehors des maroquins, M. Carayon excelle encore dans les cartonnages de toile avec coins et papiers assortis sur les plats ; il s'efforce encore de mettre en vogue des fines reliures en vélin blanc, sur le dos et les plats desquels des artistes en renom peignent à l'aquarelle de précieuses compositions, rappelant le sujet principal du volume ou faisant l'allégorie du livre ; il s'évertue également à exécuter, suivant les conseils des amateurs distingués, toutes les fantaisies imaginables qui présentent une note d'art nouvelle, et il emploie la soie, l'étoffe, le papier du Japon, les cuirs les plus variés, avec la meilleure grâce du monde, sans demander à la bourse de ses clients de s'ouvrir aussi largement que ses délicieux volumes.
   Le succès des cartonnages à la Carayon ayant été très grand parmi les bibliophiles qui fréquentent la librairie Conquet, c'est-à-dire chez le grand nombre, la plupart des relieurs se sont mis à imiter ce genre ; mais en dépit de la première apparence, bien peu ont réussi, car ils ont maltraité les livres qu'on ne craignait point de leur livrer, en les grecquant ou les cousant sur ficelles, sans comprendre le véritable but de leur travail. »
Bibliographie :
   - Uzanne (Octave), La reliure moderne artistique et fantaisiste, pp. 255-258.
   - Fléty (Julien), Dictionnaire des relieurs français ayant exercé de 1800 à nos jours, p. 38.

450 euros (code de commande : 25415).

 

[HAINAUT]. Province de Hainaut. N° 21 - Mars-Avril 1951. Mons, Fédération du Tourisme de la Province de Hainaut, 1951. In-4° agrafé, 28 p., illustrations, exemplaire en parfait état sous son emballage d'éditeur.
Sommaire :
   - Les musées, mémoire de l'Humanité, par Maurice Willam.
   - Routes et paysages du Hainaut, par Michel Hélin.
   - Les châteaux du Hainaut, par Michel Hélin.
   - Folklore du Hainaut, par Maurice Willam.
   - Multiple splendeur du Hainaut, par Maurice Willam.
   - Escaut-Sambre-et-Meuse ou pourquoi France-Belgique, par A. André.
   - La bibliothèque publique de Mons, par Maurice-A. Arnould.
   - Un de nos rares affichiers [Albert Chavepeyer] nous quitte pour les U.S.A., par E. Lempereur.
   - Fraternité des églises, par Maurice Haurez.
   - La gastronomie en diagonale, par Maurice Haurez.

5 euros (code de commande : 25384*).

 

Indian summer. Les premières nations d'Amérique du Nord. Bruxelles, Musées Royaux d'Art et d'Histoire - Tempora, 1999. In-4° broché sous étui, 322 p., nombreuses illustrations en couleurs, exemplaire en très bel état.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée aux Musées Royaux d'Art et d'Histoire, à Bruxelles, du 23 septembre 1999 au 26 mars 2000.
Table des matières :
   - Avant-propos, par Francis Van Noten, Jean-Charles Freimüller, Claude Laverdure et Sergio Purin
   - Avant les Blancs.
      - Introduction, par Sergio Purin.
      - Avant l'arrivée des Blancs, par Sergio Purin.
      - L'art rupestre d'Amérique du Nord, par Serge Lemaître.
   - Découvertes
      - Introduction, par Sergio Purin.
      - De l'Amérique indienne à l'Amérique blanche, par Philippe Jacquin.
   - Aires culturelles.
      - Introduction, par Sergio Purin.
      - Les chasseurs du grand Nord, par Jean-Loup Rousselot.
      - L'aire du Caribou, par Laurence Cammaert.
      - La côte Nord-Ouest, par Bill Holm.
      - La Californie, par Sergio Purin.
      - Le Plateau, par Sergio Purin.
      - Le grand bassin, par Sergio Purin.
      - Les populations des grandes plaines, par Hélène Wallaert-Pêtre.
      - Les Woodlands, par Olivier Servais.
      - Le Sud-Est, par Sergio Purin.
      - Le Sud-Ouest, par Dries Van Den Broucke.
   - Croyances.
      - Introduction, par Sergio Purin.
      - Le chamanisme des Amérindiens du Nord, par Danièle Vazeilles.
      - Pour paraître beau, par Sergio Purin.
   - Contacts.
      - Introduction, par Sergio Purin.
      - Une nation contre des nations, par Philippe Jacquin.
      - Les terres canadiennes octroyées aux premières nations, par le Ministère des Affaires Indiennes et du Nord canadien.
      - Le métis, un hybride d'Amérique du Nord, par Jim Logan.
      - Missionnaires blancs et « Peaux-Rouges », de la confrontation aux remises en question, par Olivier Servais.
   - Les peintres ethnographes, par Sergio Purin.
   - Ugh ! Ugh ! Ugh !, par Michel Pierre et Sergio Purin.
   - Glossaire, par Laurence Cammaert.
   - Bibliographie.

30 euros (code de commande : 25369).

 

[LA PORTE (abbé Joseph de)]L'Esprit des Monarques philosophes, Marc-Aurele, Julien, Stanislas et Frederic. Amsterdam - Paris, Vincent, 1764. [A Amsterdam & se trouve à Paris, Chez Vincent, rue Saint-Severin, M. DCC. LXIV.] In-12 (104 x 171 mm.) sous reliure cartonnée frottée, VIII (y compris le titre), 256 p., bandeaux, lettrines et culs-de-lampe, édition originale.
   Joseph de La Porte (Belfort, 1714 - Paris, 1779) fut (peu de temps) jésuite puis s'installa à Paris pour chercher fortune dans la littérature. Après s'être attaqué à Fréron qui luttait contre les philosophes, il collabora avec lui pour l'édition des Lettres sur quelques écrits de ce temps et de l'Année littéraire. Il se tourna ensuite vers le Mercure de France, la France littéraire, le Recueil A-Z, etc. Il finit par abandonner la polémique littéraire pour se tourner vers la publication de compilations dont certaines obtinrent un important succès. Sa production fut si importante que La Harpe qualifia La Porte de « fripier le plus actif de la littérature française »...
   Certaines bibliographies décrivent l'ouvrage en lui attribuant erronément VIII et 423 p. ; l'édition présentée ici qui comporte VIII et 256 p., est complète : les textes des quatre auteurs y figurent bien et la pagination correspond parfaitement avec ce qui est annoncé dans la table des matières.
   La notice descriptive de la Bibliothèque Nationale, à Paris, indique que l'ouvrage est également attribué à Dom A.-N. Dupuis.
Bibliographie :
   - Barbier (Antoine-Alexandre)
, Dictionnaire des ouvrages anonymes, t. II, col. 191.
   - 
Cioranescu (Alexandre), Bibliographie de la littérature française du dix-huitième siècle, 37031.
   - B.N.F., n° FRBNF30739700.

75 euros (code de commande : 25403).

 

Les Maîtres de l'Art précolombien. La collection Dora et Paul Janssen. Édité par Geneviève Le Fort. Photos de Hugues Dubois. Seconde édition. Bruxelles - Milan, Fonds Mercator - 5 continents éditions, 2005. Fort in-4° broché, 401 p., nombreuses illustrations en couleurs, cartes, petits plis aux coins de la couverture un peu frottée sinon fort bon exemplaire.
   Magnifique publication publiée à l'occasion de l'exposition éponyme organisée aux Musées Royaux d'Art et d'Histoire, à Bruxelles, du 15 septembre 2006 au 29 avril 2007.
   Cette extraordinaire collection est maintenant en dépôt au Museum aan de Stroom, à Anvers.
Table des matières :
   - 
Introduction à la culture et à l'art précolombien, par Gillett Griffin.
   - L'art indigène de l'Amérique du Nord, par F. Kent Reilly III.
   - Les Olmèques et Xochipala, par F. Kent Reilly III.
   - La mésoamérique, par Dorie Reents-Budet.
   - Les Mayas, par Genviève Le Fort.
   - Le Costa-Rica, le Panama et la culture taïno des Caraïbes, par Dorie Reents-Budet.
   - Amérique andine, par Sergio Purini.
   - L'or précolombien.
     - Introduction, par John M.D. Pohl.
     - Pérou et Équateur, par Sergio Purini.
     - Colombie, par Fernando Rochaix.
     - Costa Rica et Panama, par E. P. Benson.
     - Hautes Terres du Mexique, par John M.D. Pohl.

45 euros (code de commande : 35396).

 

[MONS]. Mémoire d'une ville. Mons depuis 1830. Mons, Maison de la Mémoire, 1989. In-8° carré agrafé, 87 p., illustrations en noir, (collection « La Mémoire Montoise », n° 1).
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à Mons en 1989.
Sommaire :
   - 
Mémoire d'une ville, par Jean Schils
   - 
Mons, ville fortifiée, par Pierre Orban et Louis Thiernesse.
   - Dix maïeurs au service de la ville, par Pierre Orban.
   - Le temps des portefaix, par Lucien Quique et Jacques Patris.
   - Des remparts aux boulevards, par Marcel Lecomte.
   - Les pauvres dans la cité, par Jean Schils.
   - Quinze années à la tête de Mons, par Abel Dubois.
   - Un maïeur vu par un citoyen, par François Collette.
   - Ville et culture, par Jean Barthélémy.

9 euros (code de commande : 25407).

 

[MONS]. Sainte Waudru. Mémoire millénaire. Namur, Centre d'Action Culturelle de la Communauté d'Expression Française, 1988. In-8° carré agrafé, 64 p., illustrations, (collection « Cahiers du CACEF », n° 133), épuisé.
   Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée à la Maison de la Mémoire, à Mons, du 7 au 31 mai 1988.
Sommaire :
   - Sainte Waudru et la mémoire collectiver.
      - Les corps saints dans la mémoire collective médiévale, par Albert d'Haenens.
   - Découverte d'un personnage historique.
      - Sainte Waudru, une genèse historiographique, par Gérard Bavay.
   - Exploration d'un imaginaire.
      - Un culte millénaire, par Édith Liénard et Pierre Orban.
      - La vita ou le corps textuel de Waudru au Moyen Âge, par Jean-Michel Brogniet.
      - La tradition dialectale, par Émile Gilliard et Jeannine Liénard.
      - Images d'une sainte à travers les siècles, par Édith Liénard.
      - La collégiale Sainte Waudru, un espace ouvert, par Henri Pouillon.
      - À l'écoute de Waudru, par Philippe J. Van Tiggelen.
   - Visite d'une exposition.
      - Sainte Waudru, mémoire millénaire. Catalogue, par Édith Liénard, Anne Moiny et Henri Pouillon.
   - Sainte Waudru et la Maison de la Mémoire.
      - Nouvelles mémoires pour notre temps, par Jean-Marie Baily et Jean Schils.

13 euros (code de commande : 25408).

 

Naître autrefois. Rites et folklore de la naissance en Ardenne et Luxembourg. Bastogne, Musée en Piconrue - Crédit Communal, 1993. In-4° broché, 280 p., nombreuses illustrations en noir et en couleurs, (collection « Art Religieux et Croyances Populaires en Ardenne », n° 8), bel exemplaire.
   
Cet ouvrage a été publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée au Musée en Piconrue, à Bastogne, en 1993.
Table des matières :
   
- Introduction, par André Neuberg.
   - Préface : Naître... toute une histoire, par Jean Pirotte.
   1. L'attente.
      - 
Au temps des sages femmes.
      - Les saints protecteurs de la maternité en Ardenne et Luxembourg, par Antoinette Reuter.
      - Les dévotions des femmes enceintes : histoire et actualité, par Françoise Lempereur.
      - « Le trépassement de la Vierge Marie » et autres oraisons populaires pour les femmes en couches, par Léon Marquet.
   2. L'accouchement.
      - 
Témoignages.
      - Le folklore de la naissance en Gaume méridionale, par Laurent Muller.
      - L'évolution de la natalité et de la fécondité dans le Luxembourg belge du début du XIXe siècle à nos jours, par Thierry Eggerickx.
      - Naissance et santé, par Christian Moïs.
   3. L'accueil : rites et symboles.
      - 
Mots et images pour une vie nouvelle, par Michel Boisdequin.
      - L'attribution du prénom : une histoire ?, par Michel Dorban.
      - Prénoms d'état civil, prénoms de baptême et prénoms usuels, par Jean-Marie Duvosquel.
      - L'enfant et ses archives, par Jacques Charneux.
      - Le baptême des petits enfants : pratiques d'hier et d'aujourd'hui, par André Haquin.
      - Naissance et baptême au XVIIIe siècle, par Paul Lafontaine.
      - Baptêmes en catastrophe.
      - Enfants légitimes et illégitimes dans l'Église catholique, par José Gennart.
      - Les âmes des enfants morts sans baptême, par Louis Demoulin.
      - Fonts baptismaux en Ardenne, par André Lanotte.
      - Le folklore du baptême en Ardenne et Luxembourg, par Marcel Pignolet.
      - Le folklore du baptême en Gaume méridionale, par Laurent Muller.
      - La naissance dans le culte israélite, par Jean-Claude Jacob.
      - La naissance de Jésus dans l'imagerie religieuse, par Michel Boisdequin.
   4. Une vie fragile.
      - 
Les saints protecteurs de la petite enfance en Ardenne et Luxembourg, par Antoinette Reuter.
      - Remèdes populaires pour un enfant malade, par André Choque.
      - Les enfants martyrs, par Sylvie Dupont-Bouchat.
      - Les enfants abandonnés sous l'ancien régime, par Louis Demoulin.
      - L'évolution de la mortalité infantile dans le Luxembourg belge du début du XIXe siècle à nos jours, par Thierry Eggerickx.
      - Quand le Petit Prine rentre chez lui, par Gabriel Ringlet.
      - Naissance et prime enfance dans les sociétés antiques, par Daniel Marcolungo.
   5. Premiers pas, premiers rires.
      - 
Berceuses d'Ardenne et Luxembourg, par Roger Pinon.
      - L'habillement du premier âge, par Raymond Mouzon.
      - Première alimentation, premières dents.
      - Le jouet, facteur d'épanouissement de l'enfant, par André Dehant.
      - La naissance, deux siècles de mutation, par Paul Servais.
   Postface.
      - Nous ne sommes pas encore nés, par Gabriel Ringlet.
   Catalogue
.

35 euros (code de commande : 25399).

 

POULAIN (Martine) — Livres pillés, lectures surveillées. Les bibliothèques françaises sous l'Occupation. Paris, Gallimard, 2008. In-8° collé, 587 p., quelques illustrations hors texte, tableaux, index, (collection « NRF Essais »), exemplaire en très bel état.
En quatrième de couverture :
   On sait l'ampleur des pillages des collections, d'art en France par l'occupant nazi.
   Nul n'ignore plus l'existence des listes Otto – recensant les auteurs, juifs ou antinazis, qui devaient être à jamais bannis de tout catalogue – et que le syndicat des éditeurs français appliqua dès les premières heures de l'Occupation avec un zèle certain. Personne, avant Martine Poulain, ne s'était inquiété du devenir des bibliothèques dans la France de 1940 à 1944. Une France qui est à la fois celle de l'occupant nazi et celle du régime de Vichy.
   À la différence des archives des ministères (Guerre, Affaires étrangères, Intérieur, Justice) et des musées, peu de bibliothèques publiques sont l'objet du pillage par l'occupant, à l'exception des alsaciennes et des mosellanes, germanisées et propriétés du Reich. Le vol de masse, nazi mais aussi vichyste, frappe, dès juin 1940, les bibliothèques institutionnelles – juives, slaves, maçonnes – mais aussi privées, celles des premiers ennemis du Reich (les grandes familles juives, les Allemands exilés, les hommes politiques du Front populaire). Puis le pillage accompagne ordinairement les rafles. Plus de dix millions de livres prennent le chemin de l'Allemagne. Martine Poulain a constitué une première liste des personnes spoliées de leur bibliothèque – près de 1700 noms.
   Le régime de Vichy, de son côté, surveille les livres, les bibliothèques et les lecteurs, sous la houlette d'une Bibliothèque nationale devenue le parangon de l'ordre nouveau, instrument de la collaboration d'État aux mains de Bernard Faÿ. Ce dernier mène une lutte obsessionnelle contre la franc maçonnerie sous couvert d'un « Musée des sociétés secrètes ».
   Martine Poulain esquisse les portraits de quelques grandes figures, notamment Jean Laran, conservateur des estampes, administrateur de la Bibliothèque nationale lors de l'invasion et de la Libération, et Marcel Bouteron, inspecteur, deux délicieux érudits à l'éthique infaillible, qui surent, face à la brutalité, à la bêtise et à la mesquinerie des temps, prendre le chemin juste et agir dans la droiture.

16 euros (code de commande : 25391 - vendu).

 

[TACITE]. MICHEL (Alain) — Tacite le destin de l'empire. Préface de Pierre Grimal. Paris, Arthaud, 1966. In-8° broché, couverture rempliée, 283 p., carte, (collection « Signes des Temps », n° XVIII), très bon exemplaire.
Sur le rabat de la couverture :
   L'œuvre historique de Tacite recouvre l'une des périodes les plus fascinantes dans l'évolution de l'Occident : de Tibère à Trajan l'Empire romain connaît ses heures les plus tragiques et les plus belles. Époque doublement captivante où, selon les divers témoignages, on peut admirer la décadence d'une civilisation et son apogée. Sa décadence : Tacite est le peintre d'Agrippine, l'historien méprisant de cette cour impériale où il se fait avec prédilection le psychologue des vices qu'entraînent le progrès du luxe, la passion du pouvoir et le déclin de la liberté. Mais aussi apogée de l'Empire : Tacite est le contemporain, parfois le collaborateur de Trajan, « le meilleur des Princes ». Et beaucoup de travaux, tant historiques qu'archéologiques, ont assez montré quelle grandeur atteint, en ces premières années du second siècle, la civilisation romaine.
   Tacite, penseur politique, a voulu réfléchir sur la morale de l'histoire : il pouvait le faire parce qu'il s'appuyait sur de grandes idéologies que l'antiquité lui avait transmises, le Platonisme et le Stoïcisme surtout. Alain Michel, professeur à la Faculté de Lille, a consacré l'essentiel de ses recherches à étudier l'influence et la vie de ces doctrines philosophiques dans la civilisation romaine. Or, parmi tous les historiens antiques, Tacite est celui qui fait la plus grande place à l'héroïsme stoïcien, à Sénèque, Thrasea, Helvidius Priscus. On a voulu décrire ici ce dialogue antique entre la sagesse et l'histoire, qui a un double intérêt dans son temps et pour le nôtre. Car le Stoïcisme est encore un idéal vivant pour tous ceux qui rêvent de liberté. Mais, dans son temps, auprès de Trajan et d'Hadrien qu'il blâme et qu'il sert loyalement, Tacite apprend aussi que l'histoire exige certains compromis. Il croit pouvoir les accepter s'il refuse la complaisance, et s'il défend toujours devant la raison d'Etat incarnée par les Princes, son idéal de rigueur. C'est ainsi que l'historien ouvre une voie aux Empereurs Antonins, liés comme lui par leurs origines au midi de la Gaule : Tacite annonce Marc-Aurèle.

20 euros (code de commande : 25378).

 

[VOLTAIRE (François Marie Arouet, dit)]. Dictionnaire de la pensée de Voltaire par lui-même. Texte choisis et édition établie par André Versailles. Préface de René Pomeau. Introduction historique de Emmanuel Le Roy Ladurie. Bruxelles, Complexe, 1994. In-8° collé, LXXXVII, 1320 p., index, papier jauni sinon fort bon exemplaire.
En quatrième de couverture :
   Voltaire a passé sa vie à publier, sans relâche, des centaines de textes où il livre ses pensées et où il se prête au jeu des définitions. C'est à partir de l'ensemble de ses œuvres en prose que ce dictionnaire, riche de quelques mille entrées, est bâti.    Touche-à-tout de génie, Voltaire aborde sur le ton de la conversation familière tous les domaines du savoir, de la société et de la vie : l'adultère et le divorce, l'agriculture, l'amour, les religions, la castration, les brahmanes, les Juifs, le christianisme, l'Histoire, Dieu, la Chine, les formes de gouvernement, les jésuites, le journalisme, la justice, la littérature. Mahomet, la nature, les sciences, les découvertes, la philosophie, les spectacles, le progrès, et jusqu'à la manière dont il conviendrait d'embellir Paris...
   Il livre au passage son jugement sur les écrivains : Corneille. Shakespeare ou Bossuet ; sur les politiques : Louis XIV, bien sûr, mais aussi Richelieu, Cromwell, Catherine II ; sur ses contemporains : Newton, Rousseau on Montesquieu dont il analyse les œuvres.
   Premier des intellectuels modernes, par le besoin qu'il manifeste de comprendre le monde et en même temps de le changer, il préfigure bien, à sa façon, les Zola, Gide, Sartre ou Camus.

20 euros (code de commande : 25374).

 

VON FALKENHAUSEN (Alexander)Mémoires d'outre-guerre (extraits). Comment j'ai gouverné la Belgique de 1940 à 1944. Bruxelles, De Meyer, 1974. In-8° broché, 322 p., illustrations, dos insolé et ridé.
En quatrième de couverture :
   Trente ans après la fin de la guerre, l'un des principaux acteurs du régime d'occupation allemand en Belgique, le général Alexander von Falkenhausen, commandant militaire, nous livre des Mémoires à plus d'un titre explosifs.
   Il s'en dégage le portrait d'un héritier de la vieille tradition prussienne, d'un homme de caste profondément hostile au national-socialisme, et dont l'action de « vice-roi » s'exerça, sur le plan belge, d'une manière modérée. L'étonnant est que, pendant quatre ans – il ne fut rappelé à Berlin qu'en juillet 1944 – von Falkenhausen réussit à maintenir un fragile équilibre politique et administratif, qui épargna à la Belgique les régimes résolument colonisateurs des Gauleiters.
S'exprimant avec un évident souci d'auto-justification, Falkenhausen distribue volontiers coups d'épingle et, à l'occasion, coups de trique. Les généraux allemands sont les seuls à trouver grâce à ses yeux. Il ne leur reconnaît, en fait, qu'n seul adversaire, mais de taille : Adolf Hitler, le stratège mal inspiré.

15 euros (code de commande : 25367).

Retour au début

 

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un ouvrage présenté sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com
(en cas de problème de communication :
loiseaulire@hotmail.com) ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (virement bancaire, chèque, carte, ...).

 CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.

Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN).

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.

Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre numéro de T.V.A. : BE0619836631.